Archive | SECURITE Flux RSS de cette section

Taisons – Le Quand Cela Craint Trop !

censure1

Troisième nuit de tensions à Tourcoing !

Voitures brûlées, poubelles incendiées et jets de projectiles contre les policiers : TROIZIEME nuit d’émeutes jeudi à Tourcoing dans le quartier de la Bourgogne, après la mort dimanche soir d’un jeune homme dans un accident.
20 personnes ont été placées en garde à vue.

C’est la troisième nuit consécutive de violences dans le quartier de la Bourgogne, à Tourcoing, jeudi, depuis que « Pierre-Elliott », 19 ans, est mort dans un accident de voiture dans la nuit de dimanche à lundi.
Le jeune homme se trouvait à bord d’une automobile qui fuyait un contrôle policier et qui a percuté un arbre.
Un autre passager est griévement blessé.
Ce qui inquiète les forces de l’ordre, c’est que le périmètre des incidents s’est élargi cette nuit.

Jeudi matin, le quartier de la Bourgogne à Tourcoing était calme

« Anne-Claire Gauchard » s’est rendu à Tourcoing jeudi matin.
Notre reporter a raconté ce qu’elle a vu sur France Bleu Nord à midi :

« Je n’ai pas vu de voitures ou de poubelles brûlées, pas de projectiles par terre. Juste la marque d’un jet de pierre sur la vitrine d’une petite épicerie.
Les habitants m’ont raconté qu’une dizaine ou une vingtaine de jeunes avaient tenté d’incendier un supermarché discount.
Des habitants qui ne parlent évidemment que de ces trois dernières nuits, très agitées
« .

Des habitants qui critiquent le dispositif policier mis en place :
Des chiens, un véhicule anti-émeutes, un hélicoptère, des CRS, tout ça pour limiter les violences, selon la Préfecture.
Mais pour les habitants, cela s’accompagne de provocations de la part des forces de l’ordre, ce qui attise plutôt la colère des jeunes.

De nouveaux quartiers concernés

Cette nuit, des accrochages ont eu lieu dans le quartier de la Bourgogne mais aussi à Epidème, Croix-Rouge et Pont-Rompu où les forces de l’ordre ont été visées par des jets de projectiles.
A Roubaix et Wattrelos, il y a également eu quelques incidents disparates, mais on ne sait pas encore si ces événements sont liés à la mort de « Pierre-Eliott ».

Pour le moment, les incidents n’ont heureusement pas fait de blessés, 20 personnes ont été placées en garde à vue.
Le procureur de la République de Lille, « Frédéric Fèvre » a annoncé la tenue d’une conférence de presse jeudi après midi à 16h30.

Un guet-apens tendu aux policiers ?

Les incidents ont démarré vers 22h.
Une quarantaine de personnes a voulu en découdre avec les forces de l’ordre, jetant des pierres et des projectiles enflammés.
Une vingtaine de voitures ont été incendiées, des poubelles également, pour attirer les pompiers dans des guet-apens.

Mais la soirée n’a pas dégénéré.
Le dispositif de sécurité était important :
une centaine de policiers était mobilisé, ainsi qu’un peloton de CRS, un véhicule anti-émeutes et un hélicoptère de la gendarmerie.
 Ce qui inquiète surtout les policiers, c’est qu’au fil des nuits, les incidents s’étendent géographiquement, à certains quartiers de Wattrelos et près de la frontière belge.

Inhumation de Pierre-Eliott jeudi

Une enquête administrative a été ouverte pour faire la lumière sur les conditions de la mort de Pierre-Eliott dimanche soir, a confirmé le maire de Tourcoing, l’UMP « Gérald Darmanin ».
Une marche en la mémoire du jeune homme a rassemblé une centaine de personnes hier dans le calme.
Il doit être inhumé jeudi.

Source : Marie Mutricy pour « France Bleu Nord »

Gaïa pour « Dreuz.info »

police (1)

http://www.dreuz.info/  du 04/06/2015

 

Il ne faut surtout pas en informer les autres régions,  cela va toujours très bien chez  ’madame la marquise’ !
Cela risquerait de donner des idées, qui sait ?

Mais pourquoi n’a-t-on pas le droit de savoir ce qu’il se passe en France ?

Le scandale de la « Fifa » ? Mais on était au courant ! De la fumée !
Des chiens écrasés pour détourner notre attention, les journaleux font un travail de maquillage !

Bientôt L’ Orient Contre L’ Occident ?

poucec-1 (1)

Passe d’armes entre Chine et USA.

Passe d’armes entre Washington et Pékin sur la mer de Chine méridionale.
Les Etats-Unis et la Chine ont échangé mises en garde et admonestations ce week-end lors d’un sommet sur la sécurité en Asie au sujet du contrôle de zones stratégiques en mer de Chine méridionale.

Les Etats-Unis, mais aussi des pays riverains disputant la souveraineté de ces zones sur cette voie maritime de première importance, reprochent à Pékin son agressivité et des opérations d’aménagement les mettant devant le fait accompli.

Lors d’une conférence à Singapour réunissant de hauts responsables militaires, le secrétaire américain à la Défense « Ashton Carter » a accusé samedi la Chine de n’être « pas en phase avec les règles et les normes internationales ».

Le point de tension se situe actuellement dans les îles Spratleys, un vaste archipel corallien de la mer de Chine méridionale s’étalant sur environ 410.000 kilomètres carrés.

Elles sont situées sur un carrefour de routes maritimes stratégiques pour le commerce mondial et recèlent potentiellement d’importantes réserves d’hydrocarbures.

Les îles (dont la plus grande mesure 1,3 kilomètre de long, si l’on ne prend en compte que les îles « naturelles ») sont revendiquées pour tout ou partie par la Chine, le Vietnam, les Philippines, Brunei, Taïwan et la Malaisie.

Or Pékin, qui revendique ses droits sur la quasi totalité de la mer de Chine, y mène d’énormes opérations de remblaiement, transformant des récifs coralliens en ports et en infrastructures diverses, et les pays de la région redoutent un coup de force du géant chinois.

Voici quelques jours, l’armée chinoise a sommé un avion de surveillance P-8 Poseidon de la marine américaine de quitter la zone en question, qu’il survolait.
Mais l’équipage a ignoré l’injonction.

« Il ne devrait pas y avoir de méprise :
les Etats-Unis voleront, navigueront et opéreront partout où les lois internationales le permettent, comme les forces américaines le font dans le monde entier »,

a prévenu « Ashton Carter ».

Monsieur  »Carter » a reconnu que d’autres pays avaient développé des avant-postes dans la zone, à des échelles diverses, y compris le Vietnam avec 48 avant-postes, les Philippines avec huit, la Malaisie avec cinq et Taïwan un.

« Cependant, un pays est allé beaucoup plus loin et beaucoup plus vite que n’importe quel autre.
Et c’est la Chine »,

a-t-il affirmé, appelant à :

« un arrêt immédiat et durable des travaux de remblaiement par tous ceux qui revendiquent » la souveraineté sur l’archipel.

Dimanche, l’amiral « Sun Jianguo », chef d’état-major général adjoint de l’Armée populaire de libération (APL), a minimisé les tensions et balayé les accusations américaines.

« La situation en mer de Chine méridionale est dans l’ensemble sereine et stable, la liberté de navigation n’a jamais été entravée »,

a-t-il affirmé au cours de ce même dialogue annuel du Shangri-La.

Menace de conflit ?

« La Chine a réalisé des travaux sur certaines îles et récifs en mer de Chine méridionale principalement dans le dessein d’améliorer le fonctionnement de ces îles et récifs et les conditions de vie et de travail des personnels qui y sont stationnés »,

a-t-il ajouté.

L’amiral Sun a répété la position des autorités communistes selon lesquelles la souveraineté de Pékin sur ces zones est « indiscutable » et s’appuie sur des « arguments historiques et juridiques ».

En outre, a-t-il ajouté, la Chine joue un rôle positif en faveur « de la paix et de la stabilité de la région et du monde ».

Ces chantiers de développement permettent à la Chine :

« de mieux assurer ses responsabilités et obligations internationales dans le domaine du sauvetage en mer, de la prévention des catastrophes et l’aide humanitaire, la recherche scientifique maritime, l’observation météorologique, la protection de l’Environnement, la sécurité de navigation, la pêche et les services »,

a détaillé l’amiral.

Dans un entretien au Wall Street Journal ce week-end, l’ambassadeur de Chine aux Etats-Unis, « Cui Tiankai », a regretté la rhétorique vindicatrice de Washington qui selon lui menace de « déstabiliser » la région.

Le ministre malaisien de la Défense, « Hishammuddin Hussein », a dit craindre que ces contentieux ne finissent par déclencher « un des conflits les plus meurtriers de notre temps, sinon de l’Histoire ».

Il a adjuré les parties concernées à adopter « un code de conduite », une proposition défendue par la Maison Blanche.

Source : La Gazette de Boulevard Voltaire

 

http://www.bvoltaire.fr/breves/  du 31/05/2015

NOS Impôts Paient Pour Ces Dégâts !

prison-300x161 (1)

Intrusions répétées à la
maison d’arrêt d’Albi

«Plus rien n’arrête les gars à l’extérieur !»

«Aujourd’hui, plus rien ne les arrête !
Rendez-vous compte :
Les gars n’ont plus aucune limite.
Ils viennent découper tranquillement en plein jour plus de 1m 50 de grillage d’une maison d’arrêt !»

« Laurens Maffre » et « Stéphane Eynard » sont respectivement secrétaire régional et secrétaire régional adjoint « UFAP-UNSa Justice » et passablement en colère après la troisième intrusion perpétrée ce mercredi à…17h30 par des individus pour projeter plus facilement drogues, viandes, et ammoniac dans l’enceinte de la prison albigeoise.

« Laurens Maffre » souligne :

«À l’instar des autres centres pénitentiaires français, l’établissement tarnais est victime de la surpopulation carcérale et du manque de moyens.
Avec une cinquantaine de surveillants seulement pour environ le triple de détenus, la prison d’Albi subit l’immobilisme total des autorités de l’état à tous les niveaux.
Face au découpage répété des grillages de la maison d’arrêt, on ne procède qu’avec des colmatages à la petite semaine.
Bon, à Albi, on nous a promis des travaux pour renforcer la sécurité d’ici fin 2015 à hauteur de 400 000 € mais ça veut dire que pendant cinq mois encore, ce site qui renferme des détenus dangereux, sera toujours à la merci de nouvelles intrusions.»

Pour « Stéphane Eynard » :

«Il est urgent d’agir et, si les forces de police font elles-aussi avec les moyens du bord, on ne va pas pouvoir supporter longtemps de voir nos maisons d’arrêt devenir des passoires.
Pire, ces faits divers peuvent conduire à des drames comme quand un détenu était mort en voulant aller récupérer un colis en haut d’un grillage et s’était brisé la colonne vertébrale.
Mercredi, les individus qui se sont introduits dans le périmètre de la prison auraient très bien pu se retrouver nez à nez avec des confrères.
Ces derniers ne sont pas armés.
Ce n’est certainement pas le cas de personnes qui n’ont pas peur une seule seconde de s’introduire dans une maison d’arrêt.»

Jérôme Rivet

 

http://www.ladepeche.fr/  du 30/05/2015

Bien sur les intrus seront relâchés !
Pourquoi ne pas réouvrir un « bagne formule XXIème siècle » en Guyane, que cette population ne soit plus en excédent dans nos prisons sur le sol de notre hexagone ?
Cela ne coûterait pas plus cher que ces multiplications de délits, d’avocats commis d’office, etc…

prison (1)

Mixtures Mortelles Dans Des Labos US.

anthrax-300x233 (1)

Que bricolent donc
ces labos militaires ?

Un laboratoire militaire américain a expédié par erreur des bacilles actifs de la maladie du charbon (anthrax) à au moins un laboratoire privé américain, bévue, a priori sans danger, qui a conduit au traitement par précaution de quatre employés, a indiqué le Pentagone mercredi.

Les bacilles se trouvaient dans un lot qui avait été irradié pour tuer tous les bacilles actifs, puis partagé en plusieurs échantillons pour être expédiés à différents laboratoires, selon les explications d’un responsable américain.

Au moins l’un de ces laboratoires, situé dans le Maryland (est), a constaté la présence de bacilles actifs le 22 mai dans son échantillon et donné l’alerte aux autorités.

Le Pentagone a indiqué que des laboratoires de neuf Etats américains avaient reçu des échantillons de ce lot, ainsi qu’un laboratoire militaire situé sur la base aérienne d’Osan, en Corée du Sud.

Le Pentagone ne pouvait confirmer si ces échantillons contenaient eux aussi des bacilles vivants, ou non.

Dans la base sud-coréenne, « 22 militaires ont peut-être été exposés » durant un entraînement, a indiqué l’armée jeudi.
Aucun de ces militaires ne présentait de symptôme de contamination.

Aux Etats-Unis, quatre employés de trois sociétés différentes « qui ont travaillé avec le bacille actif » ont reçu, par précaution, un traitement prophylactique.

Mais dans tous les laboratoires concernés, « il n’y a pas de risque identifié pour le public et il n’y a pas de cas confirmé ou suspecté de contamination », a insisté le colonel « Steven Warren », porte-parole du Pentagone.

Le laboratoire militaire américain à l’origine de l’envoi est le centre d’essai de Dugway, dans l’Utah (ouest).

Il participe actuellement à un programme de recherche militaire visant à fabriquer des tests de détection des menaces biologiques qui soient utilisables sur le terrain, a précisé le colonel « Warren ».

Dans le cadre de ces recherches, il envoie des échantillons inactifs à des laboratoires privés.

« Par mesure de précaution », le département de la Défense « a suspendu » ces expéditions, « dans l’attente des résultats de l’enquête », a précisé le colonel « Warren ».

Outre le Maryland, les laboratoires susceptibles de recevoir les échantillons de bacille irradié se trouvent en Californie (ouest), Virginie, Delaware, New Jersey, New York (est), Tennessee, Texas (sud), et Wisconsin (nord).

De son côté, la direction des Centres de contrôle et de prévention des maladies a indiqué avoir envoyé des agents dans les laboratoires potentiellement détenteurs d’échantillons actifs pour y conduire des investigations.

Il s’agit notamment de mener « une consultation épidémiologique », de vérifier les « mesures de sécurité pour les salariés » et « la gestion des déchets » des laboratoires, selon les CDC.

Les laboratoires publics américains ont avoué l’année dernière plusieurs erreurs de manipulation de bactéries dangereuses.

En juillet dernier, le directeur des CDC « Tom Frieden » avait reconnu devant le Congrès une série de manquements aux protocoles de sécurité dans ses propres laboratoires.

« Il y a eu une série de ratés dans des protocoles importants »,

avait-il admis, en pointant « un manque de culture » en matière de respect des procédures de sécurité.

Parmi les incidents recensés, qui n’avaient pas donné lieu à des contaminations, l’envoi dans trois laboratoires de bacilles de la maladie du charbon non désactivés, alors que ces laboratoires n’étaient pas équipés pour manipuler ces éléments dangereux.

Les laborantins pensaient que ces bactéries avaient été inactivées et ne portaient pas de combinaisons de protection.

La maladie du charbon, ou anthrax, est une infection aiguë qui touche aussi bien l’animal que l’homme. La bactérie responsable (Bacillius anthracis) peut être aussi utilisée comme arme bactériologique.

Le centre d’essai de Dugway, à l’origine des envois actuellement en cause, appartient à l’armée de terre américaine.
Il travaille à la lutte contre les risques chimiques, biologiques, radio-actifs ou explosifs, selon son site internet.

Source : AFP

 

http://www.linternaute.com/  du 28/05/2015

Les U.S.A. Sont Atteints De Paranoïa ?

afp-1728x800_c-300x138 (1)

Menaces aériennes aux U.S.A.

Une dizaine d’avions ont été l’objet de menaces « jugées non crédibles » lancées depuis les Etats-Unis lundi, dont l’une à la bombe contre un appareil d’Air France à destination de New York, qui a dû être escorté par deux chasseurs américains F-15.

Dix avions au maximum « ont fait l’objet de menaces » qui « proviendraient pour la plupart de la même source » mais aucune d’entre elles « ne s’est avérée crédible », a indiqué à l’ »AFP » une source proche du dossier.

Selon la chaîne de télévision américaine « NBC », qui cite le « FBI », un homme a appelé lundi plusieurs postes de police aux Etats-Unis en affirmant que des armes chimiques se trouvaient à bord de plusieurs avions.

« Par mesure de précaution, le vol 22 d’Air France a été escorté par des chasseurs américains vers l’aéroport John F. Kennedy suite à une menace émanant d’un appel téléphonique »,

a indiqué la police fédérale dans un communiqué.

L’avion d’Air France parti de Paris a atterri sans encombre à l’aéroport new-yorkais, où il a été inspecté.
Selon le « FBI », aucune bombe ou autre matériel dangereux n’a été découvert à bord.

Selon la source proche du dossier, les F-15 ont été déployés par précaution parce que les contrôleurs aériens n’arrivaient pas à joindre l’équipage d’Air France.

L’opérateur d’un poste de police de l’Etat du Maryland, dans le comté de Garrett, avait reçu un appel anonyme peu après 06H30 (10H30 GMT) lundi, a précisé la police de l’Etat dans un communiqué.

« La personne qui a appelé a proféré une menace à la bombe visant l’aviation civile »,

a ajouté la police, qui a confirmé à l’ »AFP » qu’il s’agissait du vol Air France.

Après cet appel, le « FBI » et un centre de renseignement anti-terroriste du Maryland « ont été immédiatement informés », selon la police.

Le vol « Air France AF22″ avait quitté Paris CDG à 06H32 GMT (08H32 locales) et est arrivé à New York à 14H17 GMT (10H17 locales), selon le site spécialisé « flightaware ».

L’appareil « A330-200″ a été escorté par des avions de chasse environ « une heure avant son arrivée, après des menaces venant d’un appel téléphonique passé depuis les Etats-Unis »,

avait indiqué pour sa part un porte-parole d’Air France à Paris.
Une fois arrivé à New York, l’avion a été parqué « dans une zone spéciale de l’aéroport » Kennedy pour « des vérifications de sécurité ».

Le « Norad », commandement militaire responsable de la sécurité aérienne des Etats-Unis et du Canada, avait indiqué avoir « lancé deux F-15 (lundi) par mesure de précaution pour escorter le vol 22 d’Air France » à destination de l’aéroport de John F. Kennedy.

 

http://www.bvoltaire.fr/  du 26/05/2015

Ca Existe « La Politique De La Ville » ?

intifada-1200x648-300x162 (1)

Les frances sauvages !

Après les attentats du début janvier, le gouvernement a promis des mesures fortes pour la « politique de la ville ».
Il soulignait alors :

« l’urgence d’agir en faveur des banlieues… de dénoncer la relégation périurbaine des ghettos ».

Dès lors, maints ronflants bidules, genre « Conseil national des politiques de lutte contre l’exclusion », ont gambergé.
Le 6 mars 2015, se tenait enfin, en grande pompe, un « Comité interministériel des villes » :
16 ministres et secrétaires d’État y planchèrent sur le thème « égalité et citoyenneté, la République en actes ».

Ce comité aurait d’abord pu expliquer aux Français par quel miracle, plus encore de politique de la ville aurait un effet positif, au vu de l’absolu échec de la-dite politique, ces trois décennies écoulées.
Et pourquoi des enragés à la « Merah », « Kouachi », etc., cesseraient de massacrer des innocents si l’on accroissait la mixité sociale, eux qui vomissent toute proximité avec des infidèles.
Ayant éludé cela, le conseil s’est borné à poser des cautères sur quelques jambes de bois… même « Le Monde » a déploré un exercice « sans mesures choc ni gros moyens ».

Le désastre est à venir…

Ainsi, parions que la situation se dégradera encore dans les « quartiers sensibles de non-droit ».
Et là, prévenons nos gouvernants :
Plus de chaos encore dans ces cités et alentours compromettra forcément, à terme, la stabilité sociale du pays entier.

Car il se sait de longue date – sauf peut-être au « Conseil national des politiques de lutte contre l’exclusion » et autres gadgets médiatiques – que la survie autonome de tout organisme vivant, individu ou corps social, tient à un ordre interne stable et constant.
Dès le XIXe siècle, le professeur « Claude Bernard » résumait d’une fulgurante formule cette obligation :

« La fixité du milieu intérieur est la condition de la vie libre ».

Les militants et travailleurs sociaux curieux d’en savoir plus chercheront avec profit au dictionnaire le terme savant (homéostase) de ce maintien stable et constant de l’environnement interne.
Or les « quartiers sensibles de non-droit » sont tout, sauf homéostatiques.

Le désordre y règne.
Le chaos y pointe.
Si l’ordre n’y est pas rétabli sans tarder,
s’ils s’enkystent et métastasent encore,
de graves périls nous attendent, en matière de crime organisé ou d’islamisme armé.

En exclusivité pour Boulevard Voltaire, voici en France métropolitaine, dans les 23 départements concernés, les 56 « Quartiers sensibles de non-droit » (« QSN », dénomination officielle).

Nos gouvernants s’indignent de certaines statistiques – mais eux dressent en douce des listes de coupe-gorges, peut-être en vue – horreur – d’un flicage ou de répressions futures.

Définition officielle de ces « QSN » :

« Quartiers où règnent les bandes et la délinquance avec des faits de violence urbaine, fusillades ou règlements de comptes et trafics en tout genre.
Ce sont les quartiers les plus chauds de France, considérés comme des zones de non-droit
 ».

La nomenclature officielle compte trois autres sortes de « quartiers sensibles », par gravité décroissante :
-les « quartiers sensibles très difficiles » (« QSTD »),
-les « quartiers sensibles difficiles » (« QSD »),
-les « quartiers sensibles problématiques » (« QSP »).

06 – Alpes Maritimes
L’Ariane
13 – Bouches du Rhône
Marseille 3e : Bellevue (Félix Pyat)
Marseille 11e : Bel-Air
Marseille 13e : Frais Vallon – La Rose – Petit Séminaire
Marseille 14e : Picon – La Busserine – Font Vert – Le Mail – Les Flamants – Iris
Marseille 15e : Bassens – La Castellane – La Bricarde – La Solidarité – Parc Kallisté
30 – Gard 
Nîmes : Zup Pissevin – Valdegour
31 – Haute Garonne
Toulouse, Le Grand Mirail : Reynerie – Bellefontaine – Faourette – Bagatelle – Bordelongue –
34 – Hérault
Montpellier – La Paillade – Hauts de Massane
38 – Isère
Grenoble, Echirolles : La Villeneuve (Arlequins – Baladins – Village olympique, Malherbe-Les Essarts – Surieux ; Mistral
44 – Loire Atlantique
Nantes, Saint-Herblain : Bellevue
59 – Nord
Lille, quartiers sud : Faubourg de Béthune – Belfort – Moulins – L’Epi du Soleil
Roubaix, quartiers nord : L’Alma-Gare – Hommelet – Fosses-aux-Chênes – Cul du Four
Tourcoing : La Bourgogne
60 – Oise
Creil, Les Hauts : Plateau Rouher, Les Cavées – Zac du Moulin
67 – Bas-Rhin
Strasbourg : Hautepierre – Neuhof
68 – Haut-Rhin
Mulhouse, Boutzwiller : Brossolette – Les Coteaux
69 – Rhône
Vaulx-en-Velin : Mas du Taureau
Vénissieux : Les Minguettes
75 – Paris
18e – La Goutte d’Or – Barbès
19e – Flandre : Curial-Cambrai – Riquet – Stalingrad
76 – Seine-Maritime
Le Havre : Montgaillard – La Forêt – Mare Rouge – Bois de Bléville
Rouen, Les Hauts : Lombardie – Le Châtelet – La Grand Mare
77 Seine-et-Marne
Meaux : Beauval – Pierre Collinet
78 – Yvelines
Les Mureaux : Bougimonts – Vigne Blanche – Les Musiciens
Mantes-la-Jolie : Le Val Fourré
Trappes : Les Merisiers
80 – Somme
Amiens : Quartier Nord
84 – Vaucluse
Avignon, quartier sud : La Rocade – Barbière – Croix des Oiseaux – Monclar – Saint-Chamand
91 – Essonne
Corbeil-Essonne : Les Tarterêts
Evry : Les Pyramides
Grigny : La Grande Borne – Grigny 2
92 – Hauts-de-Seine
Gennevilliers : Le Luth
Nanterre : Pablo Picasso
93 – Seine-Saint-Denis
Aubervilliers : Les Quatre Chemins
Aulnay-sous-Bois : Les 3000
Clichy-sous-Bois – Montfermeil : Le Grand Ensemble
Epinay-sur-Seine : Orgemont
La Courneuve : Les 4000
Pierrefitte-sur-Seine : Les Poètes (Cité Rose)
Saint-Denis : Les Francs-Moisins
Saint-Ouen, Grand Ensemble : Arago – Cordon – 8 mai 1945 – Soubise – Dhalenne – Charles Schmidt – Paul Vaillant – Zola
Sevran : Les Beaudottes
Stains : Clos Saint-Lazare – Allende
94 – Val-de-Marne
Champigny-sur-Marne : Le Bois l’Abbé – Mordacs
Vitry-sur Seine : Balzac – Marronniers
95 – Val-d’Oise
Argenteuil : Le Val-d’Argent
Garges-les-Gonesse : Dame Blanche – La Muette
Sarcelles : Les Lochères

Xavier Raufer

 

http://www.bvoltaire.fr/  du 23/05/2015

De la publicité pour
les zones de non-droit !

Ce genre de vidéo
n’est pas censuré !

Une Honte Dans Notre France !

Image de prévisualisation YouTube

Mieux Vaut Un PeuTard Que Jamais !

islam-roubaix-300x170 (1)

A quoi sert « Vigipirate » ?

Le 8 mai, la mosquée « Abou Bakr », dans le quartier du Pile à Roubaix, a accueilli, « pour la troisième fois » en deux ans,le cheikh « Mohammed Ramzan al-Hajiri ».

Celui-ci n’est pourtant, en théorie, pas autorisé à pénétrer sur le territoire français.

C’est une note, adressée au directeur général de la police nationale, tombée entre les mains du « Canard enchaîné ».
Elle est quelque peu embarrassante pour les services de renseignement.
Elle signale que le cheikh saoudien « Mohammed Ramzan al-Hajiri » est présent à Roubaix.
Or, il n’a en théorie pas le droit de pénétrer sur le sol français.
Interdit de séjour jusqu’en 2050, précise le « Canard » dans son numéro paru ce mercredi.

Pour être précis, le prédicateur salafi n’est pas sous le coup d’une mesure judiciaire.
Il fait l’objet d’une fiche « TE » d’opposition à son entrée sur le territoire, délivrée par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) car il serait un « individu susceptible de troubler l’ordre public en raison de ses prêches islamistes radicaux ».
Tous les pays de l’espace Schengen en sont informés et ne doivent pas lui laisser franchir leur frontière.
Apparemment, le cheikh aurait rusé, modifiant légèrement son nom en Alhajri sur son visa.
Les douaniers italiens n’y auraient vu que du feu.

Le ressortissant saoudien jugé indésirable par la DGSI a donc passé le week-end prolongé du 8 Mai dans la mosquée « Abou Bakr Essedik », dans le quartier du Pile à Roubaix.

Comme en août 2013 et en avril 2014.

« Farid Gacem », responsable de la mosquée, ne voit pas le problème :

« Aucun élément, recommandation ou document officiel n’atteste cette interdiction de séjour »,

dit-il.
Le séminaire, qui a accueilli environ 1 500 personnes, n’était pas caché :

« Nous avons bien sûr prévenu les autorités »,

précise « Farid Gacem » – et la présence de « Ramzan al-Hajiri » absolument pas secrète – son nom était inscrit en grand et en toutes lettres sur les tracts.

Aux yeux du responsable de la mosquée, il est important d’inviter les « savants » pour parler de l’islam aux jeunes en ces temps troublés.

« Lutter et mettre en garde contre le fléau du terrorisme au nom de l’islam »

était un des objectifs du séminaire.
Il insiste :

« Nous sommes les premiers touchés par ces événements, par le départ de ces jeunes perdus vers une guerre inutile. »

La mosquée du Pile ne serait elle-même « pas non plus à l’abri d’une attaque de leur part ».

Pour la « DGSI », l’homme représenterait pourtant une « menace grave ».
Mais faute de pouvoir étayer cette accusation, elle n’a pas délivré à son encontre de vraie interdiction de séjour, susceptible d’être retoquée par un juge.
Il lui reste à espérer que le cheikh ne revienne pas une quatrième fois à Roubaix.

Source :   »Le Canard Enchainé »

Youenn martin

http://www.lavoixdunord.fr/  du  20/05/2015

Toujours de la fumée, des broutilles, des informations tronquées, mais cette information ne fait surface que grâce au « Canard Enchaîné » !
Mais combien de temps après ce « séminaire »?
Ne critiquons pas vainement, nous connaissons tous les consignes !

Bien Plus Important Que Palmyre !

jordanie

Un sommet secret entre
Arabes et Israël ?

Des diplomates arabes ont secrètement rencontré leurs homologues israéliens en Jordanie.

  »Il y a quatre jours, nous vous informions que le sommet organisé par le Président « Barack Obama », à la Maison Blanche et Camp David, avait tourné au fiasco, plusieurs monarques, dont le plus important, le Roi « Salman » d’Arabie Saoudite,se refusant à se déplacer aux Etats-Unis sous divers prétextes, dont la guerre au Yémen.
Mais, plus généralement, il s’agissait de manifester le mécontentement des Etats arabes du Golfe vis-à vis de la politique américaine.
Cette fois, c’est un journal en ligne palestinien, « Ma’an », qui relève le contenu d’une émission israélienne, autour de l’idée d’un « contre-sommet », entre diplomates sunnites, en guerre contre l’Iran et Daesh, et israéliens.
Il est naturel que les Palestiniens s’inquiètent de la façon dont leur question devient un « obstacle » à une coopération plus large, ou des « concessions » pouvant être trouvées, alors que des dossiers bien plus urgents sont en souffrance… »[NDLR]

Une rencontre secrète entre des diplomates israéliens et ceux des pays arabes qui n’ont pas de relations diplomatiques officielles avec Israël s’est, récemment, tenue en Jordanie, a affirmé la radio israélienne « Kol Israël » (« la Voix d’Israël »), ce mardi.

L’émission de radio a ajouté dans un reportage sur son site internet en arabe que des représentants de l’Union Européenne et des Etats-Unis avaient aussi assisté à cette rencontre.

Le reportage a affirmé que plusieurs diplomates arabes ont déclaré que les pays de la région devaient se préparer à une nouvelle réalité, puisque l’influence des Etats-Unis sur la sécurité de la région commence à refluer sérieusement.

On les a aussi cité qui disaient que les pays sunnites du Moyen-Orient démontrent leur intérêt à coopérer avec Israël sur tous les problèmes concernant la sécurité.
Cependant, « la Voix d’Israël » a ajouté que l’impasse politique entre Israël et les Palestiniens avait, jusqu’à présent, empêché cette coopération entre les pays arabes et Israël.
Au cours de ces derniers mois, les commentateurs politiques ont mis en exergue un alignement croissant des priorités de sécurité, tant israéliennes que celles des pays du Golfe.

L’Arabie Saoudite mène une coalition militaire qui est, de façon prédominante, constituée de pays sunnites, contre les rebelles du Yémen appuyés par l’Iran, depuis mars, et elle est l’un des quelques pays qu’on pense financer les rebelles syriens combattant les alliés de l’Iran en Syrie et en Irak.

Israël est, depuis longtemps, un opposant à l’Iran.

Autant Israël que les nations du Golfe ont exprimé leur consternation à propos d’un accord iranien avec les grandes puissances, censé empêcher l’Iran de développer l’arme uncléaire, en échange d’un assouplissement des sanctions économiques qui le paralysent.

Source : maannews.com

Adaptation : Marc Brzustowski.

http://jforum.fr/  du 21/05/2015

Nos médias autorisés nous enfument avec des trésors de l’Humanité sur le point d’être saccagés au même moment qu’ils s’étalent sur le saccage de notre Patrimoine Culturel Educatif.
Il fallait seulement que le peuple Français ne soit pas informé… sous divers prétextes (là aussi !).

La Nouvelle Stratégie De L’Oligarchie.

kiki (1)

Insécurité et islamisme 

Du déni de réalité à l’orchestration de la peur, c’est la toute nouvelle stratégie de l’oligarchie.

La novlangue au service
du déni d’insécurité

Face à l’augmentation de la délinquance, conséquence de l’idéologie laxiste qu’elle a mise en œuvre, l’oligarchie a d’abord inventé dans les années 1980 le fameux « sentiment d’insécurité », une sorte de phobie d’extrême droite qui faisait, selon elle, voir la réalité sous un jour trop sombre.
Elle a aussi inventé le concept « d’incivilités » qui permettait de « banaliser »la progression des délits, notamment ceux imputables aux jeunes issus de l’immigration.

1067 véhicules incendiés durant le Nouvel an : chiffre en baisse de 10% par rapport à l'année précédente

On nous a ainsi expliqué, par exemple, qu’il était « traditionnel » de brûler des voitures à la Saint-Sylvestre !
Car chaque fait divers se trouvait dépeint sous des couleurs les plus lénifiantes possibles :
on nous présentait les délits voire les crimes comme « incompréhensibles » car intervenant toujours jusque-là dans des quartiers « populaires » mais « tranquilles » ou « sans histoire ».
( Exemple :
« « Sid Ahmed Ghlam », étudiant sans histoires et terroriste amateur », Le Monde du 24 avril 2015.)

On ne comprenait donc pas le « coup de folie » qui avait pu saisir les auteurs de ces actes :
Sans doute parce qu’« un banal vol de sac à main », une « drague » ou une « bagarre par balles » avait « mal tourné ».
Bref, ce n’était pas vraiment la faute de ces individus « bien connus des services de police », mais plutôt le fait de victimes de la malchance, du « chômage » et de la « discrimination ».

La novlangue au service
du déni d’islamisme

L’apparition de délits commis par des personnes se réclamant de l’islam a subi le même traitement politico-médiatique.
On a ainsi assisté à la négation systématique du caractère islamiste de ces agissements, comme par exemple lors des attaques commises en France à la Noël 2014.

L’oligarchie a donc mis l’accent sur le caractère isolé de ces « loups solitaires »", victimes d’une« autoradicalisation » pathologique.
Même si ensuite on découvrait que leurs proches faisaient l’objet de poursuites ou que des « filières » avaient été « démantelées » !

Ou bien on les présentait comme des individus au comportement « incompréhensible » ou« incohérent », comme, par exemple, dans le cas du profanateur du cimetière de Castres.
Ou bien encore des individus « dérangés », ce qui permettait d’ôter toute signification autre que médicale à leurs actes.
On a même été jusqu’à nous présenter l’auteur musulman d’un attentat à l’arme automatique en Belgique comme un « amateur d’armes » !

Pas d’amalgame

Dans le souci de « ne pas faire d’amalgame » avec l’islam on a aussi beaucoup insisté sur le fait que ces criminels n’étaient pas de vrais bons musulmans, ou bien des « convertis » de fraîche date, donc connaissant mal leur nouvelle religion.
On nous a dit aussi que finalement les victimes étaient… les musulmans eux-mêmes dont l’image risquait de pâtir de ces agissements.

Ce type d’argumentaire est largement répandu en Europe.
On se souvient, par exemple, de ce que déclarait le premier ministre anglais à la suite de l’assassinat horrible d’un militaire décapité en pleine rue :

« Ce n’était pas seulement une attaque contre laGrande-Bretagne et le mode de vie britannique.
C’était aussi une trahison de l’islam et des communautés musulmanes qui apportent tant à notre pays.
Rien dans l’
islam ne justifie un tel acte épouvantable »

(« L’évident caractère antichrétien de l’acte a été nié par le procureur « Charlotte Beluet ». Reconnaissant qu’il s’agissait d’un étranger musulman, portant un vêtement typique, répétant des prières islamistes en boucle, elle a pourtant prétendu qu’il n’y avait “pas de revendication religieuse” (rigoureusement sic).
La volonté de faire échapper le criminel à la justice est évidente :
le suspect a été hospitalisé d’office dans un établissement psychiatrique.»)
Le même discours a été entendu en France.

Le déni de la cathophobie

On a aussi systématiquement nié le caractère antichrétien de certains délits ou agressions.

Ainsi, pour nos médias les églises ou les cimetières chrétiens ne sont jamais « profanés », à la différence des sépultures juives ou musulmanes.

Ils sont seulement « dégradés » ou à la rigueur« vandalisés ».

Pour la même raison on n’a mis l’accent que sur les actes antimusulmans ou antijuifs :
Une façon de dénier toute réalité aux actes antichrétiens et à l’existence d’un racisme antifrançais ou antiblanc que, curieusement, la justice n’arrive jamais à identifier.

Enfin, les médias nous ont beaucoup parlé du « fait religieux » en général (cf. notamment la dernière enquête sur le fait religieux dans l’entreprise) :
une manière de cacher la progression des revendications musulmanes.

Bref, l’oligarchie a mobilisé la novlangue et tout le puissant appareil médiatique au service du déni de réalité.

Une nouvelle stratégie

Cette stratégie a cependant fait long feu en 2015.

Certes, l’oligarchie reste attachée à la ligne « pas d’amalgame », dans le souci de ne pas se couper de l’électorat musulman d’ici 2017.

Les différents plans « contre le racisme » et« l’islamophobie » remplissent la même fonction séductrice.

Mais il n’empêche que la réalité est plus forte que la novlangue.

La progression de la délinquance ne peut plus être cachée par les services de police et de gendarmerie, pas plus que celle de la violence islamiste.

L’oligarchie a donc progressivement décidé de changer de stratégie en 2015 :

De passer du déni de réalité à l’orchestration de la peur.

Pour plusieurs raisons.

Le déni n’est plus crédible

D’abord parce que la situation lui échappe de plus en plus.

Derrière les annonces périodiques relatives aux « coups de filets »,
aux attentats miraculeusement « déjoués »,
censés démontrer l’efficience de nos forces de l’ordre,
ou relatives à l’inflexion prétendue des statistiques de délinquance,
l’actualité migratoire ou criminelle, en France ou à l’étranger, rend de moins en moins crédible la stratégie du déni.
Et l’EI se charge de son côté de la démentir.

Mais surtout l’oligarchie a compris qu’elle avait tout à gagner à orchestrer la peur.

Opération Je suis Charlie

L’opération « Charlie Hebdo » autour des attentats de janvier 2015 marque le coup d’envoi de la nouvelle stratégie du pouvoir.

Car du jour au lendemain on ne nous parle plus de « loups solitaires » ou d’actes« incompréhensibles » :
désormais on ne nous parle plus que
-de « filières djihadistes »,
-d’attentats terroristes commandités de l’étranger, 
-de caches d’armes
-et de complices.
La langue officielle et médiatique se délie comme par enchantement.
Et les incendiaires d’hier revêtent la tenue des pompiers.

Dans un premier temps l’opération « Charlie Hebdo » tente de rejouer la séquence du président de la République « chef de guerre » et de « l’union nationale » contre le terrorisme : ce sera la« marche républicaine » censée remettre en selle un pouvoir à l’impopularité abyssale et destinée aussi à créer un nouveau cordon sanitaire contre la progression du Front national, pour le plus grand profit de l’UMPS.

Cette tentative a cependant échoué :

L’image de marque du gouvernement socialiste retombe aujourd’hui progressivement à son niveau d’avant le 11 janvier.

Et le Front national est devenu en nombre de voix le premier parti de France lors des élections départementales.

De nouveaux leviers d’action

Le déni de réalité avait l’inconvénient de priver l’oligarchie de prétextes :
S’il n’y a pas de péril sécuritaire ou islamiste, il n’y a pas de raison d’agir contre.
Reconnaître, au contraire, la réalité permet de réclamer de nouveaux moyens d’action.

Le prétexte de la « lutte contre le terrorisme » permet ainsi de faire passer la loi sur le renseignement qui a pour objectif réel de censurer Internet et de mettre en place une surveillance généralisée de la population.
Comme partout ailleurs en Occident.
Par ce biais, les dispositifs liberticides de surveillance mondiale des communications dénoncés par les lanceurs d’alerte américains se trouvent aussi légitimés.
Coup double pour l’oligarchie !

Bien entendu, comme l’a indiqué ingénument le ministre de l’Intérieur lors du débat sur la loi sur le renseignement, cette surveillance portera sur la détection des « discours de haine », également imputés aux milieux identitaires, par exemple.

La liberté de censurer
désormais reconnue

L’effet « Je suis Charlie » a permis, en faisant croire que les islamistes visaient la liberté d’expression, de renforcer la chape du politiquement correct « antiraciste » et « contre l’islamophobie » en France.

La prétendue « liberté d’expression » sert à promouvoir « la liberté de censurer » en toute bonne conscience puisqu’il s’agit de garantir le « vivre ensemble » ou les valeurs de la République – et, par exemple dans le cadre du nouveau plan de lutte contre le racisme, de remettre en cause ouvertement les protections offertes par la loi sur la liberté de la presse de 1881.

Vive la peur !

La peur : Des militaires patrouille devant la cathédrale Notre Dame de Paris.

Des militaires patrouillent devant
la cathédrale Notre-Dame de Paris.

L’oligarchie a finalement très bien compris le caractère contre-productif de la stratégie du déni de réalité.
Elle sait maintenant que plus les citoyens ont peur pour leur sécurité, leur emploi ou leurs économies, moins ils peuvent se mobiliser sur d’autres causes, a fortiori s’agissant des autochtones vieillissants.
D’ailleurs, il n’y a aujourd’hui que la« communauté asiatique », identitaire et dynamique, qui manifeste contre l’insécurité en France !
Les vieux Européens n’osent rien dire.

Et il suffit de regarder les télévisions pour se rendre compte que l’on programme consciemment partout la mise en scène de la peur et de la violence :
aux actualités sanglantes s’ajoutent
les séries policières,
les histoires de juges,
de femmes-flics ou de femmes harcelées,
les affaires criminelles,
sans oublier les émissions édifiantes montrant nos forces de l’ordre en pleine action contre la délinquance.
Sans parler des militaires qui patrouillent désormais dans les rues.

«La peur soutenait déjà un fructueux commerce sécuritaire.
Elle devient aujourd’hui un puissant moyen de sidération des autochtones à qui l’on apprend ainsi très tôt à raser les murs »

Rien de tel pour mâter le populisme en Europe et consolider le Système !

Michel Geoffroy

http://www.polemia.com/  du 01/05/2015

Ce n’est pas parce que l’on se tait que l’on n’en pense pas moinsni qu’on n’agit pas dans l’ombre, sagesse et vieillesse obligent.
Les oies « gavées » sont promises à l’abattoir à moins que ce soit un infarctus ou un AVC qui les privent d’une vieillesse dorée.
A ce sujet, je demande toujours un bilan médical actualisé de notre numéro 1 national !
Intuition, porte-poisse, je ne sais, je sens anguille sous roche.
Quoi qu’il en soit, les mauvais plis perdurent les stratégies de même, nous le constaterons bientôt.

Les Vraies Menaces Contre L’Europe.

population (1)

Folie nataliste africaine,
Folie religieuse musulmane

Depuis cinquante ans, dénoncer la surpopulation de la planète est un tabou absolu.

À chaque nouveau milliard d’humains sur notre pauvre planète, « Le Monde » célèbre l’heureux événement (?).

Pour les 9 milliards, la dernière page présentait un montage de deux ou trois cents photos célébrant la diversité de cette effarante multitude.

Une voix courageuse s’est-elle élevée pour crier :

« Est-ce bien raisonnable ? »

Aucune.

Aucune en tout cas qui ait pu franchir la barrière construite par le silence des médias.

Dans les années 70, tout le monde craignait la surpopulation de la planète et recommandait le contrôle des naissances.
Même « Cavanna » disait dans son style fleuri :

« Je n’accepte pas que des irresponsables nous inondent avec le jus de leurs couilles. »

Depuis, le bâillon s’est resserré, « Cavanna » n’aurait plus droit à la parole.
Pourquoi ?

Parce que la première cause de surpopulation est aujourd’hui africaine.

Or, la délirante surnatalité de ce continent relève du tabou antiraciste.
(7,6 enfants par femme au Niger en 2012, PopulationData.net)

L’antiracisme fonctionne comme un antibiotique de la pensée :
Il tue de proche en proche toutes les idées ayant un rapport avec la théorie nauséabonde dont il est criminel de parler.
Du coup, il finit par interdire des idées et des faits très lointainement associés.
La drépanocytose étant une maladie raciste qui n’affecte que les populations noires, je propose qu’on l’expurge des manuels de médecine et qu’on ne la soigne plus.

L’hiver arabe s’est abattu sur le Moyen-Orient.
Il neige au Caire, on fait du ski au Yémen.
Le bilan des « printemps arabes » est consternant, à la seule exception de la Tunisie.
L’Égypte a retrouvé son Maréchal habituel, dans la Syrie en ruines, « Bachar el-Assad » se défend comme un beau diable, plusieurs pays sombrent dans le chaos de guerres interethniques, interreligieuses, intertribales.

Je souhaite que notre gouvernement n’accueille pas de réfugiés chiites en France.

Sinon, à brève échéance, nous aurions une guerre sunnito-chiite de l’autre côté du périph’.
Tous ceux qui nous disaient que le monde arabo-musulman pouvait faire le choix de la démocratie en écartant à la fois ses tyrans et ses fanatiques ont eu tort.

À la rencontre de ces deux échecs majeurs – folie nataliste africaine et folie religieuse musulmane -, le « Camp des saints » qui s’installe en Sicile et menace toute l’Europe.
Au lieu de repousser l’invasion, les gouvernements dénoncent les passeurs.
Ils accusent le thermomètre de la fièvre :
sans demande des migrants, pas d’offre des passeurs.

On peut compter sur Hollande pour ne rien faire d’efficace.
Dans deux ans, Paris pourra s’appeler « Migrantopolis », et par protestation, nous élirons à la présidence celui ou plutôt celle qui nous proposera des moyens de lutte efficace contre cette invasion.

Alain Nueil

http://www.bvoltaire.fr/  du 01/05/2015

La Dèche Parle Trop Dans Nos Villes.

no_mosque_1jpg (1)

La mosquée El Fath sévit encore…

Alors que « Sid Ahmed Ghlam » est en prison !

« Joachim Veliocas », l’animateur de l’excellent site islamisation.fr, nous fait savoir que son site est actuellement piraté, et demande de faire suivre massivement cet article, que ses lecteurs ne peuvent plus consulter.
Naturellement, par solidarité militante, mais aussi parce que cet article est excellent, nous le portons à la connaissance de nos lecteurs, et souhaitons à « Joachim » de retrouver un site en état de marche au plus vite.

§§§§§§

Mon site étant HS, cette petite enquête sur la mosquée El Fath où enseigne « Sid Ahmed Ghlam » n’est plus en ligne, c’est fort dommage.

Merci de diffuser sur vos médias :

« Sid Ahmed Ghlam a » enseigné l’arabe à la mosquée El-Fath (La Conquête) de Saint-Dizier, ainsi que l’a affirmé sa soeur devant les caméras d’I-Télé.
En se renseignant sur les activités de la mosquée, tirant son nom de la sourate guerrière 48 du Coran, on remarque qu’elle a organisé un bus spécial pour que ses fidèles se rendent au Rassemblement annuel de l’UOIF qui regorge de littérature djihadiste (voir notre reportage [dès que disponible])

Aussi un séminaire d’apprentissage du coran a été dirigé par un cheikh de «Château Chinon» soit la ville où siège l’école d’imams de l’UOIF, l’« IESH aux orientations radicales »[dès que disponible] :

Parmi les références inquiétantes de la mosquée, on remarque sur sa page Facebook officielle qu’elle relaie une vidéo de l’ancien grand mufti d’Arabie Saoudite, Abdelaziz Ibn Baz’ (1910-1999) dont les « fatwa » récusent l’idée d’un jihâd seulement défensif :

« Allah lui (Mahomet) a révélé ses versets qui commandent le jihad contre tous et de ne pas rechigner à combattre tout le monde jusqu’à ce qu’ils entrent dans la religion d’Allah ou jusqu’à ce qu’ils paient la « jizya », s’ils font partie des gens de la « jizya » comme mentionné précédemment. » (…)
L’islam invite d’abord les mécréants à se convertir mais s’ils refusent, ils devraient payer la « jizya », et s’ils refusent, ils devraient être combattus tant que possible comme l’a déclaré le précédent hadith de Bourayda. »

Le Jihâd en tant que
concept uniquement défensif ?

« Allégation basée sur du vent ».

« Cheikh Salih Ibn Ahmad al-Masou’y  a réfuté ces allégations et invalidé ce que ces auteurs prétendent, que le jihad en islam n’est accompli que dans un but défensif.
Également, notre bien-informé frère « Abou al-A’la al-Mawdoudy » a écrit un traité sur le jihad et expliqué la fausseté de ces affirmations, en disant que cela est une allégation basée sur du vent. »

Extraits de  Majmou’ Fatâwa wa-Maqalât Moutanawi’a, ‘Abd al-‘Azîz Ibn Bâz, volume 3, p.190-201, Dâr al-Qâsim.

Aussi, dans une vidéo de la page Facebook de la mosquée El Fath (publiée 11 août 2014) on entend l’auteur expliquer qu’à la fin des temps une guerre totale éclatera entre les musulmans et les mécréants, et que nous entrons justement dans cette époque apocalyptique.
Gloups.

Une autre vidéo postée (le 8 octobre 2014) traite des signes de la fin des temps, où le Mahdi est attendu après la restauration du califat « dans les pays du Machrek, ça peut passer par l’Irak, l’Iran  ou le Pakistan, il a dit où apparaissent ces étendards noirs de ces pays là, il a dit si vous pouvez allez-y, même en rampant, parce qu’il y aura le califat d’Allah et le Mahdi (…) on a vu que 99% des signes de la fin des temps se sont passés déjà » explique « Adbelrahman » de la mosquée de la Guynemere à Creil, relayé sur la page de la mosquée de Saint-Dizier.

Ou comment faire comprendre aux fidèles que rejoindre « l’Etat Islamique » fait partie du dessein d’Allah…

La mosquée est toujours ouverte à cause du laxisme total du gouvernement socialiste redoutant la réaction de son électorat musulman en cas de mesures fermes adoptées à l’encontre des islamistes étrangers en France.

« Sid Ahmed Ghlam » est sous les verrous, mais sa mosquée parle toujours…

Joachim Veliocas 
Observatoire de l’islamisation,
le 27 avril 2015

http://ripostelaique.com/  du n° 405, le 29/04/2015

Bon courage, « Joachim », à ta disposition !

Ces Autres Toujours Avant Les Nôtres !

immigresitalie (1)

Aveuglement, générosité larmoyante…

Il est clair que cette situation en Méditerranée représente un drame terrible, inacceptable et une catastrophe humaine de grande ampleur.

Mais il faut que cesse le regard mû uniquement par la naïveté, l’aveuglement, la culpabilisation, l’auto-flagellation, ainsi que l’irresponsabilité politique la plus totale.

Premièrement, NON, nous ne sommes pas responsables de cette situation.

Il faut arrêter très vite avec cette tradition d’auto-culpabilisation maladive, ravivée ces temps notamment par la gauche, les Verts, et bien des autorités et surtout par l’UE.

Un exemple ahurissant :
L’ancienne Chancelière de la Confédération, « Annemarie Huber-Hotz », devenue présidente de la « Croix Rouge suisse », et affiliée au parti radical dit-on, propose que la Suisse accueille non pas 3 ou 5000  de ces clandestins, illégaux et criminels, que l’on s’évertue à appeler réfugiés, mais carrément 80.000 ! (Blick, 25.4.2015).

Cette dame prétend que cela est tout à fait possible puisque la Suisse a accueilli le même nombre de soldats de l’armée française des « Bourbakis » en 1871 (cet accueil était vraiment provisoire, contrairement à bien des situations décrites comme provisoires mais qui ne le sont pas !).

Qui croit encore aujourd’hui que ces vagues  massives de clandestins une fois installés dans nos pays vont retourner dans leur pays d’origine lorsque la «situation sera stabilisée» ?
Une telle naïveté n’est plus acceptable de la part de « responsables » de ce niveau.

On sait parfaitement, du moins pour ceux qui veulent bien l’admettre, que parmi ces vagues de clandestins il y a évidemment aussi des terroristes islamistes « dormants ».

Ensuite il y a donc les mafias qui s’enrichissent de manière cynique et totalement inhumaine, et dont la vie, même de centaines, de milliers d’humains, ne leur importe pas le moins du monde.
Ces mafias ont également déjà perverti nombre de responsable et d’autorités  des régions d’accueil en leur offrant de l’argent et en allant jusqu’à les avertir de l’arrivée de ces rafiots dès leur départ, limitant le carburant nécessaire à la traversée afin que les gardes côtes viennent les chercher le plus près possible des rives du côté des départs.

De plus, on fini par admettre, mais encore très timidement et par peu d’acteurs, que ces mafias agissent de conserve avec l’ »EI », ce pseudo Etat, en fait un groupement d’islamistes terroristes parmi les plus barbares.
Pour ces derniers, l’envoi de ces vagues d’illégaux et de tout ce qui va avec  (ils nous promettent un bon million, et on ne semble pas les croire) font partie de leur stratégie de déstabilisation de la civilisation occidentale.
Ils le crient même haut et fort.

Tout cela n’a aucune importance pour certaines « autorités » dont le travail devrait être la prévision, la protection et la responsabilité, à moyen et long terme, de leur propre pays.

Il n’est pas nécessaire d’être paranoïaque pour réaliser que ces phénomènes peuvent entraîner de graves conflits et des guerres civiles dont nous n’avons encore aucune idée.

Ces « responsables » ne voient-ils pas l’exaspération, la révolte, le désespoir des nationaux, par exemple en Italie et en Espagne ?

Rarement une institution politique comme l’UE s’est à ce point moquée de ses propres citoyens pour privilégier ceux qui réussissent à les culpabiliser.

On commence à citer l’exemple, en effet exemplaire et responsable, de l’Australie.
Mais a-t-on remarqué qui en Australie annonce la politique de refus total d’accueil ?
C’est l’armée !
Oui, c’est un problème militaire et cette guerre-là n’est qu’un aspect de la guerre qui est à faire à l’EI et aux diverses mafias !
Guerre que personne n’est réellement prêt à faire de manière déterminée, efficace et rapide, alors qu’il serait tout à fait possible de mettre fin en peu de temps à cette barbarie, elle vraiment inhumaine.

Un journaliste habitué du « politiquement correct »( l’éternel « Yves Petignat », « Le Temps », 25.4.2015) veut nous faire croire que si l’UE était plus forte, une vraie puissance politique et sans doute militaire, il serait plus facile de gérer une telle situation.
C’est bien la dernière trouvaille pour militer en faveur de l’UE quand bientôt plus personne n’en veut !
En tout cas dans sa forme actuelle.

Lors de la dernière guerre mondiale, il n’a pas été nécessaire que les Alliés fusionnent politiquement pour vaincre les nationaux-socialistes.

Il fallait simplement une volonté déterminée et totale de vaincre le Mal et de défendre notre civilisation, ce qui visiblement n’existe plus aujourd’hui, lorsqu’on laisse même tomber ses propres citoyens la larme à l’œil pour tous les Autres, certains de ces Autres étant réellement  en danger, mais beaucoup de ces Autres sont de futurs criminels et terroristes en mission.

Au passage, il faut rappeler la dernière pleutrerie de l’UE :
Refuser de se rendre en Russie pour la commémoration de la victoire sur le national-socialisme (l’URSS, dans cette guerre-là, a sacrifié plusieurs dizaines de millions de ses citoyens !).
Rarement on sera tombé aussi bas.

Il y a de quoi hurler, comme souvent dans l’histoire, alors que de nos jours nos politiques se prétendent plus lucides.

Cette idée de la nécessité d’une UE plus forte pour résoudre certains problèmes est certainement l’une des plus grandes stupidités, et elle vient toujours du même côté.
Du côté de ceux qui ne parlent jamais de leurs propres pauvres, indignés et révoltés.
L’indignation est elle aussi devenue très sélective.

On devrait dénoncer cela quotidiennement.

Oui, ce n’est pas la Méditerranée et nous autres qui tuons mais les droits de l’homme (en cela je suis d’accord avec le « nauséabond » « E. Zemmour »), la naïveté et l’irresponsabilité politique.

Il y aurait ici comme solution la possibilité d’une intervention militaire dite de zéro mort, ou presque.
A la place de ces milliers de noyés.

C’est encore l’Australie qui nous montre le chemin en Méphistophélèse, avec précisément ce résultat-là, zéro mort, ou presque, obtenu.

Rarement en Europe on aura atteint un tel degré de perversité et de traîtrise, traîtrise qui  veut se faire passer pour de l’humanisme.
On voudrait même se donner en exemple !

Comment certaines de nos autorités et une partie de la caste médiatico-politique ont-elles pu arriver à rester à ce point insensibles aux leurs et à courir après tous les Autres,  tout en prétendant s’occuper des premiers ?
C’est grave docteur Folamour.

Il faut retenir les noms de ces irresponsables, et autres naïfs, aveuglés et traîtres !
Désolés mais le terme s’applique  vraiment quand on voit le désespoir des nôtres qui doivent aller jusqu’à céder leur propre place aux Autres, quels que soient ces Autres (donc également aux futurs criminels et pires terroristes).

Il faudra leur rappeler leur responsabilité quand le désastre s’étendra massivement et que nos propres sociétés seront menacées dans leurs fondements et leur existence même.

L’heure est grave quand on a l’impression de crier dans le désert face à un danger d’une telle ampleur et gravité.

Uli Windisch

http://www.lesobservateurs.ch/  du 28/04/2014

Ils Nous Prennent Bien Pour Des Cons.

said-arif-300x130 (1)

Rappel

Le terroriste « Saïd Arif  »
refait surface en Syrie

Alors qu’un nouvel otage occidental vient d’être décapité par les djihadistes de l’ »État islamique »,l’humanitaire Britannique « Alan Henning », les organisations antiterroristes internationales auraient localisé avec certitude l’islamiste « Saïd Arif », en première ligne en Syrie.

Il s’était enfui en 2013 de sa surveillance surveillée en Auvergne.

Les dernières nouvelles le concernant remontaient à février 2014.
Les services du renseignement français soupçonnaient cet islamiste algérien d’avoir rejoint la Syrie, auprès de groupes terroristes.
Désormais, le doute ne semble plus permis.
Selon le journal « L’Éveil », ce dangereux activiste serait en première ligne parmi des groupes de combattants affiliés au mouvement État Islamiste, devenu tristement célèbre depuis les décapitations de plusieurs Occidentaux, dont le Français « Hervé Gourdel ».

Il aurait rejoint la Syrie dès octobre 2013, soit seulement six mois après une évasion rocambolesque de sa résidence surveillée à Brioude (Haute-Loire), en Auvergne.
Le samedi 11 mai 2013, sa fuite avait ridiculisé la Direction centrale du renseignement intérieur et mis en évidence les limites des méthodes de surveillance de ce dangereux terroriste.
« Saïd Arif », alors assigné dans un hôtel de la sous-préfecture auvergnate depuis octobre 2012, s’était tout simplement fait la belle à bord de la voiture de la fille du tenancier de l’établissement qui l’hébergeait.

Une incroyable bévue lorsqu’on sait que quelques mois auparavant, alors qu’il se trouvait en résidence surveillée à Millau, dans l’Aveyron, il était déjà parvenu à s’enfuir, avant d’être rattrapé en Suède et ramené en France.

Cynique et provocateur

Condamné à dix ans de prison en 2007 pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, cet islamiste radical algérien, ex-membre du GIA, cynique et provocateur, avait même accordé avant son évasion une interview dans le journal local « Le Renouveau ».
Il y déclarait froidement que « les attentats-suicides ayant une dimension économique étaient le meilleur moyen de lutte pour les islamistes », avant d’ajouter :

« Avec une voiture piégée, vous tuez 150 à 200 personnes. »

Avant sa condamnation de 2007, « Saïd Arif » avait déjà été mis en examen puis condamné en 2004 pour « appartenance à une association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste » par le juge antiterroriste « Jean-Louis Bruguière » dans le dossier des filières de recrutement de combattants en Tchétchénie.
Il faisait partie de la nébuleuse islamiste qui projetait des attentats contre la tour Eiffel,
un grand magasin du Forum des Halles,
des commissariats ou des établissements abritant des intérêts israéliens.

Formé dans les camps
d’al-Qaida

À sa sortie de prison, l’homme, qui devait être extradé vers l’Algérie, avait été assigné à résidence en France, car la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) avait décidé de suspendre son extradition.
Elle craignait des représailles contre lui, car « Saïd Arif » faisait l’objet de menaces dans son propre pays d’origine.
La France s’était alors retrouvée dans l’obligation de le retenir sur son territoire…

Formé dans les camps d’entraînement d’al-Qaida en Afghanistan, il y a notamment appris le maniement des armes, des explosifs mais aussi des armes chimiques et y a côtoyé « Ben Laden » et ses plus fidèles lieutenants.

Pas étonnant de retrouver ce fanatique en haut de l’affiche dans le nord de la Syrie.

Reste désormais à connaître son niveau d’implication dans les réseaux fondamentalistes comme le groupe État islamique (EI), qui a revendiqué vendredi la décapitation d’un quatrième otage occidental, et menace d’en tuer un cinquième, en représailles aux frappes aériennes contre l’ »EI « en Irak et en Syrie.

Geneviève Colonna d’Istria

http://www.lepoint.fr/  du 04/10/2014

Malgré les efforts de notre Education Nationale, il y a encore des Français qui sont en mesure de raisonner.
Pourquoi taire le nom de ce terroriste qui se trouve en Syrie ?
Elle est belle la sécurité que vous nous garantissez !

Pas De Mosquées En Terre De Guerre.

mosquée (1)

La France
n’est pas terre d’islam.

« Dalil Boubakeur », président du Conseil français du culte musulman et recteur de la Grande Mosquée de Paris, a déclaré lors du Rassemblement annuel des musulmans de France qu’il fallait doubler le nombre de mosquées présentes sur le territoire français dans les deux ans à venir.
Estimant le nombre de musulmans, en France, à sept millions (contrairement aux statistiques officielles qui avancent des chiffres compris entre 4 et 5 millions), « Dalil Boubakeur » estime que notre pays doit combler un retard de 1.500 ans d’histoire en défaveur de l’islam.
(à peu de choses près l’âge de leur prophète, non ? – pelosse)

« Il faut que le nombre de mosquées reflète le nombre de musulmans. Nous avons le droit de construire des mosquées, le droit que les maires ne s’y opposent pas »,

a déclaré « avec insolence » « Amar Lasfar », le président de l’ »Union des organisations islamiques de France ».
Pas plus monsieur « Lasfar » que monsieur « Boubakeur » n’ont émis de commentaires sur le financement des mosquées par des États étrangers aux buts inavouables tels le « Qatar » ou l’ »Arabie saoudite ».
Ils n’ont pas non plus jugé bon de préciser quels types de prêches seront tenus dans ces futurs édifices religieux.
Certaines mosquées servent de centres de recrutement pour les filières djihadistes.
En outre, et faute de moyens suffisants, elles ne sont pas contrôlées par les services de renseignement.
Dans ces conditions, et pour des raisons évidentes de sécurité militaire, nous ne pouvons plus construire de mosquées, et certainement pas doubler leur nombre en deux ans !

Cette demande, pour déraisonnable qu’elle soit, trouve un écho auprès du ministre de l’Intérieur.

Bernard Cazeneuve et ses collègues sont toujours prompts à agir lorsqu’il s’agit de flatter le communautarisme ou les puissances étrangères du Golfe.
Interrogé par la chaîne « i>Télé », le ministre a déclaré qu’il fallait « autant de mosquées qu’il est nécessaire pour que le culte soit pratiqué de façon apaisée ».
Est-ce à dire qu’il faut lancer un grand projet de saupoudrage de « mosquées-cathédrales » sur l’intégralité du territoire afin de satisfaire messieurs « Boubakeur » et « Lasfar » ?
Et avec quels moyens ces grands travaux seront-ils rendus possibles, si ce n’est avec ceux des pays musulmans producteurs de pétrole et de gaz ou bien avec l’argent public ?

Les revendications communautaires se font de plus en plus pressantes !
Messieurs Juppé, Sarkozy et Cazeneuve sont prêts à y céder par pur opportunisme politicien et sans une once de bon sens patriotique.
Nous ne pouvons accéder aux demandes d’une association comme l’ »UOIF » dont les liens avec les Frères musulmans sont avérés.

Si l’on en croit les sondages, 45 % des Français sont opposés à la construction de toute nouvelle mosquée (contre 37 % favorables), c’est une habitude depuis quelques années de n’écouter le peuple que lorsqu’il va dans le sens du pouvoir.

L’État français ne peut financer des projets de mosquée en raison de son caractère laïque.

Par ailleurs, nous devons refuser que ces futurs édifices soient payés par des États étrangers aux valeurs opposées aux nôtres.

Bernard Cazeneuve semble décidé à trahir les intérêts nationaux pour un plat de lentilles.

Gabriel Robin

http://www.bvoltaire.fr/  du 10/04/2015

Taubira Et Son Bien Sinistre Ministère.

Taubira1

Corruption internationale
en France.

La France se fait étriller par la communauté internationale pour son incapacité à lutter contre la corruption internationale.
L’Organisation de coopération et de développement économiques (« OCDE ») notamment lui reproche, près de vingt ans après la signature de la convention contre la corruption d’agents publics étrangers,
qu’aucune société n’ait jamais été condamnée en France pour des faits de corruption internationale.

Consciente de cette mauvaise image de la France, la ministre de la justice, « Christiane Taubira », a tenu un discours volontariste et apprécié, le 2 décembre 2014, dans l’enceinte de l’ »OCDE » pour rassurer la communauté internationale sur la volonté inébranlable de la France.

Mais il y a malheureusement loin de la parole aux actes.

Dans la seule affaire significative où une société soit passée en jugement en France, l’affaire Safran, notre pays a démontré de manière éclatante qu’il n’avait pas de politique pénale contre la corruption internationale.

Cette affaire portait sur un contrat de fourniture de cartes d’identité au Nigeria pour un montant de près de 250 millions de dollars et la société Safran ainsi que deux de ses cadres étaient accusés d’avoir corrompu des fonctionnaires nigérians pour l’obtention de ce contrat.

Relaxe

Or, lors de l’audience d’appel qui s’est tenu en septembre 2014 (l’arrêt a été rendu le 7 janvier 2015), le procureur chargé de l’accusation à l’audience a requis pour Safran… la relaxe.
Et l’a obtenue !

Les bras vous en tombent.
Ceux de la communauté internationale aussi.

Il ne s’agit pas ici de critiquer la décision de la cour d’appel qui a considéré qu’il n’y avait pas corruption dans cette affaire (et tant mieux pour « Safran ») mais la position du procureur et la défaillance du ministère de la justice.

Madame Taubira vient faire des déclarations enflammées à l’ »OCDE » sur la lutte contre la corruption mais le procureur qui est censé se conformer à la politique pénale déterminée par le gouvernement agit en sens inverse.

Pourtant, et parce que l’ »OCDE » reproche à la France de ne pas poursuivre ses sociétés en matière de corruption internationale, une circulaire de politique pénale du 9 février 2012 demande aux procureurs d’être vigilants :

« Il convient ainsi de rappeler la nécessité de veiller à ce que les personnes morales [les sociétés] soient poursuivies du chef de corruption d’agents publics étrangers (…). »

Argumentation en retrait

Qu’a fait le procureur dans l’affaire « Safran » ?
Le contraire !
Constatant que les employés haut placés dans la société – qui disposaient d’une délégation de pouvoir – n’étaient pas personnellement poursuivis, il a œuvré pour la relaxe de la société.

Pourtant, la loi n’exige nullement que des poursuites judiciaires soient engagées contre les personnes physiques agissant pour le compte de la personne morale.
La Cour de cassation accepte même, dans une jurisprudence certes fluctuante et casuistique qui gagnerait à être clarifiée, qu’une société soit engagée pénalement sans que l’enquête ait pu identifier les personnes physiques qui ont concrètement commis les faits.

Cette position, qui est en parfaite cohérence avec la raison d’être du mécanisme juridique de la responsabilité pénale de la personne morale, implique qu’une société puisse être condamnée sans que ses hauts responsables soient traduits en justice.

Dans une interview accordée au « Monde » le 18 janvier 2015, « Eliane Houlette », procureur national financier, plus particulièrement en charge de ces questions, déclarait :

« Les règles de responsabilité de la personne morale ne sont plus adaptées au fonctionnement des grands groupes.
Il faut que la jurisprudence les fasse évoluer.
 »

D’ailleurs, la circulaire de 2012 précitée recommande aux procureurs de s’appuyer sur les décisions de jurisprudence (et il en est) qui adoptent une interprétation extensive de la responsabilité pénale des personnes morales.
Pourtant, dans l’affaire « Safran », le procureur a adopté une argumentation en retrait par rapport aux règles légales et jurisprudentielles en vigueur.

Bateau ivre

Quelle plus éclatante démonstration que les circulaires de politique pénale ne servent à rien !
Ces circulaires qui nous sont vendues comme un moyen d’application uniforme de la loi sur le territoire, d’impartialité dans l’application de la loi, d’action pour le gouvernement sous le contrôle du parlement, ne sont que des chiffons de papier !

La France n’a pas de politique pénale contre la corruption et, de manière générale, elle n’a tout simplement pas de politique pénale.

Et cela est vrai sous Madame Taubira comme cela l’était sous ses prédécesseurs.

En fait, au gré des affaires, les procureurs se décident en fonction de ce qu’ils estiment opportun.
Ils agissent ainsi de manière indépendante, sans que personne ne leur demande véritablement de rendre compte des positions qu’ils ont prises.

Quant au ministre de la justice, il réagit en fonction de l’actualité mais la détermination et la surveillance de l’application d’une politique pénale semble loin de ses préoccupations.
Personne ne peut d’ailleurs expliquer ce qu’est la politique pénale de notre pays.

Tout cela pose la question du contrôle démocratique sur les agissements d’un corps de l’Etat essentiel, celui des procureurs, le ministère public encore appelé « parquet », qui est chargé de rien moins que de l’application de la loi.
Le parquet est aujourd’hui un bateau ivre écrasé au surplus par les questions de gestion quotidienne qui le conduisent sur les chemins de la routine.
Surtout ne pas faire de vagues semble être sa politique principale et c’est ce qui semble s’être passé dans l’affaire « Safran ».

Justice rendue aux Etats-Unis

Cette situation est grave.
Quand on voit comment le gouvernement américain utilise son ministère public pour faire valoir ses intérêts dans le monde, comme l’ont illustré de manière éclatante les sanctions qui ont été prononcées contre la « BNP » pour ne pas avoir respecté les règles d’embargo américaines (10 milliards de dollars d’amende quand même), on comprend aisément qu’une politique pénale est un des bras essentiels d’un gouvernement.

Plus récemment, c’est précisément en matière de corruption internationale qu’une grande multinationale française, la société « Alstom », a été sanctionnée par la justice américaine à hauteur de 772 millions de dollars (et rachetée au passage par son concurrent américain GE).
Si le ministère public français avait pris ses responsabilités, l’amende aurait pu être perçue par l’Etat français et elle aurait probablement été moins lourde pour « Alstom ».

L’absence de politique pénale dans notre pays participe du sentiment de nos concitoyens que le gouvernement parle, mais qu’il n’agit pas.

Que la justice, quand elle touche aux questions relatives à la mondialisation est rendue aux Etats-Unis, mais pas en France.

Source :
Juliette Lelieur et Stéphane Bonifassi

http://www.lemonde.fr/idees/ du 26/03/2015

Ils Sont Vraiment Dans La « Dèche » !

militaire_djihadiste (1)

D’ex-militaires français
reconvertis dans le djihad..

Un ancien commando des forces spéciales aurait été en contact avec les frères Kouachi au Yémen.
Au total,neuf ex-militaires, dont certains combattent en Syrie, ont été identifiés par le renseignement français.

Les faits.

Le Premier ministre Manuel Valls a annoncé en janvier 2015 de nouvelles mesures pour répondre aux  »failles sécuritaires » révélées par les récents attentats.
Le chef du gouvernement évalue à «près de 3000» le nombre de personnes à surveiller en France.
Au total 2680 emplois supplémentaires vont être créés pour lutter contre le terrorisme au cours des trois prochaines années.
Un projet de loi sur le renseignement sera présenté au Parlement début avril.
Par ailleurs, la baisse des effectifs militaires sera réduite de 7500 postes d’ici à 2019, mais cette mesure n’est pas encore financée.

Neuf anciens militaires français ayant rejoint les réseaux djihadistes ont été, à ce jour, identifiés par les services de renseignement.
Comme l’Opinion le révèle, l’un d’entre eux est même un ancien des forces spéciales.
Issu d’une famille originaire de Tunisie de confession musulmane, né en 1974 en Seine-Saint-Denis, il s’était engagé au 1er RPIMa de Bayonne, l’un des régiments d’élite de l’armée française, rattaché au Commandement des opérations spéciales.
Il y a notamment suivi le stage « Rapas » (recherche aéportée et action spécialisée), où sont formés les commandos.
A l’issue de son engagement de quatre ans, il a quitté l’armée comme caporal, et rejoint, en 1998, des sociétés de sécurité privée françaises.
Pour l’une d’entre elles, il a notamment travaillé à la protection de sites pétroliers dans la péninsule arabique.
C’est alors qu’il s’est progressivement radicalisé, en 2011, se laissant pousser la barbe et adhérant à l’idéologie salafiste.
Licencié, il a attaqué son employeur aux prud’hommes pour discrimination.
Il disparaît ensuite des écrans radars, même si sa présence est signalée en Mauritanie, au Liban, en Israël et au Yémen.
Dans ce dernier pays, les services de renseignement estiment qu’il a pu être en contact avec les frères Kouachi, dans le cadre d’ »Al Qaïda » dans la péninsule arabique (« Aqpa »).
Il n’est en revanche pas établi qu’il se soit rendu en Syrie ou en Irak.

Les services considèrent comme possible qu’il soit aujourd’hui revenu en France.

Pour les terroristes, ce quadragénaire est une recrue de choix, du fait de sa formation militaire puis de son expérience d’une dizaine d’années dans la sécurité et la protection.
Le stage « Rapas », qu’il a suivi dans son ancien régiment, est l’un des plus sélectifs de l’armée de terre – comparable à la sélection pour le GIGN ou les commandos-marine.
Les militaires y acquièrent des techniques de combat, de tirs, de sabotage, de survie etc.
Cet ancien de Bayonne n’est pas le seul ex-militaire français a avoir rejoint les rangs djihadistes, comme l’a également confirmé le journaliste « Didier François », sur Europe1.

Selon plusieurs sources, ils seraient « une demi-douzaine», «moins d’une dizaine».
A ce jour, selon nos informations, neuf ont été formellement identifiés, dont l’ancien des forces spéciales.
Dans la plus grande discrétion, la « Direction de la sécurité et de la protection de la Défense » (« DPSD », ex- »Sécurité militaire ») suit ces dossiers de près, tout comme la « DGSE » (« renseignement extérieur ») et la « DGSI » (« sécurité intérieure »).
De son coté, « Radio France Internationale » assure que parmi la «dizaine d’anciens militaires français» présents en Syrie, «l’un d’eux a d’ailleurs mis ses compétences au service d’un encadrement de jeunes jihadistes français».

La présence d’anciens militaires dans les rangs djihadistes, pour dangereuse qu’elle soit, n’est pas massive.
Ils représentent moins de 1% des jeunes Français impliqués dans les réseaux djihadistes.
Mais leur expérience peut leur être précieuse.
Le ministre de la Défense « Jean-Yves Le Drian » a assuré mercredi que «les cas d’anciens militaires tentés par une aventure jihadiste sont d’une extrême rareté».
Toutefois, dans son entourage, on estime que la «vigilance» est indispensable.

Selon les chiffres fournis en décembre par Bernard Cazeneuve lors d’un conseil des ministres, «1200 ressortissants français ou résidents habituels en France sont en lien avec les filières terroristes en Syrie et en Irak».
Depuis lors, ce chiffre aurait encore augmenté, le Premier ministre Manuel Valls parlant de 1400 personnes «concernées».
Selon le « Figaro », 393 personnes sont présentes en Syrie-Irak, où 60 auraient déjà trouvé la mort. Environ 230 personnes seraient en transit vers ce théâtre et 240 de retour, dont 190 en France…..//

//…En juin 2013, une enquête sur la base navale de Toulon, à la suite d’un vol de matériel militaire, avait permis de découvrir que le frère d’un jeune marin avait rejoint la Syrie.
Il était lié à la «cellule de Cannes» qui avait attaqué à la grenade une épicerie juive à Sarcelles.

Au ministère de la Défense et dans les armées, on reconnaît être préoccupé par ces «processus de radicalisation» qui touchent certains jeunes militaires, au même titre que d’autres jeunes Français.
De source militaire, on rapporte que des jeunes, déployés dans le cadre de « Vigipirate » pour assurer la protection de lieu de cultes juifs auraient dit, en désignant une synagogue :

«On saura sur qui tirer !»

De tels cas sont, heureusement, très rares, mais les moyens de surveillance vont être renforcés rapidement, avec notamment la création de 65 postes au sein de la « DPSD ».
Ce service de la Défense se concentre sur les militaires en activité, pas sur les anciens.
Fussent-ils des forces spéciales

Source :
Jean Dominique Merchet -
Secret Defense

http://infos.fncv.com/  du 04/04/2015

Serait-ce discriminatoire de ne pas permettre certains stages aux musulmans ?
Il semblerait que les anciens militaires soient aussi suspects si ce n’est plus.

Notre Justice Est Devenue Raciste.

fournier-300x167 (1)

Se défendre est condamné !

Luc Fournié était en état de légitime défense !

« N’est pas pénalement responsable la personne qui, devant une atteinte injustifiée envers elle-même ou autrui, effectue dans le même temps, un acte commandé par la nécessité de la légitime défense d’elle-même ou d’autrui, sauf s’il y a disproportion entre les moyens de défense employés et la gravité de l’atteinte »,

dispose l’article 122-5 du Code pénal en son livre premier.

En outre, le droit français reconnaît deux cas dans lesquels la légitime défense est présumée :
-pour se défendre contre les vols avec violence,
-et lorsque le défenseur repousse, de nuit, des personnes entrées par effraction dans un lieu privé habité.

Le 14 janvier 2009, Luc Fournié a tué un cambrioleur qui s’était introduit de nuit et par effraction dans son bureau de tabac.
De toute évidence, il était en état de légitime défense selon la définition donnée par le Code pénal.
Pourtant, et contre toute attente, la cour d’assises d’Albi a estimé la riposte «disproportionnée» et est même allée contre le réquisitoire de l’avocat général « Pierre Bernard ».
Ce dernier estimait, quant à lui, la riposte comme ayant été proportionnée, et a demandé aux jurés que « Luc Fournié » bénéficie de la légitime défense (ce qui aurait conduit à son acquittement).
Résultat ?

Un homme qui a protégé sa famille et ses biens contre l’intrusion de voleurs en pleine nuit a été condamné à sept ans de prison ferme.

Vous avez bien lu :
Sept ans de prison ferme.

Un ami avocat m’a rapporté que l’avocat de la famille du cambrioleur tué, « Maître Pierre Cohen », a déclaré à l’issue du procès :

« Ouf, on a eu chaud. »

Même lui n’y croyait pas, car de toute évidence la décision n’est pas conforme à l’esprit de nos lois et donne à croire aux voleurs qu’ils ne risquent rien en pénétrant par effraction des domiciles ou des commerces.
Maître « Georges Catala », avocat de « Luc Fournié », s’est montré très en colère à la fin du procès et a déclaré :

« La déception est un mot faible.
Nous sommes sidérés !
On assiste à une justice qui n’est pas digne de ce nom, étant entendu que l’on n’a pas pris en compte une seule seconde les réquisitions d’acquittement de l’avocat général et l’argumentation de la défense qui consistait à soutenir que cet homme n’est pas un tueur. »

Disons le tout net :

Luc Fournié aurait dû être acquitté.
Il était en état de légitime défense et avait déjà subi de nombreux cambriolages.
L’avocat général n’a, d’ailleurs, pas dit le contraire et il est extrêmement rare que ce dernier ne soit pas suivi par les jurés.

On constate avec quelle célérité les honnêtes Français sont condamnés !

Il est dommage que cela n’ait pas été le cas pour monsieur « Coulibaly », qui représentait pourtant un tout autre danger pour la société.

Le message envoyé par la cour d’assises d’Albi est dramatique.
Aujourd’hui, il semble qu’il soit interdit de se défendre contre ceux qui vous volent et vous agressent.
D’un autre côté, les récidivistes sont lâchés dans la nature et les voyous bénéficient d’une présomption de légitime violence due au laxisme des socialistes, qui confondent les victimes et les agresseurs.

Gabriel Robin

Vous Souvenez-Vous D’Helric Fredou ?

helric-fredou-jpg (1)

Un  supérieur hiérarchique oublieux !

Deux mois après la découverte du corps d’Helric Fredou, commissaire de police chargé de rédiger un rapport sur l’entourage familial de « Charlie Hebdo » et retrouvé mort d’une balle dans la tête quelques heures après l’attentat, sa famille n’a toujours pas reçu les condoléances du ministre de l’Intérieur.

Bernard Cazeneuve n’était pas seulement son supérieur hiérarchique :
Il  était une connaissance familière d’Helric Fredou.
Pourtant, deux mois après l’annonce du « suicide »de ce dernier, le ministre de l’Intérieur n’a adressé aucun message de condoléances à sa famille.

Souvenez-vous :
le 16 janvier, Panamza publiait le témoignage de la soeur du policier  »Helric Fredou » à propos des circonstances troublantes de son décès (pas de courrier laissé, aucune dépression antérieure médicalement attestée, saisie de son matériel informatique et de ses smartphones, « frictions » avec ses collègues de Limoges à propos d’un important « coup de téléphone »devant être -selon lui- immédiatement passé, venue -dès le lendemain- de cadres policiers parisiens pour certifier le suicide).

Neuf jours plus tard, ce fut au tour de sa mère de délivrer ses informations accablantes :

* pas d’accès autorisé au rapport d’autopsie.

* le coup de feu n’aurait pas été entendu par ses collègues alors qu’il s’est produit -sans l’usage d’un silencieux- vers 1h du matin.

* la balle a été retrouvée à l’intérieur du crâne après avoir percé le front.

* le refus du médecin traitant d’Helric Fredou de valider la contre-vérité produite par les articles de presse faisant état d’une dépression.

* des contradictions policières sur l’identification et la réalité du dernier appel téléphonique passé, entre minuit et 1h, par « Helric Fredou ».

* le débarquement de « quatre directeurs de la police » -en provenance de Paris- pour convaincre la mère qu’il s’agissait bien d’un suicide.

Rappel.
Son fils était chargé de rédiger un rapport d’enquête relatif à la protection des parents d’une personnalité singulière :  »Jeannette Bougrab », juriste au Conseil d’État, militante UMP, ex-membre du gouvernement « Fillon » et « prétendue compagne » du directeur assassiné de « Charlie Hebdo ».

Le 5 février, « Panamza » a également contacté l’assistante parlementaire (basée à Londres) de « Christophe Premat », député socialiste des Français de l’étranger.
Ce dernier avait interpellé, une semaine auparavant et par écrit, le ministre de l’Intérieur à propos des « circonstances exactes du décès du policier « Helric  Fredou »« .
Selon la collaboratrice de « Premat », la réponse officielle est, « a priori », attendue « dans les trois mois, au maximum » (soit le 27 avril, au plus tard).

Omerta

Cazeneuve-

Deux mois après la mystérieuse mort d’ »Helric Fredou », survenue dans la nuit du 8 janvier, l’ »omerta » politico-médiatique demeure.
« Bernard Cazeneuve », ministre de l’Intérieur qui entretenait -selon la mère d’ »Helric Fredou »- d’excellents rapports avec son fils décédé, n’a toujours pas adressé ses condoléances à la famille -recontactée par « Panamza ».

Une attitude stupéfiante :
De 2010 à 2012, les deux hommes collaboraient pourtant ensemble sur Cherbourg, l’un en tant que député-maire de la ville, l’autre en sa qualité de commissaire principal.

« Panamza » continuera son investigation sur l’affaire « Charlie Hebdo » ainsi que sur la nature exacte de cette loi du silence entourant -entre Limoges et Paris- la mort d’ »Helric Fredou ».

De nouveaux développements seront également abordés au sujet d’une séquence particulièrement opaque de la fuite des terroristes :
Celle relative aux faits survenus sur le boulevard Richard-Lenoir.
Dès la mi-janvier, des témoignages inédits (mais contradictoires, les uns les autres) ont été progressivement recueillis par « Panamza » sur l’axe 58-64 de l’artère.
Depuis une fenêtre de l’immeuble situé au numéro 62, une vidéo problématique avait été capturée : celle de la fatale altercation entre les terroristes et le policier « Ahmed Merabet ».

L’auteur des images -relayées aussitôt sur son propre compte Facebook- qui ont marqué les esprits :
un quinquagénaire catalan -dénommé « Jordi Mir »- qui se présente comme un ingénieur-consultant et fondateur d’un site de podcasting (entre autres).

http://www.panamza.com/130315-charlie-fredou-cazeneuve

jordi mir

Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, et Jordi Mir, 2009

Des Innocents Déclarés Coupables !

prison (2)

Le culte du bâillon se déchaîne !

Trouvez-vous normal, juste, raisonnable, admissible, compréhensible, tolérable qu’un individu, un citoyen paisible, soit condamné et incarcéré, non pour avoir commis quelque grave délit ou crime crapuleux,  mais uniquement pour avoir exprimé une opinion, sans jamais le moins du monde appeler à la violence, inciter à la haine ou à quelque débordement répréhensible ?

L’évolution des moeurs permet aujourd’hui :
-de s’affranchir de dogmes religieux,
-de nier l’existence de Dieu ou de ses prophètes,
-de les moquer de mille manières plus ou moins élégantes,
-de s’opposer à des théories scientifiques solidement installées comme celle du « Big Bang »,
-de prôner des pratiques sexuelles originales , que sais-je encore…
Mais il n’est pas permis, du moins sous nos cieux débordant de droits de l’homme et de démocratie, le monde dit occidental s’assimilant volontiers à la «communauté internationale», de mettre en doute un événement censé être de notoriété publique, s’étant produit des dizaines d’années auparavant et limité à une petite communauté se disant race élue, se réclamant d’un Dieu dont certains nient l’existence en toute légalité.

Cette communauté étayée par son cauchemar d’extermination fictive s’est emparée des leviers de commande des nations qu’elle investit, entre autres l’information et la finance et use outrancièrement de la loi pour faire barrage à toute information, découverte, recherche, bref à toute affirmation mettant en cause le dogme qui lui sert de colonne vertébrale.
Au mépris de la justice elle condamne aux galères le moindre impénitent, relève la plus insignifiante incartade susceptible d’alimenter une réflexion dissidente.
Plus s’accumulent les preuves de sa forfaiture plus résolument elle manie le fouet pour châtier l’impudent, en réalité le JUSTE.
Très récemment pour avoir exprimé leur opinion furent condamnés, à deux ans de prison un professeur de mathématiques, « Vincent Reynouard », à un an et six mois à Munich une avocate, « Sylvia Stolz », à un an un médecin autrichien le Docteur « Josef Koenigstaler ».
Menacés sont un bouddhiste américain « Brian Ruhe », un jeune révisionniste du Liechtenstein, etc…
Le culte du bâillon se déchaîne !

Les prisons surchargées par le flot croisant de perturbateurs de l’ordre public se voient encombrées de délinquants parfaitement honnêtes, de bonne réputation, corrects, respectueux même de leur geôliers, n’ayant jamais touché un seul cheveu d’un membre de cette communauté vindicative.

Il n’est pas discutable que celle-ci a subi une persécution douloureuse mais n’a-t-elle rien à se reprocher ?

Par ses représentants mondiaux, ne se dressa-telle pas résolument contre la nation qui entendait lui retirer son pouvoir de nuisance financier et économique ou tout au moins vouloir le réguler ?

Dès l’accession au pouvoir à Berlin d’un nouveau chancelier ne déclara-t-elle pas la guerre à l’Allemagne, « expressis verbis »,  » Judea declares war on germany « (Daily express 24 mars 1933) déclaration assortie d’un boycott radical des intérêts allemands dans le monde ?
Des millions d’êtres humains de toutes nationalités, pris dans le tourbillon d’un absurde conflit eurent à subir souffrances et deuils, mais il apparaît au fil de l’ouverture des archives que les plus coupables furent ceux qui se présentent comme les défenseurs du droit, de la justice et de la démocratie.
Ils furent d’horribles tueurs et ne reculèrent devant aucun crime, fussent-il l’utilisation de la bombe atomique, les ouragans de feu ravageant les villes allemandes et japonaises, le massacre de Katyn, les famines frappant les vaincus réduits à l’état d’esclaves, souvent sexuels, les tortures à l’issue des combats.

Prédation, spoliations, annexions, rien ne fut épargné au vaincu.

Les Romains pratiquaient le « Vae victis ».
On aurait espéré ne plus vivre cela dans nos pays «civilisés», de culture chrétienne pour la plupart, voués en paroles à la recherche d’un monde fraternel.

La justice divine, disait-on jadis, le juste retour des choses, ne manqueront pas hélas de frapper durement ceux qui se comportèrent comme des barbares, quel que soit leur camp et qui ne mettront pas au premier rang de leurs préoccupation le bien de l’humanité et une juste répartition des richesses de la terre !

Isaac Schlingelstein, le 21/03/2015

Autre Que Réseau Social

La Légitime Défense Est Condamnée.

juge1-218x300 (1)

«Prolifération des armes à feu.»

Les faits remontent à la nuit du 16 au 17 mars 2011, et ont eu lieu dans une maison isolée, située en bord de rivière, près de Béziers.
(http://www.midilibre.fr/2015/03/29/l-octogenaire-avait-tire-sur-trois-jeunes,1142557.php)

Dans cette maison, un vieux monsieur de plus de 80 ans, atteint de la maladie de Parkinson.
Cette nuit-là, il ne parvient pas à dormir car la rivière en crue menace sa propriété.
Soudain, il entend du bruit, prend peur, attrape son fusil qu’il charge de cartouches en plastique, et tire «en l’air, puis à l’horizontale» –« Je ne les ai pas visés», plaide-t-il aussi– blessant ainsi l’un des trois jeunes entrés par «inadvertance» dans sa maison.
Visité déjà plusieurs fois, l’octogénaire avait donc quelques raisons de penser qu’il s’agissait d’un énième cambriolage.

Que croyez-vous qu’il arriva ?
Les trois «jeunes» sont -ils poursuivis pour tentative de cambriolage ?

Pour l’heure, c’est l’octogénaire qui a dû répondre de «faits de violence aggravée» !

« Je ne vis plus depuis les faits (…),
je fais des cauchemars»,

se plaint…l’un des jeunes malchanceux, pour cause de «plombs dans tout le corps».
Le vieux monsieur, daltonien, a confondu  cartouches en plastique avec cartouches de plomb.
Le second jeune, quant à lui, ne décolère pas :

«Il vous a raconté n’importe quoi, il a voulu nous tuer.
Nous, on est des gens honnêtes.»

Quant au 3ème larron, il ne s’est même pas présenté au tribunal.

Message reçu 5 sur 5 par le procureur « Angélique Dépétris », pour qui le vieil homme, octogénaire,  parkinsonien, daltonien :

«est à lui tout seul un magnifique spot de publicitaire pour la lutte contre la prolifération des armes à feu.
C’est aussi un fléau que d’imaginer qu’on a une arme chez soi pour se défendre.
Il a été un danger pour la société.»

Des fusils à plomb, des fusils de chasse pour chasser le gibier, qui se trouvent bien souvent depuis des lustres, chez les paysans ?

La prolifération des armes à feu ne se rencontre-t-elle pas plutôt dans les banlieues, où se procurer une « kalach’ » est à peu près aussi facile, pour celui qui connaît les tuyaux, que d’aller acheter une baguette de pain ?

Pour exemple, le 9 février, quand Manuel Valls se rendait à Marseille pour vanter les bons chiffres de la sécurité, fut trouvé dans un appartement dans le quartier la Castellanne, 7 kalachnikovs et…
aucune charge ne sera retenue contre les occupants qui, si l’on en croit la procureur « Dépétris », illustraient pourtant autrement plus gravement qu’un vieux monsieur détenteur d’un fusil à plomb, son fameux « spot publicitaire »

http://www.ladepeche.fr/article/2015/02/20/2052911-tirs-de-kalachnikov-a-marseille-deux-nouvelles-interpellations.html

Son âge, sa maladie, son handicap, sa précédente nuit blanche pour cause de stress dû à la montée des eaux, son angoisse d’être une énième fois cambriolé, aucun de ses arguments reposant sur des faits réels n’atteindront les membres du tribunal.
Et si la proc’ requérait 1 an de prison ferme, la présidente du tribunal, elle, a jugé qu’un an (quand on a failli tuer de pauvres jeunes introduits dans sa maison sans y être invités, n’est-ce-pas),  ce n’était pas suffisant.
Le vieil homme est condamné à 2 ans de prison ferme.

«Une peine sévère, car le tribunal est inquiet de ce qui peut encore arriver…
rien ne justifie de tirer sur quelqu’un avec une arme à feu.»
,

dit-elle.

Mais qu’est-ce qui pourra bien arriver à cet octogénaire, la prochaine fois qu’il se ferait «visiter » ?
De ne plus avoir 80 ans,
de ne plus être Parkinsonien,
ni daltonien,
et de tirer à la kalach’ sur ces graines de cambrioleurs ?
Ou madame la présidente veut-elle dire que la prochaine fois, il n’a qu’à se laisser faire bien gentiment, le vieux ?

Avec semblables arguments, si le tribunal, en prononçant ce jugement, voulait signifier aux Français qu’il déclare illégitime, illégal, le cas de légitime défense, il ne s’y prendrait pas autrement.

Ce n’est pas tout :
Le vieux monsieur qui avait voulu se défendre devra verser 6.500 euros de provision de préjudices à la victime la plus touchée, celle qui n’avait vraisemblablement pas beaucoup de plomb dans la tête…

Une sentence à l’opposé de celle rendue par le tribunal d’Avignon, ce mois de mars 2015, à l’encontre d’un prévenu jugé pour agression sexuelle sur une mineure de 15 ans.
Un prévenu jugé par défaut puisque…absent lors de son audience.

http://www.ledauphine.com/vaucluse/2015/03/30/agression-sexuelle-sur-une-ado-un-an-ferme

Il la croyait majeure, il voulait «  l’épouser comme au bled, de façon traditionnelle. »
Il lui a sauté dessus, l’a attrapée par le bras, l’a embrassée, caressée et, sans l’intervention du père et du frère de la jeune fille, dieu sait comment l’agression aurait pu se terminer.
Verdict de la présidente du tribunal :
Une condamnation par défaut, donc, à 1 an de prison ferme et 1.500 euros d’amende.

-D’un côté, un vieil homme malade qui s’est senti en état de légitime défense prend 2 ans de prison ferme et 6.500 euros de provision !
-De l’autre, un agresseur sexuel – même pas présent lors de son procès – condamné à 1 an ferme et à plus de 4 fois moins de dommages et intérêts.

Elle est belle, notre justice française, qui décrète coupable un vieux monsieur malade, tout seul dans sa maison, pour avoir voulu défendre sa peau, et qui, de l’autre, ne juge pas légitime de retenir des charges contre des individus hébergeant chez eux des armes de guerre, ou rend un verdict des plus cléments envers un agresseur avéré.

Caroline Corbières

http://ripostelaique.com/du n° 401, le 02/04/2015

Info Ou Intox, Bien Plus Plausible !

ane (1)

Le Copilote dépressif
converti à l’islam ?

lubitz-facebook-muslim-page_900_600

Les procureurs allemands disent que le copilote, soupçonné d’avoir délibérément fait s’écraser un avion de Germanwings dans les Alpes françaises, a dissimulé son état de santé à son employeur.

Mais pire que cela, le seul fait qu’il ait déclaré à sa petite amie, comme le rapporte la presse germanique, que la seule évocation de son nom allait « totalement changer le système » (sic) démontre, indépendamment de la vérification de la « rumeur » qu’il se serait converti (ou pas) à l’Islam-isme, qu’il avait, de longue date, planifié son crime de masse et qu’il s’identifiait complètement à la personnalité de base du « Kamikaze ».
Ceci n’a rien à voir avec un « simple » suicide :
Au-delà de l’acte de se donner la mort, il voulait, par-dessus tout, entraîner le monde dans sa chute, à la façon d’un petit « Hitler » dans son bunker, ou d’un « Mohamed Atta » aux commandes d’un avion s’écrasant sur les Twin Towers.
L’identification ne vaut que par les références historiques qu’il va puiser pour mourir et faire mourir les autres…
Il devient donc tout « naturel » que les fans de « Daesh » le prennent comme exemple, qu’il dédie ou non son acte à mahomet ou à l’islam en tant que tel… 

Selon les reportages des médias allemands, « Andreas Lubitz » suivait un traitement pour dépression, et avait reçu des soins en 2009, durant un an et demi, à la suite d’un épisode sévère.
« Lubitz » est supposé avoir verrouillé la porte à son copilote, à l’extérieur de la cabine de pilotage et fait s’écraser l’Airbus A320, avec 149 personnes à bord.

La police allemande a procédé à des fouilles à son domicile, et, quoiqu’elle n’a pas découvert de message suicidaire, elle a trouvé une prescription du médecin qui le place en arrêt-maladie le jour-même de ce crash.

Mieux, il connaissait parfaitement les Alpes pour y faire des stages de planneur depuis des années :

«Andreas a participé à un de ces stages dans les Alpes-de-Haute-Provence avec ma nièce, qui était une bonne amie à lui.
Il était passionné des Alpes et même obsédé.
 Je suis certain qu’il connaissait le secteur du crash car il l’avait survolé en planeur».

Sans que le fanatisme des admirateurs ne désigne quiconque comme coupable pour les motifs qu’on lui prête :
l’Etat Islamique ouvre une page facebook de louanges au copilote et meurtrier de masse allemand. 
Une autre page facebook a été ouverte :
Support for Andrew Lubitz, hero of the Islamic State.
(Elle a depuis été supprimée)

Mais Pamela Geller a pu faire une capture d’écran de la page, avant qu’elle ne soit supprimée.

Le Copilote de Germanwings serait un converti récent à l’islam

Un article paru le 26 mars dans le Magazine allemand « PI-News » (Politiquement incorrect car lié à Pegida), révèle qu’au cours de son interruption de ses fonctions d’une durée de six mois, à « Germanwings », le co-pilote « Andreas Lubitz », l’homme accusé d’avoir détourné et fait s’écraser l’Airbus A 320 dans les Alpes françaises, tuant 150 passagers à bord, se serait converti à l’Islam.
La compagne d’ »Andreas Lubitz » serait également de confession musulmane.

Voici la traduction française de l’article de « Michael Mannheimer » :

Toutes les preuves indiquent que :
[NDLR et bémol de la rédaction : on serait, néanmoins, curieux d’en prendre connaissance : fréquentation avérée de la mosquée radicale de Brême?]
Le copilote de l’avion Airbus, au cours de sa période d’interruption de six mois, pendant sa formation de pilote pour « Germanwings », s’est converti à l’islam, à la suite de quoi, soit obéissant aux ordres de radicaux ou musulmans fervents, soit interprétant de son propre chef, l’ordre en le tirant du « livre de la terreur », le coran, aurait décidé de perpétrer un massacre.

Alors que la mosquée radicale de Brême est au centre de l’enquête, là où de nombreuses conversions se déroulent souvent, on peut supposer – tout comme dans le cas de « Mohammed Atta », lors des attentats de New-York – qu’il ait pu directement recevoir des instructions de la part de l’entourage immédiat de la Mosquée.

Elle a récemment (le 5 décembre 2014) été fermée par la police pour soutien avéré à l’Etat Islamique

A l’époque :
La Ville-Etat de Brême a également fait interdire une association à laquelle la mosquée est rattachée, le club de la culture et des familles salafistes (KuF), a précisé le ministre de l’Intérieur, cité dans un communiqué.
L’association est aussi soupçonnée de faire de la propagande pour l’EI.
Ses locaux ont également été perquisitionnées, ainsi que 17 appartements]
.

Les convertis sont l’arme fatale de l’Islamisme, parce que leur parcours préalable n’éveille pas les soupçons et qu’il n’y a pas d’indication qu’ils puissent devenir des musulmans particulièrement violents.
Selon cette thèse, l’Allemagne se serait ainsi vu infliger son propre 11 Septembre, en modèle légèrement réduit.
Mais, selon les tenants de cette thèse, qui assimilent l’ensemble de l’islam à une vaste organisation terroriste passible de l’article du Code pénal 129a, on peut parier que les partisans de la R.A.T.P (Religion d’Amour, de Tolérance et de Paix) se mettront d’accord pour imputer cet acte à « l’instabilité mentale » de l’individu (sa « dépression ») et que le mantra « Pas d’amalgame » sera repris par le choeur des « pas vu, pas pris ».

Bien évidemment, on peut entendre le pilote tambouriner à la porte, voire même tenter d’utiliser une hache, alors que « Lubitz » avait apparement verrouillé cette porte de l’intérieur.

La Police aurait relevé ce qu’elle désigne comme « une pièce à conviction importante » au domicile de Lubitz à Montabaur, en Allemagne, mais elle n’a pas révélé de quoi il s’agissait…

Source : Dave Gibson pour « universalfreepress.com »

Marc

http://jforum.fr/  du 29/03/2015

Derrière Ce « Crash » Des Alpes ?

rafale-300x150 (1)

« Explosion et fumée avant le crash »

Des témoins ont dit à l’Armée de l’Air Française, qu’ils avaient entendu une explosion et vu de la fumée sortant de l’avion de ligne A320 de Germanwings, peu avant qu’il ne s’écrase dans les montagnes près de Digne, Languedoc-Roussillon, a pu révéler I.B.Times.UK.

Un pilote d’hélicoptère de l’Armée de l’Air Française basée à Orange, à 30 minutes du site de l’accident, a dit à I.B.Times.UK que des témoins dans l’enquête sur l’accident lui ont dit «qu’ils avaient entendu une explosion et vu de la fumée».

Alors que les autorités Françaises n’ont pas confirmé ces dires, le pilote affirme que l’Armée de l’Air Française a reçu un certain nombre de déclarations corroborant ces témoignages.

Le pilote a également confirmé que des débris ont été trouvés en amont de l’accident – ce qui, dit-il, confirme le fait qu’un morceau de fuselage avait « été détaché de l’avion avant l’impact ».

«La zone de recherche est très localisée, mais une pièce a été trouvée en amont, ce qui est quelque peu troublant»,

a ajouté le pilote.
Les autorités françaises ont mobilisé 210 gendarmes de plusieurs départements, neuf hélicoptères pour les opérations de sauvetage, et deux de la base d’Orange – un pour le sauvetage, l’autre pour sécuriser le secteur aérien, pour s’assurer que de petits avions privés ne survolent le site, et l’ensemble du dispositif avait été déployé sur le lieu du crash le mardi 24 mars.

Un Vice-Président de Lufthansa dit que, «pour l’instant», la compagnie traite le crash de l’avion de Germanwings en France qui a causé 150 personnes comme un accident.

« Heike Birlenbach » a déclaré aux journalistes à Barcelone que pour l’instant «nous disons que c’est un accident.
Nous ne pouvons rien dire de plus pour le moment».

Source : Elsa Buchanan pour « International Business Times »

Caro
(Traduction Avic pour « Réseau International »)

http://reseauinternational.net/  du 27/03/2015

Non seulement il faut déguiser ce qui a pu se passer mais nos médias doivent rester politiquement corrects !
Le pilote a crié : « ouvre cette DAMNEE porte ! » ou en langage populaire : « ouvre cette PUTAIN de porte ! ».
Plutôt tendu entre les pilotes, et aucune mention des cris des passagers, rien d’étonnant d’un procureur aux ordres !

L’Avion France Est Bien Mal Piloté.

verité (1)

Valls nous fait penser à Lubitz.

En France, malgré une progression continue du taux de chômage, « Bobardland » annonce un déficit public moins pire que prévu en 2014 et une dette record de 95%.
La dette publique de la France a continué à augmenter en 2014 pour atteindre le chiffre record de 2 037, 8 milliards d’euros soit 95 % du PIB français, ce qui devrait résumer la situation de faillite politique du pays !
« Bobardland » peut donc se féliciter d’une baisse du déficit du PIB, à défaut d’une baisse du chômage, par rapport aux prévisions…
Malgré cela, Manuel Valls est tellement préoccupé par les élections départementales qu’il n’a pas le temps de s’occuper du chômage.

« Sophie Coignard » écrit que Manuel Valls est en campagne pour soutenir les candidats de la gauche.
C’est pourquoi Valls pense plus à la campagne pour les élections départementales qu’à ses fonctions, même si le Premier ministre doit avant tout conduire la politique de la France, comme le stipule la Constitution.

Quand Valls fume le cigare, comme un riche bobo parvenu, il essaye de nous enfumer !

C’est un comportement honteux, moralement et politiquement inconcevable, en plus d’être choquant !

Mais pas plus que le comportement irresponsable des pilotes de l’avion A 320.

Selon la mise en scène « médiatique » des « terrifiantes révélations du procureur de Marseille » , le copilote, un « soi-disant malade mental qui s’ignore », a agi en loup solitaire et il a intentionnellement détruit l’appareil, en provoquant délibérément le crash de l’A 320 d’Airbus de la compagnie « Germanwings ».

Si on en croit le Procureur de « Bobardland », le pilote était tout simplement en «abandon de poste» de pilotage :

« On peut vraisemblablement penser qu’il s’absente pour satisfaire à un besoin naturel« ,

a expliqué le procureur de « Bobardland ».
On notera que « c’est toujours le même « bobard » » pour les suicides à l’hôpital et pour les incendies dans les maisons de retraite.

La France socialiste de « Bobardland » ignore la responsabilité et la « conscience professionnelle » la plus élémentaire.

« Bobardland » cultive la culture de l’excuse de l’incompétence, de la paresse et de l’irresponsabilité au travail !

On demande pourquoi et comment le pilote a, en conscience, «abandonné son poste», pour un vol de si courte durée.
Sûrement pas pour « satisfaire à un besoin naturel » .

C’est pourquoi on doit mettre en cause la négligence coupable du pilote, son imprudence manifeste et la légèreté de son comportement irresponsable.
Les grèves des syndicats des pilotes ont apporté la preuve de l’irresponsabilité de cette corporation, qui « vole au-dessus de l’intérêt des usagers » et du bien public.

L’absence de conscience professionnelle du «pilote en goguette» lui aura donc coûté la vie. Mais elle a coûté aussi la vie aux autres passagers et employés de la compagnie qui n’y étaient pour rien…
« Bobardland » ne voit là rien d’anormal !

« Aucun élément ne milite en faveur d’un attentat terroriste »,

a insisté le procureur.
« Carsten Spohr », le patron de la compagnie allemande, maison mère de « Germanwings », ne sait rien, si ce n’est que l’avion a heurté une montagne, «pour des raisons inconnues et que tout le monde ignore», et une volonté délibérée du copilote de détruire l’avion.

« Bobardland » pense pouvoir affirmer que la piste terroriste n’est étayée par aucun élément, «les autorités allemandes ayant déclaré n’avoir décelé aucun contexte terroriste». 

C’est pourquoi la question du déséquilibre psychique du «copilote-fou-solitaire» est posée.

Avant «l’accident» (l’attentat), le vol de l’A 320 s’était passé comme prévu, indique « Thierry Vigoureux ».
Et avant de mourir, La Palisse était toujours vivant !
Bravo le journalisme de la presse «sous le choc» !

«L’avion décolle mardi à 10 heures de Barcelone…
Il reste en montée au-dessus de la Méditerranée.
La cabine est quasi complète avec 144 passagers…
L’Airbus arrive rapidement à son niveau de croisière.
Comme c’est la règle dans toutes les compagnies, l’avion vole sous pilote automatique
…»
«Comme tout va bien, que la météo dehors peut être qualifiée de «temps de curé», sans nuage, orage ou turbulence, le commandant de bord décide d’effectuer le briefing d’arrivée à Düsseldorf.
Il connaît déjà les dernières données météorologiques.
»
«Les tâches entre les deux hommes sont strictement réparties par les procédures de la compagnie.
L’un est PF, pilot flying, celui qui assure la trajectoire et la navigation.
L’autre est PNF, pilot non flying, et s’occupe de la gestion des systèmes (carburant, pressurisation, électricité, etc).»
«Le commandant de bord annonce :

«Les commandes sont à toi.»

C’est la phrase rituelle pour indiquer à son collègue qu’il devient PF…
Son collègue 
«a compris» .
Le pilote sort du cockpit
…»

C’est le début de la fin pour l’A 320 de Germanwings, avant le «temps de la curée» !
Il faut savoir que «la curée» signifie, à la fois la ruée vers des places ou des privilèges devenus soudain accessibles (par la chute du régime politique), et la part du gibier qui est «donnée aux chiens» , en récompense de fin de chasse, comme avec l’EI !
Le commandant de bord irresponsable a créé une machine à détruire la confiance !

«C’est le dernier contact radio émis par l’Airbus A 320-211.
L’avion est pris en charge par le centre de navigation aérienne d’Aix-en-Provence.
Il est à ce moment-là à 11 400 mètres d’altitude au-dessus de Bandol [Var].
Lors de ce dernier contact radio, à 10 h 30, le contrôle aérien avait indiqué au pilote de maintenir le niveau de vol à 11 400 mètres et de le recontacter ultérieurement.
Et à ce moment-là, le pilote a confirmé»
 …

Mais en France de « Bobardland », on n’a plus le droit de ne pas être d’accord et de déranger le régime de plus en plus autoritaire de Hollande, en contestant le « bobard » du «copilote-fou-solitaire».

Pourtant, la «Loi sur le Renseignement» de l’État-PS ne peut pas ne pas nous intéresser, avec le faux débat sur les moyens de lutter contre les terroristes, qui ne concerne pas le « bobard » du «copilote-fou-solitaire». .

La culture de l’excuse a toujours profité aux paresseux irresponsables et aux médiocres.

« Christine Tasin » écrit dans Résistance républicaine :

«Il est clair que le crash de l‘Airbus 320 n‘est pas un accident…
Le fait (est) que l‘un des pilotes n’ait pu rentrer dans le cockpit, que celui qui restait à l‘intérieur ait désactivé dans les 30 secondes suivant sa sortie… ne signifie qu‘une chose : le crash a été voulu
Mais de là à nous faire croire à un suicide pour ne pas prononcer le mot terrorisme et attentat islamique, il n‘y a qu‘un pas que je ne franchirai pas, laissant la presse aux ordres (de « Bobardland ») faire son sale boulot
»

Il reste clair que les 40 minutes 27 secondes écoulées du vol 4 U 9525, entre le décollage et le crash de l’A 320 de « Germanwings », ne peuvent «en aucun cas expliquer le soi-disant besoin pressant du pilote» , qui a en conscience «abandonné son poste» , pour un vol de si courte durée.

Peut-on parler à son sujet de «négligence criminelle» ?

Mais aussi, ne peut-on pas parler à son sujet de véritable «inconscience» criminelle ?

Thierry Michaud-Nérard

http://ripostelaique.com/  du n° 400, le  28/03/2015

Une Semaine Electorale Eclipsée

propagande-565x250 (1)

Des  éditions spéciales
répétitives  et inconvenantes


Dans les coulisses de la conférence de presse du procureur
Légèrement tremblant, les yeux fuyants, le procureur de la République de Marseille, « Brice Robin », s’est installé dans une salle étriquée, à l’atmosphère tendue.
L’homme a eu du mal à contenir son humeur visiblement contrariée face à des journalistes de télé, de radio et de presse écrite aux nerfs éprouvés par la couverture non-stop de l’événement depuis mardi.
Pendant près de 2 heures, devant les dizaines de familles de victimes arrivées dans la matinée à l’aéroport de Marseille-Provence, il a dû expliquer les circonstances précises du drame à la lumière des écoutes de la boîte noire, reçue « tard dans la nuit », après que des fuites sont parvenues au «New York Times».
Une rencontre « digne », a-t-il décrit.
Une épreuve.
A deux reprises, il a également dit «regretter que les éléments de l’enquête ne lui aient pas été transmis plus rapidement», admettant cependant ne pas savoir quand le Bureau d’enquêtes et d’analyses avait finalement disposé de la retranscription de ces enregistrements du cockpit.
Un début de polémique est né après la conférence de presse du « BEA » , mercredi, à Paris qui n’a rien dévoilé du contenu de la boîte noire.
«Une farce», selon certains spécialistes.

http://www.lesechos.fr/ du 26/03/2015

§§§§§§§§§§

 Le copilote a caché qu’il était en arrêt de travail le jour de l’accident, selon le parquet de Düsseldorf.

« Des certificats d’incapacité de travail [...] déchirés, qui étaient récents et même datés pour le jour des faits appuient l’hypothèse qu’il a caché sa maladie à son employeur et à ses collègues de travail »,

ont déclaré les procureurs de Düsseldorf, qui ne précisent pas la nature de sa pathologie.
Des documents découverts lors de perquisitions menés dans son appartement de Düsseldorf et dans la maison familiale de la localité de Montabaur attestent par ailleurs que le copilote, âgé de 27 ans, suivait un traitement médical.
Aucun message relatif à un projet de suicide n’a en revanche été trouvé.

http://www.lesechos.fr/  du 27/03/2015

§§§§§§§§§§

Andreas Lubitz, copilote de l'Airbus A320 Germanwings Barcelone Dusseldorf

Andreas Lubitz

Toute la presse mondiale s’interroge aujourd’hui sur les ressorts profonds qui ont pu conduire le copilote de l’A320 de « Germanwings » à entrainer vers la mort ses 149 passagers.
Le journal allemand « Bild » a révélé que le jeune homme de 27 ans avait souffert d’une lourde dépression il y a quelques années et avait dû interrompre sa formation.
En revanche, l’information selon laquelle il aurait été récemment soigné pour cette même maladie au centre hospitalier universitaire de Düsseldorf a été démentie.
Il semble aussi, selon plusieurs organes de presse allemands et britanniques, que sa relation avec sa compagne était dans une phase difficile.
Par ailleurs, on a appris que ce passionné de vol à voile avait souvent pratiqué cet exercice au-dessus des Alpes, une région qu’il connaissait très bien et qu’il affectionnait.
Les enquêteurs vont maintenant se plonger dans les archives personnelles de ce fils d’un employé de banque et d’une mère organiste, qui vivait chez ses parents à Montabaur, petite ville de 12. 500 habitants située entre Francfort et Bonn.
Avec cette certitude :
Quelle que soit la forme de folie qui s’est emparée de lui, le « cas Lubitz » devra faire évoluer les règles de sélection des pilotes et de sécurisation des cockpits d’avions de ligne.

http://www.lesechos.fr/  du 27/03/2015

Andreas Lubitz, copilote de l'Airbus A320 Germanwings Barcelone Dusseldorf

La Folie des Hommes

 

§§§§§§§§§§

En attendant, il est bon que l’affaire occupe tout le monde entre les deux tours de l’élection départementale,

Ca évite d’avoir à parler des problèmes de la France et de la nouvelle déculottée socialiste de dimanche prochain.

http://www.minurne.org/  du 26/03/2015

Le Manque De Sécurité En Allemagne.

astrid-korten-300x200 (1)

Une écrivain Allemande
agressée et tabassée  !

Les douleurs, en particulier à l’estomac, s’estompent petit à petit.
Ca s’améliore.
Astrid Korten prend des analgésiques qui la soulagent.
Bien plus difficile est le rétablissement psychique, suite au choc et à la terreur qu’elle a dû subir il y a une dizaine de jours.

A la veille de l’ouverture du Salon du Livre de Leipzig, l’auteur fut agressée par deux hommes, peu après qu’elle ait tenu lecture de quelques passages de son nouveau livre, qui traitent du crime d’honneur.
Au cours de l’attaque, l’un des deux hommes hurle «qu’elle est l’ennemie d’Allah». « Astrid Korten » a dissimulée son agression durant une semaine.

« Je voulais passer ça sous silence afin de me protéger, ainsi que mes proches. »

déclare-t-elle

Après longue réflexion, des jours de doutes, elle s’est enfin décidée de rendre public cette agression.

« Je refuse de me laisser bâillonner »

lance-t-elle.
Elle sort désormais du silence et raconte pour la toute première fois ce qui s’est passé ce 11 mars 2015.

Lorsque la fiction devient réalité.

« Astrid Korten », 53 ans, est née aux Pays Bas à Heerlen et vit désormais à Essen. C’est à 13 ans, qu’elle écrit son premier roman policier : « Die Leiche im Brunnen » -Le cadavre dans le puits -.
L’écriture devient alors une passion.
Durant des années, elle travaille dans le marketing et fonde sa propre entreprise.
C’est en 2004, qu’elle change radicalement sa vie, pour se consacrer à sa passion.
Elle publie des romans, romans policiers, dont les plus récents sont :
-« Tödliche Perfektion » -Perfection mortelle-,
-« Eiskalter Schlaf » -Sommeil glacé- …
Son dernier ouvrage, parut en février :
-« Plan glacé, dans les filets de la vengeance ».

Elle confie :

« Jamais je n’aurai cru devenir victime à cause d’un thriller ».

Le personnage principal s’appelle Alma.
Alma, au creux de sa vie se remet en question.
Son travail, son mari et tout ce qui représentait sa vie privée.
Alma ne veut plus être la bonne fille.
Elle veut changer et rencontre, sur un chat internet, quatre femmes qui partagent ses instincts empreints de colères débridées.

Jusqu’à présent « le crime d’honneur » ne l’effrayait pas.

Les cinq protagonistes du livre perdent tout sens légal et se positionnent en tant que vengeresses des femmes.
La vengeance atteint son point culminant, lorsqu’elles planifient un meurtre de sang froid, contre un Afghan, « Farid Azraq », qui refuse la culture occidentale et décide un « crime d’honneur » contre sa fille.
Ce passage estime « Korten », est la mise en situation de deux systèmes.
D’un côté, la violence absolue masculine contre les femmes et de l’autre, la vengeance féminine de sang froid qui s’affrontent.
En thématisant le « crime d’honneur » aucun doute ne l’effleurait.
Depuis quelques semaines, « Astrid Korten », tient ses lectures, à partir de son livre, en particulier le passage sur le crime d’honneur, à Eschwege et Schweinfurt, les 9 et 10 mars.
Puis, elle se rend à la Foire du Livre de Leipzig qui commence le 12 mars.
Au soir du 11 mars, l’incroyable arrive.
« Astrid Korten », qui se rend à son hôtel se trouve soudain pressée par deux jeunes.

« Ils ont d’abord commencé par m’insulter.
Je n’ai pas réagi et continuais mon chemin vers l’hôtel, lorsque l’un d’entre eux me lance que je suis une ennemie d’Allah.
Il m’était alors devenu clair qu’ils en voulaient à mon nouveau roman. »

raconte-t-elle.

« Astrid Korten » appelle à l’aide et se trouve jetée au sol par un troisième agresseur qui la frappe violemment à coups de pieds dans l’estomac en criant :

« Chaque homme a le droit de vous frapper à coups de pieds, puisque vous affirmez que les musulmans tuent leurs filles ! »

Puis, ces hommes ont pris soudain la fuite.
L’écrivain titubant, rencontre un couple, les prie de l’aider, mais ils passèrent leur chemin sans aucun commentaire.

Dans un premier temps, « Astrid Korten », renonce à appeler la police et rentre à l’hôtel.

« Je n’ai rien dit à personne. J’étais comme paralysée, ne voulais pas faire d’histoires et j’avais peur.
J’ai essayé d’évacuer tout ça et n’ai pas changé mon programme de lectures. »

Le 14 mars, elle inscrit un post sur sa page Facebook :

« Malgré mon état nauséeux, brûlante de fièvre, bourrée de médicaments, je me suis remise en état et ai pu me rendre à la Mädlervilla, aujourd’hui chez « Victor ».
J’ai fait le plein.
Un public fantastique et une très bonne ambiance. »

Elle ne dit mot sur l’agression subie.
Jusqu’à maintenant.

« Une telle agression laisse des traces et me laisse stupéfaite, car j’ai dû vivre dans ma propre chair les idées qui animent de jeunes hommes, dont l’esprit est empoisonné par l’extrémisme. Cela me laisse profondément marquée en tant qu’être humain, mais aussi en tant qu’écrivain, d’un livre, dont le « crime d’honneur » n’est même pas le sujet principal, mais un des sujets. »

estime « Korten »

Terminée, l’innocence !

Elle ne peut plus passer sous silence cette affaire.
Jeudi soir, huit jours après l’attaque, elle se prononce pour la première fois publiquement :

« Il me paraît aujourd’hui totalement inapproprié de garder le silence, car l’intimidation aurait eu de l’effet.
Je méprise cette lâcheté à laquelle j’ai été confrontée et la condamne profondément.
Personne n’arrivera à me bâillonner.
Je respecte la loi fondamentale, ainsi que mes concitoyens et leur droit d’expression, c’est ce en quoi l’écrivain que je suis croit. »

« Astrid Korten » se soigne et prend des tranquillisants.

Entretemps elle a enfin porté plainte, mais les agresseurs n’ont toujours pas été arrêtés.

« Je ne pourrai plus me rendre à des lectures en toute innocence.
Désormais je me sentirai mal ».

dit-elle.
Ses prochaines lectures doivent se tenir en avril et mai.
Malgré la terreur éprouvée, « Astrid Korten » déclare :

« J’espère que cette agression ne sera pas montée en épingle pour criminaliser globalement les concitoyens musulmans.
Cela me tient beaucoup à cœur, que l’on rapporte les faits objectivement et non de manière tendancieuse. »

« Astrid Korten » travaille à un nouvel ouvrage qui traite de la criminalité économique.
Cela va durer quelques temps jusqu’à ce que le livre soit terminé, comme le travail sur elle-même, qu’elle doit mener sur son agression du 11 mars.

A sa place, j’aurais eu la haine, je n’hésite pas à le dire.
Que de bons sentiments …, dont je suis incapable  !
Surtout contre ce couple de passants indifférents.
(Et si ces passants étaient musulmans aussi, pourquoi s’étonner qu’ils n’aient pas réagi ? – pelosse) 

Source traduite : http://www.welt.de/

Sylvia Bourdon

http://ripostelaique.com/  du n° 400, le 25/03/2015

 

musulman-extremiste-et-musulman-modere-300x152

Il n’y a qu’un seul islam

Nos Gouvernants Frôlent Le Danger.

liberte (1)

Mise en coupe réglée d’Internet

Le front des libertés publiques est l’un des rares domaines où le gouvernement actuel ne chôme pas.
L’encre du dernier décret concernant les sites faisant l’apologie du terrorisme est à peine sèche qu’une première victime est déjà tombée :
le site « islamic-news », réputé pro-djihad.
Et celui-ci ne devrait être que le premier d’une (très) longue liste car au moins une cinquantaine de plateformes sont d’ores et déjà dans le collimateur du gouvernement.

Prenant acte d’une individualisation des parcours terroristes, la loi du 13 novembre 2014 renforçant les dispositions relatives à la lutte contre le terrorisme est dirigée contre les «loups solitaires» se radicalisant sur Internet.
Mais gare aux victimes collatérales…
La tentation est évidemment grande de s’en servir aussi contre des sites contestataires non liés à la mouvance islamique mais prônant l’activisme militant ou le soutien aux mouvements de libération nationale.

En réalité, tout est dans la manière de définir le «terrorisme», notion éminemment élastique…

caseneuve-300x183 (1)

À l’occasion des débats parlementaires de l’automne dernier, le projet de loi antiterroriste porté par Bernard Cazeneuve a été dénoncé comme inadapté à la menace qu’il prétendait éradiquer et fortement liberticide.
Renforçant la surveillance sur Internet, il permet, par son article 4, le blocage administratif des sites faisant l’apologie du terrorisme ou incitant à commettre des actes terroristes.

L’apologie du terrorisme, comme l’apologie des crimes de guerre, était jusque-là réprimée par la loi sur la presse de 1881 qui encadre la liberté d’expression en France.
Le texte a sorti de ce périmètre législatif relativement protecteur les délits de «provocation aux actes de terrorisme» et d’«apologie du terrorisme», pour les intégrer dans un article spécifique du code pénal, considérant qu’il ne s’agit pas «d’abus de la liberté d’expression (…) mais de faits qui sont directement à l’origine d’actes terroristes», afin de les réprimer plus sévèrement tout en donnant davantage de pouvoirs aux enquêteurs travaillant sur ces dossiers, notamment pour infiltrer des réseaux et avoir recours à des écoutes et des sonorisations.
Le texte permet aussi la possibilité d’un blocage administratif, sans requérir l’aval d’un juge, de sites faisant l’apologie du terrorisme.

La procédure est expéditive :
Si l’éditeur et l’hébergeur d’un site ne répondent pas aux demandes de retrait de la police judiciaire, les fournisseurs d’accès à Internet (« FAI ») sont alors saisis pour bloquer l’accès sans délai.
Une mesure qui s’inspire des dispositions prévues pour les sites pédopornographiques et qui, à défaut d’être efficace, constitue une entrave de plus à la liberté d’expression.
Ce dispositif de blocage qui échappe à toute procédure contradictoire est en effet totalement opaque en plus d’être arbitraire :
Le ministère de l’Intérieur rend inaccessibles les contenus incriminés et n’a pas à motiver sa décision.

Ainsi, pas un début de preuve de la dangerosité du site « islamic-news » n’a été apportée.
Et, cerise sur le gâteau, en redirigeant les internautes vers une page d’accueil sous son contrôle, le ministère de l’Intérieur se donne les moyens de connaître les adresses IP des visiteurs de ces sites…

plus-de-liberte-242x300

Plutôt inquiétant quand on sait par ailleurs que le gouvernement envisage d’étendre le blocage administratif aux sites faisant la promotion de propos racistes ou antisémites, voire antisionistes, infractions qui seraient également sorties de la loi de la presse de 1881 afin de faciliter et durcir les sanctions à leur encontre.

Plus grave, le blocage concerne une infraction dont les contours sont toujours aussi flous :
La définition du terrorisme donnée par l’Union européenne est en effet assez large pour permettre la répression d’actions syndicales ou politiques non-violentes (grève illégale, blocage de systèmes informatiques, occupation de routes, de bâtiments publics ou privés pour manifester) :

« association structurée, de plus de deux personnes, établie dans le temps et agissant de façon concertée en vue de commettre des infractions terroristes (…) visant à menacer un ou plusieurs pays, leurs institutions ou leur population avec l’intention d’intimider ces derniers et de modifier ou détruire les structures politiques, sociales et économiques de ces pays ».

Le soutien à un mouvement social radical ou à une lutte comme celle du mouvement palestinien pourrait très bien tomber à terme sous le coup de l’inculpation d’apologie du terrorisme.
Le « CRIF » considère d’ores et déjà qu’une exposition photographique sur le « Hamas » fait l’apologie du terrorisme et a demandé son interdiction.

Le contrôle d’Internet est une constante préoccupation des gouvernements qui se succèdent depuis 10 ans car cet espace de liberté est aussi souvent un espace de contestation.

Mais jamais on n’était allé aussi loin dans les mesures liberticides.
Le prétexte de l’antiterrorisme justifie une surveillance sans précédent d’Internet et un renforcement du pouvoir exécutif en installant une justice administrative expéditive.
Cette reprise en main est bien utile au gouvernement pour faire diversion et resserrer les rangs dans un moment de crise économique, sociale et politique sans précédent.

Nicolas Bourgoin

http://www.polemia.com/  du 23/03/2015

Qui Donc Est Accueilli En Europe ?

immigresitalie (1)

Combien de terroristes islamistes
dans le flux  des « migrants » ?

« Gilles de Kerchove », Coordonnateur de l’Union Européenne contre le terrorisme, vient de déclarer à Vienne en marge d’une réunion avec des ministres des nations des Balkans, d’Autriche et d’Italie :

« Nous devons être vigilants.
Il est relativement facile de pénétrer dans l’Union européenne quand on se mêle au flux de migrants »

Les écailles semblent être enfin tombées des yeux de certains eurocrates.
Le belge « Gilles de Kerchove », qui reconnaît avoir jusqu’alors « évité d’évoquer le risque d’infiltrations par voies humanitaires« , admet qu’il fallait désormais « être vigilant« .
Il a en outre reconnu que l’Europe, jusqu’ici confrontée à des infiltrations ponctuelles de terroristes de l’ »Etat Islamique », devait s’attendre à des attentats de « grande ampleur ».
Ce qui est intéressant c’est que le Coordonnateur a mis ses constatations en parallèle avec le fait que, selon « Eurostat » (« office européen de statistiques »), les demandes d’asile politique dans l’Union ont explosé en 2014 pour avoisiner le demi million (dont 20% de « syriens »).

C’est un premier pas.

Le raisonnement qui en découle n’est que de bon sens :
s’il y a – ou s’il est seulement possible qu’il y ait- nombre grandissant de suppôts de l’ »Etat Islamique » noyés dans la masse des « migrants » en provenance de pays islamisés, et si ces gens là sont d’évidence des terroristes potentiels formés au djihad, l’accueil massif des « migrants » constitue donc un danger et en vertu du simple principe de précaution il importe donc d’interdire et d’empêcher toute cette immigration dont, de toutes façons, l’Europe n’a aucune utilité.

Ne rêvons pas trop tout de même, même si les dirigeants de l’UE prennent conscience du risque grandissant de puissante pénétration djihadiste dans les fourgons de l’immigration allogène, il est peu probable qu’ils en tireront les conséquences qui s’imposent, des conséquences jugées indignes au nom des angéliques et castrateurs droid’lomes ou impensablement hostiles aux desiderata du « nouvel ordre mondial » lequel « in fine » vise à éradiquer le caucasien.

Et la politique du « grand remplacement » risque de continuer quelles qu’en soient les dégâts collatéraux… jusqu’à ce que le populaire « souschien » se débarrasse de toute cette engeance, au besoin « manu militari », et prenne son destin en main.

Yves Darchicourt

http://synthesenationale.hautetfort.com/  du 21/03/2015

Quartier Spécial Pour Mécréants Alors !

prison

Nos prisons pleines aux 3/4
de jeunes musulmans.

« Mohamed Boina M’Koubou », français d’origine comorienne, vit en France depuis 1960.
Il est retraité de l’Assistance Publique depuis 2001.
De religion musulmane, il est devenu imam après trois années d’enseignement théologique à l’Institut de la Mosquée de Paris.
Il a choisi d’exercer dans les prisons afin d’apporter son soutien en tant qu’aumônier et il y est parvenu grâce à Monsieur « Zeïna » du « CORIF » (« Comité d’orientation et de réflexion sur l’Islam en France »).
Il intervient à la prison de Fleury-Mérogis avec une affectation définitive au Centre des Jeunes Détenus dès 2006.

Voici l’une de ses déclarations qu’il est indispensable de communiquer « afin que la vérité soit dite » :

« Savez-vous que 75% des détenus dans les prisons de France sont des jeunes musulmans ?
A Fleury-Mérogis sur 400 à 500 détenus les 3/4 sont des jeunes musulmans nés en France.
Lorsqu’un détenu entre en prison on lui demande d’indiquer sur une fiche sa religion puis on la communique aux aumôniers.
La «commission des indigents» se réunit une fois par mois dans les prisons.
Elle s’intéresse aux détenus qui n’ont aucune aide.
Si un détenu présent depuis au moins six mois n’a eu aucune visite ni reçu aucun mandat la commission décide de lui attribuer une télé et de lui verser 20 euros mensuellement.

Nombreux sont les musulmans dans cette situation et j’ai honte d’avouer que cet argent qu’ils reçoivent vient du Secours Catholique et du Secours Populaire.
Au niveau islamique il n’y a rien.

Il faut dire la vérité :
l’Islam ne participe en rien donc les musulmans sont aidés uniquement par ces deux ‘Secours’. »

Source : « Mohamed Boina M’Koubou »

Donc « Eric Zemmour » n’a pas menti, lorsqu’il a affirmé exactement le même pourcentage.

Car on ne peut mettre en doute la parole d’un aumônier musulman, n’est-ce pas ?

Manuel Gomez pour « Dreuz.info ».

http://www.dreuz.info/  du 13/03/2015

Encore Les USA Derrière Cette Dèche !

remplacement-500x333-300x199 (1)

Une co-production
américano-israélo-saoudienne ?

C’est toujours la vieille histoire de « Pierre et le Loup ».
À force d’invoquer un diable imaginaire, on finit par le faire venir tout en lui donnant corps.
Ainsi, ce fameux«choc des civilisations», chimère issue des cerveaux américains et néo-conservateurs est-il en train de devenir réalité.

L’actualité, prévisible, du jour, c’est le ralliement de la secte afro-musulmane « Boko Haram » à une autre secte, « Daech », soit l’État islamique.
Voilà qui est intéressant, sachant que cet islam fondamentaliste de combat, c’est un peu comme le système Windows :
Une nouvelle version à chaque printemps (et pas qu’arabe…).
Avant les attentats du 11 septembre 2001, les revendications d’ »Al-Qaïda » étaient simples :
A la faveur de la première guerre du Golfe, les Américains avaient installé des bases militaires en Arabie saoudite.
Ce qui, pour les musulmans, équivalait à un camp retranché de l’armée algérienne en plein cœur du Vatican.

Après la ténébreuse affaire des « Twin Towers », c’était déjà plus compliqué et les revendications devinrent floues, voire inexistantes.

Que voulait véritablement Oussama ben Laden ?

Personne ne le sait vraiment et il est un peu tard pour lui poser la question.
D’où la perte de lisibilité des épigones arabes ou subsahariens d’ »Al-Qaïda » et la montée en puissance de « Daech », mouvement dont le projet politique est autrement plus pragmatique :
Rétablissement d’un califat islamique sur le modèle ottoman !
Enfin, inspiré de l’idée qu’ils s’en font, ayant sûrement oublié la grande alliance conclue entre Soliman le Magnifique et François Ier…
D’où, encore, le ralliement attendu d’autres groupes informels du type « Boko Haram », sur fond d’allégeances tribales ou ethniques, sachant, pour reprendre l’heureuse expression du criminologue « Xavier Raufer », que la réalité de ces bandes armées consiste le plus souvent à 10 % d’islamisme dissimulant 90 % de grand banditisme.

Le ralliement en question arrive encore à point nommé, sachant qu’il est la réponse logique au rapprochement américano-iranien dont il a souvent, et depuis longtemps, été fait état dans ces colonnes :
-En Irak, les troupes iraniennes travaillent en étroite et discrète connivence avec leurs homologues américaines.
-En Syrie, le Hezbollah chiite et libanais, sous forte influence de Téhéran, regagne chaque jour du terrain.

Dans le même temps, le général quatre étoiles « Wesley Clark », ancien commandant en chef de l’OTAN, confirme que les alliés locaux des USA, soit Israël et l’Arabie saoudite, ont aidé financièrement et militairement « Daech », juste histoire de contrer la montée en puissance du Hezbollah plus haut évoqué.
Et ce même officier américain de déplorer que ce plan de «reformatage du Proche et Moyen-Orient» ait déjà été dans les tuyaux néo-conservateurs avant même les attentats du World Trade Center.

Ce que confirma par ailleurs, le 17 décembre dernier, devant la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale, le général français « Vincent Desportes », qui n’est pas non plus exactement un plaisantin.
Et c’est à lui qu’on laissera le dernier mot à propos de Daech :

« Quel est le docteur Frankenstein qui a créé ce monstre ?

Affirmons-le clairement, parce que cela a des conséquences : ce sont les États-Unis.

Par intérêt politique à court terme, d’autres acteurs – dont certains s’affichent en amis de l’Occident –, d’autres acteurs, donc, par complaisance ou par volonté délibérée, ont contribué à cette construction et à son renforcement.
Mais les premiers responsables sont les États-Unis.»

Et pendant ce temps, à la hauteur des enjeux comme toujours, François Hollande reçoit « Joey Starr » à l’Élysée, tandis que Manuel Valls part à la chasse au dahu mariniste.
Et que le pauvre Barack Obama tente, vaille que vaille, de réparer les dingueries de l’infernal trio « Rumsfeld/Cheney/Wolfowitz ».

Pas facile, pour un descendant de pyromane, de se faire passer pour pompier.

Mais au moins, au contraire de notre Président à nom de fromage à pâte molle, Barack Obama tente-t-il de faire de la politique, même si cette dernière consiste actuellement à sauver les meubles d’une maison sciemment incendiée par ses prédécesseurs.

Nicolas Gauthier

http://www.bvoltaire.fr/  du 10/03/2015

Les Mélanges Sont Très Toxiques

charlie-fin-du-mensonge-300x167 (1)

La tiers-mondisation en marche
avec la mixité ethnique

Manuel Valls nous prend ouvertement pour des buses.
L’ancien maire d’un fief de la délinquance comme Évry ne peut pas ignorer que la mixité ethnique (dite «mixité sociale» en langage politicien) est un mythe.
Elle n’a jamais fonctionné.
À l’inverse, elle génère les tensions sociales et le nivellement par le bas.
Quelques individus suffisent à ruiner l’harmonie d’un immeuble entier.
À l’école, elle plombe le niveau scolaire et incite les plus fortunés à se tourner vers les établissements privés.

Combien de centaines de milliers de logements sociaux, attribués en priorité aux immigrés, va-t-il falloir encore ériger ?

S’arrêtera-t-on quand plus aucune parcelle hexagonale n’aura été épargnée par cette frénésie « vivrensembliste » ?
Dans le cadre de sa politique de peuplement, le Premier ministre prévoit de dynamiser leur construction hors des cités-ghettos, mais aussi d’orienter les demandeurs les plus pauvres vers des secteurs privilégiés.
Une démarche en phase avec la Mairie de Paris, qui s’acharne à vouloir truffer de « HLM » les arrondissements aisés comme le 16e en transformant des immeubles vétustes préemptés.

Est-ce intelligent de loger des populations fauchées comme les blés dans des lieux où les commerces et le coût de la vie sont exorbitants ?

Est-ce productif d’importer et de disséminer de la criminalité, de déprécier la valeur d’un quartier ?

Est-ce opportun de faire cohabiter de force des résidents dont les modes de vie n’ont rien à voir ?
Que Manuel Valls le veuille ou non, les humains sont ainsi faits qu’ils se regroupent par affinités culturelles, identitaires, intellectuelles.
Ils ne sont pas des troupeaux de bétail qu’il va pouvoir s’amuser à déplacer à sa guise pour réaliser des coups de com’.
Ce projet est d’une totale absurdité sociétale, économique et politique !
La tiers-mondisation en marche, le saccage généralisé du territoire à des fins électoralistes.

Le prétendu « apartheid », ce sont les politiques qui l’ont engendré,
-en contraignant les classes moyennes à déserter des centre-ville aux loyers devenus inabordables sauf pour les nantis et les bénéficiaires de logements sociaux,
-en poussant les couches populaires françaises de souche, excédées par l’insécurité, les troubles de voisinage et le communautarisme, à se replier dans la France périphérique décrite par le géographe Christophe Guilluy.
Si Manuel Valls aime tant la diversité, qu’il délocalise les ministères à Clichy-Sous-Bois ou à Sevran.

Dilapider cinq milliards en rénovation urbaine, créer 800 postes dans les « Réseaux d’éducation prioritaires » (« REP ») ou arroser de cent millions les associations ne résoudra rien.
Manuel Valls, en tant qu’ancien ministre de l’Intérieur, est parfaitement au courant que même dans les jolies « HLM » de quartiers parisiens plutôt cossus, la mixité ethnique initiée par le tandem Delanoë-Hidalgo a fait des ravages :
trafic de drogue, agressions, dégradations, invectives, vols, nuisances sonores, cages d’escaliers recyclées en pissotières, halls squattés, parkings incendiés, ascenseurs cassés…
Lors des fêtes de fin d’année, 42 véhicules ont été vandalisés ou brûlés dans le 15e, fait impensable il y a encore quelques années.
Les bailleurs sociaux laissent faire, les locataires de longue date décampent.
Et comme il est interdit de « stigmatiser », Manuel Valls compte en sus autoriser les class actions contre les discriminations.
Il est urgent de neutraliser ce gouvernement avant qu’il achève de dépecer notre libre-arbitre et notre qualité de vie.

Eloïse Gloria

http://www.bvoltaire.fr/  du 08/03/2015

1...45678...11

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43