Archive | SECURITE Flux RSS de cette section

Jean-Eudes, Pas Méric !

Jean-Eudes, Pas Méric ! dans SECURITE churchillfascistes1

Jean-Eudes agressé par des « antifas », rien dans les médias et la classe politique ne réagit pas !

Le blanc-seing accordé aux groupuscules « antifas » par Valls et Taubira, suite au décès tragique de Clément Méric, aurait-il été perçu comme une autorisation de tuer ?
On peut légitimement s’interroger suite à la violente agression dont a été victime un militant de Génération Identitaire à Angers ce vendredi 14 juin après midi dans le centre ville d’Angers.

Il est 18h30 lorsqu’un groupe de cinq jeunes militants patriotes sortent d’un immeuble dans une rue commerçante et animée du centre-ville, ils sont alors pris à partie par quatre personnes se revendiquant « antifas » pour les avoir reconnus à une soirée des Veilleurs à Angers.

Un des jeunes militants présents sur les lieux témoigne :
« Ils nous ont insultés : nous leur avons demandé qui ils étaient, ils ont refusé de nous répondre, l’échange en est resté là.
Moins de deux minutes après, dans la même rue, une vingtaine de personnes nous sont tombées dessus, armées de planches à clous, de battes de base-ball, ainsi que de poings américains et de couteaux. » 

Le choc est bref et violent, le jeune identitaire qui tente de faire face est violemment frappé à la tête par un des antifas, armé d’un manche en bois hérissé de clous, par un coup porté à l’arrière du crâne, sa tête heurte la lunette arrière d’un véhicule en stationnement, brisant celle-ci.

“En prenant le premier coup ma tête à heurté une vitre de voiture qui a éclaté sous l’effet du choc…”
Sonné, le militant tombe au sol et son agresseur le frappe encore à la tête.
Par miracle, le jeune identitaire s’en tire sans trop de mal, il témoigne aujourd’hui :
« Je m’en tire avec des douleurs aux côtes, deux impacts de planches de 5 cm de long :
Un sur le crane et le deuxième sur la nuque (avec un trou de clou).
En prenant le premier coup ma tête à heurté une vitre de voiture qui a éclaté sous l’effet du choc, je me suis retrouvé par terre, mon agresseur en a profité pour me mettre un autre coup sur la nuque.
J’ai eu beaucoup de chance, je pense que ces coups auraient pu être mortels. »

Des coups mortels comme pour Clément Méric.
Mais cette fois avec préméditation puisque tout laisse à penser qu’il s’agissait d’un guet-apens, les agresseurs étaient surarmés et les coups portés à la tête, y compris sur un homme à terre, témoigne d’une intention de tuer ou, tout du moins, de blesser gravement…

La cible ce soir là semblait être Jean-Eudes, le responsable départemental « FNJ », qui faisait partie du petit groupe d’amis pris à partie, et qui a déjà été menacé à plusieurs reprises jusque chez lui !

Alertée par des témoins, la police intervenue rapidement sur les lieux a interpellé celui qui serait l’auteur des coups.
Il est mineur, aurait déjà un passé judiciaire chargé et serait fils d’enseignant, comme Clément Méric…

Au contraire de l’affaire Clément Méric, par contre, cette agression fait à ce jour l’objet d’un silence de plomb dans les médias locaux et bien sûr des autorités politiques locales.

Cette agression fait monter encore d’un cran la tension à Angers où les groupuscules gauchistes entretiennent un climat tendu depuis quelques semaines :
soirées des Veilleurs perturbées, présence de manifestants masqués ou cagoulés, menaces de morts envers des militants nationaux. Face à cette apparente impunité des bandes armées gauchistes, militants du « FNJ », jeunes de Génération identitaire, défenseurs de la famille font front commun avec calme et détermination.

François Hollande voulait une France apaisée, force est de constater que, même dans la ville du bon roi René, la légendaire douceur angevine n’est plus.

http://fr.novopress.info du 17/06/2013

Programme Prism

Programme Prism dans SECURITE foudre-300x225

Facebook et Microsoft dévoilent le nombre de comptes visités.

Soucieuses de faire preuve de transparence, deux des entreprises américaines visées par le programme de surveillance américain Prism ont publié les demandes d’information reçues de la part des autorités.

«Facebook protège de manière agressive» les données de ses utilisateurs, plaide l’entreprise américaine.
C’est pour accréditer ce postulat, ébranlé ces derniers jours par le scandale né des révélations sur un programme d’espionnage électronique aux États-Unis, que le réseau social a fourni vendredi, comme Microsoft, des données chiffrées sur les exigences de l’agence de surveillance électronique américaine, la NSA.

9000 à 10.000 demandes d’informations portant sur 18.000 à 19.000 comptes lui seraient ainsi parvenues au cours du second semestre 2012.
Selon une source proche du dossier citée par Reuters, Facebook aurait accédé à ces demandes dans 79% des cas.
«Souvent, nous rejetons immédiatement de telles requêtes, ou demandons au gouvernement de réduire substantiellement leur nombre, ou bien encore nous leur donnons au cas par cas bien moins d’informations qu’ils n’en demandent.
En tout état de cause, nous nous conformons strictement à ce que prévoit la loi», a précisé l’avocat du réseau social.
Comparé au nombre d’utilisateurs de Facebook dans le monde, qui dépasse le milliard, «nous espérons que cela va aider à remettre en perspective le nombre de cas concernés et calmer les spéculations hyperboliques de certains articles de presse sur la fréquence et l’ampleur des demandes d’informations que nous avons reçues», a expliqué Facebook.

Un accès direct aux serveurs ?

Impliqué dans ce scandale à l’instar de Facebook, AppleGoogle et Yahoo, Microsoft a publié des chiffres similaires vendredi.
Le groupe informatique a indiqué avoir reçu entre 6000 et 7000 assignations, requêtes et mandats pour des questions criminelles ou de sécurité nationale sur la même période, portant sur 31.000 à 32.000 comptes clients.
D’autres entreprises concernées devraient emboîter le pas à Facebook et Microsoft dans les prochains jours.
Google, notamment, a sollicité cette semaine l’autorisation du FBI et du ministère américain de la justice de publier ce type d’informations.
Pour ces géants américains d’Internet, il s’agit de minimiser l’ampleur des données personnelles divulguées, et de démentir la thèse selon laquelle la NSA aurait eu directement accès à leurs serveurs.

L’administration Obama cherche elle aussi à prouver que le programme de surveillance incriminé n’empiète pas sur la vie privée des Américains.
Un document «déclassé» samedi montre que si des millions de données ont bien été collectées par la NSA, le gouvernement n’a cherché à obtenir des informations détaillées que sur 300 numéros de téléphone.
Les grands opérateurs téléphoniques américains sont concernés, et non pas seulement « Verizon », citée par « Edward Snowden », le technicien à l’origine de la fuite.

En revanche, le document précise que les données collectées par la NSA ont permis de déjouer un projet d’attentat contre le métro de New York en 2009.
Interrogé cette semaine par le Sénat américain, le général Keith Alexander, chef de la NSA, évalue à une dizaine le nombre d’actes terroristes évités.
Il a dit espérer pouvoir divulguer un chiffre exact la semaine prochaine.

http://www.lefigaro.fr du 15/06/2013

Et Ca Continue !

Et Ca Continue !  dans SECURITE prisonnier-politique-300x300

Dire que notre Gardienne des Sceaux veut vider les prisons des délinquants !

En ce moment-même, une prise d’otage a lieu à la prison d’Arles. Un détenu retient un membre du personnel.

La zone a été bouclée par les forces de l’ordre.

Le sous-préfet des Bouches-du-Rhône et le procureur de la République sont sur place.

 

http://www.laprovence.com  du 14/06/2013 à 15H07

Ivan Rioufol Pas Méric

 Ivan Rioufol Pas Méric dans SECURITE churchillfascistes-300x230

Pourquoi suis-je convoqué par la Police Judiciaire

Tandis que la gauche alerte sur une loufoque montée du « fascisme », au prétexte d’une rixe hélas mortelle entre extrémistes de droite et de gauche, l’islam radical prend de plus en plus d’assurance dans ses exigences de soumission.
Je me permets d’illustrer cette constatation avec mon cas personnel.
Pour la première fois de ma carrière journalistique,débutée en 1976, j’ai reçu, samedi, une convocation pour être entendu par la Police Judiciaire, suite à une plainte déposée par le « Collectif contre l’islamophobie en France » (« CCIF »).
Je vais devoir répondre de propos tenus le 15 novembre 2012 dans l’émission « On refait le Monde », animée par « Marc-Olivier Fogiel », sur « RTL » également visés par la plainte.
( L’intégralité du débat est sur le site de « RTL » mais non du « CCIF », qui a curieusement coupé une courte suite intervenue après la coupure publicitaire.)
Le « CCIF », qui oeuvre à l’islamisation des musulmans, me reproche d’avoir critiqué sa campagne d’affichage :
« Nous sommes la nation ».

Il s’agit du détournement du tableau de David, Le serment du Jeu de Paume.

Se substituant aux acteurs de la Révolution française, l’image représente très majoritairement des femmes voilés, des barbus, des encapuchonnés et des jeunes des cités.
Financée à hauteur de 35.000 euros par « l’Open Society Institute » du milliardaire américain « George Soros », qui a des comptes à régler avec l’Europe, la campagne avait pour but de promouvoir la visibilité islamique dans la République laïque, en revendiquant un refus de l’assimilation et de l’intégration, au profit d’une « inclusion » intimant d’accepter les musulmans tels qu’ils sont.
Avec sa plainte, le « CCIF » porte évidemment atteinte à l’élémentaire liberté d’expression.

La lutte contre l’islamophobie dont il se réclame revient à interdire tout débat.

Inutile d’insister, j’imagine, sur l’extrême gravité de cette tentative de pénaliser l’esprit critique, d’intimider des journalistes, de censurer des médias, de réintroduire le délit de blasphème.
Mais je m’étonne néanmoins de l’indifférence générale qui est portée à ce genre d’organisme, qui respecte si peu la France, son histoire et ses valeurs, sinon pour instrumentaliser les droits de l’homme dans le sens de ses intérêts propres.
Dans son livre déjà cité (Islam, épreuve française) « Elisabeth Schemla » rappelle cette déclaration d’août 2011, à la mosquée d’Orly, de « Marwan Muhammad », porte-parole du « CCIF » :
« Qui a le droit de dire que la France dans trente ou quarante ans ne sera pas un pays musulman ?
Qui a le droit ?
Personne dans ce pays n’a le droit de nous enlever ça.
Personne n’a le droit de nous nier cet espoir-là.
De nous nier le droit d’espérer dans une société globale fidèle à l’islam.
Personne n’a le droit dans ce pays de définir pour nous ce qu’est l’identité française ».

Il est d’ailleurs intéressant de s’arrêter au logo du CCIF .
Il est stylisé de telle manière qu’il peu se lire Sif, c’est-à-dire « Le glaive de l’islam ».
Pour ma part, je vais évidemment répondre à ma convocation.
J’espère néanmoins pouvoir y dénoncer ces inqualifiables méthodes et le danger qu’elles représentent pour la république.
Elles ne me feront évidemment pas taire.
Tout au contraire.

Ivan Rioufol

Source : « blog.lefigaro.fr » du 10/06/2013

Et nous n’avons que le droit de nous faire convoquer par la police  ?
Dans notre République Laïque, il ne peut pas y avoir d’islamophobie, les  fonctionnaires doivent avoir des oeillères pour tout le monde !

Magnifique Réussite

Un préfet « issu de la diversité » poursuivi pour violences conjugales

Suspecté de violences conjugales et de menaces de mort sur son épouse, Aïssa Dermouche , préfet hors cadre, a été déféré hier au tribunal de Créteil après 48 heures de garde à vue.

Après avoir occupé les fonctions de directeur d’ »Audencia », l’école supérieure de gestion de Nantes, Aïssa Dermouche, né en Algérie en 1947, avait été nommé, en janvier 2004, préfet du Jura.

Très médiatisée, cette nomination, avait été présentée – à tort – comme l’arrivée du « premier préfet issu de l’immigration de la Vème République ».

Sa carrière préfectorale aura été de courte durée puisqu’il a avait été placé hors cadre, en octobre 2005, pour raisons de santé.

Le 17 mai de la même année, Aïssa Dermouche avait été condamné par le tribunal correctionnel de Nantes pour « abandon de famille », avec dispense de peine.

Trois chefs d’inculpation ont été retenus hier contre lui par le procureur de Créteil : « Violences habituelles sur conjoint », « violences sur conjoint et avec arme » et « violences sur mineur de moins de 15 ans ».

Selon les déclarations de la victime présumée, âgée de 46 ans, son époux aurait tenté de l’étrangler à l’aide d’un foulard à la suite d’une dispute d’ordre privée.

Officier de la Légion d’honneur et de l’ordre national du Mérite, M. Dermouche est également membre du Siècle.

Source : « fr.novopress.info » du 13/06/2013

Des Hommen Pas Gais

Garde   à   vue   prolongée   pour   les   Hommen

Une bien triste nouvelle pour notre pays.
les « Hommen » qui ont scandé leur refus de la dénaturation du « mariage pour tous » dimanche lors de la finale de Roland-Garros sont toujours en garde à vue.
Pire encore, ils risquent sept ans de prison pour « violence avec arme par destination » et « visage dissimulé ».

Rappel des faits
Dimanche, alors que David Ferrer et Rafael Nadal jouaient la finale hommes de « Roland-Garros » sous les caméras du monde entier, les « Hommen » ont exprimé leur refus de la loi Taubira.
Les « Hommen » sont ces jeunes hommes, torses nus et masques blancs sur le visage, qui essayent de faire entendre la voix du peuple que l’on n’écoute plus que par des actions spectaculaires.
Un premier groupe a déployé une banderole « Hollande démission », des personnes ont alors, dans les tribunes, repris le slogan :
« Hollande ta loi, on n’en veut pas ! »
Un Hommen a ensuite sauté sur le court, un fumigène dans une main, une banderole dans la seconde.
Il s’est tout de suite fait intercepter, de façon musclée par la sécurité.
Mais l’action était réussie, les médias du monde entier étaient témoins de cette action.

Déni de droit
En Hollandie, ce genre d’action se traduit par des gardes à vue et des chefs d’accusation graves, à savoir :
« violence avec arme par destination » et « visage dissimulé », acte pour lesquels la peine maximale encourue est 7 ans de prison !
Il faut en déduire qu’un fumigène et une banderole sont de dangereuses armes, et qu’un masque de carnaval équivaut à une cagoule.
Mais en « Hollandie », quand des femmes, seins nus, profanent un lieu sacré tel que la cathédrale Notre‑Dame, elles ne font même pas une seule minute de garde à vue… à peine un simple contrôle d’identité.

Que va‑t‑il se passer maintenant ?
Fabien, responsable national et porte‑parole des « Hommen », a annoncé hier que ce n’était que le début et que leur objectif était :
« de libérer la parole du peuple.
La résistance est en marche et elle se structure.
Jamais on ne lâchera pour défendre le mariage et le droit des enfants, jusqu’à ce que la loi Taubira ne soit plus qu’un mauvais souvenir ».

Source : « fr.novopress.info » du 11/06/2013

Autorisé A Nantes !

Autorisé A Nantes ! dans SECURITE churchillfascistes2

Cinq policiers blessés par des « antifas » qui rendaient hommage à Méric.

La manifestation organisée en hommage à Clément Méric samedi dernier à Nantes s’est mal terminée pour cinq policiers de la brigade anti-criminalité qui ont été violemment agressés.
Deux « antifa » ont été interpellés.

Ils devraient être jugés en… janvier 2014.

La manifestation en hommage à Clément Méric, ce jeune « antifa » décédé le 5 juin des suites d’une rixe survenue à Paris lors d’une vente privée de vêtements de marque, a réuni samedi après-midi un millier de personnes dans le centre-ville de Nantes.
Méconnaissant probablement les circonstances exactes de la mort du jeune étudiant, des manifestants s’en sont pris aux passants qui effectuaient des achats en criant, selon Ouest-France, « on tue des enfants de 18 ans dans les rues.
Arrêtez le shopping ! ». (La province n’a pas été inondée pendant des heures par les accusations d’assassinats dans les journaux télévisés, ben voyons ! pelosse)
On ignore si ces passants étaient acheteurs de vêtements « Fred Perry ».
Lors de cette manifestation plusieurs vitres ont été brisées.

Une quinzaine d’ « antifas » se sont rendus au commissariat central en jetant des bouteilles et en mettant le feu à quelques poubelles.

Alors qu’ils voulaient contrôler l’identité d’un manifestant, cinq policiers ont été blessés par une quinzaine d’individus, armés pour certains de chaines métalliques et de bombes lacrymogènes.

Deux jeunes, âgés de 19 et 23 ans, ont été interpellés.

Ils comparaîtront devant le tribunal en janvier 2014, pour « rébellion et participation à un rassemblement avec armes ».
(Pourquoi pas tout de suite, comme Esteban…qui n’avait pas d’armes ! pelosse)

Les « antifas » sont indiscutablement de grands humanistes.

http://fr.novopress.info du 11/06/2013

Onoda Pas Méric

Onoda Pas Méric dans SECURITE coa-of-japan-256

Les   nippons   déphasés   de   la   rue   Saint-Guillaume.

Une mort inutile.
En 1974 le monde découvrait l’odyssée d’Hiro Onoda, ce soldat japonais caché dans la jungle de l’île de Lubang et qui continuait la guerre du Pacifique tout seul, ne sachant pas que le Japon avait capitulé en 1945.
En juin 2013, à l’occasion de l’émotion causée par la mort de Clément Méric, on découvre qu’il existe encore des « militants antifascistes », 68 ans après la disparition du fascisme en 1945.

Là s’arrête la similitude, hélas.

« Méric » savait, « Onoda » ne savait pas.
« Onoda » était un soldat et il avait l’excuse de son devoir d’obéissance militaire et de son isolement.
Il n’a d’ailleurs accepté de se rendre qu’en présence de son ancien supérieur qui seul put le persuader que la guerre était vraiment terminée.
« Méric » était un étudiant de 19 ans en sciences politiques qui de ce fait ne pouvait ignorer que le fascisme avait été rayé de la carte de l’Europe en 1945, à la fois politiquement, militairement et moralement.

Ou alors il faut s’inquiéter sérieusement de la nature de l’enseignement qui est dispensé dans la célèbre école de la rue Saint-Guillaume à Paris.

L’antifascisme, un combat sans risque.
« Onoda » continuait sa guerre dans des conditions matérielles et morales extrêmement difficiles.
C’est pourquoi à son retour au Japon, il fut salué comme un héros.
Les «militants antifascistes » français du XXIème siècle, eux, vivent confortablement installés dans le Système.
Ils ont pignon sur rue et disposent de la bienveillance médiatique, de celle du corps enseignant, des ligues de vertu et donc des institutions.
A la différence de leurs grands-parents qui ont vraiment combattu ou subi le fascisme dans la première moitié du XXème siècle, ils ne risquent rien de grave.

Se tromper d’époque.
« Onoda » vivait dans la peur d’être découvert et fait prisonnier car il se croyait toujours en guerre.
Les « militants antifascistes » du XXIème siècle, eux, se trompent à la fois d’époque et de combat.
On leur fait croire qu’il faut lutter contre le fascisme immonde et toujours renaissant, mais on leur fait en réalité jouer le rôle d’idiots utiles du néo-capitalisme !
Car on leur fait s’attaquer non aux « fascistes » mais à tous ceux qui résistent à la transformation de notre société voulue par l’oligarchie financière et qui se trouvent disqualifiés par le Système sous le vocable « extrême droite ».

Les antifascistes de gauche sincères sont de malheureux schizophrènes pour cette raison.

Mort pour rien.
« Onoda » n’est pas mort dans la jungle.
Il a rempli le premier devoir du soldat, survivre pour mener sa mission jusqu’à ce qu’on le relève.
Son action avait donc un sens.
C’est pourquoi « Onoda » fut salué à son retour, non comme un soldat perdu mais comme l’incarnation vivante du code de l’honneur militaire nippon.
« Méric », lui, est mort pour rien, en militant d’une cause morte et en victime accidentelle de la violence qui ronge notre société.
C’est-à-dire en victime des effets de l’idéologie pour laquelle il militait.

Michel Geoffroy de « Polémia »

Source : « fr.novopress.info » du 11/06/2013

Drôle De Prisme !

Obama fragilisé par les révélations sur la surveillance des citoyens américains

Comment fonctionne le système de surveillance PRISM ?
« Edward Snowden », 29 ans, qui travaillait pour la toute-puissante agence américaine d’espionnage « NSA », a révélé lundi être la source des fuites sur le programme secret de surveillance électronique des États-Unis.
Une enquête a été ouverte contre lui.
Un document confidentiel de deux pages et demie dévoile les arcanes d’un programme de surveillance téléphonique mis en œuvre par la « NSA » (« National Security Agency », agence de sécurité nationale), baptisé PRISM.
Par l’interception de toutes les communications, en coopération avec les opérateurs aux États-Unis, son but est de déceler toute activité latente ou imminente à vocation terroriste contre les intérêts américains, sur le territoire nationalou à l’étranger.
Quatre autres programmes existeraient, visant à recueillir les données véhiculées notamment par câbles en fibre optique (Internet haut débit).

Historiquement, ces mesures découlent d’anciens fiascos du renseignement américain, incapable d’anticiper l’attaque japonaise sur Pearl Harbor le 7 décembre 1941 puis l’invasion nord-coréenne du Sud le 25 juin 1950.
C’est d’ailleurs ce qui a poussé le président « Harry Truman » à créer la « NSA » en 1952.
Les programmes récents d’écoutes de la « NSA » devaient aussi compenser l’échec du « FBI » et de la « CIA » à prévenir les attentats du 11 septembre 2001.
« Snowden » et le « Guardian » n’évoquent qu’une compagnie de téléphonie mobile impliquée dans l’opération, « Verizon », la plus importante du pays après « AT & T ».
L’opération, visée par un mandat judiciaire, ne devait se prolonger que trois mois, d’avril à juillet 2013.
Au-delà de la dizaine de millions de clients potentiellement placés sur écoute, les experts jugent fort probable que des accords semblables existent entre la « NSA » et les concurrents de « Verizon ».
Le spectre de « PRISM » s’étend en outre à Google, Microsoft, Yahoo!, Facebook, Apple, AOL et Paltalk, qui auraient collaboré, disent-ils, «avec parcimonie».

Est-ce légal?

Au titre du « Patriot Act » voté dans le sillage des attentats du 11 septembre 2001…
Le gouvernement américain est autorisé à renforcer la lutte antiterroriste en intensifiant la surveillance du territoire, y compris électronique.
Des mandats judiciaires sont délivrés par la Cour fédérale sur la surveillance du renseignement étranger (« Foreign Intelligence Surveillance Act Court »), créée en 1978, dont les attributions ont été amendées en 2008 et révisées en 2012.
En théorie, du moins, car, en pratique, ces mandats n’ont pas toujours été sollicités.
En 2003, l’espionnage massif et indistinct du parc informatique américain par le Pentagone est abandonné, après une vague d’indignation publique.
En 2005 puis 2006, les pratiques d’écoute de la « NSA », hors de tout mandat judiciaire, sont dénoncées pour la première fois par le « New York Times ».
En 2008, le président « George W. Bush » a fait voter l’immunité de ces entreprises.
« ­Barack Obama », alors jeune sénateur de l’Illinois, avait voté cette loi, se démarquant de ses pairs démocrates.

Sur quoi porte la polémique?

La Maison-Blanche tente de minimiser la portée de l’affaire, précisant que le Congrès avait autorisé ces écoutes.
Il n’y aurait donc pas d’abus d’autorité de la part de l’exécutif fédéral.
Faux, répondent les parlementaires.
Pour être informé, il fallait faire partie de la commission du renseignement de la Chambre et assister à des sessions spécifiques tenues en 2011.
En outre, la teneur des «briefings» confidentiels pose problème.
«La plupart (des parlementaires) ont arrêté de s’y rendre car on y apprend rarement quelque chose, s’insurge le représentant « Aaron Schock » (Républicain, Illinois).
C’est devenu une farce.»

Quel impact a cette affaire ?

Le directeur national du renseignement, « James Clapper », qui chapeaute tous les services d’espionnage et de contre-espionnage…
A dénoncé la «publication hâtive» par le « Guardian » des révélations sur « PRISM », le « modus operandi » de la « NSA » ayant ainsi été dévoilé – une mine de renseignements pour les services russes, chinois ou iraniens.
Indignée, l’opposition républicaine a lâché les fauves.
Le sénateur « Rand Paul » ­(Républicain, Kentucky), proche du mouvement des « Tea Party », a dénoncé une «invasion extraordinaire de la vie privée» et le caractère «inepte» des stratégies de la « NSA ».
Mais les néoconservateurs seraient plutôt proches de cette politique antiterroriste, jugée nécessaire dans un monde toujours hostile. Les Américains, eux, oscillent entre le malaise généré par la surveillance gouvernementale et la discrète satisfaction de voir que des mesures de sécurité sont toujours en vigueur onze ans et demi après le 11 Septembre.

Obama est-il fragilisé ?

L’affaire tombe mal pour l’Administration Obama, déjà empêtrée dans un grand nombre de scandales sur sa «gouvernance».
« Barack Obama » a largement dépassé les limites déjà repoussées par son prédécesseur « George W. Bush ».
L’équilibre des pouvoirs serait remis en cause par l’autorité que se serait « arbitrairement » arrogée la Maison-Blanche.
Ainsi de l’emploi intensif de drones contre l’ennemi islamiste et l’embarrassante découverte des pratiques du fisc américain parti en croisade contre certains adversaires des démocrates au pouvoir.

Maurin Picard

Source : « lefigaro.fr » du 11/06/2013

Patrimoine National

Patrimoine National dans SECURITE cathedrale_saint-pierre_de_nantes-e1374420316343

La cathédrale de Nantes vandalisée, profanée !

Après la cathédrale de Limoges taguée dans la nuit de jeudi à vendredi avec des inscriptions anarchistes à la mémoire de Clément Méric, c’est la cathédrale de Nantes qui a fait l’objet de vandalisme aggravé.

Elle a été temporairement fermée au public.

C’est à l’ouverture de l’édifice, samedi matin, que les faits ont été découverts.
Selon le préfet, qui s’est rendu sur les lieux « Les dommages ont défiguré une partie du chœur ainsi que les deux autels.
Les portes extérieures du rez-de-chaussée ont été fracturées. » (Ouest-France 08/06/13).
Christian de Lavernée précise :
« Les évocations sont mélangées : il y a des 666 (le chiffre satanique), ainsi que des évocations à caractère nazi, un buste de Femen ainsi que des petits bonshommes, style ”manif pour tous’’ ».
Les enquêteurs ont relevé, à l’intérieur du bâtiment, de nombreuses inscriptions obscènes ; une statue a été brisée.
Les malfaiteurs ont en outre dessinés des sexes et des moustaches d’Hitler sur des statues représentant des anges.

Condamnant fermement ces actes, le père Bertrand, vicaire général du diocèse a déclaré que l’Église ne souhaitait pas « jeter de l’huile sur le feu », préférant « en appeler à l’apaisement et à la responsabilité de chacun.
 » Johanna Rolland, première adjointe au maire de Nantes (PS) – et candidate à la mairie de Nantes – s’est également rendue sur place pour constater les dégâts.
Elle a pour sa part condamné les faits «avec la plus grande fermeté».
Le préfet s’est contenté d’en appeler « au respect des cultes », jugeant ces actes « navrants ».
Les ligues de vertu – toujours promptes à dénoncer l’islamophobie ou l’antisémitisme – sont demeurées silencieuses.

Il est vrai qu’il ne s’agit ni d’une mosquée ni d’une synagogue, mais d’une « simple » cathédrale.

Source : « fr.novopress.info » du 09/06/2013

Pas plus que la cathédrale de Limoges celle de Nantes n’a été évoquée dans les journaux d’information.
Je vais finir par envoyer un marteau dans le poste de télévision pour ne plus payer cette taxe qui me sert des images qui me font vomir ou qui me racontent des mensonges !

Yoann Savalle Pas Méric

Ce n’était pas un « gentil » « antifa », ce ne fut qu’un simple fait divers !

Alors que le décès de Clément Méric, suite à des coups de poing reçus au cours d’une rixe avec des « skinheads » qu’il avait provoqués, a déclenché une tempête politico-médiatique comme le Système en a le secret, celui d’un jeune homme de 25 ans décédé à Rennes des suites d’un coup de poing reçu au visage dans une rue de Rennes n’a provoqué qu’un entrefilet dans un quotidien régional.

L’affaire a été révélée par Ouest-France (08/06/13).
Alors qu’il prenait une consommation sur la terrasse d’un bar de la rue Saint-Michel, dans le centre de Rennes, dans la nuit du 31 mai au 1er juin aux alentours de minuit, un jeune Rennais aurait été bousculé par un passant.
Demandant des explications, il aurait reçu en guise de réponse un violent coup à la mâchoire.
Selon les enquêteurs de la police judiciaire le coup aurait pu avoir été porté à l’aide d’un coup-de-poing américain.
Peu de temps après, le jeune homme  s’est plaint auprès de son amie de ne pas se sentir bien.
Il lui aurait décrit l’agression avant de perdre connaissance.
Transporté à l’hôpital « Pontchaillou », à Rennes, la victime est restée une semaine dans le coma avant de décéder dans la nuit du 6 au 7 juin.
La police a lancé un appel à témoin.

Un simple fait divers…

Source : « fr.novopress.info » du 09/06/2013

IL Y A COUP DE POING ET COUP DE POING !

C’est bien un violent coup-de-poing qui est à l’origine du décès d’un jeune homme de 25 ans, cette nuit.
Il avait été agressé vendredi dernier à la sortie d’un bar rue Saint-Michel, la fameuse rue de la Soif.
Cela serait une simple bousculade qui serait à l’origine du décès, dans la nuit de jeudi à vendredi, d’un jeune homme de 25 ans.
« Dans la nuit de vendredi à samedi dernier peu après 1 h, « Yoann Savalle », sort d’un café situé rue Saint-Michel » explique Jean-Paul Le Tensorer, directeur régional de la police judiciaire.
« Selon les premiers éléments de l’enquête, un homme l’aurait bousculé et fait tomber son verre.
Il a protesté et c’est à ce moment qu’un troisième homme lui a porté un violent coup à la mâchoire droite ».

Il sombre dans le coma
Sonné, « Yoann Savalle » rentre chez lui par ses propres moyens et c’est peu de temps après qu’il commence à se sentir mal.
Il appelle alors les pompiers qui le transportent au CHU de Rennes.
Trois jours plus tard, il tombe dans le coma puis, jeudi, il est déclaré en mort cérébrale.
Il est décédé vendredi matin.
Le coup reçu aurait atteint sa carotide et les vaisseaux du cou et entraîné de graves lésions au cerveau.
Les médecins n’ont rien pu faire.

Appel à témoins
La police judiciaire lance un appel à témoin.
Toutes personnes susceptibles d’apporter des éléments sur ce qui s’est passé rue Saint-Michel dans la nuit de vendredi à samedi dernier peuvent joindre la Direction interrégionale de la DIPJ de Rennes.

Le choc rue Saint-Michel
La nouvelle de la mort du jeune homme s’est peu à peu répandue ce vendredi rue Saint-Michel.
Les commerçants se sont avoués choqués.
« Il était venu là pour passer un bon moment, pas pour mourir » résume le propriétaire d’un bar.

Source : « ouest-france.fr » du 07/06/2013

Focaliser l’attention populaire sur un voyou alors qu’un innocent vient de mourir,  aussi d’un coup de poing,  ce n’est pas un secret, c’est  un lavage de cerveaux machiavélique !

« Vox Populi » Harcelé !

Rien à craindre de ces antifas d’extrême-gauche, n’est-ce pas ?

200 militants d’extrême-gauche « menacent de mort », à Tours, le porte-parole de Vox Populi !

Ce samedi à 16 heures, 200 militants d’extrême-gauche, dont certains masqués et armés, se sont livrés à une véritable descente sur le commerce de Pierre-Louis Mériguet, porte-parole de Vox Populi.

Les slogans criés étaient on ne peut plus clairs : « Mériguet on va te tuer ! »

Cette manifestation sauvage et violente était préméditée, puisque plusieurs journalistes étaient présents sur les lieux.
Malgré les menaces et le risque évident de violences, seulement une voiture de police encadrait la horde sauvage, renforçant ainsi son sentiment d’impunité.
On peut légitimement s’interroger sur cette absence de présence policière, les extrémistes ayant ainsi pu laisser libre cours à leur haine sans être nullement inquiétés.

Réaffirmons-le clairement : l’affaire Méric est une tragédie.
Mais elle ne doit pas servir à cautionner les exactions de cette extrême-gauche violente qui cherche – en panique face à sa perte totale d’influence sur la jeunesse tourangelle et française – à museler toute forme d’expression politique ne lui convenant pas.
Et cela notamment à l’approche des élections municipales.

Menant un combat légal, politique, démocratique à visage découvert, les enracinés de Vox Populi ne céderont pas face aux menaces et à la haine d’extrémistes cagoulés.

Une plainte va bien entendu être déposée pour menaces de mort, plusieurs agitateurs de l’extrême-gauche locale ayant clairement été identifiés.

Pierre-Louis Mériguet de « Vox Populi »

Source : « fr.novopress.info » du 09/06/2013

En attendant seule « l’extrême » de  l’extrême-droite encourt les foudres du gouvernement, pour avoir l’audace de tenir tête à plus armée qu’elle !

Quelle Sinistre Senestre !

Antifas...HOOLIGANS

Antifas et…Skins…Hooligans !

Les fachistes agressifs ce sont les gauchistes, M. Valls !

Les militants d’extrême gauche ont pour habitude de s’interpeler entre eux par le terme « camarade ».
Selon la définition du Robert, le camarade est la « personne qui partage le sort d’une autre ».
Manifestement Clément Méric n’aura jamais connu ce genre de partage puisqu’au lieu de défendre ce chétif roquet sortant tout juste d’une leucémie, ses « camarades » l’ont au contraire poussé vers le danger en excitant sa hargne, selon le témoignage du vigile, « chambré verbalement » selon « BFM TV », se mettant eux-mêmes en retrait et ne tentant même pas de lui porter secours, quittant les lieux alors même qu’il s’écroulait au sol…
Belle camaraderie…

Le vigile déclare avoir entendu Clément dire « ce sont des gens qui ne devraient même pas être vivants ».
Ajoutant qu’il n’était pas le chef de la bande et que sans le bourrage de crâne du meneur « antifa » le poussant à la haine et à la bastonnade, le jeune freluquet embrigadé serait toujours en vie.
Ce témoin crucial accable les « antifas » dont le « leader » a sorti des gants de boxe de son sac en incitant les autres à se battre alors que les skins tentaient de partir pour les éviter, réclamant même de l’aide au vigile.

On voit où sont les vrais fachos, alors qu’il a été démontré que l’auteur du coup fatal a, au contraire, fait en sorte de calmer le jeu, de prévenir le vigile.
« Tranquille, tranquille » répétait-il à la bande écumante qui était là pour en découdre, tout en montrant la paume de sa main en guise de drapeau blanc.
Il nie par ailleurs avoir utilisé un poing américain.
« Tout le monde le connaissait avec son crâne rasé, ses blousons en cuir, ses treillis et ses tatouages, mais à part ça, il n’était pas connu pour des faits de délinquance » selon le maire de sa commune.

Le jeune Méric, quant à lui, avait de bien curieuses méthodes pour un humaniste.
On a pu le voir le 17 avril dernier s’incruster dans la « Manif Pour Tous » afin d’agresser les manifestants (réellement pacifistes ceux-là, même si on peut ne pas partager leurs opinions, ils ont le néanmoins le droit de l’exprimer démocratiquement jusqu’à preuve du contraire) avec sa fraternelle petite bande.
Profitant de son « look » d’ado bien propre sur lui, il se la jouait fayot devant les flics, rajustant son bandana sur son visage lorsque les CRS étaient éloignés.
Il portait au doigt une chevalière destinée à frapper en cas de besoin, et selon les circonstances en cachait le chaton lorsque les CRS se trouvaient à proximité, pour le replacer ensuite vers l’extérieur quand la possibilité de frapper se présentait.
Un humaniste qu’on vous dit !
Les gauchos ont pour habitude « d’aller au contact » comme disent certains journaleux de parti-pris, ce qu’il faut traduire par « aller casser du facho », sous-entendu tout ce qui n’entre pas dans la catégorie autorisée « antifas ».

Leurs slogans hurlés alors qu’ils cherchent l’affrontement en disent long sur leur bienveillance.
«A bas l’Etat, les flics et les fachos ! ».
« cathos fachos, hors de nos villes ! ».
« mort aux fachos ! ». 
« flics fascistes assassins ! ».
Leur hypnotique anathème « facho » revient en boucle.
Comme pour s’auto-convaincre et légitimer leur lutte contre ceux qui pensent différemment d’eux.
Pour convaincre qu’ils entendent détruire au nom d’un humanisme très largement dévoyé.

« Les fascistes de demain s’appelleront eux-mêmes antifascistes » disait Winston Churchill.

Sur « le Figaro » une femme commente « je viens de voir une photo d’un rassemblement, jeunes le crâne rasé, tatoués, bras tendus…
j’ai cru que c’était des extrêmes droites, non des antifa ».
Il faut dire que leurs couleurs identiques à celles du drapeau nazi ne peuvent que créer la confusion.
Ils portent les mêmes marques de vêtements, utilisent les mêmes codes, usent des mêmes méthodes, de quoi s’interroger sur leurs différences…
Dans une vidéo on voit aussi un « Gentil » « antifa » faire un doigt d’honneur aux CRS alors qu’un autre crie « qu’est-ce que t’as à jouer les grosses couilles, abruti ?! ».
Les flics ont dû apprécier l’ambiance si terriblement conviviale en comparaison de celles des Veilleurs, n’est-ce pas ?

A part cela, sous prétexte sans doute de venger la mort de leur « camarade » envoyé au casse-pipe par ceux de son propre camp, des vitrines ont été brisées, du mobilier urbain et des voitures dégradés.
Un « facho » pris au hasard dans la rue parmi des gens qui passaient a dû être protégé par la police afin de ne pas se faire massacrer par une bande de « Gentils » qui par moments se mettaient à courir en molestant des gens qui passaient par là.
Deux « fachos » certainement très dangereux, croyant à une énième « Manif Pour Tous », ont eu la mauvaise idée de sortir un drapeau tricolore et un drapeau de « LMPT ».
Ils ont été aussitôt menacés, traités de « fachos » (décidément, ils ont un vocabulaire super limité), de bâtards, de fils de pute.
On n’ose imaginer leur sort s’ils s’étaient trouvés sur le trottoir…
L’un des « Gentils », sans doute animé des plus amicales intentions, se saisissait de bouteilles tandis que d’autres s’amusaient à renverser des poubelles sur la chaussée en y mettant le feu, un autre enfin frappait violemment des volets.
Ces images montrent donc sans le moindre doute de quel côté se situe la violence !
Celle contre laquelle ne s’indignent aucun de nos politiques, plutôt attachés à interdire tout ce qui vient de la droite, forcément qualifiée d’extrême et dont la diabolisation ne reste qu’un sentiment, et avalisant la violence des milliers de petits fachos de gauche, ceux de leur camp, le camp du Bien.
Des milliers de petits fascistes de gauche seront toujours plus fréquentables pour ce gouvernement désireux de liquider les libertés du peuple, que les quelques centaines de tatoués qui montrent leurs paumes pour éviter le conflit.
Une manifestation d’extrême gauche est prévue aujourd’hui à la Bastille et sur « Facebook » une personne lance cet avertissement à des anti-mariage pour tous :
« … j’ai des potes chez les gauchistes, et qu’ils m’ont averti que certains des leurs souhaitaient se payer quelques mecs de droite histoire de marquer le coup« .
Voilà. Mais on suppose que M. Valls n’aura pas eu vent de ces intentions belliqueuses venant du camp du Bien.

Si celui qui a donné la mort à Clément Méric est en détention provisoire pour « homicide volontaire » (comment qualifier de volontaire un homicide survenu lors d’une bagarre initiée par le camp du décédé ?) après lui avoir porté deux coups fatals au visage, les propres « camarades » de Clément, ceux qui l’ont poussé à la haine et à l’agression envers un plus baraqué que lui se concluant par sa mort seront-ils poursuivis ?

Non assistance à personne en danger ça va chercher dans les combien ?

En reprenant le Robert pour vérifier l’origine des mots, si je vois que la droite est la dextre, la gauche est bel et bien la senestre, la sinistre, en l’occurrence la bien nommée.

Caroline Alamachère

Source : « ripostelaïque.com » du n° 306

L’intention de tuer n’a pas été retenue contre Esteban,tous les médias devraient présenter leurs excuses pour avoir crié à l’assassinat !
Nous avons eu des images sur la marche en mémoire de Méric mais rien sur les dégâts causés par ces extrêmistes « autorisés » !
Voyons, ils n’ont pas cassé de vitrine, aucune plainte n’a été déposée, rien, ce sont des anges…aux yeux des fachos en place !

Extrêmiste Méric

Extrêmiste Méric dans SECURITE churchillfascistes3

Le scandale politico-médiatico-judiciaire se poursuit

Ahurissant : le procureur de Paris, François Molins, a annoncé qu’une information judiciaire pour «homicide volontaire » a été ouverte aujourd’hui, visant « Esteban », un jeune de 20 ans qui s’est défendu contre la bande d’extrémistes de gauche qui l’agressait et dont faisait partie Clément Méric, mort accidentellement au cours de la rixe.
Autre scandale : le parquet a requis le placement en détention provisoire de quatre des cinq personnes déférées, a précisé le procureur lors d’une conférence de presse. Sous quel motif ?!
Enfin, en dépit des témoignages, les médecins légistes prétendent que la mort de l’agresseur gauchiste serait due aux coups et non au choc de la tête avec un poteau…
Il faut exiger une contre expertise indépendante.
La collusion gros médias – politiciens – justice est patente dans cette affaire :
Les agresseurs deviennent les victimes et les défenseurs deviennent des assassins pour des motifs purement politiques.

Tenez, saviez-vous qu’à Rennes, un jeune homme de 25 ans vient de mourir, après avoir reçu un coup de poing  ?
Non ?
C’est normal.
Et Valls et compagnie n’en parleront pas, ne pouvant instrumentaliser l’affaire.
En attendant, on peut déjà aider les victimes du Système et de ses nervis « antifas » avec le CSVR.

Source : « contre-info.com » du 07/06/2013

 

COMITE  DE  SOUTIEN  AUX  VICTIMES  DE  LA  REPRESSION

DERNIÈRES NOUVELLES du CSVR

- 6 juin 2013 : des jeunes patriotes ont été visiblement agressés ce mercredi par des militants d’extrême-gauche violents, dont c’est l’activité favorite.
L’un des belliqueux « antifascistes » est décédé accidentellement lors de la rixe.
Si cela avait été l’inverse, les médias n’auraient pas, ou à peine, évoqué l’affaire.
Mais dans ce cas précis c’est à un véritable lynchage médiatique, à un torrent de désinformation auxquels on a assisté.
Le CSVR annonce qu’il viendra en aide, dans la mesure de ses moyens, aux jeunes patriotes qui, pour s’être défendus, sont réprimés médiatiquement, policièrement et demain probablement judiciairement, pour des motifs politiques.
Alors qu’à l’instar de la racaille, l’extrême-gauche multiplie les agressions depuis plusieurs années et en toute impunité, chacun peut se retrouver sur le banc des accusés pour s’être défendu.
Vous pouvez faire parvenir vos dons au CSVR qui transmettra. Mentionner « saint Lazare ».

- 28 mai 2013 : le CSVR est en relation avec un certain nombre de Français qui ont été gardés à vue ces jours-ci ou qui le sont encore actuellement.
Certains passent en comparution immédiate.

Ces dernières semaines les abus de pouvoir, les arrestations arbitraires, les gardes à vue interminables et injustifiées, les violences policières ont atteint un niveau intolérable, qui doit susciter une réaction massive.
Réaction de protestation pour que le Système ne se croit pas tout permis, et réaction de solidarité envers les réprimés.
Il est important qu’ils se sentent soutenus moralement et qu’ils le soient aussi matériellement (pour les frais de justice).
Le CSVR peut servir d’intermédiaire entre eux et vous.
Vous pouvez nous adresser vos dons en mentionnant « 26 mai ».

- 25 avril 2013 : lire le communiqué du CSVR concernant la répression du gouvernement en cours.

- 24 mars 2013 : le CSVR interviendra si des personnes sont inquiétées par la justice suite à la manifestation de ce jour, contre le projet de mariage « homosexuel ».
Il vous tiendra informé des suites éventuelles.

- Mars 2013 : le CSVR précise qu’il n’est pas l’organisateur d’un concert se tenant à Lyon le 9 mars et dont l’intitulé peut induire en erreur.
Les bénéfices de ce concert n’iront pas au CSVR.

- Novembre 2012 : le CSVR apporte son soutien aux participants de la manifestation du 18 novembre contre le « mariage » homosexuel, qui sont actuellement inquiétés par la police pour avoir défendu les familles présentes contre la violente agression de féministes du groupe « Femen ».
Vous pouvez nous adresser un don avec la mention « dossier Femen », que le CSVR s’engage à reverser pour les frais d’avocats.

- Mars 2012 : le CSVR a pris contact avec plusieurs personnes inquiétées dans l’affaire du « Piss Christ » et leur vient en aide.

- Janvier 2012 : le CSVR s’engage à soutenir, dans la mesure de ses moyens, les personnes qui seraient inquiétées suite à l’affaire du « Piss Christ » d’Avignon.

- Décembre 2011 : le CSVR apporte son appui aux jeunes catholiques qui sont inquiétés pour avoir protesté contre les pièces de théâtre antichrétiennes.
Il est déjà en relation avec une vingtaine d’entre eux et les appuiera financièrement et moralement.

Source : « csvr.fr » du 07/06/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Genre Des Extrêmes !

Des anges…? Des démons…? Mais ce sont tous des EXTREMISTES bagarreurs !

La « gôche » ment éhontément pour mieux instrumentaliser l’accident mortel de Clément Méric
Une rixe entre deux bandes s’est terminée par la mort cérébrale regrettable d’un jeune garçon de 19 ans convaincu d’être dans le camp du bien, dans le camp de ceux qui ont le droit de déterminer le bon citoyen du mauvais.
« Il était une figure incontournable, très engagé, un des plus gros militants chez « Sud » ».
Les extrêmes ne sont néfastes que lorsqu’ils se situent à droite, les extrêmes de gauche, eux, sont vus avec la plus grande bienveillance.
Normal, ce sont les gentils autoproclamés, ceux qui rendent la justice, à coups de bottes si nécessaire.
Clément Méric, encarté au syndicat Solidaires « IEP » une branche de « SUD », et fort de ses convictions, a sans doute voulu en faire bénéficier cette petite bande de quatre déambulant, paraît-il, dans un quartier très « coloré » avec des t-shirts dont on nous dit qu’ils seraient marqués du FN (si toutefois on considère la probabilité proche de zéro que le FN vende des t-shirts « blood and honor »).
Les inconscients !

Selon « le Point », une trentaine de témoins de la scène sont actuellement entendus à la PJ.
Ce qui est intéressant dans cette histoire, c’est la vélocité et l’imagination fort fertile de nos têtes pensantes.
Entre un « Pierre Bergé » accusant la « Manif Pour Tous » d’être à l’origine de la mort de Clément et un « Harlem Désir » déclarant que « c’est toute la République qui est meurtrie » alors que jusqu’à preuve du contraire il semble que ce ne soit qu’une bagarre de rue qui a tourné au drame, comme il y en a régulièrement.
On se rappellera d’ »Alain Bousquet », responsable du Front de Gauche appelant à briser les os de Marine Le Pen, ou encore de « Pierre Bergé » avouant qu’il ne pleurerait pas le million de morts de la « Manif Pour Tous » si une bombe explosait, mais ce n’est pas de la haine puisque ces gens sont les gentils…
« Pas de stigmatisation, gardons de nous de donner dans l’amalgame » entendrions-nous clamer si le coupable avait été d’origine non gauloise.
Mais tel n’est pas le cas cette fois, exceptionnellement, alors on se nourrit jusqu’à l’indigestion sur la bête, surtout sur la bête immonde, celle qui arrive à point nommé dans la chronologie électorale qui sent dans une inquiétude palpable enfler les voix et les adhésions au Front National.

Alors que s’est-il passé exactement ?
Il est encore trop tôt pour le dire puisque les deux parties affirment que c’est l’autre qui a commencé, même si d’une même voix les censeurs qui n’en savent guère plus sur les évènements martèlent à qui mieux-mieux une seule et même version.
Serge Ayoub, responsable des « JNR » (Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires) accusés d’être à l’origine du coup mortel, donne quelques éclaircissements même si ceux-ci restent encore à démontrer.
D’après lui les deux groupes se seraient trouvés au même moment dans une vente privée « Fred Perry » (comme quoi ils peuvent avoir les mêmes goûts !), ce que confirme le « Syndicat Alliance » qui parle d’une « rencontre fortuite » suivie d’une « altercation entre les deux groupes ».
Des premiers éléments d’enquête nous apprennent par ailleurs qu’il y a eu « invectives, bousculades et échanges de mots entre ces deux groupes de jeunes ».
Selon « Serge Ayoub » il s’agirait de « jeunes qui ont eu le malheur d’avoir les cheveux trop courts et une marque de blouson qui déplaît à d’autres ».
Il ajoute que sur le lieu de la vente, « ils ont été pris à partie par cinq militants d’extrême gauche qui leur ont promis de les massacrer à la sortie.
Le service d’ordre de la vente privée en a été témoin.
Il a proposé à ces trois jeunes plus la gamine d’attendre ».
La « gamine » se prénommerait Aurélie et serait arrivée alors que la bagarre avait déjà commencé entre les cinq militants gauchistes et les trois « skin heads ».

Selon le service de sécurité du magasin, les agresseurs à l’origine de l’altercation seraient le groupe des cinq antifas.

« La sécurité est descendue pour demander aux jeunes d’extrême gauche de s’en aller.

Au bout d’une demi-heure d’attente, la sécurité leur (aux skins) a proposé de descendre en disant que cela s’était calmé.

Quand ils sont descendus dans la cour – la vente se situait dans les étages -, les jeunes d’extrême gauche les attendaient.

La sécurité est sortie une deuxième fois pour les accompagner dehors.

Un peu plus loin dehors, ces cinq jeunes hommes les attendaient encore.

A ce moment-là, les jeunes d’extrême gauche ont porté les premiers coups, en tout cas il y a eu une bousculade » d’après Serge Ayoub.

Selon lui les trois militants d’extrême droite souhaitaient quitter les lieux.

« Le Point » semble confirmer cette version puique le journal évoque un échange mutuel d’insultes entre les deux bandes.
Puis les skins se seraient rendus auprès de l’agent de sécurité pour l’alerter sur la présence d’antifas désirant leur « régler leur compte ».
L’agent de sécurité aurait alors tenté de parlementer avec les jeunes antifas afin de les calmer puis aurait indiqué aux skins que la voie était libre.
Une femme témoin de la scène raconte qu’il y a eu insultes, des bousculades et une bagarre générale et que le malheureux Clément, après avoir reçu un coup de poing américain, est tombé en arrière, sa tête heurtant un poteau métallique.
En somme, il s’agit bel et bien d’un terrible accident consécutif à une baston entre deux bandes aux opinions opposées et décidées à en découdre l’une et l’autre.
En clair, le mort aurait aussi bien pu être de l’autre bande…

Qu’auraient dit les médias alors ?

Ils auraient évoqué un tragique accident, une fatalité, se seraient défendus de tout amalgame, auraient assurés le Parti de Gauche de leur soutien dans l’adversité, voire se seraient ouvertement réjouis via « Twitter » de ce qu’un facho de moins ait été nettoyé et dès la fin de journée on aurait cessé d’en parler.

Mais là, Marine Le Pen grimpant en flèche dans le cœur de plus en plus de Français, les associations pseudo-antiracistes ayant besoin d’exister au-delà de leurs quelques centaines d’adhérents, et le gouvernement honni ayant besoin de regagner quelques galons en imposant en prime le tout sécuritaire et l’interdiction de la liberté d’expression et d’opinion, particulièrement sur internet, l’occasion est bien trop belle.
Donc par pur électoralisme, la bien-pensance, celle composée des seuls vrais fachos en France, ment éhontément en faisant croire que les méchants d’extrême droite ont tué un pur et gentil d’extrême gauche.
L’extrême droite a en réalité tout à perdre dans cette affaire et la gauche tout à y gagner et cette dernière ne se gêne pas pour le faire savoir, se réjouissant très vraisemblablement « in petto » de l’aubaine charognarde de ce décès inespéré.

Une mort accidentelle qui tombe à point finalement, et qui ne bénéficiera qu’à la « gôche » et rien qu’à la « gôche ».

Caroline Alamachère

Source : « ripostelaïque.com » du n° 306

Les Médias Oublient !

TOUTES les chaînes Françaises ont un son de cloches différent !

Il s’agit de trois hommes et d’une femme âgés de 20 à 30 ans, Esteban M., Cédric C., Stéphane C. et Katia V.
Selon les informations du « Point.fr », la police judiciaire (PJ) et la Direction du renseignement de la préfecture de police de Paris (DRPP) ont arrêté jeudi à la mi-journée à Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis, quatre suspects dans l’affaire de l’agression du militant d’extrême gauche Clément Méric.
Le principal suspect a été interpellé à partir d’écoutes téléphoniques et sur la base des descriptions des témoins oculaires entendus depuis jeudi matin à la 1re DPJ.

Pour les policiers, il ne fait aucun doute qu’il est l’auteur des coups, mais l’intention de tuer n’est pas démontrée.
(Pourtant, on se gargarise avec l’assassinat de Clément Méric.Pelosse)
Pour le moment, l’usage d’un poing américain n’est pas confirmé par les policiers.

Provocations de part et d’autre

Selon une source policière, les enquêteurs « ont rapidement disposé » de signalements précis et de photos des agresseurs présumés, qui « graviteraient, pour certains », autour du « noyau dur » des Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR), ce qui « reste à affiner dans le temps de la garde à vue » et à « vérifier », a précisé la source.
Les policiers disposaient également de témoignages directs, qui ont été « utiles à l’enquête », a dit la source policière.

L’enquête avance et confirme les provocations de part et d’autre dans l’immeuble où s’est déroulée la vente privée.
Selon nos informations, le groupe de Méric et celui des skins se seraient en effet croisés.

Après un échange d’insultes et de menaces, trois skins accompagnés d’une fille seraient allés alerter un agent de sécurité, lui confiant que des jeunes se présentant comme « antifa » (antifascistes, NDLR) les attendaient pour régler leur compte.
(Que les trois skins soient allés voir un agent de sécurité pour éviter l’affrontement, nos télés n’en parlent pas ! Mais voyons les éléments antifacistes ne peuvent pas être susceptibles d’être querelleurs et violents, Monsieur Valls !Pelosse)

L’agent de sécurité serait alors sorti pour parlementer.
Puis il serait remonté dans le magasin avant de dire aux jeunes au crâne rasé que la voie était libre.

Les enquêteurs ont ensuite interpellé trois nouvelles personnes jeudi après-midi, portant à sept les gardes à vue dans l’enquête sur le coup porté lors d’une bagarre mercredi qui a causé la mort du militant d’extrême gauche Clément Méric.
Les gardés à vue appartiennent à la mouvance de la droite la plus extrême, plusieurs étant proches du groupuscule des Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR) et du mouvement affilié de la Troisième Voie, a affirmé une source policière à l’Agence France-Presse.

Dans la matinée, le leader des JNR, Serge Ayoub, alias « Batskin », avait réfuté toute implication de son groupe.

Source : « lepoint.fr » du 06/06/2013

Cela ne sentirait-il pas encore le complot ?

Aléas De La Toile

Aléas De La Toile dans SECURITE web-e1373995146759

Sept mises en examen après le mariage « par téléphone » d’une ado fugueuse convertie à l’islam

Elle ne fréquentait plus son collège depuis trois ou quatre mois, a indiqué le procureur de Mulhouse, Hervé Robin.
Sept personnes ont été mises en examen à Mulhouse dans l’affaire concernant d’une adolescente de 15 ans, convertie à l’islam, qui s’est enfuie de chez son père pour rejoindre un homme de 28 ans qu’elle affirme avoir « épousé par téléphone », a-t-on appris de source judiciaire mercredi 15 mai.
Née d’une mère française et d’un père britannique, la jeune fille avait adopté les règles du salafisme, mouvance rigoriste de l’islam, et portait un voile intégral.
Quatre de ces suspects ont été placés en détention provisoire, a précisé le parquet de Mulhouse.
Parmi eux, le pseudo époux – un converti qui se serait déjà marié une première fois lors d’un voyage au Yémen –, ainsi qu’un homme originaire de Moulins (Auvergne), qui aurait servi d’entremetteur pour mettre en rapport, grâce à Internet, des musulmans désireux de se marier avec des jeunes filles converties à l’islam.

CONVERTIE À L’ISLAM PAR TÉLÉPHONE ET SUR INTERNET

L’enquête a démarré le 6 mai lorsqu’un père de famille est venu signaler à la police de Mulhouse la fugue de sa fille de 15 ans.
En compagnie de trois de ses amies de 17, 18 et 19 ans – également interpellées lors de cette procédure – l’adolescente s’était convertie à l’islam en cachette de ses parents chrétiens, « par téléphone et en passant par des réseaux sociaux sur Internet », selon ses propos rapportés par les enquêteurs.
Elle portait parfois la burqa et affichait des positions salafistes, ont expliqué ces derniers.
L’adolescente de 15 ans aurait eu une violente dispute à propos des hommes alors qu’elle était chez sa mère le week-end des 4 et 5 mai, rapporte le quotidien régional L’Alsace.
Elle aurait revêtu sa burqa alors que des invités masculins se trouvaient chez sa mère.
« Son père est venu la chercher avant de l’enfermer dans sa chambre.
Mais l’adolescente a réussi à ouvrir les volets et à s’échapper pour aller rejoindre son deuxième mari », avant que le père ne signale la fugue à la police.

RÉPUDIÉE PAR UN PREMIER « ÉPOUX »

Retrouvée à Valence à plusieurs centaines de kilomètres de chez son père, où elle était venue rejoindre son « mari », l’adolescente a depuis regagné Mulhouse.
Elle a précisé qu’il s’agissait là en fait de son deuxième « mariage », car elle avait déjà été répudiée par un premier « époux ».
Parmi les interpellés se trouve un homme d’une vingtaine d’années, qui évoluait dans l’entourage de la jeune fugueuse.
Lui aussi converti à l’islam, il se présentait comme un « désenvoûteur » en lutte contre les « djinns », les esprits, d’après les enquêteurs. « Il lui a dit que, comme elle était restée dans son ‘milieu naturel’, il fallait qu’elle soit désenvoûtée par les djinns », a précisé le procureur de Mulhouse.
Selon le quotidien régional L’Alsace, les ministères de l’intérieur et de la justice, informés de cette affaire, auraient « demandé aux enquêteurs d’agir vite », mais « avec beaucoup de prudence ».

Source : « lemonde.fr/société » du 15/05/2013

Pourquoi le Ministère de l’Intérieur a-t-il demandé la plus grande discrétion sur l’affaire si ce n’est que ce fait-divers met à jour les trafics en tous genres que permet l’islam ?

Source : « resistancerepublicaine.eu » du 06/06/2013

Faites Votre Devoir…! ? !

Faites Votre Devoir...! ? ! dans SECURITE menottes-300x133

 

Le  maire  embarqué  parce  qu’il  voulait… faire  respecter  la  loi !

Dans la France socialiste, de jour en jour, la réalité semble se dérober comme la terre sous nos pieds…
Laissant déborder un mélange confus de folie surréaliste au parfum soviétique.
Certains s’accrochent encore désespérément au « Grand Journal » de Canal, priant pour que cette quatrième dimension peuplée de gays et de rappeurs soit la bonne.
Mais c’est dur, même si on est bon public !
Quand ce n’est pas la ministre Taubira qui veut imposer des stages sur le « genre » aux magistrats, c’est un maire qui se fait embarquer par les flics… parce qu’il veut défendre la légalité !

Trouble à l’ordre public !
C’est pour ce motif que « Cyril Meunier », maire divers gauche de Lattes (Hérault), a été embarqué par les forces de l’ordre.
S’est-il baladé à poil devant des écoliers ?
A t-il fait son marché habillé en Waffen-SS ?
A-t-il interrompu un imam en pleine prière ?
Non, l’élu a simplement voulu dire stop.
En protestant contre l’installation de gens du voyage, venant envahir avec 200 caravanes un terrain privé de la commune… alors qu’une aire destinée aux nomades existait déjà.
Sur place, la scène a visiblement choqué car, selon le « Midi Libre », « la pression est montée, le maire en a appelé à la désobéissance. Bilan, sur ordre de la sous-préfète de permanence, le maire s’est fait embarquer par la police pour« trouble à l’ordre public ».
Il vient de faire l’objet d’un transfert vers la préfecture où la sous-préfète devrait faire la leçon au maire de Lattes. »

C’est inexorable : les « gens du voyage » s’installent où ils veulent quand ils veulent.
Avec moult précautions verbales, les élus locaux tentent chaque fois une médiation.
C’est presque toujours très tendu, et souvent, l’administration cède, trouvant d’urgence un autre espace, facilitant l’accès à l’eau et à l’électricité pour cette immigration subite, qui évidemment aura droit à tout gratuitement !
Pendant ce temps-là, les Français, écœurés, ravalent leur humiliation.

De toute façon, l’Europe veille, et le peuple ne se rend toujours pas compte qu’il a perdu pratiquement toute souveraineté :
Toute expulsion administrative des nomades « viole la charte sociale européenne » signée par la France, comme le rappelle Les Dépêches tsiganes.
« En d’autres termes, cette décision rappelle aux préfets et aux élus, qui engagent des procédures administratives d’évacuation forcée, qu’ils violent un traité international et qu’ils sont susceptibles d’être condamnés. »
Pan sur les doigts !

Avant d’espérer tout « redressement futur » de la République, il faudra d’abord gagner la rude bataille du vocabulaire :
Ne plus dire « gens du voyage » mais, quand ces gens ne respectent aucune loi, les traiter simplement de « délinquants ».
C’est moins poétique certes, mais beaucoup plus juste !
Quant au maire de Lattes, qui dit admirer « de Gaulle et Rocard » (sic), on lui souhaite bon courage, car résister est toujours admirable.

Joris Karl

Source : « bdvoltaire.fr » du 04/06/2013

Rôle De La Police ?

La  police  aurait-elle  poussé  aux  incidents  hier  esplanade  des  Invalides  ?

A l’entrée de l’esplanade des Invalides, ce 26 mai vers 18h00.
On pouvait remarquer quelques groupes d’hommes qui rôdaient sur les terrasses surplombant les pelouses, âgés d’environ quarante ans, mines patibulaires, nuques rasés, vêtus de blousons sombres, de vestes de cuir ou de treillis.
Extrémistes de droite en attente d’un mauvais coup ?
Non, les observateurs avisés, intrigués par leur comportement louche, remarquent que certains portent de discrètes oreillettes, des matraques télescopiques dépassent des poches.
Ces hommes aux allures de nervis sont des policiers en civil…
Plus tard dans la soirée, alors que l’ordre de dispersion officielle a été donné, il reste encore quelques milliers de personnes sur l’esplanade, veilleurs, familles pique-niquant sur place, et surtout beaucoup de jeunes dans une ambiance bon enfant.
Face à la rue de l’Université, un fort groupe chante et chahute les CRS avec bonne humeur et insolence.
Il n’est pas question encore à cette heure-ci d’affrontements.

Soudain, surgissant de la foule, les policiers en civil repérés plus haut et qui se sont fondus dans l’assistance se jettent violemment sur quelques manifestants pour les interpeller.
La foule surprise tente de s’interposer mais les policiers en civil, et qui ne portent aucun brassard Police, forcent le passage distribuant force coups de matraques pour dégager le passage.
Emmenant leurs prisonniers, ils se retirent derrière les CRS sous les huées de la foule.
Ces interpellations musclées et sans raisons valables suffisent à déchaîner la colère de la foule, la confrontation, jusqu’alors bon enfant, prend alors une toute autre tournure et dégénère gravement :
Charges de C.R.S. et de gendarmes mobiles, salves de grenades lacrymogènes ripostent aux jets de bouteilles et de fusées d’artifice .
Manuel Valls peut être satisfait, il pourra fustiger le soir sur les ondes même de « violents débordements d’extrême droite ».

De là à imaginer que ces brutales interventions de policiers en civil s’apparentent à des provocations destinées à faire dégénérer la manifestation, il n’y a qu’un pas.
Déjà à Versailles le 16 avril des policiers, ne portant pas de brassard « Police » mais exhibant des drapeaux de La Manif Pour Tous, avaient cherché à créer de toute pièce des affrontements et des violences.
Quatre plaintes contre des policiers avaient été déposées pour insultes, menaces et incitations au trouble à l’ordre public.
De son côté, Christine Boutin, dès le 25 mai alertait sur Twitter de possibles provocations policières afin de provoquer des échauffourées et déconsidérer le mouvement.

De telles méthodes, si elles sont avérées, sont dignes d’un Etat policier.
Si l’on prend en compte également les centaines d’arrestations sans motif légitime, les gardes à vue abusives, la minoration systématique de l’ampleur des manifestations, parfois à l’aide d’images truquées, et les intimidations lancées par le ministre de l’Intérieur lui-même à l’encontre des familles qui voulaient manifester avec leurs enfants ce 26 mai, c’est un étrange visage qu’offre la Hollandie socialiste, voulant établir de « nouveaux droits » pour établir « le Meilleur des mondes » mais contre la volonté du peuple. Les jeunes manifestants qui affrontaient durement les forces de l’ordre sur les Invalides le 26 mai au soir criaient « Dictature socialiste », les faits semblent leur donner raison.

Pendant ce temps-là ceux qui avaient été embarqués samedi et ceux qui avaient investi le siège du PS ne pouvaient pas se trouver sur l’esplanade des Invalides, logique non ?

Les militants identitaires qui ont occupé temporairement le toit de Solférino commencent à être libérés

Une audience est prévue le 21 juillet prochain, un contrôle judiciaire avec pointage mensuel est mis en place avec interdiction de se voir entre militants qui ont participé à l’action.
Bon moral pour tous les militants.

Source : « fr.novopress.info » du 28/05/2013

Des centaines de fonctionnaires sont mobilisés à l’encontre de Français PACIFIQUES alors que courent des délinquants terroristes comme celui qui s’en est pris au militaire de « Vigie Pirate » !
Notre Gouvernement défend-il le peuple Français oui ou non ?
Il ne c’était rien passé pendant les défilés, il fallait justifier ce déploiement de forces publiques et créer les incidents puisqu’ils n’avaient pas eu lieu !
Nous ne sommes plus en sécurité !

Paris A La Barbare !

Les terroristes aident notre président, à son insu, dans sa suppression des postes dans l’armée !

Un militaire en tenue, en mission Vigipirate, a été poignardé samedi vers 18h dans le quartier de La Défense.
Il a été attaqué par derrière et touché à la gorge.
Hospitalisé à l’hôpital à Clamart ses jours ne paraissent pas en danger.
L’agresseur a pu prendre la fuite et Le Parisien rapporte :
“La police le décrit comme un homme de type nord-africain, âgé d’environ 30 ans.
Il est porteur d’une barbe, d’un blouson noir et d’une djellaba de couleur claire, selon nos informations.”
Cette agression d’un militaire français survient trois jours après le meurtre à l’arme blanche dans la rue, là aussi, d’un soldat britannique à Londres par deux africains aux cris d’ « Allah akbar ».
Ceci évoque une analogie.
François Hollande depuis l’Ethiopie où il est en déplacement a déclaré “nous devons regarder toutes les hypothèses et nous n’en négligeons aucune”.

A notre connaissance Manuel Valls n’a pas (encore) attribué l’agression à un manifestant du Printemps Français ou de l”“extrême droite” dont il a dit craindre des actions “violentes” dès samedi, à l’occasion des manifestations contre le mariage homosexuel, Printemps Français dont il envisage d’ailleurs l’interdiction pure et simple !
Frigide Barjot, elle non plus, à notre connaissance, n’a pas (encore) accusé de cet acte le Printemps Français ou l”“extrême droite” !
Comme le rappelle Le Salon Beige :
Il a fallu que ce militaire de Vigipirate se fasse aussi poignarder à la gorge samedi près de Paris pour que cette info qui date du 7 mai quitte enfin le cadre du journal local qui l’a relatée :
“Un individu a fait irruption ce matin dans la brigade de gendarmerie de Roussillon [Isère] vers 11 heures 50.
Selon un témoin présent sur les lieux du drame, il est entré dans la brigade de gendarmerie en criant “Allah est grand” avant de s’en prendre à un gendarme à l’accueil, le blessant avec un couteau au niveau du cou”.

Source : « fr.novopress.info » du 26/05/2013

Effectivement, quand cela se passe « en province » on le tait plus facilement.
Cela se passait à la Brigade de gendarmerie de Roussillon, mais , là, les forces de l’ordre n’ont pas laissé fuir le coupale et l’ont écroué.
Pourtant ce n’est qu’un petit bourg !

Français En Révolte !

Français En Révolte ! dans SECURITE manif-300x200

Le panier à salade emmène les interpellés.

Samedi, 50 personnes interpellées sur les Champs-Elysées, davantage que pour les émeutes du Trocadéro !

Samedi soir à l’appel du mouvement « Français en révolte » quelques dizaines d’opposants au mariage homosexuel se sont rassemblés pacifiquement sur les Champs-Élysées à Paris.
Des policiers et gendarmes sont intervenus rapidement et une cinquantaine de manifestants ont été interpellés, nettement plus que pour les récentes émeutes ethniques du Trocadéro avec leur lot de voitures brulées, de magasins pillés avec leurs vitrines brisées, de blessés, etc., le 13 mai à Paris également.

Un témoin a crié « un militaire français vient de se faire agresser tout le monde s’en fout, on agite un drapeau français on se fait embarquer »

Cet événement est intervenu à la veille de la grande manifestation nationale contre le mariage homo à Paris qui s’est déroulé cet après-midi.

Source : « fr.novopress.info » du 26/05/2013

Sommes-nous en sécurité contre les crapules des zones de non-droit ?

Si Vis Pacem Para…

Européens,   la   fête   est   finie,   nous   sommes   en   guerre   !

De Stockholm à Londres en passant par Paris ou Athènes.
Le temps est désormais venu d’ouvrir les yeux et de mettre des mots sur ce qui se passe aujourd’hui en Europe :
Nous sommes en guerre.
Cette guerre a été déclarée non par nous, peuples d’Europe, mais par nos gouvernants, politiciens et grandes multinationales, qui ont sciemment contribué, depuis des dizaines d’années, à pourrir le fruit Europe.

Ils ont décidé sans nous consulter de mettre en place une immigration massive, destructrice de nos identités et de nos acquis économiques et sociaux.

Ils ont accepté sans broncher l’influence grandissante de la religion musulmane sous toutes ses formes, partout en Europe.
Ils ont accepté de tout leur donner pour ne pas provoquer leur colère.
Ils ont décidé que nous devions devenir des esclaves sur nos propres terres.

Ils ont accepté de vendre nos pays, nos institutions, aux marchands nomades qui sillonnent le monde, se sentant partout chez eux.

Ils ont décidé, afin de nous ôter définitivement toute racine, toute humanité, de mettre en place une politique de destruction des racines et de la famille, afin de faire de nous demain des simples robots.

Mais le produit de leurs folles décisions est en train aujourd’hui de leur échapper totalement, ils n’ont plus le contrôle.

Ils n’ont pas pu empêcher l’assassinat en plein jour et en pleine rue, à Londres, d’un militaire par deux islamistes fanatiques, alors qu’ils prétendent combattre l’islamisme partout dans le monde…sauf chez nous !

Ils nient le caractère ethnique des émeutes de Stockholm aujourd’hui, hier de Paris et de Londres, aidés en cela par des médias aux ordres.
Mais à l’heure d’Internet, tout le monde peut voir que les émeutiers, ceux qui saccagent, pillent, violent et tuent ne sont pas majoritairement européens de souche.

Ils vendent quotidiennement notre patrimoine aux puissances pétrolières arabes, rendant des populations entières dépendantes de nos ennemis.

Ils n’ont pas voulu mettre en place des barrières douanières qui protégeraient l’ensemble des européens de la guerre économique que nous mènent des pays comme les U.S.A. et la Chine.

Ils cherchent par la force s’il le faut à contenir tout mouvement de révolte populaire en Europe (des gazages des manifestations pour la défense de la famille en France, à la répression féroce contre les manifestation anti-austérité en Grèce).

Eux qui sont si prompts à donner des leçons à d’autres civilisations, d’autres pays, et même à y financer la guerre civile quand il le faut.

Ils n’ont plus le contrôle, et aujourd’hui, en voulant cadenasser par la force, l’amalgame et le dénigrement la révolte de leurs propres peuples, la haine qui monte et la colère qui gronde chaque jour un peu plus, ils abattent leurs dernières cartes, avant de s’effondrer.

Dominique Venner, éveilleur de peuple, historien et journaliste au service des peuples européens depuis toujours, avait bien compris cela, depuis longtemps déjà.

Son dernier geste héroïque à Notre Dame de Paris, un mardi, jour du dieu de la guerre Mars, a sonné les cloches annonçant la fin de la récréation.

La fête est terminée. Européens, si vous voulez la paix demain, alors préparez vous à la guerre.

Yann Vallerie

Source : « ripostelaïque.com » du n° 304

Silence Des Médias !

Un couple d’homos “mariés” jugé pour viols avec tortures sur cinq enfants adoptés !

Dans l’Etat du Connecticut aux États-Unis, deux hommes « mariés » ensemble vont être jugés pour pédophilie, viols et tortures.
Pourtant la propagande locale avait loué en 2010 les mérites de ce duo « marié » qui avait pris le parti d’adopter neuf garçons.

Les deux homosexuels ont été arrêtés en décembre 2011 après une première mise en cause par deux enfants, mais l’accusation manquait de preuves tangibles et il n’y avait pas eu procès.

Début avril 2013, trois autres garçons dénoncent à leur tour des agressions sexuelles à répétition et des sévices physiques.
IIl va y avoir procès.

Une nouvelle soigneusement passée sous silence par les médias français et très peu reprise par les médias américains.
Des médias par ailleurs prompts à dénoncer la pédophilie au sein de l’Eglise catholique.

Y aurait-il des procès pour pédophilie et sévices sur enfants qui sont beaucoup moins ou pas du tout médiatiques, surtout dans certaines périodes, et pourquoi ?

Source : « fr.novopress.info » du 25/05/2013

Cela ne peut-il pas se produire en France ?
Bien sûr, cela sera dissimulé de la même manière !

Que Dit Le Coran ?

Un religieux de la Communauté de Saint-Jean a été agressé dans la cour du centre paroissial.

Les faits se sont déroulés lundi peu après 20 heures dans la cour du centre paroissial du quartier Saint Ruf à Avignon.
Le Père Grégoire se tenait devant l’église et envoyait un message avec son téléphone, lorsque quatre jeunes du quartier se sont dirigés vers lui.
L’un d’eux lui a volé son téléphone avant de prendre la fuite.
Le religieux a fait rentrer les trois autres jeunes dans les locaux paroissiaux pour tenter de les convaincre de lui restituer le portable. Le ton monte.
Un des agresseurs assène un coup de poing au visage du père Grégoire.
Bilan : un nez cassé et cinq jours d’incapacité temporaire de travail.
Des frères de la Communauté de Saint-Jean tentent de s’interposer, mais ils se retrouvent sous la menace d’un couteau.

Une agression qui indigne
« J’étais en habits de religieux. Ces jeunes savent clairement qui nous sommes, ils n’ont aucun respect », témoigne le père Grégoire sur RTL.
« Ils m’ont tapé dessus sans tenir compte de l’habit ou de la fonction que je représentais », ajoute-t-il.
Le Conseil régional du culte musulman de la région Paca (CRCM-Paca) a exprimé dans un communiqué « son incompréhension et son indignation face à cette agression qui a visé un homme de paix devant un lieu de prière et de recueillement ».
Le CRCM-Paca a témoigné de « son soutien fraternel au prêtre victime et à sa communauté face à cette agression choquante et inqualifiable ».
Le député d’extrême droite du Vaucluse, Jacques Bompard, a condamné avec « la plus grande fermeté » cette agression qui selon lui « est la conséquence du laxisme généralisé ».

Le centre paroissial a porté plainte mardi après-midi.

Raphaël Vantard

Source : « rtl.fr » du 15/05/2013

Il se serait agi d’un imam, c’est sûr que nos télés nous en auraient rebattu les oreilles.
Mais là, rien sur cette agression contre un catholique !

Les Enfants Sont Sages.

Il ne faut pas que la mentalité des enfants évolue, les adultes au pouvoir n’ont plus de sagesse.

Comment les leçons d’antiracisme accentuent l’intolérance chez les élèves en « suscitant leur animosité à l’égard des autres cultures »
Une étude néerlandaise arrive à la conclusion que les débats touchant à des préoccupations ethniques sensibles peuvent être contreproductifs.
Le ministre de l’Education Michael Gove (Royaume-Uni) se trouve sous le feu des critiques pour avoir envisagé de mettre un terme à l’enseignement de sujets multiculturels aux adolescents.

Une importante étude a révélé hier que les enfants à qui l’on donne des cours d’antiracisme à l’école ont davantage tendance à être intolérants hors de leur classe.
Selon cette étude, accuser les élèves blancs de racisme est source d’animosité et discuter de questions ethniques sensibles comme les crimes d’honneur c’est dépeindre sous un mauvais jour les enfants appartenant à des groupes minoritaires.
L’enquête souligne que les enfants qui vivent dans des quartiers mixtes sont souvent dénués d’hostilité envers les autres groupes raciaux.
Mais, en revanche, elle constate que « lorsqu’en classe on accorde davantage d’attention à la société multiculturelle, l’effet de libéralisation que ce contact positif exerce dans les classes sur les attitudes xénophobes des jeunes diminue. »
Cette étude réalisée aux Pays-Bas arrive en pleine controverse sur la place du multiculturalisme – qui reproche à la Grande-Bretagne son racisme historique et exige d’elle qu’elle encourage les cultures minoritaires – dans les programmes et l’enseignement national des écoles britanniques.
Le secrétaire à l’Education Michael Gove s’est trouvé sous le feu des critiques d’universitaires de gauche pour avoir envisagé de stopper l’enseignement aux adolescents de sujets tels que « la grande diversité culturelle, sociale et ethnique de la Grande-Bretagne du Moyen Age au XXe siècle et sa contribution à la formation de l’identité de la Grande-Bretagne ».

Au lieu de cela, à l’avenir les élèves auront davantage de cours d’histoire de la Grande-Bretagne.
L’étude néerlandaise, publiée dans la « European Sociological Review » (Revue d’histoire sociologique), se fonde sur une enquête menée auprès de 1.444 élèves âgés de 14 et 15 ans dans dix écoles de la ville de Nimègue.
Les adolescents, issus de différentes classes et origines raciales, et de capacités scolaires distinctes, ont été interrogés sur leur attitude vis-à-vis de ceux qui ont des origines ethniques différentes et sur l’enseignement multiculturel de leur école.
L’étude a retenu que les garçons avaient tendance à être plus intolérants que les filles vis-à-vis d’autres groupes, et que l’intolérance la plus marquée se trouvait chez ceux qui se réclamaient d’une forte identité religieuse ou ethnique, chez ceux provenant des milieux turc ou marocain, et chez ceux dont les résultats scolaires étaient les plus faibles.

Mais elle affirme que l’enseignement du multiculturalisme exerce un « effet négatif inattendu ».
Elle ajoute:
«L’impact du contact inter-ethnique positif dans les classes disparaît ou même s’inverse lorsqu’il est davantage mis l’accent sur le multiculturalisme pendant les cours.
Parler de discrimination et des us et coutumes des autres cultures pendant les cours affecte indirectement les attitudes xénophobes des jeunes. »
Le rapport ajoute que l’animosité chez les groupes minoritaires pourrait provenir de discussions sur des sujets comme les crimes d’honneur ou l’excision.
Cette animosité pourrait aussi avoir pour cause une « approche unilatérale du racisme dans un rapport délinquant-victime ».

Les conclusions font écho aux points de vue de Ray Honeyford, directeur d’école à Bradford.
Il a été chassé de son emploi il y a près de 30 ans pour avoir affirmé que l’enseignement multiculturel était nocif aux élèves.
M. Honeyford disait que les performances des élèves étaient freinées par «la notion de ce programme multiracial imposé par les autorités, et le fait de faire dans les classes, de la couleur et de la race, des questions importantes et cruciales ».
Patricia Morgan, auteur d’ouvrages sur la famille et l’éducation, a déclaré hier :
«Si vous mettez le nez des enfants dans leur racisme supposé, ils n’aiment pas cela.
On accuse les élèves de choses qu’ils n’ont ni pensées ni faites.
Le multiculturalisme tente de manipuler les pensées, les croyances et les émotions des enfants, cela revient à les endoctriner, et ça ne marche pas.
C’est contreproductif.
Cette étude montre que lorsque les gens essaient de manipuler les esprits des enfants, ça leur retombe dessus. »

René Schleiter traducteur pour « Polémia »

Source : « fr.novopress.info » du 12/05/2013

Notre gouvernement a donc encore une montagne de travail, surtout en ce qui concerne les cours d’histoire !

Toujours Des Bombes !

Un  attentat  ’soutenu  par  Al  Qaïda’  déjoué  au  Canada.

La police canadienne a annoncé lundi l’arrestation et l’inculpation de deux hommes.
Il sont soupçonnés de préparer un attentat contre un train de voyageurs avec le soutien de membres d’Al Qaïda établis en Iran.
« Si ce complot avait été mené à bien, il aurait causé la mort d’innocents et fait des blessés graves », a déclaré James Malizia au nom de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), lors d’une conférence de presse.
Les suspects, Chiheb Esseghaier, 30 ans, et Raed Jaser, 35, vivaient respectivement à Montréal et à Toronto, précise la GRC, selon laquelle le complot dont ils sont soupçonnés est sans rapport avec le double attentat commis il y a une semaine à Boston.
Aucun des deux n’est Canadien, mais les autorités n’ont pas dévoilé leur nationalité.
Selon deux sources proches de l’enquête, l’un est Tunisien.

A Washington, on indique de source proche des services de renseignement que les deux hommes visaient la ligne Toronto-New York.
La GRC ne le précise pas, mais évoque un projet visant un train de VIA Rail Canada dans l’agglomération de Toronto.
Selon son porte-parole Paul Browne, interrogé par Reuters, la police de New York a été tenue informée de l’enquête dès le début.
Chiheb Esseghaier achevait un doctorat dans le domaine de l’énergie et des matériaux à l’Institut national de la recherche scientifique, près de Montréal, a-t-on appris auprès de l’établissement, où il a été admis en 2010.
Les deux hommes, qui seront présentés à un juge mardi matin à Toronto, avaient l’intention et les moyens de commettre un attentat, mais il n’y avait pas de risque imminent pour le public, les passagers ou les infrastructures, a poursuivi James Malizia.
« Les individus recevaient un soutien d’éléments d’Al Qaïda établis en Iran », mais rien n’indique que le projet était soutenu par un Etat, a-t-il ajouté.

« UNE MENACE RÉELLE »
Selon l’inspecteur Doug Best, c’est un avertissement émanant de la communauté musulmane canadienne qui a permis de faire avancer l’enquête.
La date des interpellations a été choisie pour des raisons « logistiques », a-t-il précisé.
« Les arrestations démontrent que le terrorisme reste une menace réelle au Canada », a souligné Vic Toews, ministre de la Sécurité publique, s’adressant à la presse à Ottawa.
« Le Canada ne tolérera aucune activité terroriste et ne sera pas le repaire de terroristes ou de ceux qui soutiennent des activités terroristes », a-t-il ajouté.
Le liens avec une organisation se réclamant d’Al Qaïda en Iran étonnent les experts.
Plusieurs cadres du mouvement islamiste y ont été placés en résidence surveillée après les attentats du 11 septembre 2001, mais aucun projet d’attentat en Occident n’y a été signalé.
De source proche du gouvernement américain, on signale toutefois l’existence d’un réseaux d’intermédiaires de l’organisation à Zahedan, ville proche des frontières afghane et pakistanaise.
Hostiles aux activistes sunnites d’Al Qaïda, les autorités iraniennes procèdent de temps à autres à des coups de filets dans leurs rangs, mais ferment parfois les yeux sur les activités.
Le complot dévoilé lundi est le premier du genre imputé à Al Qaïda sur le territoire canadien.
En 2006, les forces canadiennes avaient arrêté une vingtaine de personnes vivant dans l’agglomération de Toronto et soupçonnés d’avoir voulu poser des bombes.

Plus récemment, la police a confirmé que deux Canadiens avaient participé en janvier dernier à la sanglante prise d’otage du site gazier de Tinguentourine, près d’In Amenas, en Algérie.

Euan Rocha

Source : « bdvoltaire.fr » du 11/05/2013*

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Mêlons-Nous de NOUS.

Al-Qaida  au  Maghreb  islamique  multiplie  les  menaces…

Selon « l’AFP » à Dubaï, Al-Qaida au Maghreb islamique appelle à attaquer les intérêts français «partout dans dans le monde».
Dénonçant «la croisade menée par la France contre les musulmans au Mali», Abou Obeida Youssef Al-Annabi exhorte les musulmans dans le monde entier à attaquer les intérêts français partout», car ce sont des cibles légitimes.
Abou Obeida Youssef Al-Annabi, chef du Conseil des notables d’Aqmi, appelle les musulmans à «la mobilisation et au jihad».
«Depuis le premier jour de l’agression, ils sont devenus des cibles légitimes», déclare le terroriste en référence à l’intervention militaire de la France au Mali lancée en janvier.

Le retrait entamé
La France a commencé le retrait de ses quelque 4.500 soldats engagés au Mali et le passage de relais aux contingents de la « Misma » (Mission internationale de soutien au Mali), composée de 6.300 hommes.
Elle a toutefois annoncé qu’un millier de ses soldats resteraient au Mali au-delà de 2013, pour soutenir en cas de besoin les forces de l’ONU appelées à remplacer la Misma.
Les menaces à l’égard de l’Hexagone de cette branche d’Al-Qaida en Afrique se sont multipliées depuis le début de l’opération Serval au Mali.
Fin mars, Aqmi avait inauguré le nouveau compte « Twitter » de son canal habituel, Andalus media, en postant un «message à l’attention des Français en général et des familles des otages en particulier» et en dénonçant les «croisés français et leur agression contre le Mali islamique».

Source : « 20minutes.fr » du 07/05/2013

 

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Toujours Plus Vicieux !

Attention à une façon de préparer votre cambriolage singulière !

Mercredi, je me suis approché de ma voiture du côté passager pour y déposer mon portable sur le siège avant.
Comme j’allais ouvrir la portière, j’ai remarqué un petit trou juste en dessous de la poignée.
Ma première pensée fut que quelqu’un avait tiré un coup de fusil sur ma voiture !

A bien y réfléchir, j’ai cru voir de quoi il s’agissait.
J’ai contacté un ami carrossier auto et je lui ai demandé s’il avait eu à réparer des véhicules avec ce genre de trous.
« Oui, j’en ai vu souvent.
Le voleur place un poinçon juste sous la poignée de la portière, pratique un trou, accède au levier et ouvre la porte comme s’il avait utilisé une clé.
Pas d’alarme, ni vitre brisée et rien d’autre endommagé. »

J’ai alors contacté mon assureur et lui ai expliqué que j’étais surpris qu’ils n’aient pas emporté mon GPS ou autres biens. Et voilà où cela se complique !
 » Oh non, me dit l’assureur, ils sont plus subtils que ça.
Ils examinent votre GPS pour voir où se trouve votre résidence en recherchant « maison ».
Ou bien ils trouvent votre adresse sur votre certificat d’assurance ou tout autre document dans votre boîte à gants.
Alors ils savent quel véhicule vous conduisez, connaissent votre adresse, se rendent à votre résidence et, si votre véhicule n’est pas là, présument que vous n’y êtes pas et en profitent pour vous cambrioler. »

Bien sûr, ils vont même jusqu’à laisser sacoche et portefeuille dans votre véhicule et ne prennent qu’une carte de crédit pour ne pas attirer votre attention.
Quand vous vous en apercevez, ils ont déjà eu quelques jours pour l’ utiliser…
Ils ont même la courtoisie de refermer les portières.

Alors, faites le tour de votre véhicule périodiquement, surtout si vous avez stationné dans des centres commerciaux ou sur d’autres grands parkings.

Voici une photo du trou fait par le poinçon sous la serrure :

Toujours Plus Vicieux ! dans SECURITE cambriolage1-300x225

Vous devez être très vigilant pour remarquer ce genre de trou, particulièrement côté passager, car vous n’avez pas souvent l’habitude de regarder de ce côté-là !

Merci Jacky !
Merci ausi aux internautes qui me font part des perles qu’ils peuvent trouver sur la toile.
Les médias ne nous disent vraiment pas tout ce qui peut vraiment NOUS intéresser !

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Notre Belle Magistrature

LE   SYNDICAT   DE   LA  MAGISTRATURE   DEVRAIT   ETRE   JUGE   ET   CONDAMNE

Il fallait oser, ils l’ont fait.
Le Syndicat de la magistrature ne recule devant rien.
Montrés du doigt et poursuivis en justice pour leur « mur des cons », nos magistrats sont passés à la contre-attaque.
Après avoir fait le dos rond pendant 48 heures, ils dénoncent maintenant « une violation de [leur] sphère syndicale », s’interrogent sur « un journaliste qui filme en cachette l’intérieur d’un local syndical à l’insu de ses occupants », s’en prennent au site Atlantico, qui a révélé l’affaire, « proche de la droite la plus dure » !

Et de continuer dans le même registre en se posant, cette fois, en… victime :
« En plus de 40 années de combats pour les droits des magistrats et les libertés publiques, le Syndicat de la magistrature a dû faire face à de multiples tentatives visant à l’empêcher de s’exprimer.
Madame Taubira, vous venez de vous inscrire dans cette longue tradition, nous le regrettons vivement. »
La ministre de la Justice a, il est vrai, après quelques tergiversations, dénoncé « un acte insupportable, stupide et malsain » :
De quoi provoquer l’ire d’un syndicat qui se vit comme chez lui place Vendôme…

On en reste estomaqué !
Voilà des magistrats qui se comportent de façon indigne — n’hésitant pas à afficher sur leur « mur des cons » la photo de Philippe Schmitt, le père d’Anne-Lorraine, assassinée de 34 coups de couteau dans le RER D par un récidiviste —, voilà des syndicalistes qui devraient dorénavant raser les murs des prétoires ; et non, ils pérorent, attaquent, dressent des réquisitoires.

De quoi s’inquiéter, vraiment.
Nous risquons donc, devant un tribunal, de nous retrouver face à de pareils personnages, arrogants, menaçants, d’un sectarisme à toute épreuve !
Croire à la justice va demander des efforts. Respecter la chose jugée va exiger de prendre sur soi.

On ne peut en rester là.
Le Syndicat de la magistrature ne s’est pas seulement déshonoré dans cette affaire.
Il a montré, à ceux qui l’ignoraient ou ne voulaient pas le voir, son vrai visage.
Sûr de lui, méprisant à l’égard des victimes — « On voit à travers de tels actes le mépris et la haine que ces magistrats éprouvent pour des familles comme nous », écrit, fort justement, Philippe Schmitt —, enfermé dans ses certitudes, aveugle aux autres.

C’est de loin ce qui est le plus grave avec ce « mur des cons ».
Le Syndicat de la magistrature devra s’en expliquer devant la justice.
Il se trouvera, j’en suis sûr, des juges pour le condamner.
Et montrer ainsi qu’ils ont une autre conception de leur métier et de la justice.

Robert Ménard

Source : « bdvoltaire.fr » du 29/04/2013

 

respecter les autres ,c’est ce respecter soi-mème

mami 84

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Double Vue de L’Europe.

FAITS    DIVERS    DE    L’EUROPE    ENVAHIE

Le fait divers marche.
Apportant depuis deux ans, pour les informations étrangères, ma modeste contribution à « Novopress », j’observe que les violences, délits, crimes commis par des immigrés, a fortiori si ces immigrés sont musulmans, intéressent toujours.
Les articles de ce genre, que je ne fais guère que traduire de l’anglais, de l’allemand, de l’italien surtout, sont vus, « aimés », « tweetés », repris sur d’autres sites beaucoup plus que le reste de ma production.
Je ne m’en réjouis certes pas – je préférerais, par vanité d’auteur, que l’intérêt se portât sur des textes qui m’ont coûté un peu plus de temps et de réflexion –, mais je le constate.
Ces articles nous valent régulièrement aussi, depuis qu’il est possible de commenter sur « Novopress », des commentaires peu amènes, y compris de la part de lecteurs qui ne semblent pas être des maniaques ou des salariés de l’antiracisme.
« Ce genre de fait divers n’apporte strictement rien à votre ligne éditoriale… »
« Hé bien, « Novopress » ne s’arrange pas ! les faits divers du « Parisien libéré ».
Bravo les gars, vous allez faire triompher les idées d’enracinement comme cela ! »
Pareilles protestations sont d’abord une réaction de classe.

Le fait divers est traditionnellement associé à la presse populaire.
Le terme même, qui n’a pas d’équivalent littéral dans les autres langues, apparut en français sous le Second Empire – on parlait jusque là de canards –, en même temps que « Le Petit Journal », le premier quotidien français à un sou, spécialisé dans le sang à la une. Jusqu’au milieu du XXème siècle voire plus récemment encore, un journal de faits divers, c’était ce qu’on appelait dédaigneusement un « journal de concierge », tandis que les quotidiens bourgeois donnaient les vraies informations :
Les débats à la Chambre des députés, les cours de la Bourse, le carnet mondain…

Mais nous n’en sommes plus là.
Les historiens, qui l’avaient longtemps méprisé avec les autres, ont découvert l’intérêt du fait divers, à la fois en lui-même et par la mystérieuse fascination qu’il exerce.
Il y a déjà trente ans, en 1983, que les Annales ESC, comme elles s’appelaient alors, une des plus prestigieuses revues historiques françaises, publiaient un numéro spécial, « Fait divers, fait d’histoire ».
Marc Ferro soulignait en introduction :
« Le fait divers constitue un objet d’histoire privilégié.
Comme révélateur, il signale les crises du tissu social, économique, politique, ou du système des valeurs.
Il joue le rôle, en quelque sorte, d’un indicateur de santé ».
Le fait divers de l’immigration révèle, tout simplement, que les sociétés européennes sont malades de l’immigration.
Perçant un instant le voile de mensonge persévéramment tissu par les politiciens, les journalistes et les archevêques, il donne à voir ce que vivent tous les jours les autochtones, les injures, les agressions, les viols, les lois qu’on refuse à dessein d’appliquer, le racisme anti-blanc, les capitulations toujours plus abjectes et jamais suffisantes devant les revendications islamiques, bref, la chronique de l’invasion.
Les « littéraires », qui se sont penchés sur le phénomène avant les historiens, ont analysé la « structure du fait divers » titre d’un célèbre article de Barthes, repris dans ses Essais critiques de 1964.
Ils ont montré que le fait divers suppose deux termes, entre lesquels la relation normale, régulière, raisonnable est dérangée ou inversée.

Les journalistes anglo-saxons parlent de « man-bites-dog items » :
Il y a fait divers quand l’homme mord le chien, quand il y a antithèse, paradoxe, disproportion, rapprochement de deux contenus qui devraient être séparés, inversion des moments et des lieux.
Quelques exemples de Barthes :
Une femme met en déroute quatre gangsters,
Un juge disparaît à Pigalle,
Des pêcheurs islandais pêchent une vache,
Le chef de la Police tue sa femme.
Les faits divers, dit de son côté Georges Auclair (Le Mana quotidien : structures et fonctions de la chronique des faits divers), ne font jamais « que noter un écart par rapport à la norme sociale, morale ou naturelle ».

Le fait divers de l’immigration porte cette incongruité au carré.
Qu’une mère morde sa fille, qu’un homme viole un chien, qu’un dealer soit surpris par la police en train de vendre de l’héroïne derrière une église, qu’un plat à la sauce bolognaise provoque une émeute, ce sont typiquement des faits divers.
Mais cette mère est une immigrée musulmane qui a attaqué à coups de dents, à côté de Rome, sa fille « trop occidentale ».
Ce violeur de chiens est un immigré clandestin, déjà connu des services de police pour des faits de vols et de violences.
Ce trafiquant de drogue est un Tunisien à peine débarqué de Lampedusa et qui venait d’obtenir un « permis de séjour à but humanitaire ».
Cette émeute est le fait de familles musulmanes, installées en priorité, au détriment des Italiens, dans un camp pour sinistrés en Émilie-Romagne, et auxquelles des volontaires de la Protection civile venaient servir un repas chaud.
Vous avez des faits divers de l’immigration.
Le plus anormal, le plus aberrant, le plus absurde, ce n’est pas ce que font tous ces gens mais qu’ils le fassent chez nous :
C’est qu’on les ait laissé rentrer et qu’on ne les mette pas dehors, c’est le déferlement de l’Afrique, c’est l’Islam en Europe.

Le fait divers de l’immigration, en dernière analyse, raconte la folie de l’immigration extra-européenne de masse. Il est la vignette du grand renversement de tout ordre et de toute raison, du suicide collectif IMPOSE aux peuples d’Europe.
Voilà bien pourquoi les séides du Système ne sauraient raconter le moindre fait divers sans le « normaliser », sans inverser l’inversion :
Jihad, qui éblouissait avec un laser les pilotes d’avions à Orly, devient Sébastien, l’assassin Souleymane, Vladimir, le massacre sauvage d’un petit Blanc par une bande ethnique, une bagarre entre « jeunes » qui a mal tourné.
Ces procédés ont un précédent.
Marc Ferro, en 1983, à l’époque où l’URSS existait encore, relevait qu’il n’y avait pas de faits divers en URSS.
« Dans la réalité sociale, ils persistent sans doute, mais le régime, en contrôlant la presse, les nie, les efface de la chronique ».
« Le silence est opaque sur les accidents, sur les catastrophes, celles notamment dont le système pourrait être considéré comme responsable ».
On a « recours à un vocabulaire banalisé : on parle de hooliganisme ».

Osons parler du fait divers de l’immigration.
Si l’antiracisme, selon la formule fameuse, est le communisme du XXIème siècle, il n’est pas surprenant qu’il déteste lui aussi les faits divers, comme, du reste, les faits tout court.
L’Italie est, pour l’instant, un peu moins avancée sur cette voie que la France, mais il est révélateur que les campagnes toujours plus virulentes qu’y mènent les politiciens et les médias du Système « contre le racisme sur Internet », visent en priorité le site « Tous les crimes des immigrés », qui ne fait rien d’autre que donner des liens vers les journaux locaux : Tartuffe-Riccardi, ministre de la Coopération internationale et de l’intégration de feu le gouvernement Monti, lui vouait une haine dévote toute spéciale.
Le temps n’est sans doute pas loin où, partout en Europe, la censure aura entièrement aboli le fait divers de l’immigration.
En attendant, nous en parlons.

Flavien Blanchon

Source : « fr.novopress.info » du 19/04/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

1...7891011

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43