Archive | SANTE Flux RSS de cette section

En Catimini…La « P.M.A. » !

En Catimini...La

Bien entendu, ce n’est pas une surprise !

L’on épiait le moment où le gouvernement se dédirait -comprendre mentirait- et tenterait de nous faire avaler le morceau.
Le 19 juillet, le sénat enregistre donc une proposition de loi pour ouvrir la PMA (« procréation médicalement assistée ») aux doubles de femmes.
C’était totalement prévisible, joué d’avance.

La seule chose, c’est qu’on ne pouvait s’imaginer que cela arriverait si rapidement.
On pensait qu’on nous accorderait un petit délai de dix ans, ou d’au moins un ou deux ans, histoire de faire oublier la violence du débat, et d’attendre que les mentalités changent encore un peu.
Et non.
Ils n’ont attendu que deux mois.
Deux petits mois, qui ne sont pas suffisants pour faire avaler le mensonge, gober la pilule et pouvoir dire :
“Mais les mœurs ont évolué, les temps changent !
Regardez, il n’y a pas si longtemps, les gens étaient un peu gêné du mariage entre personnes de même sexe, mais à présent tout le monde trouve cela parfaitement normal !”

Sauf que non justement, tout le monde ne trouve pas cela encore normal, une bonne partie de la population se révolte encore et s’insurge contre le mariage homosexuel, alors si on nous rajoute un débat sur la « PMA », vous n’imaginez même pas.

Le gouvernement le sait, et le gouvernement tremble.
Il pourrait nous envoyer sa petite Najat, tout sourire, pour nous faire une petite séance de pédagogie, et tenter d’éduquer un peu plus le peuple.
Mais il sait que cela ne suffirait pas…
Le peuple français est devenu indocile, il se méfie.
Et maintenant qu’il craint pour son avenir, il ne se laissera plus facilement endormir devant son écran de télévision.
Déjà qu’il y a quelques mois il ne comprenait pas trop qu’on lui impose ce mariage homosexuel alors que le chômage ne cessait d’augmenter, il était d’ailleurs soulagé que ces histoires de pro ou anti mariage gay s’achèvent, il se disait qu’on pourrait enfin attaquer les vrais problèmes, ceux qui le touchent dans son quotidien…
Mais voilà que le gouvernement socialiste décide d’en remettre une couche avec la « PMA » !

Surtout que cette fois le gouvernement pourra difficilement se défendre avec le fameux argument :
“C’était une des 60 promesses du programme de François Hollande, en votant pour lui vous avez voté pour cette mesure!”
Cette fois ils ne pourront pas : la promesse de François Hollande concernait le mariage et l’adoption mais nulle question de « PMA » ou de « GPA » !
Entamer un nouveau débat sur le sujet, refuser encore une fois un référendum, c’est avouer publiquement qu’ils se fichent de l’avis du peuple, et que nous ne sommes plus en démocratie.
Alors mieux vaut ne pas prendre de risque, et faire passer la mesure en catimini, avec la complicité des journalistes, pendant que tout le monde est en vacances, ou du moins ceux qui ont encore un peu de sous.

Pourtant, méfiez-vous, Mesdames et Messieurs du gouvernement, méfiez-vous car la révolte gronde et le peuple veille.
Déjà l’information que vous espériez cacher fait le tour des réseaux sociaux, et sans doute que ce bon peuple, que vous vouliez paisible, vous prépare deux, trois surprises pour la rentrée.

http://fr.novopress.info  du 28/07/2013

 

 

 

 

IL EST ILLEGAL DE MENTIONNER DES LIENS COMMERCIAUX

LES COMMENTAIRES SONT FERMES

Où sont Passées Nos Coquilles ?

Où sont Passées Nos Coquilles ? dans SANTE escargot-e1374943089355

Aurons-nous, un jour, une  loi sur l’hermaphrodisme pour tous ?

Dans « Le Figaro » du 12 juillet, le professeur « René Frydman » affirmait : « Pour moi, l’embryon n’est pas une personne humaine. »
Il est donc« incohérent et rétrograde » de l’exclure de la recherche.
C’est « le projet parental » seul qui fait de cette masse de cellules, informe et insignifiante d’abord, une personne en devenir.
Le philosophe « Fabrice Hadjadj » lui répondait fermement et sévèrement dans l’édition du 16 juillet du même journal.

J’ajouterai quelques mots à son propos.
S’il est au pouvoir de chacun de trancher de la « personne humaine » d’un être qui ne peut se nommer ou se penser lui-même, incapable de revendiquer son humanité, s’il faut un projet parental pour que l’embryon ou le fœtus soit respecté, pourquoi fixer une limite temporelle au droit d’avorter, d’ailleurs variable selon les pays et que d’aucun(e)s contestent ?
De même pour l’infanticide des nouveau-nés qui n’ont ni autonomie ni conscience apparente : il est frappant de voir dans de récentes affaires d’infanticides, parfois multiples, que le « déni de grossesse », argument des défenseurs des mères, vaut circonstances atténuantes, sinon absolution.
Or, qu’est-ce que le « déni de grossesse », sinon le refus d’un « projet parental »  ?

Allons plus loin dans le cas de l’avortement pour la trisomie 21 (et autres anomalies génétiques) :
Le diagnostic prénatal entraîne une pression insistante des médecins en faveur de l’avortement, même en cas de « projet parental ».
Un enfant qui n’accédera pas au même développement que les autres n’est pas reconnu par eux comme « pleinement humain » et il est voué à l’élimination au vu des frais pour la collectivité, des soucis pour les parents, de la gêne pour les autres, proches ou lointains.

Allons plus loin encore dans la maîtrise de la vie et de la mort par la science.
Science innocente et bienfaisante par définition, au service du progrès qui, naturellement, « profite » à tous et dont les adversaires sont englués dans une religion rétrograde.
« Frydman » convoque même « Thomas d’Aquin » contre les catholiques d’aujourd’hui :
Il faut non seulement libérer le suicide assisté, l’euthanasie active — ce que certains pays permettent déjà —, mais encore donner aux médecins pouvoir décisionnaire d’éliminer -ne parlons pas de tuer, ce serait grossier, n’est-ce pas ?- tous ceux qui ne sont plus soutenus par un « projet enfantal », si j’ose le néologisme, ou « familial »ou « sociétal », qui sont momentanément ou définitivement (allez savoir) privés de conscience et ne peuvent donc plus dire « je suis homme ». Les premiers n’étaient pas encore humains, ceux-là ne le sont plus.

Il serait judicieux d’entériner cette sortie d’humanité, et même la science a tout à y gagner en cessant de se préoccuper d’êtres voués à un état infra-humain et en se concentrant sur les vrais projets :
Après « GPA » et « PMA », les manipulations génétiques pour « faire » des enfants conformes à un idéal-type de santé, beauté, intelligence, conformité, pour réaliser le clonage et la grossesse extra-utérine qui « libérera » les femmes, pour concocter des potions prolongeant jeunesse, santé, force, sexualité afin d’optimiser l’être humain…, et j’espère un jour l’hermaphrodisme pour tous afin que la douloureuse question du genre soit enfin réglée et que nos descendants vivent la plénitude qu’Aristophane, dans Le Banquet de « Platon », attribue aux premiers humains dont les dieux furent jaloux au point de les couper en deux.

Olga Le Roux

http://www.bvoltaire.fr  du 27/07/2013

 

 

 

IL EST ILLEGAL DE MENTIONNER DES LIENS COMMERCIAUX

LES COMMENTAIRES SONT FERMES

Tous Les Droits A Des « Djeunes » Incivils.

Tous Les Droits A Des

Le Sable Cache Le Danger

Nous ne sommes pas dans un Etat de droit.

Ce n’est pas avec la France bien élevée qu’on en finira avec les « sous-sociaux » de Brétigny et d’ailleurs.
Depuis le drame de Villiers-le-Bel, dès que les beaux jours de l’été arrivent, et parfois même bien avant, un nouveau phénomène social pourrit quotidiennement la vie de ces millions de citoyens qui n’ont pas les moyens de se payer un logement à 2.000 € par mois dans des quartiers à l’abri de la diversité sociale.
En effet, depuis le mort tragique de deux de ces brillants intellectuels qui nous enrichissent prodigieusement, la Police a reçu directement du Ministère de l’Intérieur la consigne formelle de ne plus poursuivre les « jeunes » qui s’amusent sur ces engins strictement interdit à la circulation sur route.

Conséquence : dans de très nombreuses villes de France, pour ne pas dire l’immense majorité, c’est devenu invivable, car on se fait péter les oreilles à longueur de journée par ces maudites motos qu’on entend pétarader à des kilomètres à la ronde.
Bien entendu, le quidam qui rouleraient sur un tel engin – formellement interdit à la conduite sur route je vous le rappelle encore -  se ferait immédiatement coffrer par la Police et mettre au placard.
Mais les « jeunes » on droit à une de leurs nombreuses dérogations spéciales.

En toute impunité, ils peuvent violer la loi, 365 jours par année, et 366 les années bissextiles.
Comme vous pouvez le constater, être un « jeune » vous donne droit à certains privilèges.
Il est vrai qu’ils nous apportent tellement en retour !
Etrange, quand même, que dans ce qui est censé être un « Etat de droit », certains individus peuvent bafouer ainsi la loi, au mépris total de la quiétude et de la tranquillité de villes entières, sans compter le danger que cela représente pour les piétons.

J’en ai reçu confirmation au Commissariat de Police de ma ville : poursuites strictement interdites.
Parce que s’il y avait le moindre petit accident, ce serait catastrophique : on aurait droit à des émeutes.

Qu’on ne vienne donc surtout plus me faire ch… avec cette p… d’élucubration vaseuse « d’Etat de droit ».

Nous ne sommes pas dans un Etat de droit.

Nous sommes dans un Etat où l’application des lois et les sanctions pénales sont à géométrie variable.

D’autres appelleraient cela une République Bananière.

Devant cette constatation plus qu’évidente, je me demande ce qu’on attend pour réécrire le Code Civil.
Les choses seraient beaucoup plus claires pour tout le monde.
Même si j’approuve totalement les articles de « Gabrielle Cluzel » sur Boulevard Voltaire, je suis en  profond désaccord avec son concept de « Méfiez-vous de la France bien élevée ».
A quoi nous mènera cette France bien élevée ?
A strictement rien du tout.
Sauf à nous faire piétiner un peu plus à chaque jour.

Parce que c’est précisément cette France bien élevée qui est tenue en otage depuis tellement longtemps qu’elle souffre dorénavant du syndrome de Stockholm.
Nous sommes confrontés à des sauvages, à des « Chances Pour la France » qui ne respectent strictement rien ni personne, comme on a pu le constater une énième fois lors du drame de Brétigny-sur-Orge.
Nous avons affaire à ceux que « Laurent Obertone » nomme à juste titre des « sous-sociaux ».
Ce n’est pas en leur payant des vacances et en se mettant à genoux devant eux qu’on leur apprendra à respecter les lois.

Malheureusement, le gouvernement actuel et la magistrature pensent le contraire, et c’est là tout le drame.

Jean Vaillancourt

http://ripostelaique.com  du n° 312

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

 

 

La France des Régions Cuisine!

 

La  France des Régions Cuisine! dans SANTE diable-et-cochonTout est bon dans le cochon

Dites non à la publicité pour le ramadan dans vos magasins

Souhaitez-vous que vos enfants soient transportés dans des bus conduits par des
personnes qui ne mangent et ne boivent rien du lever au coucher du soleil ?

Pourtant, le ramadan, c’est cela.

Souhaitez-vous que l’on refuse à votre conjoint l’autorisation de prendre ses vacances
pendant la période de ramadan (à partir du 10 juillet cette année) s’il ne prouve pas
qu’il est musulman ?

Pourtant, le ramadan, c’est cela dans un certain nombre d’entreprises.

Souhaitez-vous que nos compatriotes musulmans soient fichés et surveillés par les
membres les plus intégristes de leur communauté et obligés de « faire ramadan » pour
obtenir un certificat de bonne conduite ?

Pourtant, le ramadan, comme les prières à la mosquée ou le voile des femmes, sert à
montrer du doigt le « mauvais musulman »

Souhaitez-vous que vos enfants à la peau un peu trop mate ou au nom maghrébin,
fussent-ils chrétiens, soient menacés par leurs camarades et obligés de jeûner ?

Pourtant , le ramadan, c’est, aussi, une façon d’imposer un style de vie à ceux qui ont
le « faciès » de musulmans, on leur interdit de droit de ne pas/plus croire ou de
pratiquer une autre religion, parce qu’en islam on n’a pas le droit de quitter la religion
dans laquelle on est nés.

Souhaitez-vous que votre enfant risque sa vie en mangeant halal sans le savoir ?

Pourtant, la viande halal, c’est cela.
Les risques qu’elle soit contaminée par la bactérie e-coli sont considérables
quand la viande rouge n’est pas très cuite.

Alors, si votre magasin fait la publicité pour le ramadan et/ou la viande halal, écrivez
au directeur une lettre lui rappelant que donner une telle place à un élément clé de
l’islam revient à cautionner un système qui impose la séparation hommes-femmes,
le voile aux femmes, la séparation musulmans-non musulmans par des nourritures
et même des cimetières différents.

http://www.resistancerepublicaine.eu  du 09/07/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Le Porc Est Sain Mais Pas Halal!

Le Porc Est Sain Mais Pas Halal! dans SANTE boucher-e1373390902638

Du boeuf tuberculeux dans les cantines.

Une partie des bœufs britanniques importés en France et en Europe ont été testés positifs à la tuberculose.
Ils sont consommés dans les cantines et dans les hôpitaux.
« C’est surréaliste » avait déploré « Laurent Pinatel », porte-parole de la Confédération paysanne dans le Sunday Times.
La France, la Belgique et les Pays-Bas reçoivent quotidiennement les carcasses tuberculeuses de bovins britanniques abattus au Royaume-Uni.

On en compte 28 000 exportées par an, elles seraient principalement distribuées dans les cantines scolaires et les restaurants hospitaliers.
Pour cause, les grandes chaines telles que « McDonald’s » et « Burger King » et les supermarchés « Tesco », « Sainsbury’s » et « Waitrose » les refusent.
Cette situation n’est pas inconnue des services publics britanniques.
C’est l’agence vétérinaire publique « Animal Health and Veterinary Laboratories Agency » qui vend les bovins tuberculeux à l’abattoir du grossiste irlandais « ABP UK », qui en abattrait près de mille par an.

Malgré la connaissance de cause et le manque de suivi de la viande, le germe de la tuberculose qui infecte la viande représente un risque minime pour l’être humain.
Le risque de transmission est faible et le développement de la maladie est fastidieux, rendant sa traçabilité difficile.
« Lord Rooker », président de la « Food Standards Agency », d’après le « Sunday Times », a affirmé que « la viande devrait être étiquetée pour s’assurer que les consommateurs sachent ce qu’ils reçoivent ».

En France, les bovins français sont dépourvus de la maladie.
Pour « Laurent Pinatel », « comme pour le scandale de la viande de cheval, le principe de précaution devrait s’appliquer lorsqu’il s’agit d’alimentation et de santé ».

http://www.linternaute.com  du 09/07/2013

 

A Quand La Yaourtière A Bébés?

A Quand La Yaourtière A Bébés? dans SANTE uterus-articiel-e1373381669686

Ouvrons plus grande encore la boîte de Pandore avec l’utérus artificiel !

Après que Pierre Bergé nous a appris qu’il n’y avait pas de différence entre louer son utérus pour fabriquer un bébé pour certains ou louer ses bras pour fabriquer des motoculteurs pour tous et après que Mâme Taubira nous a averti qu’on allait en finir avec l’institution conjugale, oppressante et patriarcale s’il en est, voici la dernière trouvaille  :  Marcela Iacub !
Très chouette, Marcela Iacub !

Elle ferait passer Caroline Fourest pour une mémère rétrograde !
En digne intellectuelle conscientisée, « Mademoiselle Iacub » a eu la gentillesse de se pencher sur notre  sort à nous, êtres humains, et a diagnostiqué le mal dont nous ne mourrons pas toutes mais dont nous sommes – presque – toutes atteintes.
En effet, après un triturage de méninges qui lui vaudrait l’absolution si elle croyait à l’enfer ailleurs que dans nos sociétés obscurantistes, » Marcela Iacub » nous livre le fin mot de l’histoire :
« Le pire ennemi des femmes, c’est l’enfant et la famille ».

Il y a cinquante ans, c’étaient les ados en révolte qui s’écriaient « Familles, je vous hais ! », maintenant c’est devenu le panache de ralliement des mal-baisées.
Du moins de celles qui officient chez Libé.
Forte de ce constat que ne renierait pas une arrondie de quatre mois au plus fort de ses nausées matinales, « Marcela Iacub » se lance dans la promotion d’un nouvel outil des plus sympa, encore plus pratique qu’une yaourtière : l’ectogenèse !

En français, l’utérus artificiel.
Vous prenez 23 paires de chromosomes harmonieusement réparties entre Parent Un et Parent Deux, vous agitez et vous enfournez dans l’ectogenèse sans préchauffer.
Puis vous jouez à la canasta pendant 9 mois et le tour est joué !
Selon « Mademoiselle Iacub », c’est la seule garantie que nous ayons de voir, enfin, une réelle égalité des sexes dans le monde du travail.
On va pouvoir crever le plafond de verre et franchement,  c’est ce que nous attendons toutes depuis des lustres.
Toutefois, lorsque l’on demande à « Mademoiselle Iacub » si elle-même est encombrée d’affreux jojos poisseux, elle répond avec une gentillesse déconcertante :
« Non, mais j’ai une petite chienne… » 
C’est très bien Marcela, et comme tu es une brave fille, je suis certaine que tu lui as appris à chier dans le caniveau.
Encore un bon point !
Mais puisqu’il a été décrété que les curés, en principe célibataires, n’étaient pas habilités à s’exprimer sur le mariage, on peut se demander ce que vaut le discours de « Mademoiselle Iacub », sans mari ni enfants, sur la famille, mère de tous les maux.

Parce qu’en fait, si elle était mariée et mère de famille, « Mademoiselle Iacub » supporterait sans problème les neuf mois de grossesse réglementaires, prendrait sans vergogne ses congés de maternité, bien consciente que son talent compensera son absence, si talent il y a, et peut-être même soupirerait-elle qu’elle est bien mieux, blottie contre son bébé, que cadenassée dans une salle de réunion.
Et saurait depuis belle lurette que la meilleure ennemie de la femme, ce n’est ni l’enfant, ni la famille.
C’est la belle-doche !
Et à la vitesse où ça va, certaines jeunes donzelles de la prochaine génération, éperdument amoureuses d’un issu du mariage pour tous se retrouveront avec DEUX belles-doches !
Bonne chance, les filles !

Sophie Flamand

http://www.causeur.fr  du  06/07/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Trop Cher Pour Notre Bourse !

Trop Cher Pour Notre Bourse ! dans SANTE article_saumon-300x194 

Mercure, PCB et Dioxines se cachent dans nos assiettes !

Il est conseillé de manger deux portions de poisson par semaine.

L’ »agence de sécurité alimentaire »(Anses) recommande de consommer deux portions de poisson par semaine.
Mais pas plus, un équilibre entre nos besoins nutritifs et les risques de contamination au mercure ou aux PCB.
Dans un avis rendu public vendredi, l’ »Anses » précise que sur les deux portions recommandées, il faut une portion de poisson gras (saumon, sardine, maquereau, hareng ou truite fumée).
Mais l’agence émet également de sérieux bémols sur la consommation de plusieurs espèces de poissons d’eau douce et de certaines autres espèces, en particulier par les populations les plus à risque comme les femmes enceintes ou les jeunes enfants.

Omega 3 contre pollution
Saisie il y a un an par les autorités pour faire le point, l’ »Anses » indique avoir «étudié différents scénarios» en tenant compte à la fois des «effets bénéfiques sur la santé» de la consommation des acides gras oméga 3 qu’on trouve principalement dans les poissons gras et du niveau de contamination des poissons en dioxine, MeHg (mercure organique) et PCB (polychlorobiphényles, isolant utilisé dans l’industrie) «dont l’action toxique est particulièrement importante pendant la période périnatale».
Les effets positifs des oméga 3 ont fait l’objet de nombreuses études scientifiques ces dernières années, qu’il s’agisse de leur effet protecteur face à certains cancers, comme celui du sein, ou de leur intérêt pour le coeur.
Ils pourraient également jouer un rôle dans le fonctionnement cérébral.
Mais un nombre croissant d’experts s’inquiètent de l’aggravation de la pollution des eaux de mer et de rivières par des produits toxiques allant des hydrocarbures aux métaux lourds :
Selon une étude publiée en janvier dernier juste avant l’adoption d’une Convention internationale sur le mercure, la déforestation dans le monde s’est traduite par un déversement dans les lacs et rivières de quelque 260 tonnes de mercure auparavant retenues dans les sols, tandis que les quantités de mercure présentes dans les 100 premiers mètres de profondeurs des océans ont doublé en 100 ans.

Varier espèces ou approvisionnement
L’agence précise avoir fixé sa recommandation pour la population générale afin de permettre une «couverture optimale» des besoins en nutriments tout en limitant les risques de contamination.
Mais pour bien faire, les consommateurs sont incités à manger leurs deux portions de poisson «en variant les espèces et les lieux d’approvisionnement (sauvage, élevage, lieux de pêche) dans le cadre d’une alimentation diversifiée».
La consommation de poissons d’eau douce fortement bio-accumulateurs (anguille, barbeau, brème, carpe, silure) est pour sa part limitée à 2 fois par mois pour la population générale, mais à une fois tous les deux mois pour les femmes en âge de procréer, enceintes ou allaitantes ainsi que les enfants de moins de trois ans, les fillettes et les adolescentes.
Les femmes enceintes ou allaitantes ainsi que les jeunes enfants sont également invités à limiter leur consommation de poissons prédateurs sauvages (lotte, loup ou bar, bonite, anguille, grenadier, flétan, brochet, dorade, raie, sabre, thon) et même à éviter celle d’espadon, marlin, siki, requin «en raison du risque lié au mercure».

Mais l’ »Anses » relève que les produits de la mer et des rivières peuvent également être contaminés.
Par des micro-organismes d’origine humaine ou animale, qui sont majoritairement détruits par la cuisson et met en garde tout le monde contre la consommation de produits crus ou insuffisamment cuits, qu’il s’agisse de poissons ou de coquillages.
La consommation de ces produits est spécifiquement déconseillés aux populations «sensibles» (femmes enceintes, jeunes enfants, personnes âgées, ou immunodéprimées ou souffrant de pathologies comme le cancer ou le diabète) tout comme celle de crustacés décortiqués vendus cuits.
L’ »Anses » rappelle enfin qu’il faut cuire le poisson de mer frais «à coeur» et qu’il faut «éviter la consommation de coquillages s’ils ne proviennent pas d’une zone d’élevage autorisée et contrôlée».
Quant aux amateurs de sushis faits maison, il leur est conseillé de congeler le poisson utilisé «pendant 7 jours afin de détruire les parasites potentiellement présents».

http://www.20minutes.fr du 05/07/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

 

L’ Euthanasie Pour Nous Tous !

L' Euthanasie Pour Nous Tous ! dans SANTE hollandepinoc-e1372865535683

François Hollande nous prépare l’euthanasie pour tous !

Réuni lundi à la demande de François Hollande, le Comité consultatif national d’éthique s’est penché sur la question de la « fin de vie », et notamment du « suicide assisté ».
À la majorité de ses membres, il a exprimé des « réserves majeures » et recommande « de ne pas modifier la loi actuelle » en matière de suicide assisté,« considérant que le maintien de l’interdiction faite aux médecins de provoquer délibérément la mort protège la personne en fin de vie ».
Ce même jour, François Hollande en visite dans un hôpital du Morbihan a annoncé un nouveau projet de loi sur « la fin de vie » avant la fin de l’année, afin de « compléter et améliorer » la loi « Leonetti ».

« Compléter et améliorer »… On voit ça d’ici.
La vérité est qu’en dépit de l’avis circonspect du « CCNE » et autres éminences grises courtoisement sollicitées — un avis purement « consultatif » —, la machine est déjà en branle.
Les propositions de campagne « tenables »par le gouvernement sont trop rares pour qu’il puisse s’offrir le luxe de les laisser de côté.

Voici donc venir à pas feutrés l’euthanasie pour tous.

La technique est éprouvée :
On fait appel à des sages, on fait assaut de prudence, on pose des garde-fous que l’on jure, dur comme fer, inamovibles.
Parallèlement, on invente un nouveau champ sémantique aux effets sédatifs (l’euthanasie devient « accélération de la fin de vie » ou« acte létal compassionnel »).
Et l’on dresse un décor propre à vous tirer les larmes : combien de « Vincent Humbert » cloués dans leur lit de douleur, de « Chantal Sébire » au faciès d’Elephant Man va-t-on voir instrumentalisés dans les prochains mois ?

Vient ensuite le temps de l’accusation :
Qui êtes-vous, qui galopez comme des lapins de garenne et ne souffrez d’aucune disgrâce, pour refuser égoïstement à moins chanceux que vous le droit de mourir dans « le respect et la dignité » ?
Qui étiez-vous, il y a quelques mois, féconds hétéros, pour refuser la joie de se marier et d’enfanter à des homos ?
Quand l’émotion aura porté le coup de grâce à la raison, la partie sera gagnée.
Ou pas.

Car il n’est pas impossible que ceux qui se sont, ces dernières semaines, battus comme des braves pour les droits de l’enfant rejoignent ce nouveau front.
Mieux organisés.
Moins naïfs.
Plus « conscientisés ».
Pour les droits des vieillards et des malades, cette fois.
Pour que personne ne fasse sauter le premier verrou de cette boîte de Pandore que serait le suicide assisté.
Pour libérer les mots de « respect » et de « dignité » confisqués par l’hypocrisie.
Ne sont-ils donc pas dignes, ces vieillards, ces grands malades qui ont le courage d’aller jusqu’au bout du chemin ?
Le premier respect que nous leur devons n’est-il pas de les entourer, et, lorsqu’ils nous demandent « d’abréger leurs souffrances », d’abréger vraiment leurs souffrances — et non leur vie — par des soins palliatifs plus efficaces et développés ?

Au centre du débat sur l’euthanasie, il y a la valeur de la vie : d’absolue, elle devient relative.
Certaines fins de vie mériteraient d’être vécues, d’autres pas.
Le problème épineux étant de fixer les critères.
Ah ça, foi de Hollande, ils seront drastiques : rien que des « Chantal », des « Vincent », des vieillards cacochymes et des cancéreux incurables qui en auront fait la demande.
Comme en Belgique… enfin, au tout début.
Là-bas, l’euthanasie est maintenant en passe d’être étendue aux mineurs « dont la capacité de discernement est attestée ».
Parce que la capacité de discernement, c’est vraiment ce qui caractérise le mieux les mineurs !

Gabrielle Cluzel

http://www.bvoltaire.fr  du 03/06/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Appréciés Mais Souvent Dangeureux

Appréciés Mais Souvent Dangeureux dans SANTE cacahuetes-300x165

Tous ces aliments dont on ne se méfie pas assez,  et qui peuvent pourtant nous tuer…

Les hommes sont capables de tout ignorer des règles de survie pourtant basiques.
Nous poussons les limites de notre corps jusqu’à frôler la mort avec des exigences physiques (ultra-marathons dans le désert, record d’apnée sous l’eau) mais aussi gustatives.

Quels sont ces aliments mortels que nous avons l’habitude de déguster ?
On consomme certains d’entre eux sans se douter du risque que l’on court.
Voici une liste non exhaustive de produits que vous ne regarderez plus de la même façon.

Les cacahuètes.
Nous avons tous dans notre entourage une personnage allergique aux cacahuètes.
Gonflement de lèvres, urticaire, vomissements, nausées, toute personne allergique à l’arachide sait combien il peut être dangereux de manger une simple cacahuète.
Il ne faut que quelques minutes pour voir apparaître les premières réactions.
Selon  »Le Figaro », 500 000 Français seraient concernés, soit 1% de la population.
Les « hot dogs ».
Peuvent-ils être aussi dangereux que les cacahuètes ?
Selon « l’American Academy of Pediatrics » (« AAP »), la réponse est oui !
Il y a quelques années, l’organisation les a classés comme étant susceptible de provoquer des étouffements.
La forme des « hot dogs » les rend surtout mortels pour les enfants.
« L’AAP » a même recommandé que le « hot dog » adopte une nouvelle forme afin de sauver des vies !
La rhubarbe.
Tout le monde aime la tarte à la rhubarbe, ou, moins acide, la tarte à la rhubarbe et aux fraises.
Ce qu’il faut retenir quand on cuisine la rhubarbe, c’est utiliser seulement la tige, et jamais les feuilles vertes.
Si elles sont consommées en quantités importantes, les feuilles de rhubarbe peuvent empoisonner, provoquer des convulsions et des problèmes respiratoires graves, d’après « thefw ».
Le « casu marzu ».
Ce fromage italien de Sardaigne, qui signifie « fromage pourri » est connu pour être infesté par des larves vivantes.
Il est amené à un stade ultérieur de fermentation par l’action digestive des larves de la mouche du fromage.
Elles y engendrent un niveau avancé de fermentation et brisent les acides gras.
La texture du fromage devient alors très molle, et un liquide s’en écoule.
Les larves elles-mêmes apparaissent dans le fromage comme des vers blancs transparents, d’environ 8 mm de long.
Lorsqu’elles sont dérangées, les larves peuvent sauter en dehors jusqu’à des distances de 15 cm, d’où les recommandations de protection des yeux pour ceux qui mangent ce fromage.
Certaines personnes enlèveront les larves du fromage avant de le consommer, d’autres non.
Si l’aspect du fromage peut paraître repoussant pour la plupart d’entre nous, il est pourtant consommé par certains.
Le déguster comporte des risques sanitaires.
Les asticots contenus dans le fromage, avalés vivants sont résistants à l’acidité des sucs gastriques.
Ces larves sont ainsi capables de transiter vivantes dans le tube digestif.
Elles peuvent causer de sérieuses lésions sur les parois intestinales et engendrer des nausées, des vomissements, des douleurs abdominales, et des diarrhées sanglantes.
L’ackée.
Les ackées sont de délicieux fruits jamaïcains mais ne les dégustez pas juste en les cueillant dans un arbre, cela pourrait vous tuer.
Elles contiennent un poison appelé hypoglycine, et cela peut vous faire vomir au point de tomber dans le coma et même mourir.
Il faut attendre que le fruit s’ouvre de lui-même pour qu’il soit consommable.
Le « fugu ».
Plus communément connu sous le nom de poisson globe, cest un mets de prix pour les Japonais qui raffolent de sa chair sucrée.
Le poisson globe, également appelé « fugu », recèle un poison violent contre lequel il n’existe aucun antidote, affirme  »Le Point ».
Malgré les accidents, les conditions de sa commercialisation sont assouplies pour satisfaire la demande.
Son foie et ses ovaires contiennent de la tétrodotoxine, une puissante neurotoxine qui paralyse les muscles et entraîne la mort par arrêt respiratoire.
Les passionnés de « fugu » affirment que l’engourdissement des lèvres au contact d’une goutte infinitésimale du poison, premier symptôme de l’intoxication, ajoute du plaisir à sa consommation.
Encore faut-il maîtriser le dosage.

http://www.atlantico.fr  du 29/06/2013

Attention, Vaccin Dangereux !

Attention, Vaccin Dangereux ! dans SANTE vaccin-300x199

Le vaccin réduit le risque d’infection par le Papillomavirus

Une étude américaine met en évidence une baisse de plus de 50 % de la contamination par le papillomavirus, après la vaccination.
À la fin des années 1970, les chercheurs ont découvert que certains virus, les « papillomavirus » (en particulier ceux de type 16 et 18) étaient responsables du cancer du col de l’utérus.
Près de vingt-cinq ans plus tard, des firmes pharmaceutiques mettaient au point un vaccin contre ce cancer.
En 2006, les autorités sanitaires américaines le recommandaient à toutes les jeunes filles de 11 à 13 ans, puis jusqu’à 26 ans.
Une enquête publiée en début de semaine dans « The Journal of Infectious Diseases », révèle une baisse de la contamination par ces virus pour les filles de 14 à 19 ans, grâce à cette politique vaccinale.
C’est une bonne nouvelle pour la santé publique.

(Nous n’avons pas assez de recul !
Des voix se sont déjà élevées pour dénoncer un risque de stérilité due à ce vaccin.
Trop de femmes auront servi de cobayes quand on s’en rendra vraiment compte, mais se sera trop tard, comme pour le « médiator » !
pelosse)

En France dans le nouveau calendrier vaccinal, ce vaccin (trois injections avec un intervalle de deux mois entre la première et la deuxième et de quatre mois entre la deuxième et la troisième) est proposé aux filles de 11 à 14 ans, avec un rattrapage pour les 15 à 19 ans.
Quelle est l’efficacité de ce vaccin qui protège contre plusieurs souches de papillomavirus responsables du cancer ?
S’il faut attendre encore quelques années avant d’observer une diminution des lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l’utérus,
les chercheurs du « Centre de contrôle » des maladies d’Atlanta (« CDC ») se sont intéressés à l’évolution du nombre de cas d’infection chez les jeunes filles.

Aucun effet indésirable majeur

Pour mener à bien ce travail, les scientifiques ont examiné les papillomavirus identifiés sur les frottis vaginaux de 4150 femmes de 14 à 59 ans testées entre 2003 et 2006 et sur les frottis de 4253 autres femmes de même âge testées entre 2006 et 2010.
Il est possible sur lesfrottis cervico-vaginaux effectués dans le cadre du dépistage du cancer du col de l’utérus, de détecter la présence de papillomavirus.
Les résultats révèlent que pour la classe d’âge des 14 à 19 ans, le taux de contamination par le papillomavirus a chuté de 56 % entre les deux périodes.
Le pourcentage de porteuses du virus (type 6, 11, 16, 18) est passé de 11,5 % entre 2003 et 2006 à 5,1 % entre 2006 et 2010, après donc le début des campagnes de vaccination.
Pour les autres tranches d’âge, aucune différence n’a pu être observée entre les deux groupes.

Pour le professeur « Thomas Frieden », directeur du « CDC » d’Atlanta, qui répondait aux questions de la presse lundi sur ce sujet, «ces résultats sont très frappants.
Ils devraient conduire à un réveil pour inciter les jeunes filles à se faire vacciner.
Il est possible si l’on s’en donne les moyens de protéger une génération contre le cancer du col de l’utérus.»
Aujourd’hui, en France, moins d’un tiers des jeunes filles bénéficient d’une protection par ce vaccin.
Même chose aux États-Unis.
Il faut aussi savoir que la vaccination pourrait réduire de 75 % le risque de cancer du col, mais pas de 100 %, car le vaccin ne couvre pas toutes les souches virales potentiellement oncogènes.

À ce jour, aucun effet indésirable majeur lié ce vaccin n’a été identifié, alors que 56 millions de doses ont été utilisées dans le monde. En 2011, en France, 6800 femmes ont souffert d’un cancer du col de l’utérus, 2 080 en sont mortes.

Martine Perez

http://sante.lefigaro.fr  du 26/06/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Drôles D’ Immigrés !

Drôles D' Immigrés ! dans SANTE moustique-tigre-risque-pandemie-300x225

Venu d’Asie, le moustique-tigre menace la France d’une épidémie

un site internet d’information et d’alerte sur la présence des moustiques en France a été lancé avec une carte de la « météo des moustiques ».

Il recense l’implantation de ces insectes sur le territoire.

Les fortes pluies tombées sur l’Hexagone ces dernières semaines, couplées à une hausse du mercure, font craindre une invasion.

Un seul département se trouvait placé en alerte vendredi.

Il s’agit de l’Aube, envahie par les moustiques en raison des inondations du printemps.

Mais Vigilance-moustique anticipe pour les prochains jours des alertes dans plusieurs départements du nord-est et du sud-ouest de la France en raison des intempéries et inondations passées.

Espèce particulièrement redoutée : le moustique-tigre.

Venu d’Asie du Sud-Est et pour la première fois détecté en 2004 dans les Alpes-Maritimes, il transmet le « chikungunya » et la « dengue », deux maladies qui sévissent dans les régions tropicales ayant provoqué une épidémie mortelle à La Réunion, en 2005-2006.

Elles se caractérisent par de fortes fièvres, des courbatures et des douleurs articulaires.

Or, le moustique-tigre est en train de progresser en France.

Il a colonisé le bassin méditerranéen et le Sud-Ouest où il vient d’être détecté en Gironde.

Les méfaits de l’immigration sont décidément multiformes !

http://fr.novopress.info du 18/06/2013

n’oubliez pas de notez le lien ci-dessous :

Infirmité Pour Tous.

Intoxication  technologique,  on  voit  de  plus  en  plus  d’infirmes  de  nos  jours…

Les infirmes dépendent de prothèses, de béquilles et autres appareillages destinés à soutenir leur organisme déficient.
Sans eux ils ne pourraient pas se déplacer ni vivre tout simplement.
Victimes de naissance ou d’accidents de la vie, les infirmes sont pour cette raison condamnés à une existence différente de celles des autres hommes.
C’est pourquoi ils ont toujours provoqué la compassion des gens bien portants dans notre civilisation.

L’info pour les aveugles.

De nos jours les nouveaux infirmes ne peuvent plus vivre sans « infos ».
Le matin dès qu’ils se lèvent, ils branchent la radio et la télévision et cela dès leur plus jeune âge.
Les pauvres ne peuvent pas non plus regarder le ciel pour savoir le temps qu’il fera :
Ils ont besoin de la « météo » pour cela.
Les infirmes ont en effet besoin qu’on leur dise ce qu’ils doivent regarder ou entendre, sinon ils seraient aveugles ou sourds.
Dès qu’ils sortent, ils se fichent des écouteurs dans les oreilles car leur audition nécessite ces appareillages.
Que ce soit à pied, en vélo, en train, en bus ou en voiture, les pauvres ne peuvent en effet se passer de musique ou « d’infos ».
Quelle triste maladie que celle qui les rend incapables de rester quelques minutes dans le silence et la réflexion personnelle !

Les prothèses électriques.

Les infirmes dépendent en permanence de prothèses pour penser et regarder le monde.
Les prothèses se nomment médias, journal gratuit, tablette, « blakberry », smartphone, écran, etc.
Mais ce sont toujours des prothèses.
Les yeux, les oreilles et l’esprit des infirmes ne fonctionnent pas, en effet, sans elles, sans cette dépendance. Quel malheur !
Les infirmes ne peuvent lire non plus : ils n’arrivent pas à se concentrer si le texte n’apparaît pas sur un écran luminescent.
Et si le texte dépasse la longueur d’un message publicitaire, ils doivent en outre « zapper » pour regarder autre chose.
Car chez les infirmes l’attirance pour le bruit et le mouvement l’emporte sur la perception du sens.

Le drame de la dépendance.

A peine assis, les infirmes tripotent leur smartphone ou leur ordinateur portable, envoient des SMS ou téléphonent.
N’importe où.
Même au cinéma, en famille, lors d’un enterrement ou au restaurant.
Et comme la SNCF se montre charitable envers les infirmes, elle a même installé des prises électriques à cette fin dans les trains grandes lignes.
Car les pauvres ne peuvent rester sans contact avec des correspondants, quels qu’ils soient.
Ils éprouvent le besoin irrépressible de consulter les messages que d’autres, également malades sans doute, leur adressent :
Et s’ils n’en reçoivent pas ils en envoient immédiatement, par peur du néant sans doute.
Salariés, ils sont rivés du matin au soir à leur écran comme le galérien à sa chiourme.

Dépendants mais fiers de l’être.

L’existence des infirmes dépend du stimulus résultant de l’émission et de la réception de signaux électriques incessants.
On voit d’ailleurs beaucoup d’infirmes qui ne se déplacent plus qu’avec un appareil de communication électrique à la main, afin de rester en permanence « connectés » aux autres, agrippant leur smartphone en guise de béquille.
Car leur voix ne porterait plus sans ces appareils.
Le plus troublant tient au fait que ces malheureux exhibent fièrement leur handicap, sans doute pour mieux masquer la souffrance que représente leur dépendance vis-à-vis de ces prothèses.
Ils valorisent ainsi leur dépendance sous de beaux mots :
modernité, accessibilité, connexion, dématérialisation ou communication.
Et les fabricants de prothèses les y encouragent très charitablement : comme ce Monsieur Samsung, par exemple, qui a pris pour slogan « Mon Samsung, ma vie ».
Une vie grâce à Samsung : vous vous rendez compte du cadeau que fait Monsieur Samsung à tous ces infirmes en échange de quelques modestes euros ?
Alors, quand vous rencontrerez un infirme, vous qui avez la chance de voir, d’entendre, de penser, de communiquer et finalement de vivre par vous-même, pensez à tout ce qu’il doit endurer.

Soyez charitable, expliquez-lui qu’il vivra beaucoup mieux sans toutes ces béquilles technologiques et commerciales !

Michel Geoffroy de « Polémia »

Source : « fr.novopress.info » du 31/05/2013

C’est une façon de niveler la population, bien entendu vers le moins performant puisqu’elle vise à faire de tous des infirmes !
Cela permettra de mieux contrôler le « troupeau », d’écarter les éléments « contagieux », merci monsieur « samsoul » !
Excellent volet du programme mondialiste, passives larves humaines qui se laissent berner !

Ce N’Etait Pas Halal !?!

Pratiques les grandes surfaces…mais ne finissent-elles pas à devenir dangereuses pour notre santé ?

Le « nem » avait été acheté dans un hypermarché Leclerc d’Inde-et-Loire…
Un garçon de douze ans a été hospitalisé début avril après avoir ingéré un morceau de métal contenu dans un « nem » acheté dans une grande surface d’Indre-et-Loire, a-t-on appris mercredi auprès de la maman de l’enfant qui a déposé plainte.
«Après avoir ingéré le « nem », mon fils a été transporté à l’hôpital Clocheville de Tours.
Les praticiens ont retiré l’objet métallique après intubation.
D’après leur radio, il ne fait aucun doute que cet objet est arrivé dans l’oesophage de mon fils après ingestion des « nems »», a expliqué à « l’AFP » Magali Delile.
Mme Delile avait acheté ces « nems » dans l’hypermarché Leclerc de La Ville-aux-Dames (Indre-et-Loire).
Elle a porté plainte le lendemain de l’hospitalisation de son fils auprès de la police et a alerté la « Direction départementale de la protection de la population ».

Le magasin ne nie pas les faits
«Je n’incrimine pas le distributeur qui n’est en rien responsable, mais le fournisseur.
Je ne sais pas dans quelles conditions ces plats ont été emballés ni préparés.
J’espère juste qu’on découvrira comment on peut retrouver un tel objet dans un plat préparé, c’est tout!», a-t-elle tenu à préciser.
Les faits remontent au 2 avril mais ils n’ont été révélés que mercredi dans le quotidien régional « La Nouvelle République » qu’elle a contacté après avoir lu un article paru dans le même quotidien ces jours derniers qui révélait cette fois la découverte d’une couleuvre inoffensive dans le rayon poisson du même hypermarché.

Contactée par « l’AFP », la direction du magasin ne nie pas les faits mais renvoie sur le service communication du groupe Leclerc qui n’était pas joignable mercredi.

 

Source : « 20minutes.fr » du 08/05/2013

 

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Et Ceux qui Sont Morts ?

Cela   nous   arrive   aussi   du   continent   africain   ou   presque…comme   le   sida   !

Il s’agirait d’une personne revenant des Emirats arabes unis…
Le premier malade français atteint d’une infection respiratoire aiguë par le nouveau virus proche du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) a 65 ans et est hospitalisé à Douai (Nord), a indiqué ce mercredi le ministère de la Santé.
Le patient a été hospitalisé le 23 avril à Valenciennes, puis transféré à Douai le 29 avril, où il est en réanimation et bénéficie de «soins de suppléance», soit assistance respiratoire et «échange sanguin», a précisé Jean-Yves Grall, Directeur général de la santé, lors d’une conférence de presse.
L’homme avait séjourné à Dubaï du 9 au 17 avril, a-t-il précisé.
Il a été hospitalisé avec des troubles respiratoires aigus.

Un numéro vert ouvert cet après-midi
Un numéro vert, le 0800 13 00 00, «sera ouvert cet après-midi pour que les Français trouvent des réponses à leurs questions», a indiqué de son côté la ministre de la Santé Marisol Touraine.
«Ma ligne de conduite est claire: surveillance, transparence, information», a-t-elle ajouté.
«Il s’agit d’un cas importé, unique, qui nécessite des mesures de précaution préconisées par les autorités internationales», a-t-elle encore dit.
Les coronavirus sont une vaste famille de virus susceptibles de provoquer un large éventail de maladies chez l’homme, qui vont du rhume banal jusqu’au SRAS.

Une souche particulière
Le nouveau coronavirus -nCoV dans le jargon médical- a été détecté pour la première fois à la mi-2012.
Il s’agit d’une souche particulière qui n’avait encore jamais été identifiée chez l’homme.
Avant l’annonce de ce malade en France, des cas d’infection avaient été détectés en Arabie saoudite, en Jordanie, au Royaume-Uni et en Allemagne.
Au total, 30 cas confirmés dans le monde ont été notifiés à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) depuis septembre 2012 et 18 personnes sont décédées après avoir contracté ce virus, dont 11 en Arabie saoudite.

Source : « 20minutes.fr » du 08/05/2013

Certes, c’est le premier cas « confirmé » d’un ressortissant Français encore vivant et soigné.
Cependant, depuis l’automne dernier, y a-t-il eu des recherches à la suite de décès, au moins de personnes souffrant de troubles respiratoires conséquents ?
Je ne parle que des personnes décédées, il y a tous ceux qui ne peuvent plus avoir recours au médecin , se soignent tant bien que mal et finissent quand même par guérir, heureusement pour eux.
Puisqu’il y a un malade, le SRAS est donc chez nous…encore un envahisseur qui nous ramène au siècle dernier !
Qu’a fait et que va faire le gouvernement socialiste après ses belles paroles ?

 

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Grippe Aviaire Chinoise

Concernant  la  grippe  aviaire,  un  virus  mutant  créé  en  Chine  panique  les  experts

Une équipe de chercheurs a créé un virus hybride de la grippe aviaire, ce qui présente de nombreux risques selon les scientifiques.
Un article publié jeudi dans la revue américaine scientifique Science indique en effet qu’une équipe de l’Académie des sciences agricoles chinoise et de l’université agricole du Gansu ont réussi à créer un nouveau type de virus mutant de la grippe aviaire.
Autant dire que cette nouvelle inquiète déjà les experts alors que l’épidémie de grippe aviaire continue de toucher plusieurs provinces chinoises.
Selon l’article paru dans « Sciences », le nouveau virus mutant résulte en fait de gènes de la souche H5N1 du virus de la grippe aviaire, et de la H1N1, responsable de la pandémie des années 2009 et 2010. Si la souche H5N1 du virus peut être transmise aux humains par des oiseaux mais ne peut toutefois pas se transmettre d’humain à humain, la deuxième souche est quant à elle particulièrement contagieuse ce qui explique que les experts s’inquiètent du nouveau virus hybride créé en Chine et qui pourrait encore muter.

Les scientifiques à l’origine du virus mutant indique par ailleurs qu’une simple mutation du virus H5N1 lui suffirait à pouvoir se transmettre par la suite d’un mammifère à un autre.

Les chercheurs n’ont pas voulu créer ce nouveau virus pour terroriser encore plus les populations.
L’objectif était en effet de trouver un vaccin ou bien de prévenir les mutations de la grippe en trouvant comment elles se font dans la nature.
Nombreux scientifiques craignent toutefois que cette expérience soit le début de nouvelles mutations qui pourraient s’avérer incontrôlables et provoquer une véritable pandémie.
L’intérêt scientifique de la recherche ne justifierait donc pas toujours les risques potentiels selon beaucoup de chercheurs.

Source : « altlantico.fr » du 04/05/2013

Cela me rappelle les incertitudes quand est survenu le sida sur notre continent…il y a déjà pusieurs décennies !
Décidément, les recherches pour d’éventuelles armes biologiques n’ont jamais cessé, chaque bloc s’accusant mutuellement.
Les USA craignent la Chine de nos jours, ils lancent donc cette information, mais où en sont-ils de leur côté ?

 

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Prévenir Ou Guérir ?

Est-ce une blague ou est-ce sérieux, mieux vaut prévenir ?

À Lyon, dans une boîte de nuit, « Titan », des personnes ont eu une aiguille plantée dans le bras par un gars rigolant leur disant ‘ça y est t’es avec nous, t’as le SIDA’.
Des évènements similaires ont eu lieu dans d’autres boites de nuit « Must », « Why not ».
A Clermont-Ferrand (63)au « B.Box ».
Ceci s’est également passé à Paris.
Il y a quelques semaines de cela, dans un cinéma, une personne s’est assise sur quelque chose de piquant sur un des sièges.
Lorsqu’elle s’est relevée pour voir de quoi il s’agissait, elle a trouvé une aiguille plantée à travers le siège avec une note attachée disant : ‘Vous venez d’être infecté par le VIH’.

Le Centre de Contrôle des Maladies rapporte plusieurs événements similaires dans plusieurs autres villes récemment.

Toutes les aiguilles testées sont positives VIH.
Le Centre rapporte qu’on a trouvé des aiguilles aussi dans les retours de monnaie de distributeurs publics.
Ils demandent à tout le monde d’user d’une Extrême prudence quand vous serez confronté à ce genre de situation.
Toutes les chaises publiques devraient être inspectées avec vigilance et prudence avant usage.
Une inspection visuelle minutieuse devrait suffire.
De plus, ils demandent à chacun de communiquer cet avis à tous les membres de votre famille et vos amis du danger potentiel.
Merci.
L’information mentionnée ci haut a été envoyée par la police municipale de la Ville d’Issy Les Moulineaux à tous les départements d’Ile de France qui ont diffusé la nouvelle dans toutes les villes.
On m’a demandé de passer ceci au plus grand nombre de personnes possibles.
Ceci est très important!!!
Pense que tu peux sauver une vie juste en redistribuant ceci.

S.T.P. prends quelques secondes de ton temps pour faire passer le message.

En ce 1er mai, jour de manifestations partout en France, en Europe même, jour même les journalistes ne font pas d’articles, je vous transmets donc un message qui peut fort bien être un canular mais nous rappelle qu’il faut rester vigilant.
Les enseignants doivent l’être, maintenant, après l’alerte des seringues trouvées dans les cours d’école.

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Labos Pharmaceutiques !

ET   SI   NOUS  ETIONS   EN   ROUTE   VERS    UNE   FORME   D’EUGENISME   ?

Le Comité consultatif national d’éthique (C.N.N.E.) vient de se déclarer favorable à l’introduction de nouveaux test génétiques fœtaux pour dépister la trisomie 21 dans le sang maternel au cours des premières semaines de grossesse.
Ce sont les industries pharmaceutiques commercialisant ces tests qui vont pouvoir lui offrir une grosse boîte de chocolats !
Depuis le temps qu’elles trépignaient devant la porte :
Pensez, un marché d’un milliard d’euros, alors que, comme le rappelle Jean-Marie Le Méné, 97 % des enfants trisomiques sont, sans leurs services, d’ores et déjà détectés.

De l’avis du CCNE, ces tests seraient « un progrès du point de vue éthique ».
Ils viendraient en effet remplacer le dépistage actuel reposant « in fine » sur une amniocentèse invasive, source de fausses couches.
Grâce à eux, l’éradication d’un segment de population jugé inapte à vivre dans notre environnement sera surtout plus performante :
Leur fiabilité, leur innocuité vont mettre un terme aux « ratés » -la naissance d’un enfant T21 passé entre les mailles-, en même temps qu’aux dégâts collatéraux -la perte, par l’amniocentèse, d’un enfant sain-.
Mais attention !
Parallèlement, le comité d’éthique insiste sur la nécessité d’une meilleure « prise en charge » par la société des personnes porteuses d’un handicap et atteintes d’une maladie.
C’est sûr. Comme genre de « prise en charge » efficace, l’élimination, ça se pose là.
Encore fallait-il y penser, et Hippocrate, cet âne, est passé bêtement à côté.
Si l’on « prenait en charge » toutes les pathologies comme on « prend en charge », dès qu’on l’a détectée, celle des trisomiques 21, au service des urgences, au moins, ça ferait de la place dans les lits.
Quant aux derniers parents d’enfants atteints de trisomie 21, il y a fort à parier que ces tests si fiables ne contribuent pas à rendre plus favorable et aidant le regard que la société porte sur eux :
De « tuile » imprévisible et ouvrant droit à la compassion, leur enfant deviendra aux yeux du monde un « choix » irresponsable puisque, n’est-ce pas, ils avaient tout l’attirail scientifique pour savoir à coup sûr.
Et remédier au problème…

Le comité d’éthique déplore par ailleurs « la très grande faiblesse de la recherche sur les handicaps en général, et la trisomie 21 en particulier. »
Ils sont terriblement facétieux, au comité d’éthique.
Car comment et pourquoi voudriez-vous que la recherche avance, que l’on trouve un traitement à cette maladie et qu’on l’expérimente, si l’on supprime méthodiquement tous les patients ?
« Bonjour, je suis chercheur, je voudrais consacrer mon travail à une maladie dont personne ne souffre. »
Et, bien sûr, pour ceux qui ne l’auraient pas déjà compris, le CCNE nous explique aussi gentiment que la détection de la trisomie 21 n’est qu’un exemple de ce qu’offre ce genre de tests.
Tout cela ne s’arrêtera pas en si bon chemin.
« Dans un avenir proche, il sera techniquement plus simple (…) d’effectuer un séquençage entier du génome fœtal que de sélectionner des régions d’intérêt et d’en réaliser un séquençage ciblé, comme c’est aujourd’hui le cas. »
Autant vous dire qu’à peine conçu, le fruit de vos entrailles que vous pensiez bien planqué à l’abri des regards de tous et qui ne demandait rien à personne va être virtuellement découpé en rondelles, observé au microscope, passé au détecteur de mensonges génétiques.
Le premier examen de sa vie, et autrement plus déterminant que tous les autres :
Il ne s’agit pas de passer dans l’année supérieure, mais de passer tout court, auprès d’un jury doté d’une grille de sélection implacable.
Mucoviscidose, myopathie, prédispositions au diabète et au cancer… Allez hop, au revoir !

Cependant, les « sages » du CCNE s’interrogent : la technique permettra de tout savoir du génome fœtal… mais faudra-t-il pour autant tout dire ?
Selon eux, il ne faudra révéler que les maladies incurables.
Et le médecin gardera le reste par devers lui ?
Et l’on pense qu’aucun parent ne s’estimera en droit d’avoir accès au dossier complet de son enfant ?

Il y a quelques semaines, la Chine a lancé un grand programme de séquençage de l’ADN des surdoués.
2.200 individus dotés d’un quotient intellectuel d’au moins 160 -celui de Jacques Attali, paraît-il- vont être séquencés.
Rapprochant cela de la possibilité de séquencer l’ADN du fœtus par simple prise de sang de la mère, Laurent Alexandre, du « Monde.fr », pose la question :
« Certains parents souhaiteront sélectionner les bébés porteurs du meilleur patrimoine neurogénétique.
Est-ce moralement plus condamnable que de supprimer les fœtus porteurs d’un mauvais capital neurogénétique, comme nous le faisons déjà pour 97 % des trisomiques 21 dépistés ? »
Pas faux.
Et un monde peuplé de « Jacques Attali »(s), ça va être vraiment trop de bonheur.!?!

Gabrielle Cluzel

Source : « bdvoltaire.fr » du 27/04/2013

 

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Recommandations Utiles !

PRENEZ   SOIN   DE   VOUS,   POUR   CONTINUER   A   MANIFESTER   ET   NE   RIEN   LACHER   !

Dans les nombreuses vidéos amateur qui fleurissent sur la toile, il est trop courant de voir les journalistes reculer au premier jet de gaz… voire même arrêter de filmer et poser leur caméra…
Parfois aussi, ils se réfugient derrière les policiers.
Comment peut-on avoir l’ambition de faire de l’information dans ces conditions ?

Sortez couverts
Se protéger des lacrymos est extrêmement simple.
J’ai donné quelques liens instructifs dans mon billet sur la manif du 24 mars, dont l’usage a été commenté dans mon billet sur les événements des Champs-Élysées.
Non, une carte de presse ne protège pas des gaz lacrymogènes.
Je récapitule les informations de base.

Les yeux
Il faut se protéger les yeux, c’est le plus important.
Les lunettes de piscines sont certainement ce qu’il y a de plus efficace.
On trouve facilement des lunettes de piscines non assombries, ce qui garantie une vue correcte même la nuit.
Les masques de skis sont moins efficace parce qu’ils ne sont pas étanches, et puis leur forte teinte est gênante en cas de faible luminosité.
Il est très fortement déconseillé de porter des lentilles, car l’agent lacrymogène peut se fixer sous la lentille ce qui augmente dramatiquement l’effet et peut entraîner des complications graves.
En cas d’exposition avec des lentilles, il faut les faire retirer rapidement par quelqu’un dont les mains n’ont pas été contaminées.

La bouche et le nez
Il faut se protéger la bouche et le nez pour deux raisons, la première c’est que le système respiratoire communique avec le système lacrymal, donc si vous inspirez une pleine bouffée de gaz lacrymogène vos lunettes seront bien inutiles.
La seconde raison c’est que le gaz provoque gênes et irritations respiratoires.
Un masque de chirurgien est efficace, un foulard ou une simple écharpe également.
Cependant, leur efficacité n’est pas garantie s’ils sont fortement imbibés suite à une aspersion directe.
Certains recommandent d’imbiber le foulard de vinaigre ou de citron, l’acidité filtrant les gaz.
Plus cher, un masque de peintre avec filtre peut se révéler très efficace.
Évidemment, un masque à gaz militaire est certainement ce qu’il y a de plus efficace, mais en plus d’avoir des doutes quand à sa légalité, son image est associée à de nombreux drames et sa présence participe à la montée de tension.
Ce n’est donc pas une bonne idée.
Ce n’est pas à un journaliste de stresser les citoyens ni les forces de l’ordre.
Il est très fortement déconseillé de s’exposer aux gaz en cas d’antécédent asthmatique.

Les mains
Ne pas se frotter les yeux, d’une part cela augmente la sécrétion lacrymale qui réagit avec le gaz et augmente donc son efficacité, d’autre part vos mains sont certainement contaminées.
Il faut donc veiller à éviter de toucher son nez ou sa bouche avec sa main…
Le port de gants est conseillé, il permet de maintenir les mains propre.
Cela permet de porter secours ou de se soigner avec des mains propres une fois à l’écart.

Après exposition
Ne pas fermer les yeux après exposition, pour ne pas emprisonner le gaz sous les paupières ce qui augmenterai son effet, mais ouvrir grand les yeux afin que les larmes s’écoulent avec le produit.
Si vous avez fermé les yeux avant exposition mais que le système lacrymal est atteint malgré tout par le système respiratoire, il faut alors ouvrir grand les yeux.

Précautions supplémentaires
Bien protégé, il devient facile de s’approcher sur les lieux d’altercations, et vous pouvez facilement être embarqué par des policiers qui ont reçu l’ordre de faire du chiffre…
C’est contre ça, et uniquement cela que sert une carte de presse…

Témoignage personnel
J’ai testé pour vous la simple combinaison « écharpe et lunettes de piscine » lors de La Manif Pour Tous du 24 mars sur l’avenue Foch ainsi que sur les Champs-Élysées ce même jour, c’est drôlement efficace.
Tellement efficace qu’on peut facilement se faire surprendre et se retrouver seul au milieu des policiers, ce qui est moins drôle…
Si vous n’avez pas de carte de presse, soyez vigilants !

Thomas Debesse

Source : « NDF.fr » du 22/04/2013

Les dés ont été pipés, on verra cette loi passer, nous allons vers des semaines agitées mais il ne faut rien lâcher.
S’est-on demandé aussi, qui serait le chef de cette future famille « singulière » ?
Vraiment, c’est la civilisation humaine qui est détruite par cette loi !

 

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Bientôt A ‘Gattaca’ !

 

 Bientôt A 'Gattaca' ! dans SANTE bebe-e1374311433690

 

‘L’ HOMO   SAPIENS’   EST   DEVENU   MEGALOMANE,   IL   SE   DETRUIT   !

Dans son génial film d’anticipation « Bienvenue à Gattaca », le scénariste et réalisateur Andrew Niccol imagine un monde où l’eugénisme est la norme.
Soucieux d’obtenir une progéniture parfaite, les parents confient leurs gamètes à des généticiens qui en fabriquent un embryon exempt de toute tare.
Dans l’histoire, les parents du héros, décontenancés par ce profond toilettage de leur génome, s’interrogent sur l’éventualité de laisser un peu de place au hasard…
L’argumentaire du souriant généticien pour désarmer les parents est bien huilé :
« Vous voulez donner à votre enfant le meilleur départ dans la vie. […] Et rappelez-vous que cet enfant, c’est toujours vous, simplement le meilleur de vous. »
(en américain : « You want to give your child the best possible start. […] And keep in mind, this child is still you, simply the best of you. »)

C’était il y a 15 ans. C’était de la science-fiction !
« C’était » car la science a continué ses expérimentations et les fantasmes cinématographiques de la fin du XXe siècle sont en voie de devenir réalité.
Aux États-Unis, le Fertility Centers of Illinois a mis au point un programme dont le nom fait froid dans le dos : Creating Your Family.
De fait, pour composer votre famille, il vous est proposé des dons de sperme, d’ovocyte, d’embryon, le tout à réimplanter dans le ventre de la future mère ou à confier à des mères porteuses.
Cerise sur le placenta, les brillants généticiens se chargent de faire disparaître l’embryon si d’aventure une anormalité génétique était soupçonnée.
Il faudra tout de même attendre quelques années avant de pouvoir choisir la taille, la forme de la bouche et la couleur des cheveux…
Alors, en France, avec un gouvernement qui s’emploie à nous faire gober que l’homme est une femme comme les autres, on imagine bien que certains couples – ou certaines paires – seront sensibles à l’opportunité de s’éviter le risque d’avoir un enfant pas tout à fait comme ils le voulaient, voire de refiler la « corvée » de porter un enfant à d’autres.
Décidément visionnaire, Pierre Bergé aurait pu aller plus loin :
Il se prépare des usines à bébé dont les ouvriers seront les mères porteuses.

Ayant flairé que le marché du bébé à la carte allait s’ouvrir en France, notre laboratoire américain débarque la semaine prochaine dans un hôtel chic de la capitale — petits budgets s’abstenir — pour expliquer aux futurs clients-parents l’univers des possibles.
Enfin… des bientôt-possibles si le gouvernement cède à la poignée de socialistes enragés qui continuent de faire pression pour la PMA et la GPA.

Alors, contre la filiation-fiction et contre une société dans laquelle il faudra confier ses gamètes à un savant pour avoir un enfant compétitif, restons mobilisés.

Hugo Bony

Source : « bdvoltaire.fr » du 15/04/2013

Les clonages ne seront pas abandonnés mais réservés à la classe ouvrière et non pensante !
Il manque un volet à l’Enfer de Dante !

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Des Parents Vigilants

Des Parents Vigilants  dans SANTE apprendre-300x199

NOUS   POUVONS   ENCORE   NOURRIR   LA   VIE   INTERIEURE   DE   NOS   ENFANTS

Pour lutter contre l’hyperstimulation ambiante, l’enfant peut être encouragé dans un retour en soi.
De nombreuses initiatives parentales tentent aujourd’hui de faire contrepoids à l’«hybris technologique» qui semble prendre nos petits dès leurs premiers dix ans (smartphone, Facebook, télévision, jeux vidéo, etc.)
Ainsi, l’Expérience – la majuscule montre l’ampleur du projet – que « Susan Maushart », journaliste new-yorkaise, vient de mener avec ses trois enfants: six mois sans le moindre média électronique!
Elle raconte dans son livre « Pause » (Éditions « NIL ») les difficultés de chacun (y compris les siennes) pour accepter une vie « déconnectée », mais elle livre un bilan positif :
Au terme de cette abstinence forcée, «j’ai vu mes enfants émerger peu à peu de l’état de « Cognitus interruptus »si je puis dire qui avait caractérisé tant et tant de leurs heures de veille, pour devenir des penseurs plus logiques et plus concentrés».
Une autre option est de convertir les enfants à la méditation:
Ainsi une « association britannique », partenaire de l’Université d’Oxford,conçoit des formations de huit semaines de Pleine Conscience pour les écoliers.
Aujourd’hui, leur mot d’ordre « b» (prononcer dot-be) -«arrête-toi, respire et sois!»- est suivi par les enfants de 12 pays, y compris la France.

Se retenir d’anticiper les réponses
Faut-il donc en arriver à la mise en place de tels «dispositifs» pour que les enfants d’aujourd’hui aient du plaisir à revenir à leur vie intérieure?
Pas si sûr, affirment les psychologues spécialistes de l’enfance.
«La méditation, la contemplation, le retour à soi…
L’enfant les a spontanément, rappelle « Etty Buzyn », psychanalyste et auteur de « L’autonomie, mode d’emploi »(Éditions « Albin Michel »). Le problème, c’est qu’on a endommagé ce trésor inné avec nos tentations d’hyperstimulation.»
Après les années 1960, il s’est agi «d’éveiller» l’enfant par tous les moyens.
Apprendre à lire aux bébés, une langue étrangère aux deux-trois ans, la danse rythmique pour qu’ils soient à l’aise dans leur corps… Mais aujourd’hui, revenus des bienfaits de ces «activités d’éveil», les parents souhaitent surtout des enfants calmes.
«C’est l’effet de balancier d’un excès à l’autre, commente « Etty Buzyn ».
Il faut revenir à la juste mesure :
L’enfant est naturellement équipé d’une capacité à rêver, nourrir sa vie intérieure, se poser des questions de fond…
Les parents, pour l’accompagner, ont juste à se retenir d’anticiper les réponses en lui mâchant tout le travail introspectif!»
Cette capacité de réflexion profonde, « Nicole Prieur », psychothérapeute qui vient d’écrire « Nos enfants, ces petits philosophes » (Éditions « Albin Michel »), la constate tous les jours dans son cabinet.
«Dès qu’ils ont six-sept ans, mes petits patients me posent des questions existentielles : D’où je viens ? Pourquoi on meurt ?
Ils ont ce sens du questionnement sur l’origine, notre finitude, qui est inné et commun à tous les enfants, et qui marque notre intériorité», observe la spécialiste tout en remarquant «que, contrairement à il y a une quinzaine d’années, ils n’ont plus de lieux – catéchisme ou colonies de vacances, etc. -, où explorer ces questions avec d’autres».

«Ne pas avoir peur de toucher une transcendance»
Dès lors, comment les aider à prendre goût à l’intériorisation ?
«En leur laissant du temps pour cela», estime « Etty Buzyn », qui a aussi écrit sur l’importance du rêve et de l’imaginaire dans le développement des enfants.
Et de se rappeler avec émotion ce petit garçon qui, se promenant avec elle au jardin du Luxembourg, passa de longs moments à lui décrire les lettres qu’il «voyait» dans les branches des arbres.
«Lorsqu’un enfant s’émerveille, l’important est de faire silence auprès de lui et de lui montrer qu’on est conscient de la profondeur qu’il perçoit.»
Ces «instants d’éternité» captés devant un tableau au musée ou un coucher de soleil sur la mer sont aussi amenés naturellement par la réflexion philosophique.
«Lorsqu’ils s’interrogent, il faut vraiment les laisser dérouler leur questionnement, relancer par d’autres questions», suggère « Nicole Prieur », invitant même les adultes à «ne pas avoir peur de toucher une transcendance, car cette démarche va contre le “tout, tout de suite” et le zapping ambiants».
L’important, pourtant, reste d’encourager leurs différences, leurs goûts uniques.
«Peu à peu, l’enfant sélectionne de façon autonome certains éléments de son environnement qu’il fait siens, explique « Etty Buzyn ».
La musique ou des couleurs, un personnage ou une histoire, etc.
Les parents n’ont qu’à lui ouvrir le plus de portes afin qu’il exerce au mieux son extraordinaire faculté d’observation, et qui est à respecter chez chaque enfant.
Ce qui lui permettra de faire le tri pour construire sa personnalité.»
Et la psychanalyste d’évoquer l’influence exemplaire du père de Léonard de Vinci.
À son fils qui n’allait pas à l’école, il répétait aussi souvent que possible: «regarde – bien!».
Un sésame qui donna de nombreux fruits comme chacun sait.

Pascale Senk

Source : « sante.lefigaro.fr » du 12/03/2013

Cela fait du bien de savoir que la « toute puissante éducation nationale » ne réussit pas à rendre inutile l’éducation de ses parents pour un enfant, au contraire elle lui est aujourd’hui plus que nécessaire !

Récréation De L’ Humain.

ET  SI  LA  THEORIE  DU  ’GENRE’  ETAIT  L’ENNEMIE  DU  GENRE  HUMAIN  ?

On n’en est plus à une absurdité près.
Non content que la théorie du genre fleurisse dans les manuels scolaires, le gouvernement veut maintenant l’imposer à la crèche. Une initiative de « Najat Vallaud-Belkacem », ministre des Droits des femmes qui a confié une étude à l’Inspection générale des affaires sociales, publiée ce mardi 26 mars.

Je vous explique.
À la naissance, les parents, en bons terroristes intellectuels, choisissent un sexe à leur enfant.
Comme celui-ci ne peut pas s’exprimer dans le placenta maternel, notre bébé ne dit rien, mais n’en pense pas moins.
Viennent alors les premières années de sa vie, où l’enfant découvre qu’il n’y a aucune différence entre son papa et sa maman.
Lorsque les parents l’inscrivent à la crèche, le chérubin peut alors décider que le changement, c’est maintenant :
Au placard, les petites voitures pour les garçons et les poupées pour les filles !
Pour inhiber les préjugés déjà machistes du petit garçon, on lui apprendra que l’attribution des jouets est une pure construction de l’esprit, un hobby pour snobinards réactionnaires qui exorcisent leurs fantasmes jamais assouvis de jouer au soldat.
Une petite fille, déjà soumise parce que fille, va pouvoir se libérer de l’emprise de la nature.
Ce plus grand dictateur de l’univers (devant Staline) l’empêchait de jouer à Stallone ?
Qu’elle garde un esprit sain dans un corps sans seins : ce n’est tout de même pas son genre féminin qui va décider le genre d’homme qu’elle deviendra !
L’homme que la nature a créé sur terre, la « culture » peut le changer en mère.
L’enfant doit alors s’accrocher… pas au sein de sa mère, c’est avilissant pour elle !
Sa scolarité entamée, on lui apprend très tôt… l’échangisme, mais avec lui-même.
Ou comment modifier sa nature et son identité sexuelles au gré de ses envies.
Et elles peuvent être pressantes.
Dans les manuels d’école, il doit décoller son esprit des préjugés acquis de manière innée, et rejeter dans un cul de basse-fosse cette fosse d’idées reçues pour sceptiques de la liberté humaine.
Virilité, féminité sont autant de termes qu’il lui faut bannir de son vocabulaire usuel : ils rappellent les heures les plus sombres de notre histoire, quand on ne pouvait pas choisir ce qu’on voulait avoir entre les jambes.
L’entrejambe, ne servant plus à rien, reste donc dans un entre-deux optimiste qui fera voir à l’enfant la vie en rose… ou en bleu.
Ah non, ça non plus il ne pourra pas : quelle curieuse pensée que d’associer les couleurs vestimentaires au sexe de l’enfant !

Romain De Lacoste

Source : « bdvoltaire.fr » du 10/04/2013

Le mondialisme veut transformer l’humanité en une immense ruche avec des reines, surtout une multitude d’ouvrières laborieuses…attention, les quelques faux bourdons mâles sont piqués mortellement par une reine quand ils ont fait leur travail, pour éviter le gaspillage de nourriture.
Cette théorie du genre nous mène à un monde d’êtres en majorité asexués et de femelles tyranniques, prenez garde, messieurs qui n’avez pas d’utérus, votre « genre » ne survivra qu’en faible quantité et pour très peu de temps !

 

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Qui Donc est Anormal ?

 

Qui Donc est Anormal ? dans SANTE deux-coeurs-300x300

 

TOUTE NOTRE VIE COMMENCE PAR UNE HISTOIRE D’ADOLESCENCE

Je me souviens de la première fois que j’ai eu envie d’embrasser une fille, j’ai senti monter un désir irrépressible.
Je pensais que c’était normal…
Bien des années plus tard, j’ai appris que je n’étais pas normal, mais que j’étais hétérosexuel !
Diantre !
Moi qui, à l’instar de notre actuel et éphémère Président, me complaisait dans cette normalité.
Aujourd’hui, je lis sur « le site de SOS Homophobie » que cette hétérosexualité est « une orientation sexuelle aussi respectable que l’homosexualité ».

Je me suis orienté ! Quand ? Comment ? Pourquoi ? Ai-je été contraint ?
Paraphrasant « Alexandre Vialatte », je reconnais que l’homosexualité remonte à la plus haute Antiquité.
Mais il est heureux pour la survie de l’espèce que nos ancêtres troglodytes aient eu la sagesse de choisir majoritairement une orientation hétérosexuelle, les peintures rupestres avaient probablement pour vocation de propager cette tendance.
Comme le disait « Oscar Wilde », « Si Adam avait été homosexuel, personne ne serait là pour le dire. »
Caïn, s’il eut été homosexuel et incestueux, la criminalité aurait-t-elle existé ? Autre débat !

Dans la société de demain, si avide de quotas, d’égalité et de parité, il sera important que la proportion d’homosexuels et d’hétérosexuels s’équilibre.
Lorsque vous souhaiterez acquérir un enfant (la PMA et la GPA vous affranchiront de faire des enfants par vous-mêmes, cela évitera de nombreux risques sanitaires), vous pourrez vous voir imposer un enfant homosexuel, ethniquement différent, de confession autre que la vôtre.

Stop ! L’hétérosexualité n’existe pas.
Vous ne trouverez pas trace de ce concept, ni de mot pour le définir, dans la Grèce et la Rome antiques.
L’homosexualité était alors une pratique attestée, mais qu’aucun sage n’aurait cherché à comparer avec l’ordre naturel des choses.
Le mot « hétérosexuel » n’est apparu qu’au XIXe siècle.
Avec la volonté post-révolutionnaire de ne pas hiérarchiser, le XIXe siècle a voulu catégoriser, il a donc créé de nombreux mots : « hétérosexuel », « agnostique », mais aussi « antisémite ».
Les mots précèdent-ils les maux ?
« Pierre Desproges » ironisait en disant que Dieu a divisé l’humanité en deux grandes catégories : les juifs et les antisémites.
Le régime hollandais tente de diviser les Français en deux : homosexuels et homophobes.

Je ne suis pas hétérosexuel : je suis un homme, conçu pour procréer avec une femme, et cela me convient parfaitement.
Non homosexuel, ni homophobe, je laisse chacun libre d’avoir des tendances particulières tant que cela ne nuit pas à autrui.
J’ai moi-même un aveu à vous faire : je joue de la cornemuse et j’aime ça !
Toutefois, j’ai le bon goût de ne pas imposer cette pratique à mon entourage en toutes circonstances.
( » A gentleman is someone who knows how to play the bagpipes but doesn’t. »)

Ni homosexuel, ni homophobe, mais homo sapiens, un homme qui sait…
Qui sait ce que les autres veulent oublier :
Je suis l’homme tel qu’il a été voulu par Dieu ou conçu par la nature, selon que vous soyez créationniste ou évolutionniste.

Je me souviens de la première fois que j’ai eu envie d’embrasser une fille, j’ai senti monter un désir irrépressible.
C’était normal.

Jean-André Bossy

Source : « bdvoltaire.fr » du 02/04/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Peuple « Français » !

 

Peuple

 

QUE SERIONS-NOUS SANS LES MAMAS AFRICAINES ?

Au soir de jeudi dernier, la télévision et ses journalistes ont encore bien mérité de la patrie.
Il fallait entendre et voir « l’imam » Pujadas et consorts se « réjouir » de la « belle santé » démographique de notre pays.
Au cours de son insupportable pensum, le président Hollande a pris lui aussi cet air ahuri devant les chiffres « exceptionnels »…
La presse écrite est du même tonneau ; ainsi Le Figaro, imitant les autres canards subventionnés, pond un article de propagande euphorique dans lequel on lit que « la France évite un krach démographique ».

Pensez donc, bonne gens, les Françaises auraient un taux de fécondité de deux enfants par femme !
« Hourra » crient en chœur les perroquets de l’audience.
Et comme à chaque fois, on se presse d’interroger des experts en expertise, des universitaires tout fripés qui peuvent gloser sur notre glorieuse vitalité…
Sont-ils ignorants ou complices ?
Pourtant, l’étudiant en démographie le plus minable connaît au moins ça : il faut une moyenne de 2,1 enfants par femme pour assurer — d’extrême justesse — le remplacement d’une population !
Là, nous sommes en dessous.
Miraculeusement, un Joseph Macé-Scaron avait eu l’honnêteté de le dire :
« Ces chiffres sont essentiellement dus à l’immigration ! »
Au risque de choquer les âmes sensibles, sans les prolifiques mamans venues d’Afrique noire et du Maghreb, « notre » taux de fécondité s’effondrerait complètement.
En réalité, les Françaises de souche européenne planent au ras du sol démographique, aux alentours de 1,6 enfant par femme peut-être.

En gros, c’est une immense catastrophe.
La France ne veut plus vivre et accepte un grand remplacement.
Si vous n’y croyez pas encore, lisez les pages naissances de la presse régionale ou regardez les photos de classe de la plupart des communes au-dessus de 5.000 habitants.
Ça vous réveillera.
Hasard du calendrier, le livre de Thilo Sarrazin, « L’Allemagne disparaît », est enfin traduit en français.
Membre du Parti social-démocrate, il a dû démissionner de son poste à la Bundesbank suite au tollé provoqué par son opus, décrivant l’effondrement démographique allemand.
Lequel a été vendu à plus de 2 millions d’exemplaires !
Les Allemands se l’arrachent, et le lisent religieusement, la gorge nouée.
Probablement, l’Allemagne ne pourra jamais s’en sortir, le taux ayant sombré à un niveau « irréversible » si l’on en croit les thèses du démographe Alfred Sauvy.
Chez nous, après le regain de l’après-guerre, la fécondité a commencé à décroître en 1964.
La baisse sera régulière jusqu’en 1972, « l’année charnière » de la révolution contraceptive (l’avortement est de facto dépénalisé).
Le « grand craquement » semble dater de septembre 73.
La loi sur l’IVG de janvier 75 aura les mêmes conséquences que son homologue « testée » en RDA : la chute des naissances s’accélérera brutalement jusqu’à un point de non-retour.
C’est au même moment que fut organisé le regroupement familial des immigrés. Vous avez dit bizarre ?

Joris Karl

Source : « bdvoltaire.fr » du 31/03/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

Séniors Au Volant

UNE « ETOILE VERMEILLE » POUR STIGMATISER NOS « VIEUX » QUI CONDUISENT

Dans les tuyaux du gouvernement, qui ne sait plus quoi inventer pour emmerder les automobilistes, voilà qu’il est question d’un autocollant que les seniors devraient arborer sur la lunette arrière de leur véhicule.
C’est ce qui ressort d’un rapport commandé par le Premier ministre qui prépare une loi sur le troisième âge.
Une « étoile vermeille » en quelque sorte, sous forme de « S », pour indiquer que les seniors de 75 ans ont dépassé l’âge « idéal » pour conduire.
Comme si être « vieux » au volant était un handicap, une maladie honteuse ou un danger public.
Une suspicion pour le moins vexatoire quand les statistiques de la Prévention routière indiquent que ces mêmes seniors sont impliqués dans moins de 10 % des accidents, alors que les juniors battent tous les records.
Les conducteurs « âgés » qui, par définition, ont de la bouteille, seraient plus prudents, rouleraient moins vite et ne feraient que rarement de longs déplacements.
Ils sont vraiment très peu à s’adonner à la « fumette » et ne prennent guère le volant en sortant éméchés de boîte de nuit, à quatre heures du matin.
Leur permis de conduire est le plus souvent vierge du moindre point retiré et l’assurance de leur véhicule culmine généralement au maximum du bonus engrangé.
On ne comprend pas, dès lors, cette stigmatisation que les pouvoirs publics veulent infliger à nos aînés qui trustent souvent les diplômes et médailles de « conducteurs exemplaires » de la Prévention routière.

Mais comme il faut toujours justifier les fausses « bonnes idées », les promoteurs de ce projet s’appuient sur l’exemple du Japon où un tel « affichage » est obligatoire après 75 ans, comme l’est chez nous la lettre « A » pour les conducteurs novices, quel que soit leur âge.
Tant qu’on y est, pourquoi ne pas « étiqueter », sur l’arrière de leur véhicule, les sexes respectifs des conducteurs, homme ou femme, les énarques, le corps enseignant, les fonctionnaires, les Lorrains, les chômeurs, les fumeurs au volant, les hébergeurs de chiens, les belles-mères, les beaufs, les gays, les célibataires, les sourds et un raton laveur…
Chacun conduit son véhicule selon son expérience, son tempérament, quel que soit son âge.
Au volant, comme dans la vie, il y a des vieillards de 40 ans comme il y a des « jeunes hommes verts » de 90 ans.
Dans le collimateur du gouvernement qui cherche à amputer leur retraite, les « vieux » en ont ras le bol de ce « racisme » discriminatoire, racisme de l’âge, d’une société où il faut être jeune, beau et riche de préférence, plutôt que vétéran, dinosaure antédiluvien et fier de l’être, évadé de Jurassic Park, mais « vert » comme Abraham, Déon, Picasso ou Charlie Chaplin…
Ce n’est que lorsqu’on a atteint le sommet de la montagne, affirme le sage Khalil Gibran, que l’on peut commencer à grimper.

Et ce n’est qu’avec la sagesse de l’âge que l’on sait vraiment maîtriser son véhicule !

José Meidinger

Source : « bdvoltaire.fr du 17/03/2013

S’il doit y avoir aussi un auto-collant pour ceux qui portent des lunettes, ceux qui sont durs d’oreille, etc… comment le chauffeur pourra-t-il utiliser son pare-brise arrière, surtout si la voiture est prêtée pour aller faire une course ?
N’y a-t-il pas assez d’étoiles dans le ciel pour qu’il faille toujours des hommes pour en inventer une qui sème la pagaille et les zizanies ?
L’étoile de David a disparu depuis la dernière guerre mondiale, nous en entendons encore parler même si nos jeunes n’en ont aucun souvenir.
On dirait des troupeaux qu’on est en train de marquer puis d’envoyer vers tel ou tel parc de’ regroupement, selon sa rentabilité !
Cela suffit ! L’espèce humaine n’est tout de même pas une marchandise, à l’élevage, productive, retraitée, en fin de vie, à euthanasier !

 

 

 


Des Patrons Fraudeurs.

Arnaque à la Sécurité sociale, 1,65 million d’euros

Il s’agit d’une arnaque à la Sécurité sociale de Seine-Saint-Denis, mise en place par le gérant d’une société d’ambulances.
Cet homme d’origine marocaine employait de faux brancardiers et facturait des courses fictives.
Pendant plus de deux ans, l’escroc et son frère, à la tête de quatre sociétés différentes, se faisaient rembourser grâce à des bons de transport tamponnés par les Hôpitaux du département.
Le système était bien rodé :
Le gérant indélicat recrutait des brancardiers disposant d’un agrément et les licenciait très rapidement… tout en conservant leur numéro d’agrément.
Il faisait alors appel à des travailleurs clandestins qui utilisaient lesdits numéros, mais n’effectuaient pas la course.

L’Urssaf estime de son coté avoir été arnaquée de 513.139 € du fait du “travail” dissimulé non déclaré.

Les services de lutte contre la fraude aux prestations sociales ont diligenté une enquête et découvert qu’une partie de l’argent détourné était déjà bien au chaud dans des banques marocaines.

Source : « fr.novopress.info » du 11/03/2013

Bien sûr, nous seront informés que le « trou » de la Sécurité Sociale n’aura pas diminué car ils doivent avoir fait des émules.
Et ils auront mis deux ans pour s’en rendre compte ?
Ceux qui avaient été licenciés n’avaient donc pas retrouvé de travail, même avec un agrément ?

1234

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43