Archive | Médias Flux RSS de cette section

Nos Médias Sont Muets Sur L’Ukraine.

Ukraine juive

L’ascension d’un juif ORTHODOXE ukrainien,
des tranchées à la politique !

La vie de « Acher Tcherkasski » se résumait à observer les traditions des juifs orthodoxes et à élever ses trois enfants dans le respect de ces traditions.
Mais la guerre, dans l’est de l’Ukraine, a tout changé.

« Acher » s’est engagé dès le début du conflit dans un bataillon de volontaires pro-ukrainiens affrontant les rebelles prorusses.
Avec sa longue barbe et ses lunettes, il est rapidement devenu un des visages du conflit, ce qui lui a permis de gagner en popularité et d’entrer en politique.

Originaire de Féodossia, cité historique du sud-est de la Crimée, cet homme de 45 ans qui gagnait sa vie en faisant des menus travaux n’a pas hésité une seule seconde à abandonner la péninsule ukrainienne après son annexion par Moscou en mars 2014, estimant que le nouveau statut de la Crimée n’était « pas en accord » avec ses convictions.

Il a alors rejoint Dnipropetrovsk, bastion de la communauté juive dans le centre-est de l’Ukraine, où il est entré dans les rangs du bataillon Dnipro qui, dès avril 2014, s’est engagé dans la lutte contre les séparatistes.

Le bataillon Dnipro fut créé par « Igor Kolomoïski », oligarque ukrainien à la réputation sulfureuse et aux méthodes douteuses.
« Kolomoïski », lui aussi juif, fut un temps gouverneur de la région de Dnipropetrovsk, au coeur de son empire financier.

« Je devais protéger mes enfants.
Si l’intégrité territoriale de votre pays est en jeu, vous devez le défendre. »

explique sobrement « Acher » pour commenter son engagement.

Et, allant à l’encontre des dires des séparatistes prorusses selon lesquels les bataillons de volontaires pro-ukrainiens sont composés de « fascistes », il affirme ne jamais avoir subi d’antisémitisme au sein de son unité.

« Nous agissions comme une seule unité, sans aucun soupçon les uns envers les autres »,

déclare-t-il à l’AFP, admettant juste que respecter ses traditions et manger casher était difficile sur le champ de bataille.

« La Russie a attaqué l’Ukraine.
C’est une véritable guerre »
,

affirme encore « Acher Tcherkasski », évoquant le conflit dans l’est du pays qui a fait plus de 9.000 morts.

« Acher Tcherkasski » est devenu célèbre en Ukraine après la diffusion d’une vidéo, fin 2014, le montrant en tenue de camouflage sur la ligne de front.
Avec sa très longue barbe, il détonnait alors par rapport aux autres combattants.

Ukraine-juif

« Acher Tcherkasski »

«  »Tcherkasski » est l’un des symboles de la nouvelle Ukraine, il est un lien entre les nations qui considèrent l’Ukraine comme leur mère patrie »,

estime un journaliste local, « Dmytro Rozmeritsa », auprès de l’AFP.

Selon les dirigeants des communautés juives d’Ukraine, celles-ci ont en effet principalement soutenu leur pays face à l’insurrection prorusse.

« Nous sommes tous des citoyens ukrainiens et nous devons nous battre pour notre pays »,

déclare ainsi « Iossif Zissels », président de l’association des organisations et communautés juives d’Ukraine.

Toutefois, « la position de « Acher Tcherkasski » n’est pas vraiment typique », reconnaît-il.

Peu de juifs orthodoxes se sont en effet engagés dans les combats, nombre d’entre eux évitant, partout dans le monde, tout service militaire qui pourrait venir entraver leurs pratiques religieuses.

La corruption, le nouvel ennemi

Après l’entrée en vigueur de plusieurs cessez-le-feu dans l’est de l’Ukraine, les combats ont nettement baissé en intensité, même si des incidents sporadiques se produisent encore régulièrement tout au long de la ligne de front.

Et « Acher Tcherkasski » a abandonné les combats.
Son engagement et la renommée acquise lui ont permis de remporter un siège d’élu au conseil municipal de Dnipropetrovsk, battant lors des élections de puissants hommes d’affaires et politiques locaux.

Il combat depuis un autre ennemi : la corruption.

« Nous pouvons arrêter ces choses »,

dit-il.

« L’argent ne va pas aller dans la poche des bureaucrates mais dans les programmes sociaux de la ville afin d’améliorer la qualité de vie »,

ajoute-t-il.

S’il reste toujours membre du bataillon Dnipro, cette nouvelle mission est désormais sa priorité.

« Si je sens que le service militaire m’empêche d’être un conseiller municipal efficace, je préfèrerais rester élu car je pense que je peux faire plus dans ce travail »,

conclut-il.

Dmytro GORSHKOV pour Dnipropetrovsk (Ukraine) via (AFP)

http://jforum.fr   du 17/01/2016

Nous nous rendons compte, ENFIN, quel peut être l’état d’esprit général en Ukraine, soigneusement occulté par nos médias autorisés.
On peut se faire une idée, de qui peut tirer les ficelles en plein cœur de notre Europe dans ces mouvements, escarmouches, conflits à répétitions.
Il est certain que l’Ukraine est un état plus important, plus attirant, plus stratégique aussi, que le Birobidjan.

Nos Oligarques Englués Dans La Toile !

securite-plus-libertes

Ils Rêvent,
la toile n’est pas mondialiste !

La souveraineté numérique, ce dossier qui effraie Hollande et Valls !

Quatorze députés LR et deux députés PS osent affronter un monstre planétaire aux multiples têtes :

Le réseau internet lui-même.

En quelques lignes, ils viennent de déposer, chacun de leur côté, un amendement très similaire au projet de loi d’Axelle Lemaire pour une République numérique, qui est une véritable bombe dans l’ordonnancement du monde numérique.
Il n’y est question que de créer un « commissariat à la souveraineté numérique » afin de concevoir « un système d’exploitation souverain à l’usage de tous ».
Dit comme cela, cela semble très abscons, voire « un machin » de plus dans la vaste galaxie des règles que l’État a créées au fil des années.

Si un amendement est signé notamment par « Nathalie Kosciusko-Morizet » (LR, tendance effrontée), « Maurice Leroy » (UDI, ex-PCF) et l’autre par « Delphine Batho » (PS, tendance effrontée), l’idée est en vérité portée par un spécialiste des réseaux sociaux, « Pierre Bellanger », le fondateur de Skyrock et des skyblogs, qui en a fait un livre.
Depuis plusieurs mois, cet homme de radio sillonne les ministères pour vendre cette idée :  Que la France recouvre sa souveraineté numérique face à la toute-puissance des G.A.F.A. (Google, Apple, Facebook et Amazon, les plus gros mastodontes américains du Web, NDLR) et autres Microsoft.
Une utopie ?
À voir.

L’armée très attentive

Il a trouvé une oreille attentive auprès de l’état-major militaire, soucieux de reprendre la main sur le Net à l’heure où le djihad menace la sécurité des Français.
Il a rencontré Manuel Valls, qui lui a demandé une note.
Il s’est entretenu avec François Hollande, qui a paru intéressé.
Et puis ?
Et puis plus rien.
Les mois passent, les attentats se multiplient, l’économie numérique américaine dame le pion à toutes les autres et nos gouvernants regardent passer les trains.

La loi d’Axelle Lemaire tombe à point nommé pour qu’une poignée d’irréductibles Gaulois, sortis du petit village France, tente de résister à la pieuvre tentaculaire de l’Internet à travers ce petit amendement. Qu’est-ce que la souveraineté numérique ?

« C’est la maîtrise de notre destin sur les réseaux informatiques.
C’est l’extension de la République dans cette immatérialité informationnelle qu’est le cyberespace »
,

explique « Pierre Bellanger ».

« La paix est statistiquement impossible »

Deux sujets sont impactés :
notre sécurité et notre économie.

Car actuellement, sur le réseau, la France est sous une tutelle étrangère.

C’est une colonie numérique !
Quand la photo de la victime d’un djihadiste est mise en ligne sur « Twitter » ou « Facebook », le ministère de l’Intérieur n’a pas la main pour la retirer.
Il doit demander aux deux réseaux de bien vouloir coopérer.

« La défense du territoire est conçue pour repousser un ennemi.
Mais là, nous ne sommes pas envahis par une armée, nous sommes envahis par un territoire :
le réseau lui‐même.
L’augmentation constante du nombre de connectés et la croissance exponentielle du pouvoir de nuire de chacun rendent la paix statistiquement impossible.
Nous sommes en état de paix impossible.
Chaque grain de sable peut faire sauter la plage.
Toute la société peut être désorganisée à partir d’un clavier et d’un écran.
Les couloirs aériens, les distributeurs de billets, le réseau électrique, les feux de circulation, l’accès à Internet, les télécommunications, les sites et applis d’information sont des cibles. »

explique Bellanger

Bellanger tente de revenir à l’essence de ce qu’est Internet :
Un outil à l’origine développé par le complexe militaro-industriel américain.
Les sociétés commerciales internet qui aujourd’hui ont pignon sur rue n’en seraient que le visage souriant, bénéficiant de tout l’effort de recherche et de développement du Pentagone (60 milliards d’euros par an !). Pour ne parler que de Google, « le développement du moteur de recherche, de 1995 à 1998, a non seulement été une initiative de la « NSF », financée par la Nasa et la « Darpa » (**), mais ressortait de la Digital Library Initiative, DLI, un programme stratégique du Pentagone et du renseignement américain qui y joua un rôle particulièrement actif », relève le fondateur de Skyrock.
(« NSF » : « National Science Foundation », une agence gouvernementale américaine.)
(« Darpa » : « Defense Advanced Research Project Agence », une agence du département de la Défense des États-Unis.)

« Seul un réseau peut rivaliser avec un réseau »

En somme, trêve de naïveté, le réseau internet roule pour la bannière étoilée.

« Seul un réseau peut rivaliser avec un réseau »,

estime « Bellanger », qui propose donc de reprendre par une décision politique notre souveraineté sur la Toile.

Qu’est-ce qu’une frontière dans le cyberespace qui, par définition, n’en connaît pas ?

C’est le chiffrement, le code informatique.
C’est à cette tâche que le commissariat à la souveraineté numérique, défendu par les députés, doit conduire : Définir des protocoles de chiffrement sous contrôle de l’État français.
Le territoire, lui, est défini par l’ensemble des données des Français.
Il s’agit donc de définir une clé publique du chiffrement des données des Français, conçues non plus comme un bien personnel, mais comme un bien collectif, un bien indivis.
Au passage, soulignons que ce n’est pas du tout la philosophie du projet de loi d’Axelle Lemaire…

Il faut, pour que cela fonctionne, poser des règles :
tout échange, collecte, traitement et conservation de données sur le territoire national utilisent un protocole de chiffrement autorisé par la puissance publique.

Il faut en outre que les serveurs soient domiciliés en France ou en Europe, et non plus à Sacramento…

Et, bien entendu, la domiciliation fiscale doit suivre de manière à ce que l’impôt soit payé là où la donnée est collectée.
Enfin, et c’est la clé de voûte de la souveraineté numérique, la France a besoin d’un système d’exploitation souverain.

La clé de la souveraineté : la maîtrise du code

Toutes les applications que nous utilisons dépendent d’un système d’exploitation, de l’ordinateur au portable en passant par les objets connectés.

« Il garantira la sécurité des données, les libertés individuelles(???), le droit et l’économie des entreprises…
Il mutualisera les ressources et engagera la nation entière dans le renouveau et la croissance »
,

lance « Pierre Bellanger ».

Mais comment le rendre attractif ?
Pourquoi les entreprises l’adopteraient-elles ?
Est-ce une tâche impossible pour un pays comme le nôtre ?

« Faut‐il rappeler qu’Android, le système d’exploitation promu par Google et qui équipe aujourd’hui plus de 80 % des mobiles intelligents, a été lancé par une équipe d’une demi‐douzaine de développeurs avec un budget initial à seulement six chiffres, et à partir d’un noyau Linux en source libre, d’ailleurs d’initiative européenne ? »

rappelle le fondateur de Skyrock.
Autrement dit, la somme d’investissements est dérisoire pour un pays comme la France.
Mais, pour rendre attractif le système d’exploitation souverain, « Bellanger » propose de mettre en place une carotte fiscale :
toute entreprise qui l’adopterait se verrait accorder un point de TVA en moins…

L’État de droit français contre des CGU des G.A.F.A.

Qu’est-ce qui nous garantit qu’en remettant nos données entre les mains de l’État elles soient mieux protégées ?
En fait, il faut réaliser ce que sont les CGU (conditions générales d’utilisation) des G.A.F.A. que les internautes français acceptent aujourd’hui à tour de bras et sans les lire.
Elles sont en vérité extrêmement intrusives, mais personne n’y prête attention.
Surtout, a-t-on le choix ?
En cas de litige, c’est un tribunal américain qui est compétent…
Dans le système proposé par « Bellanger », l’État français est compétent, le droit applicable est français avec les garanties actuelles de l’État de droit.
L’intrusion dans les données personnelles dépendra d’une enquête judiciaire…
(à moins que l’état d’urgence actuel ne se prolonge indéfiniment…).

Cet amendement soulève en réalité une question majeure pour la sécurité et l’économie française.
Si nous parvenons à reprendre la main (même en coopération avec l’Allemagne ou l’Europe) sur nos données personnelles, nous façonnerons très différemment l’économie des données personnelles, qui semble être le « pétrole de demain ».
Aujourd’hui, nos données sont stockées aux États-Unis et accroissent sans cesse la puissance économique des acteurs majeurs de l’Internet.
Affirmer la souveraineté numérique, c’est affronter une puissance aujourd’hui colossale.
Pas étonnant que François Hollande et Manuel Valls hésitent depuis plusieurs mois.
Ils ont tous deux refusé de donner suite à nos demandes d’entretien sur ce sujet.
Il a donc fallu que 14 députés osent enfin introduire la question dans le débat public.[…}

Emmanuel Berretta

http://www.lepoint.fr/politique   du 13/01/2016

Une fois de plus ils veulent nous enfumer !
Ils ont démoli notre parc industriel, ils s’attaquent maintenant au monde agricole, ils font tout à rebours !
Parlons de la Toile qui menace les libertés de chacun…et sa bourse encore plus, pendant ce temps les Français ne s’occuperont pas du T.A.F.T.A. que nous mettons sur pied en douce !
Et ça ce n’est pas être colonisés !
Nos gouvernements sont les caniches des U.S.A. depuis la fin de la seconde guerre mondiale !
Les islamistes sont leur chair à canon !
Combien de ricains s’impliquent au Moyen-Orient CONTRE Daesh ?
Seulement pour critiquer négativement ce que les autres font avec « leurs » droits de l’homme et leurs documents falsifiés !

Des Mesures Fortes Pour Nos Eglises ! ! !

FONTAINEBLEAU INCENDIE EGLISE

Profanation, Vol, Incendie Volontaire !

« Ce qui s’est passé est très  grave ! »

 

Un incendie criminel endommage l’église Saint-Louis de Fontainebleau

Plusieurs objets d’art classés ont été brûlés.

Deux chapelles ainsi que le chœur de l’église Saint-Louis de Fontainebleau ont été incendiés dans la nuit du samedi 9 au dimanche 10 janvier.
Des hosties consacrées ont également été retrouvées au sol.
Une messe de réparation sera célébrée le dimanche 17 janvier par Monseigneur « Nahmias », évêque de Meaux.

Le père « José Antonini », curé de la paroisse de Fontainebleau, est très affecté.
Dans la nuit du samedi 9 au dimanche 10 janvier, un incendie s’est déclaré dans l’église Saint-Louis, située en plein centre-ville.

« J’ai été prévenu aux alentours de 7 h 15 par la gardienne.
J’ai immédiatement appelé les pompiers »
,

raconte le curé.
Sur place, une épaisse fumée noire sort de l’église.
Un peu plus tard, les pompiers constatent l’existence de trois foyers de feu distincts, accréditant la thèse de l’acte volontaire.
Ces départs de feu ont eu lieu au niveau de la chapelle de Franchard, de la chapelle Saint-Joseph et le troisième au niveau du chœur de l’église, près de l’autel principal.

« Les malfaiteurs ont jeté
les hosties au sol »

Ce n’est qu’à partir de 14h que le père « Antonini » entre dans l’église, en compagnie du préfet de Seine-et-Marne, du président du département, du maire de Fontainebleau et de l’évêque de Meaux, Monseigneur « Nahmias ».

« Heureusement, la structure de l’édifice n’a pas souffert »,

explique le prêtre.
Mais plusieurs objets d’art classés ont été brûlés.

« Il y a par exemple une statue polychrome du XIVe siècle de la Vierge de Notre-Dame de Franchard qui a été détruite ou volée.
Un retable du XVe a également été touché »,

raconte le curé qui se dit « blessé et meurtri ».
Plus grave encore, le tabernacle de l’église a été ouvert.

« Les malfaiteurs ont jeté les hosties au sol et volé le ciboire…
sans doute pensaient-ils qu’il était en or.
C’est grave car on touche à l’essentiel. »

Prenant acte de « la gravité des faits commis », le diocèse de Meaux a indiqué dans un communiqué qu’une « messe de réparation » aura lieu le dimanche 17 janvier, à 10 h 30 en l’église de Saint-Louis.
Elle sera présidée par Mgr Nahmias.

« Les autorités ont réagi à la hauteur des événements »

Pour le moment, les enquêteurs s’orientent vers la piste criminelle.
Le parquet est saisi et l’enquête a été confiée au Service régional de la police judiciaire (« SRPJ ») de Versailles.

« Cela montre que l’affaire est prise très au sérieux »,

estime le curé qui ajoute que

« les autorités publiques ont réagi à la hauteur des événements ».

Même son de cloche du côté de l’évêché, qui

« remercie vivement les responsables de l’autorité publique, les pompiers et les policiers pour la rapidité et l’efficacité de leur intervention ».

Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a quant à lui fait part dimanche soir de sa « vive émotion » et a rappelé sa « détermination à assurer la protection de tous les lieux de culte ».
Il s’est rendu lundi, en fin d’après-midi, sur le lieu du sinistre.

Un grand traumatisme
pour les Bellifontains

Dans cette ville de 15 000 habitants, peu habituée à ce genre d’événement, l’émotion est forte.

« C’est une ville très calme.
On a touché à son patrimoine, à son église.
C’est un traumatisme »,

confie le curé.
Dimanche, alors que la traditionnelle cérémonie de la galette des rois devait se tenir en l’église Saint-Louis, la mairie a ouvert les portes de la salle des fêtes.

« C’était bondé, nous étions entre 600 et 700 paroissiens, amis ou autres.
Nous avions sans doute besoin de nous retrouver ».

Soulagé par le fait qu’il n’y a eu aucune victime et que l’édifice n’est pas menacé, le père « José Antonini » regarde cet événement avec les yeux de la foi.

« En tant que croyant, je sais que la vie nous amène à traverser des événements difficiles. Mais l’amour aura le dernier mot ».

Hugues Lefèvre

http://www.famillechretienne.fr   du 11/01/2015

Mais ouvrez les yeux !
Il n’y a pas que des amis sur notre sol !
Vigilance de tous les instants !

Les Médias Contraints A Dire La Vérité !

presse-desinformation (1)

La Chimère du  ’Vivre-Ensemble’

La fiction médiatique rattrapée par la clameur réelle !

Cologne est aujourd’hui au cœur d’un scandale inédit.
Le soir du réveillon de la Saint-Sylvestre des milliers d’individus « d’origines arabes ou nord-africaine », ainsi qualifié par les autorités, ont en effet agressé sexuellement des jeunes Allemandes de souche.

Des événements accablants qui constituent une fausse note sans appel dans la propagande pro-migrants de l’Union Européenne et montrent que « le vivre-ensemble » est décidément une chimère.
Des événements qui auront mis les autorités et les médias dans une situation embarrassante, entre volonté d’étouffer l’affaire et incompréhension.

Retour sur une manipulation rattrapée par le réel.

Les faits

Pour commencer, revenons sur les faits qui se sont déroulés à Cologne – mais aussi, dans une moindre mesure, dans d’autres villes européennes (Zürich, Hambourg, Stuttgart…).
Le 31 décembre, soir du réveillon du Nouvel an, entre 1000 et 2000 hommes de type maghrébin, selon les rapports de la police et les victimes, se sont rassemblés en petits groupes de 20 à 40 personnes pour ratisser la ville à la recherche de femmes.

« Nous avons traversé ce groupe d’hommes.
[Ils] ont ouvert une voie, que nous avons traversé.
Soudain, je sentis une main sur mes fesses, puis sur mes seins, à la fin, j’étais pelotée de partout.
Ce fut un cauchemar.
Nous avons crié et nous les avons frappées, mais ils continuaient.
Je suis désespérée, je pense que j’ai été touchée une centaine de fois en l’espace de 200 mètres »
,

raconte une victime.

« Plein d’hommes ont soudainement commencé à nous encercler.
Ils se rapprochaient de plus en plus.
Quand ils étaient près de nous, ils nous ont touchées.
J’ai senti des mains un peu partout : aux seins, aux fesses et entre les jambes.
Ils étaient très violents. Nous avions mal »
,

raconte une autre, précisant que :

« ils avaient tous le teint un peu foncé.
Ils ne parlaient pas bien l’allemand ».

Des dizaines d’Allemandes ont ainsi été agressées, touchées, dénudées et même parfois franchement violées par ces hordes survoltées, très probablement composées de ceux qu’il fallait, jusqu’à présent, présenter comme des « réfugiés » dans le besoin et dont 10 000 sont récemment arrivés dans la ville.

En effet, d’après les dernières informations publiées par le journal « Welt am Sonntag », la police de Cologne, bien que largement dépassée ce soir-là, dispose de nombreuses informations sur le profil des agresseurs.
Les plaintes, tout d’abord, ont aujourd’hui dépassé la barre des 120 et permettent d’y voir plus clair au travers de témoignages tous plus sordides les uns que les autres.

Aussi, le soir des faits, une centaine d’interpellations ont eu lieu dans les rues de la principale ville de Rhénanie-du-Nord, certaines se terminant en garde à vue.

« Seule une petite minorité de ces personnes étaient des Nord-Africains, la plus grosse partie était des Syriens »,

affirme le journal.

Une information qui va à contre-courant du discours officiel servi par les autorités allemandes, lequel consiste à marteler que, malgré l’abondance des témoignages, « rien ne permet de dire qu’il s’agissait de réfugiés ».

Pire :
D’après les informations du quotidien allemand, ce ne sont pas 1 000 personnes qui ont participé à ces agressions sexuelles mais « plus de 2 000 personnes, presque toutes d’origine arabe, réparties dans un rayon de deux kilomètres autour de la gare centrale ».
Des faits confirmés par un rapport de la police de Cologne daté du 2 janvier, que « Welt am Sonntag » a pu se procurer.
Tout récemment, un porte-parole du ministère fédéral de l’Intérieur a affirmé lors d’une conférence de presse que sur 31 personnes suspectées d’être impliquées dans les violences survenues, 18 avaient fait une demande d’asile en Allemagne.

Avant d’en arriver à ces comptes-rendus assez précis, il a pourtant fallu attendre plusieurs jours, le temps que les autorités et la presse d’outre-Rhin ne parviennent plus à étouffer cette choquante affaire d’agressions sexuelles de masse.

Le retard à l’allumage
des médias allemands

Quatre Jours !

C’est le temps qu’il aura fallu attendre avant que les médias allemands ne relatent les faits.
Malgré l’extrême gravité de la situation (on parle tout de même de viols organisés et coordonnés à une échelle encore jamais imaginée), presse écrite comme journaux télévisés ont observé un silence religieux jusqu’à ne plus être en mesure de nier l’évidence.

Tout a commencé par un premier mensonge de la police de Cologne.

Dans son rapport du 1er janvier traitant de la nuit de la Saint-Sylvestre, celle-ci explique que la soirée s’est déroulée sans incidents, « dans une atmosphère détendue » et que les célébrations sur la place de la cathédrale avaient été « très paisibles »…!!!

Évidemment, l’ampleur de l’événement a tué dans l’œuf cette incroyable tentative de dissimulation.
Rapidement, les témoignages ont germé sur les réseaux sociaux et, face à la multiplication des plaintes de victimes, la police a été contrainte de faire machine arrière en reconnaissant à la fois les faits mais également le profil « arabe et nord-africain » des auteurs présumés de ces agressions.

Côté médias, le silence était également de mise.

Vu l’ampleur des événements, on aurait pu penser que ces derniers auraient pu, comme ils en ont l’habitude en d’autres circonstances, se baser sur les premiers témoignages et sur les fuites sur les réseaux sociaux.
L’occasion, peut-être, d’un traditionnel « breaking news » ou d’une « édition spéciale » sur un phénomène qui concernait alors des milliers de personnes dans une ville majeure de l’Ouest allemand.
Il n’en fut rien.
Pas un reportage, pas une mention, pas une dépêche, rien.
Pas même un bandeau glissé à la va-vite au bas d’une édition en continu.

Devant ce malaise, la chaîne publique « ZDF » a même rétrospectivement présenté des excuses pour avoir tardé à relater les agressions.
Dans un communiqué publié sur Facebook et Twitter, celle-ci estime que le fait que le journal de lundi soir (donc quatre jours après les faits) « n’ait pas au moins mentionné les incidents était une négligence » et « était (…) clairement un jugement erroné ».
Un mea culpa qui fait suite à de nombreuses critiques sur les réseaux sociaux.

Sur la page de la chaîne, on peut ainsi voir un spectateur mécontent déclarer que « (sa) confiance dans (cette chaîne), pour laquelle (il) paie des impôts, s’amenuise de plus en plus ».
Un autre estime que cette dernière « passe sous silence depuis un certain temps certaines choses ».
Mais la « ZDF » n’aura pas été la seule à briller par son mutisme.
D’autres, comme « l’ARD« , première chaîne publique, ou encore la « WDR », chaîne de la région de Cologne, ont également raté le train.

Au final, c’est seulement mardi 5 janvier 2015 que l’affaire a véritablement éclaté dans les médias, qui cette fois n’ont pas manqué de moyens avec des éditions spéciales à tour de bras.
Concernant les 4 jours de silence, on évoque ici et là un choix éditorial « motivé par la nécessité d’enquêter, de retrouver témoins et victimes ».
Une prudence qui n’est pas toujours de mise selon le sujet traité…
De quoi soulever de nombreuses questions :
Les médias allemands ont-ils eu peur de rapporter ces agressions sexuelles d’une ampleur inédite commises par des individus de type arabo-musulman ?

Il faut dire qu’outre-Rhin, la ligne officielle insufflée par madame « Merkel » plaide en faveur d’un accueil massif des « réfugiés ».
En 2015, l’Allemagne en a accueilli 1,1 million, soit cinq fois plus qu’en 2014.
Sans aucun doute, cet épisode des plus choquants impliquant un grand nombre d’entre eux porterait un sérieux coup dur à cette politique basée sur une vision arc-en-ciel du monde.
A-t-on estimé, dans les rédactions, qu’après tout il valait mieux étouffer ce « malheureux effet collatéral » tant qu’il en était encore temps ?
Nul ne peut le dire pour l’instant.

Quoi qu’il en soit, constatant ce mensonge par omission, de nombreux Allemands ont repris à leur compte les slogans de « Pegida », mouvement anti-immigration, qui qualifie notamment la presse de « Lügenpresse » (presse mensongère).
De son côté, le journal conservateur Frankfurter Allgemeine Zeitung (« FAZ ») a brocardé ses confrères sur leur position de « prudence ».

« Ne savez-vous pas sur quoi vous devez informer ? (…)
Vous devriez vous mettre au journalisme »,

a-t-il préconisé, accusant les médias de prendre les téléspectateurs pour des imbéciles incapables de ne pas verser dans le populisme.

En revanche, pour le syndicat des journalistes allemands, les chaînes publiques ont eu raison de prendre du recul car :

« Les journalistes doivent en premier lieu enquêter, et non spéculer ».

Une déclaration qui illustre bien l’alignement total des grands médias d’outre-Rhin sur la politique délirante de leur gouvernement en matière d’immigration.
La consigne est donnée :
Même si les faits le prouvent, l’amalgame ne doit pas être fait entre les agresseurs et les migrants.

…Et l’embarras
des médias français !

Dans les médias français, les rédactions ne se sont également pas jetées sur l’information.
Dans l’hexagone, il a fallu attendre 5 jours pour que la presse subventionnée commence à en parler, avec toutes les prudences de langage nécessaires.

Mardi 5 janvier, « Le Monde » rapportait l’indignation provoquée par cette nuit d’agressions.
Pour justifier son énorme retard, l’air de rien, le quotidien du soir expliquait que le pays venait tout juste de « saisir l’ampleur » des événements.

Des événements pourtant connus depuis plusieurs jours pour qui essaie de s’informer sur Internet.

D’ailleurs, la veille, « RT France » fut le premier média francophone à relater les faits, le tout sans s’embarrasser de politiquement correct.

Ainsi le site n’a-t-il pas hésité à citer le ministre de l’Intérieur de la Rhénanie-du-Nord–Westphalie, « Ralf Jäger », qui a déclaré :

« Nous n’accepterons pas que des groupes d’hommes nord-africains se rassemblent délibérément pour agresser sexuellement les femmes. »

Et de citer le chef du syndicat policier de la Rhénanie, « Arnold Plicker », pour qui :

« les réfugiés, qui ont un problème intégration dans notre société ouverte, doivent être traités avec la force de la loi.»

Aussitôt, l’article a été beaucoup partagé sur les réseaux sociaux, certains internautes en profitant pour interpeller les médias français sur leur silence.

Suite, sans doute, à un malheureux concours de circonstances (machine à café en panne, problème de connexion wifi, épidémie de grippe), il faudra attendre le lendemain (parfois même le lendemain soir) pour que les journalistes français relaient l’information.
Nous avons déjà cité « Le Monde » qui, très prudent, mettait le plus de guillemets possible concernant l’origine des agresseurs.
Le quotidien du soir est même allé jusqu’à suggérer que « certains éléments indiquent (…) qu’il pourrait s’agir de criminalité organisée, active à Cologne depuis plusieurs années ».
On pourrait également évoquer « Le Figaro », qui a tout d’abord annoncé que les violences sur les femmes de Cologne étaient le fait de « bandes de jeunes »
Ces fameux « jeunes » qui terrorisent le monde entier.

Au fil des témoignages, toujours plus nombreux, et des rapports de police, les médias français ont, comme leurs confrères allemands, été amenés à reconnaître progressivement l’évidence :

Il s’agissait bien d’individus d’origine arabe, et particulièrement de réfugiés.

Malgré tout, malgré l’implacable réalité des faits, un discours persiste dans l’hexagone comme en Allemagne :
Il ne faut pas faire d’amalgames entre ces actes barbares et les « réfugiés » et ne surtout pas poser la question du choc des cultures ayant permis cela.
Le cas échéant, le château de carte sur lequel repose toute la politique européenne risquerait de s’effondrer sous le poids de ses propres mensonges…

Ainsi « Le Point », en chœur avec le gouvernement allemand, nous explique-t-il que :

« Les opposants à la chancelière « Merkel » tentent de faire le lien avec sa politique en faveur des réfugiés ».

Et bien évidemment, ce lien est dangereux pour l’hebdomadaire bienpensant, même s’il est avéré.
Pour « L’Obs » également :

« les vols et agressions sexuelles perpétrés par des dizaines de personnes à Cologne le 31 décembre [alors qu’ils étaient des milliers, ndlr] sont utilisés par des politiques contre la politique d’immigration d’Angela Merkel ».

L’affaire est donc à prendre « avec précaution dans le contexte actuel ».

En parlant de « précaution », « Libération » en a usé et abusé dans son papier pour relater les faits (le 5 janvier) puis dans son « décryptage » (le 6 janvier).
Tout d’abord, les violences ne sont pas « commises » mais « attribuées par la police » à des « hommes d’origine nord-africaines ».
Évidemment, comme l’a noté le premier ministre allemand, « Thomas de Maizière », l’apparence des agresseurs « ne doit pas conduire à faire peser une suspicion générale sur les réfugiés qui, indépendamment de leur origine, viennent chercher une protection ».

Aussi « Libération » dénonce-t-il les réactions « surprenantes » ou « idiotes » qui n’iraient pas dans ce sens, comme celle d’un journaliste autrichien, « Thomas Mayer », qui « s’est risqué à un pseudo-éclairage à la pertinence très relative, écrivant qu’”en France, le phénomène des abus sexuels commis par des bandes de jeunes hommes (les tournantes) est connu depuis longtemps” ».
Sombre idiot, vous dit-on.

Dans l’article suivant, le « décryptage » donc, « Libé » poursuit en parlant d’« hommes présentés comme des maghrébins » et même « d’apparence maghrébine » (car il pourrait très bien s’agir d’Allemands de souche ayant un peu trop abusé des vacances à la plage ; la précision était donc nécessaire).
Et le journal d’insister sur le fait qu’il faut faire attention à la « stigmatisation des réfugiés ».
D’ailleurs, à en croire « Libé » :

« La police ne croit pas que les agressions de la Saint-Sylvestre soient le fait de demandeurs d’asile mais plutôt d’une ou plusieurs bandes de petits criminels maghrébins installés de longue date en Allemagne et pour certains déjà connus des forces de l’ordre ».

Le lendemain, la police elle-même infirmera cette information, révélant avoir contrôlé 18 demandeurs d’asile parmi 31 individus interpellés.

Pour couronner le tout, le quotidien dont les ventes sont en chute libre depuis plusieurs années citera les propos délirants de la verte « Claudia Roth », vice-présidente du Bundestag, pour qui « on ne peut pas prétendre que ce genre d’agressions soit typique des Arabes ou des réfugiés.
Il s’agit de violence masculine ».

Mais comment expliquer qu’avant l’arrivée des réfugiés, ce type d’épidémie ne se soit jamais déclaré ?

L’occasion de noter qu’aucune association féministe française n’a, à ce jour, dénoncé cette agression sexuelle de masse.
Partout, dans les ministères comme dans les rédactions, la « prudence » est de mise.

Le réel est-il d’extrême droite ?

« Je croyais que c ‘était de la propagande d’extrême droite, de « Pegida », mais non ! C’était bien réel ! »

Ainsi s’est exprimé « Ivan Jurdevic », videur de Cologne, dans une vidéo-témoignage de ce qu’il a vu le soir de la Saint-Sylvestre dans sa ville.
À l’instar de ce citoyen allemand, ébahi de voir de ses yeux ce qu’il pensait être un fantasme, il semblerait que les médias français et allemands ne parviennent plus à saupoudrer la réalité de leurs paillettes multicolores.

Le réel est implacable, et ces derniers mois d’extrême tension en Europe semble rappeler aux médias subventionnés que la réalité n’est pas toujours rose au-delà du périphérique.

Après les attentats du 13 novembre, déjà, les journalistes avaient opté pour la même stratégie de négation inconditionnelle des faits :
non, la crise des migrants n’a aucune conséquence sur la sécurité des Français ;
non, aucun terroriste de Daech ne s’infiltre parmi les clandestins.

Avec le recul et les informations fournies par la police, force est de constater que les faits leur ont donné tort.

Une fois de plus.

Un nouveau revers qui, visiblement, ne leur a absolument pas servi de leçon.
Aussitôt les violences de Cologne étaient-elles connues et rapportées que, déjà, il était question de marteler qu’aucun lien ne devait être fait avec les 1,1 million de clandestins entrés en Allemagne en 2015.

Petit à petit, le réel reprend le dessus et les manipulations médiatiques s’épuisent.
Faudra-t-il que le terrorisme entre dans les salles de rédaction pour que ceux qui nous informent voient la réalité en face ?
Cela s’est déjà produit, le 7 janvier 2015 dans les locaux de « Charlie Hebdo ».
Un an plus tard, presque jour pour jour, tout a déjà été oublié.
Les passeports retrouvés sur les terroristes ou les rapports de police n’y changeront rien.
Nos journalistes aux ordres continuent d’appliquer les directives idéologiques de Bruxelles et de préférer la négation du réel à l’implacable constat d’une politique suicidaire.

http://www.ojim.fr/cologne-chronique-dun-mensonge-rattrape-par-le-reel/    du 08/01/2016

Nos Médias Nous Mentent Trop !

la-presse1 (1)

Mythes, mensonges et
conspirations de nos médias

La multitude des sites et la nécessité d’être ultra rapide pour informer les grands publics dans une concurrence effrénée incitent souvent les médias à aller au delà de l’événement lui-même, quand ils ne l’inventent pas carrément.
Ils se répandent alors dans le mythe ou le mensonge, allant jusqu’à s’y livrer sur commande pour satisfaire ou aider une politique.
« Mondialisation.ca », sous la signature de « Julie Lévesque », livre à ses lecteurs une étude pointilleuse en réponse à un article de « L’Express »qui dénonce une liste noire de sites, en invitant cet hebdomadaire à mesurer sa «chasse aux sorcières».

«Depuis qu’internet a démocratisé l’information, les médias « mainstream » n’ont plus le contrôle absolu du message.»
(Polémia)

Julie Lévesque

«Si j’avais accès aux médias « mainstream », je commencerais peut-être à me demander si je fais quelque chose de mal.
Est-ce que j’appuie le pouvoir en place au point où ses représentants sont prêts à me laisser avoir accès aux médias ?
Je commencerais à douter de ce que je fais.»
(Noam Chomsky, 1995)

Une liste noire

Récemment, le magazine français « L’Express » a publié un « article » intitulé « Conspirations, rumeurs, parodies : l’annuaire des sites «d’infaux».
Il s’agit d’une sorte de liste noire sur laquelle on a pris soin de mélanger des médias indépendants faisant un travail sérieux sur l’actualité mondiale avec des sites strictement parodiques et d’autres portant, entre autres, sur les ovnis et les extra-terrestres.
Tactique usée, l’amalgame entre l’ufologie et le journalisme indépendant constitue le dernier refuge d’une élite médiatique désespérée et sans arguments pour contrer ses critiques.

Le site « Mondialisation.ca », se trouve sur cette liste dans la catégorie des «sites présentés comme sérieux» en compagnie d’autres sites axés sur la géopolitique, comme celui du journaliste belge « Michel Collon » Investig’action, Ilfattoquotidiano et… extraterrestre-ovni.blogspot.ca.
Constatez par vous même l’absence totale de liens entre ce site d’ufologie et les trois autres traitant de l’actualité mondiale et très critiques des guerres de l’OTAN.
Il est évident que le but de cet exercice de « L’Express » est de discréditer les sites qui critiquent la politique étrangère occidentale, les interventions militaires menées par les États-Unis et l’OTAN, ainsi que la désinformation et la propagande de guerre des médias dominants occidentaux qui les appuient, incluant celle de « L’Express ».

Abandon des grands médias,
attaque contre la liberté de presse.

L’obsession médiatique pour les sites soi-disant conspirationnistes est en voie de devenir légendaire.
Depuis qu’internet a démocratisé l’information, les médias « mainstream » n’ont plus le contrôle absolu du message et leur désinformation, particulièrement leur propagande de guerre, est régulièrement exposée au grand jour par ce qui est devenu une véritable communauté de médias indépendants.
En conséquence, les citoyens du monde délaissent les grands médias qui, d’une guerre à l’autre, inspirent de moins en moins confiance.

Afin de lutter contre son déclin, l’establishment médiatique a recours à cette tactique de bas étage :
le dénigrement des sites indépendants qui ont fait leurs preuves et contré la propagande des élites en effectuant un véritable travail journalistique.

Si la liste de « L’Express » peut paraître inoffensive, elle relève d’une vaste attaque de l’élite contre la liberté de presse et la liberté d’expression.
La soi-disant dangereuse radicalisation des jeunes occidentaux par internet n’est qu’un prétexte servant la dérive des dirigeants vers une véritable police de la pensée.
Celle-ci est déjà en place et l’on a constaté ses effets pervers sur la liberté d’expression avec les risibles accusations d’apologie du terrorisme contre « Dieudonné » et la censure de certains sites web par le ministère français de l’Intérieur.

Il y a une forme d’inquisition insidieuse s’attaquant à quiconque ose s’opposer au discours dominant.

Il n’y plus de place pour les débats.

Si votre opinion va à l’encontre de la pensée unique et même si vous vous appuyez sur des faits établis, vous êtes un conspirationniste.
Point.

« L’Express »,
maître dans l’art de la conspiration ?

Ironiquement, les apôtres de la pensée unique accusent leurs critiques de propager des théories de conspiration, alors qu’en réalité les grands médias comme « L’Express » sont des champions de la conspiration, particulièrement celles qui servent à justifier des guerres.

Examinons quelques exemples récents de mythes et théories de conspiration propagés par les grands médias, dont « L’Express ».
Nous prendrons uniquement comme exemple l’offensive médiatico-politique contre la Libye ayant servi à «fabriquer le consentement»  du public en faveur de l’intervention militaire de l’OTAN.
Rappelons que cette opération «humanitaire» a transformé le pays le plus riche de l’Afrique en un champ de ruines où règne le chaos.

Les mythes propagés
par L’Express

Les dix plus grands mythes sur la guerre contre la Libye, un article publié en anglais sur le site Counterpunch, sera le point de référence pour démontrer la tendance conspirationniste de « L’Express ».
L’auteur, « Maximilian C. Forte », est professeur d’anthropologie à l’Université Concordia et l’auteur de plusieurs livres dont « Slouching Towards Sirte : NATO’s War on Libya and Africa » (Baraka Books, 2012).

Nous explorerons cinq des mythes évoqués par le professeur « Forte ».
Pour chacun d’eux, vous trouverez une liste d’articles publiés sur le site web de « L’Express ».
Nous nous limitons à quelques articles par mythe.
-Mythe 1 : Le génocide
Le professeur « Forte » explique que ce mythe est issu entre autres de déclarations de l’adjoint du représentant libyen à l’ONU « Ibrahim Dabbashi » et du président de la Ligue libyenne des droits humains « Soliman Bouchuiguir ».
Tous deux ont déclaré qu’il fallait s’attendre  « à un véritable génocide à Tripoli » et que si les forces de « Kadhafi » atteignaient Benghazi, « il y [aurait] un réel bain de sang, un massacre comme nous l’avons vu au Rwanda ».
Monsieur « Forte » souligne que le génocide implique la persécution d’un «groupe national, ethnique, racial ou religieux», ce qui n’était pas le cas en Libye.

«Au contraire, l’intervention militaire a rendu possible une réelle violence génocidaire  contre les migrants africains et les Libyens noirs»,

ajoute-t-il.

Articles de « L’Express » propageant ce mythe :
17/03/2011
(http://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/libye-avancee-des-pro-kadhafi-le-conseil-de-securite-vote-sur-la-zone-d-exclusion_973135.html)
21/02/2011
(http://www.lexpress.fr/actualite/monde/libye-5-indices-d-un-affaiblissement-du-regime_964784.html)
23/02/2011
(http://www.lexpress.fr/actualite/monde/le-jour-ou-kadhafi-a-perdu-une-partie-de-la-libye_965627.html)

-Mythe 2 : Manifestants pacifiques pro-démocratie ou terroristes?
Benghazi, foyer de la rébellion libyenne en 2011, était citée dans un rapport de l’Académie militaire de West Point aux États-Unis en 2007 comme un important repaire de djihadistes au Moyen-Orient.
Pourtant ni « L’Express », ni aucun autre média occidental n’a mentionné ce fait crucial en 2011, car cela aurait complètement ruiné l’image fabriquée de «manifestants pacifiques» donnée aux violents djihadistes et donné raison à « Kadhafi » qui disait, avec raison, qu’il était aux prises avec des islamistes, incluant « Al-Qaïda ».

Le « Belfer Center for Science and International Affairs », du « Harvard Kennedy School » le dit clairement et d’entrée de jeu dans un texte intitulé Les leçons de la Libye : Comment ne pas intervenir :

«Le soulèvement de 2011 en Libye n’a jamais été pacifique.
Il s’agissait plutôt d’un soulèvement armé et violent dès le départ.
« Mouammar Kadhafi » n’a pas ciblé de civils ou eu recours à une force excessive […]
Le but de l’intervention de l’OTAN ne visait pas principalement à protéger les civils mais à renverser le régime de Kadhafi […] »
(« Alan Kuperman », Lessons from Libya: How Not to Intervene, Belfer Center for Science and International Affairs, septembre 2013)

Les médias occidentaux ont présenté les rebelles comme des manifestants pacifiques et ridiculisé « Kadhafi » lorsqu’il affirmait, avec raison, qu’il s’agissait de djihadistes.

Articles de « L’Express » propageant ce mythe :
25/02/2011
(http://www.lexpress.fr/actualites/2/actualite/la-france-reclame-le-depart-de-mouammar-kadhafi_966396.html)
19/02/2011
(http://www.lexpress.fr/actualite/monde/libye-84-personnes-tuees-en-trois-jours_964215.html)
02/03/2011
(http://www.lexpress.fr/actualites/2/monde/mouammar-kadhafi-denonce-al-qaida-et-met-en-garde-l-occident_967962.html)

-Mythe 3 : Les mercenaires africains
Les médias ont propagé la rumeur voulant que les Noirs qui se battaient contre la rébellion étaient des «mercenaires africains» alors que bon nombre d’entre eux étaient des travailleurs migrants ou des Libyens noirs, explique « Max Forte ».

 Articles de « L’Express » propageant ce mythe :
13/04/2011
(http://www.lexpress.fr/actualites/2/monde/en-libye-les-immigres-africains-pris-pour-des-mercenaires_982516.html)
02/05/2011
(http://www.lexpress.fr/actualites/2/monde/mouammar-kadhafi-contre-attaque-appel-a-l-aide-des-insurges_968117.html)
28/09/2011
(http://www.lexpress.fr/actualites/1/actualite/libye-les-pro-kadhafi-resistent-dans-leurs-bastions-assieges_1034771.html)
28/10/2011
(http://www.lexpress.fr/actualite/monde/libye-la-cpi-en-contact-avec-seif-al-islam-kadhafi_1045786.html)
02/03/2011
(http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/les-verites-de-l-ancien-chef-du-protocole-de-kadhafi_968014.html)

-Mythe 4 : Les viols et le viagra
« Kadhafi » aurait ordonné des viols et distribué du viagra à ses soldats.
La rumeur a été lancée par « Al Jazeera » et et reprise entre autres par « Luis Moreno-Ocampo », procureur de la Cour pénale internationale, l’ambassadrice des États-Unis à l’OTAN, « Susan Rice » et la secrétaire d’État étasunienne « Hillary Clinton ».
« Cherif Bassiouni », chef de l’enquête de l’ONU sur les droits humains en Libye affirmait le 10 juin 2011 que ces histoires de Viagra et de viols de masse n’étaient que «de l’hystérie».
À la question «Du côté « Kadhafi », on parle beaucoup de viols de masse commis par son armée ?», posée par« Libération » le 22 juin,  »Donatella Rovera d’Amnesty International » répondait:

« Nous n’avons pas trouvé de cas de viol, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y en a pas eu mais cela pose néanmoins des problèmes.
Non seulement nous n’avons pas rencontré de victimes, mais pas davantage de personnes qui ont rencontré des victimes. »

Articles de « L’Express » propageant ce mythe :
09/06/2011

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/kadhafi-accuse-d-ordonner-des-viols-en-libye_1000736.html

29/06/2011

http://www.lexpress.fr/actualites/2/monde/kadhafi-aurait-encourage-les-viols-d-opposants_1000829.html

29/04/2011

http://www.lexpress.fr/actualites/1/actualite/libye-tripoli-menace-d-attaquer-tout-navire-entrant-dans-le-port-de-misrata_987570.html

-Mythe 5 : Une victoire pour la Libye
L’intervention militaire de l’OTAN et la chute de « Kadhafi » ont été présentés comme une victoire pour les Libyens.
Pour « Alan Kuperman », il n’y a rien de plus faux :

Le plus grand malentendu à propos de l’intervention de l’OTAN, c’est qu’elle a sauvé des vies et a bénéficié à la Libye et ses voisins.
En réalité, lorsque l’OTAN est intervenue à la mi-mars 2011, « Kadhafi » avait déjà repris le contrôle de presque toute la Libye, alors que les rebelles se retiraient rapidement vers l’Égypte.
Ainsi, le conflit était sur le point de se terminer à peine six semaines après avoir éclaté, avec un bilan d’environ 1 000 morts, incluant les soldats, les rebelles et les civils pris entre deux feux.
En intervenant, l’OTAN a permis aux rebelles de résumer leur attaque, prolongeant ainsi la guerre pendant encore sept mois et causant la mort d’au moins 7000 personnes de plus.
(« Alan Kuperman », Lessons from Libya : How Not to Intervene, Belfer Center for Science and International Affairs, septembre 2013)

Il convient de mentionner que le « consulat » des États-Unis établi à Benghazi après le renversement de « Kadhafi » servait de couverture à une opération de trafic d’armes livrées aux mercenaires se battant en Libye.

En réalité, l’intervention en Libye était une victoire pour le terrorisme.
Pour « L’Express », à vingt mille lieues du réel, c’était une victoire pour la démocratie.
On parle de l’intervention de l’OTAN comme d’un « prodige » en citant des bilans de « zéro morts » dans les rangs de l’ « Alliance », en prenant soin de ne pas indiquer les milliers de morts en dehors de ces rangs.

Articles de « L’Express » propageant ce mythe :
31/08/2011

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/otan-les-ailes-de-la-victoire-en-libye_1025529.html

16/11/2011

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/en-libye-sarkozy-prend-un-petit-bain-de-popularite_1030859.html

22/08/2011

http://videos.lexpress.fr/actualite/monde/libye-une-victoire-occidentale_1022785.html

Conclusion

Si l’on arrive à trouver sur le site de « L’Express » autant de mythes et de mensonges uniquement au sujet du soulèvement armé en Libye et de l’intervention militaire de l’OTAN qui a laissé ce pays en ruine, imaginez la quantité d’« infaux » qui y circulent.

Avant de procéder à une chasse aux sorcières aux quatre coins du web, « L’Express » devrait commencer par nettoyer sa propre cour.

Julie Lévesque

Source : Mondialisation.ca

http://www.polemia.com/  du  13/04/2015

Article publié initialement le 13/04/2015…
mais c’est de pire en pire !

Epidémie De Viols Par Trop De Migrants !

invasion-islam- (1)

Solution idéale
pour le grand remplacement !

L’agression sexuelle est une arme de guerre musulmane !

Cet été, sur son écran de télévision, chacun pouvait voir que le flot de migrants forçant les frontières de l’Europe, était essentiellement composé d’hommes jeunes.

Mais les médias parlaient de «familles».

Les ordres donnés étaient de filmer les rares femmes et enfants mis en avant par les chefs du troupeau.

Nous avons maintenant les statistiques :
70% d’hommes (entre 18 et 35 ans), 13% de femmes et le reste, 90% de garçons, des mineurs souvent sans famille.

Toujours sur nos écrans, nous sentions que ces mâles n’étaient pas particulièrement des intellectuels.
Mais les médias et les politiques affirmaient que c’étaient surtout des ingénieurs, des médecins, des écrivains qui venaient enrichir l’Europe de leurs savoirs et leurs œuvres.

En guise de feux d’“artifesse” du Nouvel An, les agressions sexuelles qui ont eu lieu à Cologne, Stuttgart, Hambourg, Zurich, Helsinki (en attendant que tombent les noms d’autres villes : Berlin, Düsseldorf, Francfort, Munich, Vienne, Salzbourg…?), nous annoncent que nous n’en avons pas fini avec les joies du vivre-ensemble vanté par la nomenklatura européiste.

Les bombes migrantes ne sont pas seulement des kamikazes à la recherche des 72 vierges (qui ne doivent plus l’être depuis longtemps), ce sont aussi des bombes démographiques.

L’arrivée par centaines de milliers de jeunes mâles de type arabe ou nord-africain en rut dans nos contrées chamboule la démographie occidentale en transformant le rapport entre les sexes.

Tous les rapports entre les sexes.

Quand on sait de quelle manière est considérée la femme dans les sociétés musulmanes, quand on constate de quelle façon elle est traitée dans les Etats islamo-totalitaires d’Arabie saoudite ou d’Iran, on se doute que la vision des jeunes boucs (pas vraiment émissaires) musulmans sur les petites chèvres occidentales n’est pas celle de l’amour courtois.

Quand on entend le programme de quelques exemplaires de migrants à propos de ce qu’ils vont accomplir sur les jeunes européennes de souche —les engrosser pour qu’elles donnent naissances à de petits musulmans qui régneront sur l’Europe au nom d’Allah—, on n’a pas forcément le sourire aux coins des lèvres.

Mais c’est le sex-ratio nombre d’hommes/nombre de femmes qui est le plus préoccupant.

En Chine, où ce ratio est de 117/100, les problèmes sont immenses —en particuliers les viols dans les campagnes— et c’est une des raisons pour laquelle le pays de Mao abandonne la politique de l’enfant unique.

En Suède, le ratio est de 123/100.

En 1975, le Parlement suédois a décidé à l’unanimité de transformer la Suède autrefois ethniquement homogène en un pays multicul.
Elle s’est donc attachée à accueillir les migrants sans les compter.

En 1975, 421 viols ont été signalés à la police, en 2014, 6 620.
Une augmentation de 1472%!
Ce qui, avec 53,2 viols pour 100 000 habitants, place ce pays à la deuxième place derrière le Lesotho, confetti enclavé de l’Afrique australe.

En comparaison, le très proche Danemark à un taux de 7,3 viols pour 100 000 habitants.

Il apparaît que 85% des condamnés à au moins deux ans de prison pour viol sont nés à l’étranger ou sont des immigrés de deuxième génération.

Dans les cas des viols collectifs, presque tous les auteurs sont issus de l’immigration, et pratiquement 100% sont originaires de pays musulmans.

Les juges suédois absolvent généralement les violeurs car dans la plupart des affaires, même dans celles des viols collectifs, ils arguent que la victime était consentante.

Cette défense des coupables et cette accusation des victimes ressemblent à la réaction du bourgmestre de Cologne, « Henriette Reker ».

Cette femme, élue au premier tour avec plus de 51% des voix par tout ce que Cologne compte de collabos, de dhimmis, de bien-pensants, a fait du bisounoursisme pro-migratoire sa spécialité.
Au moment de son élection, elle était dans le coma après avoir été poignardée par un Allemand originaire de Bonn, au chômage, qui a expliqué son geste par son hostilité à l’accueil des migrants prôné par Madame « Reker ».

Aujourd’hui, cette dame demande quasiment aux femmes allemandes de porter la « burqa » pour ne pas provoquer les mâles syriens, irakiens, nord africains, subsahariens qui, grâce à Merkel, se sont abattus sur l’Allemagne comme un vol de criquets pèlerins (de La Mecque?) sexuellement affamés.

Cologne, Stuttgart, Hambourg, Zurich, Helsinki ne sont qu’un début.

Les agressions sexuelles vont avoir lieu dans toute l’Europe sauf dans les pays comme la Pologne, la Hongrie, la République Tchèque, qui ont eu le réflexe de fermer leurs frontières à la horde sauvage.
Elles ont pour but de terroriser la population, de briser les familles, d’imposer la soumission aux hommes dont les femmes ont été violées.

L’Etat Islamique a fait de l’agression sexuelle une arme de guerre, légitimée par sa propre interprétation du Coran, une sorte de théologie du viol qui devient un acte codifié, rendu public, pour un peu plus assommer les populations dominées.

En refusant de contrôler le flux des migrants, Merkel tue l’Europe.

Mais n’est-ce  pas le but recherché depuis des décennies par nos supposées «élites» du vivre-ensemble ?

Marcus Graven

http://ripostelaique.com   du 09/01/2016

La TV Allemande Sous-Titrée En Arabe !!!

 pensee (1)

Frohes Neues Jahr !

Pour nos amis allemands patriotes aussi,
l’année 2015 s’est terminée encore plus mal qu’elle avait commencé.

Non seulement leur pays s’est vu « gratifié » d’un million cent mille réfugiés – du moins, prétendus tels par leurs autorités, chiffre quatre fois supérieur à celui de 2014 – mais ils viennent de subir le pire affront qu’un élu au sommet d’un État puisse infliger à sa nation :

l’humiliation par le double jeu, le double fardeau du sacrifice et de la culpabilisation.

Les vœux d’Angela Merkel pour ses compatriotes ?
Qu’ils acceptent « bien gentiment » les migrants, sans broncher, même si « cela va coûter de l’argent […] » parce qu’« il est évident que nous devons aider et accueillir ceux qui cherchent un refuge chez nous ».

Évident pour qui, donc ?
Sans aucun doute pour « Peter Sutherland » – ex-directeur de « l’OMC », ex-commissaire européen à la concurrence, ex-directeur de « Goldman Sachs », mais actuel membre du groupe Bilderberg, directeur de la Trilatérale, conseiller spécial de l’ONU pour l’immigration ainsi que « conseiller au Vatican » – qui, dans une récente interview sur le site de l’ONU, préconise pour l’Allemagne en particulier, mais pour quasiment chaque pays d’Europe, d’accueillir plus d’un million de migrants par an sur les trente prochaines années.
Autrement dit, avec d’un côté de faibles taux de natalité, et de l’autre un taux vigoureux, dans 30 ans, les Européens ont toutes les chances d’être devenus les indigènes dans leurs propres pays…

Pas évident, en tout cas, d’après les estimations de la Bundesbank (la banque centrale allemande), de continuer de faire rentrer des millions de réfugiés dans le pays, puisqu’elle souligne les « qualifications faibles » et des « barrières linguistiques » et évalue à 70 % le nombre de migrants au chômage en Allemagne.

Alors Angela, née d’un père pasteur « et » communiste, en Allemagne de l’Est, celle qui abhorre la culture de « démocratie par la base », comme l’écrira le tempsreel.nouvelobs.com, en 2013, a agité la grosse ficelle.
Les Allemands patriotes sont des gens « au cœur froid ou plein de haine » [qui] se réclament eux seuls de l’identité allemande et veulent exclure les autres ».
Parce que « les réfugiés sont une chance » pour l’Allemagne.

Du Hollande dans la langue de Goethe !

Et pour bien montrer, à ces Allemands-là,
ceux qui tirent le diable par la queue,
ceux qui ont l’outrecuidance d’aimer leur pays et de préférer les leurs à ceux venus d’ailleurs en si grand nombre en aussi peu de temps,
bref, à tous ceux qui rechignent à sacrifier leurs économies, à se laisser effacer, Angela vient de leur jouer un tour de cochon, si j’ose dire.

Afin « d’atteindre de nombreux réfugiés », la chaîne publique ZDF a sous-titré ses vœux, comme ceux du président fédéral, en anglais et… en ARABE !

Mieux :
A partir du 4 janvier, les actualités allemandes « Heute » (celles de 17 heures… pour commencer) ainsi que d’autres émissions de la chaîne appliqueront systématiquement les nouvelles directives.

Comprenez, le public devient cosmopolite.

Et si François Hollande, pour sa (possible et espérée) dernière année, s’en inspirait ?
Une idée pour provoquer dans la France entière un électrochoc ?
On ne sait jamais…

Allez, Frohes Neues Jahr !

Caroline Artus

http://www.bvoltaire.fr   du 02/01/2016

Silence Complice Des Journaux Télévisés

 injustice

 Quant aux meurtres de Rouen

 

Dans la nuit du samedi 19 au dimanche 20 décembre, « Julien Tesquet », 31 ans, et « Élise Fauvel », 24 ans, sont retrouvés morts dans la chambre de cette dernière à Rouen.
Dès les premières constatations effectuées dans l’appartement, situé à deux pas de la place du Vieux-Marché à Rouen, les enquêteurs du SRPJ acquièrent la certitude que la jeune femme de 24 ans et son ami de 31 ans ont été victimes d’un double meurtre.
Recouverts d’un drap, les corps en partie dénudés, présentant de nombreuses ecchymoses, étaient allongés côte à côte sur le sol.
Les autopsies pratiquées révélèrent que les deux amis étaient morts par strangulation et qu’Élise avait préalablement été violée.

Moins de dix jours après ce double meurtre, la police judiciaire plaçait un suspect en garde à vue.

L’homme, « Jean-Claude Nsengumukiza », un Rwandais de 34 ans né en Ouganda, était sorti du centre pénitentiaire du Havre trois semaines auparavant.
En 2011, il avait été condamné à huit années de prison pour le viol d’une Rouennaise par la cour d’assises de la Seine-Maritime.
La PJ dispose contre lui d’éléments matériels solides, grâce à la téléphonie et à la vidéosurveillance :
Il a été vu avec les deux jeunes sur la voie publique, puis les raccompagnant.
Rentré dans le logement avec eux, il n’en est ressorti que le lendemain en fin de matinée.
De plus, d’après « Paris-Normandie », son ADN correspond à celui retrouvé sur la scène de crime et sur le corps des victimes.
Le suspect avait été arrêté en fin de semaine pour non-respect de ses obligations auprès de la police.
Fiché comme délinquant sexuel, il ne s’était pas rendu auprès d’un poste de police.
C’est pendant cette première garde à vue que les enquêteurs ont fait le rapprochement avec le double homicide.

Cette affaire est scandaleuse à double titre.

Alors que la condamnation du suspect pour le viol, en 2011, était assortie d’une interdiction de séjour en France, faute de coopération des autorités consulaires ougandaises, le sauf-conduit permettant l’expulsion à sa sortie de prison n’a pu être obtenu, le laissant ainsi libre de ses mouvements.

Condamné à 8 ans en 2011, il a pu sortir avec les réductions de peine en 2015, soit 4 ans plus tard alors que la dangerosité de cet individu était reconnue.
À l’époque, l’expert psychiatre avait relevé chez lui l’existence de troubles psychotiques et le médecin avait retenu une altération de son discernement.

Mais le plus intolérable est que ni « Soir 3 » ni les journaux de « TF1″ et de « France 2″ n’ont évoqué l’affaire.
Si le casse mobilier d’une salle de prière clandestine a été relayé durant plusieurs jours avec, en apothéose, la visite de Cazeneuve en Corse, pas un mot, pas une image, pas une interview n’ont été accordés pour montrer les tenants et aboutissants de ce double homicide.

Quant à notre gouvernement, pas une seule parole de compassion pour les deux victimes, par un seul mot de réconfort pour les familles.
Devant une telle abomination, aucun communiqué des ligues de vertu (MRAP, LICRA ou SOS Racisme) pour fustiger assassinats et viol.
Aucun responsable de la Ligue des droits de l’homme pour intervenir au « Soir 3 » comme il l’avait fait pour fustiger l’« extrême droite » à travers la manifestation de soutien aux pompiers corses. Pour ces médias boboïsés, le saccage d’une salle de prière clandestine est sans doute plus important que le viol et le meurtre de jeunes Normands.

Nous savons bien, évidemment, pourquoi…

Il faut que cette « propagande du silence » des médias cesse !
Il faut que par notre nombre nous fassions pression sur ceux-ci pour qu’ils y renoncent !

J’ai quelques idées pour cela.

Jean-Pierre Fabre-Bernadac

http://www.bvoltaire.fr   du 01/01/2016

Paris Vu Par Une Citoyenne Russe.

identite_nationale_francaise

CE QUE LES MEDIAS FRANCAIS OMETTENT,
UN REPORTAGE RUSSE VOUS LE MONTRE

Image de prévisualisation YouTube

La France se convertit
à l’Islam

Je me suis permis de retranscrire les sous-titres en Français,
la traduction va parfois un peu vite…
et je suis trop maniaque au sujet des fautes d’orthographe ou de syntaxe !

Maintenant, en Europe, la capitale du vieux monde change son visage culturel.
Est-ce que les rois de France qui sont enterrés dans la Basilique de Saint-Denis, près de Paris, auraient pu se douter qu’il allaient reposer un jour ainsi entourés ?

Reportage sur une France méconnaissable :
Dans cette école musulmane, deux fois par semaine, le mardi et le samedi, on ne parle que l’arabe car la langue Française est interdite.
Ici, les inscriptions sont closes un an à l’avance.
Chaque jour dans l’emploi du temps, la première leçon est au sujet du Coran car un vrai musulman doit apprendre par coeur 114 « sourates » du « livre saint ».
Le dessin d’Aïsha se trouve sur le mur, il ne représente ni sa maman, ni son papa, ni même ses amis, mais Allah car ce dernier doit être, dans sa vie, à la première place.
Voici deux années que cette petite marocaine ainsi que ses huit soeurs portent le « tchador » et, dans la famille d’Aïsha, personne n’essaie d’apprendre la langue Française.
Même s’il habite en France, un bon musulman doit dire « bismillah » (au nom du Dieu clément et miséricordieux) avant de manger, de dormir ou de prier.
La loi Française interdit de se présenter dans une école en « jilbab » qui est un long vêtement couvrant la totalité du corps, à part le visage et les mains, mais la loi laïque n’est pas appliquée dans cette école musulmane.
D’ailleurs, le mot « laïc » est traduit en arabe par « anti-religieux ».
Une jeune fille nous dit :
« Moi je respecte ma religion, c’est la raison pour laquelle je porte le « tchador » et si la France est contre, alors qu’elle l’interdise aux françaises mais pas à moi.
Seul Allah peut m’interdire quelque chose. »
L’an dernier à Paris, trois écoles islamiques clandestines ont été fermées.
A l’heure actuelle des mesures ont été prises à l’endroit de ces écoles et leurs adresses ne sont plus disponibles sur internet ou dans l’annuaire de la ville.
Officiellement, ces écoles n’existent pas
Une enseignante nous parle :
« Nous apprenons à nos élèves qu’ils sont tout d’abord des musulmans et qu’ils doivent, avant tout, vivre selon les lois d’Allah parce que seul Allah est véritable.
Ne t’arrête pas et ne crains rien, sauf Allah, voilà ce qui est écrit dans le Coran. »

Couronnes est la plus grande concentration volontaire de musulmans de Paris et, effectivement ici, on n’a peur de rien !
Un passant croisé nous informe :
« Les musulmans vivent ici selon leurs propres lois. »
Sur les marchés, dans les 11ème, 18ème et 20ème arrondissements de Paris, n’est plus vendue que de la viande « halal » ainsi que des articles pour les croyants (vendus à prix réduit).
Une femme sur deux s’y promène en burqa !
Il n’y a presque plus que des musulmans à Belleville et, cinq fois par jour, retentit l’appel du « muezzin ».
« Je ne sais pas si ce sont des musulmans ou pas mais, mes enfants et moi, nous avons déjà été la cible d’agressions de la part d’adolescents, c’est dangereux d’habiter ce quartier », nous murmure une habitante avant de continuer son chemin.

Personne ne sait combien ils sont exactement mais au moins 10% de la population Française faite le « salât »(les cinq prières quotidiennes).
Cela fait environ 6 à 8 millions de personnes et c’est le record en Europe.
Chaque année 200 000 personnes viennent France légalement, il faut en ajouter 200 000 autres qui, elles, franchissent les frontières sans papiers.
Nous avons écouté Marine Le Pen :
« Mais réfléchissez un peu, nous comprenons les Français.
Nous donnons des passeports, de droite et de gauche, sans chercher à savoir si l’individu veut devenir Français, ni même s’il en est capable.

Si nous ne voulons pas que la France couvre son visage d’un voile, nous devons stopper ce flux d’immigrés, il faut absolument leur interdire d’entrer chez nous car, au train où ça va, nous risquons de vite devenir un pays islamique. »
En fait, 43% des personnes qui sont entrées en France n’ont jamais tenté de travailler, 19% d’entre elles vivent sous le seuil de pauvreté, dans des cartons, sur le trottoir.
Voici les propos d’un sans domicile fixe :
« Nous n’avons rien, ni logement, ni travail, et cette ville de Paris ne nous donne rien, ne nous donne pas de travail. »
Nous sommes maintenant dans une ville improvisée de personnes sans abris, juste sous les vitraux de la Basilisque de Saint-Denis qui renferme les sépulcres de 25 reines, 10 rois et 85 princes.
De nos jours , à 9 kilomètres du palais de l’Elysée, il n’est plus nécessaire de parler Français.
Environ 1500 réfugiés et mendiants vivent ici, se chauffent 24 heures sur 24, et parmi eux, un sur cinq est musulman.
Cette banlieue de Paris est la plus pauvre mais aussi la plus criminelle.

Dans cette course démographique, l’Islam a vaincu l’Europe depuis longtemps
En moyenne, Les Français de souche ont un enfant par foyer alors que les musulmans en ont cinq.
Si cette évolution continution dans ce sens, les sociologues ont déjà estimé que, dans une vingtaine d’années, la cinquième république Française sera devenue musulmane.
Il ne sera plus interdit de prier dans les rues …et les Français non-musulmans n’auront plus qu’à se résigner !

P.S.En France, il y a 2200 mosquées qui occupent une surface de 300 000 mètres carrés, selon l’évaluation du conseil des musulmans de France et chacun a besoin d’au moins un mètre carré pour effectuer ses rites religieux, cela signifie qu’il faudra plus que doubler le nombre des mosquées !

Reportage par Olga Skobaeva

https://www.youtube.com/user/SoraloFolaso  le 08/03/2013

 

Article publié initialement en 2013.

Un « Modèle » De Journalisme A Fuir !

Daesh FN

La dernière cartouche inepte :

et , même combat !

Le premier a avoir avancé, sans trembler du menton, que « Daech vote Front National » n’est autre que Renaud Dély, le rédacteur en chef de « L’Obs », plus ou moins placardisé il est vrai, et que plus grand-monde ne prend au sérieux.
Sur France Inter le 19 novembre, il trouvait déjà « quelques convergences de vue entre le FN et les terroristes ou du moins, quelques indices troublants ».

En effet, en voulant « bordéliser » la vie politique, le Front National ferait le jeu de la division et donc… de Daech.
CQFD.

« Alors, certes, on ne dira pas que le FN vote Daech, non bien sûr.
Mais en revanche, ce qui est clair, c’est que Daech vote FN »
,

conclut Dély.

Mais le journaliste n’en est pas resté là.
Le 4 décembre sur le site de L’Obs, il récidivait en jugeant que le FN, en faisant référence à Charles Martel, refusait aux musulmans le droit d’être « des Français comme les autres ».
De quoi « attiser les germes d’une guerre civile dans l’Hexagone.
Un dessein qui apparaît en tous points comme le miroir de celui de… Daech ».

Conclusion ?
Le Front National avec ses « diatribes racistes et ses vitupérations xénophobes » sert « avec zèle » d’« agent recruteur aux djihadistes ».
« Raison pour laquelle, tout à son ambition de déstabiliser la démocratie en France, Daech vote Front national.
Qui le lui rend bien »,
ajoute l’auteur.
Mettre à plusieurs reprises sur un même plan un parti démocratique et une bande d’assassins ne pose évidemment aucun problème déontologique à notre journaliste qui se scandalise par ailleurs de voir Marion Maréchal-Le Pen « souiller » l’historien Marc Bloch en le citant.

Malheureusement, Renaud Dély n’est pas un cas isolé.
Après le « choc » du premier tour, d’autres journalistes ont commencé à reprendre ce discours, probablement dans l’idée de terroriser les électeurs FN en vue du second tour.
Dans son édito du 6 décembre sur « Rue89″ (qui appartient à « L’Obs ») « Pierre Haski » estimait que Marine Le Pen pouvait, au lendemain de son succès au premier tour des régionales, remercier deux acteurs politiques :
le groupe Etat islamique et François Hollande.

Pour « Haski », les attentats du 13 novembre ont « avantagé le parti qui prône la plus grande fermeté » et qui « distille depuis toujours un discours anti-islam pernicieux ».

« C’est exactement le calcul que pouvait faire Daech qui, selon tous les experts, cherche à provoquer la guerre civile, ou du moins de fortes tensions entre Français musulmans et non musulmans »,

ajoute-t-il.

Et comme « des régions présidées par le Front national, c’est plus de discriminations, de stigmatisations, de xénophobie », le parti frontiste se retrouve ici l’allié objectif, voire le complice, de l’État islamique !

Pour finir, citons un article de « L’Express » du même cru, qui pourrait être érigé en modèle de « manipulation par approximation ».
L’article est titré :

« Pour Daech, le FN a raison : les musulmans n’ont rien à faire en France. »

Comment le site de l’hebdomadaire compte-t-il s’y prendre pour faire passer cette (énorme) pilule ?
En citant des « spécialistes », bien entendu.

Sauf que le principe même du recours aux « experts » consiste, justement, à nommer ces experts, ce que « L’Express » se garde bien de faire.
Au début de son papier, « Jérémie Pham-Lé » affirme que :

« selon plusieurs spécialistes [sic], l’organisation Etat islamique (EI) se réjouit de la progression du vote frontiste, constatée lors du premier tour des régionales ».

Quels spécialistes ?
Le lecteur n’en saura rien.

Plus loin, il explique que :

« pour plusieurs spécialistes [re-sic], il existe un lien de dépendance entre les extrêmes, politique et religieux.
Lesquels s’alimenteraient entre eux à travers leurs idées discriminatoires »
.

Enfin, toujours d’après ces spécialistes fantômes, on nous apprend que :

« le FN et l’EI partagent quelques valeurs communes mêmes s’ils sont, en apparence, radicalement opposés ».

Quelles valeurs communes ?
Là encore, mystère.

Mais l’article vire vite à la farce.
En effet, la source principale qui fournit le fond du papier, ainsi que son titre, n’est autre que deux « partisans de Daech »… anonymes eux aussi !
Pour ces derniers, cités par « David Thomson », une victoire du FN pousserait les musulmans « à faire la hijra [émigrer en terre d’Islam, comme la Syrie, NDLR] ».

Et « Nicolas Hénin », journaliste ex-otage probablement atteint du syndrome de Stockholm, d’ajouter que :

« Pour les djihadistes, le FN a raison quand il dit ‘la France aux Français’.
Selon eux, les musulmans n’ont rien à faire dans une société occidentale comme la France, jugée terre de mécréants.
L’EI a tout intérêt à ce que les musulmans se sentent de plus en plus mal à l’aise ».

Ne cherchez pas d’autres sources, il n’y en a aucune.

L’État islamique n’ayant jamais communiqué sur le Front National, l’article de « L’Express », avec son titre racoleur, n’a eu d’autres choix que d’avoir recours à des « spécialistes » anonymes et à des témoignages tout aussi anonymes, tous probablement sortis de l’imagination du rédacteur, pour entretenir cette idée en vogue :
Daech et le FN, même combat !
Un modèle de journalisme…

Une question reste en suspens :
A quand une campagne médiatique pour dévoiler l’alliance historique secrète
entre le Ku Klux Klan et Malcolm X ?

La dernière cartouche de la propagande médiatique : Daech et FN : même combat !

« Toujours pas de communiqué de l’EI pour revendiquer et se réjouir des résultats du premier tour… »

http://www.ojim.fr   du 25/12/2015

Hautes Les Cornes, Sorcier Menteur !

F.HOL.france

Il ne reste plus que le décor !

La France devient chaque jour davantage le village Potemkine de la démocratie.

Derrière la façade des institutions et des discours qui nous abreuvent de leurs grands principes, la réalité d’une oligarchie accrochée à ses pouvoirs se fait de plus en plus pesante.
Non seulement le décor résiste, mais dans ses coulisses, et lorsque le rideau du spectacle électoral tombe, la machinerie du pouvoir restreint un peu plus la vie démocratique.
Le peuple, réduit au rôle de spectateur, a quitté la salle pour parcourir les marchés de Noël.

Les affiches commencent à annoncer le prochain spectacle, celui des présidentielles.
Certains s’emploient déjà à repeindre les décors.
Voulant oublier le premier tour des régionales, celui où l’on choisit, pour le second où on élimine en ramenant le « ni-ni » à un seul « non », on ressort la vieille lune du « grand groupe central » de Giscard.

Face à la montée de la colère d’un peuple qui n’en peut plus de se voir trahi, le racolage à droite toute façon Buisson-Sarkozy a fait son temps :
Ce sera désormais le bunker baptisé « républicain » qui résistera à l’assaut.
Ses occupants n’en bougeront pas.
Ils s’interrogent seulement sur leur chef.
Que les vraies questions du pays,
comme l’immigration,
la destruction de la famille,
la dérive européenne,
la perte de compétitivité,
l’incapacité de réformer,
ne soient pas résolues leur importe peu.

Pour l’emporter, les relais dans la société civile sont puissants.
Un triangle est particulièrement redoutable.
Bien des vaisseaux y ont sombré qui portaient les couleurs de la liberté d’expression.
Des associations politiquement orientées et militantes, mais néanmoins subventionnées, traînent le dissident devant la justice qui condamne éventuellement et la presse annonce le coupable dérapage puis sa juste condamnation.
Elle se fait plus discrète lorsque des juges cessent d’être des censeurs pour être des défenseurs du droit.

« Éric Zemmour », « Renaud Camus » et « Christine Boutin », aujourd’hui même, figurent parmi les victimes de ce traquenard.
J’y ai échappé en gagnant sept procès, mais en perdant mon siège parlementaire, et une bonne partie de mes économies.
« Marine Le Pen » vient d’y essuyer un grain.
Cette fois, la presse a occupé deux des angles.
« Bourdin » a très clairement supposé une communauté de pensée entre le FN et l’État islamique.
Assez logiquement, les responsables politiques insultés ont réagi en soulignant le caractère diffamatoire de la comparaison et en publiant des photos des atrocités de « Daech ».
Immédiatement, le pouvoir a actionné la justice qui a ouvert une enquête.

Valls, qui doit être l’héritier de Don Bazile ou de Torquemada, a fulminé comme il l’avait fait contre… « la Manif pour Tous » avec un sens aigu de l’inversion des valeurs.
Ce qui est monstrueux, selon lui, ce n’est pas d’écraser un homme sous un char ou de le brûler vif, ce n’est pas de comparer un parti qui réunit 7 millions de Français à un groupe terroriste, auquel le gouvernement français fait une guerre bien molle, non, c’est d’oser se défendre en montrant des photos.
La presse dénonce, scandalisée, l’odieux dérapage.
J’avais subi ce mot pour avoir dit la vérité.

Plus que jamais la démocratie et son pilier, la liberté d’expression, sont menacés en France.

Christian Vanneste

http://www.bvoltaire.fr  du 20/12/2015

La position de chacune des mains de F.HOL. signifie :
« Je te jette un sort kaballistique de malédiction ! »
Ce sont les deux mains dirigées vers notre drapeau doublement maudit et notre République est baillonnée, ficelée sous son postérieur !
Pensez y tout au long de 2016, ce n’est pas un bon présage !

Les Médias Européens Parlent De Nous !

la-france-1

Premier parti politique
en France !

Fausse défaite du Front National, pour la presse étrangère !

Pour « le Journal Officiel », le Front National a échoué à conquérir la moindre région.
Mais les frontistes confortent leur position, et réalisent un score historique avec 6.600.253 de voix (contre contre 6.421.426 au scrutin présidentiel de 2012).

Pour la presse étrangère, le « ouf » de soulagement est unanime, mais la menace latente… pour le scrutin de 2017.
Sept régions pour la liste droite, cinq pour la liste gauche et zéro pointé pour le FN.
En dépit du résultat qui ressemble -de prime abord- à un camouflet pour le parti frontiste, la presse internationale souligne la progression du Front National et l’impasse dans laquelle se retrouvent désormais la liste gauche et la liste droite en France.
Revue de détail.

Certes, « Le Soir » lance un « ouf ! » en guise de soulagement.
Mais la défaite du FN est néanmoins , « une victoire qui ne dit pas son nom, qui avance masquée ».
Car « l’évidence est là », le parti frontiste « connaît une montée inexorable », explique le quotidien.

« Le FN, qui se nourrit de peur pour baver de la haine – haine de la différence, haine de l’autre, haine de l’Europe, etc. -, n’a pas dit son dernier mot (…) »,

prévient le quotidien belge.

Le parti de Marine Le Pen bouleverse désormais l’échiquier politique, et redistribue les cartes, laisse entendre « The Independant » :

« Malgré son incapacité à remporter le scrutin, le parti de « Marine Le Pen » s’est néanmoins imposé au cours de ces deux tours comme une force politique en constante progression qui menace de reléguer le centre-droit (ndlr : les Républicains pour le journal britannique) dans une position de simple parti d’opposition…parmi d’autres ».

Le FN, victime du système, stratégie pour 2017 ?

« Le Soir » lance un avertissement sur l’ascension des frontistes, dans l’hexagone et ailleurs< /em>.

« Nos sociétés doivent d’urgence s’ébrouer et rassurer.
Car la France n’est évidemment pas seule concernée. »
,

écrit le journal.

 « Le tous contre le FN a fonctionné. »,

titre « El Mundo »ce lundi matin.
Mais le quotidien espagnol se garde bien de crier victoire.
Car, bien que le Front National ne gagne aucune région, il consolide sa position et représente « l’une des trois principales forces politiques en France. »

Le quotidien avance que la formation de Marine Le Pen se présentera aux élections présidentielles de 2017 comme la victime d’un « vaste complot des deux principaux partis de droite et de gauche ».

Un scrutin sans vainqueur, selon « Le Guardian » et « Der Spiegel »

De l’autre côté de la Manche, « Le Guardian » estime que le FN a bien été contenu pendant ce scrutin. Mais cette situation n’est que « temporaire car le parti connaît une progression continue ».
Pas de cri de joie, pour le quotidien britannique.

C’est un scrutin…sans vainqueur, écrit-il.

« Les « partis » de « l’establishment » ont jusqu’à la dernière minute essayer de déjouer ce qu’ils considèrent comme un parti raciste, xénophobe, islamophobe et très dangereux. » Mais ils ne se sont pas « penchés sérieusement sur les raisons qui ont fait que les électeurs se sont détournés des partis de gouvernement pour affluer vers le FN ».

Le « Guardian » estime que le vote frontiste est désormais appréhendé « comme protestataire mais aussi comme une alternative » par ses électeurs.

« Front national en France : une élection sans vainqueur »

titre ce lundi matin l’édition en ligne de « Der Spiegel ».

« Si le Front National pourrait être arrêté à ce scrutin régional, cela s’explique « davantage » par le fonctionnement du système électoral que par une volonté du peuple français. »,

écrivait dimanche soir -alors que tous les résultats n’étaient pas encore connus-le quotidien allemand.

La dynamique FN confortée, pour « Le Temps », en Suisse.

« Les régions refusent le Front National », écrivait hier soir Le Temps :

« Aucune région française ne sera dirigée par le Front national.
Bien que porté par une dynamique électorale sans précédent, et crédité dimanche à 21h30 de 28,8% des voix au niveau national à l’issue du second tour, le parti de « Marine Le Pen » échoue aux portes des treize grandes collectivités territoriales redécoupées en décembre 2014″.

Pour autant :

« sur le plan national, la dynamique FN n’est pas stoppée. »,

note le quotidien helvète.

« Si le total des voix de droite atteignait, à l’heure d’écrire ces lignes, 40,6% des voix contre 30,6% à la gauche, le parti créé par « Jean Marie Le Pen » améliore de nouveau son score et atteint son niveau record, à près de 29% des voix.
Il est donc conforté comme premier parti politique Français, un mois jour pour jour après les attentats terroristes du 13 novembre, et un an et demi avant les élections présidentielles de 2017″.

L’ancrage idéologique confirmé

Le quotidien italien « Corriere della Sera » dresse ce lundi matin un constat bien sombre.

« Le Front National est battu mais ses idées restent au centre des discussions ».

« Des idées, qui, au fil du temps, ont su revêtir un masque plus acceptable… »

laisse entendre le « Financial Times » :

« le parti anti-immigration a élargi sa cible depuis que « Marine Le Pen » a succédé au Père, et adoucit sa rhétorique xénophobe (…) ».

Si la candidate frontiste échoue aux portes du pouvoir :

« son appel est plus fort que jamais pour le nombre croissant de mécontents en France »,

analyse « Hugh Schofield » de la « BBC ».

Quant au « ouf » de soulagement unanime face à l’échec des frontistes, « c’est aussi le bruit que vous faites quand vous recevez un coup de poing dans l’abdomen »., ose le journaliste.

Nicolas Sarkozy, victime du « ni-ni », pour Le Devoir

Au Québec, « Le Devoir » se concentre sur les autres formations politiques, estimant que la cote de popularité de Hollande a sauvé le scrutin régional :

« La remontée soudaine dans les sondages de François Hollande depuis les attentats du 13 décembre aura donc servi les socialistes, qui sauvent largement leur mise.
Ce résultat est d’autant plus important que cette élection est la dernière avant la présidentielle, dans un an et demi ».

La droite parvient certes à changer la couleur de la carte de France -elle a remporté dimanche soir sept régions-, mais ce score n’est pas synonyme de victoire, selon le quotidien québécois :

« Même majoritaire avec sept régions, le grand perdant de cette élection demeure sans aucun doute Nicolas SarkÖzy.
Le président des Républicains devait non seulement faire « barrage » au Front national, mais remporter une large majorité.
Il n’aura fait ni l’un ni l’autre ».

Jean Guillaume

http://fninfos.fr   du 18/12/2015

 

 

Le Front National A Nouveau Persécuté !

méchanceté- 1

Deux Poids, Deux Mesures !

« Bourdin » dérape dangereusement en assimilant le Front National à l’État islamique.

Tout serait bon pour disqualifier un parti qui fédère, à lui tout seul,  une grande partie de l’électorat.

Journalistes et politiques ont une nouvelle marotte :

Assimiler le Front National, et ses plus de 6 millions d’électeurs, aux assassins de l’État islamique !

La position du Front National à l’égard de l’État islamique, et de ses soutiens sur le territoire national, est pourtant connue de tous.
Ce parti se dresse farouchement sur la route de l’islam combattant et de l’islam politique.
« Marine Le Pen » s’est par ailleurs toujours opposée à l’atomisation des nations arabes, à la collaboration avec les États soutenant directement ou indirectement les combattants Djihadistes (Qatar, Arabie Saoudite), ainsi qu’à l’ingérence de l’Occident dans les affaires du Moyen-Orient.
Ingérence coupable qui a entraîné les chaos libyens et syriens dont nous payons aujourd’hui chèrement les conséquences désastreuses, parmi lesquelles :
Aggravation de l’invasion migratoire, massacre des minorités religieuses dans les zones de conflit, importation du terrorisme sur notre sol.

Rien n’est comparable entre la doctrine islamique littéraliste et re-constructiviste de l’État islamique et le patriotisme tranquille mais décidé du Front National.
D’un côté se trouve un « internationalisme » totalitaire et religieux, de l’autre un « nationalisme » modéré et laïc.
Pourquoi donc alors comparer un parti politique respectueux des règles démocratiques et républicaines françaises à un conglomérat guerrier étranger ?
Comment des hommes cultivés, respectables, connus et reconnus, peuvent-ils s’abandonner à de tels raccourcis indignes ?

Lutter sur le terrain des idées contre un parti dont on ne partage pas les idées est une chose.
Lutter par l’outrance, la haine, ou la calomnie la plus vile, en est une autre.

Quand « Jean-Jacques Bourdin », journaliste et homme de radio, ose évoquer :

« les liens pas directs entre Daech et le Front national mais ce repli identitaire, qui finalement est une communauté d’esprit »,

il commet une faute tant sur le plan strictement intellectuel que sur le plan moral.
Un dérapage qui le disqualifie.

Plusieurs hommes et femmes politiques se sont aussi laissés aller à commettre de tels excès.
Tout serait bon pour disqualifier un parti qui fédère une grande partie de l’électorat.

De quel crime est donc coupable le Front National si ce n’est de perturber le petit ronron de l’alternance entre la « fausse droite » et la « fausse gauche » ?

Il semblerait qu’il soit aujourd’hui impossible de dire que l’immigration est une menace pour la France historique sans être pour cela assimilé aux pires criminels de notre temps.
C’est pourtant la crise migratoire qui a permis aux terroristes du Bataclan de se retrouver sur le sol français.
C’est aussi parce que nous n’avons pas voulu dire que la France avait une identité, et que nous avons arrêté d’assimiler les immigrés et leurs fils, que des gens de nationalité française ne se sentent pas Français et nous ont désignés comme leurs ennemis.

Plutôt que de s’interroger sur ces questions fondamentales qui peuvent expliquer l’existence de terroristes sur notre sol, les journalistes ont commenté le « dérapage » supposé de « Marine Le Pen ».
Cette dernière, en réponse à ces attaques monstrueuses, a diffusé des clichés représentant les atrocités de l’État islamique.
Elle a eu raison.
Il est temps que « Monsieur Bourdin » ouvre les yeux.
Le Front National ne tue personne.
Tout au contraire avertit-il les auditeurs de « Monsieur Bourdin » sur la nature et l’importance du danger que font peser l’État islamique, et ses alliés, sur la France et sur le monde libre.

Plus ridicule encore, le parquet de Nanterre a ouvert une enquête contre « Marine Le Pen » suite à un signalement du ministère de l’Intérieur après la diffusion de ces photos.

Bientôt, serons-nous signalés pour avoir dit la vérité ?

Bientôt, serons-nous obligés de dire qu’après tout les électeurs du Front National et les candidats au Djihad sont les mêmes ?

Bientôt, vivrons-nous en dictature ou est-ce déjà le cas ?

Gabriel Robin

http://www.bvoltaire.fr   du 17/12/2015

Médias Et Gouvernants Nous Ont Menti.

attention1

La Grande Muette Parle

En France, heureusement que nos militaires sont là.
Pour que « certains » officiers supérieurs et généraux à la retraite se mettent à « l’ouvrir » afin de recadrer certains discours, c’est que la coupe tend à être plus que pleine.
Ce qu’il convient de noter, c’est que ceux qui parlent, le font en connaissance de cause, même s’ils ne savent pas tout, en fonction des postes qu’ils ont occupés.
D’autre part, ils s’expriment avec le sentiment d’un assentiment général de la part de leurs amis et collègues dont certains sont encore en activité au sein de la grande muette, et dont ils sont, quelque part, les porte-paroles.
Nous sommes donc très loin des petites considérations journalistiques de « complotisme », « conspirationnisme », etc.
Nous aurions plutôt affaire à des lanceurs d’alerte.

Source

Le colonel « Régis Chamagne » fut d’abord pilote en escadrille de défense aérienne et commandant d’escadrille sur « Mirage F1C » à Cambrai puis commandant d’un escadron de reconnaissance sur « Mirage F1CR » à Strasbourg.
Il a effectué des détachements opérationnels au Tchad, en Arabie Saoudite et en Turquie, puis devint officier rédacteur à l’Inspection générale de l’Armée de l’air pendant une année avant de commander la 3ème escadre de chasse sur « Mirage IIIE » et « Mirage 2000D » à Nancy, commandement qui a mis un terme à la partie opérationnelle de sa carrière.

Image de prévisualisation YouTube

Au sujet du terrorisme islamique

source : http://www.delitdimages.org

Image de prévisualisation YouTube

« La java des bombes atomiques !« 

http://www.citoyens-et-francais.fr   du 17/12/2015

Qui pousse à la course aux armements depuis Hiroshima ?

Qui Est Gaulois Dans Notre France ?

medias-300x152 (1)

La France est sous domination.

Un sujet quelque peu connu, certes, mais qui reste encore et beaucoup trop discret, afin de réveiller les consciences.
Beaucoup de vidéos circulent sur ce sujet, mais toutes ne vont pas assez loin, voire balancer toute la liste complète, qui est tout aussi variable, que non exhaustive.
Et votre serviteur va le faire pour vous, afin de prouver de manière implacable que nous sommes bel et bien sous la domination juive dans les médias tous confondus.
Dans la vision du monde des Juifs, le goy est le non-juif.
Il est considéré comme une bête, un sous homme, ou mieux, une race inférieure.
D’après même Le Talmud, de loin le plus influant des textes sacrés du judaïsme, il vaut moins qu’un chien.
Sa seule vocation est donc de servir son maître Juif sans jamais pouvoir se plaindre.
Autrement, il passe pour “raciste”, “antisémite” et les Juifs feront tout pour lui en faire subir les conséquences.
Ce qui veut dire, tout naturellement, que les juifs sont les pires racistes parmi l’espèce humaine, et ils sont tellement menteurs, fourbes, lâches, et dégueulasses dans l’âme, qu’ils se font passer pour les éternelles victimes, alors qu’ils récoltent la haine légitime des autres communautés raciales, et les jettent de partout.
En un mot, les juifs foutent la merde dans le monde, et c’est une réalité.
Ils passent sous silence, ou mentent ouvertement vis à vis de leurs propres crimes dans l’Histoire.
Et tout ceux qui osent tenter ou montrer leur vrai visage à découvert, sont aussitôt diabolisés ou lynchés.
En démocratie, l’information est censée être libre et plurielle.
En réalité, les médias importants sont entièrement entre les mains des Juifs, et ce dans pratiquement tous les domaines.
Ceux-ci s’acharnent à faire passer leurs ennemis, au mieux pour des imbéciles et de dangereux malades, au pire des monstres incarnant le diable.
L’antisémitisme serait le mal absolu et, désormais, l’antisémite c’est celui que les Juifs n’aiment pas. Autant de noms de responsables et animateurs juifs de la télévision ou de la radio, qui déterminent le choix des programmes et leur mode de présentation.
Les membres d’un réseau virtuel qui, par-delà les particularités ou même de sourdes rivalités internes participent à une même dynamique au profit d’un objectif commun.
Et les actionnaires sont que des Juifs.
Vous n’avez qu’à vérifier, que ce soit dans les radios, les télévisions, ou encore les maisons d’éditions.
Ce ne sont là que quelques exemples, parmi une multitude d’autres.
En moyenne, un quart à un tiers des nouvelles parutions disponibles en librairie, en particulier pour les essais et les études socio-politiques sont signés par des auteurs juifs.
Visiblement, en France, il faut bien plus que du talent pour réussir à se faire éditer.
Il faut être juif, ou, de manière exceptionnelle, un goy soumis à leur « juifisme ».

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube

Introduction

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube

Première Partie

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube

Seconde Partie

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube

Troisième Partie

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube

Quatrième Partie

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube

Cinquième Partie

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube

 Sixième Partie

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube

 Septième Partie

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube

Huitième Partie

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube

 Neuvième Partie

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube

Dixième Partie

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube

Onzième Partie

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube

Douzième Partie

§§§§§§

A Suivre

 https://www.youtube.com   du 16/05/2015

Ce dictionnaire ne répertorie que certaines personnalités médiatiques, artistiques, scientifiques, industrielles ou politiques DE TOUS BORDS francophones ayant fait partie du quotidien populaire Français ces dernières décennies.
Il n’est pas exhaustif et, surtout,  n’est pas arrivé à la fin de notre alphabet.

Que De Médias Partisans Et Vulgaires !

lecoquierre-1140x897

Engrosser la femelle du
Front national !

Le journal subventionné « L’Obs » via son site « le plus » a publié mardi soir une tribune libre… avant de la retirer assez rapidement !

Car elle fait scandale.

En effet, rédigée par « Thierry Lecoquierre », médecin au Havre, cette tribune libre intitulée « engrosser la femelle du Front National » fait tout simplement l’apologie du viol et du métissage obligatoire pour les électrices frontistes.

«Maitrisons sexuellement les petites frontistes décérébrées, engrossons-les»

explique le plus naturellement du monde ce médecin, qui laisse planer le doute et l’inquiétude sur sa capacité à exercer ses fonctions professionnelles.

« Battons la de nos verges (…), maîtrisons sexuellement les petites frontistes décérébrées, engrossons-les sans hésiter pour la survie d’une humanité souriante. (…)
Fabriquons une descendance crépue.
Blacks, nègres, bougnoules, juifs (…) haut les queues ! (…) haro sur la croupe offerte pour une vaste copulation altruiste …».

etc.

Un appel au viol vite retiré (tout comme l’accès au site du Docteur) par le magazine du trotskiste Laurent Joffrin.
« Caroline de Haas », ancienne militante PS, s’est indignée de cet article sur « twitter », tout en continuant d’insulter les femmes partisanes du FN :

« Le Plus publie un appel au viol des femmes fachos.
C’est une stratégie pour faire monter le FN ?
Champion ! ».

Le docteur « Lecoquierre » a carrément désactivé son compte sous la pluie d’insultes et de menaces qu’il a lui même reçue après la publication de l’article.
Pour sa défense, il avait tenté de se justifier en écrivant :

« amis, j’avais écrit un papier ironique appelant au métissage des cultures et non pas au viol évidemment, qui semble faire polémique ».

Son compte twitter a par la suite était fermé.

Imposer le métissage, violer les récalcitrantes, joli programme …!

« Vous imaginez le scandale, si un partisan du FN avait expliqué dans « Minute » qu’il fallait violer les femmes africaines pour les inciter à quitter la France ?
Le torrent médiatique et politique aurait tout emporté  et des mesures judiciaires auraient été immédiatement prises contre l’auteur ainsi que le journal qui auraient diffusé ces propos. »

explique un militant frontiste nantais.

Pas un mot en tout cas dans la presse subventionnée, concernant les propos de celui qui se fait appeler « Le Dr Coq » .

Qui ne dit mot consent ?

§§§§§§

Je vous laisse en juger 

« La femme frontiste n’apparaît pas moins mammifère que les autres femmes, même si on la sait nantie d’un cerveau reptilien plus proéminent que la moyenne.
Comme tout une chacune, elle est soumise aux humeurs hormonales.
Avec une particularité que l’ethnologie nous confirmerait :
elle mouille surtout devant l’homme brute qui la rabaisse.

La sympathisante FN nous offre assurément des verges pour se faire battre.
Comme elle apprécie la botte et le macho, exècre les idées féministes, jouons son jeu :
battons-la de nos verges.
Prenons-la au mot, prenons-la tout court.
Puisqu’elle nous donne la recette pour métisser le bleu Marine, utilisons-la contre son camp.

Maîtrisons sexuellement les petites frontistes décérébrées, engrossons-les sans hésiter pour la survie d’une humanité souriante.
Comme elles sont sottes et tombent facilement face aux arguments épais, bécasses attirées par la gâchette du chasseur en treillis, les choses devraient être aisées.
Fabriquons une descendance crépue (j’allais dire frisée, mais je me suis fait peur !) au parti d’extrême-droite, crêpons le chignon de « la France aux français » terrorisée par l’altérité.

Refusant les avancées du planning familial,
chaque grossesse débouchera sur un petit métis ou un bâtard,
artiste de demain qu’elle finira bien par adopter.

Blacks, nègres, bougnoules, juifs, gauchistes, romanos, gitans, handicapés, francs-maçons et même mes gays amis solidaires :
haut les queues !
Mettons nos consciences sous l’oreiller, et haro sur la croupe offerte (hélas parfois jolie !) pour une vaste copulation altruiste.
Assurons une multicolore descendance à ce pays qui sombre.

Avec un seul objectif : noyer le poison dans l’œuf.

http://www.breizh-info.com   du  10/12/2015

Il doit abuser du « viagra » ou être un « coq-qui-erre »… sans trouver,  comme un de ses ancêtres.
Il paraît que c’est héréditaire.

Une Heure Avec Philippe De Villiers.

De Villiers

Parlons de Notre France !

Son livre « Le moment est venu de dire ce que j’ai vu »Une Heure Avec Philippe De Villiers.  dans EDUCATION est un énorme succès.
Il était donc logique que nous souhaitions entendre le fondateur du « Puy-du-Fou » sur tous les sujets d’actualité.

Un entretien essentiel dirigé par « Grégoire Boucher » sur « Radio Courtoisie », en
partenariat avec « le Salon Beige » et « Boulevard Voltaire ».

Image de prévisualisation YouTube

« Une heure avec Philippe de Villiers »

http://www.bvoltaire.fr/videos  du 01/12/2015

N’oublions pas que les ennemis de nos ennemis peuvent être nos amis.

Les Médias Politisés Par Les RipouxPs !

Cochons-socialistes

Liberté d’expression à quel prix ?

La Voix du Nord prend position contre « Marine Le Pen » !

Fait rarissime, le grand quotidien régional « La Voix du Nord » a pris position lundi contre une éventuelle élection de « Marine Le Pen » à la tête de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, provoquant l’indignation de la présidente du Front national.

« Pourquoi une victoire du FN nous inquiète », titre sur toute sa une « La Voix du Nord », à six jours du premier tour du scrutin.

« La région a-t-elle vraiment besoin du Front national? »,

s’interroge aussi « Nord Éclair ».

Les deux titres du groupe « La Voix du Nord » (« VDN ») publient la même double page.

Selon un sondage « BVA » publié dimanche, « Madame Le Pen » l’emporterait au second tour le 13 décembre, en cas de triangulaire comme en cas de duel.

À quelques heures d’un meeting de « Madame Le Pen » prévu lundi soir à Lille, « La Voix du Nord » expose ses arguments:

« Parce que nous ne portons pas les mêmes valeurs que le « FN »,
parce qu’il n’a pas l’expérience,
parce que la région est naturellement ouverte et pas repliée sur elle-même,
et parce qu’il menace la solidarité nordiste.
Un deuxième volet de l’enquête paraîtra mardi. »

« Une telle prise de position est exceptionnelle »,

a commenté « Christian Delporte », historien des médias.

« La presse quotidienne régionale, qui est par nature consensuelle et d’ordinaire très prudente, ne prend généralement pas position pour une élection nationale, et moins encore pour une élection locale ou régionale »

a-t-il dit à l’AFP.

Dans un éditorial, le directeur de la rédaction de « La VDN », « Jean-Michel Bretonnier », écrit qu’en cas de victoire du « FN » :

« les ferments de la division seront à l’œuvre, diffusés par un parti aux deux visages ».
« Il s’inscrit dans le jeu démocratique sans renoncer à sa radicalité… il adopte une posture +anti-établissement+ en profitant du système »
,

ajoute-t-il.

Cette initiative a reçu « l’approbation totale » de la direction générale du groupe, a indiqué « Monsieur Bretonnier ».
Début novembre, le grand patron nordiste « Bruno Bonduelle » avait déjà mis en garde contre « le repli sur soi » que signifierait selon lui une victoire de « Madame Le Pen ».

« J’ai le sentiment d’avoir fait mon métier de journaliste, qui est de rapporter des faits mais aussi de décrypter, d’aller au-delà des apparences »,

a déclaré « Monsieur Bretonnier » à « l’AFP ».
Il a rappelé que « La Voix du Nord », journal fondé à la Libération, était au départ « le nom d’un réseau de la Résistance », qui ne pouvait notamment cautionner les propos du cofondateur du « FN », « Jean-Marie Le Pen », sur l’Holocauste.

« Madame Le Pen » a jugé « profondément scandaleux » cette prise de position.

« C’est un tract pour le Parti socialiste »,

a-t-elle lancé.

Elle y a vu « la contrepartie des neuf millions de subventions qu’ils ont touchés du conseil régional socialiste sous cette mandature » (2010-2015).

Selon un communiqué du « FN » :

« La déconnexion de « La Voix du Nord » -assumant enfin un engagement et un parti pris que nous connaissions déjà- avec son lectorat, est gravissime de la part d’un média supposé exercer « un rôle d’information libre », qui plus est avec l’argent du contribuable ».

L’équipe de campagne de « Madame Le Pen » « prépare un référé devant le TGI de Lille en cas de non-parution » du droit de réponse adressé au journal.

De son côté, « La Voix du Nord » a répliqué que Madame Le Pen « fait un amalgame délibéré ».

« Ce n’est pas La Voix du Nord, mais la chaîne de télévision régionale « Wéo », dans laquelle notre groupe compte 34% du capital, qui reçoit 1,5 million d’euros par an d’aide à la production de programmes audiovisuels précis. »

La tête de liste PS, Pierre de Saintignon, a accusé la candidate du « FN » de « flagrant délit de mensonge sur presque tout ».

À l’autre bout de la France, dans la région Paca où là aussi le FN est en tête, le quotidien « La Provence » n’a « pas l’intention de prendre position dans le scrutin ».

« La Voix du Nord a fait un choix partisan, ce n’est pas notre choix »,

a expliqué à « l’AFP » le directeur des rédactions, « Jean-Michel Marcoul ».

source : AFP

http://actu.orange.fr/culture  du 30/11/2015

Editions Spéciales Cache-Vérités !

circuler1-300x225 (1)

Crise des réfugiés

Grave scandale de corruption à l’ONU dénoncé à la TV québecoise

« André Sirois » est vice-Président du Barreau des organisations gouvernementales internationales.
Avocat et fonctionnaire de l’ONU pendant 20 ans, il a notamment contribué à mettre sur pied le Tribunal criminel international pour le Rwanda de 1995 à 1997.
Les faits qu’il dénonce dans cette émission de la chaine québécoise TVA diffusée le 18 novembre dernier sont d’une extrême gravité :
corruption des employés de l’ONU dans les camps de réfugiés syriens en Jordanie et en Turquie,
actes de pédophilie,
chantage sur les réfugiés par les réseaux djihadistes
(on pense aux tragiques évènements parisiens du 13/11/2015).

Il affirme détenir toutes les preuves de ces allégations, qui, si elles s’avéraient fondées, devraient provoquer un certain bruit médiatique…

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube

crise-des-réfugiés

Bertrand Riviere

http://gaideclin.blogspot.fr/  du 22/11/2015

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube

L’appel des russes
aux peuples d’Europe

Cette vidéo parue le 17 novembre fait un énorme buzz sur les réseaux sociaux russes et anglophones,
elle est traduite et sous-titrée en français.

Bertrand Riviere

http://gaideclin.blogspot.fr/  du 20/11/2015

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube

Les attentats de Paris
expliqués en 10 minutes

§§§§§§

Le journaliste irlandais « Gearoid O Colmain » nous livre « à chaud » une analyse sans tabous des terribles attentats qui ont ensanglanté la capitale française le vendredi 13 novembre 2015,
les raisons qui y ont mené et les conséquences à prévoir.

Bertrand Riviere

http://gaideclin.blogspot.fr/  du 18/11/2015

La France Chrétienne Est Censurée !

passion (1)

Nos médias autorisés sont
sectaires et mondialistes !

Le Saint-Père a réagi aux attentats qui ont endeuillé notre pays.

Le pape François s’est livré à une émouvante déclaration à la télévision italienne « TV2000″, enregistrée par téléphone, au lendemain des attentats qui ont frappé la capitale française ce vendredi 13 novembre.

« Ces choses là sont très difficiles à comprendre, des gestes accomplis par des êtres humains.
Pour cela, je suis très ému et peiné, et je prie.
Je suis très proche par la pensée du peuple Français tant aimé.
Je suis proche des familles des victimes et je prie pour chacun d’eux. »

Image de prévisualisation YouTube

Réaction du Pape
aux attentats de Paris

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube

Visite du Pape
à l’Eglise évangélique

http://fr.aleteia.org du 14/11/2015

§§§§§§

Abbé Christian Bouchacourt

          Abbé Christian Bouchacourt          

 

Communiqué de Monsieur l’abbé Christian Bouchacourt, Supérieur du District de France de la FSSPX

Des actes terroriste d’une  particulière gravité viennent de frapper notre pays.

Des centaines de personnes  ont été tuées, blessées ou traumatisées.

Nous prions pour le repos de  l’âme de ceux qui ont perdu la vie lors de ce drame, et nous assurons de nos  prières leurs familles et leurs proches dans le deuil, les victimes blessées  afin qu’elles recouvrent la santé au plus vite.

Une telle attaque mérite sans  aucun doute une prompte réponse politique, policière, militaire de la part des  autorités publiques françaises.
Mais cela sera-t-il suffisant pour rétablir  durablement l’ordre, la paix et la sécurité en France ?
Nous affirmons le  contraire.

En effet, le pape Pie XI dans sa  belle encyclique Quas primas sur le  Christ-Roi, voyant au début du XXe siècle les nuages s’accumuler au-dessus du monde, proclamait :

« Non seulement ce déchaînement de malheurs a envahi l’univers parce que la plupart des hommes ont banni Jésus-Christ et sa foi très sainte de leurs  coutumes et de leur vie particulière comme de la société familiale et de  l’État, mais encore l’espoir d’une paix durable entre les peuples ne brillera  jamais tant que les individus et les États s’obstineront à rejeter l’autorité  de notre Sauveur ».

Seul le Christ, Prince de la paix,  est en mesure de restaurer au cœur de la société humaine le règne de la  justice, de l’amour et de la paix, brisé par le péché et par le rejet, public  comme privé, de la Loi de Dieu. C’est pourquoi nous devons travailler chaque  jour à établir « la paix du Christ  par le règne du Christ », c’est-à-dire l’union féconde de la Foi et de la Patrie, de l’Église et de l’État.

Ces tragiques événements sont la  conséquence dramatique du divorce consommé il y a plus de  deux cents ans entre la France et l’Église, et qui a conduit nos gouvernants à  rejeter le Christ hors de la société, faisant glisser notre pays vers une lente  apostasie.

Aussi voulons- nous travailler de  toutes nos forces à la restauration du règne du Christ-Roi.

Nous appelons les  évêques, les prêtres, les catholiques et tous les hommes de bonne volonté à retrouver le courage de nos pères pour œuvrer chaque jour à l’extension de ce règne  salutaire, pour le plus grand bien des âmes et de la société.

Que le Christ Roi des nations ait pitié de notre pays, et que la Vierge Marie, patronne et Reine de France, suscite  des âmes généreuses et vaillantes capables de redonner à la France son âme catholique qui a fait sa grandeur.

Abbé Christian BOUCHACOURT

http://laportelatine.org/district/france du 14/11/2015

Rien Que Lire Et Avec Grande Prudence.

presse-desinformation (1)

Les attentats vus
de Seine-Saint-Denis

Alors qu’en ce lugubre matin du samedi 14 novembre, la France était en état de choc et le monde glacé d’effroi, comment les jeunes de mon quartier, dans le 93, avaient-ils vécu, eux, les carnages de la nuit ?
Un vague espoir m’avait saisie :
Et si les tueurs islamistes venaient, par ce bain de sang, de s’aliéner un peu leurs admirateurs de banlieue, généralement fascinés par leurs «exploits guerriers» ?
Dans cet univers clos et à la dérive, où la fêlure morale est souvent vertigineuse, le principe qui prédomine est en effet celui de la valeur contraire.
Les décapitations en ligne, les prières de rue et le voile intégral horrifient ou dérangent ?

Ils «kiffent» puisqu’ils «niquent la France».

Mais cette fois ?
Se pouvait-il que les images atroces des tueries les laissent de marbre et ne suscitent pas l’ombre d’un écoeurement ou d’une identification aux victimes ?
En s’en prenant au public jeune et festif d’un concert de rock…pis, en ciblant les spectateurs d’un match de foot, leur passion, de surcroît au Stade de France, situé à quelques encablures de là et où ils auraient tous pu se trouver, les tueurs de « Daech » n’avaient-ils pas commis une erreur d’appréciation ? J’avoue que je m’attendais au moins à un vague :

«Là quand même, ils abusent!».

Je descends au bistrot du coin vers 10 heures.

Première surprise :
Rien n’y laisse deviner qu’une tragédie vient de frapper le pays.
La télé est pourtant allumée au-dessus du comptoir, le film des événements passe et repasse en boucle.
La clientèle, exclusivement masculine, regarde du coin de l’oeil, mais personne ne semble concerné. J’interroge le patron, les yeux rougis par l’absence de sommeil, un sympathique arabe chrétien qui se définit comme «assyro-babylonien» :

«J’y crois pas»,

me dit-il à voix basse.

«Depuis que j’ai ouvert à 8 heures, les gens parlent de tout et de rien, mais surtout pas de ce qui vient de se passer.
C’est biz as usual:
circulez, y’a rien à voir».

Je m’attable avec « Malik », en train de boire son café, le visage fermé.
Je lui dit qu’il a une mine fatiguée et qu’il y a de quoi après les massacres horribles des dernières heures.
me lance-t-il d’un air hostile, «tu crois quand même pas ce qu’ils nous racontent!».

« Pourquoi horribles ? »,

me lance-t-il d’un air hostile,

« Tu crois quand même pas ce qu’ils nous racontent ! ».

Ma crédulité lui fait même « pitié » :

« Réfléchis trois secondes :
Un musulman, ça tue pas.
Tuer, chez nous, c’est « haram ». C’est marqué dans le Coran ».

Je tente la carte bobo nunuche bien-pensante :
L’islam est certes une religion-de-tolérance-et-de paix, mais il peut y avoir de mauvais musulmans, des fanatiques qui le déforment et s’en servent à de vilaines fins politiques.

«C’est quoi ces conneries ?»,

poursuit-il.

«Un communiqué, ça se fabrique, c’est comme les images :
Tout est bidon».
Et comme un musulman ne peut donc être un meurtrier, il faut bien que «y’ai un truc derrière tout ça».

Le raisonnement est implacable.
Aussi brillant que celui « d’Emmanuel Todd » et d’une bonne partie de la doxa de gauche politiquement correcte, pour qui il ne s’agissait déjà plus, quatre mois après «Charlie», de combattre l’islamisme, mais le «laïcisme radical» porté par les néo-réactionnaires, très vite tenus, en toute indécence, pour les coupables indirects des crimes de janvier.

Entre temps, les copains de « Malik » sont arrivés et ils se mêlent à la conversation.
« Nidal », passablement agressif, renchérit :

«La vérité, de toute façon, on l’a connaît :
C’est un complot contre nous et contre l’islam, comme avec « Merah » et le reste».

Le reste ?
Un autre m’éclaire de façon assez prévisible en m’expliquant que les
chambres à gaz seraient une «invention sioniste», le 11-Septembre un complot du « Mossad » et le massacre de Charlie-Hebdo un coup monté de la « DCRI ».

«Tu vois, les « Kouachi ».
J’ai un copain qui les connaissait bien.
Il m’a dit que le deuxième frère était mort en 2009.
C’est pas une preuve, ça ?
Le but, c’est de salir les musulmans».

Avant, m’expliquent-ils, ils ne disposaient que de la version officielle que leur servaient «les médias».
Désormais, ils possèdent un savoir inaccessible au profane :

«On peut plus nous enfumer».

À ce propos, je leur demande quels sont leurs sites préférés :
Dieudonné, Soral, Médiapart, oumma.com, les Indigènes de la République ?
Ils ne comprennent pas le sens de ma question :

«Internet, quoi, YouTube.
Tu connais YouTube ?».

Je n’insiste pas, voyant que la notion même de source leur échappe.
Je me résigne aussi assez vite à laisser de côté la question de la vraisemblance du dit complot — la paranoïa « conspirationniste » étant par définition immunisée contre tout démenti en provenance des faits —, pour
m’intéresser aux chefs d’orchestres cachés :
Un complot, mais orchestré par qui ?

«Justement, on le saura jamais»,

dit Kevin d’un air grave et dubitatif.

«Tu déconnes!»,

s’énerve « Réda » qui prend à son tour la parole avec véhémence :

«T’sé quoi Madame, avec tout mon respect :
Les gros salauds, les barbares, les criminels qu’faudrait régler à la kalach, c’est les Juifs!
Mais ça, tu pourras pas l’écrire dans ton journal vu qu’ils contrôlent tout».

Vraiment tout ?

«Nan, en fait, seulement 80%»,

estime « Kamel », plus raisonnable et qui dispose de chiffres plus… exacts.
Son voisin, un peu gêné devant moi, tient lui aussi à… nuancer :

«Les Juifs, enfin les sionistes plutôt.
C’est eux les grands caïds.
Même l’Etat français est une marionnette entre leurs mains».

Tous acquiescent avec vigueur et considèrent, pour de mystérieuses raisons, que seul « Poutine », «un mec génial», pourrait nous «sauver».

« Même les Français
en ont marre,
ils sont plus chez eux
avec ces Juifs pourris.
Or on a quand même le droit

de se sentir chez soi,
c’est normal ! »

Les trois mots magiques — «Juif», «sioniste» et «complot» — étant lâchés, ces
vocables ont aussitôt pour effet d’échauffer le groupe, toujours aussi peu disposé,
autour de midi, à verser une larme de compassion, même une toute petite, envers
les morts et les blessés de la nuit.

Une insensibilité et une indifférence absolues.
Tandis que je songe à la réflexion « d’Hannah Arendt » sur le fait que c’est aussi dans le vide de la pensée et l’incapacité d’être ému que la barbarie se déploie, voilà que « Toufik » infléchit avec succès la discussion sur les francs-maçons, «les alliés du grand caïd» qui, manifestement, les passionnent.
Et d’ajouter:

«De toute façon, en France, c’est simple :
Si tu fais pas partie d’une loge, t’as pas de boulot».

Son pote le coupe:

«Faut pas oublier non plus Sarko et sa bande qui, après avoir vendu cinq tonnes d’or aux Américains pour une bouchée de pain, se sont tous tirés à Tel-Aviv».

Son voisin complète :

«Même les Français en ont marre,
ils sont plus chez eux
avec ces Juifs pourris.
Or on a quand même le droit
de se sentir chez soi,
c’est normal!».

J’ose faire remarquer que Nicolas Sarközy a pourtant l’air de se trouver physiquement à Paris.

«Ben c’est normal, vu que c’est « Rockefeller » qui dirige « BFM » et « iTélé».

J’admet que je n’y avais pas pensé…

«De toute façon, ils sont tous islamophobes, faut arrêter de nous stigmatiser»,

conclut un autre.
Là, il me sidère !

Ces jeunes esprits déstructurés, abreuvés aux discours de haine et aux fantasmes complotistes, ont en même temps très bien capté le prêt-à-penser du jour et l’intérêt qu’ils pouvaient en retirer, entre chantage à l’islamophobie, vulgate du padamalgame (les procès en dérive «néo-réac», ils ne connaissent pas
encore)
et complaisance victimaire.
Il est vrai que l’axiome de « Malik » — «Un musulman, ça tue pas» — rejoint le principe intangible de la bien-pensance contemporaine, à savoir que le Mal ne saurait en aucun cas surgir du camp du Bien, celui des anciens «damnés de la terre».
D’où l’exploit d’Edwy Plenel » qui, en 2013, osait encore parler d’un «terrorisme dit islamiste».
C’est ainsi que sans ces territoires occupés de la pensée progressiste, toute à son déni idéologique du réel, « Les Territoires perdus de la République*, un livre qui réunissait, dès 2002, les témoignages alarmés de professeurs du secondaire, aurait pu permettre de faire — à temps ? — le bon diagnostic.
La gauche, dont la lâcheté fut affligeante, a préféré le bouder et le considérer comme raciste :
comment osait-on constater une offensive salafiste dans certains quartiers ?
Scandaleux !

Résultat :
La France enregistre quinze ans de retard à l’allumage face à la menace représentée par un islam qui se radicalise.
À se demander où réside le plus horrifiant.
Dans cette perte absolue de repères parmi une jeunesse pourtant née et éduquée en France ?
Ou dans le manque de courage de nos élites somnambules qui, de renoncements en capitulations, ont contribué à accuser cette fracture qu’il était jusqu’à présent de mauvais goût de vouloir voir et sur laquelle il était donc de bon ton de ne rien savoir.

Tragique.

Au début des années 2000, mes interlocuteurs étaient encore enfants.
Nos milliers de djihadistes de fabrication locale, — dont les massacreurs du 13 novembre —, l’étaient aussi.

Alexandra Laignel-Lavastine

http://premium.lefigaro.fr/vox/société  du 18/11/2015

Attention ! C’est un peu « prêcher le faux pour savoir le vrai », ou « lancer un hameçon pour voir si ça mord », etc…
Il y a des vérités, dissimulées ou non, il y a beaucoup d’interprétations.
Ce ne sont que des conversations de bistro !

Nous Sommes Les Derniers Informés.

francedesinfo-300x300 (1)

Poutine balance tout sur
l’ISIS et les Etats-Unis

« Vladimir Poutine », dans cette séance de questions-réponses de la conférence de « Valdai » de fin 2014 dénonce publiquement le rôle des Etats-Unis dans la création de l’ISIS.
le texte est en anglais, pensez à activer les sous-titres en français.

Image de prévisualisation YouTube

« Poutine », « ISIS », les U.S.A.

Transcription des sous-titres :

« Premier point, je n’ai jamais dit que je considérais les États-Unis comme une menace pour notre sécurité nationale.
Le président Obama, comme vous l’avez dit, perçoit la Russie en tant que menace, mais je n’ai pas cette crainte par rapport aux Etats-Unis.
Je pense que les politiques de ces cercles de pouvoir, si je peux utiliser ces termes, les politiques de ces cercles de pouvoir sont erronées.
Non seulement elles vont à l’encontre de nos intérêts nationaux, mais elles minent également toute confiance que nous avions envers les États-Unis.
Ces politiques font donc également du tort aux États-Unis.
Cette confiance est minée vu qu’il s’agit de l’un des leaders mondiaux, en termes politiques et économiques.
Je peux garder le silence sur de nombreuses choses, mais comme je le dis toujours, et « Dominique » ici l’a juste mentionné, les actions unilatérales, la recherche continue des prochaines alliances et coalitions qui sont prédéterminées…
Il ne s’agit pas d’une méthode pour trouver un terrain d’entente.
Il s’agit d’actions unilatérales.
Elles ont lieu tout le temps.
Elles débouchent sur des crises.

Une autre menace mentionnée par le président Obama est l’ISIS.
Mais qui les a armés ?
Qui a armé les Syriens qui combattent aux côtés d’Assad ?
Qui a créé le climat politique et médiatique nécessaire pour faciliter cette situation ?
Qui a poussé pour la livraison d’armes dans la région ?
Ne comprenez-vous vraiment pas qui combat en Syrie ?
Ce sont principalement des mercenaires.
Comprenez-vous que ces gens sont payés ?
Un mercenaire combat pour le plus offrant.
Ils les arment donc, les payent une certain somme pour faire la guerre.
Donc ils combattent, ils ont les armes, et quand ils découvrent qu’ils peuvent gagner un peu plus ailleurs, ils changent de camp.

Ensuite ils occupent les champs de pétrole.
Partout, en Irak, en Syrie.
Ils commencent à extraire le pétrole, qui est acheté par quelqu’un.
Où sont les sanctions contre les entités qui achètent ce pétrole ?
Pensez-vous que les États-Unis ignorent qui achète ce pétrole ?
N’est-ce pas leurs alliés qui achètent le pétrole des terroristes ?
Ne pensez-vous pas que les États-Unis disposent de l’influence politique nécessaire pour influencer leurs alliés ?
Ou est-ce simplement qu’ils ne souhaitent pas le faire ?
Alors, pourquoi bombarder l’ISIS ?
Dans des zones en Irak où ils ont commencé à exploiter du pétrole et où ils payent les mercenaires davantage, dans ces zones, les rebelles des forces d’opposition syrienne « civilisées » ont immédiatement rejoint l’ISIS parce qu’ils payent plus.
Il s’agit selon moi de politiques absolument non professionnelles.
Elles ne se basent pas sur la réalité.

« Nous devons soutenir l’opposition démocratique et civilisée en Syrie ».

Donc vous les soutenez, vous les armez, et ensuite le lendemain ils rejoignent l’Isis.
Ce genre de chose était prévisible.
Nous ne tolérons pas ce genre de politiques des États-Unis.
Nous estimons qu’elles sont erronées.
Elles font du tort à toutes les parties concernées, y compris à vous (les États-Unis).
Lorsque nos intérêts nationaux sont en jeu…

J’aimerais vraiment que des gens comme vous (les journalistes américains), qui posez les questions, soyez un jour à la tête de votre gouvernement.
Nous pourrions alors peut-être retourner la situation.
Si cela ne marche pas, je vous demanderai au moins de livrer mon message à votre gouvernement.
Au président des États-Unis, au vice-président et à toutes les personnes concernées.
Dites-leur que nous ne souhaitons pas, que nous ne cherchons aucun type de confrontation.

Lorsque vous commencez à considérer vos actions dans le cadre de nos intérêts nationaux, peu importe les désaccords que nous ayons ils pourront se régler d’eux-mêmes.
Mais il faut agir et ne pas uniquement en parler.
Vous devez prendre en compte les intérêts des autres, ainsi que respecter les autres.
Vous ne pouvez pas « presser les autres comme des citrons » en considérant uniquement ce que vous pourrez en tirer…
Que ce soit en termes économiques, militaires, dans toutes les sphères.

Regardez l’Irak, la situation y est terrible.
Regardez la Libye et ce que vous y avez fait, ce qui a fini par coûter la vie de votre ambassadeur.
Est-ce nous qui avons fait cela ?
Vous avez même obtenu une décision du Conseil de Sécurité pour établir une zone d’exclusion aérienne !
Pourquoi ?
Pour que les forces aériennes de « Kadhafi » ne puissent pas bombarder les rebelles !
Ce n’était pas la décision la plus intelligente à prendre !

Mais bon…
Qu’avez-vous ensuite fait ?
Vous avez commencé à bombarder le pays.
Tout cela en contravention flagrante avec la résolution du Conseil de Sécurité.
Il s’agit même d’une agression flagrante d’un pays.
Est-ce nous qui avons fait cela ?
Vous l’avez fait de vos propres mains
.
Et cela s’est terminé avec l’assassinat de votre ambassadeur.
La faute à qui ?
C’est de votre faute.
Est-ce positif que votre ambassadeur ait été assassiné ?
Non, il s’agit d’un drame horrible.
Mais ne cherchez pas un bouc émissaire ailleurs alors que vous commettez vous-même ces erreurs.

Vous devez faire tout le contraire.
Réprouver ce désir insatiable de domination.
Vous devez cesser d’agir sur base d’ambitions impérialistes.
N’empoisonnez pas la conscience de millions de gens, comme si les politiques impérialistes étaient la seule solution.
Nous n’oublierons jamais la relation nouée durant notre soutien des États-Unis dans la guerre d’indépendance.
Nous n’oublierons jamais que nous avons collaboré dans les 2 grandes guerres, en tant qu’alliés.
Je pense personnellement que les intérêts géostratégiques de la Russie et des États-Unis sont essentiellement identiques.
Nous devons nous focaliser sur cet intérêt mutuel. »

Galoupix

Source :
http://www.businessbourse.com/2015/10/12/poutine-balance-tout-sur-lisis-et-les-etats-unis/

Le blog de Christine Tasin  du 13/10/2015

Image de prévisualisation YouTube

Yvan Blot parle de la Russie

Nos médias sont en dessous de tout, ne parlons pas de nos oligarques !

Pegida Veut La Démission De Merkel !

pegidapg-5x3 (1)

Pegida  à Dresde.

Les attaques contre Angela Merkel ont fusé lundi soir lors du rassemblement hebdomadaire du mouvement islamophobe allemand « Pegida » à Dresde.

Les militants ont demandé la démission de la chancelière.

« Merkel a fait de l’Allemagne un gigantesque camp dans la jungle »,

a lancé face aux milliers de manifestants « Tatjana Festerling », une candidate de « Pegida » qui avait rassemblé 10% des suffrages en juin lors des municipales de Dresde, raillant la politique d’accueil de la chancelière à l’égard des demandeurs d’asile.

Pour « Tatjana Festerling », qui était absente des rassemblements précédents, la dirigeante allemande est « une bonne femme irresponsable qui bavasse », voire la « femme la plus dangereuse d’Europe », qu’elle accuse de s’abstenir « délibérément de protéger les frontières allemandes ».

Affluence stable

En l’absence de chiffres policiers, un comptage indépendant assuré par l’université de Dresde a fait état de 7500 à 9000 manifestants au rassemblement, soit une affluence stable par rapport aux deux dernières semaines.

Le ton de « Pegida » à l’égard des responsables politiques s’est nettement durci à mesure que des centaines de milliers de réfugiés affluent en Allemagne, de loin le premier pays d’accueil en Europe.

Le Haut-Commissaire de l »ONU’ pour les réfugiés (« HCR »), « Antonio Guterres », a d’ailleurs appelé lundi l’UE à accueillir davantage de réfugiés dans le cadre de sa politique de « relocalisations ».

Source : http://www.rts.ch/info/monde du 12/10/2015

civilwarineurope

du 12/10/2015

Nos médias se gardent bien de nous dire ce qu’il se passe en U.E. et dans le monde quand cela ressemble à des « problèmes », dirons-nous… pour rester vagues.
Donc les états fédérés Allemands ne semblent pas très contents.
En Autriche, l’extrême-droite talonne la gauche dans les élections municipales :
39 % pour la gauche qui sauve sa première place mais 32 % pour l’extrême-droite qui fait un bond historique.
En Biélorussie le Président sortant est très largement réélu avec plus de 83 % des voix.
On ne parle pas non plus des manifestations des noirs aux U.S.A., cela aurait une connotation « raciste » dans notre vieux continent « angélique » !
Etc, Etc !

Honte sur Vous Et Votre Descendance !

charlie-morano-5x3 (1)

« Charlies », vous êtes
Traîtres à Notre France !

Heureusement, un trisomique n’est pas assez « connard »  pour lire Charlie hebdo !

« L’esprit Charlie » a encore frappé !

Avec « finesse » et « délicatesse », avec « bon goût » et « subtilité » !

La une de « Charlie Hebdo » du 7 octobre proclame :

« Morano, la fille trisomique cachée de De Gaulle ».

Suit une caricature du général qui tient dans ses bras un bébé « Morano » emmailloté, les yeux bridés et la langue pendante sur un filet de bave.

« Charlie » ne prend pas grand risque avec un tel dessin :
nul trisomique ne viendra jamais, fusil mitrailleur à la main, flinguer le dessinateur à l’humour si inspiré.

Cela, c’est réservé aux islamistes.

Ceux que « Charlie » ne caricature plus depuis l’attentat du 7 janvier.

Tacler « Nadine Morano » n’a rien de répréhensible, y compris par la caricature « grossière ».
Mais ce dessin est ignoble.
Non par celle qui y est représentée, mais par l’insulte qu’il profère à l’encontre d’une population handicapée mentale, qui vit – encore un peu – au sein de notre société.
Même si 96 % des bébés trisomiques sont éliminés par avortement, ceux qui vivent parmi nous sont des personnes aussi dignes de respect que n’importe qui.
Pas aux yeux de ce dessinateur qui visiblement n’en a jamais croisé un.

Ce dessin est ignoble parce qu’il s’attaque aux plus faibles, à ceux que leur handicap rend incapables de se défendre, de riposter, de rendre coup pour coup, ou, mieux encore, de sourire d’un air méprisant à l’auteur de ce torchon.
Un trisomique est sans doute, à ses yeux, un sous homme.
Un « mongol » comme le disaient les enfants de ma génération dans la cour de récréation.
Un incapable et un gêneur.
Ce dessin me rappelle la réflexion entendue un jour :

« comment y en a-t-il encore autant avec la généralisation du dépistage ? ».

En bref, pourquoi toutes ces bouches inutiles et coûteuses sont-elles encore autorisées à vivre ?

Ce dessin est ignoble parce qu’il atteint aussi la mémoire d’un père, Charles De Gaulle.
Non le général, non le chef d’État, mais l’homme privé dont la fille Anne était trisomique.
Cette enfant qu’il a aimée, élevée et soignée jusqu’au bout.
Cette enfant qu’il a enterrée un jour de 1948 avant de dire à sa femme :

« Venez, elle est comme les autres maintenant ».

Placer un trisomique de caricature dans les bras de De Gaulle, ce n’est pas mener un combat politique, c’est cracher à la figure d’un père blessé.

Monsieur « Riss » devrait s’approcher un jour d’un de ces êtres inutiles et coûteux.

Prendre le temps de se pencher sur ce visage déformé.
De plonger son regard dans celui de l’autre.
De lire l’insatiable besoin d’affection qu’il révèle.
Il devrait se laisser enlacer par un de ces enfants.
De parler aussi avec lui.
Oui, un trisomique parle.
Il ne profère pas des borborygmes.
Oui, il y a des trisomiques plus intelligents que d’autres.
Oui, un trisomique peut apprendre à lire.
Oui, un trisomique est un compagnon de bonheur.
Non comme un animal domestique dont on se lasse, mais comme une personne humaine dont la dignité est magnifiée par la faiblesse.

Un enfant trisomique c’est souvent un frère ou une sœur dont on s’occupe avec soin, et qui a, bien malgré lui, un rôle éducatif essentiel :
il apprend aux autres à l’aimer non pour ce qu’il fait, mais pour ce qu’il est.
C’est une lourde charge pour une famille, une croix quotidienne à porter parfois. Mais surtout un exemple de bonheur.
Car voyez-vous Monsieur « Riss », ce qui frappe le plus chez ces enfants, c’est qu’ils sont heureux.
Oui, heu-reux !

Et puis, l’enfant trisomique a une immense qualité :

Il n’est pas assez « connard » pour dessiner des saloperies pareilles.

En bref, il n’a pas « l’esprit Charlie ».

François Teutsch

http://www.bvoltaire.fr/  du 09/10/2015

Nous avions une vie plus saine il y a une cinquantaine d’années.
Il y a eu d’énormes progrès médicaux mais, dans le même temps, les motifs de retards mentaux se sont multipliés.
La boisson bien sur, les drogues, les maladies des autres continents comme le sida, le métissage avec des ethnies dont les gènes ne sont pas tout à fait compatibles avec les nôtres.
Par exemple un enfant qui va en classe, touché par une méningite, peut en garder des séquelles, etc.
Ce que la science a pensé corriger d’un côté est resté au même stade en raison d’autres facteurs.
Les retards mentaux sont moins profonds (puisqu’on fait avorter les mères), moins visibles au yeux des gens dits « normaux » mais tout aussi importants qu’au temps où on ne quantifiait pas le quotient intellectuel de chacun.

L’ Intrusion De L’ Alliance Atlantique !

echecs-strategie-6x3 (1)

Les Russes,
les meilleurs stratèges !

Pourquoi l’Occident souhaite-t-elle
la défaite des Russes en Syrie ?

La fermeté disproportionnée avec laquelle la Turquie a réagi à l’incursion d’un chasseur « Su-30″ dans l’espace aérien turc
-(une incursion d’à peine quelques secondes)-
laisse perplexe.
Cet incident a même provoqué une réunion d’urgence des ambassadeurs des États membres de l’Alliance atlantique, d’où il est sorti un communiqué particulièrement dur où figurent les expressions « condamnation ferme »,« danger extrême » et « attitude irresponsable ».
Ce n’est pas le ton que l’on emploie à l’égard d’une puissance étrangère avec qui l’on entend combattre un ennemi commun, même si cette entente est de circonstance.
Ce sont les propos d’un adversaire qui fait tout pour vous mettre des bâtons dans les roues.

Explications !

Russes et Occidentaux ont naturellement intérêt à éradiquer le cancer « Daech » avant qu’il ne se propage dans le Caucase et en Europe, c’est difficilement contestable.

En revanche, en Syrie, il est manifeste que ces deux puissances poursuivent des buts opposés.

Les Russes veulent garder « Bachar el-Assad », l’Occident veut s’en débarrasser.
Une opposition qui aurait pu être réconciliée – surtout au regard du péril que représente « l’État islamique » – si les deux parties jouaient franc-jeu, mais ce n’est pas le cas.
Si la Russie est parfaitement transparente dans ses motifs :
1) le clan « Assad » est l’allié des Russes, une alliance qui remonte à la guerre des Six-Jours et c’est à sa demande qu’elle intervient sur le théâtre d’opérations syrien.
2) il n’y a pas de commandant « Massoud » en Syrie, « Bachar » est la seule alternative aux islamistes radicaux,
l’argument ou plutôt l’alibi humanitaire des Occidentaux n’est que pure façade.
Comment peut-on encore ignorer en 2015 que, lorsqu’il s’agit de servir leurs intérêts stratégiques, les États-Unis n’ont que faire des droits de l’homme, une « realpolitik » ouvertement assumée lorsqu’en 1996 « Madeleine Albright », alors secrétaire d’État de « Bill Clinton », déclara sur « CBS News » que :

« la mort d’un demi-million d’enfants irakiens était un prix acceptable pour se débarrasser de « Saddam Hussein ». »

La véritable raison pour laquelle les États-Unis et leurs « alliés » veulent absolument se débarrasser du dictateur alaouite est aussi limpide que peu avouable, un cas d’école de géostratégie sur fond d’intérêts économiques :
Cette raison, c’est l’Iran.
L’Arabie saoudite, les émirats du Golfe et probablement Israël ont fait du départ d’ ‘Assad’ une condition « sine qua non » de la normalisation des relations avec le régime de Téhéran, une normalisation ardemment souhaitée par Barack Obama et qu’il souhaite conduire avant la fin de son mandat.
En d’autres termes, d’accord pour sortir l’Iran de son isolement, mais un Iran diplomatiquement affaibli et, pour cela, il faut d’abord éliminer son principal allié dans la région.

Tout cela, « Vladimir Poutine » ne le sait que trop, comme il n’ignore pas que l’Occident ne redoute rien plus qu’une victoire éclair de la Russie, même plus – ô scandale – que la chute de Damas aux mains de l’État islamique.
Pourquoi prendre des risques, alors ?
L’hypothèse la plus probable est qu’une fois la Syrie pacifiée, il acceptera de monnayer le départ de « Bachar el-Assad » contre un règlement à son profit de la question ukrainienne.
C’est un coup de poker.

Le risque est qu’entre-temps, l’Occident humilié se raidisse et commette l’impensable :
Qu’il entre en guerre ouvertement contre « Assad » et son allié russe à la faveur d’un incident de frontière savamment provoqué.

Christophe Servan

http://www.bvoltaire.fr/  du 07/10/2015

A En Rire Pour Ne Pas En Pleurer !!!

rire (1)

L’étrangère !

Très belle histoire et tellement vraie…À lire jusqu’au bout !

Ce n’est pas un beau roman … mais une histoire si actuelle !!!
Quelques années avant ma naissance, mon père connut une étrangère récemment arrivée dans notre village.
Depuis le début, mon père fut subjugué par cette personne, si bien que nous en arrivâmes à l’inviter à demeurer chez nous.
L’étrangère accepta et depuis lors elle fit partie de la famille.
Moi je grandissais, je n’ai jamais demandé d’où elle venait, tout me paraissait évident.

Mes parents étaient enseignants :
Ma maman m’apprit ce qu’était le bien et ce qu’était le mal et mon père m’apprit l’obéissance.
Mais l’étrangère c’était une conteuse, une enjôleuse.
Elle nous maintenait, pendant des heures, fascinés par ses histoires mystérieuses ou rigolotes.
Elle avait la réponse à tout ce qui concernait la politique, l’histoire ou les sciences.
Elle connaissait tout du passé, du présent, elle aurait presque pu parler du futur !
Elle fit même assister ma famille à une partie de football pour la première fois.
Elle me faisait rire et elle me faisait pleurer.
L’étrangère n’arrêtait jamais de parler, ça ne dérangeait pas ma Maman.
Parfois Maman se levait, sans prévenir, pendant que nous continuions à boire ses paroles.
Je pense qu’en réalité, elle était partie à la cuisine pour avoir un peu de tranquillité.
(Maintenant je me demande si elle n’espérait pas avec impatience qu’elle s’en aille.)
Mon père avait ses convictions morales, mais l’étrangère ne semblait pas en être concernée.
Les blasphèmes, les mauvaises paroles, par exemple, personne chez nous, ni voisins, ni amis, ne s’en seraient permis.
Ce n’était pas le cas de l’étrangère qui se permettait tout, offusquant mon père et faisant rougir ma maman.
Mon père nous avait totalement interdit l’alcool.
Elle, l’étrangère, nous incitait à en boire souvent.
Elle nous affirmait que les cigarettes étaient fraîches et inoffensives, et que pipes et cigares faisaient distingué.
Elle parlait librement (peut-être trop) du sexe.
Ses commentaires étaient évidents, suggestifs, et souvent dévergondés.
Maintenant je sais que mes relations ont été grandement influencées par cette étrangère pendant mon adolescence.
Nous la critiquions, elle ne faisait aucun cas de la valeur de mes parents, et malgré cela, elle était toujours là !

Cinquante ans sont passés depuis notre départ du foyer paternel.
Et depuis lors beaucoup de choses ont changé : nous n’avons plus cette fascination.
Il n’empêche que, si vous pouviez pénétrer chez mes parents, vous la retrouveriez quand même dans un coin, attendant que quelqu’un vienne écouter ses parlotes ou lui consacrer son temps libre…

Voulez-vous connaître son nom ?

Nous, nous l’appelons… Télévision !
Il faudrait que cette belle histoire soit lue par tout le monde.

Attention

Maintenant, elle a un époux qui s’appelle Ordinateur
un fils qui s’appelle Portable
et un neveu pire que tous… lui c’est Smartphone !

Autre Que Réseau Social

Que d’étrangers dans chaque famille !
Avec tous les foyers que compte notre pays notre vie privée est envahie par ces étrangers si peu respectueux de notre vie familiale, de nos coutumes, de notre bienséance, de notre langue Française, surtout de la Vérité !
Chacun sait que les politiciens se servent à outrance des médias -donc des chaînes de télévision- pour distiller subtilement leurs idées dans les cerveaux des gens abrutis par des heures de labeur.

Arnaque Mondiale Par Ces Journaleux.

jojos-300 (1)

Campagne médiatique
effrénée et perverse !

« Hébétude sentimentale et sidération par l’image »

L’image, dans cette campagne, joue un rôle fondamental, il s’agit d’émouvoir, d’émouvoir et d’émouvoir encore, jusqu’à éradiquer l’esprit critique.
Refuser, ou même simplement questionner ce qui est en train de se passer  vous transforme alors immédiatement en « salaud » !

Pour des raisons éminemment idéologiques, la plupart des grands médias a décidé que l’invasion migratoire que subissait actuellement l’Europe était une bonne chose, et ce sur tous les plans :
économique, démographique, politique et surtout moral.
L’enthousiasme des élites pro-immigration vire parfois carrément à l’hystérie !
Non content du million de migrants que son pays va accueillir cette année, le ministre de l’intérieur allemand « Thomas de Maizières » veut à présent directement « chercher les réfugier dans les zones de guerre ».
Au cours d’une réunion de maires à la Maison de la chimie le 12 septembre, on a pu voir un préfet de la République tenter d’arracher son discours au maire de Beaucaire « Julien Sanchez » opposé à la politique gouvernementale, le tout dans une étrange ambiance de lynchage (ce qui n’a pas empêché « TF1″ d’estimer que c’était le maire de Beaucaire qui avait crée l’incident !!!).
Quant à « Emmanuelle Cosse », la patronne des Verts (du moins ce qu’il en reste)elle déclarait le 15 septembre dernier sur « RTL » que la France et l’Europe pouvaient accueillir les migrants « sans limite », ce qui, « en bon Français », signifie un, dix, cent millions ou, pourquoi pas, un milliard.
Cet enthousiasme ne semble toutefois pas partagé par tous, et le président du secours populaire « Julien Lauprêtre » parle même de « raz-de-marée de la misère qui se développe en France ».

Depuis le début de cette crise migratoire, les grands médias se sont lancés dans une formidable  campagne visant à sidérer l’opinion publique et à lui faire admettre que refuser, ou simplement questionner ce qui était en train de se passer  vous transformait immédiatement en « salaud ».
L’image, dans cette campagne, joue un rôle fondamental.
Il s’agit d’émouvoir, d’émouvoir et d’émouvoir encore, jusqu’à éradiquer l’esprit critique.

Les photos de migrants publiées par la presse sont ainsi savamment choisies pour rassurer, mais aussi pour susciter la pitié et la sympathie.
Ainsi, sans parler de la photo du petit « Aylan » (pitié) qui a représenté un « climax » en la matière, ce sont souvent des enfants, des couples ou des familles qui sont représentées (sympathie) même si l’on sait qu’entre 70 et 80% de ces migrants sont des jeunes hommes.

Comment ne pas être touché par cette photo diffusée par la BBC d’un couple s’embrassant devant la mer ?

Comment ne pas être touché par cette photo diffusée par la « BBC » d’un couple s’embrassant devant la mer ?

Et cette autre photo d’un couple rayonnant de joie et de beauté enlacé dans un train ?

Et cette autre photo d’un couple rayonnant de joie et de beauté enlacé dans un train ?

Ne faut-il pas être un sans-cœur pour évoquer des problèmes de coûts, de limite des capacités d’accueil ou de sauvegarde de son identité ?
Quand il s’agit d’hommes seuls, ceux que l’on photographie ou que l’on interview sont généralement d‘âge mûr, éduqués, occidentalisés, exerçant des professions valorisées et parlant anglais.
Bref, des gens dont on doit sentir qu’ils s’intégreront très facilement et qu’ils ne poseront aucun problème, des gens polis qui feraient somme toute de très sympathiques voisins.
Quant aux cohortes de jeunes gens sans formation, de déserteurs de l’armée légale ou de marginaux à la dérive, un voile pudique les recouvre.

Ne se sentant aucune limite, là non plus, dans la vocation qu’ils se sont donnée, les médias mettent à présent en scène des migrants fuyant avec leurs animaux domestiques.

Ainsi ce beau jeune homme souriant portant dans une serviette nouée sur le ventre son petit chaton…

Ainsi ce beau jeune homme souriant portant dans une serviette nouée sur le ventre son petit chaton…

Que vous faut-il encore comme preuve de sa très grande humanité ?
Dans une vidéo d’Euronews, on peut voir « deux amis syriens partis de Damas qui ont décidé que leur jeune husky, « Loos », ferait aussi le voyage vers l’Europe ».
Serait-on inhumain au point de refuser l’hospitalité à ce mignon petit toutou et à ses maîtres ?

 https://www.facebook.com/fr.euronews/videos/889311357784916

Ailleurs, c’est un autre couple, toujours beau et souriant,avec son chien « Johnny » qui nous demande gentiment le droit de venir le promener dans nos parcs pour qu’il puisse jouer avec nos petits toutous à nous (promis, on ramassera les crottes).

Ailleurs, c’est un autre couple, toujours beau et souriant, avec son chien « Johnny »

Dans un continent attaché à ses animaux de compagnie et sensible à la condition animale, nulle doute que l’argument touchera les âmes sensibles.

Nul doute non plus que les médias sont prêts à toutes les manipulations pour maintenir la population dans un état d’hébétude sentimentale et lui faire accepter pacifiquement de céder la place.

http://www.ojim.fr/migrants  du 23/09/2015

Ils sont malins !
Ne vous laissez pas piéger par leur images trop souvent trafiquées !

Nos Médias Taisent Ces Faits Divers !

medias-4x3 (1)

A Toulouse,
Coups de couteau !

 

  • rue-Parga.jpg

    Deux militaires en permission agressés à coups de couteau rue Pargaminières

    22/09/2015-11:00 : Lundi 21 septembre 2015, vers 23 heures, deux militaires en civil ont été blessés à coups de couteau alors qu’ils faisaient la queue dans un fast-food de la rue Pargaminières.

http://actu.cotetoulouse.fr

  • Capture-d’ecran-2015-04-23-a-12.22.04.png

    Poignardé dans une station-service pour un regard :
    30 jours d’ITT et un couple interpellé

    23/04/2015-12:41 : Parce que son compagnon n’avait pas le dessus dans une bagarre, une jeune femme de 25 ans a poignardé un homme, dimanche 19 avril, dans une station-service de Toulouse.

http://actu.cotetoulouse.fr

  • Capture-d’ecran-2015-04-08-a-11.27.50.png

    Coup de couteau.
    La rixe dégénère en centre-ville en plein après-midi.

    08/04/2015-11:35 : Mardi 7 avril, à 17 h, une bagarre entre une dizaine de personnes a dégénéré en plein centre-ville de Toulouse.
    Un homme a reçu un coup de couteau.
    Ses jours ne sont pas comptés.

http://actu.cotetoulouse.fr

  • Capture-d’ecran-2015-04-01-a-14.47.02.png

    Tué à coups de couteau avenue Jules-Julien :
    le suspect mis en examen et écroué.

    01/04/2015-15:11 : Lundi 30 mars 2015, un homme de 44 ans a été mis en examen et écroué.
    Il est soupçonné d’avoir tué un homme à coups de couteau, dans la nuit du 28 au 29 mars, avenue Jules-Julien.

http://actu.cotetoulouse.fr

  • Expresso-630x02.JPG

    Coups de couteau mortels dans la nuit de samedi à à dimanche, dans le centre-ville.

    30/03/2015-07:20 : Dans la nuit de samedi à dimanche, un homme d’une cinquantaine d’années est décédé après avoir reçu des coups de couteau dans le centre-ville de Toulouse. Une enquête est en cours.

http://actu.cotetoulouse.fr

  • Police-nationale.JPG

    Coups de couteau en centre-ville :
    Un mort et une personne interpellée.

    29/03/2015-12:00 : Dans la nuit du 28 au 29 mars, un homme d’une cinquantaine d’années est décédé après avoir reçu des coups de couteau avenue Jules-Julien à Toulouse.
    Une enquête est en cours.

http://actu.cotetoulouse.fr

  • Capture-d’ecran-2015-03-15-a-11.04.12.png

    Un jeune homme poignardé dans le quartier Arnaud Bernard, samedi 14 mars.

    15/03/2015-11:19 : Samedi 14 mars 2015, un homme de 26 ans a été retrouvé au pied du métro Compans-Caffarelli.
    Il venait de se faire poignarder.

http://actu.cotetoulouse.fr

  • hotel-de-police-commissariat-Russeil.JPG

    Maureen, 19 ans, assassinée de plus de 60 coups de couteau à Toulouse.

    04/03/2015-09:02 : Vendredi 27 février 2015, le corps de Maureen, 19 ans, a été découvert lardé de 62 coups de couteau, à son domicile, en plein centre-ville de Toulouse.
    Une enquête est en cours.

http://actu.cotetoulouse.fr

  • police 2

    Une jeune femme de 19 ans tuée à coups de couteau.

    28/02/2015-15:18 : Une jeune femme de 19 ans, employée par Airbus, a été découverte morte à son domicile toulousain, lardée de plusieurs coups de couteau.

Anthony Assemat
Journaliste

http://actu.cotetoulouse.fr

 

Amandine Briand
Chef de projet à Côté Toulouse

http://actu.cotetoulouse.fr/deux-militaires-en-permission-agresses-a-coups-de-couteau-rue-pargaminieres_19347/  du 22/09/2015

 

Les Français ne sont vraiment plus en sécurité dans nos villes et nos médias nous le cachent !
La ville rose est devenue un véritable coupe-gorge au sens littéral du terme !

Nos Médias Modulent Cette Hantise !

schengen (1)

Psychose en Europe !

Finis les grands discours sur l’enrichissement culturel,
Place aux forces spéciales !

Vendredi matin, « BFM TV » révélait qu’un homme arrêté en août dernier par la « DGSI » était en réalité un ancien « djihadiste » passé par la Syrie et renvoyé en France pour commettre un attentat.
Il n’avait pas encore de date pour passer à l’acte mais son projet était suffisamment sérieux pour que les services de renseignement décident de l’arrêter.

L’occasion d’apprendre, par le biais du « Figaro », qu’une arrestation de ce type a lieu chaque semaine en France.
Une arrestation par semaine, ça fait plus de 50 personnes par an, on sait qu’ils sont des milliers de « Français » à avoir rejoint l’État islamique en Irak ou en Syrie.
Très rassurant !

Quelques heures plus tard, ce même vendredi, un « Thalys » qui devait relier Amsterdam à Paris était évacué parce qu’un jeune homme s’était retranché dans les toilettes. Intervention de la police et des services de déminage.
Aucune autre précision sur le profil ou les intentions du suspect.

Au même moment, la gare centrale d’Anvers était également évacuée en raison d’un colis suspect.

Deux jours plus tôt, un sac rempli de munitions était trouvé sur des voies SNCF à Aubervilliers.
Les services de déminage annoncèrent quelques heures plus tard que ce n’étaient que des munitions de chasse.
Nous n’en saurons pas plus.

Les faits sont là :
les Européens sont paniqués, leurs services de renseignement et leurs forces de l’ordre sont aux aguets.
Les discours angéliques n’y changent rien.

Plus personne ne pense, en voyant un sac de sport abandonné, qu’il a été simplement « oublié », et rares sont ceux qui s’imaginent que le garçon enfermé dans les toilettes a simplement un coup de blues.
Tous n’ont qu’une idée en tête : attentat.
La psychose est réelle parce qu’elle a toutes les raisons de l’être.

Aux frontières de l’Europe, des scènes de guérillas sont filmées !

Dans les journaux, on publie des bouilles d’enfants décoiffées, perdues devant des rangées entières de boucliers militaires.

Dans les trains, les passagers sont évacués… sur les plateaux télévisés, on parle solidarité.

Deux réalités :
une submersion ingérable d’un côté,
une manipulation médiatique bien rodée de l’autre.

Il y a quelques jours, « Francis Huster » affirmait qu’il y avait peut-être le prochain « Montaigne » parmi ces clandestins.
Quelques secondes plus tard, il ne voyait « pas le rapport » entre les « migrants » et le risque d’attentats.
L’aveuglement idéologique à son comble.
En attendant, on a plus d’évacuation de trains que de recueils de poésie…

L’Europe n’a pas attendu cette nouvelle vague migratoire pour être à la merci du terrorisme islamiste.
Mais les Européens s’inquiètent « raisonnablement » du nombre de nouvelles recrues djihadistes qui pourraient se cacher dans les bateaux qui accostent.

L’État islamique a prévenu qu’il se servirait de ces migrations pour infiltrer l’Occident, pourquoi ne pas le croire ?
Plusieurs personnalités politiques sont réalistes et reconnaissent cette menace.

Rares sont les courageux qui prennent les mesures nécessaires pour protéger les peuples dont ils ont premièrement la charge.

Les mots prononcés par Manuel Valls après l’épisode « Charlie » reviennent en tête :

« Les jeunes Français doivent s’habituer à vivre durablement avec la menace d’attentats. »

Sans langue de bois, cette phrase signifie que les autorités sont dépassées.

Elles choisissent donc, en toute logique, d’ouvrir encore plus grand leurs frontières à des flux non identifiés.
À ce rythme-là, les tentatives d’attentat vont se multiplier.
Les attentats aussi, c’est mathématique !

Charlotte d’Ornellas

http://www.bvoltaire.fr/  du 19/09/2015

Les « gauchos » ne sont pas dignes de gouverner puisqu’ils sont dépassés par les problèmes qu’ils ont laissé s’installer !
Quant à nos médias, ils ne sont pas avares de détails sur les situations anxiogènes, dans les colonnes de la presse comme dans les programmes télé – séries policières, crimes, violence, abus sexuels, catastrophes, etc – pratiquement sur toutes les chaînes de notre « brillante » télévision française !
Pendant ce temps, ce qui pourrait nous intéresser est soigneusement passé sous silence ou déformé.

Ce peuple de « sans dents » n’est qu’un rouage servile qu’il ne faut pas informer ni consulter.
Avec ce climat d’insécurité générale soigneusement distillée, ce n’est pas la France qui se noie, ce sont les gens  vivant sur cette terre autrefois glorieuse qui s’enfoncent dans des sables mouvants mortels.

 

sables-mouvants-3

La Morale Sociale Manque De Chaleur.

suede-242x300 (1)

La vérité sur l’immigration en Suède.

En Europe, les réfugiés en provenance de la Syrie et l’Irak ont pris d’assaut les ferry-trains de l’Allemagne vers le Danemark.

Mais une fois au Danemark, beaucoup ont refusé de descendre.
En fait leur destination de rêve est la Suède, où les aides aux réfugiés sont plus généreuses.
Quand les danois ont dit non, ils ont sauté hors des trains et sont partis en direction de la frontière suédoise en taxi, en bus ou à pied.

La Suède a la plus accueillante des politiques d’asile et les plus généreux programmes de protection sociale dans l’Union européenne.
Prenons un réfugié typique, « Natanael Haile », échappé de justesse la noyade dans la mer Méditerranée en 2013.
Sa famille restée en Érythrée ne veut rien savoir sur les dangers de son périple.
Comme il l’a dit au « New York Times », ils veulent tout savoir sur « sa voiture, les indemnités qu’il reçoit du gouvernement et ses plans pour trouver un emploi comme soudeur une fois qu’il aura terminé un stage de langue de deux ans. »
Comme tous les réfugiés enregistrés, il reçoit une allocation mensuelle de plus de 600 €.

Les généreuses aides à l’immigration de la Suède sont à l’image d’un pays qui met en avant sa référence de morale sociale.
Depuis 40 ans, l’essentiel de l’immigration en Suède a concerné autant des réfugiés politiques ou du regroupement familial, à tel point que les mots « immigré » et « réfugié » sont synonymes.

La Suède a pris davantage de réfugiés par habitant que tout autre pays européen, et ces immigrés – principalement du Moyen-Orient et d’Afrique – représentent maintenant environ 16 % de la population.
Les principaux partis politiques, ainsi que les grands médias, soutiennent ce statu quo.
Questionner ce consensus est immédiatement considéré comme xénophobe et haineux.
Et aujourd’hui, toute l’Europe est étant invitée à être aussi généreuse que la Suède.

Alors, comment les choses se passent-elles dans le pays le plus respectueux de l’immigration sur la planète ?

Désormais,
Pays de l’inégalité !

En fait pas si bien, explique « Tino Sanandaji ».
Monsieur « Sanandaji » est lui-même un immigrant, un économiste né en Iran et partit en Suède alors qu’il avait 10 ans.
Il a un doctorat en économie de l’Université de Chicago et s’est spécialisé dans les questions d’immigration.

Il y a un total manque d’intégration des réfugiés non-européens nous a-t-il déclaré.
48 % des immigrés en âge de travailler n’ont pas de travail.
Même après 15 ans passés en Suède, le taux d’emploi n’atteint qu’environ 60 pour cent chez les immigrés.
La Suède a le plus grand écart de l’emploi en Europe entre autochtones et non-autochtones.

En Suède, où l’égalité est vénérée, l’inégalité est désormais solidement implantée.

42 % des chômeurs de longue durée sont des immigrants, a déclaré Monsieur « Sanandaji ».

58 % des prestations d’aide sociale vont aux immigrants.

45 % des enfants avec la plus faible notation scolaire sont des immigrants.

Les immigrés gagnent, en moyenne, 40 % en moins des Suédois.

La majorité des délinquants inculpés de meurtre, de viol et vol sont soit immigrés de première ou deuxième génération.

Depuis les années 1980, la Suède a eu la plus forte augmentation des inégalités de n’importe quel pays de l’OCDE a déclaré Monsieur « Sanandaji ».
Ce n’est pas faute d’avoir essayé d’y remédier.
La Suède est réputée en Europe pour ses efforts sur l’immigration.
Ce n’est pas la faute non plus des nouveaux venus.
Le marché du travail en Suède est à fort niveau de compétence, et même les Suédois peu qualifiés ne peuvent pas trouver du travail.

« Alors quelle chance y a-t-il pour une femme de 40 ans venant d’Afrique de trouver quoi que ce soit ? »

se demande tout haut Monsieur « Sandaji ».

Le dogme en Suède est que si vous socialisez correctement les enfants des immigrants et des réfugiés, ils vont grandir comme des Suédois de souche.

Mais cela n’a pas fonctionné de cette façon.

Une grande partie de la deuxième génération vit dans des ghettos sous aides sociales.

Les autres couches sociales sont parties et il y a une méfiance généralisée, ce qui rend la situation encore plus tendue.

La ville de Malmö à forte majorité d’immigrés, juste en face du pont du Danemark, est un cas économique et social désespéré.

La générosité de la Suède lui coûte une fortune, à un moment où la croissance économique stagne.
Le pays consacre maintenant environ 3 milliards par an pour l’accueil des nouveaux réfugiés – au lieu des 700 millions, il y a quelques années, nous précise Monsieur « Sanandaji ».

Et ils continuent d’affluer.

La Suède accepte automatiquement les mineurs non accompagnés.

« Nous devions accueillir 500 mineurs non accompagnés par an. Cette année nous en attendons à 12 000. »

dit-il.

Mais les problèmes d’immigration aiguë de la Suède apparaissent rarement dans les médias officiels.

Les journalistes considèrent leur mission principale d’arrêter le racisme, et ils préfèrent ne pas apporter de mauvaises nouvelles.

Malgré – ou peut-être à cause – de cette autocensure, le fossé entre les élites du système et les électeurs en matière d’immigration est maintenant un gouffre.

Selon un récent sondage, 58 % des Suédois pensent qu’il y a trop d’immigration, a noté Monsieur « Sanandaji ».

Le groupe des Démocrates Suédois — « anti-immigration » — représente maintenant entre 20 et 25 % de votes.

La Suède est un cas d’école pour ceux qui pensent que l’Europe est capable d’assimiler des centaines de milliers d’immigrés qui assiègent le continent, et les millions d’autres qui sont désespérément prêts à les suivre dans leur sillage.
L’argument selon lequel ces gens sont vitaux pour relancer l’économie – qu’ils créeront une croissance économique comme par magie et sortiront les Européens de leur déclin démographique – est un fantasme.

Les choses vont empirer avant de s’améliorer.
« Judy Dempsey », une analyste d’un « think tank » de de Berlin, a déclaré au « Wall Street Journal », l’Europe n’a pas encore rien vu en ce qui concerne la quantité ou les conséquences.

Pendant ce temps, le voisin danois a réduit de moitié les avantages pour les réfugiés et a passé des annonces dans les journaux libanais pour prévenir les candidats potentiels au départ.

Les danois ne veulent pas être une référence de morale sociale.
Ils ne peuvent pas se le permettre.

Source : http://www.theglobeandmail.com/
(traduction  via fr.novopress.info)

http://civilwarineurope.com/  du 16/09/2015

Image de prévisualisation YouTube

La Suède face aux immigrés

1234567

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43