Archive | SANTE Flux RSS de cette section

Des Industriels Bien Peu Scrupuleux.

pilules

L’industrie pharmaceutique se fiche des malades !

C’est une évidence, me direz-vous, mais je crois que cette information doit être connue du grand public.
Le nombre de ruptures de stock sur des médicaments majeurs dépasse 80 à ce jour, chiffre vérifié dans une pharmacie d’officine.
Ces ruptures de stock sont dues, non pas à des difficultés de fabrication, mais bien à des manœuvres pour gagner toujours plus avec la mondialisation.

La dernière rupture en question est l’arrêt, depuis trois mois, d’un médicament appelé Stagid, par le laboratoire « Merck Serono », dont la filiale France est à Lyon.
Ce médicament est prescrit aux diabétiques de type 2 depuis longtemps, ces malades devant prendre cette substance tout au long de leur vie.
Un autre médicament du même type, le « Glucophage », est aussi fabriqué par le même laboratoire.
Seulement, les sels de metformine contenus dedans sont beaucoup moins bien tolérés que ceux du Stagid. Conséquence évidente :
Tous les diabétiques qui essayent le « Glucophage » changent au bout de quelques semaines pour le Stagid, le confort et la santé primant sur le commercial dans ce cas-là.
Ajoutons que le « Glucophage » est le plus ancien et qu’il a de nombreux génériques encore moins bien tolérés alors que le Stagid n’en a pas.

On peut donc imaginer sans se tromper que le laboratoire « Merck Serono » gagne plus sur le « Glucophage » (même en concurrence avec les génériques) que sur le « fabriqué » en Espagne.
Les sels de metformine utilisés par « Merck », comme pour les génériques, viennent de Chine ou d’ailleurs, le « Stagid » revenant plus cher à la fabrication.
Mais ce n’est pas tout.
On peut aussi penser sans grand risque que les ruptures de stock sont favorisées sur les médicaments non « génériqués », là pour une raison bassement mercantile.

Il y a quelque temps, le laboratoire affichait pour les diabétiques sur son site Internet :

« Un stock d’urgence de Stagid existe pour les malades ne supportant pas les autres médicaments à base de metformine. »

Seulement, je viens de téléphoner au laboratoire et ce stock est épuisé.
La raison en est, bien sûr, que personne ne supporte le « Glucophage » (ou ses génériques) et que tout le monde a demandé à profiter de ce stock d’urgence.

Trois mois de rupture de stock ne sont pas justifiables, tout industriel digne de ce nom vous le dira.
En revanche, la politique (ou l’absence de politique) de santé en France est complètement obsédée par les coûts et, là aussi, les malades sont le cadet de leurs soucis.
Le marché des diabétiques est juteux, les laboratoires très « commerciaux » se battent pour ce marché, il n’est qu’à voir « Servier » et le « Mediator » ou le « Diamicron ».
Ici, nous sommes en face d’un laboratoire qui a le monopole de cette substance en produits princeps.
Il ne risque pas de « perdre des clients ».

Le résultat déjà observé par ces industriels peu scrupuleux :
Les malades consultent leur diabétologue inutilement pour tenter de trouver un autre traitement ou un autre équilibre, certains médecins même prescrivent des médicaments pour « supporter le médicament antidiabétique mal toléré », un comble de dépenses inutiles.
Enfin, certains malades, ne supportant pas le traitement, l’arrêtent et leur diabète s’en trouve aggravé.

Une idée à l’adresse de Marisol Touraine :
Afin de faire des économies plus importantes sur le dos des malades, ne remboursez plus rien !
Vous verrez, mis à part les bénéficiaires de la CMU qui ont tout gratuit, les autres paieront des cotisations mais n’auront plus aucun droit…

Patrick Crasnier

http://www.bvoltaire.fr/  du 28/04/2014

La Lumiére Est Vivante Dans L’ Eau.

eau photonique

Elle Communique avec toutes nos cellules

Nous apprenons de plus en plus de choses à propos de la mer électromagnétique dans laquelle nous nageons tous, grâce aux efforts de scientifiques décidés.
Les noms de certains de ses effets peuvent être inconnus pour nous, mais les effets par eux-mêmes sont bien connus de chacun d’entre nous.
Deux de ces effets sont appelés   »biophotons » et « ions ».

Les « biophotons » sont des émissions minuscules de lumière qui sont produites et utilisées par tous les êtres vivants.
Quand on  mange une plante verte, par exemple, on consomme les biophotons créés avec l’énergie du soleil, utilisés et stockés par la plante à mesure qu’elle arrive à maturité.
Nous, à notre tour, nous stockons ces biophotons dans l’ »ADN » de nos cellules pour l’utiliser pour orchestrer les 100.000 réactions chimiques qui ont lieu dans chacune des 60 000 milliards de cellules de notre corps à chaque seconde.
Les « Biophotons » communiquent instantanément avec toutes les cellules de nos corps, à la vitesse de la lumière, en suivant une vague d’énergie synchronisées qui crée une harmonie parfaite.
(« The Field », de Lynne McTaggart)
Les fréquences « biophotoniques » couvrent l’ensemble du spectre de la lumière, depuis l’infrarouge jusqu’à l’ultraviolet.
Chaque couleur et chaque ton vibre à une fréquence différente, stimulant des réponses spécifiques dans notre « ADN ».
Chaque « biophoton » peut déclencher beaucoup de réponses différentes avant que son énergie ne soit dépensée.

Malheureusement, on ne vit plus dans l’environnement riche en « biophotons » que connaissaient nos ancêtres, à cause de l’ingérence dont on fait l’objet, en raison de la nourriture et de l’eau qui sont à notre disposition, ce qui minimise, ce qui  perturbe ou ce qui élimine les rythmes photoniques.

« Theodore D. Hall », Docteur ès science, a déclaré :
« L’univers est décomposable en deux processus – l’intelligence de la  transmission (information) à laquelle il est généralement fait référence quand on parle de  » l’ énergie « , et l’intelligence du traitement, ou  » conscience « .

Tout organisme vivant est un processeur d’intelligence.

«  Cela signifie que nos cellules possèdent une conscience, car
elles lisent, elles interprètent, et elles traitent (agissent sur)
les informations transmises par les biophotons.
(« Lifting the Earth », de Theodore D. Hall, PhD)

« Biophotons » et vitalité

Il est important de comprendre qu’alors que toutes les molécules d’eau sont constituées de deux atomes d’hydrogène et d’un atome d’oxygène, les molécules qui en résultent ne se connectent pas toujours les unes aux autres de manière identique.
Quand l’eau suit le cours sinueux et en spirale d’un courant de montagne, les molécules se connectent ensemble selon leur modèle idéal, originel.
Les remous et les tourbillons sur son chemin agissent comme le « système immunitaire » de l’eau.
La pureté et la vivacité de l’eau à la fin de son parcours est bien supérieure à ce qu’elle était au début de son chemin, et elle est pleine d’information qui donne la vie.

Les molécules d’eau restructurées se réalignent parfaitement pour former des clusters ou des grappes fermement maintenues ensemble, ce qui a pour effet de rendre l’eau plus dense.
C’est une eau « plus mouillée », qui hydrate plus et qui fournit plus d’oxygène de manière plus efficace.
Ceci est fondamental pour la majorité des personnes, qui tendent à être déshydratées de manière chronique.
Boire l’eau qui convient c’est beaucoup plus important que de boire plus d’eau.

Cette eau naturellement dense est présente dans chacune de nos cellules quand on nait, et on continue à produire et aussi à ingérer ces photons à mesure que nous grandissons.
Quand on a atteint la maturité nos 60 000 milliard de cellules transportent l’équivalent de 40 litres d’eau.
A mesure qu’on vieillit, le stress, les radicaux libres et les polluants déstabilisent de manière accrue les molécules d’eau de notre corps.
La communication entre les cellules, l’apport en nutriments, la détoxication, et les interactions moléculaires, tout cela souffre avec l’âge.
On se déshydrate, on perd une partie de notre complément en eau, et notre peau commence à se rider.

Une des propriétés les plus inattendues de l’eau c’est sa capacité à conserver une empreinte des substances dissoutes, une « mémoire ».
Il a été démontré à multiples reprises que quand un remède homéopathique est dissous dans l’eau et ensuite dilué à un point auquel pas une seule molécule du remède ne reste présente, l’eau continue à être un traitement efficace.
Le côté négatif de cette caractéristique c’est que quand on essaie d’enlever chimiquement les polluants et les toxines, on laisse derrière la mémoire de ces substances dangereuses.

Seule la ré-organisation de l’eau peut supprimer ces mémoires destructrices et restituer l’abondance « biophotonique ».

L’ Eau « Photonique »

La plupart des gens ne passent pas beaucoup de temps à penser aux tourbillons, et pourtant ils sont le mouvement de la vie elle-même.
Si vous regardez un bulletin météo à la télévision, vous verrez que les systèmes à basse pression tourbillonnent dans la direction opposée des aiguilles d’une montre, alors que les systèmes à haute pression tourbillonnent dans le sens des aiguilles d’une montre.
Mais les vortex eux s’entrelacent en tourbillonant sur eux-mêmes en suivant des modèles qui changent sans arrêt. Dans l’hémisphère nord, tout, depuis les cyclones jusqu’à l’eau qui sort de votre baignoire tourne dans le sens opposé des aiguilles d’une montre.
Au-dessous de l’équateur, c’est l’inverse qui se passe.
Dans notre système solaire, la Terre tourne en direction opposée des aiguilles d’une montre pour faire nos jours, de la même manière qu’elle tourne en direction opposée des aiguilles d’une montre pour faire nos années.

Il est aussi intéressant de remarquer une définition supplémentaire du terme révolution du dictionnaire :
Un changement fondamental dans la manière de penser au sujet de, ou de la manière de se représenter quelque chose.

Les unités d’eau « Photonique » utilisent le phénomène d’un double vortex, comme l’a décrit un naturaliste autrichien, « Viktor Schauberger » (1885-1958).
« Shauberger » a dédié sa vie à la compréhension des énergies découvertes dans la Nature, et à répliquer ses constructions au bénéfice de l’humanité.

On l’appelait le « magicien de l’eau » car il a fait des découvertes si profondes au sujet de sa nature.
« Il a démontré que l’eau naturelle et vivante est composée de nombreuses strates ou couches avec des variations subtiles en température et en charge électrique qui influencent le mouvement de l’eau, sa forme de déplacement et ses propriétés physiques.
Il a vu l’eau comme étant une substance vivante qui a une pulsation, qui énergétise tout de la vie, à la fois l’organique et l’inorganique. »
(« Nature cachée » – les perspicacités effrayantes de Viktor Schauberger par Alick Bartholomew)

« Alick Bartholomew », auteur de « Nature cachée » – les perspicacités effrayantes de Viktor Schauberger le déclare clairement :
« La liste extraordinaire de plus de quarante propriétés anormales de l’eau comparée à d’autres liquides ou à d’autres composés d’hydrogène, suggère qu’elle semble avoir été conçue pour être le chef d’orchestre’ des processus complexes de la vie. »

Le problème a pour origine le fait que les humains, dans leur ignorance, abusent systématiquement de la vie dans l’eau ou qu’ils la détruisent.

Quand on force l’eau à passer dans de longs tuyaux droits par exemple, ses connections moléculaires deviennent désorganisées et elle perd ses propriétés qui donnent la vie.
La même chose est vraie pour l’air que nous respirons.
On connait tous la différence qu’il y a entre l’état de l’air d’un bureau perpétuellement avec l’air conditionné par rapport à l’effet revitalisant quand on respire au milieu des arbres et de la végétation.

Les « ions », chargés positivement et négativement, ont fait partie de l’air électromagnétique que nous respirons depuis que les êtres vivants on respiré pour la première fois.
On vit l’équilibre naturel des « ions » quand on est dans les montagnes et dans les forêts, au bord de l’océan, ou près d’une cascade.
On peut aussi vivre l’équilibre naturel des « ions » en prenant une douche d’eau chaude.

Quand au lieu de cela on allume l’air conditionné, un ordinateur ou un écran de télévision, ou même quand on conduit dans une rue dans une voiture fenêtres fermées, entre les hauts immeubles alignés, ces environnements artificiels produisent un excès d’ »ions » positifs, c’est à dire de l’air fortement chargé qui contribue au stress, à la dépression et à la fatigue chronique.

Remarquons qu’à la fois les « ions » négatifs et les « biophotons » sont produits dans les spirales d’air frais de la Nature et c’est la même chose pour l’eau.
Quand on se penche sur les faits que nos corps sont constitués de 70% d’eau, et qu’on ne peut pas survivre très longtemps sans air, on devrait réfléchir plus à la qualité de l’air et de l’eau qu’on utilise pour se renouveler.

 

eau hexagonale photonique

 

La physique quantique soutient maintenant scientifiquement ce que les anciens peuples ont toujours dit à propos de l’indivisibilité de la Nature – que nos corps matériels, que nos expériences mentales, émotionnelles et spirituelles, notre planète et notre univers forment un hologramme d’énergie continu.

Heureusement, on se détourne de la médecine chimique pour se diriger vers une médecine énergétique, avec une nouvelle compréhension à propos de comment les fréquences dans nos cellules sont affectées par les fréquences dans les aliments qu’on choisit, ou des polluants qu’on endure.

Notre besoin le plus fondamental, l’eau, peut nous fournir des niveaux accrus d’énergie vitale quand ses molécules sont reconfiguérées à l’image de leut état original dans la Nature, non altérées par l’interférence humaine.
Dans cet état, l’eau produit de nombreuses parties microscopiques d’énergie lumineuse.
Les unités d’ Eau « Photonique » sont destinées à augmenter la disponibilité de cette eau cohérente, infusée avec la vie.

source : http://www.eauphotonique.com

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 27/04/2014

Serions-Nous A La Veille Du Chaos ?

ebola

« L’épidémie d’Ebola est-elle arrivée en Europe ? »

Il y a déjà plusieurs cas suspects dans la région de Pise en Italie.
Bien que les responsables de l’ »Organisation mondiale de la santé » travaillent fébrilement pour stopper la diffusion du virus Ebola qui touche maintenant sept pays africains, leurs efforts pourraient être vains.
En Guinée, un lieu à haut risque pour la contagion mortelle, les responsables gouvernementaux de la Santé ont mentionné que l’épidémie était presque sous contrôle.
Pourtant, »Reuters » rapporte que le gouvernement « a prévu de stopper d’énoncer publiquement le décompte des morts afin d’éviter de causer une panique inutile. ».

Mais la panique pourrait s’imposer.
Malgré tous les efforts du personnel d’urgence, il semble que le virus soit  passé d’Afrique jusqu’en Europe.

« L’épidémie du virus Ebola dans sept pays de l’Afrique de l’Ouest a déjoué tous les efforts de confinement et se répand comme un feu de brousse.
D’après les groupes de secours chrétiens travaillant en Guinée et au Libéria, le nombre d’infections confirmées a grimpé de quinze pour cent juste dans les dernières vingt-quatre heures.
De plus, quarante travailleurs clandestins venus de la zone d’épidémie qui ont débarqué à Pise en Italie, présentent les signes d’infection par le virus Ebola, y sont isolés en raison de fièvre et de « conjonctivite »(yeux fortement injectés de sang ).
D’après l’ »Organisation Mondiale de la Santé » cette souche du virus Ebola est entièrement nouvelle et différente de la souche proche du Zaïre, cela explique ainsi les faux résultats négatifs des tests…depuis des semaines !
Ces faux résultats négatifs signifient que des personnes en réalité infectés par le virus Ebola, étaient rentrés chez eux pour se remettre de ce qu’ils pensaient être la grippe ou un cas d’empoisonnement alimentaire, avec pour conséquence de propager davantage le virus Ebola.

Le résultat a été une perte complète de cloisonnement de cette épidémie du virus Ebola.

Avec l’ arrivée probable d’ Ebola à Pise, le continent européen est à présent en grave danger. »

Les officiels italiens nient les rapports, mais les médias alternatifs dans le pays suggèrent que c’est la raison pour laquelle un hôpital à Pise a été complètement fermé, parce quelques quarante personnes y seraient infectées.
D’autres informations affluent de sources variées, telles que les médias sociaux, indiquant que le virus pourrait également être apparu à environ quatre-vingts kilomètres de Pise, en Toscane.
De façon alarmante, un article qui est apparu au sujet de l’épidémie dans les dépêches des médias nationaux aurait été supprimé par le gouvernement italien « pour des raisons de sécurité nationale ».
Les officiels italiens ne veulent pas donner au public, pour le moment, plus d’informations.

Bien qu’ils aient nié la mise en quarantaine de l’hôpital de Pise à cause d’Ebola, ils semblent se préparer à une sévère épidémie à Rome ou à Milan.

(Écrit par l’Italie Vnews24 )

« Et le mystère demeure à propos des quarante cas hypothétiques du virus Ebola enregistrés dans notre pays.
Le virus, qui est particulièrement commun sur le continent africain – les cas « officiels » ont été enregistré au Sénégal, Mali et Ghana – pourrait être arrivé en Italie « grâce » à l’exode massif d’immigrants sur nos côtes.
Un premier signal d’alarme a été tiré par Lampedusa.
Selon un rapport paru sur la toile (et immédiatement retiré pour des raisons de « sécurité nationale »), le 16 avril serait enregistré comme date à laquelle l’île fut touchée par l’épidémie, information jamais confirmée ni réfutée par le ministre de la Santé.

Un nouveau « SOS » sur la propagation du virus « Ebola dans le « Bel Paese » vient, cette fois, de la Toscane.
Le « curieux cas de St Flushing » – site de centre d’accueil de Pise – qui est fermé au public à cause de la présence à l’intérieur de quarante ressortissants non-européens qui sont sujets à d’étranges symptômes, a été mis en lumière par les moyens de diffusion des informations sur Internet : les blogs, les réseaux sociaux, et les sites d’informations alternatifs.
Sandra Capuzzi, la conseillère aux affaires sociales de la municipalité de Pise, aurait écarté l’alarmisme de ses compatriotes, en classifiant le statut de santé des réfugiés dans la structure hospitalière en ces termes : « Ils ont seulement un peu de fièvre, causée par des conditions de voyage stressantes auxquelles les enfants furent soumis. ».

Pendant ce temps-là, la peur persiste.
Les quarante porteurs potentiels du virus Ebola ont été soumis à tous les tests requis dans des situations à haut risque.
La population italienne, cependant, ne sent pas le climat de réconfort que les hautes positions institutionnelles et assujetties essaient de transmettre par l’information à travers des canaux variés, officiels et non-officiels.
La tension s’accroît, bien que le ministre de la Santé ait dit que, dans le cas « peu probable » d’une épidémie, Rome et Milan seraient prêtes à lui faire face».

D’après le « Samaritan Purse »,  un groupe de secours chrétien travaillant activement avec les hôpitaux et les responsables de la santé en Guinée et au Libéria, ce qui rend le virus Ebola si dangereux est qu’il peut être transmis par contact humain et peut prendre des semaines avant que les symptômes n’apparaissent.

L’épidémie initiale du virus Ebola en Guinée est censée avoir commencé lorsque des chasseurs sont entrés en contact avec des chauves-souris frugivores infectées.
Le virus Ebola se transmet entre humains par contact direct.
La personne est infectée sans être contagieuse et il peut se passer jusqu’à 21 jours pour que les symptômes apparaissent, qui incluent une forte fièvre, des maux de tête et une grande fatigue.
À ce moment, la personne infectée est contagieuse.

Il est impossible de connaître de façon exact le nombre de personnes infectées par le virus Ebola parce que les détails manquent et que les responsables de la santé optent pour cacher les rapports d’infection au public.
Cette nouvelle souche n’a pas été immédiatement identifiée, comme remarqué ci-dessus. Les prises de sang des personnes montrant de possibles symptômes peuvent donc avoir montré des faux négatifs, même si ces personnes peuvent avoir porté le virus. Une fois retournées au milieu de la population, et en supposant qu’elles n’aient pas contracté le virus, il est certainement possible qu’Ebola ait été transmis à d’autres personnes.

S’il a pris quartier en Italie, on peut alors s’attendre à plus de cas signalés d’infection par le virus Ebola sur tout le continent dans les semaines à venir, avec la réelle possibilité que le virus puisse faire son chemin vers les États-Unis par le biais des centaines de vols internationaux quotidiens.

On comprend que les Pouvoirs en place ne veuillent pas réagir de manière excessive et causer la panique, en particulier dans la mesure où tout le transport aérien mondial serait concerné, parce qu’agir ainsi mènerait à une fermeture des aéroports à travers le monde entier.

Ce serait une panique serait sans précédent.

Comme l’a noté « Tess Pennington » de Prêt Nutrition, même si le public a pris conscience qu’une pandémie progressait en ce moment, nombreux sont ceux qui restent dans le déni de cette perspective et resteront insensible aux répercussions à long terme.

Elle note que les effets d’une pandémie pourraientt être rapides et drastiques, menant à des bouleversements sociétaux :

Comprenant que nos vies changeront radicalement si la population est confrontée à une pandémie, y être préparé pourrait vous aider à faire de meilleurs choix pour le bien-être de votre famille.
Certains changements pourraient être :

  • les arrêts de commerce de l’entreprise
  • Répartition de notre infrastructure de base :
    communication, transport de masse, les chaînes d’approvisionnement
  • les interruptions de service de la paie
  • La pénurie de personnel dans les hôpitaux et les cliniques médicales
  • Les interruptions dans les établissements publics – écoles, lieux de travail peuvent fermer, et les rassemblements publics tels que des événements sportifs ou des services de culte peuvent fermer temporairement.
  • Gouvernement chargé volontaire ou involontaire, quarantaine à domicile.

(Source: « en cas de pandémie«  )

Étant donné la propagation continue du virus Ebola dans de nombreux pays d’Afrique, et maintenant probablement en Europe, nous exhortons le lecteur à rester vigilant et, à tout le moins, à tenir à sa portée des produits de première nécessité.
(des produits de première nécessité.)

Ce virus est incurable, il est censé avoir un taux de mortalité supérieur à 85% des les personnes infectées.

S’il se répand en dehors de l’Afrique, alors ce ne sera qu’une question de temps – peut être plusieurs semaines – avant que cela ne devienne apparent dans les pays en voie de développement.

« Les probabilités suivantes ne font nullement autorité, et elles devraient être seulement considérées comme « la meilleure estimation ».
A ce stade – sur la base du mode de voyage, des périodes et des fréquences de vols de lignes aériennes vers des villes différentes, incluant également les volumes présumés de trafics « mixtes maritimes » entre l’Afrique du Nord et le sud de l’Europe – les probabilités d’une infection non contrôlée du virus Ebola sont :

63% en Italie dans les 8 jours 
44% en Espagne dans les 15 jours 
77% à Riyad / Arabie dans les 21 jours 
40% en Libye dans les 25 jours 
29% aux États-Unis 28 jours 
37% en Egypte dans 33 jours

Au moment où nous arrivons à 35 jours, il peut être dans 25 pays sur 4 continents.

(Source : « TRN«  )

Aux États-Unis, le « CDC » a émis une alerte de voyage aux compagnies aériennes et mis en place une vingtaine de stations de quarantaine d’urgence dans les aéroports du pays, bien qu’il n’y ait aucunes directives spécifiques en place à ce moment selon le « BD Live » :

« Selon la porte-parole « Christine Pearson » :
« Les États-Unis sont bien préparés à gérer des patients infectés sur son sol avec vingt stations de quarantaine en place aux aéroports étasuniens qui sont destinés à prendre en charge quiconque à les symptômes d’un large éventail de maladies infectieuses, incluant Ebola.
Malgré l’éruption, il n’y a aucune demande particulière ou directive pour les compagnies aériennes concernant Ebola, bien que le « CDC » ait émis une alerte de voyage. »
« Le temps que prend un voyage depuis la Guinée rurale jusqu’à n’importe où aux États-Unis est plus que suffisant pour incuber le virus et développer les symptômes », a dit « Laurie Garrett », membre distingué du Conseil des affaires étrangères, à New York.»

Si nous voyons le virus Ebola émerger en Amérique du Nord au cours du mois qui vient, alors nous pourrions avoir un sérieux problème sur les bras.

Ceci est un rapport en évolution et n’est en aucune façon concluant.
Les déclarations officielles de l’ »OMS », du « CDC » et des gouvernements européens doivent encore confirmer le passage du virus Ebola en Europe ou aux États-Unis.
Des mises à jour seront fournies dès lors que les détails deviendront disponibles.

S’il vous plaît, passez le mot et partagez cet article.

Mac Slavo

http://www.shtfplan.com/  du 20/04/2014

 

contagion répandue

« Greenpeace » voit Rouge en France !

Maîs

Les OGM contaminent aussi la France !

Le cabinet de Monsieur Stéphane Le Foll a pris contact avec « Greenpeace » pour avoir plus de renseignements et mener son enquête, en lien avec la répression des fraudes.
Nous resterons vigilants quant aux suites de cette affaire.

Six OGM différents ont été détectés dans des semences de maïs “certifiées sans OGM” vendues en France en 2013 et 2014 par le semencier espagnol « Semillas Fitó » !
Une situation inacceptable que nous dénonçons, alors que la loi sur l’interdiction du maïs OGM en France est en débat cet après-midi même à l’Assemblée nationale.

Six OGM détectés dans des semences de maïs “certifiées sans OGM”

Nous avons fait tester par le laboratoire indépendant « Eurofins », 3 échantillons aléatoires de semences de maïs d’environ 3 kilos, commercialisés en 2013 et 2014. Le laboratoire y a détecté les OGM suivants :

- 3 OGM différents dans l’échantillon de maïs ORDINO de 2014 : les TC1507, MIR604 et DAS-59122 ;

- 6 OGM différents dans l’échantillon de maïs ORDINO de 2013 : les MON810, MON863, NK603, TC1507, MON88017, DAS-59122 ;

- 2 OGM différents, dans l’échantillon de maïs TAUSTE de 2013 : les TC1507, DAS-5912

Des agriculteurs français floués

Ces OGM ont été vendus, semés et cultivés dans les champs, on ne sait où en France, à l’insu d’agriculteurs qui ne souhaitaient pas planter d’OGM !
Ils ont été trompés par ce semencier, et ce maïs contenant des OGM se retrouve donc potentiellement dans notre alimentation.

Notre demande est claire :
Les semences de maïs incriminées doivent être immédiatement retirées du marché, le gouvernement doit mettre en place de réelles mesures de contrôle, et sanctionner sévèrement les infractions à ces règles.

Nous le répétons : la coexistence entre cultures OGM et non – OGM est impossible !

La loi interdisant la culture de maïs OGM en France, en débat cet après-midi à l’assemblée nationale, est à la fois une nécessité et une urgence.
Mais cette loi ne sera pas suffisante : pour lutter efficacement contre les OGM, la France doit agir au niveau européen pour renforcer l’évaluation des OGM et s’assurer qu’elle prenne en compte l’ensemble des impacts sanitaires à long terme, environnementaux et socio-économiques.

Les semenciers sont manipulateurs et peu scrupuleux.
En effet, dans certains cas comme au Brésil, les semenciers et lobbies pro – OGM ont introduit ces cultures dans les champs, contaminant les cultures alentour, et utilisant la contamination pour obtenir, de fait, l’autorisation de mise en culture !
S’agit-il d’une manœuvre de plus des semenciers et lobbies pro-OGM pour les faire entrer coûte que coûte les OGM dans les pays qui n’en veulent pas ?

Nous refusons cette fatalité !
Et nous vous donnons le pouvoir de dire non en commençant par interpeller les marques qui utilisent encore des OGM dans la fabrication de leurs produits !

http://agriculture.greenpeace.fr/   du 16/04/2014

Que Font Les USA De Leurs Centrales ?

nucléaire

Des réacteurs nucléaires américains ne peuvent plus être entretenus

La centrale de « Fukushima » n’est pas seule : 
Jugez par vous-mêmes.

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Traduction.

 

Les points  importants à comprendre dans cette entrevue,sur la vidéo.

1 Indian Point : Moins de 50 miles au nord de Manhattan , les réacteurs à Indian Center Point Energy Entergy…font  face à un combat politique difficile pour  une question de renouvellement de l’autorisation .
Une licence a expiré, et ce réacteur est opérant sous une indemnité de la Commission de la réglementation nucléaire .
Une autre licence arrive à échéance en 2015 .
Le Gouverneur de New York « Andrew Cuomo » s’oppose au  renouvellement de l’autorisation .
Le  maire sortant  de New York « Michael Bloomberg » a défendu l’usine , sur la base de la fermeture et de l’impact  que cela pourrait avoir sur les factures d’électricité des  New-Yorkais .
Le  Maire élu « Bill DeBlasio », a appelé à un démantèlement progressif des sources d’énergie alternatives qui sont en ligne , ce qui n’est pas la façon dont le processus fonctionne.
En fin de compte , la décision ne revient pas aux autorités locales , mais avec le « CNRC ».

2 Ginna( centrale nucléaire) : Sur la rive sud du lac Ontario, près de Rochester , NY , Ginna est une centrale  unique ,un réacteur  nucléaire qui fait face à une nouvelle concurrence des éoliennes , la baisse des prix de l’énergie , et , comme Indian Point, un climat politique hostile à l’énergie nucléaire venant des  réacteurs.
Pour  L’état de New York, le prix de l’électricité hors pointe a  chuté à 32 $ par mégawatt-heure à la mi- 2013 à partir de 55/MWh de dollars en 2008 », selon « Morningstar ».
Ginna est détenue conjointement par « Exelon » et « Électricité de France ».

3 James A. Fitzpatrick (centrale nucléaire) : Autre centrale  sur la rive sud du lac Ontario , à New York , FitzPatrick fait face aux mêmes défis que Ginna , mais c’est aussi un réacteur à eau bouillante plus susceptible d’ avoir besoin des mises à niveau .
« Le Permis d’exploitation de Fitzpatrick expire en 2034 , mais son accord de partage des revenus avec la « New York Power Authority » expire en Décembre 2014, et les négociations de renouvellement de contrat défavorable pourrait contraindre « Entergy » à fermer l’usine . »

4 Three Mile Island : En raison de l’essor du gaz de schiste en Amérique qui se passe dans la région de Marcellus de la Pennsylvanie occidentale , selon l’ »Energy Information Agency » , cela signifie que l’ infâme centrale de Three Mile Island Exelon doit maintenant rivaliser avec une abondance de gaz jamais vue dans sa vie.
Plusieurs grandes centrales à gaz , à haute efficacité, sont prévues pour la région .

5. Davis Besse (Centrale nucléaire) : l’usine de FirstEnergy près de Tolède n’est pas loin de la formation de schiste de Marcellus et tout ce qui touche au gaz naturel pas cher .
Après Indian Point, c’est la prochaine centrale à échéance en licence, en  2017.
 » Nous nous attendons à une forte opposition de certains partis « , dit « Morningstar » .
« Il a une réputation ternie après une coupure de courant prolongée en 2002-04 en raison de la corrosion dans le couvercle de la cuve du réacteur et plusieurs petites questions depuis lors . »

6 Pilgrim (centrale nucléaire) : L’usine Pilgrim Entergy à Plymouth , dans le Massachusetts ,a juste survécu à un processus de renouvellement de licence controversée et a obtenu un nouveau bail sur la vie,jusqu’en  2032.
Mais elle ne peut pas survivre à l’ économie d’énergie avec laquelle elle  doit désormais rivaliser … « Entergy n’est pas obligé de la faire fonctionner pendant si longtemps et pourrait l’abandonner si le prix de l’énergie coule beaucoup plus bas », dit « Morningstar » .
Le vieux réacteur à eau bouillante est plus coûteux à exploiter que les modèles plus récents.

Réacteurs récemment fermés ou prévus pour la fermeture :

Vermont Yankee, Vermont
San Onofre, California
Kewaunee, Wisconsin
Crystal River, Florida
Oyster Creek, New Jersey

Michelduchaine - Défenseur de la Terre/Defender of the Earth

http://michelduchaine.com/  du 11/04/2014

 

 

panique-163x109-e1374775571574

Soignons-Nous Avec Nos Légumes.

 

images

Notre nourriture est vraiment  notre meilleure médecine.

« En 1971, le Président Nixon décréta la guerre contre le cancer en lançant un vaste programme de financement et de recherche visant à éradiquer la maladie.
40 ans plus tard, force est de constater que la situation n’a pas vraiment évolué.

Actuellement, les seuls moyens acceptables de traiter le cancer sont de trancher, empoisonner et irradier le malade. »

Des chercheurs viennent juste de découvrir que les flavonoïdes extraits des oignons jaunes ralentissaient le taux de croissance du cancer du côlon chez les souris aussi efficacement qu’un médicament de chimiothérapie.
Et alors que les souris ont vu leur cholestérol « LDL » monter avec la chimio (effet secondaire possible du médicament), avec l’extrait d’oignon elles ont vu leur niveau de « LDL » baisser.

Les flavonoïdes contenus dans les oignons ralentissent la croissance tumorale du côlon de 67% in vivo.
Dans cette étude, les chercheurs ont donné trois doses de flavonoïdes extraits de l’oignon, un médicament de chimiothérapie oral, un sérum physiologique (comme contrôle) aux souris, avec un régime riche en graisses.
Le régime riche en graisse a été utilisé pour provoquer un taux élevé de graisses dans le sang et du cholestérol (hyperlipidémie) , étant donné que c’est un facteur de risque majeur de cancer du côlon, et de nombreux patients atteints du cancer du côlon ont cette condition.
La dose la plus élevé d’extrait d’oignon a ralenti la croissance des tumeurs du côlon de 67% par rapport au contrôle trois semaines après.
Avec la chimio les souris ont vu la croissance de leur cancer ralentir légèrement plus, mais aucune différence statistiquement significative par rapport à la dose d’extrait d’oignon très élevée.
Cependant il y a eu une grande différence dans les effets secondaires ressentis par les souris.

Flavonoïdes : des avantages importants sans les effets secondaires

Les médicaments de chimio sont connus pour causer des effets secondaires grave, et le médicament utilisé dans cette étude ne fait pas exception :
Il y a plus de 100 effets secondaires possibles, y compris le coma, une cécité temporaire, la perte de la parole, des convulsions, la paralysie et l’effondrement.
Il est également connu que le médicament de chimiothérapie peut induire l’hyperlipidémie (taux élevé de cholestérol et / ou triglycérides) chez l’homme, et c’est exactement ce qui s’est passé avec les souris :
leur taux de cholestérol « LDL » moyen a augmenté de manière significative.
Sans surprise, l’extrait d’oignon a fait l’effet inverse et a réduit considérablement les niveaux de « LDL » des souris.
Plus impressionnant encore, les souris qui ont eu de l’extrait d’oignon ont eu un taux de cholestérol et d’apolipoprotéine B bien plus faible (jusqu’à 60% de moins pour chacun) que les contrôles sur le régime riche en graisses.
Rien de tout cela n’est surprenant.
Les oignons sont connus pour avoir la capacité à diminuer les graisses dans le sang et dans un récent essai contrôlé contre placebo, l’extrait de peau d’oignon a réduit considérablement le taux de cholestérol total, le cholestérol « LDL », et l’indice athérogènes chez les jeunes femmes en pleine santé après seulement deux semaines.

Mais de combien d’oignons avons-nous besoin pour avoir un effet bénéfique contre le cancer ?
Malheureusement, les auteurs de l’étude sur les souris n’ont pas révélé quelle quantité d’extrait d’oignon avait été utilisée.
Cependant, une étude récente menée en Europe donne quelques indices concernant le dosage d’oignons qui pourrait avoir un effet anticancéreux significatif.

L’oignon combat plusieurs cancers, à la bonne dose

L’ail, le poireau, la ciboulette, les échalotes, les oignons et oignons verts (qui sont seulement les jeunes oignons), font tous partie de la famille des liliacées.
Des études précédentes ont montré qu’ils protégeaient contre de multiples cancers, mais, les oignons apparaissent souvent comme le plus puissant, tout simplement parce que nous en mangeons plus.
Une étude récente de la Suisse et de l’Italie a mis en évidence le fait que nous en ayons vraiment besoin.
Manger jusqu’à sept portions d’oignon par semaine a surtout des effets minimes.
Cependant, le fait de manger plus de sept portions par semaine (une portion = 80 grammes) réduit de façon significative les risques des cancers suivants:

Bouche et pharynx: -84%
Larynx: -83%
Ovaire: -73%
Prostate: -71%
Gros intestin: -56%
Rein: -38%
Sein: -25%

Toutes ces baisses de risques avaient une signification statistique, sauf pour le cancer du sein, qui était à la limite (P = 0,08).
Une fois de plus, nous voyons que l’ensemble des aliments sains que nous consommons couramment peuvent avoir un impact majeur sur notre santé et le risque de cancer, si nous en mangeons assez.

La nourriture est vraiment la meilleure médecine.

Source : http://science.naturalnews.com

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 05/04/2014

Ce N’ Est Pourtant Qu’ Une Herbe !

Artemisia Annua

Une herbe incroyable pour vaincre les cancers.

Cette Herbe Incroyable Tue 98% Des Cellules Cancéreuses En Seulement 16 Heures
Des scientifiques ont fait de nombreuses études pour trouver un remède afin de mettre un terme au cancer, sachant que c’est l’une des maladies les plus mortelles.
Cette herbe magique est un de ces remèdes dont personne ne parle dans la communauté médicale, car il peut tuer jusqu’à 98% des cellules cancéreuses en seulement 16 heures.

À savoir, selon une série d’études publiées dans « Science de la vie » :
l’artémisinine, de la « Douce vermouth » du dérivé « d’ Artemisia Annua » était utilisée dans la médecine chinoise et peut tuer 98% des cellules cancéreuses du poumon en moins de 16 heures.
La plante utilisée seule réduit les cellules cancéreuses du poumon jusqu’à 28%, mais en combinant avec le fer, « Artemisia Annua », elle réussit à « effacer » complètement le cancer et en plus, la consommation de cette plante n’a aucun impact sur les cellules pulmonaires saines.

L’artémisinine a été utilisée dans le passé comme un remède antipaludéen puissant, mais il est maintenant prouvé que ce remède est également efficace dans la lutte contre le cancer.

Quand les scientifiques ont ajouté du fer tout en menant l’étude, plus tard il s’est joint au tissu pulmonaire et en particulier aux cellules cancéreuses infectées, l’artémisinine a attaqué sélectivement les «mauvaises» cellules , et a laissé les « bonnes » intactes.

«En général, nos résultats montrent que l’artémisinine arrête le facteur de transcription « E2F1″ et intervient dans la destruction des cellules cancéreuses du poumon, ce qui signifie qu’elle présente un moyen de transcription selon lequel l’artémisinine contrôle la croissance des cellules cancéreuses de la reproduction », a-t-on indiqué dans la conclusion des recherches menées dans le laboratoire du cancer à l’Université de Californie.

La Revue des Sciences de la Vie a présenté une étude de l’Université de Washington, menée par les Docteurs « Narenda Singh » et « Henry Lai ».
Jusqu’à présent, cette étude est la plus vaste faite sur l’artémisinine aux États-Unis.

L’étude a été menée sur des échantillons de tissus in vitro dans un laboratoire, contrairement à l’étude sur les animaux ou les êtres humains qui est menée en vivo.
En utilisant une radiation de nature résistante au rayonnement des cellules du cancer du sein (qui avaient aussi une forte propension à accumuler le fer), l’artémisinine a fait ses preuves avec un taux de 75 % de destruction du cancer après seulement 8 heures et presque 100% de taux de destruction en seulement 24 heures.

Les dépôts de fer dans les cellules cancéreuses étaient faits avec des récepteurs spécifiques pour aider la division cellulaire.
Les cellules normales ont également ces récepteurs mais les cellules cancéreuses en ont la plus grande quantité et en fonction de cela, les cellules cancéreuses peuvent être une cible de combinaison de fer et d’artémisinine.

De nombreuses expériences ont été menées jusqu’à présent et elles ont toutes prouvé que l’artémisinine combiné avec le fer pouvait effectivement détruire le cancer, et que cet extrait avait été utilisé en Chine depuis des milliers d’années comme remède contre le paludisme.

Le parasite du paludisme ne peut pas survivre en présence d’artémisinine car il est riche en fer. Les bio-ingénieurs « Henry Lai » et « Narendra Singh » de l’Université de Washington ont été les premiers scientifiques à le découvrir.

Le Docteur « Len Saputo » appelle l’artémisinine une « bombe intelligente pour le cancer »

Source : « Healthy Food House »

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 05/04/2014

 

La Chimie Tue La Vie Sur Terre !

abeilles

Un tueur d’abeilles croupit dans les flaques d’eau.

Un jeune chercheur québécois est le premier au monde à mettre le doigt sur une des causes de la disparition massive des abeilles à l’échelle planétaire.
Après deux étés à étudier les champs montérégiens, « Olivier Samson-Robert », de l’Université Laval, est convaincu que le tueur se cache dans les flaques d’eau des champs.

Il s’agit d’une famille de pesticides appelés néonicotinoïdes, employés massivement comme enrobage des semences. Ces substances se répandent dans le sol et dans la plante par la sève.

Pesticides

Sous le coup d’un moratoire en Europe, ils sont omniprésents dans nos champs et inquiètent les scientifiques qui accumulent depuis deux ans les preuves de leur implication dans le déclin mondial des colonies d’abeilles.

Ces insectes ont déjà disparu de certaines régions d’Asie, où il faut maintenant polliniser les plantes à la main. Chez nous, le taux de mortalité des colonies a doublé depuis 10 ans, selon le ministère de l’Agriculture (« MAPAQ »), pour atteindre 30%.

Jamais un scientifique n’avait cherché l’assassin présumé dans les flaques avant « Monsieur Samson-Robert ».
Ces sources d’eau sont pourtant vitales pour les abeilles, car elles sont plus chaudes que les cours d’eau, ce qui permet aux insectes de maintenir leur température corporelle, explique-t-il.

Or, 100% des flaques que l’étudiant en biologie végétale a échantillonnées dans les champs de maïs montérégiens contenaient des néonicotinoïdes à des taux dépassant parfois les 100 fois la dose mortelle.

Ces données vont à l’encontre des arguments des fabricants, qui affirment que l’enrobage des grains permet d’arrêter l’épandage de pesticides par voie aérienne, donc d’éviter que les abeilles entrent en contact avec le produit.

Impact politique

En remettant la bourse « Laure Waridel » de 10 000 $ à Monsieur « Samson-Robert » le 3 mars, « Equiterre » espérait que ces travaux auraient un impact politique.
Ce, à l’heure où les environnementalistes réclament que les néonicotinoïdes soient bannis.

Mais l’agence de Santé Canada qui réglemente les pesticides, l’ »ARLA », indique ne pas considérer cette avenue pour le moment, et ce, même si elle estime que «les pratiques agricoles actuelles ayant trait à l’utilisation de semences de maïs et de soja traitées aux néonicotinoïdes ne sont pas viables».

L’agence se limite à imposer des mesures pour limiter l’émission de poussière contaminée pendant les semis.
Cela permettra probablement de réduire la mortalité au printemps, mais pas tout au long de l’été, d’après les travaux de Monsieur   »Samson-Robert ».

« CropLife Canada », l’association commerciale qui représente l’industrie des pesticides, estime quant à elle qu’«il existe plusieurs autres facteurs pouvant expliquer les pertes inhabituelles» d’abeilles, outre les néonicotinoïdes.
Elle se dit «profondément» préoccupée que d’autres menaces soient «négligées».

Anne-Caroline Desplanques pour http://www.journaldemontreal.com

http://fr.novopress.info/  du 05/04/2014

Bien sur qu’il y a d’autres menaces, mais les pesticides sont depuis longtemps les premiers désignés.

Un Autre Vaccin Très Dangereux.

gardasil

L’actuel vaccin contre
le cancer de l’utérus.

Plusieurs centaines de médecins se sont alliés pour signer une pétition réclamant une mission parlementaire, afin d’évaluer le controversé vaccin contre le cancer de l’utérus.
Une pétition réunissant 420 médecins réclame une mission parlementaire pour évaluer « l’opportunité » du vaccin controversé « Gardasil » contre le cancer de l’utérus, annonce Le Journal du dimanche.

Efficacité du vaccin contestée

Parmi les signataires figure la pneumologue « Irène Frachon » à l’origine de la révélation du scandale du « Mediator ».
La pétition réclame « une mission parlementaire sur l’opportunité de cette vaccination » dont l’efficacité est contestée et le coût mis en avant (123 euros la dose).

En décembre 2013, neuf femmes victimes des effets néfastes « présumés » du vaccin « Gardasil » ont déposé plainte contre X pour « atteinte involontaire à l’intégrité physique et tromperie aggravée » au tribunal de Bobigny (Seine-Saint-Denis).
La plainte ne vise pas nommément le laboratoire « Sanofi Pasteur MSD », qui a lancé en 2006 ce vaccin contre le cancer du col de l’utérus.

Effets néfastes

Selon leur avocate, ces neuf femmes, âgées de 18 à 24 ans et habitant un peu partout en France, « ont en commun d’avoir contracté des maladies très invalidantes dans les semaines et les mois qui ont suivi la vaccination alors qu’elles n’avaient pas d’antécédents médicaux ».

Le laboratoire « Sanofi Pasteur MSD » avait démenti fin novembre 2013 tout lien entre le « Gardasil » et le déclenchement de maladies comme la sclérose en plaques.
L’utilité du vaccin contre le cancer du col de l’utérus fait débat en France, où des patientes ont déjà saisi des commissions régionales d’indemnisation des accidents médicaux, pour des effets secondaires liés, selon elles, au « Gardasil ».

Sources : http://www.rtl.fr/ et AFP

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 30/03/2014

Que Contiennent Donc Les Vaccins ?

Autism

De plus en plus d’enfants autistes aux États-Unis

Avec vingt-six vaccins obligatoires avant l’âge de un an, ils espéraient quoi ?
Il y a deux ans, la proportion d’enfants souffrant de « troubles du spectre autistique » (« TSA ») était de 1 sur 88, rappelle dans leur rapport les Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies (« CDC »).
Leur dernière estimation publiée jeudi fait état d’un enfant atteint sur 68, soit un taux de 14,7 pour mille chez les enfants de huit ans.
Les « CDC » n’ont pas été en mesure d’expliquer cette forte augmentation, mais ont précisé qu’ils avaient recouru à la même méthode statistique.
La répartition géographique du nombre d’enfants autistes est irrégulière allant d’un enfant sur 175 en Alabama, dans le sud des États-Unis, à 1 sur 45 dans le New Jersey, dans le nord-est.

Ces chiffres continuent à montrer que l’autisme est près de cinq fois plus fréquent chez les garçons que chez les filles avec 1 garçon sur 42 contre 1 fille sur 189.
Il y a également plus d’enfants Blancs que de Noirs ou d’Hispaniques atteints d’autisme, indique les CDC.
Les capacités intellectuelles sont très variables parmi ces enfants allant d’un handicap lourd à une intelligence moyenne et au-delà.
L’étude montre que la proportion d’enfants autistes avec un quotient intellectuel plus élevé augmente.

Besoin urgent de solutions

Ainsi près de la moitié des jeunes autistes ont un quotient intellectuel moyen (85) ou au-dessus. Ils n’étaient que 30% il y a 10 ans.
Le rapport révèle aussi que la plupart des enfants autistes sont diagnostiqués après l’âge de quatre ans, malgré le fait que ce syndrome peut être détecté dès deux ans.
«Nous devons faire davantage pour diagnostiquer les enfants plus tôt», a souligné le Docteur « Coleen Boyle », directrice du centre national des défauts de naissance et des handicaps du développement des « CDC ».
«Une détection précoce de l’autisme est l’outil le plus efficace dont nous disposons actuellement pour faire une différence dans la vie de ces enfants», a-t-elle insisté.

L’académie américaine de pédiatrie (« American Academy of Pediatrics ») a quant à elle souligné dans un communiqué distinct «le besoin urgent» de développer des stratégies de dépistage plus efficaces.
«Il est essentiel qu’en tant que société nous ne restions pas insensibles à ces statistiques», écrit « Susan Hyman », présidente du sous-comité sur l’autisme de l’Académie.
«Ces chiffres nous rappellent les efforts que nous devons faire pour éduquer les médecins et les parents afin de mettre en œuvre des interventions efficaces pour tous les enfants», ajoute-t-elle.

http://www.lessentiel.lu/  du 26/03/2014

 

Il faut dire que les vaccins élaborés à l’heure actuelle doivent être bien différents de ceux administrés vers les années 1950.
Que mettent maintenant les laboratoires pharmaceutiques dans ces vaccins ?
J’avoue ne pas savoir mais avoir de grands doutes après avoir vécu la période pendant laquelle on déconseillait de faire vacciner les enfants.
Les miens ont tous reçu leurs vaccins, à l’ancienne, aucun n’est autiste.

Qu’en est-il aujourd’hui ?

Il Faut Toujours Etre Prudents !

0-300x225

MESSAGE IMPORTANT,
pensez à vos petits-enfants.

 

Il est important de prendre des pailles pour boire !
C’est grave  et très sérieux !

 

Avec l’été qui devrait arriver, il faudrait redoubler de prudence devant cette éventualité.
Qui aurait pu se douter d’un tel danger ?

 

Avis aux futurs buveurs directement à la canette.

Lavez les canettes AVANT  ! !

Même chose pour les canettes de bière et toute autre boisson.

Voici un  incident  qui s’est produit récemment dans le nord du Texas.

Une femme est allée faire de la navigation de plaisance.
Elle a apporté des canettes de cola qu’elle a placé dans le réfrigérateur du bateau.
Le lundi, elle a été transportée à l’hôpital et placée dans l’unité des soins intensifs.

Elle est morte le mercredi.

L’autopsie a conclu qu’elle est morte de la « leptospirose ».
Cela a été attribué à la canette de cola non lavée, et  bu  à même la canette.
Les tests ont démontré que la canette était contaminée par l’urine séchée de rats et ainsi avoir permis l’apparition de la maladie  « la leptospirose  » .
L’urine de RAT contient des substances toxiques et peut causer la mort.
Il est fortement recommandé de laver toutes les canettes avant de boire à même la bouteille.
Les canettes sont généralement stockées dans des entrepôts et transportées directement vers les magasins sans être nettoyées.
Une étude du « NYCU » a montré que les canettes sont plus contaminées que les toilettes publiques (c’est-à-dire), pleine de germes et de bactéries.
Ainsi, il faut les laver avec de l’eau avant de les mettre à la bouche pour éviter toute forme d’incident mortel.

S’il vous plaît transmettez ce message à toutes les personnes que vous aimez.

Moi,  je l’ai fait !!

Autre Que Réseau Social

La Pollution De L’ Air Est Mortifère

pollution

Selon l’OMS, la pollution de l’air a causé des millions de morts en 2012

Quelque 7 millions de personnes sont décédées en 2012 en raison de la pollution de l’air, selon une étude publiée mardi 25 mars par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
« Globalement, plus de 7 millions de morts sont attribuables aux effets des pollutions de l’air extérieure et domestique, et les régions de l’Asie et du Pacifique sont les plus touchées », avec 5,9 millions de décès, indique l’OMS dans son étude.

Ces chiffres sont en forte progression par rapport à la précédente étude qui datait de 2008, en raison d’un changement de méthodologie (non précisé pour le moment), et sont « choquants et plutôt inquiétants », selon les mots du Docteur « Maria Neira », directrice du département de la santé publique à l’OMS.
« La pollution de l’air est désormais le facteur environnemental le plus important affectant la santé, tout le monde est touché, que ce soit dans les pays riches ou dans les pays pauvres », a-t-elle ajouté.

3,2 MILLIONS DE MORTS COMPTABILISÉS EN 2008

En 2012, 3,7 millions de personnes sont décédées en raison d’effets liés à la pollution extérieure et 4,3 millions en raison de la pollution de l’air domestique, soit concrètement, les fumées et émanations liées aux appareils de cuisson, chauffés au bois ou au charbon, ou les instruments de chauffage.

Lire : La pollution pourrait aussi avoir des effets neurologiques

En 2008, lors de la précédente étude, l’OMS avait dénombré 3,2 millions de morts au total dus à la pollution de l’air, dont 1,3 million en raison de la pollution extérieure, et 1,9 million à cause de la pollution domestique.

Cette publication intervient alors que l’Ile-de-France a récemment été touchée par un pic de pollution, poussant le gouvernement à mettre en place dans la région des mesures exceptionnelles (circulation alternée, transports gratuits…).

Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire contre X pour « mise en danger de la vie d’autrui » à la suite d’une plainte de deux associations écologistes.

http://france.eternelle.over-blog.com/  du  26/03/2014

Les Inventeurs De Pseudo-Maladies.

pilules

l’art conceptuel à la pharmacie

Une trouvaille juteuse de l’industrie pharmaco-chimique : inventer des concepts de maladies sans réalité afin d’écouler des produits toxiques présentés comme remèdes.
Cela fait quelques décennies que de grands princes de la nullité moderniste ont posé les principes l’art conceptuel, projet dont le but était d’atteindre la forme suprême de l’arnaque :
commercialiser du vide ou pour le dire autrement spéculer sur la non-présence ou bien si l’on préfère vendre du rien.
Vendre du rien, d’accord… mais pas pour rien.
Car ce rien élevé au rang de valeur culturelle est vendu cher et même très cher.
Ce rien permet de faire fortune en échange d’absolument rien.
Ce rien autorise même parfois de recevoir des honneurs, des postes, des rentes et autres charges bien pourvues.

Le succès exemplaire et admirable de cette grandiose supercherie devait inspirer une des industries les plus florissante de notre planète : le complexe pharmaco-chimique.
« Si des escrocs sans œuvre ni talent peuvent le faire, pourquoi pas nous, qui avons aussi de la merde creuse à faire avaler aux pigeons humains ? » s’écria un jour un chef de projet de développement.

Attendre que les gens tombent malades pour leur vendre des médicaments souvent inefficaces, ça ne rapporte pas assez.
Il est bien plus malin d’inverser la logique :
Créer de fausses maladies en inventant des concepts pathologiques improbables et audacieux afin d’écouler des pilules faciles à produire.
Evidemment, le « patient » ne pourra pas être guéri par ces faux médicaments, mais comme il n’est pas vraiment malade, ça ne changera rien pour lui… excepté qu’il risquera finalement de tomber vraiment malade en avalant les molécules qui sont censées le guérir d’une maladie qui n’existait pas au départ !
Génial !
Car on pourra ainsi lui refiler d’autres médocs dont il ne pourra plus se passer.
La pompe à fric est activée.

La pollution occasionnée par la fabrication de ces faux remèdes, les animaux torturés pour obtenir les autorisations permettant de les mettre sur le marché, ainsi que le pillage des sommes affectées aux assurances sociales et autres mutuelles, tout cela est vraiment peu de choses devant le but sublime de l’opération :
permettre à une poignées de voleurs en col blanc d’empocher des sommes colossales grâce à cette arnaque planétaire dont le potentiel de développement est illimité.

Du grand art !

Qaspard Delanuit pour « http://www.agoravox.tv »

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 26/03/2014

P.S.
Article resté aux oubliettes des « tout chaud », comme un certain nombre d’autres.
Il était publié le

 

Du grand art ?
Si on appelle « art » la fourberie, le mensonge, l’appât du gain, le mercantilisme… n’en jetons plus !
je n’applaudirai jamais de telles gens !

Des Additifs Gonflants Dans Le Pain !

sandwich_2

Les petits pains chimiques des restaurants « Subway »

Une découverte qui a fait l’effet d’une bombe auprès des consommateurs américains.

Très appétissante nouvelle:

«<L’azodicarbonamide est un agent gonflant utilisé pour confectionner des tapis de yoga ; Subway en met aussi dans ses pains pour leur assurer leur moelleux», pas en Europe mais dans ses boutiques d’Amérique du Nordsignale le site l’ »ADN« .

Cette molécule chimique peut être utilisée comme additif alimentaire aux Etats-Unis et au Canada, mais elle n’est pas autorisée dans l’Union européenne et en Australie.
L’ »Efsa » (« Autorité européenne de sécurité des aliments« ) a bien interdit son usage comme agent de traitement de la farine.

Mais ce n’est pas tout, l’azodicarbonamide peut aussi être utilisée comme agent gonflant pour donner du volume et de l’élasticité à certaines matières, par exemple aux matelas de yoga.

Evidemment, l’information de l’usage de cette molécule dans certains pains de la chaîne « Subway » n’a pas du tout plu aux consommateurs américains.
Une pétition a recueilli plus de 95.500 signatures, pour que « Subway » retire cet ingrédient accusé de causer des problèmes respiratoires, de l’asthme et des allergies (même si on connaît mal les niveaux d’exposition auxquels le produit peut être dangereux).

Ce qui a peut-être fait bouger la grande chaîne de sandwichs…
Peu après, CNN explique que « Subway » va retirer l’azodicarbonamide de ses pains.
Le communiqué de l’entreprise se justifie, en précisant que la molécule incriminée est «un ingrédient sans danger, utilisé pour rendre la pâte plus stable et obtenir la texture et le volume désirés» :

«Notre usage de cet ingrédient a toujours été en conformité avec les réglementations sur les additifs alimentaires. Cependant, en 2013, nous avons commencé à supprimer l’azodicarbonamide, et la transformation complète sera terminée dans les prochaines semaines.
Malgré ce que vous avez pu entendre ou lire, ce projet de conversion est en marche depuis un certain temps.»

On n’en sait pour l’instant pas beaucoup plus sur les nouvelles recettes, et l’azodicarbonamide est toujours dans les ingrédients de plusieurs pains, listés par « Subway » aux Etats-Unis.

Suite de l’histoire, l’organisation «Environmental Working Group» publie une liste de 500 aliments commercialisés aux Etats-Unis contenant aussi de la fameuse molécule…
L’azodicarbonamide est en effet beaucoup utilisée dans la boulangerie industrielle, pas que chez « Subway », même sila molécule a été mal testée, selon le « Center for Science in the Public Interest ».

Elle devrait continuer à faire débat outre-Atlantique. 
L’azocarbonamide est bien autorisée par la « FDA »
 (Food and Drug Administration), avec des taux bas très précis.
Pour certains, les arguments contre ce composé chimique manquent de bases scientifiques…

Par exemple, pour une porte-parole de l’ »Institute of Food Technologists », les additifs ne sont pas nécessairement dangereux parce qu’ils sont aussi utilisés dans des matériaux industriels, rapporte « Bloomberg Business Week ».
Pour elle, la littérature scientifique penche plutôt sur une absence de danger dans la consommation de pain, en de si minuscules quantités…

Bon ou mauvais pour la santé, la voix de la sagesse vient de la contributrice de « Forbes »:

«Nous n’avons pas besoin d’additifs chimiques pour garder notre pain doux et élastique, nous devons juste manger du pain frais.»

Lucie de la Héronnière

http://www.slate.fr/  du 13/03/2014

Il Faut Donc Obéir A « Big Pharma » ???

pharmacie

Deux médecins sanctionnés pour leur guide sur les médicaments

Alors même que ces deux médecins n’exercent même plus, l’ordre des médecins a tout de même cru bon d’interdire de les interdire de médecine pendant 1 an dont 6 mois de sursis pour les sanctionner d’avoir publié leur livre sur les dangers des médicaments.
Le message passé aux confrères qui exercent toujours est :
« Ne faites pas comme eux ou on vous tombera dessus également ».

Cet acharnement est d’ailleurs tout sauf épisodique vu que le docteur« Vercoutère » a lui été interdit de médecine pour ses positions tout à fait légitimes à l’encontre de la vaccination.
Voilà donc ce qu’il en coûte de ne pas s’en tenir au « diktat » de « Big Pharma » et oser délier sa langue sur les sujets qui fâchent en médecine. C’est également pour cela que tant de médecins se taisent… ou attendent leur retraite pour parler librement. Fawkes

La sanction de l’ordre des médecins d’un an d’interdiction d’exercer est surtout symbolique car aucun des deux auteurs du controversé Guide des 4000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux n’exerce plus.

Les Pr Philippe Even et Bernard Debré ont été sanctionnés par l’Ordre des médecins pour leur livre controversé, le Guide des 4000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux, dans lequel ils contestaient notamment l’usage actuel des statines et de la désensibilisation contre les allergies.
Les deux médecins, qui n’exercent plus, ont été sanctionnés à « un an d’interdiction d’exercer la médecine, dont six mois avec sursis », en raison notamment de leur manque de «confraternité », a informé mardi la Chambre régionale de l’ordre des médecins d’Ile-de-France.

Publié en octobre 2012 dans le sillage du scandale du Mediator, l’ouvrage a été un succès en librairie.
Présenté comme le fruit de « 7000 heures d’analyse de 20.000 références internationales », il a toutefois été rapidement attaqué par de nombreux médecins spécialistes.
Pour Jean-François Bergmann, chef du service de médecine interne à l’hôpital parisien Lariboisière, « ce livre, truffé d’erreurs, ne peut pas être considéré comme un guide d’information objectif ».
Qualifié d’« outrancier » par le Pr Patrice Queneau, auteur du rapport 2011 «Sécurité du médicament et pharmacovigilance » de l’Académie de médecine, il était jugé « très critiquable », par le Pr Charles Caulin, ancien président de la Commission d’autorisation de mise sur le marché.
Néanmoins, plusieurs experts soulignaient aussi que l’ouvrage avait le mérite de remettre sur le devant de la scène la question du bon usage du médicament.

Environ 300 plaintes

Professeur de médecine et président de l’Institut Necker, Philippe Even a expliqué qu’il entendait s’attaquer à une industrie pharmaceutique « qui ne se préoccupe pas de santé publique ».
Ce livre a le mérite de « donner un coup de pied dans la termitière », alors que chaque année en France, la « mauvaise utilisation de médicaments » provoque la mort de 20.000 personnes et fait gaspiller 15 milliards d’euros, s’était pour sa part défendu le Pr Debré, urologue et député UMP.

À l’appel de la Fédération française d’allergologie (FFAL), près de 300 médecins avait porté plainte auprès du Conseil de l’ordre pour les pages du guide consacrées à la désensibilisation, dénoncée par les Pr Even et Debré comme étant « ni fondée, ni efficace, ni sans danger ».
La mobilisation des allergologues, qualifiés par les auteurs de « gourous », a atteint dans cette affaire une ampleur rarissime, confiait l’ordre des médecins d’Ile-de-France au Figaro en mai.

Les cardiologues ont également attaqué l’ouvrage pour son « absurde remise en cause » des médicaments anti-cholestérol, en premier lieu les statines.
Le guide affirmait notamment :
« Les statines sont distribués au robinet par les cardiologues et les généralistes à presque tous les hommes et femmes de plus de 50 ans ».

Motifs déontologiques

L’ordre des médecins de la ville de Paris s’était lui-même autosaisi pour des motifs déontologiques.
Le code de la déontologie médicale énonce des principes assez larges tels que :
« Tout médecin doit s’abstenir, même en dehors de l’exercice de sa profession, de tout acte de nature à déconsidérer celle-ci »
(article 31) ou
« Les médecins doivent entretenir entre eux des rapports de bonne confraternité »
(article 56).

Selon Europe-1:
L’Ordre des médecins a insisté dans la motivation de sa sanction sur le fait qu’il convient « d’éviter de mettre en cause la compétence et l’honnêteté de médecins, notamment allergologues et cardiologues » et a « reproché aux deux auteurs leur manque de confraternité ».
Bernard Debré et Philippe Even ont annoncé leur intention de faire appel.

« Nous somme tous les deux à la retraite, cela ne rime à rien.
Au point de vue moral, c’est une honte
 », a déclaré Bernard Debré, dénonçant un « déni de la liberté de parole ».
Les laboratoires Servier, visés à plusieurs reprises dans le livre, ont pour leur part été déboutés d’une action en justice pour insulte et diffamation, par le tribunal de grande instance de Paris en juin.

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 20/03/2014

Lorsque vous êtes en maladie de longue durée, les effets secondaires (trop souvent très négatifs) se cumulent au long des mois, ils le savent mais ne vous en informent jamais.
Ces professeurs ont eu raison !
Ils respectent leur serment d’Hippocrate en faisant passer leur DEVOIR envers la santé de leurs patients avant leur esprit de confraternité logique dans tout corps de métier.
Leur « travail » accompli au mieux passe certainement avant leurs relations avec le corps médical.

Une Histoire De Volailles Malsaine.

batterie

Le test inquiétant de « l’UFC-Que choisir » au sujet des poulets

Après analyse d’une centaine d’échantillons de poulet et de dinde achetés en grande surface, sur les marchés ou en boucherie, « l’UFC-Que choisir » alerte sur la présence de bactéries résistantes à un ou plusieurs antibiotiques.
Le test de l’association de consommateurs, publié lundi 10 mars, démontre que 26 échantillons sont contaminés et parmi eux, 61 % sont porteurs de bactéries résistantes à une ou plusieurs familles d’antibiotiques.

Pire :
Quelque 23 % peuvent survivre à des antibiotiques critiques, « c’est-à-dire les plus cruciaux utilisés en médecine humaine en dernier recours pour des pathologies graves ».
Des résultats inquiétants qui conduisent l’association àenjoindre à la France de « renforcer » la réglementation sur ce sujet de santé publique.

RECOMMANDATIONS AU GOUVERNEMENT

L’UFC souligne que les volailles d’entrée de gamme « semblent plus impactées par l’antibiorésistance que les volailles biologiques », ce qui est logique puisque l’élevage bio encadre et limite strictement le recours aux antibiotiques.
Les traitements allopathiques chimiques (y compris antibiotiques) ne sont possibles qu’en curatif et leur nombre est limité (de 1 à 3 par an selon la durée de vie de l’animal, hors traitements obligatoires et vaccins), selon la Fédération nationale d’agriculture biologique (FNAB).

S’agissant des viandes « Label rouge », « la résistance est moindre » mais lorsqu’elle est présente, « cela concerne les antibiotiques critiques, les plus forts ».

Face à ce constat, l’association de consommateurs demande au gouvernement français de « sacraliser » dans la loi l’engagement de réduction de 25 % de l’utilisation des antibiotiques dans les élevages.
Et d’imposer un découplage strict entre la prescription et la délivrance, sachant qu’aujourd’hui bon nombre de vétérinaires prescrivent et vendent les traitements aux éleveurs.
Enfin, dans la cadre des négociations sur l’accord de libre-échange entre l’UE et les Etats-Unis (TTIP), l’Europe doit se positionner clairement contre tout allégement des normes européennes en matière de sécurité sanitaire, que ce soit sur l’antibiorésistance, les hormones de croissance ou la décontamination des carcasses à l’eau de Javel, demande encore l’UFC.

http://www.lemonde.fr/  du 11/03/2014

 

 

Que nous en dit Rusty James ?

 

 

Sur 100 Poulets et de dindes achetés en grande surface, sur les marchés ou en boucherie 26 % étaient contaminés

Après analyse d’une centaine d’échantillons de poulet et de dinde achetés en grande surface, sur les marchés ou en boucherie, l’UFC-Que choisir alerte sur la présence de bactéries résistantes à un ou plusieurs antibiotiques. 

Le test de l’association de consommateurs, publié lundi 10 mars, démontre que 26 échantillons sont contaminés et parmi eux, 61 % sont porteurs de bactéries résistantes à une ou plusieurs familles d’antibiotiques.

Pire : quelque 23 % peuvent survivre à des antibiotiques critiques, « c’est-à-dire les plus cruciaux utilisés en médecine humaine en dernier recours pour des pathologies graves ». Des résultats inquiétants qui conduisent l’association à enjoindre à la France de « renforcer » la réglementation sur ce sujet de santé publique.

L’UFC souligne que les volailles d’entrée de gamme « semblent plus impactées par l’antibiorésistance que les volailles biologiques », ce qui est logique puisque l’élevage bio encadre et limite strictement le recours aux antibiotiques.
Les traitements allopathiques chimiques (y compris antibiotiques) ne sont possibles qu’en curatif et leur nombre est limité (de 1 à 3 par an selon la durée de vie de l’animal, hors traitements obligatoires et vaccins), selon la Fédération nationale d’agriculture biologique (FNAB).


S’agissant des viandes Label rouge, « la résistance est moindre » mais lorsqu’elle est présente, « cela concerne les antibiotiques critiques, les plus forts ».

Face à ce constat, l’association de consommateurs demande au gouvernement français de « sacraliser » dans la loi l’engagement de réduction de 25 % de l’utilisation des antibiotiques dans les élevages. Et d’imposer un découplage strict entre la prescription et la délivrance, sachant qu’aujourd’hui bon nombre de vétérinaires prescrivent et vendent les traitements aux éleveurs.

Enfin, dans la cadre des négociations sur l’accord de libre-échange entre l’UE et les Etats-Unis (TTIP), l’Europe doit se positionner clairement contre tout allégement des normes européennes en matière de sécurité sanitaire, que ce soit sur l’antibiorésistance, les hormones de croissance ou la décontamination des carcasses à l’eau de Javel, demande encore l’UFC.

Pauvres poulets qui respirent les « chemtrails » toute la journée et  bourrés d’antibiotiques évidemment qu’ils sont infectés les autres doivent être élevés en batterie à l’abris la preuve Source: Radio-Canada) Le poulet acheté dans les marchés d’alimentation du Canada est fréquemment contaminé par des bactéries résistantes aux antibiotiques.
Le poulet acheté dans les marchés d’alimentation du Canada est fréquemment contaminé par des bactéries résistantes aux antibiotiques.
C’est ce que révèle une enquête réalisée par les émissions L’Épicerie de Radio-Canadale ,le problème est mondial à mon avis comme l’air que l’on respire.

RJ.

http://rustyjames.canalblog.com/  le 19/03/2014

 

La Terre Est Vraiment Mise En Danger.

explosion

Ils jouent avec le feu !

Suite à des tremblements de terre liés à la fracturation hydraulique, l’état ordonne la fermeture d’un puits !
Aux USA c’est une première, 2 tremblements de terre ont été directement liés à la fracturation hydraulique.
Les autorités de l’Ohio aux états unis ont ordonné la fermeture d’un puits d’extraction.

Hier les autorités de l’Ohio ont ordonné la fermeture d’un puits de gaz de schiste qui utilisait la technique dite de la fracturation hydraulique (« fracking ») dans le comté de Mahoning après que deux tremblements de terre aient été ressentis dans la région tout près de la frontière avec la Pennsylvanie ont indiqué les journaux locaux.

Les tremblements de terre enregistrés ont été estimé de magnitudes 3 et 2,6 sur l’echelle de Ritcher selon le NEIC de l’US Geological Survey.
Le ministère des Ressources naturelles de l’Ohio (ODNR) a immédiatement ordonné l’interruption des opérations de fracturation sur le site de la société « Texas Hilcorp Energy ».

« Par prudence , nous avons informé le seul opérateur d’extraction de gaz dans la région, et leur avons ordonné de mettre fin à toutes les opérations de fracturation en cours jusqu’à nouvel ordre.
Il n’y a pour l’instant aucun rapport immédiat de blessures ou de dommages. »

Le séisme de magnitude 3 à secoué la région à environ 2h26 du matin, il était suffisamment puissant pour réveiller certains résidents de la région selon la filiale locale de NBC la WFMJ.
l’autre tremblement de terre a été ressenti vers 11h44.

« Alison Auciello », organisateur du groupe de l’environnement alimentaire et du Water Watch de l’Ohio, a déclaré à « Al Jazeera » que l’emplacement et la profondeur des épicentres des derniers tremblements de terre ressentis Lundi sont compatibles avec les lieux des sites de forage ce qui signifie qu’ils peuvent avoir été causé par l’opération de fracturation elle-même.

Les agents de l’État devront évaluer les données complètes avant d’autoriser de nouveau la société « Hillcorp » à continuer ses activités d’extraction dans la région.

« Avant que les entreprises puissent être autorisés à effectuer des opérations de fracturation, les Etats devraient exiger aux entreprises extractrices d’évaluer si leurs puits d’extractions sont ou non situés sur une ligne de faille avant de leur accorder un permis, » dit-elle.
« Rien dans les règlements actuels de l’État l’exige jusqu’à présent , mais cela pourrait changer avec les tremblements de terre ressentis hier. »

Des études récentes ont également mis en évidence les risques environnementaux et de santé publique soupçonnés être associés aux opérations de fracturation. Une étude menée par l’Associated Press en Janvier a constaté que la pollution de l’eau dans quatre États américains étaient directement liée aux puits d’extractions de pétrole et de gaz, et en a conclu que la pollution était beaucoup plus répandue que l’industrie le reconnaît elle même.

Une étude de Décembre publié par l’Université du Missouri a démontré que les fluides utilisés lors de la fracturation hydraulique sont des perturbateurs hormonaux qui peuvent conduire à la stérilité, à des cancers et à une multitude d’autres problèmes de santé.

L’Environmental Protection Agency (EPA) américaine mène actuellement une étude approfondie sur l’impact potentiel de la fracturation hydraulique sur les ressources en eau, ses résultats devraient être publiés vers la fin de l’année.

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 16/03/2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On Nous Empoisonne Sciemment.

eau

Boire l’eau du robinet augumenterait les risques d’Alzheimer

De nombreuses études attestent que les habitants des zones où l’eau potable est particulièrement riche en sulfate aluminium et pauvre en magnésium et en calcium sont plus exposés à la maladie.
la maladie d’Alzheimer était plus de deux fois plus courante chez les Afro-Américains que chez les Yoruba nigérians de même sexe et de même tranche d’âge.
En résumé, à l’échelle mondiale comme à l’échelle ré-gionale, la maladie d’Alzheimer n’a pas de profil spatial aléatoire relativement uniforme.
Elle semble augmenter plus vite que la population ne vieillit et son incidence et sa prévalence sont grandement affectées par la migration.
Bref, elle ne présente aucune des caractéristiques géographiques attendues d’une maladie principalement génétique. ?
Dans leur livre « Genome », « Bishop et Waldholz » affirment qu’« en eux-mêmes et d’eux-mêmes, les gènes aberrants ne provoquent pas la maladie.
Généralement parlant, leur impact sur la santé d’une personne est minime jusqu’à ce qu’elle soit plongée dans un environnement nocif. »
Par conséquent, les répercussions d’un gène aberrant dépendent de la localité et du mode de vie, autrement dit de la géographie.
L’analyse documentaire précédente établit que les « environnements nocifs » qui amplifient l’impact de l’héritage du gène « APO E4″ et d’autres aberrations génétiques liées à Alzheimer possèdent deux caractéristiques majeures. Ils présentent des variations spatiales très claires et leur nombre semble augmenter rapidement.

De nombreuses preuves suggèrent que ces environnements sont des zones où l’eau potable est riche en aluminium dissous (en particulier sous sa forme monomère) et pauvre en magnésium et en calcium.
En outre, cette eau est généralement pauvre en acide silicique.
C’est le cas dans les endroits où les eaux de surface peu alcalines ont beaucoup de mal à amortir les impacts des pluies acides, l’un de ces impacts étant une solubilité accrue de l’aluminium dans les régions à fortes pluies acides et à faible alcalinité, les taux croissants d’aluminium dissous, présents à la fois dans l’eau du sol et dans l’eau de ruissellement, entraînent de vastes dommages écologiques.
Il semble que cet élément soit aussi le facteur de risque environnemental dominant dans la maladie d’Alzheimer.

Intoxication et pertes de mémoire .
En 1988, il a été clairement prouvé qu’un excès d’aluminium dans l’eau potable pouvait affecter la mémoire.
À la suite d’un accident survenu dans une installation anglaise d’adduction d’eau, la population locale a bu une eau contenant des taux excessivement élevés de sulfate d’aluminium.
Les malheureux qui avaient utilisé cette eau contaminée se sont presque tous plaints de pertes de mémoire.

On trouve aussi des preuves significatives du lien entre la démence et l’aluminium dans l’étude menée en Ontario par  »McLachlan » sur 668 autopsies de cerveaux atteints d’Alzheimer.
Ces dernières ont démontré que le risque de développer la maladie d’Alzheimer avait été 2,5 fois plus grand chez les habitants des agglomérations buvant de l’eau qui contenait plus de 100 µg d’aluminium par litre que chez les personnes vivant dans des zones où l’eau potable affichait un taux d’aluminium inférieur.
Les résultats de  »McLachlan » étaient encore plus spectaculaires pour ceux qui avaient bu de l’eau contenant 175 µg d’aluminium par litre.
Selon la façon dont ces patients étaient regroupés, le risque relatif approché de développer la maladie d’Alzheimer allait de 6,7 à 8,14.
Autrement dit, leur cerveau avait 7 à 8 fois plus de risques de présenter les signes caractéristiques de la maladie d’Alzheimer si ces patients avaient régulièrement consommé de l’eau très riche en aluminium.
Plusieurs auteurs ont tenté de quantifier l’ampleur du lien entre la maladie d’Alzheimer et l’aluminium.

« Forbes » et « McLachlan », par exemple, ont étudié ce lien chez les très vieux, à savoir les personnes de plus de 85 ans.
Ils ont découvert que,après avoir tenu compte de six autres facteurs, tels que le fluorure, l’acide salicique, le fer, le pH et la turbidité, ceux qui vivaient dans des quartiers où l’eau potable contenait plus de 250 µg d’aluminium par litre avaient presque 10 fois plus de risques de développer la maladie d’Alzheimer.
Cela confirmait une étude longitudinale antérieure réalisée en Ontario ayant établi que les hommes de plus de 75 ans qui buvaient de l’eau potable contenant au moins 0,0847 mg d’aluminium par litre avaient 1,72 fois plus de risques de présenter une altération du fonctionnement mental.
De même, après un contrôle statistique de cinq autres variables, la mortalité d’Alzheimer affichait un rapport de cotes de 3,54 pour les personnes ayant bu de l’eau qui contenait au moins 0,336 mg d’aluminium par litre.

Une étude longitudinale plus récente de huit ans s’est penchée sur 3 777 personnes de plus de 65 ans vivant dans le sud-ouest de la France en 1988-1989.
Elle a confirmé que celles qui buvaient de l’eau dont la teneur en aluminium dépassait 0,1 mg par litre avaient deux fois plus de risques de développer la maladie d’Alzheimer.

L’impact négatif de l’aluminium semble être atténué par l’acide silicique, le calcium et le magnésium, notamment dans l’eau potable ayant un pH compris entre 7,85 et 8,05.

Rusty James pour son blog

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 15/03/2014

A se demander pourquoi le vaccin contre la grippe ( si fortemment conseillé pour les personnes âgées) contient de nos jours de l’aluminium.

Voir Les Urgences… Attendre Et Mourir !

morgue-565x250

Nos vieux meurent oubliés
…même aux urgences !

Une sexagénaire admise pour une plaie au pied aux urgences de « Cochin » a été retrouvée morte dans la salle d’attente six heures plus tard.
Pour le moment, nul ne peut dire si la victime serait encore en vie si elle avait été prise en charge plus tôt.
Le fait est qu’un énorme serpent de mer revient tout de go sur la table :
mais pourquoi règne-t-il un tel bobinard aux urgences ?

Car quiconque a eu besoin d’y recourir, un soir ou un week-end, le sait bien… Les couloirs y ressemblent à un quai de métro un jour de grève, les sas d’accueil à un dispensaire du siècle dernier :
Des enfants qui pleurent, des vieillards qui somnolent, des clochards qui s’agitent, des jeunes assis par terre… et un personnel soignant virevoltant qui fait de son mieux mais qui, gêné, préfère éviter les regards de ceux qui font les cent pas en regardant leur montre.

La vérité est qu’on trouve aux urgences un cocktail explosif des dysfonctionnements modernes, comme si, dans cet endroit où se jouent la vie et la mort, venaient converger tous les problèmes du pays.

Mieux vaut aller aux urgences.
Il y a, pêle-mêle, le sacro-saint principe de précaution, le parapluie, tellement grand qu’il tient du parasol, qu’ouvre le médecin de famille, la maîtresse, le prof de sport, et si intériorisé par tous qu’il a force d’obligation pour les parents : votre enfant est tombé ? Mieux vaut aller aux urgences.
Et tant pis si vous attendez des heures pour vous entendre dire qu’il faut « le surveiller », ce que, merci bien, en parent à peu près responsable vous auriez fait sans qu’on vous le dise.
Et tant pis si votre petiot, arrivé avec une bosse, repart avec une grippe doublée d’une gastro après un contact étroit et prolongé avec tous les miasmes de la région dans cette boîte de Petri qu’est une salle d’attente.
Et tant pis si, dans l’intervalle, telle petite dame qui aurait dû être revue et dont on a, faute de temps, sous-estimé le diagnostic, ne l’a pas été.

Il y a l’esprit consumériste.
Comme chez « Sephora et Casto », on veut faire ses courses le soir et le dimanche.
C’est la crise, madame, on ne peut pas aller consulter pendant les heures de service, que dirait le patron ? Alors, quand on se sent patraque, on va faire le « nocturne » – entendez les urgences.

Il y a enfin le déni de réalité :
Concernant d’abord le « numerus clausus ».
Il visait, dit-on, à limiter le trou de la Sécu.
Moins de médecins, moins de prescriptions, c’est mathématique.
Parce que sans doute, moins de médecins, moins de malades, cela paraît logique, aussi ?
Un « numerus clausus » que personne n’a cru bon d’ajuster à une donnée nouvelle :
la féminisation galopante du métier et, de ce fait (les femmes, n’en défrise certains, étant comme cela), la recherche d’un rééquilibrage du métier avec la vie de famille, se traduisant par moins de gardes et de disponibilité :
« Le cabinet ferme à 18 h : pour les urgences, allez à l’hôpital ».

Un hôpital saturé, dont les salaires et les horaires n’attirent guère, et qui va donc chercher les praticiens qu’il n’a pas formés, la faute au numerus… à l’étranger, dans un marché de dupes réciproque :
L’État les paie mal et les exploite, mais à terme, ils pourront visser leur plaque en libéral, sans plus de contrôle de l’État quant à leur formation.

Des médecins venus d’ailleurs, donc…
Pour une population « venue d’ailleurs » très présente.
C’est le deuxième déni.
Car évidemment – AME, CMU et même « rien du tout », pour ceux qui sont arrivés l’avant-veille –, l’hôpital accueille tout un chacun sans distinction, dans une grande et belle tradition héritée des accueils religieux d’autrefois.
Tout un chacun… s’il y a urgence.
Mais ce n’est pas ainsi que tous le comprennent.
Et trop de malades tuant le malade, les vraies urgences se mêlant aux fausses, il arrive, malgré tous les efforts d’arbitrage du corps médical, que telle vieille dame meure en silence, oubliée de tous dans un coin de salle d’attente.

Gabrielle Cluzel

http://www.bvoltaire.fr/  du 21/02/2014

 

 

 

Traîné En Justice Pour Refus De Polluer.

Domaine Giboulot Emmanuel

Un viticulteur risque la prison

pour avoir refusé de polluer…

Un viticulteur bourguignon, « Emmanuel Giboulot », exploite depuis plus de quarante ans 10 hectares de vignes en agriculture biologique.
Le 24 février prochain, il passera devant un tribunal correctionnel pour avoir refusé de déverser un pesticide dangereux sur sa vigne.
Il risque jusqu’à 6 mois de prison et 30.000 € d’amende.

Comment en est-il arrivé là ?

En juin 2013, le préfet de Côte d’Or prend un arrêté pour contrer une hypothétique épidémie de flavescence dorée, une maladie de la vigne, transportée par un petit insecte, la cicadelle.
Cet arrêté prévoit l’usage d’un pesticide extrêmement nocif, puisque tuant toutes sortes d’insectes nécessaires à la régulation de la vigne pour éviter les parasites et bien évidemment les abeilles, dont les colonies disparaissent de manière inquiétante.

« Emmanuel Giboulot » opte alors pour une solution plus respectueuse des équilibres biologiques, car il existe des traitements naturels bien connus des vignerons et très efficaces.
Il faut savoir que l’agriculture biologique se caractérise par l’absence d’usage de produits chimiques de synthèse, se voulant le prolongement d’une l’agriculture traditionnelle et ancestrale à l’opposé de l’agriculture intensive.
De nombreux vignerons et viticulteurs sont ainsi passés en “bio” et produisent des vins réputés dans le monde entier.
Mal en a pris à « Emmanuel Giboulot » :
fin juillet, suite à la dénonciation d’un inspecteur de la direction régionale de l’Agriculture, il est mis en examen comme un vulgaire criminel.

Une déclaration de soutien est alors lancée par l’Institut pour la Protection de la Santé Naturelle et recueille à ce jour plus de 75000 signatures, invitant non seulement les internautes à soutenir publiquement « Emmanuel Giboulot », mais à soutenir toutes les initiatives visant à privilégier l’usage d’alternatives naturelles plutôt que des produits de synthèse.

http://fr.novopress.info/environnement/   du 17/02/2014

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Pelosse a soigné sa grippe avec des plantes de sa campagne encore relativement protégée, elle met plus longtemps à récupérer mais elle est sûre de ne pas avoir d’effets secondaires.

Sale Grippe Mais Pelosse Refait Surface

 

pelosse

Pelosse attrappe la grippe chez le médecin

J’étais allée chez le médecin pour renouveler une ordonnance, huit jours plus tard, je me suis réveillée la tête dans du coton, avec une fièvre de cheval !
La seule sortie que je fais pour me rendre…chez un médecin, c’est pour récupérer la grippe !
Non seulement je l’ai eu mauvaise car les salles d’attentes des médecins devraient être aussi surveillées que les dates de péremption des yaourts mais j’ai drôlement dégusté car ce n’était pas une petite grippette de rien du tout.
Je n’ai rien mangé pendant deux jours.
Ma mère me disait sagement : « ça sera toujours ca de moins que tu donnera à manger aux microbes ! », simplement parce que je n’ai fait que dormir, dormir, dormir, ou boire.
Ce qui a été le plus pénible est cette impression d’avoir la tête dans un cocon de mousse et d’horribles acouphènes.
La fièvre a baissé au bout de deux jours avec les tisanes…ne me parlez plus des produits pharmaceutiques, ils empoisonnent autant qu’ils soignent.
Par contre, les acouphènes, une toux sèche, l’envie de dormir continue a duré et ce soir je dirais que je suis épuisée sans avoir fait aucun effort.
Il ne fait pas bon vieillir !
Mais il paraît qu’il y a une épidémie de grippe sur la France, même si les médias ne nous en parlent pas, je ne suis pas passée au travers cette année !
Je ne me suis pas faite vacciner car on ne sait plus trop ce qu’on nous injecte dans les vaccins aujourd’hui…si, il y a un truc (aluminium,ou quelque chose comme ça)qui les rend douloureux.
Ce mot est donc écrit pour expliquer pourquoi, depuis deux semaines, je n’ai pas cherché quelles pouvaient être les informations qui auraient pu vous intéresser, je n’en avais vraiment pas les moyens.

Je vous dis à demain, j’aurai sans doute plus de courage.

Pelosse

Les Organes Rapportent Gros Au Noir.

les-3-singes-300x183(1)

La mondialisation juteuse du trafic d’organes

Jusqu’où peut-on aller pour sauver des vies ?
Sur « Arte », mardi soir dernier :
«  »Voyage au cœur du trafic d’organes » ».
Au programme, médecins sauveurs et criminels, malades à bout et misère noire au temps de la mondialisation juteuse et au régal des mafias.
C’est un paradoxe :
Plus la médecine progresse, plus on a besoin d’organes.
Une denrée qui répond plus qu’une autre à la loi du marché :
l’offre et la demande.
On sait aujourd’hui remplacer tout ou presque des pièces défectueuses d’un humain.
Globalement, à quelques nuances géographiques près, les demandeurs sont au nord et les fournisseurs de marchandise au sud.
Tout circule :
cornées, ovocytes, foies…
Le cœur est à part : on n’en a qu’un.
Mais les reins, en revanche…

On suit dans le reportage de « Ric Esther Bienstock » des malades à bout :
Huit, dix, quinze ans de dialyse et toujours pas d’espoir de voir arriver un greffon.
Alors, certains finissent par céder aux sirènes d’Internet.
Hypothèquent la maison et font leurs valises pour le Vieux Continent ou l’Amérique du Sud.
10 à 15 % des transplantations d’organes se feraient de manière illégale, nous dit-on.
Pour le rein – le plus demandé –, le chiffre atteindrait 35 %, et encore est-il largement sous-évalué dans la mesure où les « donneurs » déclarent, bien sûr, qu’ils n’ont rien touché et jurent sur l’honneur que leur démarche est purement altruiste.
Le receveur débourse de 70.000 à 120.000 dollars, le donneur touche de 700 à 2.500 dollars.
Pour l’un la vie, pour l’autre de quoi sortir une famille de la cave où elle croupit, acheter une boutique, une moto, une télé…
Et la « qualité » de l’organe ?
On assure au receveur qu’elle est parfaite, bien sûr.
Sauf que c’est la loterie.

On fait connaissance du Canadien « Raul Fain » qui a déboursé 70.000 euros pour se faire greffer un rein au Kosovo.
Il était parti pour la Turquie, mais ça sentait un peu le roussi pour le Docteur « Yussuf Sonmez ».
Brillantissime chirurgien turc, il est aujourd’hui sous le coup d’un mandat d’arrêt international, comme ses chers confrères, le néphrologue israélien « Zaki Shapira » et l’homme de la finance « Moshe Harel ».
Direction, donc, la clinique Medicus, à Pristina, où « Raul Fain » reçoit le rein d’une femme moldave.
« Yussuf Sonmez » se vante d’avoir 2.400 transplantations à son actif, réalisées en Turquie, en Azerbaïdjan, au Kosovo…
Comme ses confrères, il a la conscience bien tranquille :
Ces histoires de trafic, dit-il, « c’est le problème des comités d’éthique, pas le mien ».
Eux sont des bienfaiteurs de l’humanité, forcément, d’autant que le trafic n’est pas près de se tarir.
On découvre ainsi, au fil du reportage, des familles, et même des villages aux Philippines où quasiment tous les hommes ont donné un rein.
Un « rabatteur d’organes » déplore :
« Il ne reste plus de donneurs de groupe O dans la province, ils ont tous donné un rein. »
Au Canada, on peut même trouver un rein par petites annonces sur Internet, de particulier à particulier…

À quoi est-on prêt pour sauver sa vie ou celle d’un proche ?
Pourquoi est-il moral de faire don d’un organe à un inconnu et immoral d’en tirer profit pour aider sa famille ? Les questions se bousculent.
D’aucuns avancent des pistes que d’autres réfutent à grands cris :
Par exemple, attribuer les reins sous couvert de l’anonymat (pour éviter un scandale comme en a connu l’Allemagne, où les chirurgiens faisaient passer leurs propres malades en tête de liste) et fixer une rétribution unique des donneurs.
En attendant que la recherche sur les cellules souches nous permette d’imprimer des organes en 3D et à la chaîne…

Marie Delarue

http://www.bvoltaire.fr  du 26/01/2014

Des Expériences O.G.M. En France ! !

93168641

Monsanto installe un discret centre d’expériences dans le Loiret

Lentement mais sûrement, souvent par l’intermédiaire de dirigeants ou de sociétés qui servent de poissons-pilotes, Monsanto quadrille le territoire français pour développer ses activités actuellement interdites.
De façon à être présent partout pour le cas où le « lobby des OGM » réussisse à arracher quelques autorisations.
A force d’essais sous serre ou d’essais clandestins en plein champ.

Ce qui se passe dans un lieu-dit « Bruyères de l’Etang » d’une petite commune du Loiret, Autry-le-Chatel, est révélateur des méthodes et manoeuvres en cours dans de nombreux départements.
Quoi de plus innocent, sur l’emplacement d’une pépinière, que l’installation au bord d’un étang, il y a une bonne dizaine d’années, d’une société dénommé « Loiret Semence ».
Ca fait local.
Que le propriétaire, se trouve être un Néerlandais, n’est pas extraordinaire puisqu’aprés tout nous sommes en Europe.
Evidemment que le Hollandais en question soit aussi le gestionnaire de la société « Ruiter Seeds » spécialisée dans les semences de légumes hybrides, pourrait éveiller l’attention.
Mais, bon, pas de quoi inquiéter les élus et la presse locale et régionale…

D’autant plus que dans la région se pose la question des emplois que le nouveau propriétaire en promet à la pelle.
Car évidemment, le lecteur aura deviné :
Par fusion dont les détails ont été déposés le 16 juillet dernier au greffe du tribunal d’Orléans et de Lyon, le nouveau propriétaire des lieux se trouve être Monsanto.
Ce n’est pas une prise de participation, juste une absorption.
On ne garde la pancarte « Loiret Semence » que pour rassurer le gogo.
Car, les lieux ont changé en quelques mois :
A la place des banales serres anciennes, prés de deux hectares de serres de six à huit mètres de hauteur et climatisées en permanence à 20 degrés.
Trois millions et demi d’euros de travaux réalisés, tant pis pour les emplois promis, par des entreprises venues des Pays Bas.
Sans compter les clôtures nouvelles renforcées et les remblais de protection.
A droite de l’emplacement Monsanto, des bulldozers complètent l’installation et des ouvriers installent depuis quelques jours une clôture autour des champs rachetés le long de l’implantation.

Autrement dit, d’ici à la prochaine saison, de quoi installer discrètement, à l’écart de toute habitation et des regards curieux, des essais à l’air libre de légumes « OGM » :
Essentiellement des tomates, des poivrons, des concombres et des cucurbitacés.
A l’abri derrière des grilles et un no man’s land.
Lequel sera évidemment surveillé en permanence par des caméras de vidéo surveillance qui ne sont pas encore installées, ce qui permet des visites discrètes.
Car les nouveaux responsables le disent clairement, explique un cadre un peu embêté :
« Notre projet est de fournir à l’Europe, à l’Asie et à l’Amérique Latine de nouvelles variétés résistantes à des maladies et à des parasites pour des légumes de consommation courante.
Mais pour ce rachat, on ne nous a guère demandé notre avis.
On sentait cela arriver depuis longtemps
 ».
Il ne s’agira plus d’hybrides mais essentiellement de graines et greffons « OGM ».
Mais le problème, c’est qu’il faudra vérifier la résistance de ces « monstres » en plein air pour que les clients ne viennent pas râler, d’où les champs…

Au début de l’année, la même manipulation d’entreprises s’est produite à Saint Andiol dans les Bouches du Rhône.

http://france.eternelle.over-blog.com  du 22/01/2014

 

§§§§§§§§§§

monsanto

Monsanto fait payer des amendes aux agriculteurs bio

Le jugement est tombé, le géant de la biochimie Monsanto conserve le droit de poursuivre en justice les agriculteurs biologiques dont la production a été malencontreusement contaminée par les « OGM » sorti de ses laboratoires.
C’est un paradoxe qui soulève l’indignation et l’incompréhension au sein de la population américaine.
Monsanto, qui détient le fameux brevet pour l’herbicide « Roundup » et pour les semences génétiquement modifiées capables de résister à ce même désherbant, conserve le droit de poursuivre en justice n’importe quel agriculteur dont la production de maïs contiendrait plus d’1% d’ »OGM ».

Belle ironie, sachant que ce sont les organismes génétiquement modifiés eux-mêmes qui contaminent les productions  biologiques avoisinantes.
Comme si cela ne suffisait pas de rendre les productions de ces agriculteurs invendables car non conformes auxexigences de l’agriculture biologique, Monsanto compte aussi s’enrichir sur la contamination dont elle est à l’origine.
Lundi, la cour d’appel fédérale des Etats-Unis a débouté le groupe d’une cinquantaine d’agriculteurs bio alliés dans une bataille juridique qui semble pencher en faveur du géant de la biochimie.
Les juges américains ont statué en s’appuyant sur  l’engagement pris par la société sur son site « web », où elle explique en quelques lignes qu’une action en justice serait engagée uniquement dans le cas où plus d’1% de la production des agriculteurs biologiques contiendrait des « OGM ».
Aucune raison de s’inquiéter donc, si Monsanto a promis.
Là en est bien la preuve,  entre 1997 et 2010, la société a déposé 144 plaintes pour violation de brevet.
Reste à savoir que la contamination par les « OGM » est parfaitement accidentelle, et que les agriculteurs n’ont pas forcément conscience que leur production est atteinte.
Leur crainte de voir les avocats de Monsanto les traîner en justice pour violation de brevet  est donc bel et bien fondée, mais la justice américaine continue à faire l’autruche.

Alors qui est à blâmer pour cette mascarade ?
Certains pointent du doigt le lobby Monsanto, qui a maintes fois réussi à rallier juges et politiciens à ses côtés.
Dernier exemple en date, le « Monsanto Protection Act », ratifié fin mars 2013, qui empêche la justice américaine de suspendre la vente ou la culture d’OGM, malgré la remise en cause de leur homologation.

Justine Chrisment

http://www.cnbc.com  du 10/06/2013

 

 §§§§§§§§§§

bill gates

Bill Gates et Monsanto

Ils se consacrent à détruire l’agriculture organique dans le monde.

Blackwater a été fondée par « Erik Prince » suite au génocide rwandais en 1994.
Ce brave homme se disait « choqué » (on le serait à moins !) par cette tragédie et a décidé « par humanité » de fonder « Blackwater » en 1995, ayant hérité de la fortune de son père décédé l’année précédente.
« Prince » a fait ses premières « armes » au « SEAL », forces spéciales de la marine américaine.
S’il manquait quelque chose à la « néfaste » société Monsanto, c’était une armée officielle d’assassins payés.
C’est fait !
Monsanto est la société « parapluie » de « Resident Evil » mais dans le monde réel.
Elle contrôle la distribution des aliments, partage des financiers avec l’industrie pharmaceutique et fabrique des armes nucléaires et bactériologiques.
C’est ce que révèle un article de « Jeremy Scahill » pour le journal « The Nation » dans lequel il informe que la plus grande armée mercenaire de la planète, le « service » criminel d’intelligence « Blackwater » (connue sous le nom de Xe services et plus récemment sous celui d’Academi), a été vendu à la société transnationale Monsanto.

Après d’innombrables plaintes internationales pour violation de la loi , et s’étant fait connaitre par ses massacres en Irak et dans d’autres pays, « Blackwater » a changé de nom en 2009.
Toutefois il continue d’être le plus grand sous-traitant privé du Département d’Etat des Etats-Unis en tant qu’agence secrète de « services de sécurité » qui pratique le terrorisme d’état en donnant au gouvernement la possibilité de le nier.

POURQUOI LES CONCERTS DE CASSEROLES NE SERVENT A RIEN ?

« Political Blind Spot«  a dénoncé le fait que beaucoup d’agents de la CIA et d’ex militaires travaillent pour « Blackwater » ou pour des compagnies en relation qui cherchent à détourner l’attention de sa mauvaise réputation et à réaliser d’importants bénéfices commerciaux.
Ces mercenaires vendent leurs services, qui vont de l’information illégale, à l’intelligence d’infiltration, le lobbysme politique et l’entrainement paramilitaire, à des gouvernements, des banques, et des sociétés multinationales.
Selon « Scahill », les affaires avec Monsanto, « Chevron », et des géants financiers comme « Barclays » ou « Deutsche Bank », se développent par le biais de deux entreprises (« Total Intelligence solutions » et « Terrorism research center ») dont le propriétaire est « Erik Prince », qui est également propriétaire de « Blackwater » .
C’est quand il était directeur de « Total Intelligence Service » en 2008, que « Cofer Black » (qui s’était fait connaitre par sa brutalité en tant que directeur de la « CIA »), contacta Monsanto.
Monsanto s’offrit ses services pour espionner et infiltrer des organisations de droits de l’homme, des droits des animaux et des organisations ayant des activités anti-transgéniques, en plus d’exercer un contrôle sur d’autres sociétés biotechnologiques et pharmaceutiques.
La société Monsanto n’assassine pas seulement des personnes avec ses produits chimiques mais aussi par balles et au moyen d’ « accidents ».
Ses victimes sont des journalistes, des activistes politiques, et tous ceux qui peuvent être un obstacle potentiel à ses plans d’expansion.
Contacté par « Scahill », le directeur de Monsanto, « Kevin Wilson » refusa de faire des commentaires.
Toutefois, il fut confirmé plus tard à « The Nation » que Monsanto avait passé un contrat avec Total Intelligence en 2008 et 2009.
Mais, selon Monsanto , c’était seulement « pour faire un suivi d’information publique de ses opposants.
Le directeur de Monsanto crut bon de préciser que Total Intelligence était une société « totalement séparée de « Blackwater » ».

Mais « Scahill » possède des copies de courriers électroniques de « Cofer Black » envoyés après la réunion avec « Kevin Wilson » de Monsanto, où il explique à d’autres ex-agents de la « CIA », que cette réunion avait mis en évidence le fait que « Total Intelligence » était devenu « le bras d’intelligence de Monsanto » pour espionner les activistes et faire d’autres actions comme par exemple intégrer légalement ces groupes.
Monsanto a payé 127.000 dollars à Blackwater en 2008, et 105.000 en 2009.
Il n’est pas surprenant qu’une entreprise amplement dédiée à la science de la mort, comme Monsanto, qui dès le début s’est consacrée à produire des poisons toxiques comme l’ »Agent Orange », les « PCB » (biphényles chlorés), des pesticides, des hormones, des graines génétiquement modifiées, et même la bombe atomique, s’associe avec une organisation d’assassins et de mercenaires.

LES DEBUTS DE LA RELATION BILL GATES ET MONSANTO

Presqu’en même temps que la publication de cet article dans « The Nation », l’organisation des agriculteurs organiques « Via Campesina »signala que la « fondation Bill et Melinda Gates »avait acheté 500.000 actions de Monsanto, au prix de plus de 23 millions de dollars faisant ainsi tomber leur masque de philanthropes.
C’est encore une association de criminels qui n’a rien de surprenant.

Bill Gates contrôle plus de 90% du marché des licences dans le monde de l’informatique, en plus de promotionner des campagnes de vaccination pour les laboratoires génocidaires, tout en étant responsable d’expérimentation illégale de médicaments dans des pays sous-développés.
Pendant que Monsanto contrôle 90% du marché mondial des graines transgéniques et des graines commerciales au niveau mondial, et a fondé « Pharmacia » qui appartient aujourd’hui à Pfizer.

En d’autres termes, il n’existe pas de pires monopoles dans le secteur industriel, ni d’aussi immenses.
L’existence même de ces sociétés implique que la terre est sous le joug d’un régime financier totalitaire qui nie le principe de « compétitivité de libre commerce ».
Bill Gates aussi bien que Monsanto sont extrêmement agressifs quand il s’agit de défendre leurs monopoles mal acquis.
Exécutant les ordres de la famille « Rothschild », Bill Gates et Monsanto se consacrent à détruire l’agriculture organique dans le monde entier, ce qui débuta avec la création de l « Alliance pour une révolution verte en Afrique » (« AGRA ») qui œuvra comme un cheval de Troie pour enlever les graines traditionnelles aux pays Africains pauvres et les remplacer par des graines transgéniques.
Pour cela, la fondation engagea « Robert Horsch » en 2006, qui était alors directeur de Monsanto.

Maintenant Gates obtient de grands bénéfices en se soumettant aux politiques de dépeuplement mises en œuvre par la banque sioniste mondiale.

Article original en espagnol : « matrizur.org »

http://www.oragesdacier.info  du 21/01/2014

 

tous-cobayes

Attention, Ce Vaccin Est Dangereux !

0

Le vaccin réduit le risque d’infection par le Papillomavirus

Une étude américaine met en évidence une baisse de plus de 50 % de la contamination par le papillomavirus, après la vaccination.
À la fin des années 1970, les chercheurs ont découvert que certains virus, les « papillomavirus » (en particulier ceux de type 16 et 18) étaient responsables du cancer du col de l’utérus.
Près de vingt-cinq ans plus tard, des firmes pharmaceutiques mettaient au point un vaccin contre ce cancer.
En 2006, les autorités sanitaires américaines le recommandaient à toutes les jeunes filles de 11 à 13 ans, puis jusqu’à 26 ans.
Une enquête publiée en début de semaine dans « The Journal of Infectious Diseases », révèle une baisse de la contamination par ces virus pour les filles de 14 à 19 ans, grâce à cette politique vaccinale.
C’est une bonne nouvelle pour la santé publique.

(Nous n’avons pas assez de recul !
Des voix se sont déjà élevées pour dénoncer un risque de stérilité due à ce vaccin.
Trop de femmes auront servi de cobayes quand on s’en rendra vraiment compte, mais se sera trop tard, comme pour le « médiator » !
pelosse)

En France dans le nouveau calendrier vaccinal, ce vaccin (trois injections avec un intervalle de deux mois entre la première et la deuxième et de quatre mois entre la deuxième et la troisième) est proposé aux filles de 11 à 14 ans, avec un rattrapage pour les 15 à 19 ans.
Quelle est l’efficacité de ce vaccin qui protège contre plusieurs souches de papillomavirus responsables du cancer ?
S’il faut attendre encore quelques années avant d’observer une diminution des lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l’utérus,
les chercheurs du « Centre de contrôle » des maladies d’Atlanta (« CDC ») se sont intéressés à l’évolution du nombre de cas d’infection chez les jeunes filles.

Aucun effet indésirable majeur

Pour mener à bien ce travail, les scientifiques ont examiné les papillomavirus identifiés sur les frottis vaginaux de 4150 femmes de 14 à 59 ans testées entre 2003 et 2006 et sur les frottis de 4253 autres femmes de même âge testées entre 2006 et 2010.
Il est possible sur lesfrottis cervico-vaginaux effectués dans le cadre du dépistage du cancer du col de l’utérus, de détecter la présence de papillomavirus.
Les résultats révèlent que pour la classe d’âge des 14 à 19 ans, le taux de contamination par le papillomavirus a chuté de 56 % entre les deux périodes.
Le pourcentage de porteuses du virus (type 6, 11, 16, 18) est passé de 11,5 % entre 2003 et 2006 à 5,1 % entre 2006 et 2010, après donc le début des campagnes de vaccination.
Pour les autres tranches d’âge, aucune différence n’a pu être observée entre les deux groupes.

Pour le professeur « Thomas Frieden », directeur du « CDC » d’Atlanta, qui répondait aux questions de la presse lundi sur ce sujet, «ces résultats sont très frappants.
Ils devraient conduire à un réveil pour inciter les jeunes filles à se faire vacciner.
Il est possible si l’on s’en donne les moyens de protéger une génération contre le cancer du col de l’utérus.»
Aujourd’hui, en France, moins d’un tiers des jeunes filles bénéficient d’une protection par ce vaccin.
Même chose aux États-Unis.
Il faut aussi savoir que la vaccination pourrait réduire de 75 % le risque de cancer du col, mais pas de 100 %, car le vaccin ne couvre pas toutes les souches virales potentiellement oncogènes.

À ce jour, aucun effet indésirable majeur lié ce vaccin n’a été identifié, alors que 56 millions de doses ont été utilisées dans le monde.
En 2011, en France, 6800 femmes ont souffert d’un cancer du col de l’utérus, 2 080 en sont mortes.

Martine Perez

http://sante.lefigaro.fr  du 26/06/2013

J’ai repris cet article que j’avais publié il y a quelques mois en raison de l’actualité.
Chacune est libre de faire comme elle l’entend, se rappelant toutefois que la couverture est loin de la protéger contre « une » forme de cancer.
Y avait-il des vaccins pour nos ancêtres ?

Hollande Nous Encourage Au Suicide.

Hollande Nous Encourage Au Suicide. dans SANTE autocollanthollande11-300x300

Il nous a déjà fait le coup de « la France apaisée, réconciliée »…

Rappelez-vous, c’était pendant la campagne électorale de 2012, et il cherchait à être élu :
Le mensonge ne pouvait qu’être qu’un de ses arguments de campagne !
Car mensonge il y avait, le présent de cet automne 2013 où sa caste de privilégiés et lui gouvernent est celui d’une France en ébullition, secouée par les suppressions d’emplois, balayée par un tsunami fiscal hors du commun,  menacée par une insécurité chronique, torturée par des communautarismes agressifs, étouffée par des flux migratoires incessants, paralysée par une dette abyssale, déshonorée par la perte de son identité historique, traversée de conflits politiques et sociaux de plus en plus violents…

Et, au milieu de cette tempête où le vaisseau « France » est balloté comme fétu de paille,  la « nullitude élyséenne »  profite de l’ouverture des cérémonies commémoratives du début de la première guerre mondiale pour nous appeler « à faire front commun » afin de sortir des difficultés que sa politique fait naître ou aggrave…

Tout en nous rejouant la partition éculée, maintes fois ressassée, de l’ »extrême droite » « factieuse » qui menacerait nos institutions et du rassemblement des « antiracistes » contre les « racistes » qui envahiraient nos campagnes.

Quelle hypocrisie!
Quel enfumage d’Etat…
Quelle manipulation de la part de celui qui avilit sa fonction par ses comportements mêmes et qui la déshonore par ses postures mensongères.

Même si la ficelle a la taille d’un gazoduc, elle est encore utilisée car la caste mafieuse qui s’est accaparée le pouvoir en utilisant les effets pervers d’un scrutin injuste et d’un bipartisme imposé s’est accaparée aussi l’ensemble des moyens de communication – dont les propriétaires et les constituants journalistes, gavés d’argent public, agissent en valets dociles-  pour soumettre chacun à son idéologie et à son mode de pensée.

En réalité, ces gens là, c’est à peine 20% du corps électoral, c’est un « président squatteur » totalement déconsidéré et qui a perdu toute confiance, y compris au sein même des gogos qu’il avait circonvenus…

Ces gens là détruisent notre pays, son Histoire, ses valeurs en noyant le Peuple autochtone sous des flux migratoires incessants …

Ces gens là conduisent une politique économique qui s’inscrit dans la mondialisation des oligarchies financières que le Hollande, candidat, est allé cajoler à la City de Londres après avoir fait croire à ses « supporteurs » que la Finance était son ennemi..

Ces gens là cultivent le chômage comme moyen d’enrichissement des possédants du CAC 40 et organisent les destructions d’emplois productifs pour les remplacer par des emplois assis sur les impôts et les taxes, et à fonction électorale…

Ces gens là taxent le travail au maximum, la consommation sans limites et s’attaquent férocement à l’épargne des Français, les mesures actuelles en précédant d’autres, et bien plus douloureuses…

Ces gens là préparent la répression de la parole opposante et de toutes les formes de contestation de leurs choix économiques, financiers, sociaux et sociétaux…

Ces gens là assurent la destruction du tissu sociétal français en promouvant les communautarismes destructeurs de  l’unité nationale et sources de conflits internes qui tueront le combat politique et social…

Ces gens là sont au service de l’Europe atlantiste, immigrationniste, mondialiste qui prétend détruire la Nation et noyer son apport historique dans le magmas de la mondialisation libérale et libertaire où les puissances financières dominantes, transnationales et trans- idéologiques ( la City de Londres ouvre une voie royale à la finance islamique qui participe largement à cette mondialisation financière) font régner leur loi unique, « celle de la jungle »…

Ben oui, Hollande appartient au cercle bien fermé des puissants français de la finance, de la politique, des média qu’est le « Siècle », ses réseaux ont déjà ici été décryptés, c’est un « young leader » choisi, en son temps, par le « French American Foundation »…

Et si  Hollande montre chaque jour davantage que la bonne santé des puissances financières est son objectif, si ses liens avec les Etats arabo-musulmans esclavagistes et fascisants mais riches en pétrole du Golfe sont réels , si ses convictions, exprimées il y a déjà quelque temps, sont qu’il n’est pas là pour s’occuper des Français mais pour tenir compte des populations de la Planète, ce n’est pas le fruit d’une quelconque lubie, mais la volonté de mener à bien la politique mondialiste pour laquelle il a été façonné…

Ne prenons donc pas pour de la mollesse de caractère, du simple entêtement, de l’aveuglement stupide cette attitude d’aujourd’hui où il  semble ne rien maîtriser…

Et s’il est en difficulté, n’oublions pas qu’il y a, à l’arc des tours de passe-passe électoraux, bien d’autres cordes pas encore utilisées…, la dissolution de l’Assemblée Nationale pour aller vers la création d’un front d’union nationale où se retrouveraient socialos-écolos-centristes et une part de l’UMP n’étant pas le moindre des dangers qui nous guettent.

Alors, oui, s’il y a un front à constituer, c’est celui des patriotes défendant notre Nation, son indépendance, sa souveraineté, et s’attaquant à l’Europe mondialiste, atlantiste, immigrationniste, qu’ il est impératif de réduire à néant si l’on veut vraiment changer les choix faits dans tous les domaines et lutter contre l’invasion barbare des flux migratoires,  islamiques en particulier.

Robert Albarèdes

http://ripostelaique.com  du n° 329, le 16/11/2013

C’est bien beau de dire qu’il faut constituer un front, de faire des projets, il faut quand même finir par les réaliser !
Je suis dure mais personne de valable ne se présente pour le moment !
Que Marine vienne défendre Taubira, j’en suis restée perplexe…mais, elle reste le moins mauvais du pire des choix.
Les Français attendent toujours un rassembleur de leur histoire, de leurs traditions, de leur terre, de leur identité…mais rien ne sera faisable si chaque clan ne veut pas cesser de ne penser qu’à son seul clocher et accepte de se mettre aux ordres de la mère Patrie !
On règlera les comptes régionaux après, quand l’ horreur de l’islam ne nous menacera plus !

L’ Aide Médicale d’ Etat Et Ses Dérives.

L' Aide Médicale d' Etat Et Ses Dérives. dans SANTE gouffre-economie1-e1382743853943

Des excès préjudiciables au système !

Cette fois-ci encore, les médecins ne lui ont rien trouvé.
Depuis un an et demi, « Abukaria » (prénom fictif), jeune Comorienne de 33 ans, entrée en France en touriste, séjourne illégalement sur le territoire français.
«C’est pour me faire soigner, confie-t-elle.
L’hiver dernier, j’ai eu des fourmis dans les mains.
Parfois, ça me reprend.
J’ai vu des généralistes, des spécialistes, fait des radios, des scanners, mais personne n’y comprend rien…»
Grâce à « l’Aide médicale d’État » (« AME »), « Abukaria », tout comme 220.000 clandestins en 2011, n’a payé cette année qu’un droit de timbre de 30 euros.

Au Centre médical Europe, près de la gare Saint-Lazare, des «AME», on en croise à tous les étages. Et chez les médecins débordés, on sent poindre une certaine exaspération.
«Beaucoup sont charmants, mais d’autres sont très exigeants !
Soupire une généraliste.
Il est normal que la France soigne les plus misérables, sauf que certains abusent vraiment.»
Il y a cette femme qui vient faire un bilan complet tous les deux mois.
Cette autre qui a exigé la sclérose de ses varicosités, ainsi que six paires de bas de contention, «pour sa sœur en Algérie».
Ces Africaines qui savent mieux que la dermatologue quelle crème guérira leur eczéma : le Diprosone, un dermocorticoïde qui a la particularité d’éclaircir la peau…
Il y a aussi cette patiente victime d’un malaise, dont on prévient le mari, qui constate, ahuri… que ce n’est pas sa femme.
«Ah oui, explique la patiente, j’ai perdu ma carte, alors j’ai pris celle d’une amie…»

«On a failli en venir aux mains !»

La plupart des médecins déplorent le manque de contrôle.
Pour obtenir « l’AME », «c’est superfacile!», témoigne « Abukaria ».
Il suffit de justifier d’une résidence ininterrompue de trois mois en France, et d’un revenu inférieur à 634 euros par mois.
Pour «prouver» qu’elle n’avait aucune ressource, « Abukaria » a simplement montré que le forfait de son portable n’était qu’à 5 euros…
«La semaine dernière, j’ai reçu un homme qui voulait se faire arracher quatre dents, toutes saines, raconte un dentiste.
En fouillant dans son dossier, j’ai vu qu’il était adressé par un service d’orthodontie, où il avait entamé un traitement esthétique pour aligner ses dents, facturé 4 000 euros !
Rendez-vous compte que ce type bénéficie de « l’AME » et s’offre un service que n’ont pas les moyens de se payer la plupart des assurés sociaux !
J’ai réussi à le faire payer pour les extractions, mais on a failli en venir aux mains !»

Comment admettre qu’«un assuré social lambda qui paye ses cotisations sociales, mais qui n’a pas de mutuelle, ait une moins bonne couverture qu’un étranger en situation irrégulière ?», s’interrogent plusieurs praticiens du Centre Europe, qui voient défiler de nombreuses familles modestes.
«Cela fonctionne comme un supermarché, témoigne le dentiste.
À partir du moment où c’est gratuit, les gens veulent tout ce à quoi ils ont droit, même s’ils n’en ont pas besoin.» Comment tenir bon lorsque le patient, parfois accompagné d’un interprète ou d’un «cousin» costaud, s’énerve et exige «vingt boîtes de Doliprane et dix flacons de bain de bouche», puisque «c’est gratuit» ?
«Parfois on craque, avoue un médecin.
De toute façon, si on ne cède pas, ils iront voir ailleurs…»
Comme les bénéficiaires de « l’AME » n’ont pas de médecin traitant à déclarer, «cela entraîne un nomadisme et la multiplication d’examens redondants», poursuit-il.

Prêts à se faire opérer pour être régularisés

Car le système est pervers.
«Plus ils ont d’ordonnances et de certificats, plus ils ont de chances d’être régularisés, explique un généraliste.
C’est pour cela qu’ils veulent absolument qu’on leur trouve une maladie grave !
Certains sont même prêts à se faire opérer quatre ou cinq fois…
Il y a quelque temps, ils s’étaient passé le mot de manger avant les prises de sang, pour qu’on leur trouve du diabète!» Urologue et député UMP, Bernard Debré confirme: «Lundi, deux Turcs sont venus me voir, tous deux disant souffrir de brûlures urinaires, raconte-t-il.
Mais leurs examens ne montraient rien !
J’ai donc refusé de leur prescrire les antibiotiques et les analyses complémentaires demandés.
En cas d’arrestation, cela leur aurait permis de dire :
“Regardez, je suis très malade, j’ai vu cinquante médecins, je suis même allé jusqu’au Pr Debré pour me soigner!”.»
Il y a trois ans, c’était un député malien qui lui avait demandé de l’aide.
«Sa première épouse avait déjà fait une « FIV » ici, en payant, se souvient le Pr Debré.
Il voulait une autre « FIV » pour sa seconde épouse, en situation irrégulière, donc à « l’AME ».
J’ai refusé.
Il fallait du courage, car à l’époque, c’était théoriquement possible !»
En 2011, après l’instauration du forfait annuel de 30 euros, le gouvernement a également restreint le panier de soins : en sont désormais exclues la procréation médicalement assistée et les cures thermales…

Durées d’hospitalisation plus longues

«Des mesures qui visaient à ralentir la progression des dépenses liées à « l’AME »», rappelle l’ancien ministre de la Santé, « Xavier Bertrand ».
Car depuis son entrée en vigueur, il y a douze ans, le coût du dispositif a explosé:
588 millions d’euros en 2011, contre 75 millions dans le budget 2000 !
Pour expliquer cette courbe exponentielle, le rapport parlementaire de « Claude Goasguen » (« UMP ») et « Christophe Sirugue » (« PS »), publié en 2011, «exclut la fraude caractérisée».
«Les causes sont plutôt dues à la croissance du nombre de bénéficiaires, avancent les deux députés, et aux modalités de la tarification hospitalière.»
La seule facture hospitalière pèse pour trois quarts des dépenses.
En contrepartie de cette «mission d’intérêt général», les hôpitaux ont tendance à surfacturer les soins accordés aux sans-papiers.
«Il est pour le moins surprenant qu’une séance de dialyse coûte 349 euros en général mais 990 euros à « l’APH » de Paris pour les patients « AME » et 1 815 euros à Marseille !», souligne le député « UMP »Dominique Tian.
Comme le note le rapport, «l’hôpital, aujourd’hui, n’est parfois pas incité à une sortie rapide du patient d’un service coûteux en raison du caractère journalier de la facturation.
Cela peut conduire à des durées d’hospitalisation des bénéficiaires de « l’AME » sensiblement plus longues que la moyenne»…

En tout cas, même si personne n’a su mettre de nom sur ses mystérieux picotis, « Abukaria » est «satisfaite de (sa) prise en charge médicale».
Et bien décidée à rester en France.
«Si les médecins ici ne trouvent pas ce que j’ai, lâche-t-elle, vous pensez bien qu’aux Comores ils ne trouveront pas plus !»

Stéphane Kovacs

http://www.lefigaro.fr du 20/07/2012

 

 

Pourquoi nous étonner qu’il y ait pénurie de médecins avec de tels patients ?

Les retraités ont cotisé mais ne peuvent même plus se soigner ou être pris dans des maisons de retraite trop chères, les actifs ont vu les cotisations augmenter et les bonnes « AME » viennent se faire soigner « à l’oeil » à la place de tous les ayants-droits !

Ce mondialisme est un vrai cauchemar… et je ne parle pas pas de la C.M.U. !

Déjà en Hollande, Bientôt En France.


Déjà en Hollande, Bientôt En France. dans SANTE on-tue-les-vieux-e1380381728180

la frontière floue entre euthanasies et assassinats médicalisés

Les statistiques officielles de l’euthanasie aux Pays-Bas montrent une hausse constante de cette pratique.
Et c’est sans compter les nombreux cas d’euthanasies non déclarées, parfois même réalisées sans l’accord du patient. La Hollande a officiellement légalisé l’euthanasie en 2002 mais elle l’avait déjà dépénalisée depuis 1984.
En 2012, il y a eu près de 4 200 euthanasies déclarées contre environ 3 600 en 2011 et 1 800 en 2004.
Sur les près de 4 200 cas déclarés l’année dernière, 13 ont concerné des patients souffrant de maladies mentales et 49 des personnes âgées atteintes de démence.
En fait, dans 40-60 % des cas, « l’euthanasie » serait réalisée sur des patients qui n’ont pas demandé à mourir.
Officiellement, les Pays-Bas n’autorisent l’euthanasie que pour les patients souffrant d’une maladie incurable et de douleurs difficilement supportables et qui réclament en toute conscience une euthanasie.
L’euthanasie des mineurs est elle aussi autorisée, mais l’accord des parents est indispensable jusqu’à 16 ans.

Certains services pédiatriques pratiquent même l’euthanasie sur les nouveau-nés.

Pour faciliter l’accès à l’euthanasie, des équipes mobiles ont aussi été créées afin de fournir ce type de prestations au domicile des malades.
L’association néerlandaise pour l’euthanasie volontaire « NVVE » a même créé une « clinique » spéciale pour tuer les patients souhaitant se suicider mais à qui l’euthanasie a été refusée.
Mais outre les cas déclarés, de nombreux cas de sédation terminale ne sont rien d’autre qu’une euthanasie lente puisqu’il s’agit de priver le patient de nourriture et de boissons jusqu’à ce que mort s’ensuive tout en lui appliquant des drogues à forte dose pour limiter les souffrances endurées.
Ce type d’euthanasie est considérée en Hollande comme une forme de soins palliatifs sans obligation de déclaration et elle concernerait environ 10 000 personnes chaque année.
Toutes ces personnes ne sont pas conscientes quand la décision de mettre fin à leurs jours est prise par les médecins et leur famille, ou parfois même sans leur famille.

Dès les années 90, le docteur « Zbigniew Zylicz », médecin polonais installé en Hollande où il a été le pionnier des centres de soins palliatifs, sonnait l’alarme face à la dérive en cours.
Il accusait les médecins néerlandais de ne plus savoir comment soulager les souffrances autrement que par l’euthanasie lorsqu’ils ont à soigner des patients en phase terminale.
Dans son livre « Seduced by Death. Doctors, Patients and Assisted Suicide » publié en 1997, le docteur « Herbert Hendin » dénonçait le fait que les douleurs incontrôlables étaient citées par les médecins comme la cause principale dans seulement 30 % des euthanasies pratiquées.
Dans 70 % des cas, les médecins tuaient leurs patients pour d’autres raisons allant d’une mauvaise qualité de vie à la survie du patient malgré l’interruption de tous les traitements.
Le docteur « Zylicz », cité ici, a découvert en interrogeant une famille demandant l’euthanasie d’un père en phase terminale mais que l’hôpital avait décidé de laisser sortir pour qu’il puisse finir ses jours chez lui, que les enfants ne voulaient surtout pas que le vieillard s’aperçoive que ses meubles avaient déjà été déménagés…
Une autre fois, le docteur « Zylicz », cité ici, avait ajusté le traitement d’une femme en phase terminale d’un cancer du sein pour la soulager de ses douleurs.
Malgré le refus par cette femme de toute idée d’euthanasie, quand le docteur « Zylicz » est revenu prendre son service le lendemain il s’est aperçu qu’un autre médecin avait mis fin à la vie de sa patiente sans son consentement.
Le médecin tueur a expliqué au docteur « Zylicz » qu’il avait agi de la sorte « parce que [la patiente] ne mourait pas assez vite et qu’il avait besoin de son lit pour un autre patient ».

Le glissement aux Pays-Bas, mais aussi en Belgique et en Suisse, vers de plus en plus d’euthanasies, et vers une libéralisation progressive des conditions où l’euthanasie peut être pratiquée, y compris sans l’accord conscient et répété du patient, montre bien que l’idée d’une euthanasie réservée pour des situations exceptionnelles est un leurre.
L’argumentaire des partisans de la légalisation de l’euthanasie et son cortège de manipulations médiatiques (voir à ce propos l’excellent livre « La bataille de l’euthanasie, Enquête sur les 7 affaires qui ont bouleversé la France » de « Tugdual Derville ») rappellent d’ailleurs aussi la bataille qui a précédé la légalisation de l’avortement en France.

La loi Veil ne prévoyait-elle pas que l’avortement ne devait être qu’une solution de dernier recours ?

Olivier Bault

http://www.ndf.fr  du 28/09/2013

Nous Serons Toujours Vulnérables.

Nous Serons Toujours Vulnérables. dans SANTE coronavirus-e1377260102756

Des chauves-souris d’Arabie saoudite à l’origine du coronavirus.

Les autorités sanitaires américaines viennent de déterminer, pour la première fois, l’origine scientifique du coronavirus qui a tué 47 des 96 personnes infectées à travers le monde :
C’est à cause de chauves-souris d’Arabie saoudite qui ont été porteuses du virus.
Toutefois, la transmission directe à l’homme n’a pas été prouvée, puisque, comme le relève le docteur « Ziad Memish », ministre adjoint de la santé saoudien, « la transmission entre humains est très difficile, nous pensons donc qu’il pourrait y avoir un vecteur intermédiaire pour transmettre le coronavirus aux personnes. »

En revanche, les virologues américains et saoudiens ont précisé que ce virus est génétiquement 100 % identique à celui qui infecte les humains.
Cette découverte, faite notamment par des chercheurs de l’université Columbia aux Etats-Unis, publiée dans la revue « Emerging Infectious Diseases », a été possible grâce à plus de 1 000 prélèvements sur sept espèces de chauves-souris dans des régions d’Arabie saoudite où les cas de coronavirus de syndrome respiratoire (MERS-Cov) ont été identifiés.
« Il y déjà eu plusieurs annonces de découvertes de virus ressemblant au MERS chez des animaux, mais aucun ne correspondait exactement génétiquement comme c’est le cas avec le pathogène trouvé dans une chauve-souris », explique « Ian Lipkin« , un des coauteurs de l’étude.
Il ajoute que « la chauve-souris porteuse de ce virus se trouvait près de l’endroit, à quelques kilomètres, où a été observé le premier cas d’infection humaine » en septembre 2012 en Arabie saoudite.
Jusqu’alors, l’origine de ce nouveau coronavirus, qui se transmet difficilement entre humains, était inconnue.

http://www.lemonde.fr  du 22/08/2013

Les dromadaires probablement impliqués dans la transmission

Les dromadaires pourraient être l’un des vecteurs de transmission du nouveau coronavirus à l’homme selon une étude publiée vendredi 9 août dans la revue médicale  »The Lancet« .
Apparu l’an dernier au Moyen-Orient, ce coronavirus a déjà infecté 94 personnes, dont 46 sont mortes, selon le dernier bilan fourni la semaine dernière par l’ »Organisation mondiale de la santé » (« OMS »).

Les chercheurs soupçonnent depuis un certain temps des chauves-souris d’être à l’origine du nouveau coronavirus, mais estiment que, pour se transmettre à l’homme, le virus a probablement utilisé des hôtes intermédiaires. Pour vérifier cette hypothèse, une équipe de chercheurs internationaux dirigée par le « Docteur Chantal Reusken », des Pays-Bas, a étudié des échantillons de sang de 349 animaux, essentiellement des dromadaires, des vaches et des chèvres provenant de plusieurs pays, dont Oman, les Pays-Bas, l’Espagne ou le Chili.

« CES DROMADAIRES ONT ÉTÉ EN CONTACT AVEC LE VIRUS »

Des anticorps contre le coronavirus MERS ont été retrouvés dans les analyses sérologiques des 50 dromadaires originaires du sultanat d’Oman et, dans une moindre mesure, dans celles d’une centaine de dromadaires originaires des îles Canaries, une région dans laquelle le nouveau coronavirus n’avait encore jamais été signalé.
Pour « Marion Koopmans« , l’une des chercheuses :

« La présence d’anticorps signifie que ces dromadaires ont été en contact avec le virus ou un virus très similaire. 
Nous devons également trouver le virus avant de pouvoir dire avec certitude qu’il s’agit du même que celui qui infecte les humains.
[Cette découverte] suggère que les dromadaires pourraient être l’un des réservoirs du virus qui provoque la maladie chez les humains. »

De nouvelles études seront nécessaires, tant chez l’homme que chez l’animal, avertissent les chercheurs, pour découvrir si la transmission se fait par contact ou par ingestion de produits provenant des dromadaires infectés, le lait de chamelle, par exemple.
Le nouveau coronavirus reste, pour l’instant, relativement peu transmissible de patient à patient et touche principalement des personnes immunodéprimées ou déjà fragilisées par des maladies chroniques.
Il provoque des problèmes respiratoires, une pneumonie et une insuffisance rénale rapide, rappelle le « Docteur Benjamin Neuman », de l’Université de Reading, au Royaume-Uni.

« Le plus grand mystère de l’épidémie de coronavirus MERS était de savoir comment des personnes pouvaient être infectées par un virus présent chez la chauve-souris et pourquoi au Moyen-Orient.
En montrant que des dromadaires avaient été en contact avec le virus ou avec un virus proche, les chercheurs pourraient avoir contribué à répondre aux deux questions à la fois. »

http://www.lemonde.fr  du 09/08/2013

 

La Médecine Actuelle Rend Malade.

La Médecine Actuelle Rend Malade. dans SANTE pharmacie

Les dispositifs politico-économiques rendent la médecine actuelle nocive.

Dans l’Antiquité, la maladie était considérée comme le résultat d’un déséquilibre de l’harmonie présidant aux combinaisons formelles de la nature.
Aujourd’hui, l’être humain devient un assemblage de pièces détachées et d’organes à réparer qu’on surveille et qu’on change en attendant de pouvoir les modifier.
La médecine pratique en quelque sorte l’autopsie des corps vivants, des vivants transformés en matériau biologique recyclable dans une structure d’échanges commerciaux infinis.

La marchandisation de la santé va de pair avec la médicalisation de l’existence.
Cette dernière fait de la santé une sorte de nouvelle religion laïque, où le corps s’est définitivement substitué à l’âme dans le droit fil de la « biopolitique » dont parlait Michel Foucault.
Cette idéologie médicale, d’origine américaine, relève d’un hygiénisme dogmatique qui, exploitant l’hypocondrie des individus, se traduit par une surveillance toujours plus grande des styles de vie, en conciliant puritanisme moral et homogénéisation conformiste des conduites avec l’acceptation de dispositifs politico-économiques nocifs.

Elle prescrit socialement des conduites normalisées, cherchant ainsi à domestiquer tous les modes de vie, toutes les façons d’être, qui se dérobent aux impératifs de surveillance, de transparence et de rationalité.
Les grandes croisades contre l’alcool, le sexe ou le tabac, ou encore la vitesse au volant, qui s’appuient sur les textes sacrés de l’expertise sanitaire, font partie de cette biopolitique qui répond au « droit au bonheur » en cherchant à « normer » les conduites, tout en continuant de les inscrire dans une logique de consommation et de publicité pour le seul profit du marché.

Eléments  sommaire du n° 148

http://fr.novopress.info  du 02/08/2013

Maladie Africaine Devenue Hexagonale.

Maladie Africaine Devenue Hexagonale. dans SANTE globules-e1375399350122

En France, la « drépanocytose » est la maladie génétique la plus fréquente.

Géographiquement, la France se trouve en Europe, mais démographiquement, le pays se glisse rapidement vers l’Afrique, comme des données récentes nous l’indiquent.
La France, à l’encontre des États-Unis, n’autorise pas les recensements ethniques, choisissant plutôt de suivre l’idéal d’une république sans couleur.
Évidemment, tout cela ne change en rien la réalité ethnique sur le terrain, mais il est sûr que cela contribue à maintenir le peuple dans l’ignorance.
Jusqu’à présent il n’existait que peu de chiffres officiels sur l’ampleur des populations immigrantes, d’une part, et des Français autochtones, d’autre part.
Des renseignements utiles nous sont parvenus d’une source tout à fait inattendue: la médecine, nous signalant que nous pourrons enfin regarder d’un oeil suffisamment précis et sans préjugés la croissance massive de la population non-blanche en France.

Depuis 2000, le pays mène un programme national de dépistage de la drépanocytose, une maladie génétique, propre, pour la plupart, aux peuples non-européens.
Pourtant, en raison de l’immigration du Tiers Monde, elle est devenue la maladie génétique la plus répandue dans la France d’aujourd’hui.
Dans le but de fournir le plus tôt possible des soins contre la maladie, l’Institut de veille sanitaire a défini des groupes ciblés susceptibles d’être testés, dont la plupart sont des peuples d’origine africaine, de l’Afrique du Nord et subsaharienne, ainsi que des Amériques.
Un deuxième groupe ciblé consiste en des peuples d’origine proche- et moyen-orientale (la Turquie, la péninsule arabique et les pays arabes qui se trouvent entre les deux) et des Indes.
Le reste consiste en des migrants d’un littoral relativement petit de l’Europe du Sud, à savoir le Portugal, l’Italie du Sud, la Grèce et les îles de Corse et la Sicile.

Les nouveaux-nés en France sont définis comme « étant en danger de la drépanocytose lorsqu’au moins un parent vient d’une région à risque » où le gène responsable sévit.
La politique nationale de dépistage basée sur l’origine ethnique des parents nous permet de voir l’entière portée de la démographique non-blanche en croissance rapide au sein de la population française:

En 2000, 19% de tous les nouveaux-nés en France métropolitaine avait au moins un parent originaire des régions susmentionnées.
 Ce chiffre est monté à 28,45% en 2007 et jusqu’à 31,50% en 2010, soit, en tout, 253.466 nouveaux-nés sur 805.958.
Autrement dit: en une décennie, le nombre de bébés (en partie) non-européens en métropole est passé d’un cinquième à presque un tiers.

L’étude médicale nous fournit encore plus de données, à savoir une analyse par région.
On y apprend qu’en 2010, 60% des nouveaux-nés en Île-de-France, essentiellement Paris, descendaient de non-européens.
En Provence-Alpes-Côte-d’Azur, où le Front National de Le Pen est particulièrement fort, la proportion des non-blancs était de 43,2%; en Languedoc-Roussillon voisin, 41,6%.
Le taux le plus faible était de 5,5%, en Bretagne.
Dans chacune des vingt-deux régions de la France métropolitaine la proportion des nouveaux-nés issus de l’immigration a augmenté entre 2007 et 2010.

Que peut-on opposer à ces chiffres ?
Pas grand-chose, en effet : ils justifient toutes les apparences
.
Si les auteurs de l’étude affirment que le dépistage des nouveaux-nés ne se fait pas universellement, ils considèrent les cas omis comme étant « relativement rares ».
Ceux-ci, dans tous les cas de figure, ne réduiraient pas, mais augmenteraient la proportion de bébés non-blancs dans la population. Il ne reste que les immigrants de l’Europe du Sud, qui ne sont pas inclus à titre indépendant dans les statistiques, comme le facteur inconnu dans ces calculs.
 Combien sont-ils dans le groupe ciblé ?
Faut-il réviser à la baisse de façon significative le nombre de bébés non-blancs pour accommoder leur part dans le groupe ciblé ? 
Je répondrais que ça ne changerait en rien la tendance
: quoiqu’il y ait, selon les données, des millions de descendants des peuples italiens en France, la plupart d’entre eux sont là depuis des générations.
Pourtant, le dépistage, si je comprends bien, a été réservé aux bébés dont le père et/ou la mère vient/viennent d’une des régions à risque.
Il ne comprend donc que l’immigration récente.

Les auteurs de l’étude médicale eux-mêmes ne laissent pas de doute sur ce qu’ils considèrent comme la cause principale de la montée de la drépanocytose.
Ils l’attribuent, carrément, à la hausse de l’immigration africaine ou, pour les citer : « le résultat de la croissance de la population dans les régions afro-antillaises du DOM, et maintenant de l’immigration essentiellement de l’Afrique du Nord et de l’Afrique subsaharienne en France métropolitaine. »

Or, mon souci, ce n’est pas l’évolution de la drépanocytose, en tant que maladie, mais le déclin démographique subite de la France blanche que ces chiffres démontrent, et l’interdiction au droit d’en parler dans le climat multiculturaliste qui sévit actuellement en Europe.

Comme je suis politologue de profession, je regarde avec envie ces scientifiques médicaux, biochimistes, et génétistes libres – sans l’entrave du langue de bois et apparemment totalement inconscients des implications retentissantes de leurs statistiques – discuter sur ce qui revient pour le moins au changement démographique le plus profond que la France ait connu depuis la conquête par les Francs et la création de l’État français lui-même.

C’est frappant : on n’a qu’à remplacer « bébés ciblés » avec « nouveaux-nés afro-orientaux », puis regarder la carte de la population testée en France, pour avoir une idée « assez complète » de ce que la France des Lumières refuse depuis longtemps de communiquer à son peuple : que la France blanche, la France originale, la France qui a fait la France, est en voie de disparition progressive, faisant  place à une société hybride eurafricaine.
L’immigration massive est devenue autodestructrice pour le pays de Voltaire.
On pourrait soutenir que même les immigrants en tirent des rendements décroissants : plus la France disparaît, et moins le pays retient le caractère qui les avait attirés en premier lieu.

Lorsque j’ai dit « assez complète », ce n’était pas entièrement exact.
La situation démographique de la France blanche est, en vérité, encore pire pour deux raisons :
Premièrement, mon analyse n’a pas encore abordé le sujet des départements d’outre-mer occupés
 depuis toujours par des populations d’ethnies diverses.
En incluant ces nouveaux-nés, qui sont dans leur totalité soumis à un dépistage de la « drépanocytose », la portion des naissances non-blanches pour toute la France monte à 34,6% (292.041 nouveaux-nés).
En second lieu, les chiffres de dépistage ne comprennent pas tous ces groupes d’immigrants non-européens qui ne sont pas génétiquement prédisposés à la « drépanocytose »
, comme les Asiatiques orientaux et les Hispaniques.
Lorsqu’on y ajoute leurs taux de naissances, la proportion des Français de race blanche se trouve encore réduite d’une quantité inconnue.

L’ironie amère c’est que ces chiffres sur la population laissent entendre que la France a été plus radicalement transformée par ses anciennes colonies qu’elle ne les a elle-même transformées.
À l’encontre de la Grande Bretagne, son rival maritime, la France n’a jamais réussi son entreprise coloniale.
Sa seule colonie permanente notable c’est le Québec auquel elle n’a envoyé que dix mille colonisateurs au plus.
 S’il y a une « revanche des colonies », comme prétendent ces gauchistes dont l’égo se gave de la culpabilité de l’Occident, il n’y a aucun doute que la France en reçoit plus que son dû.

Comme l’Amérique, la France a toujours été fière de se présenter au monde entier comme la championne des valeurs républicaines modernes et « culturellement neutres ».
Sa réussite historique à faire rayonner ses Lumières partout dans le monde est indéniable.
Mais ce rôle de phare l’a aveuglée aux effets négatifs qui se sont produits dans son propre pays :
Elle ne s’est jamais pleinement rendu compte que la propagation totale de ces idéaux ont en même temps engendré un citoyen culturellement et ethniquement éventré, un être dépossédé de ses propres racines, à qui le droit même de les posséder est interdit.
 Elle n’a jamais tout à fait compris qu’un sens fort de l’identité culturelle et ethnique n’est pas l’ennemi des valeurs démocratiques, mais plutôt leur complément nécessaire et naturel.
Elle a oublié que la Révolution française, son cadeau offert au monde démocratique, n’a pas été créée dans un vide ethnique et culturel, mais par un peuple doué d’une identité et d’une histoire : une identité blanche européenne.

Il se peut donc que ce ne soit pas une coïncidence que la France, comme l’Amérique, est parmi les premiers pays occidentaux à être victime démographique de son propre déni de culture et ethnie.
Dans un sens, le cercle historique est bouclé : ce que la France, au départ, exportait comme une idée : la république radicalement déculturée, la laisse désormais sans les moyens de faire face à sa rapide déeuropéenisation – la révolution dévore ses enfants, pour de bon.

Falko Baumgartner

http://www.les4verites.com  du 01/08/2013

1234

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43