Archive | Politique Flux RSS de cette section

Une Solution Comme Une Autre.

france-deuil

Des promesses non tenues !

Et si, en plein bordel, Hollande cassait sa pipe ?

Grâce aux exploits de ce gouvernement,
qui a réussi à vouloir passer en force sur la loi El-Khomri,
voilà donc la France bloquée par les troupes de choc de la CGT et ses supplétifs islamo-gauchistes.

Et chacun de proposer sa solution !

« Manuel Valls », aussi droit dans ses bottes que « Juppé » en 1995, annonce qu’il maintiendra son projet jusqu’au bout, et ne démissionnera pas.

Les opposants, dopés par leur capacité de nuisance et la faiblesse de ce régime, demandent ni plus ni moins que le retrait de la loi.

« Florian Philippot », au nom du FN, demande également ce retrait, mais en outre la démission de « Manuel Valls » et la dissolution de l’Assemblée nationale.

Il peut toujours attendre.

Il ne reste qu’une seule solution, que personne n’a le courage d’émettre :
Il Faut que celui que « Robert Albarèdes » appelle le scootériste de l’Elysée, voire le libidineux, nous fasse une « Félix Faure » !

Petit cours d’histoire pour les moins instruits.
Alors âgé de 58 ans (4 ans de moins que Hollande actuellement),
le président de la République, « Félix Faure », en pleine affaire « Dreyfus », sollicite, ce 16 février 1899, les services de sa maîtresse, « Marguerite », à 17 heures.
La légende prétend qu’il aurait pris un aphrodisiaque pour être au sommet de sa forme à cette heure précise, mais que « l’entretien » aurait mal tourné.
Peu de temps après que le couple se fut installé dans le « salon bleu » de l’Élysée, le chef du cabinet, alerté par des cris, aurait découvert le président, sans autre vêtement qu’un gilet de flanelle, râlant, allongé sur un divan et la main crispée dans la chevelure de sa maîtresse, tandis que « Marguerite », déshabillée, réajustait ses vêtements en désordre.

Et naturellement, « Clemenceau », qui ne ratait jamais un bon mot, ne put s’empêcher de commenter l’événement :

«Il voulait être César, il ne fut que Pompée !».

La malheureuse Marguerite fut rapidement surnommée «Pompe funèbre», et mourut, cinquante-cinq ans après l’événement, en Grande-Bretagne, dans le Sussex (cela ne s’invente pas…).

Si un tel destin arrivait à Hollande, cent-dix-sept ans plus tard, la question n’est pas de savoir qui serait la « Marguerite 2016″, bien qu’évidemment, cela passionnerait les foules.
Peu importe que cela fût la mère de ses quatre enfants,
la journaliste avec qui il commença son mandat,
l’actrice avec qui il le continua,
ou une quelconque ministre ou secrétaire d’Etat venue « dialoguer » avec le Président.
Ce qui nous intéresse est bien évidemment politique :
Que se passerait-il si le palpitant du libidineux flanchait, comme a flanché celui de « Félix Faure » ?

Rappelons que, dans d’autres circonstances, le 2 avril 1974, « Georges Pompidou », en plein exercice de son mandat, trouva la mort, rongé par une cruelle maladie.
Que se passa-t-il alors ?
Ce fut d’abord le président du Sénat, « Alain Poher », qui assura l’intérim du Président.
Puis, ensuite, il ne fallut qu’un seul mois pour organiser les élections présidentielles, les 5 et 19 mai 1974, qui virent « Giscard d’Estaing » battre « Mitterrand » et succéder à « Pompidou ».

Donc, que se passerait-il si le scootériste de l’Elysée cassait sa pipe (facile),
ou passait l’arme à gauche (facile aussi…),
en plein bordel, que, par son incompétente, il aurait créé ?

« Gérard Larcher », président du Sénat, assurerait l’intérim.

On ignore si les syndicalistes arrêteraient tout, ou bien si « Valls » aurait trouvé la porte de sortie pour sauver la face, mais les mouvements s’arrêteraient de suite, et la vie reprendrait son cour.

Mais la « sortie de route » du « Guignol de l’Elysée » mettrait une gigantesque pagaille dans les appareils politiques du PS et des Républicains, qui ont tout programmé pour l’échéance de mai 2017.

Imaginez le « pastaga » chez les Républicains…
Terminées les primaires, plus le temps !
Et donc, « Sarkozy » s’auto-proclamerait, vu son statut de chef du Parti, candidat.
Ce que, bien évidemment, « Juppé » ne pourrait accepter. Donc, la primaire « Sarkozy-Juppé » aurait lieu lors du premier tour !
Et pendant ce temps-là, tous les autres postulants se vendraient au plus offrant, mais il faudrait faire très vite !
Il n’est pas certain que l’ancienne UMP résisterait à un tel séisme.

Et au PS, je préfère ne pas y penser.
Naturellement, « Manuel Valls » penserait que son heure est venue.
Mais « Macron » n’aurait peut-être pas envie d’attendre encore cinq ans.
« Cambadélis » offrirait ses services à celui qui serait en tête dans les sondages.
Quant à l’aile gauche, elle réclamerait, bien évidemment, une autre politique, vraiment à gauche, et nous balancerait peut-être un « Montebourg »
Le PS risquerait d’exploser, surtout que les postes de députés qui suivraient la présidentielle risqueraient d’être fort rares.

Naturellement, « Méluche », dopé par des sondages qui le donnent à la même hauteur que Hollande, en ce moment, irait au mastic, et le pire est que cela pourrait marcher !

Une partie des Verts, derrière « Cosse » et son « Beaupin », soutiendrait le PS dès le premier tour, en échange de quelques strapontins de députés, l’autre moitié derrière « Duflot », aurait envie d’y aller.
Mais les caisses sont vides, et il faut faire 5 % pour être remboursé.

« Dupont-Aignan », toujours insensible à ce qui se passe autour, continuerait à la jouer solo, espérant faire 5 % et rentrer dans ses frais.

Et le FN ?
Il serait sans doute celui qui serait le moins perturbé par cette nouvelle, car chez eux, le scénario est clair :
c’est Marine, même si le climat interne n’est guère fameux, et que l’opération Béziers, de Robert Ménard, n’a guère été appréciée.
Mais la candidate, qui avait prévu de prendre du recul durant cette année, pour aller à la rencontre des Français et peaufiner son programme, devrait redescendre dans l’arène au plus vite.

Reste la seule question qui compte.
Cette disparition prématurée du scootériste libidineux de l’Elysée prendrait-elle tout le monde de court, et serait-elle profitable à la candidate du camp patriote, qui, grâce à ce coup du sort, se retrouverait à l’Elysée dès 2016, à la surprise générale… ?

Si tel était le cas, ne faudrait-il pas décorer de la Légion d’Honneur la « Marguerite 2016″, pour services rendus à la Nation ?

Cyrano

http://ripostelaique.com  du 30/05/2016

La Russie Souveraine Attaquée !

poutine vladimir

Vladimir Poutine !

La souveraineté de la Russie est-elle à vendre ?

Pour « Alexey Kudrin », la souveraineté de la Russie doit s’effacer devant les intérêts économiques, c’est du moins ce qu’il a voulu dire à demi-mots à « Vladimir Poutine » en lui « conseillant » de « réduire les tensions géopolitiques ».

Ceci dénote un culot certain, puisque les seules « tensions géopolitiques » dont la Russie peu être considérée comme étant à l’origine sont des actions en réponse aux agressions des pays occidentaux :

La Russie interdit les importations de produits occidentaux ?
C’est une simple réponse aux sanctions économiques contre elle !

Moscou déclare déployer des régiments défensifs à ses frontières ouest ?
C’est une réponse aux manoeuvres massives de l’OTAN dans les Pays Baltes et en Pologne !

Moscou déclare déployer des missiles à Kaliningrad ?
C’est une réponse au déploiement de missiles de l’OTAN en Roumanie.
On ne rappellera pas qu’en Syrie Moscou est la *seule* puissance avec l’Iran, a opérer légitimement (à la demande du Président Assad) alors que toutes les autres le font sans aucun mandat d’aucune organisation… Etc., etc.

Pour « Kudrin », en d’autres termes, si la Russie accepte de s’écraser devant les menaces occidentales, les investisseurs y retourneront, et l’économie pourra repartir.

La réponse de « Vladimir Poutine » a été claire :
– Un, la Russie ne bradera pas sa souveraineté quelques soient les conséquences !
- Deux, il – « Vladimir Poutine » – la défendra jusqu’à ses derniers jours !

Alors à quel jeu joue « Kudrin », que l’on trouve à toutes les sauces dans les medias Russes ?
« Kudrin » a une aura de « grand économiste », titre attribué par les pays occidentaux qui depuis des années, sans peur du ridicule, prévoient son retour au gouvernement en Russie, qu’il a quitté en 2011 après avoir été renvoyé par le Premier Ministre « Medvedeev », après 11 ans au Ministère des Finances.

Adepte d’une politique économique que certains qualifient comme étant « alignée sur les politiques occidentales », « Kudrin » ne fait pas l’unanimité au sein du Pouvoir en Russie :
Certains le qualifient de « membre de la 5-ème colonne«  qui vise à l’affaiblissement de la Russie au profit d’une domination américaine, d’autres ne jurent que par lui.

Il n’est un secret pour personne en Russie que de plus en plus de hauts responsables aimeraient voir « Vladimir Poutine » plus offensif et moins diplomate, faisant valoir que les occidentaux sont en train de mettre en place un vaste plan d’attaque, non seulement économique mais également militaire, contre la Russie.

De l’autre côté, les « pro-occidentaux » sans réellement dénier ce danger prônent une tolérance accrue envers les pays occidentaux et les prises de position de « Kudrin » sont à placer dans ce contexte.
Et tant au vu de la situation économique guère brillante il faut bien le reconnaître, que de la situation géopolitique où le risque d’une confrontation n’a jamais été aussi grand, il semble que « Vladimir Poutine » va devoir prendre des décisions importantes.
Certains voient un limogeage de « Medvedeev », vu comme « pro-occidental », ce qui n’est d’ailleurs pas totalement faux – ni totalement vrai !
Ce qui est certain, c’est que l’immense popularité de « Vladimir Poutine » est faite sur la base de sa politique internationale forte.

Les Russes globalement sont prêts à accepter un mauvais contexte économique en échange d’une politique internationale forte, et ceci devrait pousser « Vladimir Poutine » à prendre des décisions fortes n’allant assurément pas dans la direction d’un abandon de la souveraineté de la Russie.

https://jeanfouche.wordpress.com   du 30/05/2016

 

 

 

 

Le Futur N’ Est Plus Ce Qu’ Il Etait !

attention1

Et les aléas naturels ?

« Didier Schmitt » rappelle ici la nécessité d’anticiper, de construire l’avenir, en se projetant sur le long terme pour pouvoir faire face aux bouleversements – « tant géopolitiques que technologiques » – auxquels nous ne sommes pas préparés.

« Didier Schmitt » est responsable diplomatie, sécurité et politique spatiale au Service européen pour l’action extérieure.
Il est l’auteur d’un ouvrage intitulé « Antéversion : ce qu’il faut retenir du futur ».

Marcher requiert de regarder légèrement devant soi pour éviter de trébucher.

Courir nous force à scruter bien plus loin.
Ce simple bon sens peut s’appliquer à la prospective.
Nous courons de plus en plus vite dans le monde des sciences, de la technologie et de l’innovation, et paradoxalement nous devons regarder toujours plus loin afin de guider les choix de société.

Un œil nouveau

Le livre « « Antéversion » : ce qu’il faut retenir du futur », qui vient de paraître, a pour objectif de nous sensibiliser à cette notion.
Il dépeint des changements sociétaux futuristes d’ici une à deux générations.
Ses brèves histoires ne sont pas pour autant de la science-fiction, mais plutôt une « fiction scientifique »… elles déchirent le rideau du présent pour nous dévoiler ce qui se profile à un horizon raisonnable.
« Antéversion » est aussi un changement de paradigme dans le style, car il ambitionne à la fois d’être un éclaireur pour les décideurs et pour « l’homme de la rue ».

Une vision de société bousculée par la technologie

Non seulement les décideurs, mais aussi chaque citoyen devraient se soucier de ce que les prochaines décennies vont nous apporter.
Il y a une nécessité, en particulier pour les jeunes, d’entrevoir leur monde d’après-demain afin d’orienter leurs choix pour éviter une économie chroniquement déprimée.
Étant donné que les adolescents actuels prendront leur retraite autour de 2080 – si cela fait encore sens à ce moment-là – et certains occuperont des emplois que nous pouvons à peine imaginer aujourd’hui.
Alors, quid de se préparer dès maintenant à l’éducation et la formation sans enseignants ou à une révolution dans la synthèse et la représentation de l’information.
Bien d’autres aspects vont être chamboulés, comme :
- une santé préventive sans médecin,
- des guerres sans soldats,
- des enquêtes sans enquêteurs,
- voire des Jeux olympiques bioniques,
- des vêtements polymorphes,
- ou de communiquer des sentiments par la pensée.

La confluence technologique ne fait que commencer

Nous avons vu ce que donne la convergence des technologies, comme dans les « Smartphones », qui fait que nous avons des centaines de brevets dans la paume de la main.
La prochaine révolution sera une confluence de pans technologiques entiers, comme :
- l’intelligence artificielle, – la robotique avancée, – les capteurs ubiquitaires,
- les manipulations génétiques sans limites
- et les nano-neuro-biotechnologies.
Ces bouleversements sans précédent nous jettent dans un monde auquel nous ne sommes pas préparés.
Pas même pour les emplois qui disparaîtront et encore moins pour ceux qui apparaîtront.
Par exemple, allons-nous toujours délivrer des licences de taxis à vie alors que les voitures sans chauffeur sont déjà une réalité, ou former des traducteurs lorsque des algorithmes d’auto-apprentissage sont sur le point d’engendrer une deuxième révolution numérique ?

La politique en retard d’un train

Les dirigeants sont essentiellement focalisés sur le court terme et les réélections, comme le sont leurs conseillers.
En ce sens, cette focalisation sur 4 à 5 années de mandat devient un sérieux handicap dans une société qui avance déjà plus vite que les décisions politiques.
Nous ne pouvons plus nous permettre d’avoir des politiques publiques seulement réactives !
Certes, gouverner c’est prévoir…mais prévoir s’est restreint aujourd’hui à l’avenir du passé.
Nous avons besoin de prospective, car avec l’accélération du temps nous devons échapper aux idées préconçues. La prospective est là pour révéler le futur du futur.

Au-delà des frontières

Il y a des instabilités à tous les niveaux : géopolitique, économique, financière et sociale.
La seule certitude est le rythme exponentiel de la science et des technologies.
Cela signifie que la planification au niveau national ne suffit plus à façonner notre avenir…notamment face aux monopoles dans les services à l’échelle mondiale.
Comme l’avenir se rapproche de plus en plus vite, nous devons utiliser la « Technosphère » pour façonner une « Europhère », surtout à un moment où l’euroscepticisme perdure.
L’Europe, qui si souvent doute d’elle-même, a pourtant un rôle crucial à jouer au travers de son capital culturel et historique qui saura constamment replacer l’homme au centre de cette course effrénée.

Épilogue

Comme l’a écrit « Claudie Haigneré » – ancienne ministre française de la Recherche – dans la préface du livre « Antéversion » :

« il est de la responsabilité de notre humanité, de maitriser ces innovations, de se les approprier, pour configurer l’avenir en un futur souhaité. »

Le futur est optimiste…en ne voulant pas l’appréhender, nous sombrons trop facilement dans le pessimisme. L’anticipation est une passerelle vers l’optimisme, car seul le futur a de l’avenir.

Didier Schmitt

http://www.euractiv.fr  du 31/05/2016

Et l’espèce humaine, comme tout ce qui existe dans cet univers… sur notre planète que nous maltraitons avec tant de frénésie, devra, une fois de plus, ne pas oublier de compter avec les aléas naturels qui ne sont pas calculables.
Dame Nature agit comme bon lui semble et non sur nos ordres…elle se fâche contre un mondialisme prétentieux !

Quizz « La Grande Parade Métèque » ?

masques-300x300 (1)

C’est Carnaval !

Jusqu’à présent, j’associais plutôt parade et cirque.
Certes je connaissais la parade amoureuse de certains animaux, la parade militaire sur les Champs-Elysées… mais la parade des métèques, ça c’est une innovation.

Les Athéniens qui faisaient l’honneur aux étrangers de leur permettre de vivre dans leur Cité avec un statut particulier -celui de métèque- doivent se retourner dans leur tombe.
Un métèque n’est ni inférieur ni supérieur, il est un « non-citoyen ».
Ce qui ne l’empêche pas de vivre bien, en harmonie avec les citoyens.
Un métèque ne défile pas pour se prétendre athénien.
Ou alors c’est qu’il n’est pas métèque mais qu’il est devenu un citoyen athénien…
Tout change, ma pauvre madame Michu… Rome n’est plus dans Rome.
Les étrangers ne sont plus à l’étranger.
Les citoyens se prennent pour des métèques et les métèques pour des citoyens…
La Seine Saint-Denis n’est plus en France…

Voici donc le cirque de l’immigration.
Naturellement « Télérama » en fait des gorges chaudes et soutient activement le projet.
J’ai longtemps été abonnée à « Télérama », alors même que je n’avais pas – et n’ai toujours pas- la télé parce que leurs pages livres et cinéma permettaient de découvrir quelques pépites ici et là.
Mais j’ai peu à peu compris à quel point, derrière le projet culturel il s’agissait d’une manipulation indigne des esprits.
Leur compte-rendu du livre de « Sylvain Goughenheim » ,« Aristote au Mont-Saint-Michel », putassier à souhait, a mis le feu aux poudres.
Je les ai quittés.
Définitivement.

Entretien express avec « Damien Villière », membre du comité de pilotage de cette manifestation qui se déroule en Seine-Saint-Denis, et dont l’objectif est de “s’emparer du débat autour de l’immigration de façon festive”.
(http://www.telerama.fr/sortir/grande-parade-meteque-sortir-de-ce-fantasme-de-l-immigration-vu-comme-un-probleme,142996.php)

D’où vient l’idée de la Grande Parade métèque ?

Elle a germé il y a environ quatre ans. C’était avant les attentats et la percée du FN aux régionales, mais déjà nous trouvions que le débat autour de l’immigration devenait nauséabond, que les politiques ne portaient plus ce sujet. Nous avons donc décidé, en tant que citoyens du 93, voisins, amis, de nous en emparer et de le porter sur la place publique de façon festive, avec la volonté de sortir de ce fantasme de l’immigration vue comme un problème, alors qu’elle est dynamique, rapporte de l’argent.

C’est quoi la Grande Parade (métèque)?

Ce n’est pas une manifestation contre quelque chose :
On fait la fête des Métèques pour revendiquer avec fierté nos origines, nos composantes.
C’est aussi un événement où l’on mise sur le participatif :
Deux mois avant, on ouvre des ateliers où ceux qui le souhaitent viennent construire des éléments de la parade.
(Comme le carnaval de Rio ou « Halloween » d’outre-Atlantique ! Encore des manifestations que veulent imposer les mondialistes à des citoyens fiers de leurs traditions et résistants malgré toutes leurs manœuvres – pelosse)

Gageons que demain se presseront à la Grande Parade une majorité de bobos et islamo-collabos qui n’habitent pas la Seine Saint-Denis (pas fous, hein !) mêlés à quelques militants haineux des Indigènes de la République... mais que les authentiques immigrés, avec leurs « niqabs », leurs « kamis » et leur halal ne viendront pas se mélanger à des Koufars descendant de Français d’origine, de Portugais ou d’Italiens.

Faut pas mélanger les torchons et les serviettes, quoi qu’on en dise.
Ou plutôt quoi que veuillent nous faire croire les organisateurs de cette parade… politique.
Et rien d’autre.

Christine Tasin

http://ripostelaique.com

Ils sont dessus depuis deux mois et nos médias n’en ont pas soufflé mot ?
Craignent-ils de ne pas avoir de casseurs à envoyer dans ce genre de manif ?
C’est bizarre quand ils nous pompent l’air avec le foot à la moindre occasion.
A moins qu’ils craignent un attentat…les mahométans ne sont pas tous d’accord mais se servent des mêmes armes !
Il n’y a rien eu, l’honneur gouvernemental est sauf !
Et ils disent qu’ils sont fauchés, faudrait peut-être aller faire des contrôles.

Hillary Clinton Confirme Et Signe !

unclesamaff2

Goliath et David !

Un nouvel email d’ « Hillary Clinton », rendu public récemment, confirme que l’administration Obama a délibérément provoqué la guerre civile en Syrie, car c’était la « meilleure manière d’aider Israël  ».

Preuve de sa nature psychopathe et meurtrière, elle a aussi écrit que c’était une« bonne chose  » de menacer personnellement de mort la famille de « Bashar Al-Assad ».

Dans cet email, publié par Wikileaks, la secrétaire d’État « Clinton » dit que la «meilleure manière d’aider Israël serait d’utiliser la force» en Syrie afin de renverser le gouvernement.

Le document en question fait partie des nombreux fichiers qui ont été déclassifiés par le Département d’État américain sous le numéro de dossier F-2014-20439, Doc NO. C05794498, suite au tollé suscité par la découverte du serveur email privé qu’elle utilisait chez elle, lorsqu’elle servait en tant que secrétaire d’État entre 2009 et 2013.

Bien que la transcription de Wikileaks date l’email du 31 décembre 2000, c’est une erreur de leur part, puisque le contenu de l’email (en particulier la référence aux tractations entre l’Iran et l’Occident à Istanbul au sujet du programme nucléaire au mois de mai 2012) démontre bien que cet email a en fait été envoyé le 31 décembre 2012.

Cet email montre clairement que depuis le tout début de la crise syrienne, la politique américaine a été de renverser violemment le gouvernement syrien – et ceci spécifiquement parce que c’était dans les intérêts d’Israël.

Hillary Clinton Confirme Et Signe ! dans MONDIALISME

«La meilleure manière d’aider Israël à gérer la capacité nucléaire grandissante de l’Iran est d’aider le peuple syrien à renverser le régime de « Bashar Assad »»,

annonce franchement « Hillary Clinton ».

Bien que les rapports des services secrets américains aient depuis longtemps abandonné l’idée que le programme nucléaire iranien se met en place aux fins d’obtenir la bombe atomique (cette conclusion est aussi soutenue par l’Agence Internationale de l’Energie Atomique),
Clinton continue de manier ces mensonges pour « justifier », la destruction de la Syrie au nom d’Israël.

Elle relie spécifiquement le programme légendaire de la bombe atomique iranienne à la Syrie parce que, dit-elle, le programme de « bombe atomique  » menace le « monopole  » d’Israël sur les armes nucléaires au Moyen-Orient.

Si l’Iran devait acquérir l’arme nucléaire, assure « Clinton », cela permettrait à la Syrie (et à d’autres « adversaires d’Israël  » comme l’Arabie Saoudite et l’Égypte) de « se mettre aussi au nucléaire », ce qui menacerait les intérêts d’Israël.
Aussi, d’après elle, la Syrie doit être détruite.

« Le programme nucléaire iranien et la guerre civile syrienne peuvent sembler déconnectés, mais ils ne le sont pas.
Ce dont les chefs militaires israéliens s’inquiètent – mais dont ils ne peuvent pas parler – est de perdre leur monopole nucléaire.

La capacité de l’Iran d’acquérir des armes nucléaires ne signifierait pas seulement la fin de ce monopole, mais pourrait aussi pousser d’autres adversaires, comme l’Arabie Saoudite ou l’Égypte à se mettre aussi au nucléaire.
Le résultat serait un équilibre nucléaire fragile dans lequel Israël ne pourrait pas répondre aux provocations par des frappes militaires conventionnelles en Syrie ou au Liban, telles qu’elles sont pratiquées aujourd’hui.

Si l’Iran devient un état à armes nucléaires, Téhéran trouvera bien plus simple d’appeler ses alliés en Syrie et le Hezbollah à frapper Israël, sachant que ses armes nucléaires dissuaderont Israël de lui répondre.  »

C’est, continue « Clinton », la « relation stratégique entre l’Iran et le régime de « Bashar Assad » en Syrie » qui permet à l’Iran de saper la sécurité d’Israël.

Elle n’implique pas une « attaque directe  » de l’Iran, admet « Clinton », car « durant les trente années d’hostilité entre l’Iran et Israël  », cela n’est jamais arrivé par son biais, mais par leurs « mandataires » supposés.

La fin du régime Assad entraînerait la fin de cette alliance dangereuse. Le commandement d’Israël comprend bien pourquoi vaincra Assad est maintenant dans ses intérêts.

Le déposer ne serait pas simplement une aubaine pour la sécurité d’Israël, cela calmerait aussi sa peur compréhensible de perdre son monopole nucléaire.

Ensuite, Israël et les États-Unis pourraient développer un point de vue commun quand le programme iranien serait si dangereux qu’une action militaire devra être garantie.

Clinton continue en affirmant que menacer directement « Bashar Al-Assad » « et sa famille  » par des actes de violence est la « bonne chose  » à faire :

En bref, la Maison-Blanche peut calmer la tension qui s’est développée avec Israël au sujet de l’Iran en faisant la bonne chose en Syrie.

Avec sa vie et celle de famille en risque, seule la menace ou l’usage de la force pourront changer l’état d’esprit du dictateur syrien « Bashar Assad » » .

L’email prouve – comme s’il en fallait une nouvelle preuve – que le gouvernement américain a été le sponsor principal de la croissance du terrorisme au Moyen-Orient, tout cela dans le but de « protéger Israël  ».

Cela fait par ailleurs réfléchir de considérer que la crise des « réfugiés » qui menace aujourd’hui de détruire l’Europe, a été directement déclenchée par l’action du gouvernement américain, dans la mesure où il y a d’authentiques réfugiés qui fuient la guerre civile en Syrie.

De plus, plus de 250 000 personnes ont été tuées durant le conflit syrien, qui s’est étendu en Irak, grâce à l’administration « Clinton-Obama » soutenue par les « rebelles » qui ont attisé la guerre en Syrie.

§§§§§§

La possibilité réelle et dérangeante qu’une psychopathe comme « Clinton » – dont la politique a infligé mort et misère à des millions de gens – pourrait devenir la prochaine présidente des Etats-Unis est la pensée la plus profondément choquante parmi toutes.

§§§§§§

Son affirmation publique que si elle était élue présidente, « la relation avec Israël passerait au niveau supérieur », place « Hillary Clinton » et Israël pas seulement comme les ennemis de quelques États arabes du Moyen-Orient, mais de tous les amoureux de la paix sur terre.

(traduction par « Enrique Malebranche »)

source : http://newobserveronline.com

http://www.wikistrike.com  du 28/05/2016

Snowden Et Tout Ce Qu’ Il Dévoile !

uncle-sam

D’accord avec leurs caniches !

Edward Snowden explique comment la « NSA » surveille les journalistes !

Lors d’une vidéoconférence à Göteborg (la deuxième plus grande ville de Suède), « Edward Snowden » a dévoilé les méthodes utilisées par les services spéciaux américains pour détecter les sources des journalistes.

L’ex-collaborateur de l’Agence nationale de la sécurité des Etats-Unis (NSA) « Edward Snowden » a raconté, à l’occasion d’une vidéoconférence pour les journalistes-investigateurs à Göteborg, comment les services spéciaux pouvaient détecter les sources des journalistes, rapporte le journal suédois « Dagens Nyheter ».

Selon Monsieur « Snowden », ils effectuent des cyberattaques contre les journalistes et piratent leurs ordinateurs.

« Les services de renseignement détectent le journaliste peu de temps après la fuite »,

a déclaré « Edward Snowden », cité par le journal.

Ensuite, ils analysent tous ses contacts.
Une fois la famille et les amis supprimés de la liste, les services de renseignements épluchent les contacts restants pour détecter la source, a souligné l’ex-collaborateur de « NSA ».

« Ils examinent toute les communications pour étudier les conversations du journaliste.
La liste se réduit et ils détectent enfin la source »
,

a-t-il dit.
Pour apprendre cette information, la « NSA » n’a besoin que de métadonnées, c’est-à-dire des informations sur les contacts du journaliste et des dates de ses conversations.
Autrement dit, la « NSA » n’a pas besoin de contrôler les appels téléphoniques ou les messages du journaliste.

« Les journalistes sont toujours piratés par l’intermédiaire de leurs courriers électroniques.
Au moment où ils ouvrent des messages avec des fichiers malveillants, les services de renseignement les piratent »
,

a-t-il expliqué.

A la question de savoir si les services spéciaux auraient pu éviter les attaques terroristes de Paris et de Bruxelles s’ils avaient contourné les systèmes de sécurité cryptographique des terroristes, Monsieur « Snowden » a répondu que les terroristes ne recouraient jamais au cryptage.
D’après « Edward Snowden », ils utilisent du matériel simple qu’ils jettent à la poubelle après leurs crimes.

En 2013, « Edward Snowden » a transmis au « Washington Post » et au « Guardian » plusieurs documents classifiés concernant un programme informatique secret, baptisé « PRISM », qui permettait aux Etats-Unis de surveiller les échanges électroniques des utilisateurs d’Internet tant sur le sol américain que dans le reste du monde.

Il a ensuite quitté les Etats-Unis pour Hong Kong, d’où il a pris un vol à destination de Moscou.

Une fois sur le sol russe, il s’est retrouvé coincé pendant quelque temps dans la zone de transit de l’aéroport car les autorités américaines avaient annulé son passeport, l’empêchant ainsi de quitter immédiatement le territoire de la Fédération de Russie.

En août 2014, la Russie lui a accordé un permis de résidence pour une durée de trois ans à condition qu’il mette fin à son activité contre les Etats-Unis.

https://fr.sputniknews.com/international/201604091024093538-snowden-nsa-journalistes/  du 09/04/2016

§§§§§§

Le journal en ligne « Intercept » s’apprête à élargir l’accès aux documents obtenus et révélés par « Edward Snowden », ex-employé de la « National Security Agency » (« NSA ») américaine.

Le grand public ferait bien de se préparer à des révélations choc, estime le journaliste « David Miranda », dans une interview accordée à la chaîne « RT ».

La publication par le journal « Intercept » de nouveaux documents obtenus et classifiés par Monsieur « Snowden » a été annoncée par l’ex-employé de la « NSA » le 16 mai dernier.
Selon Monsieur « Miranda », le nombre très élevé de surprises sont présentes dans ces documents, dont une partie n’a pas encore été utilisée.

Selon l’interlocuteur de la chaîne « RT », les journalistes ont été soumis à une pression constante, parce que beaucoup de gens voulaient connaître le contenu des documents.
Monsieur « Miranda » explique que les discussions sur la nécessité de cette publication sont allées bon train au cours des dernières années, mais la décision a finalement été prise.

Pour Monsieur « Miranda », elle s’explique par le besoin d’avertir le monde et l’opinion publique.

Il souligne l’existence d’une pression de la part des autorités qui ne veulent pas voir ces documents publiés.

Cependant, le journaliste croit que seuls les documents qui sont utiles « pour la société » sont rendus publics.

source : https://fr.sputniknews.com/international

http://www.citoyens-et-francais.fr  du 27/05/2016

Sans Papiers Dans La Police U.E. ?

angelamerkel

Le Grand Bazar !

La police bavaroise est prête à embaucher des migrants sans exiger la citoyenneté allemande !

La nouvelle a été annoncée par le ministre bavarois de l’Intérieur, « Joachim Herrmann », qui a évoqué le lancement de la campagne le 23 mai dernier à Nuremberg.

«Notre expérience a montré que des employés de souche étrangère réussissent plus à trouver une meilleure approche avec les migrants»,

a déclaré le ministre.

En Bavière, une campagne pour embaucher des policiers étrangers même s’ils n’ont pas de passeport allemand a été lancée.
Le mouvement a pour but d’aider à résoudre des crimes impliquant des migrants.
selon la station de radio « Bayerische Rundfunk ».

Ils développent «une ligne directe» avec des étrangers parce qu’ils parlent la même langue et savent comment ils pensent, a ajouté le ministre, rapporte le média « Merkur ».

«Je suis optimiste qu’ainsi nous pourrons améliorer notre capacité à résoudre les crimes et à réduire les conflits»,

s’est félicité le ministre.

Le lancement de cette campagne a été décidé après une vague de meurtres de migrants perpétrés par un groupe local néo-nazi, bien que l’idée était apparue avant la réalisation de ces crimes, a indiqué Joachim Herrmann. «Nous devons réaliser que ce ne serait pas une mauvaise chose d’avoir plus de collègues étrangers», a-t-il déclaré.

La police ne favoriserait pas les migrants qui ont déjà un passeport allemand par rapport à ceux qui n’en ont pas.
Par ailleurs, la police bavaroise embauche des étrangers depuis 1993.
Ainsi, au cours de ces 23 années, 159 policiers sans passeports allemands ont été embauchés.
Ce sont pour la plupart les Turcs (57), des Italiens (17) et des Croates (16).

Mais indépendamment de sa nationalité, une personne qui veut intégrer la police bavaroise doit passer de sévères tests d’entrée.
Ces règles d’admission ne changeront pas pour les candidats étrangers, prévient toutefois « Joachim Hermann ».

source : https://francais.rt.com/international

http://www.citoyens-et-francais.fr  du 27/05/2016

Nagasaki Ou La Vengeance De Yahvé !

nucléaire

Pourquoi Nagasaki ?

Le bombardement de Nagasaki, totalement inutile d’un point de vue stratégique après l’atomisation d’Hiroshima, était en fait une vengeance de Yahvé, dieu des juifs, car pendant des siècles Nagasaki avait été un haut lieu de crucifixion de l’envahisseur judéo-chrétien.

De 1587 à 1873 des missionnaires, des prédicateurs et des traîtres convertis à cette religion racialement étrangère avait régulièrement été crucifiés afin d’aller plus vite rejoindre leur dieu juif dont, affirment-ils eux-même, toute souffrance les rapproche. 
Les autorités japonaises leur imposaient plusieurs promenades d’infamie avec l’annonce publique de leur délit et la sentence écrite devant le cortège.
Puis ils recevaient des châtiments corporels :
les soldats japonais leur tranchaient une partie de l’oreille gauche, châtiment atténué inspiré de celui qu’on appliquait aux malfaiteurs au Japon, lequel consistait à amputer du nez et des oreilles.
Ensuite, à leur arrivée sur une colline dominant Nagasaki et la mer, ils étaient attachés à des croix par des carcans métalliques autour des chevilles, des poignets et du cou, élevés à la verticale et exécutés par deux ou trois coups de lance qui, traversant les flancs, transperçaient le cœur.
D’après la sentence et suivant les lois japonaises, les corps devaient rester en croix jusqu’à ce qu’ils tombent d’eux-mêmes, l’exhibition brutale des corps suppliciés étant à même d’inspirer la terreur et le rejet pour les autorités japonaises puisque la peine de mort attendait ceux qui adopteraient le judéo-christianisme.
Peines justifiées et plutôt légères comparées à la lente agonie des crucifiés en Orient.

Les effroyables tourments imposés aux Asiatiques par les judéo-chrétiens furent immensément supérieurs !
75 000 des 240 000 habitants de Nagasaki furent tués sur le coup, mais autant d’habitants décédèrent des suites de leurs maladies ou de leurs blessures — non seulement des Japonais mais aussi 13 000 Coréens, travailleurs forcés dans leur grande majorité, et même 200 prisonniers de guerre alliés !!!
L’Empereur « Hiro-Hito » avait donc fait preuve de sagesse et de logique en s’alliant avec le Blanc antichrétien Hitler contre les Blancs judéo-protestants anglo-américains :
Racisme oui, xénophobie non !

Autre Que Réseau Social

Etat Islamophile Contre Nos Patriotes !

Nobel

Les Français sont sacrifiés !

Désarmer les Français qui voudraient se défendre face aux « kalachnikov » !

« Patrick Calvar » est le directeur général de la Sécurité intérieure.
Il a été nommé en mai 2012.
Il était auditionné, ce 10 mai, par la Commission de la défense et des forces armées.

Il a expliqué que la France était le pays le plus menacé par « Daech » et « Al-Qaïda ».
Il a tenu ces propos :

« Si les attentats de novembre dernier ont été perpétrés par des kamikazes et par des gens armés de kalachnikov ayant pour but de faire le maximum de victimes, nous risquons d’être confrontés à une nouvelle forme d’attaque :
une campagne terroriste caractérisée par le dépôt d’engins explosifs dans des lieux où est rassemblée une foule importante, ce type d’action étant multiplié pour créer un climat de panique. »

Il a expliqué que la piste des migrants était utilisée par les terroristes.
Ne laissant aucune ambiguïté sur ce qui nous attend, il a affirmé :

« Pour finir, la question relative à la menace n’est pas de savoir si, mais quand et où. »

On aurait donc pu attendre d’un tel homme que, s’adressant à la représentation nationale, il pose quelques questions incontournables.

Après le Bataclan et Bruxelles, peut-on continuer à avoir des frontières ouvertes, et donc laisser entrer de possibles futurs terroristes ?

Doit-on laisser en liberté sur le territoire national des adeptes de la charia, qui peuvent passer à l’action à tout moment ?

Peut-on continuer à laisser des mosquées prêcher la haine contre les infidèles, au nom des textes coraniques ?

Ne doit-on pas avoir une réflexion sur des forces politiques hostiles à notre pays et à ses forces de l’ordre ?

Manifestement, ce ne sont pas les priorités de celui qu’on présente comme le « patron » de la Sécurité intérieure.


Ainsi, il conclut son audition par ces propos ahurissants :

« Cela d’autant que l’Europe est en grand danger :
Les extrémismes montent partout et nous sommes, nous, services intérieurs, en train de déplacer des ressources pour nous intéresser à l’ultra-droite qui n’attend que la confrontation.
Vous rappeliez que je tenais toujours un langage direct… eh bien, cette confrontation, je pense qu’elle va avoir lieu.
Encore un ou deux attentats et elle adviendra.
Il nous appartient donc d’anticiper et de bloquer tous ces groupes qui voudraient, à un moment ou à un autre, déclencher des affrontements intercommunautaires. »

« Calvar » a compris que « Je suis Charlie », les bougies et les fleurs ne survivront pas à un, voire deux prochains attentats.
Mais sa hantise est une révolte du peuple de France contre les assassins, ce qu’il appelle des affrontements inter-communautaires.

Il va donc retirer des effectifs utilisés jusqu’à ce jour contre les terroristes pour les mobiliser contre ce qu’il appelle « l’ultra-droite », autrement dit les groupes patriotiques qui refusent l’immigration de masse, celle qui entraîne l’islamisation, et ensuite le terrorisme.

Devons-nous comprendre que la priorité du « patron » de la Sécurité intérieure va être de traquer les sites de la réinfosphère, de demander de nouvelles dissolutions d’organisations patriotiques et de désarmer les Français qui, anticipant « la guerre civile qui vient », comme l’écrivait « Ivan Rioufol » dans son dernier livre, se sont équipés en conséquence pour faire face aux « kalachnikov » ?

Devons-nous comprendre que le message de Calvar est ?

« Français, nous ne sommes plus capables de vous protéger, beaucoup d’entre vous vont mourir, mais nous vous interdirons de vous défendre » 

J’ai bien peur que oui…

Pierre Cassen

http://www.bvoltaire.fr/  du 24/05/2016

Policiers Agressés, Gauchisants Protégés !

cazeneuve-et-le-djihad

Cazeneuve doit démissionner.

Au lendemain des manifestations de policiers contre la « hainte anti-flic », à l’heure où les langues se délient au sein des forces de l’ordre pour dénoncer les instructions de laisser faire les casseurs d’extrême gauche dont les videos des exactions ne cessent de se partager sur les réseaux sociaux, Bernard Cazeneuve se retranche derrière l’Etat de Droit, le plus tranquillement du monde, sur BFM TV, pour justifier son incompétence.

Où est l’Etat de Droit lorsqu’au quotidien tous les symboles de la République ne cessent d’être bafoués ?

Où est l’Etat de Droit lorsque celles et ceux qui sont en charge d’assurer la sécurité des Français ne cessent de dénoncer leur désarroi face au laxisme de l’exécutif ?

Où est l’Etat de Droit lorsque l’on constate que les milices d’extrême gauche, parfaitement identifiées, qui mettent nos villes à feu et à sang, ne sont pas dissoutes, comme cela aurait du être le cas dès les premières violences ?
http://www.leparisien.fr/faits-divers/voiture-de-police-brulee-a-paris-la-video-du-terrible-assaut-des-casseurs-18-05-2016-5807453.php

Où est l’Etat de Droit lorsque les affiches intolérables d’un syndicat de gauche (la CGT), jetant de l’huile sur le feu en incitant à commettre des violences envers les forces de l’ordre ne sont pas interdites ?

Où est enfin l’Etat de Droit lorsque nos concitoyens sont soumis à des scènes de guerilla urbaines et ne peuvent plus circuler librement dans leur propre ville ?

Non, nous ne sommes plus dans un Etat de Droit, et il est temps de comprendre que Bernard Cazeneuve a des comptes à rendre aux Français qu’il est censé servir et dont il est incapable d’assurer la plus régalienne des prérogatives de l’Etat : la sécurité.

Ce n’est pas en « condamnant » publiquement l’inacceptable que l’on gouverne un pays.

Bernard Cazeneuve doit démissionner,
ce qui est la moindre des choses, et ne sera (hélas) pas suffisant,
mais redonnera un sens à la notion de responsabilité qu’il convient plus que jamais de réhabiliter chez nos dirigeants politiques.

Sébastien JALLAMION

http://ripostelaique.com  du 20/05/2016

Hollande Toujours Caniche D’ Obama !

obama-daesh

A vos ordres !

Les forces spéciales américaines opèrent depuis des mois secrètement en Libye !

Citant les déclarations anonymes d’officiers américains, le « Washington Post » a rapporté la semaine dernière que des commandos des forces spéciales américaines opéraient depuis l’an dernier en Libye.

Ils le font à partir de bases secrètes installées totalement à l’insu du public, l’an dernier, près de Benghazi et de Misrata, dans l’est et l’ouest de la Libye.
Selon le « Post », les troupes américaines font du travail d’éclaireurs pour définir des cibles et recruter des forces intermédiaires, faisant partie d’« équipes de contact ».

Des membres de l’armée américaine avaient « commencé à se rendre en Libye au printemps dernier et établi des avant-postes jumeaux six mois plus tard, » ont indiqué des sources militaires au « Post ».
De plus, le personnel américain « a développé des relations au sein de forces se mobilisant pour un éventuel assaut du bastion de l’Etat islamique à Syrte. »

Le 9 mai, le ministère italien des Affaires étrangères a annoncé que Rome mènerait des pourparlers, censés débuter ce lundi à Vienne et visant à consolider l’engagement d’une coalition de gouvernements à une intervention bien plus vaste de l’OTAN en Libye, afin d’y inclure plusieurs milliers de soldats italiens comme troupes au sol.

Il n’y a pas de liste disponible des participants au sommet libyen mais le ministre tunisien des Affaires étrangères a assuré aux médias que «des ministres des Affaires étrangères de la région et d’autres figures importantes ser[aient] présents.»

Ces préparatifs de guerre sont justifiés par les slogans mensongers de « soutien au gouvernement d’union nationale » et de « guerre contre l’Etat islamique. »

En réalité, les puissances impérialistes cherchent une feuille de vigne légale pour des opérations prédatrices destinées à garantir diverses ambitions ou intérêts néocoloniaux dans ce pays ruiné qui a sombré dans le chaos et la violence fratricide depuis sa destruction totale par la guerre menée par l’OTAN en 2011 pour renverser le gouvernement de « Mouammar Kadhafi ».

L’affirmation des gouvernements américain et européens qu’ils interviennent pour combattre l’EI sont particulièrement cyniques.
La destruction de la Libye en 2011 s’est faite avec le soutien précisément des milices islamistes extrémistes considérées à présent comme l’ennemi mortel.
Ces éléments furent d’abord mobilisés au nom de la guerre contre « Kadhafi », puis contre le régime d’ « Assad » en Syrie, où des forces mandataires « appuyées par les Etats-Unis » furent massées et équipées dans le cadre d’opérations secrètes, supervisées par l’antenne de la CIA à Benghazi.

La révélation que des forces américaines opèrent depuis des mois en Libye survient quelques jours seulement après que des informations ont circulé que des troupes américaines au sol avaient été secrètement déployées, il y deux semaines, dans le sud du Yémen.
Ces deux opérations, lancées sans même un semblant de débat public ou de processus démocratique ne furent reconnues qu’après coup dû aux divulgations anonymes faites aux médias.

Le gouvernement Obama et la direction du Pentagone sont en train de procéder, dans le plus grand secret, à un développement quantitatif du militarisme et des actes de guerre américains dans le monde, qui englobe des territoires de plus en plus vastes de l’Afrique et de l’Eurasie.

Le président Obama, après avoir mis en avant son héritage africain dans sa campagne présidentielle de 2008, a supervisé la croissance exponentielle de garnisons néocoloniales et d’avant-postes américains, de la Libye au Congo et de la Somalie au Sénégal, reliées par un «sentier d’hippopotame» composé de plate-formes logistiques, de bases et d’infrastructures, et serpentant à travers pas moins de 12 pays africains nominalement souverains.

Selon un ex-officier de haut rang du Département de la Défense chargé des opérations spéciales, « William Wechsler », les opérations américaines en Libye, révélées jeudi pour la première fois au public, ne sont qu’un exemple du nombre croissant d’interventions américaines et de guerres non déclarées dans des pays qualifiés en jargon interne de « zones hors hostilités actives. »

En Libye, et dans un nombre croissant de régions d’Afrique occidentale, centrale et du nord, des unités militaires et de renseignement sont «en train de dresser la carte des réseaux locaux hostiles et non hostiles,» a dit « Wechsler ».

Les dirigeants de l’armée américaine parlent ouvertement dans les grands journaux d’une extension imminente de guerres menées par des commandos américains partout en Afrique occidentale et dans le bassin du lac Tchad.

Le général « Bolduc » a qualifié dernièrement les pays limitrophes du lac Tchad de « ground zero pour l’Etat islamique en Afrique. »

Des responsables militaires américains ont averti en avril que l’EI était en train de développer ses liens avec « Boko Haram », le groupe islamiste du nord-est du Nigeria qui a servi de principal prétexte au Pentagone pour renforcer les forces américaines à l’intérieur et autour du Nigeria, actuellement premier producteur de pétrole et moteur économique du continent.

L’an dernier, Washington a orchestré au Nigeria une invasion par procuration menée par les armées tchadienne et camerounaise.
Ces forces jouissent de l’appui de conseillers américains et sont de plus en plus souvent équipées d’armes de haute technologie.
Cela fait partie d’un renforcement militaire constant de la part des Etats-Unis, qui inclut des centaines de leurs soldats et de ceux de l’OTAN, quelque 200 millions de dollars de fonds pour l’entraînement des forces de sécurité dans quelques Etats d’Afrique centrale et 50 millions de dollars pour la construction d’une base pour drones à Agadez, au Niger.

Soldats et personnel de renseignement américains sont actifs dans tous les pays d’Afrique et des contingents militaires ont été déployés dans de nombreux pays dont, entre autres, la Somalie, l’Ouganda, le Cameroun, le Nigeria, le Niger, la République démocratique du Congo, le Sud-Soudan, le Mali et le Burkina Faso.

La présence de l’armée américaine est complétée par une collaboration approfondie avec les dictatures les plus réactionnaires du continent.
Le gouvernement Obama donne une direction politique à l’escalade et s’efforce de porter au pouvoir au Nigeria l’ancien dictateur pro-impérialiste « Muhammad Buhuri »…
il resserre les liens avec le dictateur tchadien, le président « Idriss Deby » qui a reçu le mois dernier la visite personnelle de la fondé de pouvoir de la Maison Blanche « Samantha Powers ».

Le nouveau découpage de l’Afrique fait partie d’un processus généralisé de réaction mondiale grâce auquel les anciens pays coloniaux sont ramenés à des conditions de gouvernement direct par les armées impérialistes en association avec des dictatures militaires pro-impérialistes d’extrême droite et des satrapes locaux.

La guerre initiale des Etats-Unis et de l’OTAN contre la Libye avait été prévue comme le moyen « d’enfoncer la porte » pour un nouveau partage impérialiste de l’Afrique et pour ouvrir la voie à une énorme expansion des opérations militaires de l’Occident jusque dans le sud du continent.
Au lendemain de la guerre en Libye, le Sahara et les régions subsahariennes furent inondés de mercenaires et d’armement, suivis peu de temps après, lors d’une intervention dirigée par la France, par les armées impérialistes qui envahirent le Mali moins de deux ans après le début de la guerre de 2011.

Des milliers de soldats français ont ensuite assuré une présence permanente dans la zone du Sahel.

Il ne fait guère de doute que les projets qui seront manigancés la semaine prochaine à Vienne entraineront davantage d’exactions sanglantes contre la Libye et l’ensemble du continent, perpétrées par les armées et les services de renseignement américains et européens.

source :  Thomas Gaist pour https://www.wsws.org

http://www.wikistrike.com  du 17/05/2016

Droite Ou Gauche, Même Politique !

F.HOL.traitre

Gouverner, c’est trahir !

Les gouvernements se suivent… et nous réchauffent  toujours les mêmes plats !

 « Nous avons été entendus »
…il y a des baisers qui tuent !

«  La direction qui a été donnée par le gouvernement est la bonne. » Ce « satisfecit » dans la bouche de « Laurence Parisot » qui, jusqu’à preuve du contraire, préside aux destinées et défend les intérêts du MEDEF.
« Pierre Laurent », secrétaire général du Parti communiste et cogérant du Front de gauche, ne partage pas l’enthousiasme de la petite dame patronnesse aux yeux bleus.
Pour lui, le plan de redressement décidé par le président de la République et annoncé par le Premier ministre est « un coup de massue contre le pouvoir d’achat. » 
Il est certain, quoi qu’on en pense du reste, que ce n’était pas la peine de changer de gouvernement si c’était pour voir celui qui se réclame du socialisme :
- décréter de nouvelles coupes dans les dépenses publiques,
- alléger les charges des entreprises
- et décider une hausse de la TVA, cet impôt qui, comme le disait très justement un certain François Hollande, est injuste puisqu’il pèse également sur tous et donc aussi bien sur les plus pauvres que sur les plus aisés. C’est bien pourquoi, candidat à l’Élysée, le représentant du peuple de la gauche et de la Corrèze réunies s’était engagé à ne pas en relever le taux.
On peut évidemment se féliciter qu’en charge de la France, François Hollande découvre les dures réalités de la vie et de l’économie.
On peut aussi s’étonner qu’il mette sous le boisseau certains des engagements qu’il avait pris, tels le droit de vote des étrangers ou le non-cumul des mandats et qu’à défaut de tenir ses promesses, il tienne celle des autres, et nommément d’un certain Nicolas Sarkozy.

« Gouverner, c’est prévoir »,

avait écrit « Emile de Girardin », ancêtre un peu oublié de la presse à grand tirage.

« Gouverner, c’est choisir »,

avait déclaré « Pierre Mendès France ».

Une autre maxime résume mieux le principe commun à tous les gouvernements, qu’ils soient de droite ou de gauche :

« Gouverner, c’est trahir. »

Introduction à la vie des votes
Les coups les plus durs et, à l’occasion, les plus bas ont été échangés au long de la longue campagne présidentielle américaine, entre les deux candidats et surtout entre leurs comités de soutien ou leurs supporters sous la forme de clips, de montages, de rumeurs et de calomnies en tous genres.
Force est de constater qu’aussitôt le résultat acquis, respectant une forte tradition anglo-saxonne d’élégance et de « fair play », le vainqueur comme le vaincu ont rendu au suffrage universel, pilier de la démocratie, l’hommage qui lui est dû, le premier en saluant la campagne de son adversaire, le second en adressant ses vœux de réussite à son heureux rival.
Élégance et discrétion caractérisent également le fonctionnement de la démocratie populaire chinoise.
Dans cet heureux pays, on n’assomme pas le peuple souverain d’affiches, de slogans, de meetings, de débats, on ne gaspille pas des milliards dans des campagnes d’un coût scandaleux, bien mieux on épargne aux citoyens la fatigue et le dérangement inhérents aux opérations de vote.
C’est entre une dizaine de seigneurs de la guerre, et derrière le rideau, que se règle, pour dix ans, la question du pouvoir.
Là, tous les coups sont permis, coups tordus, coups fourrés, coups de poignards, voire coups d’État, mais nul n’en saura rien et, le jour venu, les heureux mal élus arboreront devant les caméras un visage apaisé et un sourire impénétrable.
L’UMP se situe à mi-chemin entre les deux.
Aux Américains, et accessoirement au Parti socialiste, le grand parti de gouvernement de la droite a emprunté le système des primaires, accommodé à sa propre sauce.
Mais le vote n’a pas encore eu lieu que déjà les insinuations et les accusations fusent entre les deux candidats et néanmoins amis.
Le secrétaire général est soupçonné d’utiliser à son seul profit les fonds dont il dispose et les fichiers dont il interdit l’accès à l’ancien Premier ministre.
On met en doute de part et d’autre la transparence et la sincérité du scrutin.
Déjà on redoute et l’on dénonce les manipulations, les bourrages d’urnes, les truquages de toutes sortes qui se préparent au sein des fédérations.
Que voulez-vous, la triche est depuis toujours dans les gènes du mouvement « gaulliste » et ce n’est pas Charles Pasqua ou Jacques Chirac que cela surprendra.

Boucs émissaires
Accusé à tort et finalement bénéficiaire d’un non-lieu, Laurent Fabius a vu pendant un quart de siècle son nom, sa réputation et finalement sa carrière associés à l’affaire du sang contaminé alors qu’il était justement celui qui, en tant que Premier ministre, avait le premier pris conscience de l’ampleur du scandale et y avait mis un terme.
La mise en examen de Martine Aubry dans l’affaire de l’amiante est totalement injustifiée au regard de la chronologie, des fonctions qu’elle occupait en 1987 à la direction des relations du Travail, puis du rôle qu’elle a joué au contraire, dès 1997, en tant que ministre de l’Emploi et de la Solidarité dans l’interdiction d’un matériau longtemps considéré comme miraculeux avant d’être, à juste titre, dénoncé comme directement responsable de la maladie et de la mort de dizaines de milliers de salariés cyniquement exposés au fléau par la direction d’Eternit.
Il y a suffisamment de reproches politiques à faire à la dame des 35 heures.
N’allons pas charger sa barque d’un faux procès.

Dominique Jamet

« bdvoltaire.fr » du 27/03/2013

J’en conclus que ni droite ni gauche, leurs représentants vieillisants ou leurs jeunes loups « beurfrancs », toutes leurs cuisines frelatées, ne doivent prétendre s’occuper de la destinée de notre pays.
Mais nous restons là sur notre faim !
Dans ce bourbier qu’est devenu la France, nous sommes impatients de voir surgir le héros ou l’héroïne qui nous sortira de ce bien mauvais pas.

Donnons un coup de jeune aux articles publiés sur « Réalités de France » en gardant leur date de publication initiale.(08/05/2016)

Le « 49.3  » N’ A Rien De Démocratique !

Valls-loi

Dictatorial ?

L’opposition a déposé une motion de censure contre le gouvernement !

Les députés LR et UDI ont déposé mardi, après l’engagement de la responsabilité annoncé par Manuel Valls pour faire adopter sans vote le projet de loi travail, une motion de censure du gouvernement dénonçant « l’impasse dans laquelle François Hollande a mené (le) pays ».

La droite, qui avait annoncé par avance cette initiative, a usé de cette prérogative bien avant la fin des 24 heures imparties par l’article 49-3 de la Constitution.

« A défaut de majorité, le gouvernement, au pied du mur, fait donc le choix de piétiner les droits du Parlement.
Qu’il soit contraint d’engager sa responsabilité sur un projet de loi qui ne comporte plus aucune ambition de réforme témoigne de l’impasse dans laquelle François Hollande a mené notre pays »
,

selon le texte de la motion, transmis à l’AFP.

Notant que le gouvernement avait décidé de recourir à l’arme du 49-3, « pour la quatrième fois depuis le début du quinquennat, et à nouveau sur un texte qui a été présenté aux Français comme un grand texte réformateur », les députés LR et UDI critiquent un projet de loi devenu « l’ombre de lui-même » sous « la pression d’organisations syndicales plus ou moins représentatives et d’une partie de sa majorité, dans un climat social tendu ».

Pour la droite, ce texte est désormais « contraire aux intérêts de nos entreprises et des salariés »:
Il « se limite à une simple réécriture à droit constant » du code du travail, il ne comporte plus « les quelques mesures d’assouplissements de l’organisation du travail », « le monopole syndical en ressort verrouillé », et il « se contente de codifier » le licenciement économique au lieu de le « sécuriser ».

A l’opposé des déclarations du président de la République, les groupes présidés par « Christian Jacob » et « Philippe Vigier » considèrent que « la France ne va pas mieux » et « va même moins bien que ses voisins, que ses partenaires et que ses concurrents », étant donné ses niveaux de chômage, croissance, déficit, dette, prélèvements obligatoires.

« Si notre pays court aujourd’hui le risque du déclin, c’est parce que ce gouvernement conjugue une politique irresponsable avec des promesses non tenues »,

selon le texte de la motion de censure.

Pour les députés LR et UDI, « la situation de la France justifie des réformes profondes que le gouvernement est incapable de porter » et « son incapacité justifie la censure de sa politique économique et sociale ».

Cette motion de censure « est aussi celle de l’immense majorité de nos concitoyens », plaident-ils, convaincus qu’« à moins d’un an de l’élection présidentielle, les Français, désabusés, désenchantés par quatre années perdues, attendent un véritable sursaut politique ».

source : https://fr.sputniknews.com

http://www.citoyens-et-francais.fr  du 10/05/2016

Valls Se Dresse Contre Le Peuple.

valls-49.3

La France est menacée !

Manuel Valls vient d’annoncer qu’il s’approprie le droit de passer une « loi  rétrograde sur le Travail », via son copain le 49.3 c’est-à-dire, sans l’aval des parlementaires qui, dois-je le rappeler, on été démocratiquement élus pour débattre de nos opinions et contradictions.

 Il est impératif de demander la censure du gouvernement sur une loi qui mérite un débat à l’Assemblée Nationale.

Pour ou contre, il est a priori presque certain que notre civilisation mérite une représentation quant aux décisions prises sur son outil de vie.
Il est également bon de rappeler à ce gouvernement que nous faisons face, ce soir, à une trahison populaire et démocratique.

Nous élisons des députés pour qu’ils débattent, justement, des choses importantes, n’est-ce pas ?
Or, le 49.3  fait injure, à eux, à nous tous, à  la  citoyenneté, et davantage, offre au monde un regard bien loin de leurs valeurs.

Deux fois en quatre ans !
Faut-il encore se déplacer pour glisser dans une urne un bulletin  qui ne sert qu’à lustrer le fessier ?

Personnellement, je ne voterai plus aux prochaines législatives.?

Les questions qui me viennent de suite sont :
Faut-il, pour sauver une nation,  lui marcher dessus ou bien se le prendre dans le derrière ?
L’économie est-elle devenue aussi ingérable qu’il faille se passer des critiques utiles d’un hémicycle ?

Ce 49.3 n’est pas une première !
Par contre, la loi en question qui représente l’ensemble du pays, s’est symboliquement transformée en un véritable fraternicide.

Le travail n’est vivant que pour faire une communauté.
Il doit être soutenu pour être en harmonie et efficace.

Alexander Doyle pour WikiStrike

N.B.
Le 49.3, utilisé pour sauver sa peau, est « une sorte d’élévation » vers la faiblesse.

http://www.wikistrike.com/2016  du 10/05/2016

Bruxelles Se Moque De Toute L’ Europe !

 Stop à l'invasion !

Stop à l’invasion !

Bruxelles met «le fusil sur la tempe» des Etats membres…
avec l’amende de 250 000 euros par réfugié refusé !

Quand un pays ne veut ou ne peut pas accueillir des migrants, *l’intégration ne se passera pas bien*, estime le secrétaire général adjoint de « Debout la France » et secrétaire départemental des Vosges, « Laurent Jacobelli ».

RT France :
Vous avez réagi sur « Twitter » à la nouvelle proposition de la Commission européenne d’infliger aux pays membres de l’UE une amende de 250 000 euros par réfugié refusé. Pourquoi est-ce «une folie migratoire imposée par Bruxelles» ?

« Bruxelles se mêle de la vie de nations souveraines et la dernière folie de Bruxelles est de vouloir nous imposer l’accueil des migrants.
Ils auront tout essayé :
la contrainte morale, le chantage aux frontières et maintenant la menace financière.
De quel droit des bureaucrates que personne n’a élus ont-ils décidé du nombre de migrants qui doit arriver en France ?
Chaque pays doit être libre de choisir combien de personnes viennent sur son territoire, dans quelles conditions et selon quelles règles.
Ce n’est pas ni à Bruxelles, ni – on peut le dire, en l’occurrence – à Berlin, de décider.
Imaginez, 250 000 euros par personne, imaginez ce qu’on pourrait faire avec cette somme en France, par exemple pour aider les gens qui dorment dans la rue.
L’ordre des priorités de Bruxelles est devenu fou.
Il y a une inversion totale des valeurs. Il faut maintenant que les bureaucrates de Bruxelles laissent les pays décider librement de leur sort. »
,

explique Monsieur « Laurent Jacobelli ».

RT France :
Les pays de l’Europe de l’Est ont qualifié cette proposition de chantage.
Peuvent-ils s’opposer à cette proposition et empêcher qu’elle soit votée ?

« Bien sûr que non puisque, comme à chaque fois, tout est décidé d’avance.

Vous savez sûrement que l’Union européenne décide à quelques-uns, en général Monsieur Juncker, Madame Merkel, et qu’après ils imposent leurs vues.
Les pays de l’Est auxquels vous faites référence n’ont évidemment pas les moyens de payer ces amendes.
C’est donc une manière de leur « mettre le fusil sur la tempe » et de leurs dire «vous n’avez pas le choix, vous voulez protéger vos frontières mais nous à Bruxelles on ne le veut pas, et nous allons vous imposer des migrants».
C’est une folie parce que, quand un pays ne veut ou ne peut pas accueillir des migrants, l’intégration ne se passera pas bien.
Quand il n’y a pas d’emploi, quand il n’y a pas les ressources économiques, quand il n’y a pas l’envie de la population de recevoir des migrants, c’est un contre-sens de croire que l’on peut forcer le pays à accueillir des migrants. »
,

répond-il.

RT France :
A quoi cette mesure peut aboutir ?

« Les dictateurs et les dictatures vont de loi en loi, de décision en décision, toujours plus loin, pour tester leur pouvoir et puis un jour le peuple se révolte.
On l’a vu à peu près partout dans le monde.
Il y a quelques jours, l’Union européenne nous obligeait à faire surveiller nos frontières par la Turquie. La Turquie dont la complicité, ou en tout cas la duplicité, vis-à-vis de Daesh est connue.
La Turquie qui n’a pas les moyens de surveiller ses frontières.
La Turquie qui ne respecte pas les droits de l’homme.
Et c’est à la Turquie que nous avons livré le contrôle de nos frontières face aux flux migratoires.»
,

« On nous a annoncé qu’on allait échanger un migrant contre un migrant, c’est-à-dire qu’un clandestin qui arrivait avant sur le sol européen choisissait sa destination, en général l’Allemagne.
Cela a énervé Madame Merkel.
Donc aujourd’hui quand un migrant viendra par la Turquie, il sera imposé à un pays, la France, la Pologne, etc.
Il n’y aura même plus le choix.
Comme tout cela est passé comme une lettre à la poste, l’Union européenne va encore plus loin dans le cynisme, et je dirais même dans la volonté dictatoriale d’imposer ses vues.
C’est l’histoire de l’amende de 250 000 euros par migrant.
Mais il y a un jour où les peuples vont réagir.
Nous, à « Debout la France » , nous avons lancé une pétition contre cet accord avec la Turquie.
En deux semaines, plus de 50 000 personnes l’ont déjà signée pour dire «non, on ne veut pas que l’Union européenne choisisse pour nous, on ne veut pas de ce chantage fait aux migrants avec la Turquie».
Il y a un moment où il va y avoir un réveil des peuples, on le voit en Angleterre avec le Brexit, on le voit référendum après référendum…
L’Union européenne, dans la mesure où elle n’est pas démocratique, est rejetée par les nations démocratiques.« 
,

développe Monsieur « Laurent Jacobelli ».

RT France :
La crise des réfugiés ne fait que s’aggraver. Comment donc gérer cette crise si la Turquie n’est pas un partenaire fiable ?

« La Turquie ne peut pas être par son histoire, par son comportement actuel vis-à-vis de Daesh et de l’islamisme, un partenaire fiable.
Mais l’Union européenne ne peut pas reconnaître son erreur fondatrice qui est qu’ôter le contrôle aux frontières des pays revient au chaos économique et au chaos migratoire.
La seule solution aujourd’hui est que chaque pays rétablisse le contrôle aux frontières et décide de qui peut rentrer chez lui.
C’est la seule solution.
En France, quand quelqu’un vient sur le territoire français même clandestinement, il n’a pratiquement aucune chance d’être renvoyé chez lui.
Donc il faut le contrôle aux frontières par les nations et le respect des lois par les nations.
Il faut, dans un deuxième temps, à l’extérieur, faire une chasse implacable à Daesh.
Comme l’a d’ailleurs fait la Russie.
Mais il faut l’accompagner et détruire le mouvement Daesh.
Il faut aider les pays à se développer chez eux, pas chez nous.
Ce sont des solutions de bon sens, mais quand on voit les milliards qui sont déversés, six milliards à la Turquie - et cela ne prend d’ailleurs même pas en compte les dix milliards que l’Europe a donné pour l’adhésion de la Turquie – quand on regarde ces sommes colossales qui sont déversées, on se dit qu’elles seraient quand même mieux utilisées en aidant ces pays à se développer.
On pourrait investir dans l’armée – on fait le contraire en France – pour exterminer Daesh.
Tout est fait à l’envers en fait.
On est faible à l’extérieur donc on laisse les migrants fuir des situations souvent terribles, et on est faible à l’intérieur de l’Union européenne puisqu’on laisse des bureaucrates de Bruxelles, qui vivent dans une bulle et qui n’ont pas du tout conscience des répercussions de ce chaos migratoire sur les populations, décider pour nous.
,

poursuit-il.

RT France :
Que faire avec les réfugiés qui sont déjà sur le territoire européen ?

« D’abord, il faut faire le tri entre les vrais et les faux réfugiés. Les médias, à longueur d’interviews et de reportages, nous font croire que tous les migrants fuient la guerre et la persécution.
C’est faux.
Selon les pays et les études, on remarque que c’est entre 10% et 20% des migrants qui arrivent sur le sol européen.
D’abord pour les 80% qui restent, il faut les faire respecter la loi et leur demander de quitter le sol européen.
Deuxièmement, il faut faire attention pour comprendre si ceux avec des papiers syriens sont vraiment des Syriens.
L’Allemagne elle-même a reconnu qu’un tiers des Syriens qui sont arrivés sur son territoire n’étaient pas syriens.
Il faut voir qui est réellement réfugié et qui ne l’est pas.
Tous ceux qui n’ont aucun droit au droit d’asile doivent être renvoyés chez eux, c’est la loi dans de nombreux pays et c’est la loi en France.
Il ne faut pas créer de nouvelle loi, il suffit juste de respecter la loi.
Quand on ne respecte pas la loi, être clandestin et entrer par effraction dans un pays c’est violer la loi, il faut appliquer la loi et renvoyer les gens chez eux.
Pour les gens qui sont vraiment persécutés et qui ont le disposé du droit d’asile, il faut bien évidemment et dans la stricte limite du droit d’asile, les accueillir et leur permettre de s’intégrer dans la population. Mais paradoxalement, le chaos migratoire dans lequel nous sommes, fait que ceux qui ont fui Daesh prennent, souvent, la même route que des « infiltrés » de Daesh et se retrouvent dans des pays eux aussi victimes.
Sous couvert d’un « faux humanisme », nous accueillons tout le monde, ouvrons nos portes, et, finalement, on n’améliore pas le sort de ceux qui ont vraiment le droit au titre de réfugié.« 
,

conclut Monsieur « Laurent Jacobelli ».

source : https://francais.rt.com/opinions

http://www.citoyens-et-francais.fr  du 08/05/2016

(Publié sur « Réalités de Francie », blog transitoire)
Les actualités « vraies » dont nous informent nos médias autorisés sont ternes pendant cette campagne présidentielle.
N’ayant plus accès à la publication sur « Réalités de France » je reprends des articles publiés au début de ce quinquennat catastrophique, ils collent à la réalité actuelle ! Par contre, ce dont ils ne nous parlent pas vaut son pesant d’or !

Cet Accord Fait D’ Enormes Vagues !

TTIPa

Partenariat
Transatlantique !

L’Union européenne ne réduira pas au silence le Parlement français.

Alors que tous les gouvernements européens semblent soutenir, « par principe », un accord avec les États-Unis, un collectif de parlementaires appelle ici à continuer de défendre la position française.

Chacun sait que l’Union européenne négocie avec les États-Unis un partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (« TTIP »), mais personne ne sait ce qu’il contient.
À l’heure où l’objectif affiché par beaucoup est de conclure un accord en 2016, il faut se battre pied à pied, comme le fait notre gouvernement, pour obtenir de la transparence, car ce n’est pas un privilège, mais un droit.

Aujourd’hui, un parlementaire ne peut lire qu’un texte lacunaire, une fois délesté de son téléphone, et sous la surveillance d’un fonctionnaire.
Certes, depuis peu, il a au moins l’avantage d’y accéder dans les locaux d’une administration publique nationale, plutôt qu’à Bruxelles ou à l’Ambassade des États-Unis.

Le symbole est évident :
Les citoyens et leurs représentants n’ont qu’à circuler, il n’y a rien à voir.
Le commerce international est une affaire de technocrates, de « lobbys », d’experts, bref de spécialistes.
Que les effets d’un accord commercial sur la vie quotidienne de nos concitoyens soient considérables ne semble pas justifier qu’on leur demande leur avis.
Cette méconnaissance de nos principes et valeurs démocratiques fondamentales est purement et simplement insupportable.

Avec « Matthias Fekl », secrétaire d’État au commerce extérieur, le gouvernement a posé les conditions d’une négociation réussie :
la transparence à tous les niveaux,
la réciprocité entre les parties,
l’intransigeance sur les normes sociales et environnementales, qui ne peuvent être modifiées que vers le mieux-disant,
le respect de nos lignes rouges et le refus de tout tribunal d’arbitrage privé au profit d’une véritable justice internationale en matière d’investissement.
La réussite de la France est reconnue puisqu’elle a su créer un consensus en Europe autour de la création d’une Cour publique, à terme multilatérale, qui mettra un terme définitif aux tribunaux d’arbitrage privés.
Ses positions sont respectées, car elle sait hausser le ton devant l’absence de réciprocité.
En affirmant que le « Parlement aurait le dernier mot », le secrétaire d’État a aussi tranché avec l’inertie en Europe face aux enjeux, mais aussi aux risques soulevés par le « TTIP » en matière de contrôle démocratique.
Aujourd’hui les gouvernements européens restent discrets et semblent soutenir par principe un accord avec les États-Unis.
Ce n’est pas le cas de la France.
Le gouvernement a pris des positions claires dans lesquelles nous nous reconnaissons.
Nos lignes rouges et nos intérêts offensifs sont précis, connus et défendus, aucun accord n’est envisageable sans leur prise en compte.

Tous les Français doivent savoir que nous ne céderons rien sur la défense de notre modèle agricole et alimentaire.
Bœuf aux hormones ou poulet chloré resteront aux États-Unis.
Tous les Français savent que nos entreprises ont besoin de l’ouverture des marchés publics, de l’accès au marché des services, et de la reconnaissance des appellations contrôlées, parce que nos exportations garantissent des emplois et contribuent à en créer en remplissant le carnet de commandes.
Mais ils ne veulent ni opacité ni petits arrangements sur le dos des peuples.

Certains mènent une offensive pour faire des accords commerciaux une compétence exclusive de l’Union européenne.
La Cour de justice de l’Union européenne a été saisie pour trancher ce point et rendra prochainement son verdict sur l’accord entre l’Union européenne et Singapour.
Un argument juridique ne doit pas pouvoir servir à contourner la démocratie.
Nous, parlementaires français, ne l’accepterons jamais.
Nous demandons solennellement au gouvernement français de refuser de signer tout accord avec les États-Unis si le Parlement est réduit au silence.

Liste des signataires.

Marie Récalde (Gironde) ;
Lalande Bernard
(Charente Maritime) ;
Patricia Adam (Finistère) (Gironde) ;
Kader Arif (Haute-Garonne) ;
Delphine Bataille (Nord) ;
Claude Berit Débat (Dordogne) ;
Erwann Binet (Isère) ;
Nicole Bonnefoy (Charente) ;
Brigitte Bourguignon (Pas-de-Calais) ;
Martial Bourquin (Doubs) ;
Sylviane Bulteau (Vendée) ;
Henri Cabanel (Hérault) ;
Pierre Camani (Lot et Garonne) ;
Colette Capdevielle(Pyrénées-Atlantiques) ;
Thierry Carcenac (Tarn) ;
Françoise Cartron (Gironde) ;
Marie-Anne Chapdelaine (Ille-et-Vilaine) ;
Jacques Chiron (Isère) ;
Karine Claireaux (Saint Pierre et Miquelon) ;
Romain Colas(Essonne) ;
Françoise Descamps-Crosnier (Yvelines) ;
Sandrine Doucet (Gironde) ;
Olivier Dussopt (Ardèche) ;
Alain Duran (Ariège) ;
Frédérique Espagnac (Pyrénées Atlantiques) ;
Corinne Féret (Calvados) ;
Richard Ferrand (Finistère) ;
Yann Galut (Cher) ;
Odette Herviaux (Morbihan) ;
Eric Jeansannetas (Creuse) ;
Chaynesse Khirouni (Meurthe-et-Moselle) ;
Colette Langlade (Dordogne) ;
Claudine Lepage(représentant les Français établis hors de France) ;
Arnaud Leroy (Français établis hors de France) ;
Lucette Lousteau (Lot-et-Garonne) ;
Jacques Bernard Magnier (Puy de Dôme) ;
Frank Montaugé (Gers) ;
Sandrine Mazetier (Paris) ;
Philippe Nauche (Corrèze) ;
Germinal Peiro (Dordogne) ;
Hervé Pellois (Morbihan) ;
Marie Francoise Pérol-Dumont (Haute Vienne) ;
Elisabeth Pochon (Seine-Saint-Denis) ;
Dominique Potier (Meurthe-et-Moselle) ;
Régine Povéda (Lot-et-Garonne) ;
Joaquim Pueyo (Orne) ;
Catherine Quéré (Charente-Maritime) ;
Monique Rabin (Loire-Atlantique) ;
Daniel Raoul (Maine et Loire) ;
Claude Raynal (Haute Garonne) ;
Stéphanie Riocreux (Indre et Loire) ;
Gwendal Rouillard (Morbihan) ;
Alain Rousset (Gironde) ;
Jean Yves Roux (Alpes de Hautes Provence) ;
Christophe Sirugue (Saône-et-Loire) ;
Julie Sommaruga (Hauts-de-Seine) ;
Nelly Tocqueville (Seine Maritime) ;
Stéphane Travert (la Manche) ;
Richard Yung (représentant les Français établis hors de France).

Une tribune initialement publiée sur le site du Monde.

http://www.euractiv.fr   du 07/04/2016

Emules Des Soldats D’ Odin Finlandais !

soldats-Odin

En Suède, Norvège, Estonie !

Les gardes civiles qui ont fait leur apparition en Finlande lors de la vague migratoire gagnent également en popularité en Suède, Norvège et Estonie.

Les Soldats d’Odin, ces gardes civiles finlandaises naissantes qui ont vu le jour en réaction à la crise migratoire, sont de plus en plus populaires et se développent aujourd’hui en Suède, en Estonie et en Norvège.

Les Soldats d’Odin suédois ont fait leurs débuts la semaine dernière en tant que « garde civile » dans la province de Dalarna et patrouillent dans les villes de Borlänge, Hedemora und Säter, a rapporté le quotidien « Dagens Nyheter ».

La Suède est maintenant le quatrième pays où patrouillent ces soldats d’un nouveau genre.
Ils se sont donnés pour mission de protéger leurs compatriotes des envahisseurs musulmans usant de violence…
et de s’opposer aux « patrouilles islamiques ».

Une façon de répondre à l’appel du hongrois   »Viktor Orbán » du 15 mars dernier…

Rappelons que « Odin » est le dieu des morts, de la victoire et du savoir dans la mythologie germanique et nordique.

source : http://www.medias-presse.info

http://www.citoyens-et-francais.fr

La France a toujours un train de retard !

Tous Unis Contre Ce Genre De Fraudeurs !

corruption

Fraudes en tous genres !

Avez-vous regardé les questions au gouvernement du 5 avril ?
Cette séance valait son pesant de cacahuètes !

Socialistes, balayez avant d’ouvrir votre porte.
« Bernadette Laclais », députée socialiste de Savoie, a posé sa petite question autour de la fraude fiscale, affaire « Panama Papers » oblige.
À ce propos, elle a remercié les lanceurs d’alerte – « George Soros », peut-être ? – sur cette affaire qui révèle :

« une nouvelle fois que les paradis fiscaux restent très fréquentés par des personnes et des entreprises totalement déconnectées des populations et de leurs difficultés ».

Et de l’entendre, la pauvrette, s’apitoyer sur le sort des Français « qui payent leurs impôts, qui travaillent, cotisent », participent à « l’effort national » pendant que d’autres ne pensent qu’à frauder ou à fiscalement s’évader.
Mais là, stupeur !
Alors que la gentille députée PS dévide sagement sa question, qui vois-je en arrière-plan, juste derrière elle ?
Cette blonde « comac », ne serait-ce point « Sylvie Andrieux » ?
Tout à son aise, l’air détaché, et qui finit par discuter avec son voisin comme si elle n’était pas intéressée par les propos de sa consœur ?

Pas de doute, c’est bien elle :
« Sylvie Andrieux », députée ex-socialiste (et non ex-députée socialiste) des Bouches-du-Rhône, reconnue coupable d’avoir, entre 2005 et 2008, distribué, à des fins électorales, 716.000 euros de subventions à des associations fictives.
« Sylvie Andrieux », condamnée, en septembre 2014, à quatre ans de prison, dont un ferme. Mince, alors !
Elle a payé sa dette à la société ?
Son casier judiciaire serait-il redevenu vierge ?
Pas exactement.
Notre justice permettant la non-exécution de la peine, comme l’avait annoncé la présidente du tribunal, un député peut ainsi continuer de siéger avec… un bracelet électronique !
Il est vrai, aussi, qu’elle s’est pourvue en cassation.

Ce qui n’empêche nullement l’ingénue « Bernadette Laclais » de s’interroger sur la présence et sur le maintien de fraudeurs au sein de nos grands ordres nationaux – Légion d’honneur et ordre national du Mérite – car pour la députée, lutter contre la fraude est non seulement un impératif financier mais aussi un impératif moral.
À ces mots « impératif moral », madame « Andrieux » ne semble visiblement pas concernée…

Ah oui, Madame « Laclais » peut bien parler de « la sourde et profonde colère » de ses concitoyens face aux fraudes en tous genres quand, dans le même temps, sa collègue, nourrie au biberon socialiste, continue de trôner sur les bancs de l’Assemblée.
Cette collègue « qui se foutait de savoir si ce qu’on finançait était bon ou pas à partir du moment où ça augmente sa popularité », selon les propos de son ancien assistant parlementaire.
Cette collègue – socialiste depuis le berceau sur lequel s’était penché feu « Gaston Defferre » – pour qui l’argent distribué à ces pseudo-associations servait à acheter scooters ou voitures pour certains habitants des « quartiers », avouera un prévenu, lors du procès.

C’est bien de cadrer son discours comme l’a fait Madame « Laclais ».
Le problème, c’est que Madame « Laclais » ne maîtrise pas le cadrage des images.
Des images plus éloquentes que sa petite leçon de morale !
Balayer devant sa porte, elle a jamais entendu cette expression populaire, cette madame « Laclais » ?
On peut même aussi le faire derrière soi…

Caroline Artus

http://www.bvoltaire.fr   du 07/04/2016

Marine Le Pen Ecrit Au Peuple De France !

marine

« Le Monde »,
cette imposture !

Madame, Monsieur,

Il fallait probablement attendre que la déflagration de la bombe sale du  «Monde» soit passée, que la presse française, à de rares exceptions près, se soit repue de ses propres mensonges, pour analyser calmement la séquence odieuse à laquelle nous venons d’assister.
Odieuse et en même temps tellement révélatrice d’un fonctionnement dont  la démocratie et l’Etat de droit sortent totalement essorés.
Le journal « censé » être le plus sérieux de la presse française (c’est dire…) mais connu pour son combat acharné contre le Front National, (voir l’éditorial de son directeur « Jérôme Fenogilo », à deux jours du  premier tour des régionales et intitulé « le FN cette imposture »), a donc sous le titre racoleur « Panama papers : comment des proches de Marine Le Pen ont sorti de l’argent de France », lancé une gigantesque offensive médiatique contre le Front National et moi-même sur la base de prétendues « révélations » qui ne révèlent ….rien, nada, zéro, le vide  sidéral.

Et pourtant…
Comme ces foules prises d’hystérie collective, les médias français se sont jetés à corps perdu dans un lynchage en règle du  premier parti de France.
« Détournement », « système opaque d’évasion fiscale », « fraude fiscale »,  »dissimulation », « société offshore », plein de mots qui salissent, jetés  en vrac dans plein d’oreilles qui n’en demandaient pas tant.
Télés, radio, journaux, réseaux sociaux…
En quelques heures tout ce que la  France compte de relais d’information étaient saturés d’un flot  ininterrompu de supputations, d’amalgames, d’insinuations ou, pour les plus zélés, de bonnes grosses accusations diffamatoires exprimées sans aucune prudence, sans aucune retenue, au mépris de toute déontologie et évidemment sans la moindre vérification.
A la fin de la journée, les médias s’étaient tellement intoxiqués les uns les autres (les uns par incompétence et/ou suivisme, les autres portés par leur mauvaise foi militante traditionnelle) que chacun était  sûr de son fait :

« le Front National avait caché de l’argent au Panama  et « Marine le Pen » était (de près ou de loin) coupable »

De quoi ?
Ils ne savaient pas trop mais c’était et reste pour eux totalement insignifiant.

Cette séquence est un cas d’école de pure désinformation qui pourra être étudié dans les instituts de formation de journalisme sous le titre « comment manipuler les foules ».

Mais la vérité dans tout cela ?
Car si elle n’intéresse pas nos journalistes militants, je suis convaincue qu’elle intéresse les Français.
La vérité est que ni moi ni le Front National n’avons à nous reprocher quoi que ce soit dans cette affaire « Panama Papers. »
Ni moi ni le Font National n’avons jamais envoyé d’argent ou quoi que ce soit.
Ni moi ni le Front National n’avons de compte en banque ni au Panama ni dans aucun autre endroit au monde.
Ni moi ni le Front National n’avons dissimulé/détourné/optimisé/fraudé…etc, un centime.
Tous les médias le savent, alors pour tenter de nous impliquer ils usent de la bonne vieille méthode totalitaire « si ce n’est toi c’est donc ton frère prestataire « .
C’est ainsi que l’on nous demande de nous justifier d’un investissement à Hong-Kong (qui n’est pas un paradis fiscal)… effectué par un de nos prestataires !!!
A ce rythme on vous demandera demain de justifier de l’utilisation faite par votre garage de l’argent que vous lui avez versé pour faire réparer votre voiture !
A-t-il payé ses impôts ?
Versé sa pension alimentaire ?
Je pense que même en URSS ils n’allaient pas aussi loin dans la violation des principes de notre État de droit.
Même si notre prestataire est un ami, je ne vois pas bien quelle responsabilité l’on peut avoir dans les stratégies commerciales qu’il met en œuvre !
De ce que nous savons ,il a ouvert une filiale à Hong-Kong (et pas au Panama…) pour conquérir, je suppose, de nouveaux marchés ;
qu’il a, semble-t-il, pour ce faire investi une partie de ses bénéfices après impôts dans une filiale, opération validée par le fisc français ;
Et figurez-vous que nous le savons, car cette opération commerciale a fait l’objet depuis 18 mois d’investigations de la part du juge « Van Ruynbeke » qui n’a, à ma connaissance, rien découvert qui puisse de près ou de loin révéler une fraude, une dissimulation fiscale de sa part et encore moins  une implication quelconque ( même de loin) du FN dans cette opération financière.
Voilà… Rien, nada, zéro, le néant….
Des tonnes de papiers, des heures d’accusations plus graves les unes que les autres, des calomnies déversées à la pelle contre mon mouvement sans le début de commencement d’un fait délictueux ni même d’un comportement inapproprié.

Pendant qu’on invite l’opinion publique à regarder le Front National, on détourne son regard des politiques qui ont donné les clés à la finance sale, entre « Big bang » financier et abaissement des souverainetés nationales.
Alors oui, ça en dit long sur l’état de l’information en France, sur le niveau et le militantisme des médias français, sur le respect des fondements de notre État de droit, sur le fonctionnement moribond de notre démocratie.
Mais ça en dit long surtout sur la panique qui saisit nos élites autoproclamées à l’approche d’une élection présidentielle qui demain pourrait tout changer, rétablir nos droits individuels et nos droits collectifs de peuple libre.
Contre le Front National et ses candidats il n’y aura aucune limite, aucune retenue, tout sera permis.
Nous le savions, vous deviez aussi le savoir et vous y préparer.
Nous continuerons quant à nous à faire émerger la vérité, partout et en toutes circonstances, quel qu’en soit le prix.

C’est plus que notre droit, c’est notre devoir.

Amitiés sincères,

Marine Le Pen

marine.lepen@frontnational.com

« Panama » N’est Qu’un Ecran De Fumée.

droits de l'homme

Bafoués par les médias !

Contrairement aux apparences, la campagne des « Panama Papers » n’aura pas pour conséquence de restreindre les malversations financières et d’augmenter les libertés, mais exactement le contraire.

Le « système » va se contracter un peu plus autour du Royaume-Uni, de la Hollande, des États-Unis et d’Israël, de sorte qu’eux et eux seuls en auront le contrôle.

En violant le principe d’égalité devant la Justice et leur éthique professionnelle, les membres de l’ « International Consortium of Investigative Journalists » se sont mis aux service des ennemis de la liberté et des défenseurs du Grand capital, et le fait qu’ils aient épinglé au passage quelques malfrats n’y changera rien.

Explications.

La stratégie économique
des États-Unis

Au début de son mandat, le président Obama a désigné l’historienne « Christina Romer » pour présider son Comité des conseillers économiques.
Ce professeur à l’Université de Berkeley est une spécialiste de la crise de 1929.
Selon elle, ni le « New Deal » de « Roosevelt », ni la Seconde Guerre mondiale n’ont permis de sortir de cette récession, mais l’afflux de capitaux européens, à partir de 1936, fuyant la « montée des périls ».

C’est sur cette base que Barack Obama a conduit sa politique économique.
En premier lieu, il a agi pour fermer tous les paradis fiscaux que Washington et Londres ne contrôlent pas. Puis, il a organisé la déstabilisation de la Grèce et de Chypre, de sorte que les capitaux européens se réfugient dans les paradis fiscaux anglo-saxons.

Tout a commencé en Grèce, en décembre 2008, avec des manifestations à la suite de l’assassinat d’un adolescent par un policier.
La CIA a transporté par autobus des casseurs du Kosovo pour perturber une manifestation et installer un début de chaos.
[1]
Le département du Trésor a pu alors vérifier que des capitaux grecs quittaient le pays.
L’expérience étant concluante, la Maison-Blanche décida de plonger cet État fragile dans une crise financière et économique qui remit en cause l’existence même de la zone euro.
Comme prévu, à chaque fois que l’on s’interroge sur une éventuelle expulsion de la Grèce de l’euro ou sur une dissolution de la zone euro, des capitaux européens se précipitent dans les paradis fiscaux disponibles, principalement britanniques, états-uniens et hollandais.

En 2012, une autre opération fut conduite contre le paradis fiscal chypriote.
Tous les comptes bancaires furent confisqués au-delà de 100 000 euros.
C’était la première et unique fois, dans une économie capitaliste, que l’on observait ce type de nationalisation.
[2].

Au cours des huit dernières années, nous avons assisté à de nombreuses réunions du « G8″ et du « G20″ qui ont établi toutes sortes de règles internationales, prétendument pour prévenir l’évasion fiscale.

[3] Cependant, une fois ces règles adoptées par tous, les États-Unis —et dans une moindre mesure Israël, les Pays-Bas et le Royaume-Uni— s’en sont dispensés.

Les paradis fiscaux

Chaque paradis fiscal a un statut juridique particulier, « généralement saugrenu ».

Actuellement, les « principaux » paradis fiscaux sont :
l’État indépendant de la City de Londres (membre du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord),
l’État du Delaware (membre des États-Unis),
– et Israël,
mais bien d’autres paradis fiscaux existent, surtout britanniques,
à commencer par :
les îles de Jersey et de Guernesey (membre du duché de Normandie et à ce titre placé sous l’autorité de la reine d’Angleterre, mais ni membre du Royaume-Uni, ni de l’Union européenne),
Gibraltar (un territoire espagnol dont la propriété foncière est anglaise et que le Royaume-Uni occupe illégalement),
jusqu’à Anguilla,
les Bermudes,
les îles Caïmans,
-les îles Turques,
les îles Vierges
ou Montserrat.
Il y a en aussi quelques uns rattachés à la Hollande :
Aruba,
Curaçao,
ou Sint Maarten.

Un paradis fiscal, c’est une « zone franche » étendue à tout un pays.
Cependant, dans l’imaginaire collectif, une zone franche est indispensable à l’économie, tandis qu’un « paradis fiscal » est une calamité, c’est pourtant exactement la même chose.
Bien sûr, certaines entreprises abusent des zones franches pour ne pas payer d’impôts, et d’autres abusent des paradis fiscaux, mais ce n’est pas une raison pour remettre en question l’existence de ces dispositifs indispensables au commerce international.

Dans leur guerre contre les paradis fiscaux non-anglo-saxons, les États-Unis ont surtout porté des coups contre la Suisse.
[4]
Ce pays avait développé un strict secret bancaire permettant à de petits opérateurs de mener des transactions à l’insu des gros.
En contraignant la Suisse à abandonner son secret bancaire, les États-Unis ont étendu leur surveillance de masse aux transactions économiques.
De la sorte, ils peuvent aisément truquer la concurrence et saboter l’action des petits opérateurs.

Les « Panama Papers »

C’est dans ce contexte que Washington a fourni au « Süddeutsche Zeitung » 11 500 000 fichiers informatiques piratés au quatrième cabinet d’avocat au monde chargé de créer des sociétés « off shore ».

Cet espionnage étant un crime, les prétendus « lanceurs d’alerte » qui l’ont accompli sont restés anonymes.

Bien sûr Washington a d’abord soigneusement trié les dossiers et a exclu en premier lieu tous ceux relatifs à des ressortissants ou à des entreprises états-uniennes, puis probablement ceux qui concernent ses bons alliés.
Le fait que quelques prétendus alliés, en délicatesse avec l’administration Obama, —comme le président Petro Porochenko— figurent dans ces documents, nous confirme qu’ils viennent d’être lâchés par leur puissant protecteur.

Alors que le Panama est un État de langue espagnole et que le « Süddeutsche Zeitung » est édité en Allemagne, les fichiers volés ont été dénommés en anglais par leurs espions : « Panama Papers ».

Au passage, les auteurs de cette « carabistouille » tentent de nous persuader que tous les hommes qui se dressent contre Washington seraient des voleurs.
Souvenons-nous par exemple des campagnes qui furent menées contre « Fidel Castro », accusé d’être un trafiquant de drogue et classé par « Forbes » parmi les plus grandes fortunes du monde.
[5]
Pour avoir constaté les difficiles conditions de vie de la famille Castro à Cuba, je me demande comment on a pu monter un bobard parei !
Les nouveaux magnats secrets seraient donc « Vladimir Poutine », « Bachar el-Assad » et « Mahmoud Ahmadinejad » —dont la frugalité est pourtant légendaire—.
Cette propagande contre des adversaires politiques, n’est que la partie émergée de l’iceberg, l’important étant l’avenir du système financier international.
(Surtout l’avenir du système financier mondialiste à la ricaine ! pelosse)

Violation de l’éthique
des journalistes

Le « Süddeutsche Zeitung » fait partie de l’ « International Consortium of Investigative Journalists » (« ICIJ »), une association spécialisée non pas dans le journalisme d’investigation comme son intitulé pourrait le faire croire, mais dans la dénonciation de crimes financiers.

Dans les sociétés républicaines, la Justice doit être égale pour tous.

Mais l’ « ICIJ », qui a déjà rendu publics plus de 15 millions de fichiers informatiques depuis sa création, n’a jamais attenté aux intérêts des États-Unis.
Elle ne peut donc certainement pas prétendre agir par souci de justice.

En outre, des principes républicains de notre société découlent des obligations pour les journalistes.
Celles-ci ont été formalisées dans la « Charte de Munich », adoptée en 1971 par tous les syndicats professionnels du Marché commun, puis étendue au reste du monde par la Fédération internationale des journalistes.

Je comprends parfaitement que ce texte impose des limitations parfois difficiles à supporter.
Et j’ai, il y a quelques années, fait partie de ceux qui croyaient utiles de pouvoir la violer de temps à autre.
Mais l’expérience prouve qu’en la violant, on ouvre la voie à d’autres violations qui se retournent contre les citoyens.

Les journalistes de l’International Consortium of Investigative Journalists ne se sont pas posés de question éthique.
Ils ont accepté de travailler sur des documents volés et triés, sans avoir la moindre capacité de vérifier leur authenticité.

La « Charte de Munich » stipule que les journalistes ne publieront que des informations dont l’origine est connue, qu’ils ne supprimeront pas d’informations essentielles et n’altéreront pas les textes et les documents…enfin qu’ils n’useront pas de méthodes déloyales pour obtenir des informations, des photographies et des documents.
Trois exigences qu’ils ont violées en parfaite connaissance de cause, ce qui devrait les exclure des instances professionnelles et provoquer la révocation des directeurs de la BBC, de France-Télévisions, de NRK, et pourquoi pas de Radio Free Europe/Radio Liberty (la radio de la CIA qui est elle aussi membre du Consortium des journalistes).

L’International Consortium of Investigative Journalists n’en est pas à sa première affaire.
C’est lui qui avait rendu publics, en 2013, 2,5 millions de fichiers informatiques volés à 120 000 sociétés « off shore ».
Puis, c’est lui encore qui avait révélé, en 2014, les contrats signés entre des multinationales et le Luxembourg pour bénéficier d’une fiscalité privilégiée.
Et c’est lui toujours qui révéla, en 2015, les comptes de la banque britannique « HSBC » en Suisse.

L’International Consortium of Investigative Journalists, on s’en doute, est financée par de nombreux organismes liés à la CIA, comme la Fondation Ford, et les fondations de « George Soros ».
Ce dernier exemple est le plus intéressant :
Pour les membres de l’ « ICIJ », l’argent de Monsieur  »Soros » ne vient pas de la CIA, mais de ses spéculations financières au détriment des peuples ce qui le rendrait plus acceptable.

Que le Hezbollah détienne des sociétés et des comptes secrets au Panama et ailleurs n’a rien de surprenant.
J’évoquais dans un récent article les efforts de la Résistance libanaise pour s’auto-financer sans avoir à dépendre des subventions iraniennes.
Le complexe montage financier auquel il s’est livré devra être entièrement recomposé, faute de quoi le Liban redeviendra la proie de ses voisins israéliens.
Que le président « Ahmadinejad » ait créé des sociétés « off shore » pour contourner l’embargo dont son pays était victime et vendre du pétrole n’est non seulement pas un crime, mais c’est tout à son honneur.
Que la famille « Makhlouf », les cousins du président « el-Assad », ait utilisé un montage financier pour contourner l’embargo illégal des puissances occidentales et permettre aux Syriens de se nourrir durant cinq années de guerre d’agression est tout aussi légitime.

Que va-t-il rester de
ce vaste déballage ?

D’abord la réputation de Panama est détruite et mettra de longues années à se relever.
Ensuite, de petits malfrats qui ont abusé du système seront poursuivis en justice, tandis que quantité de commerçants honnêtes devront longuement se justifier devant les tribunaux.
Mais contrairement aux apparences, ceux qui animent cette campagne veilleront à ce que rien ne change.
Le système restera donc en place, mais toujours plus au seul profit du Royaume-Uni, de la Hollande, des États-Unis et d’Israël.

En croyant défendre leurs libertés,
ceux qui auront participé à cette campagne
l’auront en réalité réduite.

Thierry Meyssan

http://www.voltairenet.org/

Notes

[1] Merci aux lecteurs qui retrouveront l’interview que j’ai donné à un média grec à ce sujet en 2009.
Je n’avais pas écris d’article, juste un paragraphe incident dans « La « révolution colorée » échoue en Iran », par « Thierry Meyssan », « Réseau Voltaire », 24 juin 2009.

[2] « « Le pion chypriote » », par « Thierry Meyssan », Al-Watan (Syrie) , « Réseau Voltaire », 25 mars 2013.

[3] « Le G 20 : une hiérarchisation des marchés financiers », par « Jean-Claude Paye », « Réseau Voltaire », 9 avril 2009.

[4] « Lutte contre la fraude fiscale ou main mise sur le système financier international ? », « UBS et l’hégémonie du dollar », par « Jean-Claude Paye », « Réseau Voltaire », 3 mars et 21 octobre 2009.

[5] « Forbes invente la fortune de Fidel Castro », par « Salim Lamrani », « Réseau Voltaire », 24 mai 2006.

Tous Unis Contre L’Etat Islamique !

Circuler(1)

Omis ou caché
par les médias

Image de prévisualisation YouTube

Actualités Patriotes

De retour d’un séjour en Chine, « Bruno Gollnisch » répondait la semaine dernière à nos questions, non pas depuis le parlement européen de Strasbourg ou de Bruxelles mais, une fois n’est pas coutume, dans les locaux du siège du Front National à Nanterre.

- Déchéance de  nationalité : le recul des partis du Système.
- Quartiers pluriels : la franchise de Patrick Kanner.
- L’Eglise attaquée, une cabale injustifiée !
- Attentat islamiste de Lahore : l’indifférence du monde chrétien.
- Tsunami migratoire : le risque de la déstabilisation.
- « Bruno Gollnisch » reçu par de hauts responsables chinois.

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube

Actualités Patriotes

Ajoutée le 9 mars 2016
L’actualité de la semaine vue par « Bruno Gollnisch » :

- salon de l’agriculture et accueil « tendu » pour Valls et Hollande :
comprendre la détresse des agriculteurs
- le rapport « Mlinar » (gender) et journée internationale de la femme au Parlement européen :
les lobbies persistent
- former les réfugiés syriens pour qu’ils partent se battre dans leur pays :
retour sur les déclarations un peu provoc’
- consécration d’une église chaldéenne en région parisienne :
les bons et les mauvais migrants ?!
- le défilé du 1er mai du Front National annulé cette année :
sécurité ou modernisation ?

- « commémorations » du 19 mars :
la guerre d’Algérie fait encore saigner 50 ans après !

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube

Actualités Patriotes

Ajoutée le 16 févr. 2016

L’actualité de la semaine vue par « Bruno Gollnisch » :

- Le FN menacé par l’État islamique
- La question de l’euro et le séminaire des cadres du Front National
- Le groupe « ENL » en Corse : chaude « ambiance »
- Manifestation à Calais : quid du général « Piquemal »
- Nouveau remaniement ministériel : place aux Verts
- Renouvellement chez les Républicains : on prend les mêmes…
- Audition de « Michel Sapin » à l’Assemblée Nationale : le terrorisme et ses ressources
- Désertification médicale et pyramide des âges des médecins :
quelles solutions ?

http://gollnisch.com

Tous Unis Contre Ces Tricheurs !

gouffre-economie-300x133(2)

De l’ évasion fiscale !

Comment se fait-il qu’à l’heure où les États les plus puissants s’arrogent le droit d’intervenir militairement, « urbi et orbi », sans même se soucier d’authentifier les faits qui en constituent le motif, nul n’a jamais su comment contraindre des États nains comme le Panama, les îles Vierges britanniques, les Seychelles ou encore le Vanuatu à mettre un terme à leurs activités de domiciliation offshore ?

La réponse est évidente :
Personne au sein des décideurs politiques n’y a intérêt.

Contrats d’armement, organisations d’événements sportifs, achats de voix au sein des grandes organisations supranationales, financements des partis politiques et, bien évidemment, enrichissement personnel, tout ceci ne pourrait s’accomplir sans les paradis fiscaux.

Mais il serait réducteur de ramener cette épineuse question à une simple affaire de corruption, aussi massive soit-elle.

Posons-nous la question.

Qu’adviendrait-il de la mondialisation si les paradis fiscaux n’existaient pas ?
La réponse, ici aussi, n’est pas moins évidente :
Les délocalisations perdraient beaucoup de leur intérêt car, faut-il encore le rappeler, les biens produits en Chine [à titre d’exemple] par les grandes multinationales ne parviennent en Europe qu’après un siphonage massif des bénéfices dans un paradis fiscal.
Il y a donc bien deux volets dans cette affaire :
« La corruption » sur laquelle se polarisent les médias mais aussi – et c’est le plus important – « la mondialisation » !

Créer une société dans un paradis fiscal par l’intermédiaire d’un avocat est à la portée de toutes les bourses (deux ou trois mille euros, pas davantage) et l’opération ne prend que quelques jours sans nécessité de se déplacer.
La difficulté n’est pas là.
C’est l’ouverture du compte bancaire de la société nouvellement créée, de préférence chez une banque présumée irréprochable et sur une grande place financière internationale (Hong Kong, Singapour ou Luxembourg) qui pose problème, car une banque peut exiger toutes les informations qu’elle souhaite et refuser un client.
Or, jusqu’à ces toutes dernières années, les banques ont fermé les yeux… et on les comprend.
En 2012, on estimait le montant total des actifs gérés par des banques sur des comptes offshore – paradis fiscaux ou assimilés – à 21.000 milliards de dollars, soit l’équivalent du PIB des USA et du Japon combinés, ou encore dix fois la dette publique française.
Autant dire qu’il s’agit là d’une source de revenus majeure, si ce n’est la plus importante.

Mais le plus incroyable dans tout ceci est que ces liquidités qui échappent à l’impôt, en grande partie, s’investissent dans le financement de la dette publique des États.
C’est le serpent qui se mord la queue – on croit rêver.

Aussi, ceux qui espèrent que la divulgation des « Panama papers » va sonner le glas de l’évasion fiscale se font des illusions.
D’abord, le cabinet panaméen « Mossack Fonseca » incriminé n’est qu’une officine parmi des dizaines d’autres.
Surtout, et c’est le point le plus important, l’évasion fiscale a aujourd’hui atteint des proportions telles qu’y toucher pourrait ébranler l’ensemble du système financier international.

Ne boudons tout de même pas notre plaisir :
Des têtes vont tomber, des mythes vont s’effondrer, la perception que l’électeur lambda a de la vie politique va changer.

Enfin !

Christophe Servan

http://www.bvoltaire.fr    du 05/04/2016

F.HOL.-bricolage

Tous Unis Contre Ces Islamophiles!

hôtesses voilées

 Elles porteront le voile
et fermeront leurs gueules !

Ces salauds sont prêts à tout.

Bruno Le Maire et Hollande
ont le même combat.

La polémique sur le voile que les hôtesses de l’air devraient porter lors de l’atterrisage en Iran enfle.

Tant mieux !
Cela montre qu’en 13 ans le problème du voile - qui était circonscrit à l’école - est devenu et un problème de société et un enjeu politique majeur.

Et derrière le voile,
l’islam.

Finalement, on a beau informer et avertir sur le risque du halal, celui des mosquées, celui de la place de l’islam ou du ramadan dans l’entreprise, l’immense majorité des gens et des politiques s’en moquent comme du coran.

Mais le voile… quand même… Au pays d’Olympe de Gouges, ça a du mal à passer.

Et l’augmentation exponentielle des voiles dans la rue, dans le quotidien de chacun choque, dérange, interpelle… indéniablement.

Enfin, ne dérange pas tout le monde.

Non seulement le gouvernement -sans surprise-, par la voix de « Le Guen », secrétaire d’Etat aux  relations au parlement, affirme sans rire :

«Dans le pays où l’on est, on doit respecter la loi.
En France, on ne doit pas porter la « burqa ».
Si la loi iranienne prévoit cela, il appartient effectivement à la compagnie « Air France » de se soumettre à la loi iranienne, à partir du moment où la compagnie a décidé d’aller en Iran.»

A nous les dollars iraniens !
A nous les voix des chiites en France !
Et un de ceux qui se verraient bien Président de la France, Bruno Le Maire, est encore plus directif :

«On respecte la culture française en France (…)
Mais on respecte aussi la culture des autres pays»
,

tranche le candidat à la primaire de la droite Bruno Le Maire, invité dimanche soir sur BFM.

«En Iran, que cela nous plaise ou non à nous tous qui participons à cette émission, on porte le voile.
Je suis allé à Téhéran avec ma femme il y a quelques années.
Aussitôt que nous avons posé le pied sur le sol iranien, et bien ma femme a dû mettre un voile intégral.
C’est comme ça, ça fait partie de la tradition de Téhéran et des iraniens»
,

juge l’ancien ministre de l’Agriculture.

«Ce que je ne souhaite pas c’est que l’on impose au personnel d’ « Air France » des pratiques ou des cultures qui ne seraient pas conformes à la culture française, tant que l’on est sur le sol français ou tant que l’on est dans un avion de la ligne Air France.
Du moment où le personnel arrive sur sol iranien, et que sur le sol iranien, que cela plaise ou non, les femmes sont voilées, elles porteront le voile.»

On dirait que le régime totalitaire voulu par Hollande et ses sbires convient bien à celui qui aimerait leur succéder.
Voilà un pauvre type, qui n’est rien et aspire à être tout, qui considère les hôtesses de l’air comme des esclaves devant obéir :

que cela plaise ou non, les femmes sont voilées, elles porteront le voile ! 

Le pauvre type en question disait, il y a quelques années, que ce n’était pas aux politiques de s’emparer des religions.
Ah bon ?
Et la religion des hôtesses de l’air qui leur interdit de se voiler, il se torche avec ?

Le pauvre type en question avoue sans état d’âme et sans honte que sa femme s’est voilée…
Il a préféré voiler sa femme plutôt que de renoncer à un séjour au pays des mollahs…
Quel était le but et l’intérêt de ce voyage, monsieur Le Maire ?
Qui le finançait ?

Le pauvre type en question a nié malgré les preuves qu’il y ait plus de la moitié des animaux abattus en France qui le soient selon le rite « halal » (il a osé parler de 14 % !!!!).
Il a même refusé tout étiquetage de la viande « halal » qui aurait permis au consommateur de ne pas consommer « halal » à l’insu de son plein gré, prétendant que ce serait du ressort de l’UE.
Ce qui est faux.
L’UE s’occupe de l’ »étiquette de base », elle ne peut empêcher un pays d’ajouter des « précisions supplémentaires »…
Qui lui a demandé de le faire ?
Quels sont ses intérêts ?
Entre le voile,  le « halal » et ses voyages en pays musulman…
On a le droit de se poser des questions !

On rappellera juste en passant à Hollande, Le Guen et Le Maire que le principe de réciprocité qu’ils prétendent appliquer, ils se gardent bien de faire en sorte qu’il existe dans notre pays.

Ce n’est pas la « burka » qu’il faut opposer mais le voile.

– Or, qui se couche devant le voile des mères accompagnatrices à l’école ?

– Qui accepte que des nounous soient voilées et reçoivent des Conseils généraux leurs agréments ?

– Qui accepte des filles voilées dans NOS universités ?

– Qui accepte que les mères voilées entrent dans nos écoles et nos administrations ?

– Qui accepte un médecin voilé dans un hôpital ?

– Qui accepte et encourage des salles de prière, des dérogations pour le ramadan à la RATP, à la SNCF, ne sévit pas quand les hommes refusent de serrer les mains de NOS femmes ?

C’est notre culture, vraiment, tout cela ?

Ils osent dire que notre culture serait respectée en France… ? ! ?

Le halal, les mosquées, les entrées et salles séparées pour les hommes et les femmes dans les mosquées et dans les réunions musulmanes, sur le territoire français, c’est la culture française, vraiment ?

Bref, pour changer, nos traditions, notre culture, notre patrimoine… sont foulés aux pieds, méprisés et tenus pour rien et ceux des étrangers montés au pinacle.

Hollande et Le Maire bons pour êtres les premiers sur la liste pour le prochain procès de Nuremberg.
Je les verrais bien obligés de vivre en « burka » tout le reste de leur vie,
tout en accomplissant les travaux forcés les plus pénibles et les moins ragoûtants…

Christine Tasin

http://resistancerepublicaine.eu   du 05/04/2016

Ils pensent ne craindre rien car ils font partie du sexe « dit fort » même s’ils préconisent le « gender » !
Ce ne sont que des guignols qui s’agitent de façon burlesque et seront « liquidés » quand ils auront cessé d’être utiles dans un programme dont ils ne conçoivent même pas l’étendue…dans l’espace et dans le temps.
Restons optimistes, ce programme n’a jamais abouti car la race humaine n’est pas maîtresse des impondérables qui arrivent toujours au bon moment pour la sauver des rapaces !

Bien-Être Animal Bafoué En Allemagne !

attention petit

Le Fric dissimule
des Souffrances !

Chaque année, en Allemagne, des millions de poussins à peine sortis de l’œuf sont broyés, faute de valeur pour l’industrie.

Berlin refuse d’interdire cette pratique.

Dans les couvoirs industriels, les poussins mâles et femelles sont séparés dès la naissance.
Les femelles sont emmenées vers les poulaillers pour être élevées et produire des œufs,
alors que les mâles sont tués dans des broyeuses ou à l’aide de dioxyde de carbone.

L’industrie ne voit pas l’intérêt de garder les poussins mâles.

Rien qu’en Allemagne, entre 45 et 500 millions de poussins sont tués tous les ans, une violation directe des lois sur le bien-être animal, selon la plupart des experts, parce que les poussins souffrent en général lors de leur mort.
La coalition gouvernementale, composée de l’Union chrétienne-démocrate (« CDU »), de l’Union chrétienne-sociale (« CSU ») et du Parti social-démocrate (« SPD »), a décidé de ne pas interdire cette pratique, pour des raisons économiques.

« L’amélioration du bien-être animal ne se fait pas en interdisant des pratiques,
mais en coopérant avec les éleveurs »
,

indique « Dieter Stier » (« CDU »), qui explique qu’il faut éviter la délocalisation des élevages.

« Le flou entretenu par le ministre de l’Agriculture, « Christian Schmidt », autour de ce sujet le pousse vers une faillite politique »,

estime pourtant « Friedrich Ostendorff », porte-parole des Verts sur la politique agricole.

Les Verts veulent en effet abolir l’abattage des mâles et ont demandé au parlement d’interdire l’abattage des poussins d’à peine un jour.
Les régions allemandes soutiennent cette idée.
Les autorités régionales avaient déjà dénoncé le massacre des jeunes poussins, qu’elles jugent incompatible avec la législation.
Le bien-être animal est une problématique très sensible en Allemagne, où il fait l’objet d’une des réglementations les plus strictes du monde le plus souvent.

Il n’y a pas qu’en Allemagne que cette pratique est encore légale.
La législation européenne prévoit pourtant une réduction maximale de la souffrance lors de l’abattage des animaux.
En ce qui concerne les poussins mâles, les règlements de la Commission précisent que les animaux ne peuvent être abattus après 72 heures de vie, et qu’il faut s’assurer que les machines de broyage ne soient pas surchargées.
Les données récoltées avant 2009 montrent que plus de 330 millions de poussins d’un jour ont été tués dans l’UE.

En France, des scandales ont récemment éclatés après la publication de vidéos tournées dans des abattoirs, qui montrent la négligence et parfois la cruauté des employés et l’inefficacité des processus de mise à mort.
Une commission d’enquête parlementaire a été lancée, et le gouvernement s’est engagé à surveiller plus sérieusement les abattoirs, où la violence de certains comportements est dénoncé par l’association militante L214, notamment dans cette vidéo.

source « Nicole Sagener » pour « EurActiv.de »
traduction : « Manon Flausch »

http://www.euractiv.fr   du 04/04/2016

Cot ! Cot ! Cot ! Un Gros Oeuf Rosâtre !

F.HOL.5 ans

Ils le voient candidat !
Ras Le Bol !

Les proches de François Hollande lancent l’opération reconquête pour 2017 !

François Hollande définitivement plombé par le chômage et les sondages ?

Pas du tout !
Celui qui a toujours cru en sa bonne étoile n’a pas renoncé à se présenter en 2017, bien au contraire.

« Bien sûr qu’il y va ! »

C’est presque un cri du cœur de la part de ce « vieil » « hollandais », compagnon de route du président depuis de longues années.

« Je n’ai jamais douté qu’il sera candidat »,

abonde la sénatrice « Frédérique Espagnac », qui voit très régulièrement le chef de l’Etat.
Malgré les échecs, malgré son impopularité ?

« J’en ai la conviction parce que je sais ce qu’il a fait pendant son mandat, et aussi ce qu’il veut faire après »,

assure un parlementaire.

Une petite musique qui se fait entendre
à l’opposé exact de celle qui donnait, il y a seulement un mois, le président hors jeu et pas candidat à sa réélection.

Au PS, certains ne cachaient plus qu’ils avaient fait une croix sur la victoire de François Hollande en 2017.

Dès lors, les écuries concurrentes commençaient à faire entendre que d’autres seraient mieux placés pour faire gagner la gauche.

Des apéros en forme de
début de campagne

Il était donc temps pour les « hollandais » de remettre en selle l’idée d’un président, certes concentré sur sa tâche, mais qui n’a en rien renoncé à se représenter.

« Il fallait répondre à une rumeur qui s’emballait, alimentée par ceux qui voulaient y aller eux-mêmes »,

confie un proche.
L’Elysée a d’ailleurs multiplié les rencontres informelles avec les parlementaires autour de « Vincent Feltesse », conseiller du président.
Des apéros qui prennent de plus en plus « des allures de début de campagne ».

Au-delà de ce contre-feu, les supporteurs du président ont déployé toute une série d’arguments.
Le premier, c’est la « logique institutionnelle » qui ferait de François Hollande, président sortant, le « candidat naturel » de la gauche en 2017.

« Il est président, il le sera jusqu’au bout.
Et, 
*logiquement*, il sera candidat. »

Ils s’appuient aussi sur le caractère du président :

« Je ne le vois pas lâcher »,

assure un de ceux qui l’ont toujours suivi, même avant 2011, quand François Hollande était surnommé « Monsieur 3% ».

« Ce n’est pas le genre à renoncer »,

abonde un conseiller.

Vous connaissez
« l’effet rorbu » ?

D’ailleurs, les sondages catastrophiques qui s’accumulent n’ébranlent pas « Stéphane Le Foll », l’un des « hollandais » les plus fidèles.
Le ministre de l’Agriculture appelle cela « l’effet rorbu », du nom de ces cabanes de pêche sur pilotis en Norvège.
(les « sans-dents » ne peuvent pas SE PAYER de vacances en Norvège et ne connaissent que les cabanons mais aussi les splendides régions de France dont les médias subventionnés par l’état devraient faire la promotion à la place de leurs publicités intempestives et ennuyeuses ! pelosse )

« Vous voyez les campagnes de promotion de la Norvège…
Le *rorbu*, posé sur un fjord, l’eau turquoise, à l’arrière le soleil couchant…
J’ai fait un tour de Norvège en vacances, 3 000 km à moto…
Eh bien en fait, il y a trois jours de soleil par mois, si tu n’as pas quatre potes et un jeu de cartes, vraiment tu t’ennuies ! »
,

Et de conclure :

« Une photo ne donne jamais la météo.
C’est pareil pour les sondages.
Un sondage n’est jamais incapacitant. »

Et puis, malgré le fiasco de la déchéance de nationalité,
malgré la mobilisation contre la loi El Khomri,
les « hollandais » veulent croire que la politique de l’exécutif commence à porter ses fruits.

« Avec l’abandon de la déchéance, on sait qu’on va se prendre des coups de poing de tous les côtés pendant quelque temps.
Mais on est en train de voir que la politique de François Hollande est la bonne politique. »

Et d’énumérer les indicateurs économiques qui, un à un, passeraient au vert :
le déficit qui se réduit,
le bâtiment qui repart,
les transactions immobilières en plein essor,
la consommation soutenue,
les entreprises qui ont reconstitué leurs marges…

« C’est le fond de notre raisonnement sur la politique de l’offre,

explique un ministre à « francetv info ».

« Cela dit, si les résultats sont meilleurs, ils ne le sont pas encore assez pour que cela puisse être perçu.
Mais il faut redonner la perspective de l’explication à ces résultats, qui ne tombent pas du ciel.
Il faut redonner le fil. »

« Vous en voyez un autre ? »

Reste, évidemment, le problème du chômage, dont la courbe ne se décide toujours pas à baisser.

« A un moment, même le chiffre mensuel des demandeurs d’emploi va réagir favorablement à cette météo économique et sociale »

moins morose, dit un conseiller de l’Elysée.
Tout en avouant être incapable de savoir quand cela arrivera, il ajoute :

« François Hollande ne devrait pas être empêché par ce chiffre-là. »

La baisse du chômage, dont le président a lui-même fait une condition sine qua non pour se représenter, ne serait donc pas un obstacle éternel…

Ultime argument :
Il serait le mieux placé pour rassembler son camp.

« Je ne vais pas vous dire qu’il n’y a pas de problème.
Mais vous en voyez un autre ?
« 

s’interroge un vieux compagnon de route du président.

Valls ?
Il n’est pas le point d’équilibre de la gauche.
Hamon ?
Non plus.
Macron ?
Trop jeune.
C’est mieux que ça soit lui. »

Et de conclure, fataliste :

« Ce n’est pas très glorieux.
Vous pouvez avoir une candidature en positif, ou par élimination des autres.
Mais, que vous soyez un ardent « hollandais » ou par élimination des autres, vous arrivez au même résultat. »

Pas question d’entrer
en campagne trop tardivement

Les conditions ne sont pas – encore ? – réunies, mais les hollandais réfléchissent déjà entre eux à la campagne de 2017 :

« Oui, 2017 fait partie des sujets sur la table.
Chacun y va de son couplet…
En ce moment, c’est surtout :
Comment on remonte la pente ?
Quelle stratégie ?
Quel calendrier ? »

Ils sont plusieurs à tabler sur une entrée en campagne après la primaire de la droite (20 et 27 novembre), peut-être en décembre.
Pas question de refaire la campagne éclair de Mitterrand en 1988, qui avait attendu mars pour se déclarer. Même celle de Nicolas Sarkozy, parti en février 2012, est jugée trop courte.
Comme le reconnaît un conseiller de l’Elysée : « Six mois, ça ne sera pas de trop. »

« Il ne faut pas de mélange des genres, entre le président en exercice et le candidat.
Mais il faut quand même prendre le temps d’être en campagne »
,

assure un parlementaire.
Cette stratégie serait-elle compatible avec une primaire à gauche, si celle-ci voyait le jour ?
En tout cas, le président ne serait « pas contre ».
Mais attention, poursuit un autre parlementaire,

« n’oubliez pas que François Hollande n’est jamais là où on l’attend.
Vous verrez… »

Sophie Brunn

http://www.francetvinfo.fr   du 02/04/2016

ils l’attendent candidat mais les « sans dents » sont las de ses promesses non tenues !
Nous verrons !

Tous Unis Pour Décheoir Les Traîtres !

F.HOL. avance

 Hollande a encore foiré !

Le Président a utilisé la question de la nationalité française comme un moyen de remise à niveau.
Voulant tirer parti des attentats, il a tenté de retrouver son rôle institutionnel de « monarque » rassembleur !

Devant les Assemblées réunies en Congrès, il avait annoncé une révision de la Constitution.

L’extension de la déchéance de la nationalité aux terroristes binationaux nés français y figurait comme le signe le plus fort.
Cette manœuvre associait trois éléments :
– d’abord, la solennité restaurée de la fonction présidentielle ;
– ensuite, le caractère symbolique de l’appartenance à la nation ;
– enfin, l’habileté politicienne qui instaurait une mesure que la droite allait soutenir avec enthousiasme.

Normal pédale encore,
il a tout foiré !

Dans cette triste affaire, « notre » personnel politique a étalé sa médiocrité avec ostentation.
Hollande voulait l’unanimité avec le soutien de son opposition.
C’est la gauche la plus bête du monde qui s’est alors rebellée.

Remettre en question une nationalité acquise mécaniquement et par hasard mais trahie très volontairement lui paraissait un sacrilège envers le sacro-saint droit du sol.
Discriminer les détenteurs de plusieurs nationalités en leur réservant la déchéance de nationalité française afin de ne pas créer des apatrides redoublait la révolte puisqu’on touchait ainsi à une autre icône de la gauche :
Sainte Égalité.

L’idiotie profonde qui marque une telle attitude mérite d’être analysée.
On ne peut négliger d’abord cette « préférence étrangère »,
évidemment contraire à l’intérêt national,
qui domine le discours de la gauche.

De même, le souci de l’égalité au profit des binationaux fait preuve d’une surprenante conception de l’idée.
Celui qui a plusieurs passeports n’est pas l’égal de celui qui n’en a qu’un.
Lui enlever celui du pays qu’il trahit rétablit la parité.
Un minimum de réflexion chez ceux qui ont alors voulu retirer la nationalité à tout le monde les aurait amenés à cette évidence :
On aurait ainsi créé des apatrides, mais seulement pour ceux qui n’auraient été « que » français, non chez les binationaux !
Curieuse conception de l’égalité qui joue à l’encontre des nationaux !
Quant à la Liberté, elle a disparu :
Celui qui choisit de combattre la France doit garder une nationalité française qu’il a acquise sans le vouloir à la naissance.

Le bon sens commandait donc la déchéance de nationalité pour les binationaux et « l’indignité nationale » pour les Français à part entière.
C’est ce que souhaitait la majorité sénatoriale.

Mais on a alors vu et entendu quelques représentants de cette prétendue « droite » minimiser la question de la nationalité.
Monsieur  »Geoffroy Didier » ou Madame « Kosciusko-Morizet » ont fustigé ce débat inutile sur une notion subalterne.
La « nationalité » ne vaut pas une messe à Versailles.
Ce n’est rien, un « gadget », dit le premier…un « symbole », dit la seconde !

Oui, un « symbole » pour lequel beaucoup de Français sont morts et pour lequel des étrangers aussi ont donné leur vie afin de l’acquérir.
Comment des électeurs de droite pourraient-ils voter pour ces personnages obsédés par les primaires et méprisant leur pays ?
Ils se veulent sérieux : l’efficacité seule compte.
La déchéance de nationalité ne dissuadera pas les terroristes.
Il faudrait des peines incompressibles, précisent-ils.
Quelle peine, en effet, peut-elle dissuader un homme prêt à se faire exploser ?

La déchéance de la nationalité pour les traîtres binationaux, l’indignité nationale pour les Français sont des rappels à la valeur de la nationalité française.
François Hollande, en voulant être adroit, a, une fois de plus, fait reculer le pays aux applaudissements de l’ex-indépendantiste Taubira : quel symbole !

Christian Vanneste

http://www.bvoltaire.fr   du 01/04/2016

Le Début Du Réveil Des Français !

nuit debout

Place de la République !

Ce soir et pour la deuxième nuit, les Français organisent une « Nuit Debout » place de la République à Paris.
Les parisiens s’y retrouvent pour montrer au gouvernement leur opposition au projet de Loi Travail El Komhri.

Ce 1 er avril (aussi appelé 32 mars), 3 000 personnes se sont retrouvées place de la République.
La colère monte contre un gouvernement devenu autoritaire qui n’arrive pas à répondre aux problèmes des Français.
Les diverses lois sécuritaires, la camisole mises aux petits candidats, la lutte contre le terrorisme, cela entre autres exarcerbe profondément la population.
L’exaspération profonde peut-elle atteindre la révolte sociale ?
Des signes montrent que nous y basculons lentement.

Place de la République, des tentes commencent à se monter, cette manifestation citoyenne pourrait donc tenir dans la durée.
Cette « nuit debout » pourrait ainsi rapidement s’étendre à d’autres villes de l’Hexagone.
Il est évident que la solution viendra des décisions de nos politiques, hélas, peu réceptifs.
Selon les organisateurs, les Français place de la République sont présents pour montrer leur colère de manière pacifique, mais s’ils sont présents, c’est parce qu’ils voient la Francer vaciller dangereusement.
Puisque le gouvernement ne semble plus à l’écoute, ces manifestants organisent de nombreux débats, ils se parlent, ils cherchent des solutions.
Parmi eux, des salariés, des étudiants, des chômeurs… c’est en réalité l’ensemble des français qui campent place de la République pour discuter et réfléchir à l’avenir de la Nation.
Les jours qui viennent seront décisifs quant l’avenir de ce mouvement citoyen.

Joseph Kirchner
http://www.wikistrike.com   du 02/04/2016

§§§§§§

On en a marre !

Ils avaient prévenus qu’ils allaient revenir.

Ils ont tenu parole !

Ce vendredi soir, le mouvement «Nuit Debout», un collectif « Convergence des luttes », spontané et inspiré du mouvement des « Indignés » en Espagne ou du mouvement « Occupy » aux Etats-Unis, s’est offert sa deuxième «Nuit Debout» sur la place de la République.

Pas la marée humaine attendue… mais plusieurs centaines d’adolescents, beaucoup d’étudiants mais aussi des trentenaires, une cannette de bière à la main et même des quadras non loin des baraques à frites et à merguez improvisées pour l’occasion, odeur d’oignons et de graillon en sus…

«On ne veut pas de la loi El Khomry, (s’égosille une jeune « Léa »), «bac +5, au chômage, une flopée de stages non payés», «ni même du reste, des socialistes et des autres.
Y en a marre!».

Sur la place, plusieurs banderoles donnent le ton :

«La guerre, c’est la paix.
La liberté, c’est l’esclavage.
L’ignorance, c’est la force.
Georges Orwell. 1984.»

Une porte improvisée faite en carton a été installée :

«Que nul n’entre ici s’il n’est révolté».

Plus loin, il y a aussi des mouvements qui se sont invités comme ce collectif de mal logés.

Anne Hidalgo n’apprécie pas

Jeudi soir, le mouvement « Nuit Debout » avait déjà occupé la place de la République, au grand dam de « Anne Hidalgo », la maire PS de Paris qui avait déclaré :

«Les lieux publics ne peuvent pas être privatisés, il y a des mesures de sécurité.
On est obligés de faire respecter un peu d’ordre dans cette ville».

(mais pas déranger les tapis de prière n’est ce pas ? il ne faut pas les traumatiser ! pelosse)

«On s’en fout ! », commente « Sylvain », intermittent du spectacle, 32 ans, «remonté comme un coucou».
«On veut résister et créer», indique sa copine, une étudiante en sciences politiques.
A une extrémité de la place, un forum s’est improvisé.
Près de 300 personnes sont assis à terre en un arc de cercle compact tandis que certains jeunes haranguent les autres.

«On ne sait pas ce qu’on va faire mais on va décider maintenant»,

espère « Nora », «chomeuse», bonnet de laine vissé sur la tête.
A ses côtés, « Benoit », son ami, profession ? «pleins de petits trucs,» insiste que «ce n’est pas qu’un mouvement de contestation de la *loi du travail* ça va bien au delà».

Aux quatre coins de la place, des petits groupes de policiers en tenue et dans les rues alentours, plus discrètement, des files entières de camions de CRS :

«Pour l’instant, ca se passe bien, se réjouit un policier.
Ce qu’on craint, comme d’habitude, c’est l’arrivée de casseurs»
.

Cécile Carez

http://www.leparisien.fr/politique   du 02/04/2016

Pas De Chance Pour Nos Gouvernants !

censures

Regardez, Ecoutez, Taisez Vous !

Alors qu’il lançait une grande campagne contre le « racisme »,
entendez « le racisme des méchants blancs qui refusent la diversité »,
une bande de « jeunes » un peu plus turbulente qu’à l’ordinaire,
mettait Bruxelles à feu et à sang !

Toute honte bue, les médias ont vendu cette propagande gouvernementale comme si elle était la réalité « vraie »,
sans parler de la menace terroriste, autrement réelle celle-ci !

Comprenne qui pourra

On croyait pourtant avoir compris, comme nous le montrent les clips du gouvernement, que c’étaient les petits blancs ignares et les méchants skins et identitaires à front bas qui menaçaient la République

Mais est-ce envisageable que les individus qui nous gouvernent,
« compétents et sérieux »,
aient pu se tromper à ce point-là sur les dangers qui planent sur nos têtes ?

Il faudra que l’on nous explique un jour tout de même, pourquoi, quatre mois après le Bataclan, personne au gouvernement n’a songé, pour illustrer la « haine de l’autre », à montrer quelques fanatiques barbus en train d’éructer leur haine contre les mécréants ? Le gouvernement doit certainement avoir de bonnes raisons pour cela, des raisons subtiles et secrètes qui dépassent l’entendement des gens du commun…

Mais ce qui est encore plus difficile à comprendre pour les esprits ordinaires, c’est le rôle des journalistes, « si dévoués à la qualité de l’information » :
On se demande encore pourquoi les médias ont présenté ces vidéos comme s’ils étaient les portes paroles du gouvernement, son service « com », en quelque sorte.

Pourquoi aucune distanciation à l’antenne par rapport au sujet ?

« Il faut contextualiser »

explique-t-on aux apprentis journalistes, questionner le sujet :
qui, quoi, où, comment, pourquoi, on n’est pas là pour passer les plats, il faut mettre de la plus-value dans l’info !
Où est passée la déontologie ?

Il a fallu attendre que l’avocat médiatique « Gilles-William Goldnadel » mette les pieds dans le plat du politiquement correct, aux Grosses têtes de « RMC », en s’indignant de l’absence du racisme anti-blanc, pour que soit rompu, enfin, le ronron du consensus mou…avant que Bruxelles, tragiquement, enterre l’affaire.

Alors, pourquoi aucune question un tant soit peu dérangeante sur les intentions du gouvernement, pourquoi aucune question sur le contenu de cette campagne ?

Pourquoi aucun débat contradictoire pour montrer que le message que l’on nous impose comme une évidence, est peut-être plus lourd de sens par ce qu’il ne montre pas que par ce qu’il met en scène ?

Que de belles empoignades en perspectives, avec des politiques, des sociologues, des philosophes des historiens…
libres d’attaquer, ou d’approuver, la parole gouvernementale et qui se castagnent pour leur vérité.
Du spectacle, du vrai – c’est bon pour l’audimat – pour des médias avides de prouver leur liberté de ton et justifier leur titre de quatrième pouvoir…
On aurait pu imaginer un plateau avec « Zemmour » versus « BHL » dans un duel mortel, un corps à corps « Marion » la blonde contre Fourest la peste, le clash entre « de Villiers », l’aristo et le jacobin « Mélenchon », le choc entre « Mamère », pépère sévère, et « Ménard », père peinard, etc…, de quoi stimuler la créativité journalistique !

Des médias aux ordres ?

On pense, forcément, que si nos chers médias n’ont pas joué ce jeu-là, c’est qu’ils avaient de bonnes raisons pour ne pas le faire.
Préserver la paix civile exige, parfois, de sacrifier ses principes déontologiques, quoiqu’il puisse en coûter à votre conscience professionnelle.
C’est ça aussi le sens du devoir…

Car montrer des blancs victimes de racisme, n’est-ce pas encourager toutes les dérives xénophobes, véhiculer les préjugés et les fantasmes sur l’autre et ses différences ?
N’est-ce pas légitimer la peur de l’étranger, jouer sur les pensées « nauséabondes », remettre en cause le vivre ensemble qui fonde les valeurs de la République, stigmatiser les habitants des quartiers populaires, favoriser le repli sur soi de la France moisie face à la France de la diversité et de l’ouverture, ouvrir la porte au retour des heures les plus sombres de notre histoire, et surtout, prendre le risque de l’amalgame ennemi de l’altérité ?

Les journalistes sont des gens sérieux et sans concession, ils ne sont pas aux ordres, ils obéissent juste à leur conscience.
Et leur conscience en ces temps difficiles leur dit qu’il vaut mieux étouffer certains sujets si l’on veut rester au chaud.
Combien de temps ce déni durera-t-il ?
C’est toute la question

http://www.ojim.fr/medias   du 30/03/2016

Bel essai de plaidoyer !
Mais qui reste au chaud, les journalistes qui ne font pas de vagues ou les victimes de racisme anti-Blanc ?
Les journaleux font des concessions pour garder leur place et les « sans-dents » ne peuvent rien faire car ils n’ont pas la parole, ils peuvent seulement payer cette campagne nauséeuse !
Heureusement qu’il y a eu des impératifs pour les attentats de Bruxelles, payer une taxe pour l’audio-visuel pour ces torchons à longueur de journée m’aurait été insupportable !
Notre peuple Français a toujours rejeté l’islam et ne changera pas…tant qu’il vivra !
Nous sommes sous une dictature oligarchique !

Documents Secrets Qui Ne Le Sont Plus !

 top secret

 Résumés déjà évocateurs !

 

1-Système économique de l’Etat Islamique et la complicité de l’Europe est décortiqué.

2-Wikileaks révèle un espionnage économique massif de la France.

3-Révélations : Eiil se prépare à commettre un génocide et annonce la conquête de la France.

4-révélation : L’opposition syrienne est financé par Tel-Aviv.

5-Voici la preuve que les attentats de Paris sont un false-flag.

6-Selon le code pénal, Hollande est coupable de haute trahison.

7-Russie-USA : La CIA manigance  un coup d’etat contre Vladimir Poutine.

8-Pas seulement la Russie, l’Italie et d’autres européens ont vendu beaucoup d’armes à la Syrie

9-Les Etats-Unis ont recherché des failles pour organiser un coup d’état contre Poutine.

10-Le plan secret de Hollande pour rebondir.

11-Le manuel d’assassinat de la CIA révélé pour la première fois.

12-Le coup d’Etat silencieux ! Ces bureaucrates qui dirigent la France.

13-Le budget du Pentagone orienté vers une guerre avec la Russie et la Chine.

14-« Sarkozy, complice utile de l’Emirat du Qatar.

15-Ce qui se passe dans la tête de  Vladimir Poutine.

16-Comment Les scandales sonts étouffés sous le couvert de la démocratie en France.

17-Nucléaire : voila ce que la France et le Qatar nous cachent.

18-Snowden : La Nsa voulait «infiltrer» les Smartphones en Russie et en France.

19-Une note « ultra-secrète » des services secrets français sur  intervention militaire française en Syrie.

20-Poutine active ses armes nucleaires en réponse au bouclier antimissile II.

21-Comment la France soutient les djihadistes en guerre contre son propre pays.

22-Révélations de Snowden : comment les USA aident Israël et recrutent les djihadistes de l’EIIL.

23-La France reconnaît avoir fourni directement des armes aux Djihadistes.

24-Selon des officiels US, l’État islamique est né du soutien étatsunien à al-Qaïda en Irak.

25-Quelles seraient les vrais raisons de la future révolte française ?

26-Révélations : La Corée du Nord viserait à vendre des missiles à l’Etat Islamique.

27-Ben Laden avait rencontré la CIA à l’hôpital étatsunien de Dubaï en juillet 200?.

28-La Turquie et L’Etat Islamique travaille main dans la main.

29-Un général israélien du Mossad vise  à provoquer des crises dans le monde arabe.

30-Wikileaks révèle les dessous de la stratégie saoudienne pour exporter l’islamisme partout sur la planète.

31-Un document révèle la nouvelle stratégie d’al-Qaïda en Europe.

32-La Russie de Poutine, entre mise au pas et pragmatisme.

33-Un ancien agent américain du renseignement révéle L’espionnage agressif des Etats Unis par Israël.

34-Snowden : Abou bakr Al-baghdadi  est un pur produit de la Cia et du Mossad.

35-Snowden : comment les USA aident Israël et recrutent les djihadistes de l’EIIL.

36-Les services européens fournissaient les données à la NSA.

37-Le patron du Pentagone dévoile ses plans secrets sur la Syrie.

38-Le général 4 étoiles américain dévoile un plan secret pour envahir 7 pays après le 11 septembre 2001.

39-Le lobby pro-israélien et la politique étrangère suicidaire de la France.

40-Des preuves que les Turcs ont pactisé avec l’EI découvertes.

41-Un rapport américain sur le financement d’Al-Qaïda par la France et le Qatar.

42-La Menace Nucléaire Israëlienne Pour L’UE.

43-Le manuel d’assassinat de la CIA révélé pour la première fois.

44-Le général Vincent Desportes : les États-Unis ont créé Daech par intérêt politique à court terme.

45-Le rapport sur la torture pratiquée par la CIA révélé après 5 ans.

46-L’Occident pourrait utiliser l’Etat islamique comme prétexte pour entrer en guerre contre la Russie.

47-Comment François Hollande a vendu la France à l’Arabie Saoudie.

48-Un nouveau document secret révèle la stratégie globale de l’Etat Islamique.

49-16 agences de renseignement prédisent l’effondrement des USA pour Mai 2016.

50-WikiLeaks révèle comment les Etats-Unis ont poursuivi de manière agressive le changement de régime en Syrie, .

en provoquant le début d’un bain de sang.

51-Voici les preuves des liens existant entre Washington et l’État islamique.

52-Top secret : Attentat en France en préparation –  Manoeuvres et exercices militaires franco-saoudiens très « discrets » en Savoie

53-Révèlation : Comment Rabat s’est allié avec Israël contre l’Algérie.

54-Le rôle diplomatique secret de Google dénoncé par Julian Assange.

55-Le Sénateur John McCain le modèle afghan doit inspirer les Etats Unis en Ukraine.

56-Les 4 cas de haute trahison commis par l’ex président Sarkozy.

57-Les accords secrets entre Israël et les pays arabes du Golfe rendue publique.

58-le réarmement nucléaire et secret de l’Allemagne pour la guerre probable contre la Russie.

59-Le Qatar et l’Ukraine viennent de fournir des Pechora-2D à Daesh.

60-Le plan secret de Sarkozy pour rebondir.

61-Le Mossad Prédit un Coup d’Etat Militaire en Algérie.

62-Le rapport sur la torture pratiquée par la CIA révélé après 5 ans.

63-Le Qatar reconnaît ses liens avec l’Etat Islamique  en Syrie.

64-Le général Vincent Desportes : les États-Unis ont créé Daech par intérêt politique à court terme.

65-L’oligarchie financière, la corruption des banques  un document ancien révèle tout !

66-Julian Assange révèle plan secret pour renverser le gouvernement syrien.

67-De la Russie soviétique à la Russie de Poutine : l’évolution du pouvoir des régions.

68-La NSA a fait de l’ Allemagne sa plus grande station d’écoutes en Europe.

69-La stratégie communicative de Sarkozy.

70-Exclusif : 50 espions étatsuniens déclarent que leurs renseignements sur l’Etat islamique ont été manipulés par des hauts fonctionnaires de l’US Central Command.

71-La Turquie avertit en secret l’ambassadeur russe contre le bombardement des positions du groupe Etat islamique en Syrie.

72-Le document secret de l’armée française.

73-Les preuves : La Menace Nucléaire Israëlienne Pour L’UE.

74-La France espionne l’Algérie depuis 2009.

75-Les projets secrets de l’US Air  Force.

76-Preuves:«Hollande  nous soumet à la grosse Allemagne.

77-Comment des armes ukrainiennes se sont-elles retrouvées aux mains de Daesh.

78-Comment la France aide les terroristes islamistes.

79-Comment les médias français sont acheté pas les hommes d’affaires.

80-Daech, partenaire financier de la Haute finance internationale.

81-De nouveaux documents de Snowden révèlent que Facebook espionne les messages privés et dénonce à la police.

82-Des documents atomiques confidentiels et classifiés des Etats-Unis.

83-Des documents de la NSA ajoutent plus de détails au plan de déstabilisation du Moyen-Orient.

84-Des documents de Wikileaks révèlent l’implication de l’Arabie Saoudite dans la formation de l’Etat Islamique.

85-Des secrets fondamentaux exposés la NSA a utilisé des agents infiltrés dans des compagnies étrangères.

86-Documents déclassifiés Obama a Ordonné  d’entrainer  Etat Islamique.

87-Erdogan Avoue Que L’Etat Islamique Recrute Et S’entraîne En Turquie.

88-Est-ce qu’un groupe de colons israéliens a utilisé des fonds gouvernementaux pour espionner des ONG des droits de l’homme ?

89-Etats-Unis-Israël : Les signes d’une politique commune, dès 2008, pour éliminer les figures-clés du régime syrien et de ses alliés.

90-Exclusif  Le document de la CIA qui révèle ce que l’Algérie a proposé au Maroc en secret.

91-L’ex-patron du MI6 : Le gouvernement britannique est prêt à  entrer en guerre contre la Russie

92-La doctrine secrete de Poutine.

93-La stratégie d’Israël contre le Hamas exposée dans deux câbles Wikileaks.

94-Le bilan de Nicolas Sarkozy : ce qu’il a fait de la France pendant 5 ans.

95-Les Gouvernements arabes et occidentaux soutiennent le terrorisme en Syrie - Document de l’ONU.

96-Les points de crispation de la politique étrangère russe.

97-Preuves : israel manigance contre l’Algérie.

98–Secret d’Etat : la France soutient Al-Qaïda en Syrie.

99-Un document déclassifié révèle l’affinité entre l’occident et Daech.

100-Wikileaks  les secrets gênants de l’Arabie Saoudite.

101-Y a-t-il une surveillance de masse en Russie ?

102-Relations NSA -Israël dans un nouveau document d’Edward Snowden.

103-Preuves : les médias mainstreams sont achetés par les organisations oligarchiques.

104-Les attaques contre Charlie Hebdo venaient de l’Elysée.

105-Le Qatar reconnaît ses liens avec l’Etat Islamique en Syrie.

106-Comment le Pentagone se prépare à une guerre contre la Russie.

107-Comment le ministère des Affaires étrangères saoudien contrôle les médias arabes.

108-Les dessus de La fabrication du Président Nicolas Sarkozy.

109-Comment les Etats-Unis et Israel soutiennent Al-Qaeda en Syrie.

110-Comment les USA et ses complices ont créé  les groupes terroristes derrière les attentats en Occident.

111-Comment Poutine force les Etats-Unis à dévoiler leur jeu en Syrie.

112-Comment US utilise l’EIIL pour conquérir l’Europe.

113-Compilation des documents révélés par Edward Snowden.

114-Connaissez ces pay europens qui financent Eiil.

115-Des fuites révèlent que le Mossad israélien a déclaré explicitement que l’Iran ne produisait pas d’armes nucléaires.

116-Documents secrets US de 2012 déclassifiés L’Occident facilitera la création d’État islamique.

117-Entretien Exclusif : Donald Trump révèle son plan.

118-Est-ce qu’un coup d’Etat pourrait arriver aux Etats-Unis ?

119-Etat islamique, ses cinq sources de financement.

120-La relation de renseignement de la NSA avec Israël (document).

121-La Russie de Poutine et  la sécurité européenne.

122-Le Pentagone déclassifie un document top-secret sur le programme nucléaire israélien.

123-Le prince saoudien avoue que l’Arabie saoudite est derrière Etat Islamique.

124-Les ambassades de Nouvelle-Zélande utilisées pour l’espionnage — documents Snowden.

125–Les services secrets français ont-ils organisé les attentats de Paris pour faire accepter un coup d’État ?

126-Quand Hollande avoue explicitement avoir armé l’Etat Islamique.

127-WikiLeaks : Un agent d’Al-Qaeda a travaillé pour le MI6.

128-Un document officiel du Pentagone attestant que Etat islamique a bénéficé de camps d’entrainement et de formation américains.

129-Un témoignage des bonnes relations de la Turquie avec l’Etat Islamique américains.

130-Une fuite de documents de la NSA révèle une cyberguerre entre les USA et Israël !

131-Wesley Clark : «L’EI a été fondé grâce au financement de nos alliés les plus proches»

132-WikiLeaks : « Plus de paiements à Gaza ? »

133-WikiLeaks : La nouvelle guerre sale pour l’uranium et les minerais d’Afrique .

134-Wikileaks révèle les dessous de la diplomatie saoudienne en Algérie .

135-WikiLeaks révèle que la guerre civile syrienne était bel et bien une reconfiguration orchestrée par l’administration américaine .

http://documentinterdit.com/downloads/revelation-de-135-documents-secrets/

Le Sabotage Du Moyen-Orient Déborde !

 syrie

 Y a-t-il une « main invisible »
derrière le chaos mondial actuel ?

La guerre civile qui divise la Syrie a depuis longtemps débordé des frontières nationales :
elle affecte aujourd’hui la stabilité du Liban, de la Turquie, de l’Irak, de la Libye et du Yémen, renforce les contradictions entre l’Arabie saoudite et l’Iran, et ses répercussions atteignent de plus en plus souvent l’Europe !

La Belgique, jusqu’ici considérée comme sûre, s’est transformée en arène de la guerre terroriste.
Il semblerait même parfois qu’une « main invisible » pousse l’Union européenne — d’abord Paris et maintenant Bruxelles, deux capitales de la bureaucratie européenne — à participer au partage des sphères d’influence au Moyen-Orient.
Et la liste des pays subissant les conséquences directes ou indirectes du conflit continuera de s’allonger tant que l’incendie de la guerre mondiale ne se répandra pas sur le reste du continent.

Il suffit de prendre l’exemple du Liban, confronté aujourd’hui à un choix injuste mais fatidique — entre le « Hezbollah » et l’Arabie saoudite — qui aspire Beyrouth dans les sables mouvants de la lutte interconfessionnelle.
Étant donné que les sunnites et les chiites représentent près de 60% de la population du pays (et ce, à part égale), miser sur l’une des communautés risquerait de provoquer une guerre civile comme en 1975-1990.
La rupture avec le « Hezbollah », qui serait en soi une démarche positive dans les relations avec les chiites libanais et les catholiques, reviendrait à un suicide étatique :
Il serait alors impossible de régler la crise gouvernementale dans un avenir prévisible.
Riyad joue aujourd’hui le rôle de détonateur politique :
En février, les Saoudiens ont suspendu leur assistance militaire à l’armée et à la police libanaises (soit 3 milliards de dollars),
et en mars, à leur initiative, la Ligue arabe a proclamé le parti au pouvoir « Hezbollah » « organisation terroriste », rompant immédiatement les liens économiques et politiques qui reliaient Beyrouth aux capitales des monarchies arabiques.

Sans oublier l’histoire difficile des relations libano-syriennes :
Le conflit libanais pourrait être relancé par la moindre petite étincelle comme en avril 1975, après l’assassinat des gardes du corps du leader du parti chrétien « Kataëb Pierre Gemayel » qui avait provoqué l’attaque d’un bus transportant des Palestiniens.
Résultat : une guerre civile de 15 ans.
Ironie du sort, la Syrie faisait entrer et sortir ses troupes au Liban avec l’accord des USA — l’armée syrienne y a ainsi stationné d’avril 1976 à avril 2005.
C’est seulement avec l’assassinat du premier ministre « Rafiq Hariri » (février 2005) et les grandes manifestations qui s’en sont suivies que Washington a pu enterrer le projet de Grande Syrie, préparé pendant de longues années par Damas.
Néanmoins, les Américains ont préservé une influence indirecte sur le Liban, à laquelle a contribué la guerre de juillet 2006 contre Israël.
Cinq ans plus tard, la Syrie se transformait en principal théâtre des opérations, remplaçant l’Irak de « Saddam Hussein » mis en pièces.

Pourquoi les USA ont-ils ainsi saboté le Moyen-Orient ?

Question de géographie.
Le Liban et la Syrie sont les portes orientales de la Méditerranée, la principale artère commerciale qui relie depuis les siècles l’Europe à la Chine.
Au XXIe siècle, les Américains s’y battront pour une nouvelle histoire en détruisant les vestiges du pouvoir colonial européen.
La Grande émeute prendra la place de la Grande Syrie.

source : « Regnum » pour « https://fr.sputniknews.com »

http://www.citoyens-et-francais.fr   du 30/03/2016

12345...16

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43