Archive | Médias Flux RSS de cette section

Portrait D’ Un Criminel De Guerre !

 israel-1 (1)

Shimon Peres
Repose…En Paix !

Les nécrologies de Shimon Peres ont déjà été publiées, préparées sans aucun doute à l’avance, dès que la nouvelle de son hospitalisation est parue dans les médias.

Le verdict sur sa vie est très clair et a déjà été prononcé par le président américain Barack Obama :
Peres était un homme qui a changé le cours de l’histoire humaine dans sa recherche incessante pour la paix au Moyen-Orient.
Mon intuition est que très peu des nécrologies examineront la vie et les activités de Peres du point de vue des victimes du sionisme et d’Israël.

Il a occupé de nombreux postes en politique, postes qui ont eu un impact immense sur les Palestinien-ne-s où qu’elles et ils soient.
Il a été directeur général du ministère israélien de la Défense, ministre de la Défense, ministre du développement de la Galilée et du Néguev (Naqab), Premier ministre et Président.

Dans tous ces rôles, les décisions, qu’il a prises, et les politiques, qu’il a poursuivies, ont contribué à la destruction du peuple palestinien et n’ont rien fait pour faire avancer la cause de la paix et de la réconciliation entre Palestiniens et Israéliens.

Né Szymon Perski en 1923, dans une ville qui faisait alors partie de la Pologne, Peres a émigré en Palestine en 1934.
Adolescent dans une école d’agriculture, il est devenu actif en politique au sein du mouvement travailliste sioniste qui a dirigé le sionisme, et plus tard le jeune Etat d’Israël.
Figure dominante des cadres du mouvement de jeunesse, Peres a attiré l’attention du haut commandement de la force paramilitaire juive de la Palestine sous mandat britannique, la Haganah.

Bombe nucléaire

En 1947, Peres a été pleinement recruté par l’organisation et envoyé à l’étranger par son leader, « David Ben Gourion », pour acheter des armes qui ont ensuite été utilisées lors de la « Nakba » de 1948, le nettoyage ethnique des Palestinien-ne-s, et contre les contingents arabes qui sont entrés en Palestine cette même année.
Après quelques années à l’étranger, principalement aux États-Unis où il était occupé à acheter des armes et à construire l’infrastructure pour l’industrie militaire israélienne, il est rentré pour devenir directeur général du ministère de la Défense.
Peres était actif dans l’établissement de l’entente entre Israël, le Royaume-Uni, et la France, pour envahir l’Egypte en 1956, invasion pour laquelle Israël a été récompensé par la France avec la capacité nécessaire pour construire des armes nucléaires.
En effet, c’était Peres lui-même qui a supervisé en grande partie le programme clandestin d’armement nucléaire d’Israël.
Le zèle que Peres a montré sous la direction et l’inspiration de Ben Gourion pour judaïser la Galilée n’était pas moins important.
Malgré le nettoyage ethnique de 1948, cette partie d’Israël faisait encore très campagne et paysage palestiniens.

Peres était derrière l’idée de confisquer des terres palestiniennes dans le but de construire des villes juives exclusives comme Karmiel et Haute Nazareth, et de baser l’armée dans la région de manière à perturber la continuité territoriale entre les villes et villages palestiniens.

Cette ruine de la campagne palestinienne a conduit à la disparition des villages palestiniens traditionnels, et à la transformation des agriculteurs en une classe ouvrière urbaine sous-employée et défavorisée.
Cette triste réalité est toujours d’actualité.

Le champion des colons

Peres a disparu un certain temps de la scène politique lorsque son maître Ben Gourion, le tout premier Premier ministre d’Israël, a été poussé vers la sortie en 1963 par une nouvelle génération de dirigeants.
Il est revenu après la guerre de 1967, et le premier portefeuille ministériel qu’il a occupé était celui de responsable des territoires occupés.
Dans ce rôle, il a légitimé, très souvent de façon rétroactive, la course à la colonisation en Cisjordanie et dans la bande de Gaza.
Comme beaucoup d’entre nous réalisent aujourd’hui, au moment où le parti « Likoud » pro-colonisation est arrivé au pouvoir en 1977, l’infrastructure des colonies juives, notamment en Cisjordanie, avait déjà rendu impossible une solution à deux Etats.
En 1974, la carrière politique de Peres est devenue intimement liée à celle de son ennemi juré, « Yitzhak Rabin ».
Les deux hommes politiques, qui ne pouvaient pas se supporter, ont dû travailler en tandem pour des raisons de survie politique.
Cependant, sur la stratégie d’Israël envers les Palestinien-ne-s, ils ont partagé la perspective coloniale sioniste, convoitant autant de terres de Palestine que possible avec le minimum de Palestinien-ne-s que possible.
Ils ont bien travaillé ensemble pour réprimer brutalement le soulèvement palestinien qui a commencé en 1987.
Le premier rôle de Peres dans ce partenariat difficile a été celui de ministre de la Défense dans le gouvernement Rabin de 1974.
La première véritable crise à laquelle a dû faire face Peres était une expansion majeure du mouvement colonial messianique « Gush Emunim » dans ses efforts de colonisation dans et autour de la ville de Naplouse, en Cisjordanie.
Rabin s’est opposé aux nouvelles colonies, mais Peres se tenait aux côtes des colons.
Les colonies qui désormais étranglent Naplouse sont là grâce à ses efforts.
En 1976, Peres a dirigé la politique gouvernementale en direction des territoires occupés, convaincu qu’un accord pourrait être trouvé avec la Jordanie, par lequel la Cisjordanie serait sous compétence jordanienne tout en restant sous domination effective israélienne.
Il a initié des élections municipales en Cisjordanie, mais à sa grande surprise et déception, les candidats liés à l’Organisation de libération de la Palestine ont été élus, et non ceux fidèles à la monarchie hachémite en Jordanie.
Mais Peres est resté fidèle à ce qu’il a appelé l’ « option jordanienne » quand il était leader de l’opposition après 1977, puis quand il est revenu au pouvoir au sein de la coalition avec le « Likoud » entre 1984-1988.
Il a poussé les négociations sur cette base jusqu’à la décision en 1988 du roi Hussein de cesser tout lien politique entre la Jordanie et la Cisjordanie.

Le visage international d’Israël

Les années 1990 ont exposé au monde un Peres plus mature et cohérent.
Il était le visage international d’Israël, que ce soit au gouvernement ou à l’international.
Il a joué ce rôle même après que le « Likoud » soit devenu la principale force politique du pays.
Au pouvoir dans le gouvernement Rabin au début des années 1990, puis comme Premier ministre après l’assassinat de Rabin en 1995, puis en tant que ministre dans le cabinet d’Ehud Barak entre 1999 et 2001, Peres a mis en avant un nouveau concept pour ce qu’il appelait la « paix ».
Plutôt que de partager le contrôle en Cisjordanie et dans la bande de Gaza avec la Jordanie ou l’Egypte, il voulait maintenant le faire avec l’Organisation de libération de la Palestine.
L’idée a été acceptée par le chef de l’OLP, « Yasser Arafat », qui avait espéré bâtir dessus un nouveau projet pour la libération de la Palestine.
Comme il était inscrit dans les accords d’Oslo de 1993, ce concept a été approuvé avec enthousiasme par les alliés internationaux d’Israël.

Peres a été le principal ambassadeur de cette mascarade de processus de paix, qui a fourni un parapluie international à Israël pour établir une politique du fait accompli sur le terrain, permettant de créer un plus grand apartheid israélien avec de petits bantoustans palestiniens dispersés en son sein.

Le fait qu’il ait gagné un prix Nobel de la paix pour un processus qui a accéléré la ruine de la Palestine et de son peuple, est un nouveau témoignage de l’incompréhension, du cynisme et de l’apathie des gouvernements du monde entier envers la souffrance palestinienne.

Nous sommes chanceux de vivre à une époque où la société civile internationale a exposé cette mascarade et a offert, à travers le mouvement de boycott, de désinvestissement et de sanctions, ainsi que le soutien croissant pour une solution à un Etat, un chemin à terme plus encourageant et authentique.

Cana

En tant que Premier ministre, Peres avait une « contribution » supplémentaire à apporter à l’histoire de la souffrance palestinienne et libanaise.
En réponse aux escarmouches sans fin entre le « Hezbollah » et l’armée israélienne dans le sud du Liban, où le « Hezbollah » et d’autres groupes ont résisté à l’occupation israélienne qui a commencé en 1982 pour prendre fin en 2000, Peres avait ordonné le bombardement de toute la région en avril 1996.
Pendant ce qu’Israël a appelé l’opération « Raisins de la colère », les bombardements israéliens ont tué plus de 100 personnes – des civils fuyant les bombardements et des Casques bleus des Fidji – près du village de Cana.
Malgré une enquête des Nations unies qui a trouvé « peu probable » l’explication d’Israël selon laquelle le bombardement était un accident, le massacre n’a en rien écorné la réputation internationale de Peres comme étant un « artisan de la paix ».

Au cours de ce siècle, Peres était plus une figure de proue symbolique qu’un homme politique actif.

Il a fondé le Centre Peres pour la paix, construit sur une propriété de réfugié-e-s palestinien-ne-s confisquée à Jaffa, et qui continue de vendre l’idée d’un « Etat » palestinien avec peu de terre, d’indépendance ou de souveraineté, comme la meilleure solution possible.

Cela ne marchera jamais, mais si le monde continue d’être accroché à cet héritage de Peres, il n’y aura pas de fin à la souffrance des Palestinien-ne-s.

Shimon Peres a symbolisé l’embellissement du sionisme, mais les faits sur le terrain mettent à nu son rôle dans la perpétration de tant de souffrances et de conflits.

Connaître la vérité, au moins, nous aide à comprendre comment aller de l’avant et défaire tant d’injustices que Peres a contribué à créer.

Ilan Pappé

source : http://www.investigaction.net/shimon-peres-du-point-de-vue-de-ses-victimes/

http://www.wikistrike.com  du 01/10/2016

Les Médias Ne Font Que Du Cirque !

trump

Leur meilleur candidat !

Ces propositions de Trump dont les médias ne parlent jamais !

Dans les médias du monde entier, l’image qui est véhiculée de Donald Trump est très souvent liée à ses sorties volontairement provocatrices et caricaturales.

Ancien directeur du « Monde Diplomatique » le journaliste « Ignacio Ramonet » a fait l’effort de s’intéresser à ce qui se cachait (ou à ce qui était caché) derrière ce voile teinté de fantaisie.

« Comment un personnage avec de si misérables idées peut rencontrer un tel succès chez les électeurs américains qui, évidemment, ne sont pas tous décérébrés ?
Quelque chose ne cadre pas »
,

(écrit-il sur le site Mémoires des luttes)

Ainsi, en se penchant de plus près sur le programme du candidat Républicain à la Maison blanche, le journaliste a découvert sept « options fondamentales qu’il défend, et que les grands médias passent systématiquement sous silence ».
Certes, Trump met en scène des propositions et des déclarations sur les immigrés, les femmes ou encore les handicapés qui feraient fuir le premier socialiste (ou communiste) venu.
Mais ce dernier a également promis de :
- « diminuer les prix des médicaments, d’aider à régler les problèmes des « SDF »,
- de réformer la fiscalité des petits contribuables,
- et de supprimer un impôt fédéral qui touche 73 millions de foyers modestes »,
note Ignacio Ramonet.

Et ça, aucun média ne prend le risque d’en parler.
Pas plus que de sa proposition :
- d’augmenter « les taxes sur tous les produits importés »
- avec également des « droits de douanes de 40% sur les produits chinois ».

Aussi, Trump a frappé un grand coup en proposant d’augmenter les impôts des traders travaillant pour des fonds spéculatifs.
En effet, ce dernier propose « le rétablissement de la loi Glass-Steagall (votée en 1933 pendant la Dépression et abrogée en 1999 par William Clinton), qui séparait la banque traditionnelle de la banque d’affaires pour éviter que celle-ci puisse mettre en péril l’épargne populaire par des investissements à haut risque », souligne Ramonet.

Opposé au traité de libre échange nord-américaine (ALENA) et transpacifique (TPP), Trump n’exclut pas de quitter l’organisation mondiale du commerce.
Un protectionnisme ayant pour seul objectif de protéger les plus faibles et les plus lésés par la mondialisation sauvage.

« Dans des régions comme le rust belt, la « ceinture de rouille » du nord-est où les délocalisations et la fermeture d’usines ont fait exploser le chômage et généralisé la pauvreté, ces propos sont reçus avec enthousiasme et font renaître tous les espoirs »,

reconnaît ainsi le journaliste.

Enfin, Trump est aussi l’un des seuls candidats à s’être positionné fermement contre l’impérialisme et l’interventionnisme étasuniens.
Pour lui, il faut en finir avec cette politique étrangère d’interventions tous azimuts car l’Amérique n’en a plus les moyens ni même la vocation.
Aussi, le milliardaire compte bien réformer l’Otan afin qu’il n’y ait plus de « garantie d’une protection automatique des États-Unis envers les pays membres ».

Pour Ramonet, au-delà du bruit médiatique autour du candidat et de ses sorties tapageuses, qu’il condamne par ailleurs, ces propositions originales « expliquent sans doute un peu mieux les raisons de son succès auprès de larges secteurs de l’électorat américain ».

http://www.ojim.fr  du 28/09/2016

Encore Des Paroles Dans Le Vent !

 Islam-Danger1

Une ultime « promesse » ?

Préparatifs tous azimuts dans l’optique du démantèlement de la « Jungle » de Calais !

L’opération est d’une complexité inédite :
Pour réussir le démantèlement de la « Jungle » de Calais (Pas-de-Calais), où s’entassent des milliers de migrants, le gouvernement accélère ses préparatifs, face à une droite vent debout contre le projet.

Combien de personnes vivent sur la « Jungle » ?

Il y a aujourd’hui à Calais « entre 6.500 et 7.500 migrants » qui vivent dans une « extrême précarité », a assuré mercredi le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve.
Selon le comptage de deux associations, leur nombre serait de 10.000.
Pour résoudre ces différences récurrentes, un diagnostic sera « partagé » entre les services de l’Etat et les associations.

Une date est-elle fixée ?

Il n’existe pas de calendrier précis pour cette opération de démantèlement, logistiquement et politiquement complexe, et dont la perspective suscite l’opposition virulente d’une partie de la droite et de l’extrême droite.

Elle se fera « avant que l’hiver n’arrive », s’est contenté d’indiquer Bernard Cazeneuve cette semaine.

Mais il faut pour cela que les hébergements aient été trouvés en nombre suffisant — d’autant qu’à l’automne doit aussi ouvrir un « centre de pré-accueil » pour migrants à Paris, qui suppose aussi des structures d’accueil en aval.

Quel type d’opération prévoit-on ?

Début septembre, Bernard Cazeneuve a parlé d’une opération « la plus rapide possible ».

« Si ça dure trop longtemps, on prend le risque d’une réinstallation » des migrants,

explique une source proche du dossier.

L’Etat compte mettre les moyens pour réussir cette opération, assure une autre source, alors que les effectifs des forces de l’ordre sont déjà de 2.100 dans le Calaisis.

Où iront les migrants de Calais ?

Ils relèvent à 80% du droit d’asile, martèlent les services de l’Etat, et à ce titre peuvent être orientés en Centres d’accueil et d’orientation (CAO, ces structures créées pour leur permettre de réfléchir à une démarche d’asile).

Mais « si on veut accueillir ceux qui doivent l’être, on doit reconduire ceux qui n’ont pas vocation à rester sur le territoire national », répète Bernard Cazeneuve.

L’enjeu est de convaincre les migrants éligibles à l’asile de renoncer à passer en Grande-Bretagne, et ensuite, une fois arrivés dans les CAO, de s’engager effectivement dans la démarche pour ne pas retourner à Calais.

Emmanuelle Cosse et Bernard Cazeneuve ont multiplié les contacts cette semaine avec associations et représentants des cultes, pour les convaincre du caractère « humanitaire » de l’opération.

« Les personnes qui sont en CAO auront la possibilité d’une manière ou d’une autre de réintégrer un parcours d’asile en France.
Elles ne seront pas renvoyées dans un autre pays »
,

assurait-on cette semaine au ministère du Logement.

Quid des mineurs isolés ?

Les mineurs sont « de l’ordre de 900 à 950″ à Calais, selon Monsieur Cazeneuve, et à ce sujet notamment, un dialogue « extrêmement ferme » et « clair » a été ouvert avec les Britanniques, qui ont déjà accepté plusieurs dizaines mineurs environ au titre du rapprochement familial.
Par ailleurs une discussion est ouverte avec les départements sur « les conditions qui permettront d’accueillir dans de bonnes conditions les mineurs isolés ».

Combien de places seront nécessaires ?

Les pouvoirs publics ont chiffré à 9.000 le nombre de places supplémentaires à trouver en CAO, pour les porter à 12.000 au total.
A peu près la moitié auraient été identifiées, selon une source proche du dossier.

Cela peut être « un centre de loisirs, un lieu à remettre en état comme un hôpital désaffecté, une caserne… », voire dans certains cas du modulaire, indique-t-on au ministère du Logement, en parlant de « foncier Etat principalement », mais aussi de centres de loisirs de comités d’entreprise (La Poste, SNCF…)

Comment les centres sont-ils choisis ?

Des centres doivent être disséminés dans les régions,
ce qui suscite des inquiétudes sur le terrain,
relayées par l’extrême droite.

Cela n’a « aucun sens » d’installer « des CAO de grande taille dans des bourgs de petite taille », a assuré Monsieur Cazeneuve, qui a parlé d’un « croisement de critères » :
efforts déjà consentis, disponibilité des structures, « capacité du tissu associatif à se mobiliser »…
La répartition se fera dans la « concertation avec les élus » et sur la base des « propositions des collectivités locales elles mêmes ».

http://actu.orange.fr/france  du 23/09/2016

Les Médias Taisent Notre Réveil !

 juge1-218x300 (1)

Deux poids, Deux mesures !

Français, vous ne pouvez plus avoir confiance dans la justice de votre pays !

Un musulman de nationalité marocaine de 26 ans que nous appellerons Mohammed, a été condamné début septembre à huit mois de prison avec sursis pour avoir menacé, le 3 septembre, à Rennes, un policier en congés à la sortie d’un bar de nuit.
Il est 3 h du matin, le marocain fait partie de ces gangs connus sous le nom de « mineurs étrangers isolés », des bandes extrêmement violentes qui sèment la terreur le soir dans Rennes, pourtant attachée à sa vie nocturne.

Les interpellations sont quasi quotidiennes, plus d’une centaine de « mineurs étrangers », sur les 450 recensés, sont connus des forces de police, leurs procédés également :
chaque soir, après s’être rassemblés place de la République, ils partent rançonner les Rennais vulnérables aux sorties des bars et boîtes de nuit.

C’est ce qui est arrivé ce soir-là à un policier en congé.

De plus, ils se livrent au trafic de stupéfiants, vols avec violence, squats, cambriolages, et ils agressent les Rennais.

Très mobiles, ils donnent de fausses identités et se font passer pour « mineurs », alors que ce sont de faux « mineurs étrangers » mais de vrais clandestins délinquants, entièrement à la charge de la France par le biais du Conseil départemental (logement, frais de santé, etc.).

Et bien entendu, ils bénéficient d’un incroyable laxisme de la part de magistrats :
aussitôt arrêtés, aussitôt relâchés.

Retournons à Mohamed.
Ce soir-là, il a menacé un policier, qui n’était pas en service.

Mais en juillet dernier, prétendant avoir 17 ans, il s’est rendu coupable d’une tentative de cambriolage dans un quartier de Rennes.
Et il était libre.

Et fin août dernier, dans le bus 57 reliant Rennes à Bruz, lui et des amis déclenchent une bagarre d’une telle violence que le chauffeur du bus dira

« j’ai cru qu’on était en guerre ».

Deux des quatre musulmans sont arrêtés.
Les deux autres, dont Mohamed, sont relâchés, car ils ont dit être mineurs.
Personne n’a vérifié.
Devant le tribunal correctionnel, les témoins parleront de « guérilla urbaine ».
Les deux prévenus sont des migrants algériens illégaux.
Devant le juge ils se posent en victimes, sont arrogants, sourire aux lèvres.

Pour l’amour du ciel, pourquoi voulez-vous qu’ils s’arrêtent : c’est leur guerre.

Et si vous ne pouvez plus avoir confiance dans la justice de votre pays, sur qui pouvez-vous compter ?

source : « Alain Leger » pour Dreuz.info.

http://www.citoyens-et-francais.fr  du 21/09/2016

Nos Médias Mentent Sur Nos Voisins !

à faire circuler

On veut nous enfumer !

Les médias allemands face au succès du parti « Alternative für Deutschland » (« AfD ») aux élections régionales en Mecklembourg-Poméranie Occidentale.

L’État fédéral de Mecklembourg-Poméranie Occidentale est sans doute l’une des régions les plus méconnues de la République Fédérale d’Allemagne.
Peuplée initialement par des tribus slaves elle a été progressivement germanisée dans le sillage du fameux « Drang nach Osten » (« Poussée vers l’est ») du XIème siècle jusqu’à la défaite des Chevaliers Teutoniques à Tannenberg (1410).
Elle a également subi une forte influence scandinave :
les Vikings suédois tout proches ont souvent ravagé ses côtes du VIIIème au XIème siècle…
Gustave-Adolphe Vasa en a conquis une bonne partie pour le compte de la Suède pendant la Guerre de Trente ans (Traité de Westphalie, 1648) jusqu’à ce que le « Grand Électeur » de Brandebourg, Frédéric-Guillaume von Hohenzollern la leur reprenne en infligeant aux Suédois la mémorable défaite de Fehrbellin (1675).
Mais cette région se distingue également par une côte sableuse aux contours tourmentés d’estuaires d’un romantisme à couper le souffle, des îles touristiques (Rügen, Usedom) et un arrière-pays bosselé (relief postglaciaire) pittoresque où alternent prairies, lacs et forêts d’une nature souvent intacte.
Exception faite de quelques grandes villes anciennes, c’est une région largement rurale qui n’a pas été défigurée par la révolution industrielle, par ailleurs très ouverte sur l’est de l’Europe en l’absence d’obstacles topographiques dans cette direction jusqu’à l’Oural.

Cette belle endormie vient d’être le théâtre d’un événement historique :
la spectaculaire percée du parti AfD avec 20% de suffrages lors des élections régionales.

Le parti « Alternative für Deutschland » (« AfD ») est un parti de droite conservateur, démocrate et libéral anti-islam.
La presse et les médias français n’ont cessé, dans leurs commentaires, de parler de « percée de l’extrême-droite » lors des élections brandebourgeoises et poméraniennes.
L’article en français dans Wikipédia est infiniment plus nuancé dans sa description :

« Considéré comme un parti « anti-establishment«  et classé plutôt du côté de la droite conservatrice, son appartenance à la tendance populiste est discutée — l’ »AfD » rejette cette classification, tout en déclarant n’être « ni de gauche ni de droite ».
Il adhère en juin 2014 au groupe des 
Conservateurs et réformistes européens, qu’il quitte en avril 2016 après la scission de l’Alliance pour le progrès et le renouveau l’année précédente. »

Aucun journal allemand ne désigne l’ « AfD » comme un parti d’extrême-droite.

Les termes utilisés sont généralement « rechtspopulistisch » et « konservativ », soit « populiste de droite » et « conservateur » – un terme qui ferait plutôt référence à une partie du néo-conservatisme américain, qui défend la démocratie et le libéralisme.

« Certains scientifiques voient dans son programme politique des tendances populistes de droite, mais ce parti est majoritairement considéré comme conservateur.
(Die Zeit, 05/09/2016).

Les autres médias « main stream » (« Süddeutsche Zeitung », « die Welt », « Die Zeit ») utilisent ce même qualificatif dans leurs articles, idem pour les médias audiovisuels.

Le qualificatif d’extrême-droite devrait nécessairement désigner une tendance politique visant à instaurer un État fort et autoritaire, centralisé, avec abolition de la démocratie, du pluralisme politique et de la liberté d’expression.

« Alternative für Deutschland » (« AfD ») défend farouchement la « Grundgesetz », la loi fondamentale démocratique allemande, nettement plus démocratique que les institutions de la Vème République française.
Le parti souhaite même la compléter en y introduisant des éléments de démocratie directe afin de prévenir toute confiscation du pouvoir à l’avenir.

La même chose vaut d’ailleurs du « FPÖ autrichien », de l’ « UDC suisse », du « PVV néerlandais », du « SD suédois », tous partis démocrates souverainistes, libéraux, « favorables au contrôle migratoire », « hostiles à l’islam » et pro-israéliens que les médias français évoquent tous en permanence comme étant « d’extrême-droite ».

http://www.ojim.fr  du 12/09/2016

Nous ne sommes pas le seul peuple européen qui ne veut pas être envahi par les africains !
Le parti de Marine Le Pen est qualifié « d’extrême droite » mais il est « populiste », pour le peuple et non les oligarques !

Nos Médias Taisent Cette Invasion !

chut

Les africains polluent l’Europe !

200’000 migrants déjà à l’arrivée !

Autour de 900’000 migrants se tiennent actuellement en Libye, et environ 200’000 semblent déjà avoir les moyens (argent pour les passeurs) pour effectuer immédiatement le voyage en Europe ou qui sont déjà en train de voyager.

L’Italie risque de s’effondrer en tant que passeur gratuit !

Au moins, le ministre de la défense n’embellit rien quand il déclare qu’on ne peut pas parler d’un relâchement:

« Nous ne savons pas combien de temps l’Italie va tenir.
Peut-être encore quelques mois, peut-être même tout l’hiver.
Mais sur les côtes italiennes arrivent chaque jour des milliers de migrants en provenance d’Afrique.
Au nord de l’Italie, il y a déjà eu les premières émeutes
« .

Et ces émeutes montrent que la plupart des migrants ne veulent pas rester en Italie, parce qu’ils sont encore influencés par la politique d’invitation de Merkel et qu’ils veulent aller en Allemagne (en passant par l’Autriche).
Et les autorités italiennes ne leur donnent de l’argent que s’ils s’engagent par écrit à quitter le pays dans les deux semaines.

La moitié du Nigeria (100 millions) veut venir en Europe !

Pour l’experte du Moyen-Orient « Karin Kneissl », qui a vécu pendant plusieurs années au Moyen-Orient, mais qui a aussi voyagé dans divers pays d’Afrique, ce n’est « pas surprenant ».
Parce que « la chancelière allemande Angela Merkel a tant déclenché.
Bien sûr, son attitude inchangée et persistante dans la politique d’asile a eu un effet de pompe aspirante ».

Par conséquent, pour Madame « Kneissl » le nombre de personnes qui veulent quitter leur pays d’origine pour tenter leur bonheur économique en Europe monte en flèche.
Par exemple au Nigeria, sur 200 millions de personnes, 100 millions sont prêtes à quitter le pays immédiatement, c’est ce qui va attendre bientôt l’Europe.
Mais même au Sénégal et au Ghana, qui se portent même mieux que certains pays d’Europe du Sud sur le plan du chômage, il y a une envie effrénée d’aller vers le nord.

Et si vous calculez que la population de l’Afrique de l’Ouest (actuellement 320 millions) va presque doubler d’ici 2050 à 650 millions, on peut imaginer à quoi va ressembler l’avenir de l’Europe si chaque migrant arrivant par bateau va être amené automatiquement sur le continent européen.

Aucun accord de rapatriement avec les pays africains

Un problème supplémentaire pour l’experte « Kneissl » consiste dans le fait :
– qu’il n’existe presque aucun accord de rapatriement entre les pays africains et l’UE,
- ce qui rend donc impossible l’expulsion de ces migrants économiques vers l’Afrique.

L’analyse du service d’information est consacrée à ce sujet avec des termes étonnamment clairs qui enlèvent toute l’illusion :

« L’absence de conditions juridiques ou techniques pour les rapatriements débouche souvent sur un statut de séjour à long terme des personnes concernées. »

En langage clair, cela signifie que jusqu’à 90 pourcents des migrants qui ont réussi à venir jusqu’en Autriche y resteront.
Un collaborateur du ministère a déclaré :

«Par conséquent, nous devons protéger nos frontières le mieux possible. »

Les migrants apportent les conflits interculturels en Europe.

Un autre gros problème pour Madame « Kneissl » réside dans le fait que beaucoup de migrants venus en Europe perpétuent leurs conflits ethniques, sociaux et religieux aussi ici avec violence, non seulement comme le démontre l’exemple entre Kurdes et Turcs.
Car quotidiennement, des médias de toute l’Europe informent au sujet des conflits interculturels (bagarres, coups de couteau, etc.) entre les différents groupes ethniques, principalement des illégaux – et pas seulement dans les camps de réfugiés.

Traduction Schwarze Rose

source : http://lesobservateurs.ch

http://www.citoyens-et-francais.fr  du 12/09/2016

Le Politislam En Europe Catholique !

CATHOLIQUES

Nos églises sont profanées !

Un musulman incendie une église en Navarre !

On nous dit que les musulmans sont respectueux de Jésus – enfin de celui qu’ils nomment « Issa » –, le fils de Marie.
Mais certains n’hésitent pas à en détruire ou à en profaner les effigies en Irak, en Syrie, en Égypte et même en… Italie (voir ici et ).
On nous dit aussi que les musulmans sont respectueux de Marie, mère de Jésus.
Mais ses effigies sont systématiquement profanées ou détruites en Irak, en Syrie et ailleurs
(trop d’occurrences pour j’en mette les liens : on en retrouvera bien des cas sur ce blogue en cherchant un peu).

« ACI Prensa » vient de nous en signaler un tout dernier exemple en Espagne.
Le 8 septembre dernier, jour où les catholiques fêtaient la naissance de Marie, un pyromane marocain musulman a incendié trois effigies de la Vierge Marie et un très ancien retable du XVIIe siècle, dans l’église de Fontellas (diocèse de Pampelune-Tudela) en Navarre.
Sans l’intervention rapide des pompiers, alertés par le curé, c’est tout l’édifice qui aurait été ravagé par les flammes.
Le jeune homme d’origine marocaine a été interpellé, il a reconnu les faits et les a même revendiqués estimant avoir, par son geste, gagné le paradis…
Il est soupçonné d’être l’auteur d’autres attaques contre des églises catholiques autour de la ville de Ribera (Navarre) où il réside.

Daniel Hamiche

source : http://www.christianophobie.fr

http://www.citoyens-et-francais.fr  du 12/09/2016

Que disent les médias autorisés ? RIEN !

Les Français Asiatiques Bougent !

à faire circuler

On ne nous dit pas tout !

Les associations antiracistes sont pointées du doigt !

Le Blues des Chinois de Paris.

A Aubervilliers mais également à La Courneuve ou à Belleville, la communauté d’origine chinoise est endeuillée après l’agression et la mort de Chaolin Zhang.
Se sentant peu soutenue, elle voit la colère monter en son sein.

Ce fils raconte, en alternant entre le chinois et un français basique, l’histoire de son père, « Chaolin Zhang ».
Celle d’un couturier de 49 ans, père de deux enfants, immigré de la région de Wenzhou, dans le sud-est de la Chine, en 2003.
Il fait le voyage seul d’abord, puis sa femme et ses fils le rejoignent, un an plus tard.
L’homme réside dans le quartier de Colonel-Fabien, dans le Xe arrondissement de Paris, avant de déménager en 2011 à Aubervilliers.
C’est là, cinq ans plus tard, le soir du 7 août, qu’il est tué en pleine rue par trois individus qui ont été écroués mercredi soir.
Peu après 18 heures, « Chaolin Zhang » marche au côté d’un de ses amis, lui aussi chinois, dans les rues de la ville.
Ils viennent de quitter un café dans lequel ils ont bu une bière, et rejoignent un autre ami pour dîner dans un restaurant.
En passant par la rue des Ecoles, une ruelle à sens unique en apparence plutôt calme, trois hommes les attaquent par derrière et tentent de leur voler un sac en bandoulière.
Alors qu’il défend son ami, « Chaolin Zhang » est frappé violemment au sternum et projeté au sol.
Dans sa chute, sa tête heurte le macadam.
Quelques minutes plus tard, le couturier est pris en charge par les pompiers, puis conduit à l’hôpital Delafontaine.
« Chaolin Zhang » succombe à ses blessures cinq jours plus tard, après un coma profond.

«C’est une agression dont les motivations sont clairement racistes»,

clament des habitants de son quartier, quelques jours plus tard.
La maire de la ville, Meriem Derkaoui (PCF), appuie :

«Il est clair que certains voyous s’en prennent précisément à la communauté asiatique.»

«Dans l’imaginaire commun, les Chinois se baladent avec beaucoup de liquide, et ne portent pas plainte.
Du coup, ils se disent que nous sommes des cibles faciles»
,

explique Olivier Wang, l’un des responsables de l’Association des jeunes Chinois de France, également élu PS à la mairie du XIXe arrondissement.

A Paris et dans les communes de la petite couronne où résident des immigrés chinois, tous peuvent relater dans le détail les agressions dont ils ont été victimes.
Un riverain de la rue des Ecoles, lui aussi originaire de Wenzhou, se souvient :

«En dix ans, j’en ai connu trois.
La dernière a eu lieu cette année, on m’a volé mon portefeuille mais je n’avais pas d’argent dedans.
On a aussi agressé ma femme il y a quelques semaines.»

Le fils du défunt « Chaolin Zhang » lui-même se souvient avoir été agressé «quatre fois», en appuyant le chiffre d’un geste de la main.

«Deux mois après mon arrivée, en 2004, on m’a arraché mon portable.
Une autre fois, cinq personnes m’ont suivi, et m’ont volé les dix euros que je possédais.
On m’a aussi arraché ma veste, mais heureusement c’était une contrefaçon»
,

sourit-il, un peu gêné.

«Nous n’avons pas pour habitude de nous exprimer publiquement.
Surtout nous, les anciens issus de la première immigration.
Mais là, c’est nécessaire, c’est un problème qui dure depuis longtemps et qui ne s’arrêtera pas comme ça»
,

analyse Wang*, un autre résident d’Aubervilliers, arrivé il y a vingt ans.

Face à ces agressions à répétition, la communauté s’est organisée autour d’une revendication : plus de sécurité !
Deux rassemblements ont eu lieu depuis le décès de « Chaolin Zhang ».
Le premier, le 14 août, avait valeur d’hommage.
Le deuxième, le 21 août, a permis de porter leurs réclamations à la ville d’Aubervilliers.
Un troisième est prévu ce dimanche 4 septembre à Paris.

«Nous demandons plus de policiers et plus de caméras de vidéosurveillance»,

indique Olivier Wang.

«Concrètement, nous voulons que nos femmes et nos enfants n’aient pas peur de rentrer seuls.
La sécurité pour tous, ça veut dire que l’on souhaite vivre comme n’importe quel Français, qu’il n’y ait pas d’oubliés, peu importent leurs origines»
,

éclaire David*, rencontré en marge de la manifestation du 21.
La communauté chinoise d’Aubervilliers estime aussi que les autorités ne la prennent pas au sérieux.

«Lorsque l’on porte plainte, on nous fait attendre encore et encore.
Parfois, notre agresseur sort avant nous du commissariat.
On arrive à 17 heures, et on doit patienter de longues heures.
Parfois, le commissariat ferme et on nous dit “revenez demain”.
Alors certains ne reviennent pas»
,

relate Hua, un sexagénaire aux cheveux grisonnants.

La maire d’Aubervilliers, « Meriem Derkaoui », reconnaît :

«Il est vrai que parfois, lorsqu’ils ne parlent pas français, certains hésitent à porter plainte.
Ils imaginent qu’ils ne seront pas entendus, ou qu’on les renverra en Chine parce qu’ils n’ont pas leurs papiers.»

Pour Olivier Wang, le fait de ne pas aller au commissariat avantage les agresseurs :

«Ils se disent qu’ils ne risquent rien, s’ils agressent un Asiatique, parce qu’il ne portera pas plainte».

Pour améliorer l’accueil des plaignants, deux traducteurs ont pris fonction au commissariat d’Aubervilliers depuis début 2016.
Du coup, le nombre de plaintes issues de la communauté chinoise est passé d’une trentaine en 2015 à 105 de janvier à août 2016, «aussi parce qu’on incite les gens au sein de la communauté à ne plus se taire», explique l’un des riverains.

«Un recommencement.»

Pour Hai, un résident de Belleville depuis dix ans, les incidents à Aubervilliers ne sont «qu’un recommencement».
En juin 2010, puis en juin 2011, la communauté chinoise s’était déjà rassemblée après l’agression d’un riverain à Belleville.
A l’époque déjà, des faits similaires – un vol qui tourne mal – et les mêmes revendications – plus de sécurité.
Les riverains de ce quartier parisien s’étaient réunis par milliers lors de plusieurs manifestations.
Depuis, des initiatives ont été prises.
Une brigade spécialisée est désormais chargée d’assurer des patrouilles dans le quartier à des horaires bien précis.
Le mouvement a donné naissance à une association des commerçants de Belleville, censée entretenir un lien direct et régulier avec la préfecture.
Pour « Richard Beraha », auteur de la Chine à Paris, enquête au cœur d’un monde méconnu et fondateur d’une association d’insertion des Chinois, c’est surtout la mise en place d’initiatives éducatives et sociales qui a permis de réduire l’insécurité.

«Il y a eu une action policière plus rigoureuse, et des actions socio-éducatives de la part de la mairie.
Oui, il faut plus de policiers, c’est certain, il faut des caméras, c’est certain, mais il faut aussi mettre en place un travail plus long.
C’est ce qu’il reste à faire à Aubervilliers»
,

analyse-t-il.

A Belleville pourtant, certains riverains estiment que si la tension s’est apaisée, c’est surtout que la communauté a appris à vivre au quotidien avec l’insécurité.
Dans une rue proche de l’épicentre du quartier, un restaurateur se présentant sous le nom de « Pham Nguyen » dit avoir constaté des changements dans le comportement des Asiatiques du quartier :

«la plupart ne portent plus de chaîne autour du cou ni de bijoux, pour ne pas attirer les voleurs.
Et on ne décroche plus le téléphone dans la rue non plus.»

Autre fait marquant, selon lui, la disparition des touristes chinois dans le quartier.
Il sort de son commerce et pointe du doigt une petite rue à sens unique :

«Il y a quatre ans, c’était plein de gens.
Aujourd’hui, c’est vide, regardez.»

A le croire, ces facteurs expliquent aussi la baisse du nombre d’agressions, «de deux par jour, à une par mois environ».
Preuve que le stéréotype «Chinois = riche» a la vie dure, deux jeunes voisins, casquette sur la tête, balbutient un début d’analyse.

«Regardez les Porsche Cayenne et les Mercedes. Et observez qui les conduit. Ce sont à chaque fois des Asiatiques.
Je ne sais pas comment ils font d’ailleurs»
,

glisse l’un d’eux.

«Si on avait de l’argent,
on n’habiterait pas
dans ces quartiers !»

Yan, un résident de La Courneuve d’une trentaine d’années, débarqué de Wenzhou à l’âge de 12 ans, se gausse :

«Ce qui me fait rire, c’est que nos agresseurs croient qu’on a de l’argent.
Mais si on avait de l’argent, on n’habiterait pas dans ces quartiers !
Ça vient des films et des journaux télévisés, ça.»

Lui et ses voisins ont aussi vécu une série d’agressions à l’été 2015, «sept en un week-end, y compris sur des femmes enceintes».

Plutôt que d’attendre des initiatives de la mairie et des renforts policiers, ils ont décidé de se réunir en association.
Leur postulat de départ :
S’il se produit une agression, ils doivent descendre en bas de l’immeuble.
«Pour montrer qu’on n’a pas peur, explique Yan, le regard doit changer de sens.
Quand ils sont en groupe et qu’on est seuls, ils nous dévisagent.
Quand on est là en bas de l’immeuble, c’est nous qui les regardons.»

L’initiative, d’abord censée être ponctuelle, dure finalement depuis un an :
Yan et ses voisins se réunissent tous les soirs après le boulot.

Dans la petite cour entourée d’immeubles, éclairée par deux lampadaires jaunâtres et des néons blafards, des parents et des retraités discutent.
D’autres jouent au ping-pong et aux cartes dans le local prêté par la mairie.
La plupart sont d’origine asiatique, même si Yan aimerait rassembler des voisins, «peu importe leurs origines».
Quand il est arrivé en France, il ne parlait pas français.
Ses parents tenaient alors un restaurant en banlieue parisienne :

«J’ai arrêté l’école en seconde, parce que mes parents m’ont demandé de reprendre le restaurant.
Je leur en veux un peu : l’affaire n’a pas fonctionné et j’ai dû faire autre chose.
Maintenant je suis manutentionnaire et vendeur, mais si j’avais fait autre chose, j’aurais eu un peu plus d’argent et je ne serais pas à la Courneuve, c’est sûr.»

Pour lui, tous les résidents d’origine asiatique partiraient s’ils le pouvaient.
Quand les habitants d’Aubervilliers demandent plus de sécurité, ceux de la Courneuve, eux, réclament aussi des actions éducatives comme à Belleville.

«On se sent abandonnés.
La police nous accueille très mal lorsque l’on porte plainte, mais la mairie ne nous propose pas de solution concrète non plus.
On n’est pas pris au sérieux.»

Du coup, ils ont décidé de donner des cours de français dans le local, et pourquoi pas, d’inviter les jeunes en question à les rencontrer, «pour qu’ils comprennent que l’on vit la même chose qu’eux».

Et il y a effectivement des similitudes.

«Moi je me sens français, je parle français quasiment sans accent, alors que je suis arrivé ici à 12 ans.
Je travaille, et j’ai fait une demande de naturalisation.
Pourtant, les gens me traitent de Chinois, de « bol de riz », font des blagues et se brident les yeux en rigolant
»
,

explique-t-il en se tirant les yeux avec ses deux index.

«Mais pour les Chinois aussi, maintenant je suis un étranger.
Du coup, je n’ai pas d’identité, je n’ai pas de pays.»

L’un des élus de l’opposition à la Courneuve présent autour de la table ajoute :

«Comme eux finalement.
Ceux qui vous agressent, ils vivent la même chose…»
.

Yan regarde ses mains :

«oui, c’est ça le pire !»

Pour ne pas que ses enfants vivent la même chose que lui, il envisage de les scolariser à Belleville, là où résident ses parents, «quand l’aînée sera au collège, ce sera terrible… Pour l’instant elle est préservée de ça.»

Si leur action semble porter ses fruits, elle n’en a pas pour autant fait disparaître l’insécurité.
Le soir du 13 juillet 2016, des Asiatiques ont été visés par des coups de feu dans la cité des Six-Routes, non loin de là.
Sans que Yan et ses voisins ne puissent l’expliquer, l’incident a eu pour effet de provoquer aussi des affrontements dans leur quartier, entre la communauté chinoise réunie et des jeunes.

«Il y a eu un feu de poubelles, alors on l’a éteint ensemble, et on s’est dit qu’on resterait un peu plus tard que d’habitude»,

se souviennent Yan et un des voisins.
Les jeunes les provoquent, malgré l’intervention de la police.

«Très vite, les policiers ont dû partir en renfort ailleurs, et ils nous ont visés avec des mortiers, des pétards, et même des répliques de pistolets.
Ils tiraient des feux d’artifice en direction du local»
,

racontent les deux hommes.
Faute de protection, les «sept ou huit» copropriétaires présents ce soir-là décident de se défendre.

«Et on l’a fait dignement.
Avec des chaises, ou en leur renvoyant ce qu’ils nous envoyaient»
,

décrit Yan, sans pour autant en tirer de fierté.
Finalement, ils parviennent à discuter avec l’un des jeunes opposants, qu’ils connaissaient grâce à leur association, et les agresseurs se dispersent.
Depuis, le climat s’est apaisé, à l’exception de quelques œufs lancés du haut des immeubles, relate le président en pointant du doigt des traces au sol.
Il suffit pourtant que deux jeunes traversent la cour en vélib au milieu de notre discussion pour raviver les tensions.

«Regardez !
Ils nous provoquent en faisant ça, ces voyous !»

s’écrie l’un des résidents en écartant les bras.

«Ce que l’on redoute, c’est que les agressions tournent au conflit communautaire.
Il ne faudrait pas que la communauté asiatique, jusque-là très coopérative, en vienne à se rebeller ou à pointer du doigt d’autres communautés»
,

analyse Meriem Derkaoui, la maire d’Aubervilliers.
Pour certains membres de la communauté chinoise, ce sont surtout les immigrés d’origine africaine qui les visent.
De quoi créer des tensions entre les résidents.
Près de Yan, un homme semble trépigner de s’exprimer.
David* est arrivé en France à l’âge de 17 ans en 1982 et réside à la Courneuve depuis trente ans.
Il livre très rapidement son analyse, évoquant une «maghrébinisation» de la France, d’immigrés qui trouvent ici «électricité, toit», alors que chez eux «il n’y a rien».
Et lorsqu’on lui fait remarquer que son analyse est largement grossière, il répond que les «Africains ne veulent pas travailler».
Lui qui confie avoir toujours voté Le Pen au premier tour, et préférer le père à la fille – «parce qu’il est plus intellectuel» – avait pourtant reproché quelques minutes plus tôt aux autres communautés de répandre un tas de clichés sur les Chinois.

«Ce ne sont pas forcément des Noirs ou des Arabes qui nous agressent.
Ce sont surtout des petits voyous de 14 ou 15 ans»
,

éclaire un autre voisin.

«Nous ne voulons pas de
récupération politique.»

Lors du deuxième rassemblement en mémoire à « Chaolin Zhang », le 21 août, beaucoup de manifestants s’étaient vu distribuer des drapeaux tricolores et des tee-shirts.
« Rui Wang », le président de l’association des jeunes Chinois de France, s’inquiète :

«Nous ne voulons pas de récupération politique.» 

Sur Twitter, des élus FN se sont félicités de leur action et ont soutenu le mouvement.
Florian Philippot, vice-président du Front national, postait en 140 caractères :

«Pourquoi parler de « Chinois » alors qu’ils sont manifestement Français et très fiers de l’être ?».

Wallerand de Saint-Just, président du groupe FN en Ile-de-France, a lui aussi voulu communiquer son soutien :

«Nous avons conscience du poids de cette violence sur votre moral, ainsi que sur vos conditions de travail dont l’activité commerciale contribue au rayonnement de notre département»,

écrit-il.

«Nous avons été appelés par Les Républicains, et par le FN, qui nous ont proposé leur aide.
Par le PS aussi, qui s’est sûrement senti obligé d’en faire de même»
,

explique « Rui Wang ».

«Cet emballement est malsain, tout le monde s’active quand il y a un mort.»

Pour les représentants de l’extrême droite, l’immigration chinoise serait l’exemple d’une intégration réussie, contrairement à d’autres communautés.

Selon « Richard Brehara », cela s’explique par les motivations de cette immigration :

«Ils sont 600 000 en France, pour moitié de la région de Wenzhou.
C’est une immigration récente et, contrairement à d’autres, ils n’ont pas fui un régime, ils ne sont pas venus ici parce qu’ils étaient pauvres, mais pour tenter leur chance, comme des jeunes Français partiraient aujourd’hui aux Etats-Unis.
D’ailleurs dans leurs rêves, la plupart rentreraient en Chine.»

Il poursuit :

«Pour toute une partie d’entre eux, ceux qui sont d’origine chinoise, mais viennent de pays d’Asie du Sud-Est, l’intégration s’est bien déroulée.
On observe un taux de mariage mixte important, et aujourd’hui les jeunes de la seconde génération se sentent Français.»

Contrairement aux autres immigrations, pas de passif historique lourd avec la France non plus.

«Les « Wenzhous » sont arrivés pour la première fois en France en 1917 pour travailler sur les voies ferrées.
A la mort de Mao, l’Etat chinois a décidé de mener une expérience sur cette région qui n’était pas très communiste : qu’est-ce qu’il se passerait si l’on n’y intervenait plus ?
Ça a plutôt bien fonctionné, beaucoup ont émigré, en France notamment, pour travailler.
Jusqu’en 2008, où l’immigration s’est arrêtée.»

Pour certains membres de la communauté, les associations de lutte contre le racisme n’ont pas non plus pris la mesure du phénomène.
Un jeune résident d’Aubervilliers, qui souhaite conserver l’anonymat, regrette leur absence dans le cortège du 21 août :

«Où sont-ils ?
Qu’ont-ils fait pour prendre notre défense ?
Depuis la mort de monsieur « Chaolin Zhang », ils ont appelé le comité de soutien pour proposer leur aide, mais avant ça, pas grand chose.
Ça aurait été un Juif ou un Arabe, ils seraient tous montés au créneau, c’est sûr !
Il n’y a qu’à voir toutes les actions qui ont eu lieu au moment de la mort d’ »Ilan Halimi » par exemple.»

« Rui Wang », le président de l’association des jeunes Chinois de France, tempère :

«Les équipes de « Dominique Sopo » par exemple (président de SOS Racisme, ndlr) nous ont contactés, nous allons voir ce que nous allons faire, mais encore une fois nous ne voulons pas de récupération de qui que ce soit.»

Du côté de l’association, on se défend :

«Le problème est pris très au sérieux, mais l’agression a eu lieu à la mi-août, quand les équipes étaient en vacances.
Nous avons tout de même communiqué sur les réseaux sociaux.
Il n’y a qu’à regarder sur notre site, nous communiquons souvent sur le sujet !»

Et à la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme), qui a publié un communiqué après l’annonce du décès, l’avocate et vice-présidente, « Sabrina Goldman », réfute aussi toute négligence :

«C’est un phénomène raciste sous estimé par tous.
La première chose est déjà d’en parler.
De le rendre public, et d’expliquer que ce racisme n’est pas sans conséquences.
Nous allons prendre contact avec la famille, et nous constituer partie civile.»

Si le gouvernement a mis du temps à réagir, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a finalement reçu les proches de « Chaolin Zhang ».
La maire d’Aubervilliers, « Meriem Derkaoui », avait écrit une lettre au ministre de l’Intérieur pour demander des renforts policiers dans sa ville, et appelait devant nous à une manifestation place Beauvau.

«Le gouvernement est plus occupé par le burkini, mais ils feraient mieux de s’intéresser à ce qu’il se passe ici aussi.
Il y a des abandonnés de la République»
,

clamait-elle, mi-août.
Le 22 août, il leur a offert des garanties.

«Que l’enquête serait menée avec rigueur, un renforcement du nombre de policiers et la mise en place de caméras, comme la communauté asiatique le réclamait»,

explique-t-on au cabinet de la maire, présente lors de l’entretien.
Dans un communiqué, daté du 22 août, son équipe précise :

«Le ministre de l’Intérieur leur a indiqué que les recrutements massifs décidés dans la police nationale allaient permettre de renforcer davantage les effectifs de police à Aubervilliers :
de nouveaux policiers seront affectés après leur sortie d’école en octobre.»

« Rui Wang », le président de l’association des jeunes Chinois de France, s’il s’en satisfait, relativise à nouveau :

«Je dirais que c’est une réponse de Normand.
Il n’a pas dit combien de policiers seraient affectées à Aubervilliers.
Et pour les caméras, nous n’avons pas de date non plus.
Nous allons surveiller ça avec vigilance.»

Avant de conclure :

«C’est un problème qui touche aujourd’hui la communauté chinoise, mais le problème est français.
Ce que nous voulons, en tant que citoyens, c’est la sécurité pour tous.»

L’enquête, quant à elle, s’est accélérée cette semaine.
Trois hommes, recherchés depuis l’agression de « Chaolin Zhang », ont été arrêtés et présentés à la justice mercredi.

«C’est peut-être le signe que les choses bougent, que les autorités nous prennent maintenant au sérieux»,

glisse-t-on à l’association de la Courneuve.

* Certains prénoms ont été modifiés.

Gurvan Kristanadjaja

http://www.liberation.fr/apps/2016/09/racisme-chinois

Mais les asiatiques agressent-ils les autres communautés ?
Nous en aurions entendu parler comme d’Halimi !

Le Politislam Fou Dans Les Médias !

 Islam-Danger1

Vive la République !

Les «radicalisés» sont-ils une armée de fous ?

Si l’on raisonne en termes de compatibilité logique d’après ce qu’on peut lire dans les médias, un terroriste/djihadiste/radicalisé ne peut pas être un déséquilibré.

« Terroriste » et « déséquilibré » sont apparemment deux notions tout à fait antinomiques.
Le premier est un méchant, le second est un fou.
En même temps, on nous détaille sans rire la mise en place de « suivis thérapeutiques » à destination des « radicalisés » :
Il s’agit donc de soigner les méchants, pas les fous !
Ou bien alors, tous les radicalisés sont des fous et dans ce cas la précédente distinction ne tient plus. Quelqu’un y comprend quelque chose ?

« La piste terroriste
est écartée ! »

C’est un fait divers enterré rapidement et proprement, comme on le fait désormais à chaque fois que c’est possible.
Une preuve de plus que le rôle des journalistes (du moins tel qu’ils le conçoivent) consiste à sauvegarder la paix civile, quoi qu’il en coûte à l’éthique de la profession.
Mardi 30 août, un monsieur se présente dans un commissariat de Toulouse et poignarde un policier.

Si l’on cherche des articles au sujet de cette affaire, il faut éviter de taper « attentat Toulouse » qui ne donne presque rien de récent. Il faut se contenter de « policier poignardé ». En effet, comme le rappellent tous les médias, « la piste terroriste a été écartée ».
C’est une information objective.
Il n’empêche que c’est une information problématique qui mériterait sans doute d’être présentée comme telle.

On peut incriminer le système judiciaire ou même les experts médicaux.
Ce sont bien eux qui « écartent la thèse terroriste » s’il s’avère que « le suspect » présente des « antécédents psychiatriques ».
Reste que la responsabilité des médias est grande quand, au nom du « dormez braves gens », on nous prend pour des idiots…quand les questions qui devraient être posées ne le sont pas.

Ce qui doit retenir notre attention, en effet, c’est la manière de présenter les choses :

Tous les articles que j’ai consultés adoptent un fonctionnement similaire :
un faisceau d’éléments cohérents (milieu culturel, admiration pour Merah, haine de la France, participation à une manif pro-palestinienne, attaque d’une synagogue) suggérant donc une adhésion à un système de pensée parfaitement identifiable (et non un comportement désordonné relevant de la démence), n’est contrebalancé que par des éléments très vagues dont nous sommes censés nous contenter :
« état mental déficient », « hôpital psychiatrique », « déséquilibré », « abolition du discernement ».
C’est peu convaincant.
On veut bien que le suspect, un certain « Amara Abderrahmane », soit « un esprit dérangé qui exprime sa folie en s’emparant de l’actualité » mais il faut reconnaître que son rapport à « l’actualité » est, dans ce cas, bigrement sélectif et parfaitement rationnel !
Rien ne distingue, « a priori », ce fou qui n’est pas terroriste d’un terroriste qui ne serait pas fou.

Mais en réalité, cette répartition du contenu est inversement proportionnelle à sa présentation dans le corps des articles :
les éléments concernant la santé mentale de l’agresseur apparaissent en premier, sont repris en gros caractères dans les intertitres et font l’objet d’un développement appuyé, parfois complété par des informations négatives chargées d’infirmer plus encore l’hypothèse de l’acte terroriste (« pas fiché S », « aucune revendication », « motivation pas cernée ») quand les informations sur son passé judiciaire sont lâchées dans un souffle, en un petit paragraphe relégué à l’extrême fin de l’article.

Le procédé est, dans plusieurs médias (voir et ), accompagné d’un petit « toutefois » qui introduit cette dernière partie du texte (dans les autres articles, la mention de chaque forfait est accompagnée d’un rappel de l’état mental déficient du suspect).
Or, l’effet ne serait pas le même avec un dispositif inverse, c’est-à-dire en présentant les choses ainsi :

« il a fait ceci, ceci, ceci et cela…
toutefois il a été jugé incapable de discernement ».

Soit on donne plus de poids au diagnostic de folie qui permet de relativiser l’intention terroriste, soit on le relègue au second plan en insistant sur la gravité des faits.

On sera sensible aux nuances.
Revenant sur le passé du suspect (le tag pro-Merah et le cocktail Molotov lancé sur la synagogue), le « Figaro » s’abrite derrière des citations tirées des décisions de justice :

Dans le premier cas, l’affaire a été classée sans suite en raison « d’un état mental déficient ». Pour le deuxième, la chambre d’instruction de la cour d’appel de Toulouse avait mis en avant « l’abolition du discernement ».

Les guillemets permettent une dissociation prudente.

À l’inverse, l’Express ne prend aucune distance avec le diagnostic :

Ces deux procédures avaient été abandonnées en raison de son état mental, à la suite d’expertises.

Enfin, il y a ceux qui font attention aux mots qu’ils emploient :
chez certains, le policier a été « poignardé », « blessé au cou par un couteau».
Il faut aimer le risque pour oser dire qu’un homme « a tenté d’égorger » le policier (voir ici et ), l’idée d’égorgement étant particulièrement explicite et suggestive dans le contexte actuel !

La folie, concept
fort peu objectif

Je ne suis pas en train de prétendre que la folie n’existe pas.
J’ai moi-même dans mon entourage proche une personne à qui il ne manque que l’entonnoir sur la tête mais vouloir la soigner serait, paraît-il, faire preuve de méchanceté à son égard.
L’aimer, c’est donc la laisser nuire.
Je crois que cette manière de voir est assez répandue…

Seulement, il faudrait peut-être prendre garde à trois choses :

– d’abord, la notion de folie est souvent employée de manière métaphorique.
On rejette symboliquement une personne hors de l’humanité, procédé assez hypocrite qui permet implicitement de se rassurer en se faisant croire qu’on ne serait pas, soi-même, capable d’autant de cruauté.
On dira ainsi qu’Hitler est un « monstre »,
on parlera de la « folie meurtrière » d’un tueur en série,
ou de la « barbarie » des djihadistes souvent désignés comme des « fous d’Allah ».

– ensuite, traiter quelqu’un de fou permet de le discréditer en le ridiculisant, sans avoir à se donner la peine de le combattre…
mais le ridicule est une arme illusoire quand la guerre est bien réelle.
Ainsi, Hitler, encore lui, analysant dans « Mein Kampf » les raisons de la défaite de l’Allemagne en 1918, note que la propagande allemande avait tourné en dérision les armées ennemies, de sorte que les combattants, une fois au front, étaient tétanisés par la réalité de l’agressivité adverse, tandis que la propagande anti-allemande des pays anglo-saxons avait, au contraire, pris le parti efficace d’exagérer la cruauté germanique.
Sous-estimer l’ennemi en se l’imaginant comme un débile fini n’est assurément pas une bonne manière de le combattre.
– enfin, comme « Michel Foucault » l’a fort bien montré, il n’y a rien de plus relatif, rien de plus fluctuant, rien de moins objectif que le diagnostic de folie.
Chaque société désigne ses fous.
Après tout, on pourrait considérer que pour tuer un être humain, il faut être fou et que, par conséquent, les djihadistes sont tous des fous.
De même que tous les meurtriers, quelles que soient leurs motivations.
Les prisons sont donc pleines de fous : il faut les transformer en asiles psychiatriques.

Ce n’est pas une plaisanterie !

A côté du cas d’école que représente ce monsieur « Amara Abderrahmane » à Toulouse (dont il semble entendu qu’il n’est pas « radicalisé » mais « fou »), on nous tient en permanence un discours sur la santé mentale déficiente de tous les radicalisés.
La distinction entre eux et des spécimens comme l’agresseur du policier ne paraît donc résider que dans le nom de la maladie dont ils souffrent, tous étant donc, peu ou prou, des aliénés.
La preuve avec ce commentaire d’un psychiatre rapporté dans un article au sujet de ce qui s’est passé à Toulouse :

« Dans leur grande majorité, les malades mentaux se désintéressent totalement de l’actualité, exception faite de ceux qui sont affectés d’un trouble de la personnalité.
Dans ce cas, la reproduction de l’actualité est totalement chaotique et désorganisée.
Les fichés  »S » ont des profils différents.
Ils sont pour la plupart paranoïaques »
, décrypte le psychiatre « Roland Coutanceau ».

Déradicalisation,
quésaco?

On se souvient de « Nathalie Saint-Cricq » insistant sur la nécessité de « repérer et traiter » ceux qui « ne sont pas Charlie ».

Cela laissa beaucoup de gens fort perplexes… quand cela ne les fit pas pouffer.
En effet, la « radicalisation » désignant, étymologiquement, le fait de revenir à la racine (radix) d’un système de pensée (et par suite, d’en adopter la lecture la plus rigoriste), elle constitue, même en matière spirituelle, une démarche intellectuelle.
Qui peut croire une seule seconde qu’il soit adéquat de la traiter comme une pathologie psychique ?
Pourtant, les médias « décryptent » (= décrivent…) la mise en place des centres de « déradicalisation » avec une grande rigueur scientifique.

« Déradicalisation » est un mot conçu sur le modèle de décontamination ou dératisation :
« dé » + le truc qu’on enlève.
On va leur ôter leur radicalité et ils vont redevenir normaux.
Comme on enlève un virus d’un ordinateur ou une tumeur d’un cerveau.
Il faut tout de même rappeler cet état de fait :
Aujourd’hui en France, des spécialistes sont payés pour déradicaliser des gens.

Mais on attend encore désespérément la première guérison !

C’est qu’il s’agit là d’un mal extrêmement contagieux, souvent mortel (et pas seulement pour le patient…) et présentant, avant cette issue tragique, un fort risque de récidive (à entendre ici au sens médical de « rechute », bien sûr).

Or, les centres de déradicalisation, nous explique-t-on notamment sur France Info (« Expliquez-nous ») s’adressent en priorité aux « repentis » :
il est étonnant de voir surgir soudain ce terme moral alors qu’on nous parle de « suivi thérapeutique » ! Mais il est vrai qu’il serait encore plus étrange d’avoir à expliquer que les patients accueillis dans ces centres doivent être assez sains d’esprit pour s’auto-diagnostiquer comme « radicalisés », c’est pourtant exactement l’idée.

Déradicalisation ?
Mon correcteur orthographique ne s’y fait pas !
La responsabilité des médias dans la fortune de ce vocable trompeur est énorme.
On peut même s’interroger : du radicalisé, du déradicalisateur, du journaliste qui interroge avec sérieux celui-ci sur la manière dont il compte soigner celui-là… qui est finalement le plus fou ?

Combien d’échecs cliniques, combien de patients incurables faudra-t-il pour remettre en cause l’abus de ce vocabulaire médical faussement rassurant qui donne l’impression que la seule chose à faire, face au terrorisme, c’est attendre…
avec l’espoir de trouver un jour un vaccin…comme pour le sida finalement !

Ingrid Riocreux

http://www.causeur.fr  du 05/09/2016

Toujours La Crise Migratoire En France !

FRANCE-BRITAIN-MIGRANTS-REFUGEES

Cul de Sac à Calais !

Les expulsions de clandestins en chute libre…
tandis que l’accueil d’Afghans grimpe de 964% !

Selon un document confidentiel consulté par  »Le Figaro », elles ont chuté de près de 20 % sur six mois. Les demandes d’asile de la part d’Afghans, ont, elles, grimpé… de 964% !

Les éloignements de clandestins ont chuté en France de presque 20 % sur six mois.
Le cumul 2016 des «retours», «réadmissions» dans l’espace Schengen et autres «renvois» a concerné 8 660 illégaux du 1er janvier au 30 juin 2016, contre 10.800 étrangers en situation irrégulière éloignés durant la même période de l’année précédente.

« Le Figaro » a eu accès aux données confidentielles du «tableau de bord» de la Direction générale des étrangers en France pour le premier semestre 2016.
Un document confidentiel réalisé par le Département des statistiques, des études et de la documentation (DSED) de cette administration directement rattachée au ministère de l’Intérieur.

En voici les enseignements :

Les expulsions de clandestins en nette diminution

Pour le secrétaire national du syndicat Alliance (majoritaire chez les gradés et gardiens), « Olivier Hourcau », cette baisse des éloignements n’est guère étonnante.

«Depuis le début de l’état d’urgence, les frontières font l’objet d’une vigilance accrue et consomment un nombre d’effectifs considérable, particulièrement ceux de la PAF.
L’administration ponctionne ainsi des fonctionnaires dans les services procéduriers, chargés notamment des reconduites, pour aller renforcer les points soumis à forte pression, comme le secteur de Menton dans les Alpes-Maritimes.
La mission d’éloignement devient une mission secondaire.
En somme, on déshabille Paul pour habiller Jacques…»

«On n’a jamais connu une telle situation de tension»

Par ailleurs, le nombre de demandeurs d’asile issus d’Afghanistan a bondi en cinq mois… de 964 % !
Le 10 juin dernier, Bernard Cazeneuve en personne a saisi par courrier le directeur général de la police nationale (DGPN) pour des explications.
Et une étude, dont  »Le Figaro » a eu connaissance, a été envoyée au ministre dix jours plus tard.
Elle donne quelques pistes d’explications…

Le nombre de demandeurs d’asile afghans bondit… de 964 %

source : http://www.europe-israel.org

http://www.citoyens-et-francais.fr  du 04/09/2016

Il Ne Faut Pas Oublier Marine Le Pen !

MLPbandeau

Les Français oubliés grondent !

Alors que la « majorité » – qui n’en est plus une depuis longtemps – et son « opposition » - qui n’en a jamais été une non plus – se déchirent et voient, chacune dans son camp, s’accumuler les intrigues et les coups de comm’, « Marine Le Pen » sera samedi auprès du peuple de France, avec le peuple, pour sa rentrée politique à Brachay.

À Brachay, petite commune de Haute-Marne, petite capitale de la France des oubliés.
À Brachay, là  où comme dans tant de territoires on ressent la  double-agression que représentent la globalisation sans frein et l’abandon d’un État qui ne remplit plus son rôle protecteur.
Une France des oubliés à laquelle « Marine Le Pen » n’offre pas seulement une oreille attentive, mais une voix qui porte.

La France des oubliés, c’est d’abord la France de nos campagnes, de nos villages et de nos  territoires.
Cette France qui n’attire l’attention de nos dirigeants de droite comme de gauche qu’à l’approche des échéances électorales, et qui, une fois les scrutins passés, n’est plus ni écoutée, ni considérée, mais délaissée.

Que valent donc les 55 Brachayens pour les apôtres de la gouvernance, pour ceux qui veulent réguler et non plus diriger, pour ceux qui ne jurent que par les statistiques ?
Dans les couloirs dorés de l’Élysée, dans les allées froides de la Commission européenne, tout le monde a abandonné Brachay.
Pire, tout le monde s’en moque.
Pas nous !

La France des oubliés gronde.
Elle aspire à  retrouver sa liberté, son identité et sa  souveraineté.
Elle aspire à retrouver la  maîtrise de son destin.
C’est tout le projet de  »Marine Le Pen » et du Front National, c’est tout le sens de la bataille qui s’ouvrira bientôt.

Nicolas Bay
Secrétaire Général du Front National

http://www.frontnational.com  du 02/09/2016

Qui Croire : Drone Us Ou Frappe Russe ?

tele_realite (1)

Nos médias nous mentent !

Le « numéro deux » de Daech tué dans une frappe russe !

40 terroristes ont été éliminés par une frappe russe près d’Alep, a annoncé le ministère russe de la Défense, confirmant en outre la mort du « numéro deux » et porte-parole de Daech « Abou Mohammed al-Adnani ».

Une frappe d’un chasseur russe Su-34 a éliminé quarante combattants de Daech, parmi lesquels figure « Abou Mohammed al-Adnani », « numéro deux » et porte-parole de l’organisation terroriste, a annoncé mercredi le ministère russe de la Défense.
Selon des informations confirmées par différents canaux du renseignement, parmi les terroristes éliminés figure le commandant « Abou Mohammed al-Adnani », plus couramment connu comme le « porte-parole » de l’organisation terroriste « Etat islamique », annonce le communiqué du ministère.
Le document fait par ailleurs remarquer que le « numéro deux » de Daech était connu pour ses appels à organiser des attentats dans les pays d’Europe occidentale et aux Etats-Unis.

https://fr.sputniknews.com  du 31/08/2016

Dame Nature S’Est Rappelée A Nous.

pelossenoire

Bonjour,

Ne parlons pas de la canicule ni du tremblement de terre en Italie, ils ont fait la une de tous les journaux autorisés.

Je suis étonnée qu’il ne soit plus fait mention de l’alerte contre le terrorisme, des migrations déferlant sur notre Europe, de la guerre en Syrie…exceptés les turcs qui tirent sur tout ce qui bouge !…même du soit disant réchauffement climatique quand on sait qu’on est en fin de mini période glaciaire, des burkinis soudainement disparus des colonnes, bref de ce qui nous intéresse.

Pelosse a constaté que les politicards de gauche comme de droite essaient de convaincre, par le biais des médias, les autruches de notre peuple, mais ils ne prononcent même pas le mot d’extrême droite comme si le premier et seul parti unifié de France n’existait pas.
Trop dangereux ?

Peu importe !
La rentrée s’annonce déjà houleuse !
Vous avez pu lire et relire les articles publiés pendant ce quinquennat funeste.
Réveillez-vous, il faut sauver notre civilisation et arrêter le piège infernal tendu depuis des décennies par un mondialisme machiavelique.

Vous ne pouvez voter que si votre casier judiciaire est propre.
Vous êtes-vous posé la question au sujet de ceux qui seront candidats à la présidence de notre République Française et surtout Laïque ?

Pelosse pense que le fric n’achète pas tout !

pelosse

Les Médias Mondialistes Sont Pervers !

enfant syrien

On ne nous dit pas tout !

Les médias occidentaux entraînent les enfants dans leur propagande !

La Russie fustige les médias occidentaux qui profitent de la tragédie du peuple syrien pour tisser leur propagande antirusse.
Le porte-parole du ministère russe de la Défense « Igor Konachenkov » a démenti les informations selon lesquelles l’aviation russe aurait mené mercredi un raid sur un quartier résidentiel d’Alep et a qualifié de « crime moral » le fait que les médias occidentaux rendent responsable la Russie de la tragédie des enfants syriens, victimes de bombardements.

Les Forces aérospatiales russes « ne visent jamais les cibles situées dans l’enceinte d’agglomérations », a-t-il indiqué.

« L’état critique dans lequel se sont retrouvés (…) les enfants des quartiers orientaux d’Alep, pris en otages par les terroristes, est incontestablement une tragédie. Or, l’utilisation cynique de cette tragédie par certains médias occidentaux dans les matériaux de propagande orientée contre la Russie n’est autre qu’un crime moral »,

a-t-il indiqué.
La polémique est née à la suite de la publication de la photo d’ »Omran Daqneesh », un garçon syrien de cinq ans rescapé d’un bombardement sur un quartier d’Alep. Des secouristes syriens ont réussi à le retrouver dans les décombres d’un immeuble détruit par les frappes.

« Raf Sanchez », du « Telegraph », a pris en photo cet enfant en sang et couvert de poussière assis dans une ambulance.
​Le 17 août, le photographe a posté ce cliché sur son compte Twitter.
Depuis, ce post a été retwitté plus de 17.000 fois. Les internautes ont même proposé de faire d’ »Omran » le symbole de la guerre en Syrie.

Or, certains médias occidentaux ont accusé la Russie d’avoir mené un raid contre ce quartier.

source : https://fr.sputniknews.com/international

§§§§§§

enfant syrien

La propagande avant les soins !

Les casques blancs en Syrie sont-ils si bons ?

Ils filment un garçon en sang au lieu de le soigner…
Une vidéo montre la face obscure des secouristes.
Y a-t-il d’autres détails de cette histoire qu’on ne connaît pas ?

Les secouristes internationaux déployés en Syrie ne seraient pas si bons que cela, si on en juge par une vidéo sur les préparatifs de la session photo consacrée à un garçon de 5 ans, « Omran Daqneesh », rescapé d’un bombardement dans un quartier d’Alep.
Sur la vidéo, on voit le petit garçon désorienté et perplexe, en sang et couvert de poussière et apparemment blessé à la tête, assis à l’arrière d’une ambulance très bien équipée.
Les gens qui l’entourent ne prêtent pas attention à « Omran » et ne s’empressent pas à le soigner.
L’ambulancier qui s’occupe de la mise en scène place le garçon sur le siège sans cérémonies.
Les activistes cherchent à tout arranger pour bien filmer la scène.

Ils ont plus l’air de vouloir faire une bonne photo du petit que de s’occuper de lui.

Ces efforts ont porté leurs fruits.
Posté sur Twitter, le cliché de l’enfant a été partagé des dizaines de milliers de fois.
Les internautes ont même proposé de faire d’ »Omran » le symbole de la guerre en Syrie.
Certains médias ont profité de la tragédie du peuple syrien pour tisser leur propagande antirusse, rendant la Russie responsable des victimes civiles en Syrie.
Le porte-parole du ministère russe de la Défense « Igor Konachenkov » a démenti les informations selon lesquelles l’aviation russe aurait mené mercredi un raid sur un quartier résidentiel d’Alep.
Selon le responsable, les Forces aérospatiales russes « ne visent jamais les cibles situées dans l’enceinte d’agglomérations ».

source : https://fr.sputniknews.com/international

 

http://www.citoyens-et-francais.fr   du 21/08/2016

Tenons Bon, Ils N’ Ont Pas Encore Gagné !

avaler-n-importe-quoi-225x300 (1)

La dictature est leur objectif !

Les véritables terroristes sont ceux qui « prétendent » le combattre !

Alors que seule la vérité doit nous intéresser, beaucoup de gens font fausse route par haine (légitime) de la racaille et tombent dans le panneau des médias alignés, du système.
Se focalisant uniquement sur ce que ces mêmes médias (menteurs) pointent du doigt !

11 septembre 2001, affaire Merah, attentats contre Charlie Hebdo, attentat du 13 novembre au Bataclan, attentat du 14 juillet à Nice, égorgement d’un prêtre à Saint-Etienne-du-Rouvray le 26 juillet…
Reprenons les cibles une à une :
- les tours jumelles (symbole du capitalisme),
- un journal satirique antireligieux (antimusulman et surtout antichrétien),
- un concert de rock de tendance satanique,
- le jour de fête nationale de la république française
- et enfin un prêtre c’est-à-dire un ministre de Dieu.
Toutes ces cibles sont autant de symboles qui ne doivent rien au hasard.

À chaque attentat, la version médiatique est foireuse, entachée de mensonges.
Régulièrement les médias nous cachent des images et des témoignages qui contredisent leur thèse
(exemple : cette jeune fille qui a vu un homme armé sortir du camion)
ou font parler un faux héros comme le niçois Franck dont le témoignage est mensonger.

De l’inside job au chaos

À chaque attentat, non seulement nous ne sommes pas certains de l’identité des exécutants mais on ne remonte jamais aux commanditaires.
Car c’est surtout cela qui doit nous intéresser pour éradiquer le mal à la source.

Qui sont les commanditaires ?
Qui a suffisamment de puissance et de réseaux pour réaliser ces attentats à grande échelle sans se faire attraper ni condamner ?

Selon Aymeric Chauprade :

« Le terrorisme c’est d’abord un fait étatique, c’est d’abord le fait de services de renseignements qui utilisent des illuminés, des fanatiques pour mener à bien leurs opérations ».

Pour qu’ils fassent le sale boulot en quelque sorte.

Partant de ce principe, il est évident que l’État et les services de renseignements français sont complices dans ces divers attentats.
(Services de renseignements français qui sont sous contrôle du Mossad, selon Roland Dumas.)
Et qu’à chaque attentat, il s’agit très probablement d’un inside job.
Nous vivons actuellement la version française du 11 septembre 2001.
Les véritables terroristes sont ceux qui prétendent le combattre.
Incapables d’assurer la sécurité du peuple français, ces gens-là ne sont que des pompiers-pyromanes aux ordres d’une nation étrangère.

Depuis le 11 septembre 2001 jusqu’à aujourd’hui, car nous sommes dans la continuité du 911 ( Chiffre symbolisant l’éviction de Dieu pour les francs-maçons kabbalistes ), le message envoyé par les médias alignés est clair :

« l’islam radical » déclare la guerre à l’Occident « chrétien ».

Le schéma est très simple, et il se doit d’être très simple pour toucher l’ensemble de la population anesthésiée par le tube cathodique.

À en croire pas mal de réactions, dans les médias dominants comme sur Internet, l’ennemi, le danger n°1, c’est cet islam conquérant et destructeur.
Il n’y aurait donc pas de complot.
Cet ennemi agirait à visage découvert et défierait le monde occidentalo-chrétien qui, soit dit en passant, a majoritairement apostasié.

En France, depuis maintenant 18 mois, c’est donc Daesh qui sème la terreur et revendique chacun de ces attentats.

Simples questions :
Qu’est-ce que Daesh ?
Qui compose Daesh ?
Dans quel intérêt ?
Qui pilote Daesh ?
À qui profitent ces crimes en série que Daesh revendique ?

À toutes ces questions, nous n’avons aucune réponse précise ni preuve formelle.
Et très peu de certitudes sur Daesh comme sur les événements récents.
Les exécutants seraient tous arabo-musulmans, suivant l’idéologie wahhabite.
Certains seraient des voyous liés aux services de renseignements, d’autres des déséquilibrés alcooliques ou encore des fanatiques islamistes.
Tous sont, à l’évidence, de simples sous-traitants manipulés et utilisés par l’État.
(La technique du contrôle mental peut être utilisée dans pareil cas.)
Lequel prétend lutter contre le terrorisme, l’islamisme, tout en encourageant, depuis des décennies, l’entrée massive d’immigrés dont beaucoup sont… musulmans.
Cherchez l’erreur !

Si l’État français cherchait vraiment à lutter contre le terrorisme, l’islamisme, il s’y prendrait autrement !
Il n’encouragerait pas l’immigration afro-maghrébine, l’islamisation de la France et ne permettrait pas la construction de mosquées.
Mais comme ses effets d’annonce sont contredits par les faits, il n’a aucune crédibilité.

Revenons à Daesh dont le criminologue « Xavier Raufer » nous dit que « ce n’est pas un groupe terroriste »,  qu’il s’agit d’« une armée mercenaire.
Au service de qui ?
Dans la direction de l’État Islamique, il n’y a pas un seul islamiste. »
 

Selon lui, Daesh serait une organisation laïque pilotée de l’extérieur.
Et c’est bien cet extérieur qui nous intéresse au plus haut point.

Objectivement, Daesh est avant tout un outil de destruction dans les mains de la judéo-maçonnerie internationale, au service du grand Israël.

Chacun remarquera que Daesh, Al-Qaïda (légion arabe de la CIA, selon « W. Tarpley ») et Al-Nosra (Al-Qaïda en Syrie) sont des nébuleuses qui ne s’en sont jamais pris à Israël.

Ceci n’est peut-être qu’une coïncidence… ou pas.

Car quel État cherche la ruine et la destruction de tous les autres pour asseoir sa domination sur le monde ?
Quelle puissance cherche à faire de la planète un champ de ruines ?
Par haine, vengeance, afin de poursuivre son propre messianisme.
Qui chercherait à opposer l’Occident chrétien au monde arabo-musulman pour amener le chaos en France puis dans le monde ?
Poser ces questions, c’est avoir automatiquement la réponse au regard de l’étude du mouvement révolutionnaire mondial, ce complot de nature talmudo-maçonnique.

Instauration de la terreur

Le but de cette opération, de ces attentats en série, est clairement d’instaurer un climat de terreur en France.
C’est déjà le cas depuis Charlie Hebdo.
Il suffit d’écouter les gens dans la rue au quotidien, leurs craintes, leur peur de sortir de chez eux.

Cette terreur qui monte crescendo ressemble étrangement à celle de 1793 où les francs-maçons « Robespierre » (de son vrai nom : Rubinstein), « Danton », « Marat » et « Duport » (le planificateur des massacres) étaient à la manœuvre.
Cette terreur vise à faire accepter des décisions gouvernementales impopulaires qui vont à l’encontre de l’intérêt général (loi travail).

Cette terreur vise donc à l’instauration d’une dictature maçonnique, dictature maçonnique qui est le véritable visage de la démocratie

Elle vise aussi et surtout à amener une guerre civile, le chaos sur le sol français !

C’est ce qu’a annoncé, le mois dernier, Patrick Calvar.
Le patron de la DGSI (services de renseignements français) affirma de manière prophétique :

« Nous sommes au bord d’une guerre civile.
Cette confrontation (voulue notamment par l’ultra-droite), je pense qu’elle va avoir lieu.
Encore un ou deux attentats et elle adviendra. »

En conclusion, ce que l’on peut redouter, c’est une guerre civile en France opposant communautés chrétienne et musulmane ou tout simplement le chaos via des mercenaires venus de l’étranger qui mettront à feu et à sang le pays comme cela est arrivé en Syrie, en Libye… partout où l’axe atlanto-euro-sioniste est venu pour imposer la démocratie et les Droits de l’Homme.

Que faire dans pareil cas ?

Surtout ne pas s’engager dans un conflit où le peuple a tout à perdre et absolument rien à gagner.
Car humainement, sur le plan temporel, les dés sont jetés.
En attendant de connaître toute la vérité sur ces affaires, il nous faut plus que jamais garder la raison et ne pas céder aux sirènes médiatiques qui poussent à la guerre civile.
Faire preuve de prudence et, si l’on est croyant, outre son devoir d’état, se consacrer à la prière et à la pénitence.

Johan Livernette

source : https://johanlivernette.wordpress.com

https://lacontrerevolution.wordpress.com  du 01/08/2016

La Terreur Amplifiée Par Les Médias !

tele_realite (1)

Certains c’est sur !

Scandalisés par la couverture médiatique qui a été faite des attentats de Nice, notamment par France 2 et TF1, 41 élus de droite et du centre ont saisi le CSA.

Emmenés par le député « LR », « Hervé Mariton », les députés ont estimé qu’il revenait au Conseil supérieur de l’audiovisuel de :

« inviter les télévisions et les radios à la prudence et à la retenue afin de protéger la dignité humaine, la douleur des personnes ainsi que l’ordre et la sécurité ».

Pour eux,« deux séquences du traitement télévisuel de l’attentat de Nice le 14 juillet dernier méritent […] une mise en demeure au sens de l’article 42 de la loi du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication ».

En particulier, les signataires ont signalé l’édition spéciale de France 2, commencée une heure après l’attentat, dans laquelle la chaîne interrogeait un homme à côté du cadavre de sa femme.

« La chaîne retransmet en direct, dans le nuit du 14 au 15 juillet, l’interview d’un homme assis au pied du corps sans vie de sa femme, après avoir appris la mort de son fils. Comment imaginer plus fort vecteur de terreur ? »

se demandent les élus.

Concernant TF1, il est reproché à la chaîne privée d’avoir publié des photos personnelles du terroriste aux côtés de son camion.

« Des photos ‘selfie’ narquoises du terroriste issues de son téléphone portable et prises la veille sur le lieu du drame devant son tragique camion.
Comment imaginer plus forte glorification ? »
,

ajoutent les signataires.

Et de conclure en estimant que, dans les deux cas ;

« Par l’intermédiaire des rediffusions et des réseaux sociaux, ces images sont vues par des dizaines de millions de personnes dans le monde.
Pour un attentat terroriste, la qualité du traitement médiatique est essentielle.
Il s’agit d’informer sans glorifier […] d’informer sans terroriser.
Or la glorification et la terreur sont précisément les deux objectifs du terroriste.
Les médias, « à leur insu », en sont souvent les instruments. »

Le CSA s’était, jusqu’alors, contenté d’un simple rappel à l’ordre.

http://www.ojim.fr  du 25/07/2016

Les Polices Et Les Sans Dents !

 pensee (1)

Le ministère dépose plainte !

La policière responsable de la vidéosurveillance à Nice accuse le ministère de l’Intérieur.

En poste le soir du 14 juillet, « Sandra Bertin », chef du Centre de supervision urbain (« CSU ») de Nice et secrétaire générale du Syndicat autonome de la Fonction publique territoriale (SAFPT) Métropole-Ville de Nice, revient pour le « JDD » sur sa nuit aux commandes de la vidéosurveillance…
Elle se confie sur les pressions exercées par la place Beauvau.

Depuis quelques jours, la polémique enfle autour de la présence de la police nationale à Nice le soir du 14-Juillet.
Dimanche, dans un entretien exclusif au « JDD »« Sandra Bertin », la « cheffe » du Centre de supervision urbain (« CSU ») de Nice, accuse le ministère de l’Intérieur de l’avoir mise sous pression.

Quand le camion de Mohamed Laouhaiej-Bouhlel entre sur la Promenade des Anglais, ce 14 juillet, que voyez-vous sur vos écrans ?

Je me rappellerai toute ma vie de cette heure-là : 22h33.
J’étais devant les écrans du « CSU » avec les équipes.
Nous recevons alors, des policiers municipaux positionnés sur la Promenade, le signalement d’un camion fou.
Nous récupérons tout de suite son image à l’écran et nous demandons son interception.
Le camion était lancé à 90 km/h, sans phares, sans qu’on l’entende à cause du bruit.
Il contourne le barrage de la police municipale.
Les équipes n’ont pas pu l’arrêter.
On ne crève pas les pneus d’un 19 tonnes avec un revolver !
A ce moment-là, d’autres policiers municipaux sont en civil dans la foule, qui se retrouvent face à lui.
S’ils avaient été armés comme nos collègues de la police nationale, une de nos revendications, ils auraient pu le stopper.
Le poids-lourd se retrouve finalement face aux policiers nationaux, qui tirent et le neutralisent.
Il est 22h34.

« J’ai été harcelée pendant une heure ! »

« On m’a ordonné de taper des positions spécifiques de la police nationale que je n’ai pas vues à ! »
La sous-direction anti-terroriste vous a demandé, le 20 juillet « l’effacement complet des enregistrements de vidéosurveillance » sur la Promenade pour cette nuit du 14 juillet afin d’éviter les fuites.
Ce à quoi s’oppose la ville de Nice….
Le lendemain des attentats, le cabinet du ministre de l’Intérieur a envoyé un représentant au « CSU » qui m’a mise en ligne avec la place Beauvau.
J’ai alors eu affaire à une personne pressée qui m’a demandé un compte-rendu signalant les points de présence de la police municipale, les barrières, et de bien préciser que l’on voyait aussi la police nationale sur deux points dans le dispositif de sécurité.
Je lui ai répondu que je n’écrirais que ce que j’avais vu.
Or la police nationale était peut-être là, mais elle ne m’est pas apparue sur les vidéos.
Cette personne m’a alors demandé d’envoyer par email une version modifiable du rapport, pour « ne pas tout retaper ».
J’ai été harcelée pendant une heure, on m’a ordonné de taper des positions spécifiques de la police nationale que je n’ai pas vu à l’écran.
A tel point que j’ai dû physiquement renvoyer du « CSU » l’émissaire du ministère !
J’ai finalement envoyé, par email, une version PDF non modifiable et une autre modifiable (…).

Camille Neveux

source : http://www.lejdd.fr/Societe/

http://www.citoyens-et-francais.fr/  du 24/07/2016

 

Violences Partout En France !

foot

Portugal Champion  !

Après le match de demi finale France – Allemagne  !

Image de prévisualisation YouTube

Pauvre France !

Paris

Un bus de la RATP saccagé et son conducteur violemment pris à partie par des jeunes, à proximité de l’Arc de Triomphe.

(Merci à Breizh-Cola)


Amiens

Plusieurs personnes ont été interpellées dans la nuit de jeudi à vendredi en marge des manifestations de joie qui ont suivi la victoire des Bleus. [...]

Un automobiliste au volant d’une Citroën C5 a forcé un barrage policier mis en place pour réguler la circulation dans le quartier Saint-Leu.
Il a manqué de renverser plusieurs fonctionnaires avant de prendre la fuite.  [...]

Un peu plus tard, vers 0h25, une voiture de police était la cible de jets de projectiles près de la gare.
Pas vraiment seul dans sa tête, l’auteur du « caillassage », un habitant du village de Folies, ne se démontait pas et montait sur le toit de la voiture de police, avant de prendre la fuite à pied.
Identifié, il a été interpellé peu de temps après sur le boulevard de Belfort.
Âgé de 21 ans, il a été emmené au commissariat pour dégradations.

source : « Le Courrier Picard »


Lille

Pas moins de douze personnes ont eu maille à partir avec les forces de l’ordre lilloises dans la soirée de jeudi, pendant et à la suite de la demi-finale France-Allemagne.
Elles ont été appréhendées d’une part dans la fan zone ou à proximité, place des Buisses,
d’autre part rues Solférino ou Masséna (dites rues de la Soif),
secteurs privilégiés pour la retransmission du match. [...]

source : « La Voix du Nord »


Beauvais (60)

Peu avant minuit, une rixe éclate, et une personne est blessée.
Les forces de l’ordre interviennent à ce moment-là.

« On s’aperçoit que la foule est surexcitée »,

lâche un observateur.
Des dizaines de personnes sautent sur des voitures.
Polices nationale et municipale sont la cible de tirs de feu d’artifice.
Trois personnes ont été interpellées :
l’une pour refus d’obtempérer après avoir fait des rodéos en ville,
et deux autres pour s’être interposées entre le conducteur et les forces de l’ordre
.[...]
Un quatrième individu, soupçonné d’avoir jeté une bouteille sur un policier a aussi été arrêté.
Mineur, il écope d’une réparation pénale (mesure éducative). [...]

source : « Le Parisien »


Grigny (91)

[...] « A chaque match de foot, c’est la même chose. Mais là, c’était encore plus fort que d’habitude. »
Il est peu après 23 heures quand une voiture s’embrase sur le rond-point Pasteur.
Plusieurs patrouilles de police arrivent sur les lieux et sont rapidement prises à partie par des dizaines de jeunes.
Les émeutiers ont accès aux étages des immeubles et jettent de nombreux projectiles sur les forces de l’ordre. Bouteilles de verres, boules de pétanques…
Des explosions retentissent.
 [...]

Cinq policiers blessés.
Deux policiers de la brigade anticriminalité sont blessés par des jets de pierres,
trois autres souffrent de brûlures causées par des tirs de mortiers.
Le local à poubelles du 1, square Surcouf est incendié. [...]

Aux 8 et 10, rue Lavoisier, à quelques mètres de là, les propriétaires ont aussi été obligés de sortir.
Des caves ont brûlé.
L’électricité a été coupée et n’était toujours pas revenue dans la matinée de ce vendredi obligeant les habitants à emprunter les escaliers portables en main pour y voir plus clair. [...]

source : « Le Parisien »


Cluses (74)

[...] Au milieu de la fête, trois gendarmes tentent alors d’effectuer un contrôle d’identité au niveau de la place Charles-de-Gaulle :

« Il s’agissait d’une personne alcoolisée.
Les gendarmes voulaient la contrôler voire l’interpeller »
,

explique le major « Martin », de la brigade de Cluses.

C’est alors que les militaires sont pris à partie par un groupe qui tente d’empêcher l’interpellation.

« Les choses se sont un peu envenimées »,

glisse le major Martin.

Renforcés par des policiers municipaux, les gendarmes ont dû employer du gaz lacrymogène pour disperser le groupe. [...]

source : « Le Messager »


Longwy

Dans la nuit de jeudi à vendredi, la fin de la fête liée à la victoire des Bleus a été tendue à Longwy-Haut. Postés en nombre autour d’une place Darche envahie par environ 1 500 supporteurs, les policiers sont intervenus pour une bagarre à la terrasse d’un café.
Afin de séparer les protagonistes, les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogène.
Vers minuit, deux jeunes hommes ont été interpellés et conduits dans un fourgon stationné devant le lycée Darche.

Aussitôt, des individus ont commencé à provoquer verbalement les fonctionnaires.
Composé d’une trentaine de personnes, le groupe s’est alors fondu dans la foule présente de l’autre côté de la rue Mercy.
Quelques instants plus tard, les policiers ont essuyé des jets de bouteilles en verre et de pétards de gros calibres.
Aucun fonctionnaire n’a été blessé. (…)

source : « Républicain Lorrain »


Marseille

Selon les chiffres de la préfecture de police, les policiers avaient, à 1h du matin, procédé à sept interpellations à Marseille :
un pour outrage,
un pour une entrée sur la pelouse,
deux pour escroquerie,
un pour un vol de billet,
un pour un jet de projectiles
et enfin un pour détention d’artifice.

source : « La Provence »


Reims

23 h 50. premiers Débordements Une cinquantaine de jeunes provoquent les forces de l’ordre, à l’angle de la rue de Talleyrand et de la rue de l’Étape, en plein centre-ville.
Des bouteilles sont jetées contre les voitures de police.

0 h 15. évacuation musclée De vingt à trente policiers vident une partie de la place d’Erlon, autour de la fontaine Subé, à coups de grenades lacrymogènes.
Face à eux, environ 40 jeunes se dispersent.
Quelqu’un met le feu à une poubelle.
Le calme revient peu à peu.

source : « L’Union »


Le Cateau-Cambresis (59)

Une voiture de gendarme et une voiture de police ont été prises à partie « par des gens extérieurs au Cateau », précise-t-on.(…)

source : « La Voix du Nord »


Grenoble

Les sapeurs-pompiers sont intervenus à deux reprises, dans deux endroits distincts de l’agglomération grenobloise, ce jeudi soir, pour porter secours à deux hommes grièvement blessés à coups de couteau dans le dos, vraisemblablement en marge des manifestations de joie liées à la victoire des Bleus.

Violences Partout En France ! dans FRANCIA 1607081649000104

Peu après 23 heures, un garçon de 17 ans a ainsi été frappé à deux reprises dans le dos, à l’arrêt de tramway de Grand’Place.
Grièvement blessé, trois suspects auraient été interpellés.

Une demi-heure plus tard, vers 23h45, c’est à Seyssinet-Pariset, rue de la République, qu’un homme de 23 ans aurait reçu quatre coups de couteau dans le dos.
Un suspect a été interpellé et placé en garde à vue.

source : « Le Dauphiné »

Des affrontements ont éclaté peu après minuit et demi sur le cours Berriat à Grenoble où les forces de l’ordre ont été la cible de bouteilles en verre et de divers autres projectiles.
Les policiers ont riposté en tirant des grenades de gaz lacrymogène.
La situation est toujours très tendue.

Peu après 00h30 les sapeurs pompiers ont du intervenir pour des feux de poubelles rue Condorcet, rue Gabriel Peri et rue Testoud.
Une voiture a également été incendiée rue Cure-Bourse.
Aucun policier ni émeutiers n’ont été blessés au cours des affrontements.
A 1h30, la situation dans le centre-ville était redevenue relativement calme.

source : « Le Dauphiné »

http://www.citoyens-et-francais.fr  du 10/07/2016

Que va t il en être à présent maintenant que c’est le Portugal qui est Champion ?
Quelle gifle sportive, médiatique et même politique !
Attention citoyens lambda, les fauves sont lâchés, soyez prudents même s’ils semblent en vouloir plus particulièrement aux fonctionnaires de police délégués par un état qui devrait nous défendre, eux comme nous, de toute agression !

Quelques « Oublis » De Nos Médias !

top secret

Révélés quand même !

Gendarmerie

Après la Porsche de « David Douillet » dont la carte grise était au nom de l’association « Les Pièces Jaunes »

Un peloton de gendarmerie de HAUTE SAVOIE a procédé à l’arrestation d’un conducteur au volant d’une Ferrari roulant à 240 km/h sur l’autoroute !
Ce conducteur fort connu, ancien Ministre, se nomme « Bernard KOUCHNER »
Les gendarmes lui ont retiré son permis de conduire,
… encore heureux !!!
Mais lorsqu’ils ont contrôlé la carte grise du véhicule en question, ils ont constaté que celle-ci était enregistrée au nom de l’association  « Médecins sans Frontières » !

Moralité de cette histoire :

n’hésitez pas à faire des dons,..

cet argent est entre de bonnes mains !

 

Les 3 Suisses

 

                            -Quelques
As-tu reçu leur nouveau catalogue ?

Ils viennent soutenir la politique de Hollande….
et payent leurs impôts en Suisse… !!!!!!!

sauf Noah dont la FRANCE a effacé sa dette de 100 millions d’impôts dûs,
pour avoir pris la direction du « tennis Français » .

Bravo et merçi, nous payons pour tous ces cons là…
Pardon, je me suis trompé, les cons c’est nous !!!

Autre Que Réseau Social

Trop Flagrante La Comédie Israëlienne !

netanyahou

Traître à l’Humanité !

Le Conseil de sécurité « s’apprête » à enjoindre à Israël de rompre avec al-Qaïda ?

Israël a participé à l’expulsion des Casques bleus de la zone tampon du Golan, en août 2014, et a confié depuis deux ans ce territoire à al-Qaïda dont il assure la logistique.
Puis, « Benjamin Netanyahu » a annoncé son intention de violer la résolution 338 et d’annexer le Golan occupé. C’en était trop.
Les États-Unis ET la Fédération de Russie ont décidé de rappeler Tel-Aviv à l’ordre.

Le 17 avril 2016, Benjamin Netanyahu narguait la communauté internationale en organisant un conseil des ministres sur le plateau du Golan et en déclarant qu’il ne le rendrait jamais à la Syrie.

Le Conseil de sécurité devrait prochainement adopter une résolution co-rédigée par les États-Unis ET la Fédération de Russie sur la « Force des Nations unies chargée d’observer le dégagement » (« FNUOD »), c’est-à-dire sur les casques bleus chargés de s’interposer entre Israël et la République arabe syrienne sur le plateau du Golan.

45 casques bleus fidjiens ont été faits prisonniers par al-Qaïda, puis libérés après le virement d’une rançon sur un compte bancaire

Le 28 août 2014, le Front al-Nosra (al-Qaïda) parvenait à s’introduire dans la zone tampon et à prendre en otage 45 casques bleus fidjiens.
Désobéissant aux ordres des Nations unies, des casques bleus philippins tentèrent de les sauver.
En définitive, des casques bleus irlandais accompagnés de soldats israéliens parvenaient à établir le contact avec les jihadistes.
À l’issue de longues négociations, l’Onu refusait de retirer al-Nosra de la liste des organisations terroristes,(double jeu – pelosse) mais décidait de verser une rançon par virement bancaire (!).
La libération des otages n’était pas annoncée par l’Onu, mais depuis Londres par l’Observatoire syrien des Droits de l’homme, une ONG servant de couverture au MI6.
Jamais les Nations unies n’ont motivé leur ordre de laisser tomber les Fidjiens, ni entrepris d’enquête sur le compte bancaire d’al-Qaïda.

Le Premier ministre israélien « Benjamin Netanyahu » vient féliciter les « jihadistes d’al-Qaïda » soignés en Israël.

Depuis lors, il n’y a plus de casques bleus pour assurer l’application de la résolution 338, ce rôle étant dévolu à al-Qaïda.
Lorsque des « jihadistes » sont attaqués et blessés par l’armée arabe syrienne, ils se replient en territoire israélien et sont soignés au « Ziv Medical Centre », puis raccompagnés par l’armée israélienne à la frontière pour reprendre le combat.

Le 17 avril 2016, Israël s’était livré à une provocation, organisant un Conseil des ministres sur le Golan. Le Premier ministre « Benjamin Netanyahu » avait alors déclaré que son pays n’appliquerait jamais la résolution 338 et ne restituerait jamais le Golan.

Le 14 juin 2016, l’ancien Premier ministre « Ehud Barak » avait dénoncé la politique irresponsable de Monsieur « Netanyahu » et appelé les dirigeants israéliens à le renverser par tous les moyens.

Les soldats israéliens ont confié la zone tampon à al-Qaïda en lieu et place de la « FNUOD ».

Le projet de résolution stipule notamment :

- « Le Conseil de sécurité souligne qu’il ne devrait y avoir aucune activité militaire des groupes d’opposition armés dans la zone de séparation et prie instamment les États Membres de signifier clairement aux groupes d’opposition armés syriens présents dans la zone d’opérations de la FNUOD qu’ils doivent cesser toute activité risquant de mettre en danger les soldats de la paix et laisser au personnel des Nations Unies la liberté dont il a besoin pour s’acquitter de son mandat en toute sécurité ;

- Demande à tous les groupes autres que la FNUOD d’abandonner toutes les positions de la Force ainsi que le point de passage de Qouneïtra et de restituer les véhicules, les armes et tout autre matériel appartenant aux Casques bleus ; »

Pendant soixante ans, Israël a dénoncé le danger du terrorisme arabe et musulman.

Cependant, sur le Golan, il a aidé à expulser la « FNUOD » et confié la zone tampon à al-Qaïda.

Après deux ans de violation du Droit international, le Conseil de sécurité devrait donc redéployer la « FNUOD » et enjoindre Israël de cesser son soutien à l’organisation terroriste.

L’État d’Israël n’a jusqu’à présent respecté presque aucune des résolutions du Conseil de sécurité le concernant.

Thierry Meyssan

Source : http://www.voltairenet.org

http://www.wikistrike.com  du 03/07/2016

Il aura fallu du temps pour que les « Droits de l’Homme » admettent qu’Israël n’avait pas un rôle neutre en très proche voisin !
Que de « non-dits », de silences volontaires auprès des « sans-dents » de tous les pays alors que nous nous rendions tous compte du jeu des oligarques !
Eux jouent mais les petits peuples subissent…comme au moyen-âge !
Pas plus évolués que leurs ancêtres !

Fauche Dans Poste De Police A Présent !

chut

Vous êtes en sécurité !
Ben voyons !

Trois pistolets volés sans effraction dans le coffre-fort d’un commissariat du… 93 !

L’information a été révélée par RTL :

Entre les 25 et 26/06/2016, trois armes de poing (des pistolets automatiques de marque Sig Sauer, de calibre 9 mm parabellum, que les fonctionnaires de police ont en dotation individuelle) ont été dérobées dans le coffre fort où elles avaient été entreposées, dans la salle des officiers du commissariat de Noisy le Grand (93).

Au delà de l’interrogation légitime qui consiste à se demander pourquoi, auprès l’odieux attentat ayant coûté la vie à deux policiers à Magnanville le 13 juin 2016, des policiers décident de ne pas porter leur arme en permanence alors que cela est désormais possible, il convient de souligner que le vol a eu lieu sans effraction.

Cela implique que l’auteur des faits (ou les auteurs) est (sont) familier(s) du service, ou même un (des) membre(s) des forces de l’ordre.
Le parquet de Bobigny a d’ailleurs confié l’enquête à l’Inspection Générale de la Police Nationale (IGPN).

Ce vol d’armes ne doit pas surprendre, eu égard au fait qu’il existe une pluralité de cas où des policiers ont été identifiés comme étant des fondamentalistes islamistes.
Cette réalité a par ailleurs été en partie dévoilée par « Le Parisien » dans ses colonnes du 09 mars 2016, qui a rendu public une note confidentielle à ce sujet pour la seule Préfecture de Police à Paris :
http://m.leparisien.fr/faits-divers/radicalisation-la-police-n-est-pas-epargnee-09-03-2016-5610617.php (bien que la conclusion de l’article minimise le phénomène).

Il convient d’affirmer que cette réalité concerne tout aussi bien la Gendarmerie Nationale, l’Armée, et la plupart des administrations où des personnes ont été recrutées « à la va vite », bien souvent avec pour seul critère de promouvoir un multiculturalisme dont l’une des doctrines était la « discrimination positive », et pour la police un effectif « à l’image de la population qu’elle protège ».

Vaste fumisterie !

Certains membres de la « Grande Muette » ont d’ailleurs pris le risque de le dénoncer, tel que le « Héron des casernes » sur ce blog :
http://miledeux.over-blog.com/2015/03/la-gendarmerie-se-reveille.html

Quels que soient les résultats de l’enquête en cours, qui une fois de plus concerne un grave dysfonctionnement sur le plan de la sécurité, il convient de rappeler que nous sommes en Etat d’urgence, que nous vivons dans un contexte de menace terroriste avérée, et qu’une fois de plus nous sommes la risée du monde entier.

Il est grand temps de reprendre la main sur nos institutions, d’en finir avec des idéologies qui nous mènent droit dans le mur, et de remettre de l’ordre une bonne fois pour toutes en ne tolérant plus le laxisme et l’amateurisme qui ne cessent d’accroitre l’insécurité.

Les enquêtes de personnalité concernant les postulants aux postes de fonctionnaires de police doivent être rendues systématiques et renforcées.

Sébastien JALLAMION

http://ripostelaique.com  du 30/06/2016

Les Médias Taisent Ces Crimes !

sang300x133 (1)

Islam Monstre Criminel !

Un gamin brûlé par son père pour s’être converti au christianisme !

« Nassif Malagara » est un jeune garçon de 9 ans membre d’une famille musulmane habitant le village de Kakira (sous comté de Kisozi, district de Kamuli, à l’est de l’Ouganda).
Le 5 juin dernier, et à sa demande, un de ses voisins chrétien l’a emmené assister à un service religieux chrétien dans un village voisin.
Après le service, le jeune garçon a dit au pasteur qu’il voulait reconnaître Jésus comme son Sauveur.
De retour chez lui, « Nassif » a refusé de participer à tout culte musulman, de faire le ramadan et de continuer à fréquenter la madrassa de son village.
Son père, « Abubakar Malagara », 36 ans, et sa belle mère sont devenus furieux en apprenant sa conversion.
L’enfant s’est débrouillé pour se nourrir auprès de voisins discrets mais son père l’a surpris en train de s’alimenter le 9 juin.

Il a commencé à le frapper à coups de bâton, l’a attaché à un bananier dont les feuilles étaient sèches donc inflammables, et il a mis le feu à l’arbre.

L’enfant a été grièvement brûlé sur tout le corps.
Ses cris ont alerté des voisins qui sont venus le détacher et ont alerté la police.
Le jeune garçon a été conduit à l’hôpital le plus proche mais devra être transféré dans un autre où existe un service pour les brûlés, et son père a été arrêté.
Il est inculpé mais laissé en liberté sous caution.

source : « daniel hamiche » pour « http://www.christianophobie.fr« 

http://resistancerepublicaine.eu  du 30/06/2016

La « Pudeur » Glauque Des Médias !

maurras

Politicarde et Fourbe !

Comment les médias ont voilé l’assassin dans la tuerie d’Orlando !

Chaque époque et chaque culture développe son propre sens de la pudeur et de l’obscénité, lequel peut parfois se crisper dans un « puritanisme » effrayant.
Si pour les maniaques de l’État Islamique, un simple visage de femme dans l’espace public tient à une scandaleuse provocation, les médias français ont eux aussi des pudeurs névrotiques, mais elles sont d’un autre ordre.
C’est au visage de l’ennemi qu’il faut imposer le voile intégral selon nos vierges effarouchées du politiquement correct, et plus cet ennemi provoque, tue, massacre et revendique, plus il faut rajuster les pans de tissu noir, dissimuler à nouveau une mèche de cheveux, resserrer le rectangle afin que ne passe qu’un regard anonyme, quitte à déployer pour cela les plus invraisemblables trésors rhétoriques.
Dès qu’on évoque les attaques islamiques, en France, on n’est plus dans l’information, mais dans un concours de sophistique.
À défaut d’obtenir une perspective éclairante sur les faits, on pourra du moins « saluer » des prouesses de virtuoses.

« Ce nouveau drame
des armes à feu… »

Le 12 juin, dans « Libé », on titre : « L’État islamique revendique la fusillade à Orlando » et on rapporte les éléments cruciaux qui établissent cette réalité avec une redoutable pédagogie.

« Plusieurs heures après l’attentat, celui-ci a été revendiqué par une branche de l’État islamique, alors que plusieurs médias américains (…) avaient auparavant affirmé qu’« Omar Mateen » avait appelé la Police peu avant la fusillade pour prêter allégeance à l’État islamique. »

Avant, après, déclaration du tueur lui-même, confirmée ensuite par le groupe dont il se revendique :
difficile d’être plus clair.

Pourtant, dans le même article, le journaliste de « Libé » croit essentiel de noter une réflexion du père du tueur interviewé précipitamment par une chaîne de télévision juste après les événements, et qui déclare donc que cet acte n’a « rien à voir avec la religion », tout en affirmant par ailleurs : « Nous n’étions au courant de rien. »
S’il n’était au courant de rien, on ne voit pas en quoi il serait fondé à caractériser l’acte en question…
Le témoignage n’a en fait strictement aucune valeur :
On interroge le père parce qu’il faut bien interviewer quelqu’un, il débite mécaniquement le lieu commun obligatoire sur le fait que rien n’a jamais à voir avec la religion, si elle est islamique, que ce qui la magnifie, puis admet que père ou pas, il n’en sait pas davantage que le journaliste.
Cette non-information est donc glissée là, juste après les faits bruts, afin de les couvrir du mantra habituel, comme un martèlement automatique dont on n’interroge pas une seconde la pertinence.
Enfin, le plus extraordinaire demeure la conclusion de l’article :
« Ce nouveau drame des armes à feu… »
Le tout illustré par un tableau sur les dernières fusillades américaines.
Les 50 morts du Pulse d’Orlando auront donc été victimes… des armes à feu !
Il faut en ce cas admettre que les victimes du Bataclan, comme les caricaturistes de « Charlie Hebdo » auront également été victimes d’armes à feu, et nous devons peut-être nous attendre bientôt à de grandes mobilisations contre les armes à feu afin que ces dernières cessent de supprimer le quidam pour un oui ou pour un non, cette manie se faisant pour le moins irritante.
Ce type de papiers devrait être étudié par des psychiatres comme cas d’école, tant ils témoignent d’un trouble cognitif manifeste, tant ils révèlent en leur sein ce moment où l’aiguillon idéologique vient faire dérailler la succession logique du discours.

Une arme ou un bipolaire ?

Selon « L’Express », le lendemain, qui rapporte également les propos du père, on apprend que ce dernier, qui affirme donc que la tuerie n’a « rien à voir avec la religion » :
« affirme de fortes opinions politiques » (savourons l’euphémisme) et qu’il a notamment « manifesté son soutien pour les Talibans. » (lesquels Talibans, habitués à sanctionner les actes de sodomie par des exécutions publiques, auraient, on l’imagine, été offusqués par la tuerie d’Orlando).
Dans le corps de l’article, un témoignage du patron de la police fédérale nous explique d’ »Omar Mateen » avait déjà été interrogé par le FBI parce que soupçonné de liens avec d’éventuels terroristes.
Auparavant, le témoignage de l’ex-femme :
Elle décrit son mari comme musulman pratiquant mais dit qu’elle ne l’aurait pas entendu faire l’apologie du terrorisme.
En revanche, elle affirme que quelques mois après leur mariage, « Mateen » se serait montré « instable, bipolaire ».
Pourquoi ?
Parce qu’il lui arrivait de la battre quand il rentrait et que la lessive n’avait pas été faite.
Bref, il lui arrivait de se comporter comme un certain islam archaïque, précisément, le lui autorisait…
Titre du papier : « Un tueur « instable et bipolaire ? » »
On nous prouve tout le long que le coupable est un islamiste radical engagé tel que lui-même l’a affirmé pour éclairer son acte, mais non, l’angle à adopter pour appréhender les faits serait de garder en tête que le tueur était…. bipolaire.
Ce ne sont plus les armes à feu qui sont coupables, non, ce coup-ci, la responsabilité incombe à la santé mentale.

La Manif pour tous ?

Parmi les plus remarquables contorsionnistes du déni, on trouve « Anthony Bellanger » qui, dans sa chronique du 13 juin dans le 7/9 de « France Inter », réalise un morceau d’anthologie dans la mauvaise foi, la confusion, l’aveuglement idéologique, l’esbroufe rhétorique et la malhonnêteté intellectuelle la plus décomplexée.

Après avoir résumé les faits, le journaliste annonce :

« Tout est en place pour servir l’agenda de ceux qui viendront vous dire :

« Je vous l’avais bien dit ! »

»

On ne voit pas quel est le rapport avec l’agenda des personnes en question, mais on comprend dès cette introduction que le défi que se pose notre acrobate est de tordre les faits de manière à ce qu’ils ne racontent pas ce qu’ils racontent.
Ça a l’air d’un attentat islamiste ?
Trop simple.
Attendez un peu…
D’abord, pourquoi juin ?
Parce que ce serait le mois de toutes les « gay prides » du monde.

On pourrait simplement penser que c’est surtout, cette année, le mois de ramadan et qu’au seuil de ce mois, le 26 mai dernier, le porte-parole de l’État islamique a appelé tous les musulmans du monde à tuer des occidentaux, mais, « Bellanger » a quelque chose de plus futé à nous proposer, en s’intéressant davantage à la nature des victimes qu’à celle du coupable.
« Pas question de le nier »,
admet-il, tout de même, être gay en islam n’est pas exagérément simple, il arrive qu’on en meure pour des raisons juridiques.
« Mais, et c’est très important de le souligner, toutes les religions ont des choses à reprocher à l’homosexualité. »
Certes, mais il y a quand même une nuance entre « reprocher » et « condamner à mort », mais là, subitement, on ne fait plus du tout dans la nuance.
Voilà que l’artiste entre alors en pleine amalgamite aiguë.

« Je ne soulignerai jamais assez comment le débat sur le mariage pour tous en 2012 a réveillé partout dans le pays la bête de l’intolérance et de la violence faite aux gays au nom d’une certaine morale catholique. »

Cap de l’odieux franchi à pleines turbines.
Faire un lien entre les familles cathos de la Manif pour tous en France, et le massacre d’Orlando, en Floride, comme ça, d’une phrase à l’autre, sans le moindre scrupule, c’est possible.
Dans le camp du Bien : tout est permis !

On aimerait pourtant avoir des preuves de ce qui est avancé.
Quelles violences concrètes ont pu subir les homosexuels français durant l’épisode de la Manif pour tous ?
Les Veilleurs ont-ils lynché quelqu’un ?
Personne.
Ah si : un couple homosexuel, en avril 2013, qui a étalé les stigmates de cette violence sur le Net.
Mince, en dépit de l’exploitation idéologique de l’agression, il avait fallu admettre que ses auteurs, « Malik et Taieb », n’étaient pas des Versaillais, et que leur « homophobie » tenait plus à leur fond culturel musulman qu’à leurs liens avec « Frigide Barjot ».
Il aurait fallu, pour poursuivre ce genre de parallèles odieux, que le double meurtre de policiers, le lendemain, dans les Yvelines, par un autre « déséquilibré », « Larossi Abballa », soit également relié par ‘Bellanger’ à la haine anti-flics telle qu’elle est objectivement entretenue depuis deux mois par les militants à temps plein de « Nuit debout », qui scandent bien, quant à eux : « Tout le monde déteste la police ! », alors qu’on n’entendit jamais, lors des « Manifs pour tous », des slogans tels que : « Tout le monde déteste la jaquette ! »

La haine anti-minorité ?

Quelle leçon faut-il retenir de ce massacre ?

« La leçon ultime, c’est que les gays sont une minorité parmi d’autres visées par la violence, la haine et le meurtre. »
(« la méchanceté, le lynchage et l’humiliation », aurait pu continuer d’égrainer le chroniqueur redondant)
.

Et voilà « Bellanger » alignant alors une suite de minorités :
chrétiens en pays musulmans, chiites en pays sunnites, Noirs aux Etats-Unis…
« C’est le fait minoritaire qui est systématiquement visé. »
Notre prestidigitateur ne le formule pas directement, mais il vient pourtant d’accomplir un miracle :
les musulmans en France sont minoritaires,(?)
il faut donc retenir de la tuerie d’Orlando qu’il est urgent de protéger les… musulmans ! « Admirons » l’audace !
On remarquera tout de même que la démonstration est fondée sur une prémisse franchement discutable :
les minorités seraient toujours menacées par la majorité.
Est-ce si vrai ?
- Pourtant, la révolution communiste fut essentiellement le fait d’une minorité radicale ayant tenu sous son joug un pays immense durant 70 ans.
- L’épisode de la Terreur, en 1793, fut bien le fait d’une minorité livrant à sa démence la majorité de la population.
- La minorité croate en Yougoslavie, durant la Seconde Guerre Mondiale, leva des « Oustachis » génocidaires contre la majorité serbe avec l’appui de l’envahisseur allemand.

En somme, il existe des minorités dangereuses pour la majorité, comme des minorités menacées par la majorité. Et puis, il y a des minorités décroissantes et issues d’une ancienne majorité, comme les Chrétiens en terre d’islam, et puis des minorités nouvelles venues dans une dynamique conquérante, comme la minorité musulmane en Europe.
Peut-on mettre toutes ces « minorités » sur le même plan ?
Non, mais un concept flou, où l’on peut faire rentrer n’importe quoi, permet une espèce d’effet levier propre à renverser la conclusion logique d’une démonstration.

Natures des victimes ou
nature des bourreaux

Ces quelques exemples extraits des médias dominants ne sont qu’un florilège, mais un florilège qui résume parfaitement la posture générale.
- Lors des événements de Cologne, au dernier jour de l’an, après le déni, les médias avaient, on s’en souvient, incriminé l’antiféminisme.
- On nous a parlé, après Orlando, d’homophobie.
- Après Charlie : de haine de la liberté d’expression.
- L’hypercasher traduisait le regain d’antisémitisme.
- On n’osa, le 13 novembre dernier, arguer de la « terrassophobie », de la haine du football ou des préjugés anti-rock.
- De la haine des flics, aujourd’hui
- Du mépris de l’armée, hier.

C’eut été, pourtant, continuer d’utiliser la même grille de lecture de manière cohérente, grille de lecture qui consiste, pour mieux voiler l’agresseur, à focaliser sur ses cibles et à réinterpréter l’acte non en fonction de celui qui le commet mais en fonction de celui qui le subit.
Ce qui permet de biaiser à chaque fois, de morceler la cohérence du réel afin de le flouter.

Qu’aurait-on compris au nazisme si, afin de ne pas susciter de la germanophobie,
on s’était contenté de dénoncer l’antisémitisme de manière générale,
- l’anticommunisme de manière générale,
- le mépris des slaves de manière générale,
- les attaques à la liberté d’expression de manière générale,
- l’handicapohobie,
- la gitanophobie,
- la haine du métissage de manière générale,
sans jamais identifier la cohérence du programme et la logique de ses promoteurs ?
Rien.
Alors comment aurait-on pu le combattre ?
Et avec lui ses expressions mortifères ?
Parce que les nouvelles menaces battent en brèche le projet multiculturel soutenu par le pouvoir idéologique en place, celui-ci nous livre à un ennemi dont il s’acharne lui-même à confectionner le camouflage.

Notre ennemi a un nom : l’islamisme !

Il a un programme : l’instauration de la Sharia !

Il attaque en premier lieu ce qui déroge à cette loi :
- mode de vie occidental,
- liberté féminine,
- liberté d’expression,
- homosexualité,
- musique,
- cafés…
- et ceux qui incarnent son ennemi :
Juifs, militaires et policiers français.

Il a une stratégie claire et efficace parfaitement décrite par « Montbrial » dans « Le Figaro » par exemple, lequel n’est pas un garde-chiourme du politiquement correct mais un spécialiste des questions du terrorisme, qui tente d’observer les faits davantage que la doxa.
Or, par leur « enfumage systématique », les médias dominants se font moralement complices de l’État islamique et des meurtres que ses affiliés multiplient.

http://www.ojim.fr   du 20/06/2016

Connaissez-vous Ismael et Israel ?

Cochon21

On n’est pas des crasseux…on ne mange pas de cochon !

 

Les curieux dérapages antisémites de l’extrême-gauche antiraciste et le silence des médias…

Les faits ne sont pas nouveaux mais semblent se multiplier, le dernier en date a eu lieu lors d’une manifestation organisée par « SOS Racisme » à Béziers et encadrée par le service d’ordre de la « CGT », pour s’opposer aux Rendez-Vous de Béziers organisés par le maire de la ville « Robert Ménard ».

Sous couvert d’« antiraciste », cette manifestation réunissait des adeptes de la quenelle ou encore un membre du service d’ordre de la « CGT » pour qui «  un bon juif est un juif mort » selon un communiqué du « CRIF » ou encore une certaine militante « antiraciste » adepte de la quenelle bien connue pour son soutien aux manifestations pro-palestiniennes.

L’information a été découverte par le site de ré-information « Fdesouche » mais n’a été reprise par aucun média, hormis le « CRIF » dans son communiqué.

On se souvient aussi de l’affaire de la profanation du cimetière juif de Sarre-Union très vite étouffée dès lors que les suspects et leurs accointances avec l’extrême-gauche furent dénoncés dans un article du « Monde », mais aussi de l’agression de deux hommes de confession juive par des colleurs d’affiche du « NPA » un certain 1er mai 2015 qui avait donné lieu à un assourdissant silence dans les médias…

Manuel Valls a dénoncé il y a quelques jours un certain islamo-gauchisme en visant tout particulièrement « Clémentine Autain », conseillère régionale d’Ile-de-France du Front de Gauche, pour ses connivences avec le parti des indigènes de la République et l’islam radical.
Celle-ci avait menacé de porter plainte contre Manuel Valls mais n’en a rien fait…

Cet antisémitisme s’était déjà tristement manifesté lors des nombreuses manifestations pour Gaza en 2014 sous fond d’ultra-violence et de slogans de haine anti-juif à Paris et dans certaines villes de la banlieue nord de Paris, dans lesquelles participaient de nombreux élus de gauche et d’extrême-gauche…

http://www.ojim.fr  du 13/06/2016

 

Société Générale Aux Ordres Des USA !

 Nobel

Ce sont des caniches !

La Société Générale ferme les comptes de diplomates russes à Paris !

Plusieurs diplomates russes en poste à Paris, y compris des membres de la délégation auprès de l’UNESCO se voient fermer leurs comptes à la banque Société Générale.
Et ce malgré le fait que l’Assemblée nationale et les sénateurs français se prononcent en faveur de la levée des sanctions contre la Russie.
La banque française Société Générale ferme les comptes de diplomates russes à Paris « sans aucune explication », a annoncé à « Rossiya Segodnya » une source diplomatique.

« Alors que les députés de l’Assemblée nationale et les sénateurs français se prononcent en faveur de la levée des sanctions antirusses, la banque française « Société Générale », évidemment de peur de mesures de rétorsion américaines, ferme les comptes de diplomates russes »,

a indiqué l’interlocuteur de l’agence.

Selon lui, ces mesures concernent notamment les diplomates en poste à la Délégation permanente de la Fédération de Russie auprès de l’Unesco.

« On ne sait pas à quoi s’attendre de la part de cette banque »,

a indiqué la source.

En juin 2015, les missions diplomatiques et plusieurs sociétés russes ont déjà eu des problèmes avec des banques françaises.
Les comptes russes de la banque VTB France ont été gelés suite à la décision prise par la Cour permanente d’arbitrage de la Haye le 18 juillet 2014 dans le cadre d’un procès intenté par les ex-actionnaires du pétrolier russe « Ioukos ».
En 2014, cette juridiction arbitrale avait sommé l’Etat russe de verser plus de 50 milliards de dollars (37 milliards d’euros) aux actionnaires du groupe « Ioukos », fondé par « Mikhaïl Khodorkovski ».

Les comptes ont plus tard été débloqués sur décision du tribunal du district de La Haye (Rechtbank Den Haag).
Le tribunal a rejeté le 20 avril 2016 le jugement de la Cour permanente d’arbitrage qu’il a qualifié d’incompétente.

En juin 2015, les avoirs de la représentation française de l’agence « Rossiya Segodnya » ont été gelés à la demande de « Hulley Enterprises Limited ».
Le 12 avril 2016, le tribunal de grande instance de Paris a, par jugement, donné mainlevée des comptes de l’agence de presse russe « Rossiya Segodnya » bloqués par la compagnie « Hulley Enterprises Limited » et a refusé à cette dernière sa demande de dommages et intérêts.

source : https://fr.sputniknews.com/international

http://www.citoyens-et-francais.fr  du 11/06/2016

Jean Reno Dit Ce Que Bon Nombre Pense

Campanile italien

 

L’acteur français, né en Espagne, a livré une interview dans laquelle il critique l’intégration des musulmans dans l’Hexagone !

L’acteur français d’origine espagnole « Jean Reno » est revenu sur son intégration en France.

« Jean Reno » s’exprime peu dans les médias.
Cette fois, l’acteur français, né à Casablanca et dont les parents sont originaires d’Andalousie, a choisi le quotidien ibérique « El Mundo », pour livrer quelques unes de ses vérités sur notre pays.
Publié jeudi, cet entretien portait sur les doubles origines de l’acteur de 66 ans, qui vit dorénavant à New York.
La conversation a naturellement dérivé sur la situation des musulmans en France.

« Ceux qui se sont intégrés
sont les non-musulmans »

Lorsque le journaliste d’« El Mundo » lui demande d’exercer une comparaison entre l’installation de la famille de l’acteur en France, dans les années 1960, et celle de ceux qui arrivent maintenant, l’acteur est catégorique.

« Si vous regardez les gens qui arrivent en Europe, vous réalisez que ceux qui se sont intégrés sont les non-musulmans.
Ceux qui vivent avec des lois religieuses peuvent s’intégrer.
Mais ceux qui décident de rester dans une culture basée sur la religion auront des problèmes dans les écoles et dans les autres institutions de la République. »

Interrogé sur la « radicalisation religieuse » des milliers de jeunes, dans leur propre pays, « Jean Reno » dit « être dans l’incapacité de comprendre ».

« Je ne suis pas
totalement Français »

Il est aussi revenu sur son intégration à lui, en tant que Français, originaire d’Espagne.

« J’avais l’habitude de me considérer perpétuellement comme un immigré, affirme à ce sujet l’acteur qui a notamment joué dans « Les Visiteurs », « Léon » ou encore « Le Grand Bleu ».
Mais, depuis que j’ai rencontré ma dernière femme et que nous nous sommes installés à New York, la situation a changé.
Là-bas, tout le monde est un immigré.

Depuis, je me sens moins immigré aux Etats-Unis qu’en France. »

Jean Reno dit ne pas se sentir à l’aise dans l’Hexagone.

« Je ne dispose pas du type de personnalité qui peut être apprécié en France »,

affirme-t-il.

« Cela veut dire que je ne suis pas totalement Français.
Je ne m’appelle pas « Gérard Depardieu », et ça ne veut pas dire que je n’aime par « Gérard ».
C’est un ami à moi et il fait ce qu’il veut, y compris quand il va s’installer en Russie.
En France, on m’a donné des récompenses, on me respecte et je respecte moi-même ce pays, mais au fond de moi-même, je suis espagnol, Andalou même. »

http://une.lexpress.fr/jean-reno-critique-l-integration-des-musulmans-en-france-24597  du 07/06/2016

Bien sur, un démenti a été publié…mais les écrits restent et ont donné une multitude d’échos chez ceux qui ont lu cet article !
Pourquoi, en 2016, continue-t-on à nous rebattre les oreilles d’une intégration plus que ratée ?
Parce que c’est une invasion, un remplacement total !
Le peuple Français ne veut pas de ça.
Chaque Français se sent toujours plus proche de sa région dans le grand hexagone, nous ne sommes pas tous des enfants d’immigrés, notre culture est Française, à tout le moins Européenne et Chrétienne !
Je ne suis pas politiquement correcte mais j’aime mon pays et je suis Patriote, non mondialiste !

Les Expatriés Russes Parlent !

russie

Pas de guerre mondiale !

Nous, soussignés, sommes des Russes qui vivons et travaillons aux États-Unis.
Nous avons suivi avec une inquiétude croissante les politiques actuelles des États-Unis et de l’OTAN qui nous ont placés sur une trajectoire de collision extrêmement dangereuse avec la Fédération de Russie, ainsi qu’avec la Chine.
Beaucoup d’Américains patriotes respectés, tels que « Paul Craig Roberts »« Stephen Cohen »« Philip Giraldi »« Ray McGovern » et beaucoup d’autres ont fait part de leur crainte d’une troisième guerre mondiale.
Mais leurs voix ont été totalement étouffées par le vacarme des médias de masse qui sont pleins d’histoires trompeuses et inexactes sur l’économie russe « qui est en ruines » et sur l’armée russe « qui est faible » – tout ceci sans aucune preuve.
Mais nous, qui connaissons à la fois l’histoire russe et l’état actuel de la société russe et de l’armée russe, ne pouvons pas avaler ces mensonges.
Et nous ressentons très fort, maintenant, le devoir, en tant que Russes vivant aux États-Unis, d’avertir le peuple américain qu’on lui ment, et de lui dire la vérité.
La vérité est tout simplement ceci :

S’il y a une guerre avec la Russie, les États-Unis sont sûrs d’être détruits, et la plupart d’entre nous y perdrons la vie.

Prenons un peu de recul et plaçons ce qui se passe dans un contexte historique.
La Russie a énormément souffert aux mains d’envahisseurs étrangers et perdu 22 millions de personnes dans la Seconde Guerre Mondiale.
La plupart des morts étaient des civils, parce que le pays a été envahi, et les Russes ont juré de ne jamais laisser une telle catastrophe se reproduire.
Chaque fois que la Russie a été envahie, elle en est sortie victorieuse.
En 1812, Napoléon a envahi la Russie…en 1814 la cavalerie russe entrait dans Paris.
Le 22 Juillet 1941, la Luftwaffe de Hitler a bombardé Kiev…le 8 mai 1945, les troupes soviétiques roulaient dans Berlin.

Mais, depuis, certaines  choses ont changé.
Si Hitler attaquait aujourd’hui la Russie, il mourrait 20 à 30 minutes plus tard, son bunker réduit en cendres par un missile de croisière supersonique « Kalibr » lancé d’un petit navire de la marine russe, quelque part dans la mer Baltique.
Les capacités opérationnelles de la nouvelle armée russe ont été démontrées de façon éclatante lors des actions récentes contre « ISIS », « Al Nusra » et autres groupes terroristes financés par l’étranger, qui opèrent en Syrie.
Autrefois, la Russie devait répondre aux provocations en livrant les batailles terrestres sur son propre territoire, puis en lançant une contre-invasion… mais aujourd’hui ce n’est plus nécessaire.
Les nouvelles armes de la Russie rendent ses représailles immédiates, indétectables, imparables et parfaitement mortelles.

Ainsi donc, si demain une guerre devait éclater entre les États-Unis et la Russie, il est garanti que les États-Unis seraient effacés de la carte.
Au minimum, il n’y aurait plus de réseaux électriques, plus d’internet, plus de pipelines de pétrole et de gaz, plus d’autoroutes, plus de transport aérien ou de navigation par GPS.
Les centres financiers se retrouveraient en ruines.
Le gouvernement, à tous les niveaux, cesserait de fonctionner.
Les forces armées américaines stationnées tout autour du globe ne seraient plus réapprovisionnées.
Au pire, l’ensemble du territoire des États-Unis serait recouvert d’une couche de cendres radioactives.
Nous vous disons ceci non pas pour jouer les alarmistes, mais parce que, nous fondant sur tout ce que nous savons, nous sommes nous-mêmes alarmés.
En cas d’attaque, la Russie ne reculera pas… elle répliquera, et elle anéantira complètement les États-Unis. Elle en a les moyens.

Le leadership américain a tout fait pour amener la situation au bord de la catastrophe.
Tout d’abord, ses politiques obstinément anti-russes ont fini par convaincre les dirigeants russes qu’il est futile de faire des concessions ou de vouloir à tout prix négocier avec l’Occident.
Il est devenu évident que l’Occident soutiendra toujours tout individu, mouvement ou gouvernement qui sera anti-russe, que ce soient des oligarques russes fraudeurs du fisc, des Ukrainiens reconnus coupables de crimes de guerre, des terroristes wahhabites soutenus par les Saoudiens en Tchétchénie ou des punks profanateurs de cathédrale à Moscou.
Maintenant que l’OTAN, en violation de ses promesses antérieures, s’est étendu jusqu’à la frontière russe, avec des forces américaines déployées dans les États baltes mettant à portée d’artillerie Saint-Pétersbourg la deuxième plus grande ville de Russie, les Russes n’ont plus de place laissée à la retraite. Ils ne vont pas attaquer ni, non plus, reculer ou se rendre.
La direction russe bénéficie à plus de 80% du soutien populaire… les 20% restants semblent penser qu’elle s’oppose trop mollement à l’empiètement occidental.
Mais la Russie ripostera, et une provocation ou une simple erreur pourrait déclencher une séquence d’événements qui aurait pour résultat des millions d’Américains morts et les États-Unis en ruines.

Contrairement à de nombreux Américains, qui voient la guerre comme une aventure étrangère, victorieuse et passionnante, les Russes connaissent, donc détestent et craignent la guerre.
Mais ils y sont prêts aussi, et ils s’y préparent même, à toutes fins utiles, depuis plusieurs années.
Leurs préparatifs ont été des plus efficaces.
Contrairement aux États-Unis, qui dilapident un nombre inconnu de milliards sur des programmes d’armes douteux et hors de prix tels que l’avion de combat interarmées F-35, les Russes sont extrêmement avares de leurs roubles de défense, faisant jusqu’à 10 fois mieux par dollar que l’industrie de défense des États-Unis.
Il est vrai que l’économie russe a souffert de la baisse programmée du prix de l’énergie, mais elle est très loin d’être en ruines, et un retour à la croissance est attendu dès l’année prochaine.
Le sénateur « John McCain » a un jour qualifié la Russie de « station de gaz se faisant passer pour un pays».
Eh bien, il a menti.
Oui, la Russie est le plus grand producteur de pétrole du monde et le deuxième plus grand exportateur de pétrole, mais c’est aussi le plus grand exportateur mondial de céréales et de technologie de l’énergie nucléaire.
C’est une société aussi avancée et sophistiquée que celle des États-Unis.
Les forces armées russes, à la fois classiques et nucléaires, sont maintenant prêtes à se battre, et elles sont plus qu’un « challenger » pour les États-Unis et l’OTAN, en particulier si une guerre éclate n’importe où au voisinage de la frontière russe.

Mais un tel combat serait suicidaire pour toutes les parties.
Or, nous croyons sérieusement qu’une guerre conventionnelle en Europe court grand risque de devenir très rapidement nucléaire, et que toute frappe nucléaire « US/OTAN » sur les forces ou le territoire russe déclenchera automatiquement une frappe nucléaire russe de rétorsion, non seulement sur l’Europe mais sur le continent américain.
Contrairement aux déclarations irresponsables faites par certains propagandistes US, les systèmes de missiles antibalistiques américains sont incapables de protéger le peuple américain d’une frappe nucléaire russe.
La Russie a les moyens de frapper des cibles aux États-Unis avec des armes nucléaires à longue portée aussi bien qu’avec des armes conventionnelles.

La seule raison pour laquelle les États-Unis et la Russie se sont retrouvés sur une trajectoire de collision, au lieu de désamorcer de concert les tensions éventuelles et de coopérer sur un large éventail de problèmes internationaux, vient du refus obstiné des dirigeants US d’accepter la Russie comme un partenaire égal : Washington veut mordicus être le « leader mondial » et la « nation indispensable », alors même que son influence n’en finit pas de décliner, dans le sillage d’une chaîne de désastres politiques et militaires tels que l’Irak, l’Afghanistan, la Libye, la Syrie, le Yémen et l’Ukraine.
Un leadership américain absolu est une chose que ni la Russie, ni la Chine, ni la plupart des autres pays ne sont prêts à accepter.
Cette perte graduelle mais visible de pouvoir et d’influence a rendu la direction des États-Unis hystérique, et de là aux aventures suicidaires, il n’y a qu’un pas.
Les dirigeants politiques de l’Amérique doivent être placés sous surveillance médicale pour tendance pathologique au suicide.

Avant tout, nous appelons d’abord les commandants des forces armées américaines à suivre l’exemple de l’amiral « William Fallon », qui, lorsqu’on l’a pressenti pour faire une guerre à l’Iran, aurait répondu « pas sur mon temps de travail ».
Nous savons que vous n’êtes pas suicidaires, et que vous ne voulez pas mourir pour cause d’hybris impériale inconsidérée.
Si possible, dites, s’il vous plaît, à vos employés, à vos collègues et surtout, à vos supérieurs civils que la guerre avec la Russie ne se fera pas sur votre temps de travail.
À tout le moins, prenez cet engagement envers vous-mêmes et, si jamais le jour venait où cet ordre suicidaire vous était donné, refusez tout simplement de l’exécuter parce qu’il ferait de vous des criminels.
Rappelez-vous que, selon le Tribunal de Nuremberg, « lancer une guerre d’agression … est non seulement un crime international; c’est le crime international suprême, ne différant des autres crimes de guerre que parce qu’il contient en lui-même le mal accumulé de tous les autres ».
Depuis Nuremberg, « Je n’ai fait qu’obéir aux ordres » n’est plus un moyen de défense valable.
S’il vous plaît ne soyez pas des criminels de guerre.

Nous faisons également appel au peuple américain pour qu’il s’oppose pacifiquement mais avec force à tout politicien ou parti qui provoque la Russie de façon irresponsable et autorise ou encourage une politique de confrontation inutile avec une superpuissance capable de détruire les États-Unis en un peu moins d’une heure. Parlez, brisez la barrière de la propagande massive des médias, et rendez vos compatriotes américains conscients de l’immense danger d’une confrontation entre la Russie et leur pays.

Il n’y a aucune raison objective pour que les États-Unis et la Russie soient des adversaires.
La confrontation actuelle est entièrement le résultat des vues extrémistes du mouvement néo-conservateur, dont les membres ont infiltré le gouvernement fédéral américain, et qui considèrent tout pays qui refuse d’obéir à leurs diktats comme un ennemi à broyer.
Par leurs efforts inlassables, plus d’un million de personnes innocentes ont déjà péri dans l’ex-Yougoslavie, en Afghanistan, en Irak, en Libye, en Syrie, au Pakistan, en Ukraine, au Yémen, en Somalie et dans de nombreux autres pays, tout cela à cause de leur insistance maniaque pour que les États-Unis soient un empire mondial, pas un pays normal comme les autres, et pour que chaque dirigeant de n’importe où se prosterne devant eux ou soit renversé.
En Russie, la force apparemment irrésistible qu’est le mouvement néo-conservateur a finalement buté sur un os. Il faut qu’il soit contraint de reculer avant de nous avoir détruits tous.

Nous sommes absolument et catégoriquement certains que la Russie n’attaquera jamais les États-Unis, ni aucun État membre de l’UE, que la Russie n’est pas du tout intéressée à recréer l’URSS, et qu’il n’y a pas de « menace russe » ou « d’agression russe » en dehors des fantasmes néo-conservateurs.
La majeure partie de la récente réussite économique russe est due à l’abandon des anciennes dépendances soviétiques.
Elle lui a permis de poursuivre une politique de « Russie d’abord ».
Mais nous sommes tout aussi certains que si la Russie est attaquée, ou simplement menacée d’attaque, elle ne reculera pas, et que les dirigeants russes ne faibliront pas.
Avec une grande tristesse et le coeur lourd mais sans hésiter, ils feront le devoir auquel ils se sont engagés par serment et lâcheront un barrage nucléaire dont les États-Unis ne se remettront jamais.
Même si l’ensemble de la direction russe doit être tuée dans une première frappe US, le système « Dead Hand » (« Périmètre ») lancera automatiquement assez de bombes nucléaires pour effacer les États-Unis de la carte géopolitique.
Nous estimons qu’il est de notre devoir de faire tout notre possible pour éviter une telle catastrophe.

Eugenia V Gurevich, PhD
http://thesaker.ru/

Dmitri Orlov
http://cluborlov.blogspot.com/

The Saker (A. Raevsky)
http://thesaker.is/

Traduit par le Saker Francophone – Revu par c.l. pour Les Grosses Orchades

Source : http://thesaker.is/a-russian-warning/

via: http://lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.skynetblogs.be/archive/2016/06/01/s-o-s-8614011.html

La Culture Du Viol Nous Est Cachée !

francedesinfo-300x300 (1)

La France ne dit rien !

Et une Allemande violée par l’Afghan qu’elle hébergeait,une !

Un Afghan de 26 ans vient d’être condamné à deux ans et demi de prison ferme par le Tribunal correctionnel de Cologne pour avoir sexuellement abusé pendant son sommeil d’une jeune Allemande de vingt ans qui l’avait pourtant hébergé…

Cet homme originaire d’Afghanistan, qui avait fui son pays d’origine il y a deux ans pour venir trouver asile en Allemagne, avait réussi à trouver un hébergement gratuit chez une jeune Allemande de 20 ans via les réseaux sociaux et surtout le site internet « Refugees Welcome« .

Le 25 octobre dernier, l’individu s’est introduit à tâtons pendant la nuit dans la chambre de sa victime pour en abuser sexuellement alors qu’elle dormait.
La jeune fille s’est néanmoins défendu et a réussi à se réfugier dans la chambre de son frère qui habitait le même appartement qu’elle.

Il y avait déjà eu une première tentative d’approche dans la chambre de la jeune fille quelques heures avant le viol ce qu’a vigoureusement contesté l’avocat de l’agresseur. « Mon client rejette toutes les accusations en bloc » a-t-il dit.

La Cour a qualifié le crime de particulièrement odieux, dans la mesure où le demandeur d’asile a abusé d’une jeune fille qui elle même vient en aide aux plus démunis.

source : http://www.rundschau-online.de

Tommy Fransen

Note de Christine Tasin

Personne, naturellement, n’est à l’abri en France.
Qu’on se souvienne de  « Jésuites » « Réfugiés Services » (« JRS ») auquel nous avions consacré un article l’automne dernier.
Je serais curieuse de savoir si c’est toujours l’extase à l’idée d’accueillir un soi-disant réfugié chez soi….

http://resistancerepublicaine.eu  du 29/05/2016

Après Le « TTIP » Voici Le « TiSA » !

avaler-n-importe-quoi-225x300 (1)

Encore une couche !

Le site « Wikileaks » a publié mercredi un nouveau lot de documents confidentiels concernant les négociations sur l’Accord sur le Commerce des Services (« TiSA »).

Le traité « TiSA » vise à libéraliser le commerce des services entre les Etats-Unis, l’Union européenne et d’autres pays.
Ces parties représentent environ trois quarts des services mondiaux.

La nouvelle version du traité est complétée par une annexe, « précédemment inconnue » au chapitre de base du traité et qui concerne les entreprises d’Etat (SOE).
Cette annexe vise à obliger les entreprises publiques à agir comme des entreprises privées, ce qui peut être considéré comme une étape de leur privatisation, selon « Wikileaks ».

D’autres documents divulgués concernent les amendements à d’autres chapitres du traité, y compris ceux sur la réglementation intérieure, la transparence, les finances, les télécommunications et les services professionnels, le commerce électronique et le mouvement des personnes physiques.

Selon le site, les chapitres sur la réglementation et la transparence nationales mettent en lumière de nouvelles tentatives des sociétés internationales de déréglementer les marchés intérieurs.

23 Etats participent aux négociations sur ce traité qui se sont ouvertes en 2013.

Au total rien moins que 16 séries de négociations se sont tenues sur les trois dernières années.
Le projet de traité est protégé par copyright suite au dépôt des droits par les Etats-Unis, ce qui interdit sa diffusion ou sa publication partielle comme intégrale.
En ce qui concerne la date butoir, elle n’est pas précisée, selon la Commission européenne.

« Wikileaks » est une organisation non-gouvernementale fondée par Julian Assange en 2006 et dont l’objectif est de publier des documents ainsi que des analyses politiques et sociales à l’échelle internationale.

source : https://fr.sputniknews.com/international

http://www.wikistrike.com  du 25/05/2016

Nous sommes en France et, à défaut de parler en sigles comme le veut la mode « ricaine », essayons de comprendrece que veulent dire ces sigles :
« TiSA » signifirait, en américain donc, »Trade in Services Agreement », ou « Accord sur le commerce des services » en français.
Vous pouvez en savoir plus sur http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/07/09/tisa-les-trois-dangers-du-nouvel-accord-mondial-de-liberalisation_4452743_4355770.html#P1zwVYyPI9c0Djp5.99.
Bien sur, il s’agit toujours de services financiers !
Nos médias nous bassinent avec la révolte qui gronde mais omettent bien de nous en parler.

La « Fachosphère », C’est Un Délit ?

responsable (1)

 Nous sommes en France !

Le « Monde » reproche à « Riposte Laïque » d’avoir quitté la France !

Au début de la création de « Riposte Laïque », il arrivait aux animateurs de ce site d’être – parfois – invités sur les plateaux de télévision, ou bien, plus souvent, sollicités par un journaliste au téléphone.
L’intention n’était pas toujours bienveillante, mais au moins on parlait de nous. Depuis les années 2011-2012, il a été décidé que le silence était préférable à la publicité négative.

Donc, quand « Résistance républicaine » organise la première marche, dans Paris, contre « le fascisme islamique », le 10 novembre 2012, pas un mot, seul un média américain relaie l’information.
Pas un coup de téléphone quand « Merah » tue, quand les drames de Charlie et le Bataclan montrent que les analyses de « Riposte Laïque » étaient justes.
Les consignes paraissent claires :
Surtout ne pas faire de publicité à notre site, ne pas permettre à nos animateurs de défendre leurs thèses, et laisser les « Pas d’amalgames » monopoliser les médias.

Parfois, très rarement, l’AFP se permet parfois une dépêche d’agence, par exemple si « Fabien Engelmann » publie un livre édité par RL.
Systématiquement, notre nom est accolé au terme « extrême droite » et au mot « fachosphère ».
Et le journaliste de l’AFP, repris par un copié-collé de dizaines de collègues, se sent obligé de préciser que « Pierre Cassen » et « Pascal Hilout » ont été condamnés pour incitation à la haine raciale, rien de moins.

Bref, entre le mot infamant « extrême droite », le terme « condamné » et la classification « haine raciale », tout est fait pour nous faire passer pour des gens infréquentables et sulfureux.

Nous avions également été sollicités, il y a un an, par une élève journaliste, « Pauline Verduzier », qui, dans le « JDD », avait fait un portrait à charge particulièrement crapuleux contre nous… et n’avait pas été déçue de la réplique, bien sûr !

Le jour où notre regretté avocat « Joseph Scipilliti » a tiré sur le bâtonnier de Melun, et mis fin à ses jours ensuite, par contre, là, ils ont retrouvé notre numéro de téléphone, à « Christine Tasin » et à moi.
Nous avons eu en une journée davantage de sollicitations qu’un cinq années réunies.
Bien évidemment, certains essayaient de nous faire condamner l’acte de notre ami, ce que nous nous sommes refusés à faire.
Mais associer « Riposte Laïque » à une tentative de meurtre, quelle aubaine !

Dans ce contexte, j’ai donc appris, dans la journée de jeudi, par un courriel de « Khadija » et un coup de téléphone de « Christine », qu’ »Olivier Faye », « journaliste au service politique, en charge de l’extrême droite » au « Monde » serait en train de faire un article sur « Riposte Laïque », et serait intrigué par le fait que nous soyons hébergés hors de France.

Nous nous doutions évidemment que le journal de « Bergé-Niel-Pigasse », s’il s’intéressait à notre site, ne le faisait pas pour nos beaux yeux, mais pour tenter de nous discréditer, voire de nous calomnier.
Néanmoins, notre ligne de conduite a toujours été de ne pas refuser les sollicitations médiatiques, et de répondre, ensuite, à l’article, ou à l’interview télévisée dans nos colonnes.

A chaque fois, nous remarquons l’incroyable différence entre les journalistes étrangers qui s’intéressent à nous, et sont respectueux, et ne s’intéressent qu’aux faits, et leurs collègues français, qui, systématiquement, multiplient amalgames et commentaires malveillants pour mieux nous discréditer.
Et à chaque fois, nous faisons, sur « Riposte Laïque », les mises au point nécessaires.

Nous n’allons pas déroger à la règle et allons donc, ci-dessous, répondre aux nombreuses malveillances, sournoiseries et inexactitudes comprises dans cet article d’ »Olivier Faye », en les commentant, en rouge, ci-dessous, entre les paragraphes.

Pierre Cassen

§§§§§§

 

LeMondeRL

§§§§§§

Le choix de la photo est déjà curieux. Christine Tasin n’est pas membre de la rédaction de Riposte Laïque, même si elle y publie fréquemment des articles, mais présidente de Résistance républicaine. Cela commence mal

Les militants d’extrême droite aiment se définir comme « enracinés » : dans une culture, une histoire, un territoire…
Mais il leur arrive parfois de prendre quelques libertés avec cet attachement revendiqué.
Depuis plusieurs années, certains sites Internet de la « fachosphère » – cette nébuleuse très active de sites, blogs et forums, qui s’évertue à prêcher la parole « patriote » sur la Toile – sont hébergés à l’étranger, dans le but à peine voilé d’échapper à la justice française.

Donc, selon Olivier Faye, le fait de prêcher la parole patriote sur la Toile doit vous faire classer dans la fachosphère, rien de moins.
On peut comprendre que travaillant au service politique « extrême droite », il défende son fond de commerce, en y classant quiconque ose défendre la France.
Il est même payé pour cela :
diaboliser ceux qui, souverainistes, refusent la mondialisation libérale et son pendant, l’immigrationnisme au service de l’islam.

Ensuite, cette introduction est parfaitement malhonnête, et représente une totale inversion des faits. Un lecteur mal informé comprendra que nous avons fait délibérément le choix de fuir la France pour échapper à nos devoirs de citoyens, qui avons, comme chacun, des comptes à rendre à la justice française.
Il ignorera les persécutions que font subir à nos sites les associations dites antiracistes, qui, s’appuyant sur des lois uniques au monde, criminalisent le débat démocratique.
Il ne saura rien du véritable procès en sorcellerie intenté par ces maîtres-censeurs, et des groupes musulmans, contre « Pascal Hilout » et moi, et l’ampleur d’une condamnation inique à notre encontre. 

Enfin, « Le Monde », est connu comme le journal de la bien-pensance et de l’idéologie dominante, qui soutient la concurrence libre et non faussée, doctrine de l’Union européenne, contre le repli nationaliste frileux.
A ce titre, il ne trouve rien à redire aux nombreuses délocalisations qui touchent nos entreprises, pas davantage à l’exil fiscal de nombre de privilégiés.
Mais que « Riposte Laïque » quitte la France pour aller en Suisse,  nous voilà passibles du poteau d’exécution… 

Le journaliste « Nicolas Hénin », otage en Syrie entre 2013 et 2014, connu pour son travail sur le « djihadisme », l’a découvert à ses dépens.
En février, il a porté plainte pour diffamation contre le site de l’association islamophobe « Riposte laïque » et l’un de ses contributeurs, coupable, selon lui, d’un « article ordurier » à son encontre.

« C’est un ancien médecin, qui met en avant cette qualité pour poser un quasi-diagnostic sur moi et dire que je suis soumis à l’islam.
C’est une attaque insupportable »
,

reproche Monsieur « Hénin ».

Première nouvelle, nous ignorions cette plainte.
Une de plus, donc.
Mais pour que les lecteurs aient tous les éléments, voilà l’article incriminé.
Nous avons beau regarder, nous ne voyons rien « d’ordurier » dans les écrits de « Thierry Michaud-Nérard ».
Il est même plutôt surprenant que « Nicolas Hénin » puisse considérer qu’affirmer qu’il est soumis à l’islam (ce qui est une évidence) serait une attaque insupportable.
Qu’en pensent les croyants musulmans qui affichent ouvertement leur soumission à ce dogme, et en sont fiers ? 

(http://ripostelaique.com/nicolas-henin-victime-de-lideologie-islamiste-syndrome-de-stockholm.html)

Seul hic :
à l’heure de porter plainte, le journaliste et son avocate ont peiné à trouver le nom du directeur de la publication – légalement responsable en droit de la presse – et ont réalisé que le « journal » était placé sous la coupe de l’association « Riposte laïque Suisse ».
Seul le nom d’une « responsable du site » est indiqué clairement, celui d’une Marocaine domiciliée… en Thaïlande.
De quoi compliquer le travail de la justice.
Sollicitée, la « responsable » n’a pas répondu au « Monde » pour cause de « déménagement ».
A Bangkok ou ailleurs, cela n’est pas précisé, mais le voyage continue.

Le nom du responsable du site est parfaitement en évidence, de manière légale, sur la page d’accueil, nous ne voyons pas pourquoi ils auraient « peiné ».
Le vrai scandale est que « Nicolas Hénin », un « Je suis Charlie », ose déposer plainte contre un article qui ne lui fait pas plaisir.
Curieuse conception, pour un journaliste, de la liberté de la presse, qui ne paraît pas choquer « Olivier Faye ».
Les amis socialistes de « Nicolas Hénin » seront fiers de lui, il fait le boulot. 

Le pare-feu n’est plus absolu

« Nous avons épousé le discours mondialiste et le multiculturalisme »,

explique avec ironie « Pierre Cassen », un des fondateurs de « Riposte laïque », groupuscule qui s’est affiché ces derniers mois aux côtés du mouvement allemand anti-islam « Pegida » ou du « Siel », petit parti associé au Front national.

Je l’avoue, j’aime bien faire le coup du mondialiste multiculturel à nos adversaires quand je leur explique que « Riposte Laïque » donne l’exemple dans son ouverture à l’autre :
Site en Suisse, présidente marocaine vivant en Thaïlande, qui dit mieux ?
Par contre, qualifier « Riposte Laïque » de « groupuscule » est une perfidie qui n’a comme seul but que celui de montrer que ce site ne représente rien.
Je précise donc au « journaliste du service politique chargé de l’extrême droite » « Olivier Faye’ que ‘Riposte Laïque’ n’est qu’un média, qui n’a pas d’adhérents, mais est lu chaque jour par plus de 30.000 lecteurs.
Je lui rappelle que nous avons co-organisé les « Assises internationales contre l’islamisation de nos pays, le 18 décembre 2010, avec un million d’internautes tout le week-end, et une salle de 1.500 personnes.
Et tout cela sans subvention…

Avec une pointe de fierté dans la bouche, Monsieur  »Cassen » revendique une quinzaine de plaintes contre son association, aussi bien pour diffamation que pour provocation à la haine.

Là encore, que de perfidie dans le propos.
Laisser penser que le fondateur de « Riposte Laïque » est « fier » que le site qu’il a créé se prenne nombre de procès, qui n’ont pour seul but que de le ruiner, est d’une rare malveillance, celle qui consiste à penser que finalement, ces procès, on les chercherait.
L’exemple de la plainte déposée par son confrère « Nicolas Hénin », les quatre plaintes de « Cazeneuve », les deux plaintes d’ »Hidalgo », celle de « Bergé » (celui qui fait le chèque tous les mois à « Olivier Faye ») menacent ni plus ni moins l’existence et l’avenir du site.
Notre dessinatrice « Ri7″ a appris ce jour qu’elle serait de nouveau convoquée par la Brigade de Répression de la Délinquance à la Personne, suite à une plainte de « Cazeneuve » contre un dessin le représentant en lèche-babouches.
Le dessin n’est pas signé, et pourtant elle est de nouveau harcelée.
J’ai déjà été convoqué une dizaine de fois par des policiers ou des gendarmes.
J’ai été victime d’une perquisition où on m’a confisqué mon téléphone portable et mon ordinateur.
Mais la seule approche du journaliste du « Monde », c’est que nous serions des provocateurs fiers d’être traînés devant les tribunaux !
Quelle inversion des faits, là encore ! 

Mais l’expatriation ne représente plus un pare-feu absolu.
Le responsable suisse de « Riposte laïque Suisse », « Alain Jean-Mairet », a été condamné en avril par la 17chambre du tribunal correctionnel de Paris pour un article violent contre les musulmans.
Une première pour le site depuis son transfert de l’autre côté des Alpes, qui a fait appel.

Décidément, il y en a de plus en plus qui ont des problèmes avec la géographie.
« Cécile Duflot » classait le Japon au Sud, Manuel Valls la Réunion dans l’Océan pacifique…
A présent, « Olivier Faye » confond les Alpes avec le Jura, l’Italie avec la Suisse !

Le tribunal a estimé être compétent, puisque les propos litigieux étaient accessibles en France.

« Etre à l’étranger ne simplifie pas la tâche de la justice, mais ça n’a pas l’air de l’arrêter non plus,

déplore « Christine Tasin », épouse de Monsieur « Cassen » et animatrice de « Riposte laïque ».
Nous, les anti-islam, nous ne sommes pas bien vus, ils peuvent être prêts à tout. »

Allons bon !
Je veux bien qu’au « Monde » on ait milité farouchement pour « Le Mariage pour Tous », avec une grosse pression de « Pierre Bergé » derrière, mais tout de même !
Il demeure en France des hétérosexuels qui ne sont pas mariés.
J’informe donc « Olivier Faye » que « Christine Tasin » n’est pas mon épouse, et qu’à cause de son amateurisme, je reçois plein de coups de téléphone d’amis qui me reprochent de ne pas les avoir invités au mariage…

Le site « Fdesouche », véritable navire amiral de la « fachosphère », dont « Marine Le Pen » a publiquement pris la défense par le passé, se réfugie, lui aussi, à l’étranger pour tenter d’échapper à la justice.
La plate-forme est hébergée au Canada.
Son directeur de la publication est un Indien, un certain « Tilak Raj », que la police locale a échoué à localiser.

L’homme se soucie a priori peu des préoccupations franco-françaises contenues dans les articles relayés quotidiennement par « Fdesouche » sur l’insécurité, l’islam ou les questions identitaires, qui forment un cocktail volontairement anxiogène.

« Peut-être que son cousin vendait des marrons chauds à la gare de l’Est et qu’il s’est fait agresser »,

plaisante « Pierre Sautarel », véritable animateur du site, dans un livre à paraître à l’automne, écrit par les journalistes « Dominique Albertini » et « David Doucet » (La Fachosphère, Flammarion).

Les animateurs de « Fdesouche », de qui nous sommes solidaires, sauront, s’ils le souhaitent, répondre à ce passage. Nous lirons avec intérêt ce prochain livre, et le commenterons avec notre bienveillance habituelle…

Voilà donc, en rouge, la trame de ce qu’un journaliste indépendant, neutre, aurait pu écrire.
Il se serait vraiment intéressé aux verdicts de la justice française, aux plaintes déposées par les associations dites antiracistes, à la grave judiciarisation du débat politique français, et aurait peut-être cherché à comprendre vraiment pourquoi des sites patriotes comme « Fdesouche » ou « Riposte Laïque » ne sont plus hébergés en France, ce qui fend le coeur de leurs fondateurs respectifs.
Mais ce n’est pas pour écrire cela que « Bergé-Niel-Pigasse » paient « Olivier Faye » et ses confrères…

(http://www.lemonde.fr/politique/article/2016/05/20/la-fachosphere-s-expatrie_4923247_823448.html#bLCJzsesW2uYUPf7.99)

http://ripostelaique.com/monde-reproche-a-riposte-laique-davoir-quitte-france.html

Fachosphère ?
Mais qui se montre « facho » vis à vis des pauvres « sans dents » en les tenant dans l’ignorance de ce arrive réellement dans notre pays ?
Ce n’est pas l’extrême droite qui a servi de bouc émissaire pendant des décennies.
Ce sont tous ces médias subventionnés qui nous disent ce qu’ils veulent, comme ils veulent, aussi s’ils ont le droit de le faire, allégeance oblige.
Nous sommes facistes, parlons un Français correct, parce que nous voulons rectifier les mensonges ou les non dits de ces médias à la botte du mondialisme et du fric.
Non !
Nous sommes Français et las d’entretenir une utopie qui se transforme en cauchemar.
Ceux qui croyez à cette utopie, vous n’êtes que des maçons sans tablier, vous n’allez pas tarder à déchanter car elle n’est réservée qu’aux grades supérieurs.
Il y a aussi le porte-monnaie de chacun.
Celui de la France se porte mal, les prix étrangers sont plus alléchants.
Pourquoi serions les premiers à nous priver, si tant est que nous soyons les premiers ?
Les hébergeurs étrangers sont moins chers, leurs pays ne votent pas des lois répressives à tout bout de champ, pourquoi ne pas en profiter ?
Le monde est vaste, il y a le choix malgré les états déjà acquis au mondialisme !

12345...7

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43