Archive | TROQUET Flux RSS de cette section

Les Syndiqués Sont A Bonne Ecole !

Eclatderire

Un prêté pour un rendu !

Tout le monde n’a pas la poisse d’avoir des parents communistes !

Le haut cadre d’Air France déchemisé est le fils d’un ponte du PCF !
Le procès des syndicalistes d’Air France accusé d’avoir molesté deux dirigeants de la compagnie aérienne nationale en 2015 dans le cadre d’une manifestation contre les réductions d’effectifs a placé sous les feux de l’actualité « Pierre Plissonnier », 62 ans, directeur de l’activité long courrier d’Air France, un secteur particulièrement touché par les mesures d’économies prévues.
C’est lui que l’on vit s’échapper en catastrophe de la foule des syndicalistes enragés, la chemise blanche flottant en drapeau sur son torse dénudé, un vidéo qui connut un succès planétaire :
1,7 milliards de vues sur Youtube !

La CGT s’en prend à un fils du PCF

Les gros bras de la CGT, qui se sont livrés à ce morceau de bravoure qui restera dans les annales de la lutte du prolétariat contre ses exploiteurs connaissaient-ils le pedigree de l’homme qu’ils prenaient un plaisir sadique à humilier publiquement ?
N’as-t-il pas subi ce traitement  spécial, heureusement de moins en moins fréquent dans les conflits sociaux de notre temps, en raison de la trahison de classe dont il se serait rendu coupable, lui qui était issu d’une famille exemplaire de la « nomenklatura » stalinienne française ?

« Pierre Plissonnier », en effet, est le fils unique de Gaston Plissonnier et de son épouse, née Juliette Dubois, aujourd’hui décédés, qui furent des membres éminents de la hiérarchie du PCF, où il firent toute leur carrière, depuis leur adhésion à ce parti en 1935 jusqu’à leur retraite au début des années quatre-vingt.

Gaston et Juliette, fidèles parmi les fidèles de la ligne stalino-thorézienne, s’engagèrent dans la Résistance après 1941, lorsque le pacte germano-soviétique vola en éclats après l’attaque des armées nazies contre l’URSS.
Ils oeuvrèrent, avec courage et succès, à la reconstitution et au maintien de l’appareil du Parti jusqu’à la Libération, ce qui leur valut une ascension rapide dans ses instances, alors que le PCF était au faîte de sa puissance électorale.

Gaston et Juliette

Gaston n’était pas de ces dirigeants batteurs d’estrade et connus du grand public, comme Maurice Thorez ou Jacques Duclos.
C’était un « homme gris » de l’appareil, un travailleur de l’ombre, méthodique et efficace, bénéficiant de la confiance du noyau dirigeant français, plus important encore, et de la section internationale du PCUS, qui n’hésitait pas à lui confier des tâches délicates, comme l’organisation du soutien financier et logistique aux partis communistes clandestins en Espagne et au Portugal.
En France il occupait le poste clé de secrétaire administratif du Comité centralet de la redoutée «  section des cadres », qui faisait et défaisait la carrière des permanents du Parti à tous les échelons, promouvant et purgeant en fonction des oukases venus de Moscou, et des luttes internes au sein du PCF.
Il conserva cette fonction jusqu’à la fin des années 70, ce qui lui valut le surnom de « secrétaire perpétuel » au sein du parti.
Cette longévité n’était pas sans lien avec les fiches biographiques complètes et détaillées de tous les cadres politiques et administratifs, dont il avait le contrôle, ce qui le met à l’abri de coups tordus de la part de ceux qui auraient l’envie de le débarquer.
Qui, en effet, n’a pas fait un pas de côté, politique ou personnel qui pourrait ressortir au moment opportun ? C’est lui, par exemple, qui impose Georges Marchais contre Roland Leroy en 1971, pour la succession de Waldeck Rochet, préférant un secrétaire général plombé par son passé de travailleur volontaire en Allemagne à un homme d’appareil contaminé, à ses yeux, par sa longue fréquentation des intellectuels communistes, secteur dont Leroy avait la charge au sein du Bureau politique.

En 1954, Gaston Plissonnier et Juliette Dubois officialisent leur union à un âge relativement avancé, 43 ans pour lui, 45 pour elle.
Pierre est donc «  l’enfant de la dernière chance », choyé comme tel et faisant la fierté de ses parents par de brillantes études, comme nombre de fils et filles « d’archevêques communistes » d’ailleurs.
Cela pourrait être un édifiante histoire d’élitisme républicain, si l’on considère que le couple Gaston et Juliette Plissonnier étaient entré à 15 ans dans le monde du travail.
Même s’il était un brillant sujet scolaire, l’accès de « Pierre Plissonnier » aux étages de direction d’Air France n’est pas étrangère au fait que le ministère des transports, tutelle de la compagnie aérienne nationale , entre 1981 et 1984, était détenu par le communiste Charles Fiterman, dont Plissonnier avait favorisé la carrière au sein du parti.
L’hérédité fit le reste, et le jeune Plissonnier, sut, comme son père, se tirer sans dommages personnels des changements d’orientations opérés au-dessus de lui…
En revanche, la mémoire syndicale n’avait pas oublié d’où venait l’homme maintenant chargé de mettre en oeuvre les compressions d’effectifs exigées par les bouleversements économiques intervenus dans le transport aérien. La brutalité dont il fut la victime n’avait donc rien de fortuit.

Luc Rosenzweig

http://www.causeur.fr  du 30/09/2016

Les Médias Ne Font Que Du Cirque !

trump

Leur meilleur candidat !

Ces propositions de Trump dont les médias ne parlent jamais !

Dans les médias du monde entier, l’image qui est véhiculée de Donald Trump est très souvent liée à ses sorties volontairement provocatrices et caricaturales.

Ancien directeur du « Monde Diplomatique » le journaliste « Ignacio Ramonet » a fait l’effort de s’intéresser à ce qui se cachait (ou à ce qui était caché) derrière ce voile teinté de fantaisie.

« Comment un personnage avec de si misérables idées peut rencontrer un tel succès chez les électeurs américains qui, évidemment, ne sont pas tous décérébrés ?
Quelque chose ne cadre pas »
,

(écrit-il sur le site Mémoires des luttes)

Ainsi, en se penchant de plus près sur le programme du candidat Républicain à la Maison blanche, le journaliste a découvert sept « options fondamentales qu’il défend, et que les grands médias passent systématiquement sous silence ».
Certes, Trump met en scène des propositions et des déclarations sur les immigrés, les femmes ou encore les handicapés qui feraient fuir le premier socialiste (ou communiste) venu.
Mais ce dernier a également promis de :
- « diminuer les prix des médicaments, d’aider à régler les problèmes des « SDF »,
- de réformer la fiscalité des petits contribuables,
- et de supprimer un impôt fédéral qui touche 73 millions de foyers modestes »,
note Ignacio Ramonet.

Et ça, aucun média ne prend le risque d’en parler.
Pas plus que de sa proposition :
- d’augmenter « les taxes sur tous les produits importés »
- avec également des « droits de douanes de 40% sur les produits chinois ».

Aussi, Trump a frappé un grand coup en proposant d’augmenter les impôts des traders travaillant pour des fonds spéculatifs.
En effet, ce dernier propose « le rétablissement de la loi Glass-Steagall (votée en 1933 pendant la Dépression et abrogée en 1999 par William Clinton), qui séparait la banque traditionnelle de la banque d’affaires pour éviter que celle-ci puisse mettre en péril l’épargne populaire par des investissements à haut risque », souligne Ramonet.

Opposé au traité de libre échange nord-américaine (ALENA) et transpacifique (TPP), Trump n’exclut pas de quitter l’organisation mondiale du commerce.
Un protectionnisme ayant pour seul objectif de protéger les plus faibles et les plus lésés par la mondialisation sauvage.

« Dans des régions comme le rust belt, la « ceinture de rouille » du nord-est où les délocalisations et la fermeture d’usines ont fait exploser le chômage et généralisé la pauvreté, ces propos sont reçus avec enthousiasme et font renaître tous les espoirs »,

reconnaît ainsi le journaliste.

Enfin, Trump est aussi l’un des seuls candidats à s’être positionné fermement contre l’impérialisme et l’interventionnisme étasuniens.
Pour lui, il faut en finir avec cette politique étrangère d’interventions tous azimuts car l’Amérique n’en a plus les moyens ni même la vocation.
Aussi, le milliardaire compte bien réformer l’Otan afin qu’il n’y ait plus de « garantie d’une protection automatique des États-Unis envers les pays membres ».

Pour Ramonet, au-delà du bruit médiatique autour du candidat et de ses sorties tapageuses, qu’il condamne par ailleurs, ces propositions originales « expliquent sans doute un peu mieux les raisons de son succès auprès de larges secteurs de l’électorat américain ».

http://www.ojim.fr  du 28/09/2016

L’ ONU Elit Son Caniche De L’ Année !

F.HOL.traitre

Homme d’état ?
Pas pour les Français !

Monsieur 8 %, « homme d’État de l’année » ?
Ne riez pas !

Quand on voit l’information dans la presse, on se dit que c’est un canular, ou une bonne blague, peut-être même une de celles dont il a, paraît-il, le secret :

François Hollande recevra, en début de semaine, à New York, pour la 7 1e Assemblée générale des Nations unies, le prix de… «l’Homme d’État de l’année».

Si on voulait vraiment rire, s’ils voulaient vraiment nous faire rire, ils auraient pu choisir David Cameron, pour avoir rendu, contre son gré, la parole et la souveraineté à son peuple, ou Madame Merkel, pour son sabordage généralisé de l’Union européenne.
Et il est vrai que, dans ce fiasco, économique et migratoire, Monsieur Hollande ne fut que le « vice-chancelier », pour reprendre l’heureuse formule de Madame Le Pen.
On aurait pu aussi choisir Monsieur Erdoğan, car s’il y a bien un dirigeant qui a vraiment renforcé son État cette année, c’est lui, et nul autre.

Mais, au fait, qui sont-ils donc, ces « ils » new-yorkais qui ont élu notre Flanby national « homme d’État de l’année » et lui ont décerné ce prix ?
Il s’agit de la fondation interconfessionnelle « Appeal of Conscience », fondée en 1965 par le rabbin « Arthur Schneier », survivant de la Shoah, et qui souhaite récompenser ceux qui œuvrent pour « la paix, la tolérance et la résolution des conflits ethniques ».

On se dit que nos amis new-yorkais devraient revenir faire un peu de tourisme dans la France de François Hollande, sur nos plages, dans nos banlieues ou du côté de Nice, ou un pèlerinage au Bataclan.
Et, s’ils sont juifs, ils devraient se demander comment vivent leurs coreligionnaires en France, quelle est la nature du nouvel antisémitisme qui y sévit et par quelles complaisances la gauche et les socialistes de Monsieur Hollande l’ont laissé se développer.

Ils devraient, aussi, se demander ce que François Hollande a fait, « ou pas fait », avant janvier 2015, pour qu’on en arrive là, et après, pour que l’horreur se reproduise, mois après mois, inexorablement.
Ils devraient, aussi, se repasser le film des événements du 14 juillet dernier, entre son interview annonçant la fin de l’état d’urgence et l’attentat de Nice quelques heures après.

Quand on a vécu cet été meurtrier-là, si on avait encore quelques doutes, on sait que Monsieur Hollande n’a jamais été et ne sera jamais un homme d’État.

François Hollande, loin d’être un artisan de la paix, est le premier Président d’une France désormais en guerre à cause d’une situation qu’il n’a pas voulu voir et qu’il a contribué à créer par sa politique et son aveuglement, en France et à l’étranger.

La clairvoyance n’est pas la qualité majeure des cercles onusiens, on le savait.
Les Français sont heureusement plus lucides puisqu’ils ne veulent pas voir Monsieur Hollande se représenter… à plus de 85 %.
Dans le dernier sondage Odoxa pour « France 2″, ils ne sont plus que 8 % à le juger comme le meilleur candidat pour représenter la gauche.
De toutes les personnalités testées, il est même… dernier !

On hésite donc encore :
Ce prix est-il une manifestation de l’humour juif new-yorkais
ou un lot de consolation, un cadeau de départ, pour un Président en bout de course dépassé par les événements du début à la fin de son mandat ?

Alice Au Pays Du Vilain Politislam.

emoticone bonne nuit

Faites pas de cauchemars !

Noire-Pluie et les 7 nains djihadistes

C’était au milieu de l’hiver, et une pluie torrentielle tombait en cette nuit noire sur ce lointain royaume de l’orient où il ne pleut quasiment jamais.
La quatrième favorite du Sultan était en train d’accoucher et lorsque l’enfant eut vu le jour, la pauvre femme mourut.
On appela la petite fille qui venait de naître « Noire-Pluie » en référence à cette funeste nuit et cette pluie si rare dans ces contrées.

Dans ce royaume Il y avait un Mollah qui était extrêmement fier et dévot et qui ne pouvait souffrir que quelqu’un d’autre soit plus religieux et pratiquant que lui .
Il avait un miroir merveilleux et quand il se mettait devant lui pour admirer sa djellaba il disait :

« Petit miroir, petit miroir, dis-moi qui est le plus béni d’Allah ? »

Et le miroir répondait :

« Mon cher Mollah, tu es le plus béni par Allah sur cette terre des croyants »

Alors il bichait comme un pou car il savait que le miroir disait la vérité.

Mais Noire-Pluie grandit et devenait toujours plus dévote, normal elle n’avait que ça à faire, lire et relire le Coran, et quand elle eut 9 ans, l’âge de se marier dans ces contrées soit-dit en passant, comme le mollah demandait une fois de plus à son miroir pour la quatrième fois ce jour -là :

« Petit miroir, petit miroir, dis-moi qui est le plus béni d’Allah ? »

Le miroir qui commençait à en avoir marre répondit aussitôt :

« Noire Pluie, est mille fois plus bénie de Allah que toi, fous moi la paix maintenant »

Le mollah, consterné, devint livide de rage et d’envie.
Depuis ce moment, la vue de « Noire-Pluie » lui bouleversa le cœur, tant la petite fille lui inspirait de haine.
L’envie et la jalousie ne firent que croître en lui, et il n’eut plus de repos ni jour ni nuit.
Enfin, il fit venir son sicaire et lui dit :

« Portez l’enfant dans le désert…
je ne veux plus l’avoir devant les yeux , là, vous la lapiderez et vous m’apporterez son foie et ses poumons, comme preuve de l’exécution de mes ordres. »

Le sicaire obéit et emmena l’enfant avec lui dans le désert mais là, il tomba sous le charme de « Noire-Pluie » ce qui constitue un exploit quand on songe qu’elle avait une Burqa et il renonça à la lapider.
D’ailleurs ça l’arrangeait drôlement vu que le désert ne porte pas ce nom pour des prunes et donc va trouver des pierres sur cette étendue de sable à la con.
Et comme il vit courir devant lui un chien, il le tua, en prit le foie et les poumons, s’en fut les présenter au mollah, qui les fit bien assaisonner et cuire :
et le méchant homme crut manger la chair et le sang de « Noire-Pluie ».

Pendant ce temps, la pauvre enfant errait toute seule dans le vaste désert.
Puis elle se mit à courir sur les dunes comme possédée ce qui constitue un effort remarquable :
va donc courir avec une Burqa et en babouches !
Elle courut aussi longtemps que ses pieds purent la porter, jusqu’à un petit bled, et elle aperçut alors une petite cabane où elle entra pour se reposer.
Tout dans cette cabane était petit, mais si vilain et si crasseux qu’on ne saurait le décrire.
Il y avait une petite table avec sept petites assiettes, chaque assiette avec sept petites fourchettes et sept petits gobelets.
Contre le mur, il y avait sept paillasses l’une à côté de l’autre.

« Pluie-Noire » avait très-faim et très-soif.
Elle mangea une cuillerée de pois chiches avec un peu de couscous, et but dans chaque gobelet une goutte d’eau, car elle ne voulait pas prendre une seule part tout entière.
Puis, comme elle était fatiguée, elle essaya de se coucher sur l’une des paillasses…
mais l’une était trop longue, l’autre trop petite, et enfin il n’y eut que la septième qui fut à sa taille… elle y resta donc, fit sa 8ème prière de la journée sur la descente de lit et s’endormit.

La nuit venue, les maîtres de la cabane arrivèrent…
c’étaient des nains djihadistes qui combattaient les infidèles et en trucidaient le plus possible pour la plus grande gloire d’Allah et de son prophète.
Ils allumèrent leurs petites lampes, et quand le logis fut éclairé, ils virent bientôt que quelqu’un était passé par là, car tout n’était plus dans le même ordre où ils l’avaient laissé.

Après avoir regardé un peu partout ils finirent pas trouver « Noire-Pluie » sur leur paillasse et se récrièrent d’étonnement et chacun fut chercher sa lampe pour mieux la contempler.
Ils étaient ravis de l’admirer et se gardèrent bien de l’éveiller.
Le matin, quand « Noire-Pluie » sortit de son sommeil, elle vit les petits hommes et fut effrayée.
Mais ils se montrèrent fort aimables et lui demandèrent son nom.

« Je me nomme Noire-Pluie» dit-elle.
– Par quel hasard, reprirent les nains, es-tu venue dans notre maison ? »

Alors elle leur conta son histoire comment le vilain Mollah avait voulu la faire tuer, comment le sicaire l’avait épargnée, et comment elle avait couru tout le jour jusqu’à ce qu’elle rencontrât la petite cabane.
Les nains lui dirent :

« Veux-tu faire notre ménage, les lits, la cuisine, coudre, laver, tricoter ?
En ce cas, nous te garderons avec nous et tu ne manqueras de rien.
Et ils ajoutèrent :
veux-tu participer à la cause et accomplir “le jihad du sexe” et y assouvir les besoins sexuels des combattants islamistes que nous sommes ?»

« Noire-Pluie » leur promit tout ce qu’ils désiraient et resta chez eux.
Elle vaquait aux soins du ménage.
Le matin, les nains s’en allaient pour égorger, tuer, couper en rondelles tout ce qui passait d’infidèles dans la région…
le soir, ils rentraient au logis, où le diner devait se trouver prêt sinon c’était des coups de fouet.
Et puis bon, tous les soirs c’était chaud.
Toute la journée la jeune fille était seule, et ils l’avertissaient en partant de se tenir sur ses gardes :

« Car, disaient les bons petits hommes, le mollah saura bientôt que tu es ici, n’ouvre à personne ! »

Cependant, le mollah qui croyait avoir mangé la chair et le sang de « Noire-Pluie », pensait bien être de nouveau le plus béni par Allah, et pour en avoir l’assurance, il se mit devant son miroir et lui dit :

« Petit miroir, petit miroir, dis-moi qui est le plus béni d’Allah ? »

Aussitôt le miroir de répondre :

« Mon cher mollah, vous êtes le plus béni ici, Mais « Noire-Pluie » au-delà des montagnes, chez les sept petits nains djihadistes, est mille fois plus bénie que vous.
Je peux y aller maintenant ? »

Le mollah pâlit de colère…il savait que le miroir ne mentait pas, et il reconnut que le sicaire l’avait trompé et que « Noire-Pluie » vivait encore.
Il commença en guise d’apéro, par faire couper au sicaire une main, un pied et une oreille histoire de montrer qui commande.
Il songea derechef aux moyens de tuer l’autre poufiasse qui commençait à drôlement lui courir sur la couscoussière…
car aussi longtemps qu’il ne serait pas le plus béni d’Allah, il sentait qu’il n’aurait pas de repos.
Enfin, il imagina de se grimer le visage et de s’habiller en vieux bédouin, de façon à se rendre méconnaissable.
Puis il s’enferma dans une chambre secrète et y prépara des dattes empoisonnées, superbes à voir, moelleuses et brunes de peau, fraîches à croquer, ces dattes avait le pouvoir de tuer quiconque en goûterait un morceau.

Ainsi déguisé, il alla errer au bled, et finit un beau jour par arriver chez les sept nains djihadistes, frappa à la porte de la cabane et cria :

« des dattes, des belles dattes .. qui veut goûter mes dattes ? » et la jeune fille mit la tête à la fenêtre. « Je ne dois laisser entrer personne, dit-elle, les nains me l’ont défendu.
– Soit ! répliqua le bédouin, cela m’est égal…
on m’achètera mes dattes ailleurs, tenez, en voici une, je vous la donne.
– Non, dit « Noire-Pluie », je ne dois rien prendre.
– Auriez-vous peur de quelque poison ? dit le vieux…
regardez, voici une datte pour vous et une datte pour moi. »

Il avait bien calculé son coup le vieux dégoûtant, car il avait préparé une datte non empoisonnée mélangée à ses dattes de la mort et il était capable de la distinguer des autres.
Sans compter que manger des dattes ce n’était pas par hasard :
des dattes sous une Burqa c’est nettement plus fastoche que par exemple, tiens, manger une pomme.

« Noire-Pluie » avait envie de la belle datte, et lorsque le bédouin se mit à mâchonner la sienne, la pauvre petite ne put y tenir davantage…
elle tendit la main et en pris une bien remplie de poison.
À peine ses lèvres s’y furent-elles posées, qu’elle tomba morte sur le sol.
Le bédouin la considéra avec des yeux terribles, rit aux éclats et dit :

« je t’ai eu spice de conasse, t’es vraiment trop une boufonne et en plus, fini de rigoler avec les nains ! »

Et lorsqu’il interrogea son miroir, selon sa formule habituelle :

« Petit miroir, petit miroir, dis-moi qui est le plus béni d’Allah ? »

Le miroir répondit au bout de la quatrième fois :

« je parle pas aux bédouins »

ce qui est assez logique quand on y pense.
Et une fois que le mollah eut retiré ses oripeaux et redevenu lui-même, le miroir donna enfin sa sentence :

« Mon cher Mollah, tu es le plus béni par Allah sur cette terre des croyants »

Alors le mollah fut transporté à un point qu’on ne peut imaginer et pour finir se pissa dessus.

Les nains, en arrivant à la maison, le soir, trouvèrent « Noire-Pluie » étendue par terre, sans haleine et sans mouvement.
Ils étaient catastrophés car ils avaient perdu leur escl.. enfin leur collaboratrice.
AK47 était particulièrement remonté parce que justement le soir même c’était normalement son tour, enfin je ne vais pas vous faire un dessin.
A ce stade de l’histoire il est utile de rappeler les noms désormais célèbres de ces 7 nains :
AK47 donc puis Walou, Vener, Niktamer, Chouya, Chouf et Glaoui.

Pour la réveiller, ils lui donnèrent quelques coups de pied…
lui racontèrent des histoires drôles mais rien n’y fit la pauvre enfant était morte et resta morte.
Ils la couchèrent sur une vasque (la bière étant interdite je vous le rappelle).
Puis ils voulurent l’enterrer…
mais elle avait si bien l’air d’une personne vivante enfin si on peut avoir l’air vivant sous une Burqa, qu’ils se dirent :

« Nous ne pouvons la mettre dans le sable. »

Ils lui firent un cercueil de verre pour qu’on pût la voir de tous côtés, l’ensevelirent dedans et écrivirent dessus en lettres d’or, qu’elle était fille de sultan et se nommait « Noire-Pluie ».
Ensuite ils placèrent le cercueil sur le haut de la plus grande dune du coin.
Et le temps passa et « Noire-Pluie » ne changeait pas de figure, ne semblant toujours qu’endormie dans sa burqa.

Or, il advint qu’un Sheikh , allant par le désert, venait chez les nains pour y passer la nuit.
Mais il passa à côté de la dune et vit « Noire-Pluie » couchée dans le cercueil de verre et lut ce qui s’y trouvait écrit en lettres d’or.

Bon les versions divergent à partir de là.
Certains disent que le Sheikh a voulu l’embrasser et s’est pris les pieds dans la burqa,
d’autres disent qu’il a essayé de la retourner mais on se demande bien pourquoi enfin quoi il aurait fait ça, quoi qu’il en soit.
« Noire-Pluie » est tombée du cercueil et que ce faisant la datte est sortie de son gosier.
Presque aussitôt, elle rouvrit les yeux, se redressa et dit :

« Par la barbe du prophète ! où suis-je ? »

– Avec moi qui vient de te délivrer. Et il lui raconta ce qui s’était passé.
– Veux-tu venir en mon palais et devenir ma 7ème épouse.
J’ai personne le vendredi ?
s’écria le Sheikh plein de joie
Et « Noire-Pluie » que la perspective de retourner avec les 7 nains, un tous les soirs trouva que c’était beaucoup mieux de bosser un soir par semaine seulement.

Et ils partirent ensemble pour le palais du Sheikh dans le soleil couchant.
Lui fier sur son chameau, elle cinq mètres derrière comme il se doit.

Quant au vilain mollah, il s’est tailladé les veines de désespoir, avec un bout du miroir qu’il avait brisé de rage quand celui ci lui avait répondu que « Noire-Pluie » faisait un remake de Blanche fesse et les 7 mains, une vague histoire de mécréants.

Mille pardons aux frères Grimm…

Pierre Bleven

http://ripostelaique.com  du 11/09/2016

La Dernière Grande Mode Du Politislam !

Tchoporcvoile

Dans Notre République Française !

Le mors de Fatima libère la femme !

Hommes de peu de foi !
Peuple de mécréants ivres de médisance !
N’en aurez-vous donc jamais assez de répandre votre fiel à l’encontre des nobles fils d’Allah, des serviteurs fidèles du Prophète (que la Bénédiction du Précité soit sur Lui et sur Sa Descendance), de ces enfants du Sabre et du Croissant qui tentent depuis des siècles d’offrir au monde l’incomparable lumière du Saint Coran pour éclairer enfin les ténèbres scientistes de l’Occident ?

Grâce à « Pierre Cassen », fondateur de « Riposte Laïque » (mâtin, quel journal !) et animateur clandestin du « P.I.F. » (Parti des Islamophobes de France, le parti de ceux qui ont l’islam dans le pif) ainsi qu’à « Philippe Karsenty », nous avons pu découvrir un nouvel accessoire de mode qui fait fureur dans les Émirats Arabes Unis (http://ripostelaique.com/apres-le-voile-la-burqa-et-le-burkini-la-museliere-islamique-bientot-en-france.html) :

Le mors de Fatima

Et aussitôt, au lieu de s’interroger sur l’utilité de cet accessoire, au lieu de réfléchir paisiblement et objectivement à ses avantages (et à ses éventuels inconvénients), toutes les mauvaises langues (non encore confinées dans leur palais) se sont déchaînées contre cet objet avec une violence inouïe.

C’est bien ce que l’on appelle un procès d’intention.

Pis, c’est une grave atteinte à ce « vivre-ensemble-dans-la-paix-l’amour-et-la-fraternité » qui nous est si cher.

Faisons fi de toute cette hargne obscurantiste et penchons-nous calmement, sans haine et sans crainte (levez la main droite et dites : « je le jure ») sur cet unique objet de leur ressentiment.

Ce qui frappe au premier abord, c’est l’esthétique raffinée de l’œuvre.
Un subtil agrégat d’angles et de courbes semble réconcilier deux géométries antinomiques, les deux filles rivales d’Euclide en quelque sorte.
C’est un pont jeté entre deux mondes, une passerelle reliant enfin les Anciens et les Modernes, l’expression définitive d’un œcuménisme artistique parfaitement abouti.

La bouche, stylisée dans un design tout à fait contemporain, est représentée sous un angle déporté de quatre-vingt-dix degrés :
l’influence du Maître Pablo Picasso est indéniable…elle est ici magnifiée, sublimée, portée à un sommet de grâce et d’intelligence.

À l’inverse, la couleur de l’ensemble est un hommage plein de révérence à l’ancien monde.
Cette teinte verte, joliment usée, comme patinée par le temps, n’est pas sans évoquer quelque bronze d’une autre époque, de ces témoins figés, muets, qui contemplent l’éternité de leurs yeux morts et tranquilles. Serait-ce celle des yeux d’Athéna ?
La controverse est telle, à ce sujet, que je ne m’y risquerai pas…

C’est un artiste, donc, qui a donné forme et vie à cet objet, un artiste intemporel, délié de toutes les contraintes de l’instant présent, un de ces hommes – rares – qui tutoient l’infini, le front dans les étoiles, et vont leur chemin sans se soucier des modes ou de l’air du temps.

Mais au-delà de ses qualités purement artistiques – qui se suffiraient à elles-mêmes – cette nouvelle parure a une réelle utilité et vient apporter aux sœurs dans le chemin d’Allah le secours et l’assistance dont elles avaient si grand besoin.

Les femmes sont des êtres fragiles, faibles, prompts à céder à la tentation.
Les mahométans, dûment instruits à ce sujet par le petit livre vert du Président Momo, le savent mieux que quiconque.

Les laisser sortir dans la rue ou dans quelque autre lieu public revient à les livrer sans défense à une multitude de stimuli, de tentations, de provocations du Diable lui-même ou de ses djinns (qui vont souvent par paires) au risque, pour elles, d’y succomber et de se condamner aux flammes éternelles de l’Enfer.
Quel homme pieux laisserait sa fille, sa sœur, sa mère, son épouse courir un tel danger ?

Mais le pauvre disciple du Grand Chamelier n’a pas toujours le loisir d’accompagner lui-même l’imprudente qui s’obstine à affronter les périls de la rue.
Entre les prières et les ablutions, les repas et le temps (long) de la digestion, les épouses à honorer et les esclaves à labourer pour la plus grande gloire d’Allah, le temps qui lui reste est bien court…

Et c’est alors que notre génial créateur, inspiré par le Très-Puissant et Très-Miséricordieux cité plus haut, inventa ce nouvel accessoire, le mors de Fatima, à la fois parure féminine élégante et raffinée et instrument de sauvegarde de la femme en terre d’Islam.

Ainsi, la sœur fragile qui souvent s’égare jusqu’à adresser la parole à des inconnus, parfois même à des hommes qui pourraient être – c’est à peine si j’ose le dire – des Juifs ou des associateurs, en sera-t-elle, grâce à lui, empêchée et préservée de la damnation surchauffée.

Ainsi, la faible créature, sans homme à ses côtés pour la protéger pendant la période bénie du Ramadan, trouvant par hasard – et en plein jour – un grand verre d’urine de chameau perfidement laissé sur son chemin par le Tentateur, ne pourra-t-elle céder au désir irrépressible de le vider d’un seul trait, au prix de son salut éternel.

Ainsi, la moukère voilée, éloignée pour un temps de son gynécée et sujette à d’autres appétits (sur lesquels je ne m’étendrai pas), sera-t-elle empêchée, grâce au mors de Fatima, de faire de sa bouche l’usage odieux (que rigoureusement ma mère m’a défendu de nommer ici) qu’en font trop souvent les mécréantes occidentales et qui leur vaudra, à coup sûr, une éternité de souffrances au sein du Grand Crematorium d’allah.

Et voilà, lecteurs impies, tout ce que vous n’aviez pas vu, j’en suis sûr, tout ce à quoi vous n’aviez pas songé avant de déverser vos tombereaux malséants d’injures et d’anathèmes sur ce qui constitue un réel progrès pour l’Humanité tout entière !

Grâce au mors de Fatima, les hommes pieux seront enfin rassurés sur le sort de leurs épouses-sœurs-mères-filles dans l’Au-Delà, sans devoir pour autant leur interdire toute sortie hors les murs.

Grâce au mors de Fatima, les filles aimantes du prophète seront préservées de la tentation sans avoir à fournir pour cela le moindre effort de volonté.

Aussi, je vous le dis, je le clame haut et fort : en vérité, le mors de Fatima libère la Femme !

Et c’est ainsi qu’allah est grand.

Raphaël Delahaut

http://ripostelaique.com  du 04/09/2016

Notre Premier Ministre Du Chaos !

 valls-pleurniche-encore-277x300 (1)

Manuel Valls !

Ce gouvernement est impayable !
Non content d’être à l’origine des sept plaies d’Égypte qui s’abattent implacablement sur notre pays, celui-ci persévère diaboliquement dans la haute trahison du peuple Français !

Dans un entretien confié à un célèbre quotidien vespéral de référence, le Premier ministre réitère des propos qui lui auraient valu, en des époques plus reculées, un procès expéditif suivi d’une décapitation en place de Grève devant une foule surchauffée :

« Cette guerre, qui ne concerne pas que la France, va être longue et nous allons connaître d’autres attentats.
Mais nous allons la remporter.
Car la France a une stratégie pour gagner cette guerre.
Nous devons, d’abord, écraser cet ennemi à l’extérieur. »

On reste abasourdi !

Non seulement Manuel Valls affirme tranquillement que les Français vont continuer à se faire zigouiller sur leur propre sol, comme jadis aux temps sanglants des attentats du FLN, mais encore, en bon adepte de la méthode Coué, nous assure-t-il que notre pays, désarmé en tous les sens du terme, va finir par remporter cette « guerre » contre un ennemi se trouvant « à l’extérieur » de nos frontières disparues !

De deux choses, l’une :
- soit le chef du gouvernement prend ses concitoyens pour des imbéciles (ce qui demeure, hélas, une probabilité),
- soit il feint de croire réellement ce qu’il avance,
sachant pertinemment que la situation est devenue littéralement explosive au point qu’il se trouve impuissant pour l’endiguer.

L’aveuglement idéologique comme cause de cette criminelle impolitique serait une explication trop réductrice.
Le recours à l’ingénierie sociale offre une grille d’analyse beaucoup plus subtile d’une réalité infiniment plus complexe qu’on ne pourrait le penser, de prime abord.

Prosaïquement, nous avons affaire, depuis des décennies, à un piratage en règle du cerveau humain, par son conditionnement, lequel influe, au choix du neuro-pirate, sur l’inné ou l’acquis. Concernant ce dernier champ, il s’agira de neutraliser ou de contourner les mécanismes culturels de défense pour s’immiscer (à la façon d’un viol) dans le psychisme de l’individu et façonner, ainsi, son consentement par acceptation résignée ou inconsciente de toute situation qui lui paraissait encore suspecte ou anormale aux heures glorieuses de son esprit critique.

En d’autres termes, explique « Lucien Cerise » :

« L’ingénierie sociale, en tant qu’art de la modification d’autrui à son insu, pourrait à bien des égards être décrite comme la version laïcisée des doctrines hermétiques et ésotériques de manipulation de masse. […]
Ainsi l’on gouverne par le chaos,
- on organise l’anomie,
- la psychose sociale,
- la démolition contrôlée du psychisme et de la société,
- on effrite la réalité,
- on liquide même toute forme de réalité en rendant impossible de se constituer une stabilité cognitive et psychosociale quelconque.
On fabrique ainsi des neuro-esclaves »

(Gouverner par le chaos, 2010).

Dans sa fameuse Psychologie des foules, « Gustave Le Bon » décrivait ainsi le conditionnement des masses :

« Evanouissement de la personnalité consciente,
- prédominance de la personnalité inconsciente,
- orientation par voie de suggestion
- et de contagion des sentiments et des idées dans un même sens,
- tendance à transformer immédiatement en actes les idées suggérées.
[L’individu] n’est plus lui-même, il est devenu un automate que sa volonté ne guide plus. »

Aristide Leucate

http://www.bvoltaire.fr  du 30/07/2016

Pelosse a des problèmes de connexion par temps d’orage.
Par précaution pour le matériel informatique, les prises électriques doivent être débranchées, nous sommes en zone très orageuse.

Panem & Circences Pour Les Sans Dents.

foot

S’en foutre du foot ?

Quand le désintérêt
devient suspect…

(Ce texte est dédié aux deux flics
au carrefour proche de chez moi
qui laissaient faire, d’un air débonnaire,
les hurlements divers,
les cornes de brume,
les pétards et klaxons
jusque deux-trois heures du matin,
sans intervenir…)

Je n’ai aucune animosité contre le sport, encore moins contre le football en tant que tel y ayant joué avec plaisir en UNSS (comme arrière gauche) pendant ma scolarité dans le secondaire.
En revanche, j’ai toujours été complètement indifférent à toute l’hystérie, l’adulation excessive, autour des joueurs.
Enfant, ou adolescent, je ne comprenais pas ce qui poussait mes camarades à s’échanger des images Panini de types jouant avec plus ou moins de talent au ballon.
Je me contentais de boire du Fruité pomme-cassis avec « Platini » en photo sur l’étiquette parce que Fruité c’était « plus musclé ».
J’étais sans hostilité, je faisais même des efforts pour m’intéresser, mais c’était peine perdue.
Je n’y arrivais pas, c’est tout, sans que cela par ailleurs ne me traumatise.

Ce n’était pas par vanité, je ne me suis jamais en outre prétendu plus intelligent ou moins conformiste que les « footeux ».
Je ne me sentais pas et ne me sens toujours pas supérieur à eux, c’était simplement que je m’en foutais du foot à la télé comme spectacle pénible car pour moi ennuyeux à mourir…
Et surtout, comme encore aujourd’hui, l’obligation de me réjouir de la façon la plus primaire possible
— car le reste du troupeau se réjouissait et se réjouit avec fracas —
m’emm…bêtait et m’embête toujours prodigieusement…

Heysel et Furiani,
Roland et Larqué…

De temps en temps, l’on arrivait à me convaincre non sans peine de regarder un match à la télévision, ce que j’acceptais pour montrer ma bonne volonté, mais dans ce cas où je tombais sur le désastre du Heysel, ou sur celui de Furiani.
Cela ne m’encourageait pas vraiment à me passionner même si j’avais un peu de sympathie pour des petits clubs encore « bon esprit » tel celui de Lens, préservés de l’omniprésence de la pub et de la sottise grégaire des meutes de supporteurs lourds à supporter qui trouvent dans leur soutien à tel ou tel équipe de « foûtebôle » surtout un moyen de prouver à tout prix leur défaillante virilité, de montrer selon une de leurs expressions favorites « qu’ils ne sont pas des pédés ».
Un non-supporteur étant obligatoirement soupçonné d’homosexualité refoulée ou honteuse…

Je me souviens bien également de « Thierry Roland » et de « Jean-Michel Larqué » se demandant sur un ton impatient et courroucé, de manière parfaitement et je l’espère inconsciemment indécente, alors qu’il y avait déjà des morts dans les tribunes, si la rencontre allait bientôt commencer parce que leur attente commençait à être bien longue, les « pôôvres »…

Placer son patriotisme
dans le foot ?

Je me rappelle aussi de l’hystérie autour du fameux France-Allemagne de 1982 que même Zemmour a évoqué avant la demi-finale de l’Euro 2016 avec des trémolos dans la voix.
C’était « l’ennemi héréditaire » qui recommençait à montrer toute sa fourberie, toute sa brutalité avec l’agression de Battiston sur le terrain.
Le foot redevenait excitant comme un ersatz de guerre, la France allait devoir prendre sa revanche sur l’humiliation de juin 40 en jouant à la baballe mieux que les « sales Boches ».

Placer son patriotisme dans le « foûte » me paraît encore en 2016 légèrement ridicule…

De plus, tout ce « storytelling » soigneusement débité autour du foot ça permet encore maintenant de faire passer la pilule de mesures iniques, comme celle-ci par exemple dont on parlera peu avant, pendant et après la finale de l’Euro de dimanche.
Je ne mettrais pas ma main à couper non plus que quel que soit le résultat, les scores des « bleus » feront remonter Hollande et Valls dans les sondages.

« Panem et circenses », cela fonctionne de toute éternité afin de mener les peuples là où bon semble à l’oligarchie !

Amaury Grandgil

http://www.causeur.fr  du 08/07/2016

Cela fonctionne très peu de temps, surtout quand le facteur temps n’a plus la même incidence, les oligarques l’utilisent quand ils sont au bord du gouffre.

Notre Beau Monde Se Dévergonde.

Lettre

Interdit aux lecteurs sensibles !

 

carla-bruni-aime-susciter-l-etonnement-lors-de-ses-interventions_5625883

« Les confessions déjantées de la tigresse Carla »

L’on vous devine, Madame, si petitement vêtue d’un affriolant négligé arachnéen, tranchant la gorge de l’infidèle qui vous cocufia éhontément.
Digne héritière des Borgia, vous confessâtes à une gazette que votre époux, « Nicolas le Bref », dormait sans pyjama, abîmé dans le sommeil vertueux d’un mari qui n’a rien à craindre de la vindicte d’une femme bafouée.
Nous fûmes ébaubie d’apprendre que « le Bref » se trouve présentement rangé des voitures.
Avouez, Madame, qu’il ne mérite point d’éloges pour cet exploit!
Qu’il vienne en effet à sombrer de nouveau dans le marivaudage, qu’aussi sec, vous lui tranchez la gorge ou les oreilles durant son sommeil.
Par le Ciel, Madame, vous nous fîtes chuter de notre méridienne, à lire vos propos sur votre propre condition de bâtarde, condition que vous aimez au point d’en affubler votre mari.
L’ancien roi « Nicolas le Bref », un bâtard!
Un sang mêlé, un esclave affranchi qui, selon vos propres mots, ne fait point partie de l’establishment !
Une sorte de corsaire, de Spartacus, un mulâtre révolté, convenablement ciré, couvert de chaînes, fouetté au sang par les sbires d’un latifundiaire bordelais, avide et cruel :
un nobliau hiératique sans cesse à prononcer de terribles sentences, rendues d’une voix caverneuse.
Cet allusion à l’establishment, établissement devrait-on dire à présent que les « Rosbifs » ont décidé de nous snober, cette allusion toute de perfidie, Madame, qui visait-elle au juste ?
Monsieur de Juppé, archétype de l’énarchie régnante, tout le contraire de votre époux, valeureux héros de la « Puszta », dont vous louez la gueule de métèque.
Votre Raymond, ainsi que vous le chantâtes, « Tu es ma came, je t’aspire, je t’expire et je me pâme », serait-il réchappé de Koh-Lanta, triomphant des éléments hostiles d’une implacable jungle, royaume d’une tigresse aux crocs acérés, assoiffée de sang ?
Nous nous pâmâmes également à vous lire :
ce remake des « Feux de l’amour » nous enchanta :
Ce fut un délice !

 Bâtarde !

Quel plaisant divertissement !
Ces confessions brûlantes, d’une richesse inouïe, nous ont donc appris qu’à l’instar de « Madame de Maintenant », vous êtes une bâtarde.
Une bâtarde qui a réussi, tout au contraire de son ancêtre qui avait du faire son content d’un mariage morganatique, à ce que l’on raconte en gloussant.
Mais nous nous interrogeâmes sur la pertinence d’un entretien aussi déjanté.
Et nous flairâmes le coup de com’:
habile, mais un peu cousu de corde à puits.
Sous couvert d’évoquer votre vie conjugale de façon si peu conventionnelle, vous tentâtes de nous faire gober que votre mari n’était point de cette engeance « enarchique » que la vulgate brocarde à tout va.
Vous fîtes d’une pierre deux coups:
flétrir Monsieur de Juppé, le doge de Bordeaux, tout ainsi que le Flou, lui-même issu de ce sérail tant décrié.
Monsieur de Sarcosie, Lucky Luke.
Jusques alors, ses ennemis le peignaient plutôt comme Joe Dalton :
Du progrès dans le casting…
Mais avez-vous seulement confessé, Madame, que vos sulfureux propos vous avaient valu de recevoir pléthore de cadeaux d’un goût plus ou moins exquis ?
L’on jabote en Cour :
- Monsieur de Juppé vous aurait (fait) porter une dague, assortie d’un écu, à des fins de conjurer le mauvais sort.
- Monsieur Le Maire, avec ses airs d’enfant de choeur un peu polisson, vous aurait fait tenir un poignard adoré de scènes de chasse.
Avec un petit mot galant :
« Vise la carotide, Carla, d’un coup sec! ».
- Madame d’Alliot-Marie, « envapée » de ses séjours en Cyrénaïque, se serait fendue d’un cimeterre au manche couvert d’éclats de nacre.
- Monsieur de Fillon, moins entiché de salamalecs, aurait choisi un Opinel, jugeant que le meurtre du « Bref » ne valait point qu’il sacrifiât à la dépense.
- La baronne Morano aurait quand à elle chipé un couteau de cuisine :
la roture a elle aussi son étiquette.
Ainsi donc gréé de toutes ces lames dressées, le plumard du « Bref » ressemblerait à présent à un tapis de fakir.
Peut lui chaut!
Le voici aux anges, à exulter!
Son étoile brille de nouveau au firmament, tout alors que celle de Monsieur de Juppé prend des allures de luciole.
Le voici à chanter :
« Le Flou dans les choux, le Vieux à l’asile ».
Vous a-t-il suggéré de mettre en musique cette ritournelle de fan zone ?

source :   »Hervé Karleskind » sur  » http://blogs.lexpress.fr/chroniques-politiques-marquise-sevigne« 

http://actu.orange.fr  du 30/06/2016

Est Ce Assez Proche De La Réalité ?

poucec-1 (1)

Réformes des cours
d’Histoire de France

 

Au lycée, dans le 9.3, en cours d’histoire, le professeur pose une question….


- Qui a cassé le vase de Soissons ?


- C’est pas moi, m’sieur ! dit Mohamed.


- C’est pas moi non plus ! crie Rachid.


- Ni moi ! crie Naïma !…

Et toute la classe braille et nie avoir cassé le vase, ce qui finit d’anéantir le pauvre prof…


Le soir même, après les cours, il va raconter au directeur ce qui s’est passé dans sa classe et le niveau catastrophique de ses élèves.


Le directeur dit :


- C’est trop grave, il faut prévenir l’Inspecteur d’Académie !


L’inspecteur vient le lendemain et après s’être fait relater les faits, dit :


- Ce manque de culture va trop loin, il faut en aviser le Ministère !


Le lendemain le recteur est à Paris au Ministère de l’Éducation Nationale.


Il rend compte de l’événement à la ministre, qui l’écoute avec attention.


Après un moment de réflexion, Najat Vallaud-Belkassem fouille dans son sac à main et en sort deux billets de 50 euros qu’elle tend au recteur d’académie en lui disant :


- Prenez cet argent, vous rachèterez un autre vase, vous le mettrez à la place du premier, vous ne dites rien à personne, et on étouffe l’affaire !

 

Autre Que Réseau Social

 

 

 

Qui Protège Hillary Clinton A Ce Point ?

à faire circuler

Les magouilles électorales !

Alors que la presse célèbre la victoire au sein du Parti démocrate de la première milliardaire de l’histoire, une sombre bataille juridique se poursuit dans l’ombre.

Le rapport du département d’État sur les courriels d’ »Hillary Clinton », et les différents actes judiciaires qui ont suivi, établissent que celle-ci s’est rendue coupable de : 

- Obstructions à la Justice par Madame  »Clinton » et ses conseillers (Section 1410) ;
- Obstruction à des enquêtes criminelles (Section 1511) ;
- Obstruction à l’application de la loi locale et fédérale (Section 1411) ;
- Crime fédéral de négligence avec des informations et des documents classifiés (Section 1924) ;
- Détention dans son ordinateur à son domicile, sur un serveur non sécurisé, de 1 200 documents secrets (Section 1924)
- Félonie.
Madame  »Clinton » a déclaré sous serment à un juge fédéral avoir remis au département d’État tous ses courriels.
Cependant, l’inspecteur général du département d’État a déclaré cette semaine que c’était faux (Section 798) ;
- En outre, elle a déclaré sous serment que le département d’État l’avait autorisé à utiliser son ordinateur personnel pour travailler à son domicile. L’inspecteur général du département d’État a déclaré cette semaine que c’était faux (Section 798) ;
- Madame « Clinton » n’a pas signalé aux autorités, ni même à son département, que son ordinateur personnel avait été piraté plusieurs fois.
Elle a cependant demandé à son administrateur système d’essayer de protéger son ordinateur.
- Concussion et recel.
La Fondation « Clinton » et Madame  »Clinton » ont été corrompues pour que le département d’État ferme les yeux sur diverses pratiques (Loi Rico et Section 1503).

En principe, les faits et leur gravité étant établis par le FBI, le département d’État, et un juge fédéral, « Hillary Clinton » aurait dû être arrêtée cette semaine.

« Bernie Sanders », autre candidat à l’investiture démocrate, pariait sur l’arrestation de Madame « Clinton » avant la convention de leur parti.
Il a donc décidé de se maintenir, bien que n’ayant pas le nombre suffisant de délégués.
Mais, convoqué à la Maison-Blanche, il a été informé par le président Barack Obama que celui-ci empêcherait son administration d’appliquer la loi.

Joignant l’acte à la parole, le président OBAMA a publiquement soutenu la candidature de Madame  »Clinton ».

Source : http://www.voltairenet.org

http://www.wikistrike.com  du 11/06/2016

Une Solution Comme Une Autre.

france-deuil

Des promesses non tenues !

Et si, en plein bordel, Hollande cassait sa pipe ?

Grâce aux exploits de ce gouvernement,
qui a réussi à vouloir passer en force sur la loi El-Khomri,
voilà donc la France bloquée par les troupes de choc de la CGT et ses supplétifs islamo-gauchistes.

Et chacun de proposer sa solution !

« Manuel Valls », aussi droit dans ses bottes que « Juppé » en 1995, annonce qu’il maintiendra son projet jusqu’au bout, et ne démissionnera pas.

Les opposants, dopés par leur capacité de nuisance et la faiblesse de ce régime, demandent ni plus ni moins que le retrait de la loi.

« Florian Philippot », au nom du FN, demande également ce retrait, mais en outre la démission de « Manuel Valls » et la dissolution de l’Assemblée nationale.

Il peut toujours attendre.

Il ne reste qu’une seule solution, que personne n’a le courage d’émettre :
Il Faut que celui que « Robert Albarèdes » appelle le scootériste de l’Elysée, voire le libidineux, nous fasse une « Félix Faure » !

Petit cours d’histoire pour les moins instruits.
Alors âgé de 58 ans (4 ans de moins que Hollande actuellement),
le président de la République, « Félix Faure », en pleine affaire « Dreyfus », sollicite, ce 16 février 1899, les services de sa maîtresse, « Marguerite », à 17 heures.
La légende prétend qu’il aurait pris un aphrodisiaque pour être au sommet de sa forme à cette heure précise, mais que « l’entretien » aurait mal tourné.
Peu de temps après que le couple se fut installé dans le « salon bleu » de l’Élysée, le chef du cabinet, alerté par des cris, aurait découvert le président, sans autre vêtement qu’un gilet de flanelle, râlant, allongé sur un divan et la main crispée dans la chevelure de sa maîtresse, tandis que « Marguerite », déshabillée, réajustait ses vêtements en désordre.

Et naturellement, « Clemenceau », qui ne ratait jamais un bon mot, ne put s’empêcher de commenter l’événement :

«Il voulait être César, il ne fut que Pompée !».

La malheureuse Marguerite fut rapidement surnommée «Pompe funèbre», et mourut, cinquante-cinq ans après l’événement, en Grande-Bretagne, dans le Sussex (cela ne s’invente pas…).

Si un tel destin arrivait à Hollande, cent-dix-sept ans plus tard, la question n’est pas de savoir qui serait la « Marguerite 2016″, bien qu’évidemment, cela passionnerait les foules.
Peu importe que cela fût la mère de ses quatre enfants,
la journaliste avec qui il commença son mandat,
l’actrice avec qui il le continua,
ou une quelconque ministre ou secrétaire d’Etat venue « dialoguer » avec le Président.
Ce qui nous intéresse est bien évidemment politique :
Que se passerait-il si le palpitant du libidineux flanchait, comme a flanché celui de « Félix Faure » ?

Rappelons que, dans d’autres circonstances, le 2 avril 1974, « Georges Pompidou », en plein exercice de son mandat, trouva la mort, rongé par une cruelle maladie.
Que se passa-t-il alors ?
Ce fut d’abord le président du Sénat, « Alain Poher », qui assura l’intérim du Président.
Puis, ensuite, il ne fallut qu’un seul mois pour organiser les élections présidentielles, les 5 et 19 mai 1974, qui virent « Giscard d’Estaing » battre « Mitterrand » et succéder à « Pompidou ».

Donc, que se passerait-il si le scootériste de l’Elysée cassait sa pipe (facile),
ou passait l’arme à gauche (facile aussi…),
en plein bordel, que, par son incompétente, il aurait créé ?

« Gérard Larcher », président du Sénat, assurerait l’intérim.

On ignore si les syndicalistes arrêteraient tout, ou bien si « Valls » aurait trouvé la porte de sortie pour sauver la face, mais les mouvements s’arrêteraient de suite, et la vie reprendrait son cour.

Mais la « sortie de route » du « Guignol de l’Elysée » mettrait une gigantesque pagaille dans les appareils politiques du PS et des Républicains, qui ont tout programmé pour l’échéance de mai 2017.

Imaginez le « pastaga » chez les Républicains…
Terminées les primaires, plus le temps !
Et donc, « Sarkozy » s’auto-proclamerait, vu son statut de chef du Parti, candidat.
Ce que, bien évidemment, « Juppé » ne pourrait accepter. Donc, la primaire « Sarkozy-Juppé » aurait lieu lors du premier tour !
Et pendant ce temps-là, tous les autres postulants se vendraient au plus offrant, mais il faudrait faire très vite !
Il n’est pas certain que l’ancienne UMP résisterait à un tel séisme.

Et au PS, je préfère ne pas y penser.
Naturellement, « Manuel Valls » penserait que son heure est venue.
Mais « Macron » n’aurait peut-être pas envie d’attendre encore cinq ans.
« Cambadélis » offrirait ses services à celui qui serait en tête dans les sondages.
Quant à l’aile gauche, elle réclamerait, bien évidemment, une autre politique, vraiment à gauche, et nous balancerait peut-être un « Montebourg »
Le PS risquerait d’exploser, surtout que les postes de députés qui suivraient la présidentielle risqueraient d’être fort rares.

Naturellement, « Méluche », dopé par des sondages qui le donnent à la même hauteur que Hollande, en ce moment, irait au mastic, et le pire est que cela pourrait marcher !

Une partie des Verts, derrière « Cosse » et son « Beaupin », soutiendrait le PS dès le premier tour, en échange de quelques strapontins de députés, l’autre moitié derrière « Duflot », aurait envie d’y aller.
Mais les caisses sont vides, et il faut faire 5 % pour être remboursé.

« Dupont-Aignan », toujours insensible à ce qui se passe autour, continuerait à la jouer solo, espérant faire 5 % et rentrer dans ses frais.

Et le FN ?
Il serait sans doute celui qui serait le moins perturbé par cette nouvelle, car chez eux, le scénario est clair :
c’est Marine, même si le climat interne n’est guère fameux, et que l’opération Béziers, de Robert Ménard, n’a guère été appréciée.
Mais la candidate, qui avait prévu de prendre du recul durant cette année, pour aller à la rencontre des Français et peaufiner son programme, devrait redescendre dans l’arène au plus vite.

Reste la seule question qui compte.
Cette disparition prématurée du scootériste libidineux de l’Elysée prendrait-elle tout le monde de court, et serait-elle profitable à la candidate du camp patriote, qui, grâce à ce coup du sort, se retrouverait à l’Elysée dès 2016, à la surprise générale… ?

Si tel était le cas, ne faudrait-il pas décorer de la Légion d’Honneur la « Marguerite 2016″, pour services rendus à la Nation ?

Cyrano

http://ripostelaique.com  du 30/05/2016

Quelle Connerie Cette Loi Du Travail !

tele-realite

Pas tout le monde !
Pas ce foot envahissant !
Pas ces Pubs pour bobos !

J’ai vérifié , c’est vrai  !!! …

Ces salopards des télés se gardent bien de nous en informer !!!

LOI EL KHOMRI
attendez vous à savoir ce que la télé ne vous dit pas……

Au début, quand j’ai eu l’information, j’ai cru que c’était une blague …
un « hoax » comme on dit !

Si vous voulez vérifier, tapez “Loi El Khomri salles de prières” dans GOOGLE !
Vous serez édifiés !

Partant du principe établi et vérifié en cette période ( surtout en cette période…) d’incompétence et de mensonges, à savoir qu’il n’y a peut-être pas de fumée sans feu, j’ai donc vérifié sur internet !
Je les savais fourbes, incapables, incompétents, irresponsables ( vous voyez de qui je veux parler …) …
mais abrutis et vendus à ce point à l’Islamisme…, je ne me l’imaginais pas !

He oui, notre chère Ministre Socialiste «  El Khomri » a « glissé » dans son texte de loi sur le nouveau code du travail , l’obligation de mettre à disposition dans les entreprises de plus de 50 personnes des salles de prière(S)(c’est 5 fois par jour pour eux !), pour les musulmans !
Du délire ? …non pas du tout, vous pouvez vérifier sur internet , c’est malheureusement exact !
Vous en aviez entendu parler à la télé ( « organe de désinformation du peuple Français ») ?
Non ?
Moi non plus !

Loi EL KHOMRI, la fin de nos origines…!

Le projet de Loi EL KHOMRI renferme bien d’autres secrets avec, entre autre, la suppression des jours fériés liés à la religion chrétienne !

En effet, ces fêtes traditionnelles sont « d’un autre temps et ne correspondent plus au principe de la laïcité ».

Afin d’adapter le calendrier aux diverses communautés religieuses françaises, et suite au Décret de Loi datant du 1er Avril 2015, il sera établi à partir de 2017 un nouveau calendrier Républicain sans fête religieuse.

Seules subsisteront les fêtes nationales.
(De quelles nations et de quels français ? – pelosse)

(Mais ils  se croient en 1793 avec le calendrier Révolutionnaire ?…………)

L’Observatoire National du Culte Musulman voit cela comme une avancée intéressante et juste ……..

 

FAITE SUIVRE,
IL FAUT QUE CELA SE SACHE !

Autre Que Réseau Social

Bien sur que je fais suivre !
Le peuple en a ras le bol de ces envahisseurs qui s’imposent partout chez nous.
Mais ils ne réussiront pas à nous empêcher de nous écrire…comme il le font eux-mêmes,
par internet, la terre est ronde et le nombril n’est pas le mondialisme capitaliste et financier !
Les vrais Français n’ont pas de pétrole (comme « certains ») mais ils ont toujours eu des idées !
Vous allez avoir du travail « les métèques de la parade » (vous vous êtes nommés ainsi…) !

Le Changement De Sexe Pour Tous !

F.HOL.gay

Vous Connaissez ?

Mardi 24 mai, le Parlement a voté, « dans une loi de justice qui n’en a que le nom, » un amendement facilitant la modification de la mention du sexe à l’état civil.
Alors que les Français se voient matraqués d’impôts en attendant des trains qui n’arrivent plus,
- que le chômage ne cesse d’augmenter,
- que la France est menacée de l’intérieur comme de l’extérieur,
- que les tensions corporatistes et communautaristes n’ont jamais été aussi élevées,
nos gouvernants exhibent une fois de plus l’irréalité qui les habite.

Dorénavant, toute personne majeure qui démontre des faits – théoriques et illusoires puisque l’opération chirurgicale des organes génitaux n’est pas une condition – que la mention relative à son sexe à l’état civil ne correspond pas à celui auquel elle appartient peut en obtenir la modification par un juge.
Ce qui était considéré jusqu’alors comme une pathologie devient avec cet amendement une liberté, chacun pouvant choisir son identité sexuelle indépendamment de la réalité biologique et physique.
On ne peut, bien évidemment, ignorer la souffrance.
Il ne s’agit pas là ni de juger ni de montrer du doigt des ressentis difficiles à saisir, mais le droit reflète la réalité, il ne doit pas la changer.
On ne peut pas l’utiliser comme une réalité de substitution, totalement subjective.
On connaît la méthode.
L’histoire nous montre qu’une loi d’exception ou de pseudo-libertés individuelles en France n’est qu’un voile qui ne prend même plus la peine de cacher les démiurges qui se planquent derrière.
On facilite le changement de sexe et des noms sur l’état civil, pour mieux propulser l’apparition certaine d’un troisième sexe, figure de proue de l’indifférenciation.

C’est l’ultime limite que l’on repousse.
À force de nier la différence sexuelle, pourtant unique empreinte de la nature dans le social, on se la crée soi-même pour finalement la jeter comme un vieux mouchoir usagé.
C’est au nom de l’identité, emmaillotée de progrès et de justice pour tous, nous expliquent-ils.

Mais qu’est-ce que l’identité, sinon l’une des rares choses permanentes, fondamentales et singulières, si elle devient réversible selon « l’expérience intime de chacun » ?

C’est justement en tuant l’irréversibilité de l’identité qu’on n’en a plus. 
C’est en légiférant les envies individuelle de devenir un autre que l’on nous condamne tous à ne devenir personne.

Mais pour ces chantres de l’égalitarisme, qu’y a-t-il, finalement, de plus égalitaire que le néant ?
C’est au nom de cette lutte factice contre les discriminations et pour l’intérêt général de certain que le projet rêvé de tout état totalitaire se met en place :
La création de l’Homme nouveau, sans racines, sans histoire, sans déterminisme et donc sans identité.

Arthur de Watrigant

http://www.bvoltaire.fr  du 28/05/2016

Rien A Voir Entre Franciens Et Beurfrancs.

coq-autruche-300x185(2)

 Quelle honte !

Quelle infâme espèce que le « babtou », ce Français qui se dit « De Souche » !

Quelle infâme espèce que le « babtou », le « Français de souche » !
La « Twittosphère » regorge de sujets de conversation qui varient sans cesse, à la faveur de l’actualité.
Il en est pourtant un qui est récurrent :
le « babtou », venant de « toubab », et servant à désigner le blanc ou le Français de souche, est un « hashtag » des plus usités dans les conversations.
Le constat est aisé.
Il suffit de taper « babtou » (ou « #babtou ») dans la barre de recherche de « Twitter ».
L’on peut même, en cliquant sur l’onglet « Tout » obtenir les résultats les plus récents sur le sujet.
Les heures de diffusion de programmes culturels de haut niveau (Les Anges de la téléréalité, Confessions Intimes…) sont autant de moments particulièrement fastes où les « tweets » abondent.
Il s’agit d’abord de déchiffrer, non sans difficulté, un langage parfois « quelque peu atrophié » des conventions habituelles.
L’on apprend alors les choses les plus diverses sur cette infâme espèce qu’est le « babtou ».
Fragile et sale, il est bon à être frappé car enflé d’agaçantes manies :

Le « babtou » « prend trop la confiance », surtout s’il lui vient l’arrogante audace de se quereller avec le représentant d’une race supérieure à la sienne.
L’on apprend, dès qu’une preuve de mauvais goût se manifeste (consanguinité, usage des toilettes publiques), qu’il n’y a « que les « babtous » pour faire ça ».
L’on apprend aussi que le « babtou » devenu parent a besoin de « Pascal le Grand Frère » pour éduquer ses enfants, contrairement aux « renois » et aux « rebeus » qui savent se faire respecter de leur progéniture, dont l’apparence est d’ailleurs un tantinet plus agréable.
Le mot « babtou », l’on ne sait trop comment, se retrouve souvent accolé au terme « fils de pute » qui dénote sans doute une affection sans borne et un profond respect.
La « babtou femelle » est, quant à elle, une fille faible, hypocrite et laide car dépourvue de tous les précieux attraits qui font la beauté des femmes orientales et africaines :
L’opulence de lèvres pulpeuses et de fessiers rebondis, l’abondance de mélanine et de tempérament sont autant de charmes qui lui font cruellement défaut et qu’elle tente vainement de copier, consciente qu’il n’y a de salut esthétique que dans l’imitation d’une splendeur dont la nature l’a privée.
Constatons tout de même que l’usage du mot n’est pas toujours péjoratif et qu’il est même quelques âmes pour prendre la défense des pauvres « babtous » outragés.

Ces propos sur les blancs ne me choquent pas outre mesure et il ne viendrait jamais à mon esprit peu autoritaire l’idée d’interdire à qui que ce soit de dire ce qu’il pense.

L’amertume me vient de ce qu’il adviendrait si l’inverse avait l’audace de se produire.

En ces temps où le mot « race » est un gros mot qui sera supprimé, avant l’été, de la Constitution française, constatons, non sans ironie, que ceux qui s’acharnent à le perpétuer sont ceux que l’on prétend défendre en le supprimant.

Altana Otovic

« bdvoltaire.fr » du 29/03/2013

J’ai assurément été inspirée le jour où j’ai décidé de ne plus avoir aucun compte sur aucun réseau social, « Facebook », « Twitter » ou autre !
On respire tellement mieux quand on n’en fait pas partie !
On parle du mariage « gay » tant et plus, non sans raison d’ailleurs, mais que le mot « race » soit supprimé de la Constitution Française avant l’été, aucun média n’en dit mot.
Que serons-nous alors, tous des « babtous » ou bien des autres ?
Ce que décide l’Elysée est une chose mais ce que veut le Peuple en est une autre !
Que les français de fraîche date nous surnomment « babtous », peu nous chaud, ils ne parlent qu’une langue étrangère, mais que ceux qui nous dirigent ne fassent plus qu’un « pot-pourri » de toute la population de notre nation, ils jouent avec le feu et leur « pot » commence à sentir vraiment le « pourri » !

Donnons un coup de jeune aux articles publiés sur « Réalités de France » en gardant leur date de publication initiale.(09/05/2016)

Les Honnêtes Gens Poussés A Fuir !

Islam-Danger1

Danger !

Quand on organise la fuite des honnêtes gens !

Entendu dans les heures d’insomnie du petit matin, vers 5 heures.
C’est la meilleure plage horaire pour la radio, celle où l’on entend des choses qui ne filtrent pas dans la journée.
Il ne faut pas coller la trouille à papa quand il se rase ni à maman à l’heure du maquillage, ils risqueraient de se suicider à coups de rasoir et de crayon à paupières.
Sur « France Info » donc, station pourtant peu réputée pour son audace, reportage sur « l’expérience ZSP », les nouvelles zones de sécurité prioritaires de Manuel Valls.
Direction la cité de La Grande Borne, à Grigny (Essonne).
On retrouve les policiers de la BAC en plein « briefing » dans la cour du commissariat de Juvisy.
Une urgence.
Ils sont « des dizaines », armés jusqu’aux dents, équipés de « flash-ball », de grenades détonantes, de gilets pare-balles et de casques blindés.
Tout ça pour un seul homme, dit le reporter, un gardien d’immeuble de La Grande Borne.
La commissaire adjointe « Hanem Hamouda » expose les faits :

« C’est pas compliqué :
En gros, on va faire une assistance au grand bailleur de La Grande Borne parce qu’il y a un de ses gardiens qui a été menacé… des grosses menaces de mort sur lui et ses enfants…
En gros, il est accusé d’être une balance.
Il est reclus depuis cinq jours dans son appartement.
Donc il faut l’extraire en urgence, sachant que samedi sa loge a été incendiée, même s’il n’y est plus depuis quelques jours.
Il y a un tour de veille qui est fait devant chez lui par les jeunes du quartier, donc le bailleur nous demande d’aller sécuriser le déménagement pour le sortir de là et l’évacuer du quartier. »

Quinze minutes plus tard, ils retrouvent les CRS, déjà sur place.
Le bailleur social est là.
Il crache ce qu’il a sur le cœur :

« La situation est intenable.
Si on a extrait des gardiens parce qu’ils ont mis le doigt dans la confiture, là c’est pas son cas.
Au contraire.
A priori, il a refusé de coopérer, et voilà… »

Le commissaire ajoute :

« On a un précédent en matière d’agression de gardien dans des circonstances similaires.
Un gardien qui avait été accusé de ne pas être coopératif face au trafic local.
Sa femme et lui ont été agressés sauvagement.
On lui a cassé les deux jambes.
Donc, depuis cet événement-là, on est particulièrement présent. »

Il paraît que ça étonne les caïds du quartier qui « assistent médusés à la scène » dit fièrement la dame, « mais ils comprennent bien qu’on ne lâche pas nos victimes (sic) ».
Et ça, dites donc, ça doit leur foutre une sacrée trouille !

Donc, résumons.
Si l’on comprend bien la philosophie de « l’expérience ZSP », il ne s’agit pas, contrairement à ce que l’on suppose, d’instaurer la sécurité dans la cité, mais de sécuriser par la police et l’armée la fuite en rase campagne des honnêtes gens.
Ils doivent être drôlement contents, les criminels locaux :
Une fois le terrain dégagé de la brebis galeuse qui ne se laisse pas corrompre, la voie est libre.
Pour ceux qui ne connaissent La Grande Borne que par les faits du jour, on rappellera que cette immense cité d’environ 13 000 habitants aujourd’hui, construite par « Emile Aillaud », fut l’un des fleurons architecturaux des années 1970.
Avec ses bâtiments aux couleurs pastel, « La Grande Borne se voulait une réponse humanisée et poétique à la problématique du logement social de masse en même temps que la cité de l’enfant. »
C’était si beau qu’on y amenait de toute la France les étudiants en urbanisme et en architecture.

Quarante ans plus tard, c’est devenu un coupe-gorge et l’on ne conseillerait à personne d’aller arpenter la rue du Labyrinthe, même pour méditer sur les « utopies construites ».

Marie Delarue

« bdvoltaire.fr » du 27/03/2013

Les Transports Publics (comme le RER récemment) vont-ils devenir des « zones de sécurité prioritaire » et puis, dans la foulée, tout notre territoire ?
Mais où allons-nous aller, ne sommes-nous pas dans notre pays ?

Donnons un coup de jeune aux articles publiés sur « Réalités de France » en gardant leur date de publication initiale.(08/05/2016)

Tous Unis Pour Décheoir Les Traîtres !

F.HOL. avance

 Hollande a encore foiré !

Le Président a utilisé la question de la nationalité française comme un moyen de remise à niveau.
Voulant tirer parti des attentats, il a tenté de retrouver son rôle institutionnel de « monarque » rassembleur !

Devant les Assemblées réunies en Congrès, il avait annoncé une révision de la Constitution.

L’extension de la déchéance de la nationalité aux terroristes binationaux nés français y figurait comme le signe le plus fort.
Cette manœuvre associait trois éléments :
– d’abord, la solennité restaurée de la fonction présidentielle ;
– ensuite, le caractère symbolique de l’appartenance à la nation ;
– enfin, l’habileté politicienne qui instaurait une mesure que la droite allait soutenir avec enthousiasme.

Normal pédale encore,
il a tout foiré !

Dans cette triste affaire, « notre » personnel politique a étalé sa médiocrité avec ostentation.
Hollande voulait l’unanimité avec le soutien de son opposition.
C’est la gauche la plus bête du monde qui s’est alors rebellée.

Remettre en question une nationalité acquise mécaniquement et par hasard mais trahie très volontairement lui paraissait un sacrilège envers le sacro-saint droit du sol.
Discriminer les détenteurs de plusieurs nationalités en leur réservant la déchéance de nationalité française afin de ne pas créer des apatrides redoublait la révolte puisqu’on touchait ainsi à une autre icône de la gauche :
Sainte Égalité.

L’idiotie profonde qui marque une telle attitude mérite d’être analysée.
On ne peut négliger d’abord cette « préférence étrangère »,
évidemment contraire à l’intérêt national,
qui domine le discours de la gauche.

De même, le souci de l’égalité au profit des binationaux fait preuve d’une surprenante conception de l’idée.
Celui qui a plusieurs passeports n’est pas l’égal de celui qui n’en a qu’un.
Lui enlever celui du pays qu’il trahit rétablit la parité.
Un minimum de réflexion chez ceux qui ont alors voulu retirer la nationalité à tout le monde les aurait amenés à cette évidence :
On aurait ainsi créé des apatrides, mais seulement pour ceux qui n’auraient été « que » français, non chez les binationaux !
Curieuse conception de l’égalité qui joue à l’encontre des nationaux !
Quant à la Liberté, elle a disparu :
Celui qui choisit de combattre la France doit garder une nationalité française qu’il a acquise sans le vouloir à la naissance.

Le bon sens commandait donc la déchéance de nationalité pour les binationaux et « l’indignité nationale » pour les Français à part entière.
C’est ce que souhaitait la majorité sénatoriale.

Mais on a alors vu et entendu quelques représentants de cette prétendue « droite » minimiser la question de la nationalité.
Monsieur  »Geoffroy Didier » ou Madame « Kosciusko-Morizet » ont fustigé ce débat inutile sur une notion subalterne.
La « nationalité » ne vaut pas une messe à Versailles.
Ce n’est rien, un « gadget », dit le premier…un « symbole », dit la seconde !

Oui, un « symbole » pour lequel beaucoup de Français sont morts et pour lequel des étrangers aussi ont donné leur vie afin de l’acquérir.
Comment des électeurs de droite pourraient-ils voter pour ces personnages obsédés par les primaires et méprisant leur pays ?
Ils se veulent sérieux : l’efficacité seule compte.
La déchéance de nationalité ne dissuadera pas les terroristes.
Il faudrait des peines incompressibles, précisent-ils.
Quelle peine, en effet, peut-elle dissuader un homme prêt à se faire exploser ?

La déchéance de la nationalité pour les traîtres binationaux, l’indignité nationale pour les Français sont des rappels à la valeur de la nationalité française.
François Hollande, en voulant être adroit, a, une fois de plus, fait reculer le pays aux applaudissements de l’ex-indépendantiste Taubira : quel symbole !

Christian Vanneste

http://www.bvoltaire.fr   du 01/04/2016

Quels Vieux, La Pub Et La Politique ?

COUPLE PERSONNES AGEES

Ces vieux riches ?

Ils ont plus de 60 ans, sont surinformés, sont la cible des marques mais pas des partis.
Ils pourraient pourtant former un très bon barrage contre le FN.
(Pas du tout car leur fortune est aux mains de financiers et de familles avides.
De plus ils ne sont qu’une minorité en face de la foule de vieux vivotant avec de très maigres pensions.
Eux pleurent cette décadence de notre France et ne risquent pas de faire barrage au Front National ! – Pelosse)

Parlons des vieux pour une fois, même s’ils ne descendent pas dans la rue et même si leur situation est plus enviable – financièrement – que celle des jeunes, encore que…
Nous représentons – j’en suis – 20 % de la population, et nous nous rendons massivement aux urnes sauf quelques-uns dont l’auteur de ces lignes, irréductible abstentionniste, qui a jeté sa carte d’électeur par-dessus les moulins depuis un bail…mais mes coreligionnaires me remontent les bretelles et j’envisage de me réinscrire – grande nouvelle mais je ne suis pas la seule, vu le danger.
Nous sommes des vieux surinformés qui manquent le moins possible les « C dans l’air », « 28 Minutes », etc. plus nos deux quotidiens et l’indispensable « Un ».
Nous comprenons que les jeunes votent pour moitié extrême droite, pour moitié à gauche, qu’en conséquence leurs votes s’annulaient.
Comme on ne sait plus, en outre, où se situent la droite et la gauche, le paysage devient passablement embrouillé.
Tandis que le vote vieux – à consulter nos blogs respectifs – peut constituer un vrai contrepoids, à condition de se donner les moyens d’aller le chercher.

Quand on voit à quel point les publicitaires nous ciblent, nous suggérons aux politiques d’en faire autant.
Un exemple : j’écoute parfois «en fond d’écran» la chaîne Radio classique, radio des vieux d’après les pubs, qui ne causent à longueur de journée que d’appartements à vendre en viager (dès 500 000 euros), de vente des bijoux anciens – pour les riches – d’un meilleur remboursement des lunettes – pour les moins riches – de remèdes miracle contre l’arthrose, et d’assistance à la perte d’audition conseillée d’une voix chaleureuse par « Annie Duperey » – pour tous.

Pourquoi les politiques ne nous courtisent-ils pas autant, de manière plus pointue s’entend ?
Les vieux votent à droite disent les politologues : prenons en acte et tâchons de les convaincre de voter pour le vieux Juppé ou le jeune Lemaire peu importe, ou pour tout autre qui se débrouillera pour être au second tour.
Mais pas à l’extrême droite, tentation dangereusement «tendance» chez les cheveux blancs.
Au lieu de bourrer le mou de nos marionnettes politiques qui ne parlent, à droite comme à gauche, qu’à base d’éléments de langage tels
«changer de paradigme»,
«invente de nouveaux logiciels»,
«faire bouger les ligne»
(stéréotypes d’une pauvreté confondante à croire qu’ils sortent tous de la même école de rhétorique pour les nuls),
leurs chargés de com devraient consulter notre site TSM («tout sauf Marine») relayé par nos tweets sur le thème les vieux parlent aux vieux.
Cela leur permettrait aux uns comme aux autres de se préparer, grâce au vote vieux, à gagner l’élection présidentielle.
Il est temps d’y travailler au-delà de tel ou tel sujet d’actualité, important mais transitoire car un sujet chasse l’autre, et des sujets, il y en a et en aura à foison.
C’est jouable dès maintenant à condition de ne pas s’enliser dans des querelles d’ego, égaux en médiocrité bavarde.
Nous serons là dès les éliminatoires.
Il faudra compter avec nous, les vieux.
Et sur nous.

source : Geneviève Delaisi de Parseval pour « http://www.liberation.fr »

http://www.citoyens-et-francais.fr   du 29/03/2016

« Libération » s’embourgeoise et pas n’importe où !
Madame « de de » devrait quitter les salons de thés huppés pour visiter les rues de nos bourgs de province.
Nos vieux ne vivent pas tous dans un cocon !
Ils sont confrontés aux difficultés actuelles quotidiennes et appellent un changement radical…vraiment différent !
Pourquoi stigmatiser le Front National qui n’a jamais été vu à l’œuvre ?
Peur qu’il réussisse là où les autres ont échoué ?

Les Trains Allemands S’ Islamisent !

trains spéciaux

Parquons nos femmes ?

Des compartiments « non mixtes » dans les trains…
pour « protéger » les femmes contre les migrants ?

Le réseau ferré « Central German Regiobahn » (« MRB ») a annoncé la création d’un nouveau service pour protéger sa clientèle féminine des agressions sexuelles des migrants :
des compartiments réservés aux femmes.

Le quotidien allemand « sueddeutsche.de » rapporte que la compagnie « MRB » a mis en place des « compartiments femmes » sur le tronçon entre Leipzig et Chemnitz.
Ces compartiments sont pour les femmes non accompagnées d’hommes et pour les mères avec enfants, a déclaré la compagnie.

Chaque train express régional de la ligne RE6 devrait permettre aux passagères de se sentir en sécurité dans ces compartiments, explique la compagnie ferroviaire.

Les deux compartiments seront situés dans le wagon central près des « zones silence » et du local de service clientèle.

« La proximité de ces compartiments et du représentant du service clientèle est délibérée, »

ajoute le communiqué.

La compagnie « MRB » appartient à « Véolia Verkehr », qui possède également « Bavarian Oberland Bahn » (« BOB ») et plusieurs société de bus.

source :   »Christian Larnet » pour « Dreuz.info »

http://www.citoyens-et-francais.fr   du 27/03/2016

L’islam gagne du terrain en Allemagne !
Ou bien ce n’est qu’un coup de pub !
Mais que font ils de la théorie du « gender », de ces femmes accompagnées, des homosexuels ?
Il faut des trains pour migrants seulement, des trains pour gens en principe « normaux » ! 

Les Merdias Persistants Et Nous !

Lettre

J’en ai Marre
des publicités !

Quelle ne fut pas ma surprise ces derniers jours lorsqu’en lisant les articles du « Figaro », « l’Express », « le Monde » ou d’autres, je me vis privé de petit article croustillant.

En cause :
Mon bloqueur de publicités.

Oui, j’avoue :
Je n’aime pas des masses les publicités que ces sites m’imposent !
Je ne parle pas des petits encarts discrets qu’on trouve éventuellement sur les bords des articles, et qui, ma foi, ne me gênent pas, mais plutôt des panneaux « hargneux » qui viennent s’afficher en plein écran avant l’article, qui déclenchent immédiatement musique et animation, et m’imposent pour se fermer de cliquer sur l’un ou l’autre bouton blanc sur fond blanc, jamais au même endroit, bien planqué dans un coin, le tout pour une marque de voitures ou d’après-shampoing dont je n’ai absolument rien à carrer.

Je passe sur les publicités qui se développent au cours de la lecture,
repoussant la ligne qu’on est en train de lire hors de l’écran,
et disparaissant après un temps,
remontant alors dans un mouvement très agaçant ce qu’on était parvenu à retrouver en descendant l’ascenseur… tout comme je n’évoquerai que très furtivement les petites vidéos généralement idiotes qui décident de se lancer toutes seules si la page est affichée trop longtemps, si la souris passe sur la zone vidéo ou n’importe quel autre événement.

Bref, pour me protéger de ces petites irritations du web, et, lorsque je suis sur téléphone, pour éviter un dépassement du forfait données, trop rapidement atteint par ces réclames encombrantes, j’avais installé un bloqueur de publicité.

Las, depuis quelques jours, certains journaux en ligne ont décidé que ces bloqueurs nuisaient à leur survie financière et affichent un gros panneau bien gras pour obliger l’internaute à le désactiver.

Que voulez-vous ?
La presse française, pourtant fort subventionnée, n’arrive pas à boucler ses fins de mois sans larder ses articles de publicité.
Dans son modèle d’affaire, elle semble prise au piège de deux sources uniques de financement :
l’État – dont l’impartialité en terme d’informations se pose quelque peu –
et les publicitaires – dont l’impartialité en terme d’informations se pose tout autant !

C’est apparemment un piège efficace puisque cette presse n’a envisagé aucune autre solution qu’interdire l’accès à ses articles pour les internautes munis de bloqueurs de publicités.

Et c’est parfaitement idiot.
Pire, c’est même un élément supplémentaire pour hâter la disparition des médias de presse traditionnelle qui ne comprennent toujours pas pourquoi ils perdent des lecteurs, ni pourquoi ils vont continuer à en perdre jusqu’à ne plus intéresser personne.
Autrement dit, la méthode choisie (vexer le lecteur) est une nouvelle « pignouferie » de la part de la presse.

pignouferies.jpg

Sur le plan marketing, il faut déjà admettre toute la bêtise de l’opération :
culpabiliser un client (à coup d’enfant pauvre ou de chaton triste) marche déjà assez mal pour générer des dons et on voit mal une opération similaire fonctionner subitement alors qu’il s’agit pour l’écrasante majorité des articles d’aller lire la resucée maladroite d’une dépêche « AFP » mise en forme par un stagiaire.

Et de façon générale, le lecteur étant autant la cible des publicitaires que des journalistes, commencer par lui imposer un carcan est une fort mauvaise idée…
Notamment parce qu’on montre ainsi n’avoir absolument pas compris pourquoi ce consommateur vient sur le site et qu’on ne fait rien, avec ce genre de gros pavé rouge, de « floutage » ou autre procédé similaire vexant, pour le faire rester et sentir bienvenu.

Or, si le lecteur déboule sur tel ou tel article d’un site, c’est pour avoir une information qui, en pratique, existe un peu partout ailleurs, information dont le prix est, tout calcul fait, à peu près nul :
Si les chaînes d’informations ne la lui donnent pas, il l’obtiendra via « Twitter », « Facebook » ou d’autres moyens pour un prix très proche de zéro.
Pire :
Le changement de support (passer du Figolu à Labération) ne coûte qu’un effort très modéré sur la souris pour cliquer sur un autre lien.

Autrement dit, nos beaux journaux fournissent un produit de prix à peu près nul, et arrivent si peu à se démarquer les uns des autres que le lecteur peut changer de fournisseur sans l’ombre d’une hésitation.

Cette analyse devrait normalement imposer aux directeurs de ces publications une petite prise de recul, qui aboutirait soit à créer de la valeur en proposant une information trouvée nulle part ailleurs (le lecteur veut cette information-là), soit à différencier le packaging de façon suffisamment remarquable pour que le lecteur se focalise sur cette offre-là et pas une autre.

Et dans ce cas-là, oui, la publicité peut être imposée, ou, alternativement, un abonnement payant (« paywall ») peut être exigé.
C’est ce que font quelques médias spécialisés, avec succès.
Mais cela leur impose de fournir un contenu travaillé spécifiquement pour ceux qui payent…

L’alternative est de fournir une information de qualité, librement accessible, mais d’impliquer le lecteur au travers de dons.
Ce modèle (celui de « Contrepoints ») impose mécaniquement un niveau d’exigences qu’on ne retrouve pas dans les journaux « gratuits » exclusivement financés par la publicité, et permet, comme le « paywall », de fidéliser le lecteur puisque le contenu produit est directement imposé par les choix du lecteur-payeur (ou du lecteur-donateur).

« A contrario », la démarche observée ces derniers jours est particulièrement contre-productive, et vient s’ajouter aux remarques que je faisais il y a quelques années maintenant, à savoir que la presse était déjà en déclin marqué précisément parce que, confite dans ses subventions, elle n’avait plus cherché à s’adapter au lecteur mais plutôt aux meilleurs moyens d’obtenir subsides.

Et ces messages culpabilisants sont d’autant plus inutiles qu’ils sont très facilement contournables.
Sur le plan technique, on peut citer quatre techniques qui permettent assez facilement de contourner les pitoyables tentatives de ces sites.

La première consiste à installer le greffon « NoScript » sur Firefox ou Chrome.
Ceci interdira pour les pages de votre choix l’exécution de scripts, et donc ceux qui bloquent l’accès (partiellement ou totalement) à l’article à cause de votre logiciel anti-publicitaire.

La seconde, un peu plus complexe, demande d’installer un script spécifique.
Cela se réalise en deux temps, dont le premier consiste à installer GreaseMonkey dans Firefox ou TamperMonkey dans Chrome, puis à installer un script adhoc (« Anti-Adblock Killer »).

La troisième est encore plus redoutable, puisqu’elle vous permet aussi de vous passer d’ »AdBlock » et ses petits frères et consiste à rediriger tous les appels aux régies publicitaires vers votre propre machine, c’est-à-dire que votre ordinateur devient alors votre seul fournisseur de publicité, ce qui revient à les faire disparaître des pages.
L’opération nécessite de mettre à jour votre fichier « host » (ce qui peut se faire de façon assistée grâce à l’archive fournie).

Enfin, en quatrième possibilité, notons qu’on peut toujours, en dernier ressort, atteindre tous les articles de cette presse tatillonne avec ses lecteurs en demandant plutôt le flux RSS.
Le Figaro,
Libération,
L’Express,
tous ont un flux pour pouvoir être indexé dans Google… Sans pubs!

En substance, la démarche vexatoire de la presse française risque bel et bien de se retourner contre elle, de façon définitive.
En choisissant de pleurnicher et de jouer de la « pignouferie », elle va pousser ses lecteurs à la détester encore un peu plus, ou à apprécier, à sa juste valeur, sa médiocrité croissante.

Sur le long terme, je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée.

H16 pour son blog

http://h16free.com/category/les-pignouferies-de-la-presse

La Haine Les Unit Tous Contre La France.

humour de gauche

Traduction Erronée !
Piteux Humour Noir !

Trois millions d’euros, c’est la bagatelle dépensée pour faire croire au racisme des Français, des blancs, des« de souche », dans une campagne de six spots titrés «Tous unis contre la haine» et montrant des méchants blancs de culture chrétienne, bien évidemment, insulter ou frapper des braves divers qui ne leur ont rien fait du tout.

La stratégie fait partie du sinistre «plan de lutte contre le racisme et l’antisémitisme», ce « machin » qui va coûter 100 millions d’euros.
Ca fait un peu cher le bourrage de crâne mais comme disait l’autre :

«Ca ne nous coûte rien, c’est l’Etat qui paie».

Notre ami « Renaud Camus », manifestement ravi de participer à celle lutte active et ô combien nécessaire, y est même allé de sa petite contribution…

Camus3

Le slogan de la campagne claque comme des tirs de « kalach » au Bataclan :

«Ça commence par des mots.
Ça finit par des crachats, des coups, du sang ».

D’ailleurs, c’est suite aux attentats de novembre 2015 que Manuel Valls a demandé la réalisation de cette « chose » afin de ne pas stigmatiser les tueurs mais de stigmatiser plutôt le peuple français orphelin de 130 victimes.
Logique socialiste.

Tri-des-non-musulmans-attentats

Cette propagande vomitive, dont le « Parisien » nous avertit *non sans humour* qu’elle serait « hyperréaliste » car « inspirée de faits réels » (c’est vrai, on a juste interverti 2-3 bricoles, trois fois rien) et dont les commentaires sur « YouTube » ont été désactivés tellement le bide est patent, va vous être présentée dans la petite boîte à « laver les cerveaux », entre les causeries philosophiques de « Touche Pas à Mon Poste » et un concert des « Enfoirés », lesquels n’ont d’ailleurs émis aucune objection au fait que des électeurs FN puissent acheter leurs DVD…

Dans la foulée, on apprend que, dès le mois prochain, de faux CV seront envoyés aux entreprises afin de déterminer si certains candidats sont écartés en raison de l’origine de leur nom et « dans quelle ampleur »
C’est bien, ça va occuper les RH qui n’ont que cela à faire, de gérer ces fausses candidatures.

Le calendrier est bien fait car depuis ce lundi a débuté la Semaine d’éducation contre le racisme et l’antisémitisme.
Mais le moins que l’on puisse dire c’est que l’opération incontestablement loufoque est un vaste flop au moins aussi retentissant que les ventes de livres de Manuel Valls, initiateur du plan et désormais éternellement lié à lui, c’est vous dire si c’est la Bérézina !
Les commentaires sont quasiment unanimes contre cette propagande aussi grossière que vulgaire.

Ah mais c’est qu’ils résistent ces sales blancs !

On voit sur ces spots les agresseurs d’un pauvre musulman dépeints comme étant des « skins » auxquels le réalisateur a cependant oublié de rajouter la fameuse crête rose caractéristique.
On évitera néanmoins de le vexer en lui faisant remarquer que depuis les années 80 on ne voit plus guère de skins dans les rues de France…
Mais ce n’est qu’un détail et puis, ma foi, on nous a bien prévenu que c’était juste « inspiré ». Combien de morts causés par l’islamophobie déjà ?

Donc on l’aura compris, seul le blanc est raciste, ce méchant blanc catho ou son jumeau originel l’athée, émancipé de religiosité, mais culturellement tombé dedans depuis tout petit quand même.
100% des agressions racistes seraient donc le fait de blancs  !?!

Dingue !

Caroline Alamachère

http://ripostelaique.com   du 22/03/2016

 

Ce jour, la « Dèche » a revendiqué les attentats de Bruxelles !
Nos gouvernants se sont fendus de nouveaux discours, toujours aussi creux.
C’est bien la Bérézina !

 

Flamby Part Déjà En Campagne ?

Et Le Racisme
Anti-Français ?

Une-campagne-

Tous Unis Contre la Haine
des Patriotes Français !

Le gouvernement lance à partir de ce dimanche une campagne choc afin de dénoncer les préjugés et provoquer une prise de conscience.

Une campagne « TousUnisContrelaHaine » est lancée pour lutter contre le racisme.

Six mini-films choc.
Le gouvernement lance à partir de dimanche une campagne « TousUnisContrelaHaine » pour dénoncer les préjugés et provoquer une prise de conscience.
Inspirés de faits réels, les six petits films réalisés à cette occasion sont tous bâtis sur le même principe : une agression filmée dans des conditions amateur, avec en surimpression sonore une conversation, qu’on devine autour d’une table, reprenant des clichés racistes couramment véhiculés sur la communauté concernée.

« Des crachats, des coups, du sang ».
Tête de porc sur la grille d’une mosquée, jeune Noir roué de coups, tag « mort aux Juifs » sur une porte de synagogue… :
au moment où le spectateur prend pleinement conscience de la gravité de l’agression filmée, une voix interrompt les propos haineux pour l’inviter à s’interroger sur la réalité des clichés.
« Le racisme/l’antisémitisme/les actes antimusulmans, ça commence par des mots.
Ca finit par des crachats, des coups, du sang »,
conclut le spot.

Une recrudescence du racisme en 2015.
La campagne, qui renvoie sur un site Internet (et le mot-dièse) « TousUnisContrelaHaine », est lancée à la demande du Premier ministre, alors que la France a connu une recrudescence de la haine raciste et antisémite l’an dernier.
Ces actes ont bondi de 22% en 2015, avec, notamment pour les actes antimusulmans qui ont plus que triplé en un an, un pic après les attentats de janvier et novembre.
Au total, 2.032 actions et menaces racistes, antisémites et antimusulmanes ont été enregistrées, selon les chiffres de la « Dilcra » (Délégation interministérielle de lutte contre le racisme et l’antisémitisme) communiqués en janvier.

« Avec la campagne « TousUnisContrelaHaine », le gouvernement souhaite faire prendre conscience du caractère inacceptable de cette situation »,
souligne un communiqué.
Après les attaques contre « Charlie Hebdo » et l’HyperCacher en janvier 2015, Manuel Valls avait martelé que les Français juifs « ne devaient plus avoir peur d’être juifs » et « les Français musulmans ne devaient plus avoir honte d’être musulmans ».

Un coût de trois millions d’euros.
Cette campagne, diffusée sur la plupart des chaînes de télévision jusqu’au 10 avril, coïncide avec la Semaine d’éducation contre le racisme et l’antisémitisme, du 21 au 28 mars.
D’un coût de trois millions d’euros, elle s’inscrit dans le cadre du « plan de lutte contre le racisme et l’antisémitisme » doté de 100 millions d’euros sur trois ans.
En novembre dernier, les associations (SOS Racisme, LDH…) avaient lancé leur propre campagne média, dans le cadre de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme labellisée « grande cause nationale » en 2015.

Par Rédaction Europe1.fr avec AFP

Flamby Part Déjà En Campagne ? dans FRANCIA Redaction-Europe1.fr

Entre les programmes devenus débiles, les pubs trop fréquentes, une taxe que je ne devrais plus payer depuis longtemps et « ça », je vais finir par me débarrasser de mon poste de télévision.
Les chaînes radios, surtout régionales sont plus diverses et plus nombreuses !
On trouve ce qu’on veut, quand on veut, sur la toile, et la dictature mondialiste n’en a pas encore le monopole…pour le moment et ce sera bien difficile.

Pauvres gamins dans nos écoles !
Surtout, qui donc va supporter cette nouvelle dépense ?

Noir et Blanc, Des Couleurs Interdites ?

rien-voirEt l’odeur ou le toucher,
bientôt censurés ?

Delphine Ernotte, la patronne de « France Télévisions » a le droit de dire qu’il y a trop « d’hommes blancs de plus de 50 ans » sur les écrans français.

En revanche, le journal « 20 Minutes », lui, n’a pas le droit de titrer « 14 civils tués dont 4 blancs », suite à l’attentat du Grand Bassam en Côte d’Ivoire !
C’est du moins ce que pense le magazine « Les Inrocks ».

Il s’agissait, en réalité, de la reprise, sans guillemets il est vrai, d’une citation du ministre de l’intérieur ivorien.
Mais, explique ce magazine :

« Réalisant son erreur, l’équipe de « 20Minutes.fr » a ensuite changé le titre du même papier.
Au lieu de rajouter les guillemets pour montrer que leur titre précédent était une citation, les journalistes ont préféré modifier complètement la titraille (et l’URL du papier), lui préférant…
« 
Attaque en Côte d’Ivoire : le récit d’une journée noire »

«Journée noire» !

De quoi aggraver son cas pour « Les Inrocks », qui évoque, sans rire, « deux titres particulièrement gênants ».
Ou comment « Les Inrocks » deviennent les arbitres des élégances…ou les censeurs, au choix !

Le magazine ne risque pas de manquer de travail, tant l’expression est régulièrement utilisée dans toute la presse, aussi bien par « Le Figaro », « Ouest France », « i>Télé », que « Challenges », ou « Le Point »

Malgré cette pression, « 20Minutes.fr » n’a pas changé son titre.

Source : http://www.lesinrocks.com

http://www.ojim.fr   du 18/03/2016

Madame « Ernotte » ne pouvait pas parler de femmes… n’est ce pas !
Mais qui lit ou regarde nos médias…femmes, hommes ?
Bientôt il n’y aura plus de médias car les robots nous remplacent plus vite que les migrants.
Combien de chômeurs en perspective ?

Les « Hauts-de-France »… Naturistes ?

nudistes

Ils ont volé notre Nom !

Sur ce site ou en d’autres colonnes, tout a été à peu près dit sur les fantasques propositions des noms de nos provinces de jadis.
Soit des noms qui n’en sont pas, puisque coupés de toutes formes de repères traditionnels et de réalités historiques.

À juste titre, « Éric Zemmour » rappelait ce mardi sur les ondes de « RTL » que toute cette affaire allait de pair avec une autre déterritorialisation, celle des prénoms qui, sortis du carcan du calendrier grégorien, voguaient au gré des modes et des vents, donnant lieu au passage à des marqueurs « sociaux et ethniques » des plus « stigmatisants ».
Il est un fait qu’on n’a jamais vu un « Kevin » ou un « Mohammed » à la tête du « MEDEF ».

Il est un autre fait que lorsqu’un ancien ministre telle que Cécile Duflot prénomme sa fille « Térébenthine », c’est un peu la porte ouverte à toutes les fenêtres.

Grâce à Jean-Pierre Raffarin, on connaissait la « France d’en haut », mais aujourd’hui, on connaîtra la défunte région Nord-Picardie sous son nouveau prénom de baptême « Hauts-de-France ».
Comme le notait encore le même « Éric Zemmour », l’ancien « Pays basque » devrait donc, en toute logique, bientôt devenir « Région en bas à gauche près de l’Espagne », tandis que la « Provence » chère à « Alphonse Daudet » aurait aussi vocation à être désignée comme « Région en bas à droite, près de l’Italie ».
Et la Corse, « Région encore plus en bas à droite mais pas vraiment en France ».

Pourtant, le gag amène la farce, le bidule crée le machin, et quand les crétins dansent en masse, il n’y a généralement plus personne dans la fosse d’orchestre.

La preuve par…
les clubs naturistes…

Si, si.
Là, ce n’est plus une blague, car « les Hauts-de-France naturistes », ça existe dans la région !

À poil, oui !

Mais à condition de ne pas être dénudés de cette appellation, déposée par ladite association depuis plus de vingt ans.

Un comble de vouloir conserver ces « hauts », pour des gens ayant bazardé le bas depuis belle lurette.
Enfin, ce gouvernement « hautiste » a quelques excuses quant à l’importance prise par cette nouvelle bataille d’Hernani sémantique :
Il ne se passe rien de grave en France, nos compatriotes sont tous fatigués d’être milliardaires et tout fonctionne « au poil », si l’on ose prétendre en la circonstance.

Remarquez, ce sont les mêmes qui, il y a quelques décennies déjà, parlaient d’« Hexagone »,
à croire que le vocable de « France » ait été susceptible de leur écorcher la gueule.

Pour le citoyen de base, quoique se situant au centre et entendant garder la tête haute, il y a de quoi s’en trouver sens dessus dessous, surtout s’il loge au-dessus de son voisin de dessous et que sa femme du dessus porte de beaux dessous, pour paraphraser le cher et irremplaçable « Raymond Devos ».

PS : papier écrit du « Hurepoix », pays du bas de l’Île-de-France, elle même en haut de la France d’en bas.

Nicolas Gauthier

http://www.bvoltaire.fr

Les Plus Gros Mensonges Des Médias !

bobard d'orBobard D’ Or  2015

Une soirée organisée à Paris a tenu à révéler comment le public français est désinformé par la presse.

La 7e cérémonie parodique des Bobards d’or, organisée par la fondation « Polemia », s’est déroulée lundi au Théâtre du Gymnase.

Cette fondation est présidée par l’ancien député européen et essayiste « Jean-Yves le Gallou ».

La soirée se donne comme objectif de dénoncer la désinformation dans les grands médias.

Le prix du bobard d’or est décerné par le public et les différents jurys aux journalistes et médias accusés de la désinformation la plus éhontée de l’année.

Les différents bobards sont classés en catégories :
bobard raciste,
bobard historique,
bobard orwellien,
bobard christianophobe,
etc, etc !
La soirée voulait ainsi couronner une année riche en événements des attentats de janvier et de novembre, la crise migratoire, les viols de Cologne, et ainsi de suite.

Les jurys étaient composés des principaux médias de la « réacosphère » comme le site « Fdesouche », « Radio Courtoisie » ou « TV Libertés ».

« Nos compatriotes croient que la diversité apparente des moyens de communication valide l’information dès lors qu’elle est répétée par plusieurs médias différents »,

a déclaré à « Sputnik » « Bruno Gollnisch », cadre du Front National, qui était lui aussi présent à la soirée.

Les lauréats des Bobards d’or 2016 sont la journaliste « Géraldine Hallot » et « France Inter «  dans la catégorie « bobard orwellien ».
Celle-ci s’est en effet rendue coupable, après les attentats, d’avoir changé le titre d’un article, sur les terroristes parmi les migrants.

source : https://fr.sputniknews.com

plus :

La 7ème cérémonie parodique des Bobards d’or était organisée ce lundi par la fondation Polémia dans un Théâtre du Gymnase quasi comble.
Cette fondation qui se veut être le « think-tank » de la droite identitaire, est présidée par l’ancien député européen et essayiste Jean-Yves le Gallou.
Cette soirée se donne comme objectif de dénoncer la désinformation dans les grands médias.
Et le prix du bobard d’or est décerné par le public et les différents jurys, au journaliste et au média, accusés de la désinformation la plus éhontée de l’année.
La soirée qui était aussi rythmée par des caricaturistes qui faisaient rire aux éclats l’assistance. Différents bobards sont classés en thèmes :
il y avait lundi, le bobard raciste, le bobard historique, le bobard orwellien, le bobard christianophobe, etc….
La soirée voulait couronner une année riche en événements des attentats de janvier et de novembre, la crise migratoire, les viols de Cologne, etc…
Les jurys étaient composés des principaux médias de la réacosphère comme « FdeSouche », « Radio Courtoisie » ou même « TV Libertés ».
Et la cérémonie se déroulait de sorte à faire participer le public bon enfant.
On les entendait applaudir les différents intervenants ou siffler les Médias coupables de mensonges ou de manipulation.
Et les lauréats des Bobards d’or 2016 sont la journaliste « Géraldine Hallot » et « France Inter » dans la catégorie « bobard orwellien », coupables après les attentats, d’avoir changé le titre d’un article, sur les terroristes parmi les migrants.
C’était une soirée hétéroclite pour un public tout aussi hétéroclite qui souhaite dénoncer le caractère partisan et militant de la plupart des journalistes.
Ce milieu journalistique à qui la population française fait de moins en moins confiance…

Monsieur « Gollnisch », député européen, était présent et nous avons pu lui poser quelques questions.

source : https://soundcloud.com/sputnik_fr/bruno-gollnisch-les-bobards-dor

http://www.wikistrike.com   du 16/03/2016

Il Faut Accepter La Triste Evidence !

dictionnairePolitiquement Correct !

Les « chiottes » et la « merde », nouveaux éléments de langage du gouvernement.

De « Najat Vallaud-Belkacem » à « Emmanuelle Cosse », nos ministres explorent le champ lexical de la chose…
C’est la voix de l’inconscient, diront les psys.
À moins que ce ne soit désormais une question aussi récurrente que centrale en Conseil des ministres :

Jusqu’à quel point le gouvernement Hollande est-il dans la merde ?
Notez, vu comme ils y pataugent tous, on comprend que ça les obsède.

Le mot ou ses attributs deviennent en effet très présents dans le débat public, au point qu’on se demande s’il ne s’agit pas d’une nouvelle stratégie des fameux communicants :
c’est le ministre de l’Éducation qui s’emporte sur « RTL » et dénonce « des bruits de chiottes », puis le nouveau ministre du Logement, « Emmanuelle Cosse », qui s’énerve au « Petit Journal » et balance :

« Et merde, je ne cumule pas ! »

C’est pour faire jeune, peut-être, histoire de désamorcer le prurit estudiantin qui monte en ce début de printemps ?

Il faut les comprendre aussi, ces ministres fraîchement nommées, surtout « Emmanuelle Cosse ».
Quand on a passé, comme elle, des mois à railler, ricaner, moquer, gloser, chambrer le président de la République, son gouvernement et son (in)action pour finalement aller à la gamelle toute honte bue, c’est difficile, forcément.
Ça vous oblige à des contorsions et des retournements qui ne sont guère aisés, même avec un physique d’ablette.
Résultat : il suffit qu’apparaisse un micro tendu par un petit malin pour qu’on pète les plombs.

Interrogée par « Le Petit Journal » sur la compatibilité de son mandat de conseillère régionale et ses nouvelles fonctions ministérielles, Madame « Cosse » s’est méchamment agacée :

« Aujourd’hui, je suis conseillère régionale d’opposition, je dois venir défendre mes dossiers en séance une fois par mois.
Et merde, à la fin, je ne cumule pas ! »

Non, elle empile juste.
Elle additionne, ce qui n’a rien à voir.
Rien à voir, surtout, avec la 48e promesse de campagne hollandaise ainsi claironnée lors du débat d’entre-deux-tours :

« Moi, président de la République, les ministres ne pourraient pas cumuler leurs fonctions avec un mandat local parce que je considère qu’ils devraient se consacrer pleinement à leur tâche. »

Une promesse qu’ « Emmanuelle Cosse » a retranscrite à sa sauce, ajoutant au mandat l’adjectif « exécutif ».
Or, « un mandat d’élu d’opposition n’est pas une fonction exécutive »,
dit-elle.
Ah ?

Toutefois, sentant bien que celle-ci est un peu chancelante, elle table sur une autre ligne de défense, d’une solidité à toute épreuve celle-là.
Et l’on peut croire que, là-dessus, elle recueillera le soutien de toute la classe politique.
Furibarde, « Emmanuelle » a en effet conclu l’entretien par cette sentence prémonitoire :

« Vous contribuez à dénigrer le travail des élus locaux.
Le Front national sera très content de tout ça. »

Tenez-vous-le pour dit, Mesdames et Messieurs les journalistes :
Si vous dénoncez les turpitudes, les petits arrangements et les grosses magouilles, vous allez faire plaisir au Front national.
Et ça, c’est pire que toutes les entorses aux règlements et à la loi !

Marie Delarue

http://www.bvoltaire.fr   du 15/03/2016

On Va Bientôt Tous Mourir De Faim !

cancer-jobs-apple

Calembredaine !

L’important, pour une peur millénaire, c’est que chacun soit au courant  !
Et là où l’alarmisme, seul dans son coin, n’est qu’une forme particulière de paranoïa, il devient judicieux voire nécessaire, dès lors, qu’il s’appuie sur un mouvement de masse, relayé à grand bruit par d’indispensables opuscules journalistiques.
En France, au moins, cet aspect est admirablement couvert par Le Monde et Libération.

Pour l’un comme pour l’autre, aveuglément acquis à l’amusante thèse d’un réchauffement climatique anthropique, il ne peut se passer une semaine sans que soit fait un rappel *lacrymophile* de l’épouvantable situation dans laquelle ces deux épaves journalistiques nous croient tous embringués.
Quand ce n’est pas un palpitant reportage sur des glaciers évaporés, un ours famélique ou le compte-rendu biaisé de la COP21, ils nous offrent un grand moment de bravoure journaleuse en « repompant » une étude du « Lancet », quitte, pour l’occasion, à sortir de la titraille de 12.7 et conclure, avant même le chapeau, à un « effet mortifère » du réchauffement climatique, à hauteur d’un demi-million de morts tout de même.

Pourtant, l’étude initiale prend quelques précautions, à commencer par son titre qui explicite plutôt clairement qu’il s’agit d’une étude sur un modèle, ce qui impose la plus grande humilité quant aux résultats trouvés, tant les « modèles » ont, pour le moment, prouvé leur relative inefficacité en matière de climat.
Heureusement, tant le « Monde » que « Libération » en profitent pour rappeler au lecteur, avec un sens de l’éthique qui les honore, que « modèle » ne veut pas dire « faits observés », ce qui permet de …
Ah tiens, on me fait savoir que l’un et l’autre ont omis cet élément !
Bah.
Ça arrive aux meilleurs.

Ceci explique sans doute pourquoi les articles de « Libération » et du « Monde » sont  copieusement barbouillés de conditionnel, histoire d’être « journalistiquement » inattaquables en l’état, même si on pourrait dire pas mal de chose des expressions choisies…

À commencer par l’utilisation de chiffres assez précis comme les 529.000 morts de faim attendus en 2050 suite à ce réchauffement climatique…
Que voulez-vous, un tel chiffre fait nettement plus scientifique qu’un bon « demi-million » qui sent la grosse louche qu’on utilise pour certains fromages !
Oui, ça vous a un petit air sérieux, une odeur de calcul complexe pour arriver à une telle calembredaine.

Et le mot « calembredaine » n’est pas trop fort, lorsqu’on lit les fastidieux articles de nos scribouillards étatisés :
Pas du tout en mal de financements pour leurs recherches au point de les acoquiner avec les thèses climatiques à la mode, les chercheurs n’ont pas hésité à mélanger plusieurs tendances du moment pour aboutir à ce chiffre.

Carences en vitamines, en fruits et légumes à croquer 5 fois par jour (vlan, 266 000 morts), repas trop légers (ping, 534 000 morts), ou au contraire une baisse de la consommation de la *méchante* viande rouge qui file des cancers aux parties basses (29 000 décès évités !), une diminution des diabètes et de l’obésité par pénuries climatiques (225 000 individus qui oublient de mourir !), l’indispensable rappel que les pauvres (dans les pays en voie de développement) prendront plus cher que les riches (occidentaux, cupides et pollueurs), marqueur clair des abominables disparités du monde moderne, bref, tout y est, tout est pris en compte.

Bien évidemment, les journalistes, fiers du travail bien fait, se sont empressés de détailler (par exemple) les précautions de l’OMS concernant le lien entre viande et cancer qui rappelle – je cite l’OMS – qu’« indications limitées » signifie qu’une association positive a été observée entre l’exposition à la consommation de viande rouge et le cancer mais que d’autres explications pour ces observations (techniquement désignées par les termes de « hasard », de « biais » ou de « facteurs de confusion » ) ne pouvaient être exclues, et que, toujours selon l’OMS, la consommation de viande rouge n’a pas encore été établie comme cause de cancer.
Avec ce rappel indispensable, le lecteur ne peut plus en conclure hâtivement à un lien presque évident entre viande et cancer, et à plus forte raison entre absence de viande et absence de cancer…
Heureusement que Le Monde et Libération s’en sont chargé et…
Ah tiens non,
On me dit dans l’oreillette qu’il n’en est rien.
Encore une petit oubli sans conséquence.
Passons.

Évidemment, ce genre d’articles, même s’il repose sur une étude à 30 ans (donc une éternité en terme scientifique, économique ou politique), sur des modèles climatiques particulièrement fragiles, sur des liens ténus entre maladies et régimes alimentaires, n’a aucun mal à tourner un peu partout sur les réseaux sociaux :
Avenir sombre, morts par centaines de milliers, opposition nord/sud, réchauffement climatique, régimes alimentaires et impacts sur la santé, et surtout, surtout, pénitence immédiate essentielle à l’évitement de la catastrophe.

Mais le plus beau reste, de loin, la collision – inopinée donc comique – de ce genre de « nuggets » d’alarmisme facile avec les faits de plus en plus nombreux qui montrent que l’Humanité s’en sort plutôt de mieux en mieux, tant du côté du climat que du côté de sa propre nutrition.

Comment ne pas mettre en regard l’étude faite en octobre dernier par la Banque Mondiale qui observe que l’extrême pauvreté recule et ne concerne plus, pour la première fois de l’Histoire, que moins de 10% des humains sur cette planète ?
Comment ne pas rappeler, comme le fait « Benoît Rittaud » dans un récent article, les statistiques pourtant réjouissantes de la FAO qui montrent (elles aussi !) une diminution constante du nombre de personnes mal ou sous-nourries, une augmentation constante et vigoureuse de la quantité de nourriture par habitant par région du monde, et ce, alors même qu’on nous tympanise sans cesse sur le réchauffement climatique, qui n’en finit pas d’être là depuis des décennies (et qui aurait donc déjà dû avoir un impact négatif visible sur cette pauvreté, cette malnutrition, et ces populations fragiles) ?

Autrement dit, la situation observée, que détaillent régulièrement et avec beaucoup d’humour des scientifiques comme « Hans Rosling », indique assez clairement que :
non, la situation n’empire pas…
non, les gens ne meurent pas de plus en plus de faim…
non, les modèles climatiques prédictifs ne sont pas sûrs…
et donc non, imaginer la situation en 2050 ne permet pas de tirer la moindre conclusion « opérationnelle » sur les régimes alimentaires et le nombre de morts qu’un réchauffement purement hypothétique dans trente ans pourrait provoquer.

Ou alors, les observations sont fausses.
Les scientifiques, « Hans Rosling » en tête, mentent.
Les journalistes utilisent trop de conditionnel et les libéraux, capitalistes et mangeurs d’enfants communistes des pays pauvres, complotent pour mener l’Humanité à sa perte.
Ce doit être ça.
On va donc tous (encore plus) mourir.
Et cette fois, ce sera de faim et en 2050.

À présent, vous pouvez paniquer.

H16 anime le blog Hashtable

http://www.ndf.fr/poing-de-vue   du 12/03/2016

« Le Petit Bonhomme » Bien Normal !

degagez

Premier au hit-parade
depuis deux ans et demi  ! 

F.HOL chef

Normal Premier !

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube

Le Petit Bonhomme

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube

C’est La Cata !

§§§§§§

Autre Que Réseau Social

Nos Femmes Politiques Se… Vulgarisent !

valls-chiottes

 «Des bruits de chiottes» !

C’est par ces mots que Najat Vallaud-Belkacem, « visiblement énervée », a désigné sur « France Info » les rumeurs de démission de Manuel Valls circulant dans la presse.

Le journaliste qui l’interrogeait, passablement éberlué, a omis – comme c’est bête – de lui demander de développer sa pensée :
Mais encore ?
Des détails ?
Des précisions ?
Des onomatopées ?

On remarquera qu’en ce 8 mars, chez nos femmes politiques, l’heure était à la métaphore gaillarde, histoire sans doute d’enfin s’approprier cet attribut proprement viril si enviable : la grossièreté !

Un article du « Monde » nous apprend en effet, au même moment, que Nathalie Kosciusko Morizet, s’estimant plus courageuse que Fillon et Juppé, se décrit « en mode greffage de couilles ».
Attendu que, pendant ce temps-là, des députés, à l’instar de « Jérôme Guedj », prenaient la pose devant le photographe en arborant du rouge à lèvres, on peut se demander si la Journée de la femme ne s’est pas muée cette année en « Journée des trans ».

On notera surtout qu’en fait de « bruits de chiottes », c’est celui de la chasse d’eau qu’on entend, qui emporte une fois de plus à grands fracas la « République exemplaire », non sans que le gouvernement se soit au préalable confortablement assis dessus et torché avec.
Pour rester dans le même registre sémantique.

D’aucuns diront justement des « chiottes » qu’elles relèvent d’un champ lexical que des hommes de lettres comme « Céline », ou dans un autre style « Frédéric Dard », ont longuement labouré.

Mais jamais « San-Antonio » n’a prétendu être ministre de l’Éducation !
Pourquoi pas, aussi, « Serge Gainsbourg » ministre de la Santé ?
Un vieil adage énonce que lorsque le chef s’assoit, la base se couche.
Aux « chiottes » du ministre répondront en écho, de façon redoublée, comme légitimés, les propos orduriers des élèves adolescents, et ceux, relâchés, de tant de leurs profs « adulescents ».

On comprend, à la fébrilité de Najat Vallaud-Belkacem, que si Manuel s’en va, c’est elle aussi qui « Valls ». Et que cette perspective lui tord les boyaux et lui file la colique.

Quant à nous, si d’aventure nous pouvons rendre service, nous tiendrons volontiers la balayette :

Allez, ouste,
bon débarras !

Gabrielle Cluzel

http://www.bvoltaire.fr   du 09/03/2016

Ce Serait Une Très Bonne Initiative !

0

Nos amis Anglais
font preuve d’originalité !

Ne Pas Oublier, c’est samedi prochain, et elles ont le sourire.

Marche

De Femmes Nues

En Grande Bretagne

 

 uk1 (1)

 

Cela mérite votre attention ?

  A noter dans vos agendas.

Comme vous le savez sans doute déjà,
c’est un péché pour un homme musulman
de voir une femme autre que son épouse nue
et s’il le fait, il doit se suicider.

Donc, samedi prochain à 13 heures
toutes les femmes britanniques sont invitées
à sortir nues pour aider
à éliminer les terroristes du quartier.

uk2 (1)

Se regrouper dans votre quartier durant une heure
est recommandé pour cet effort anti-terroriste.
Tous les hommes patriotes s’assiérons
sur des chaises de jardin en face de leurs maisons
afin de démontrer leur soutien aux femmes
et à prouver qu’ils ne sont pas
des sympathisants terroristes musulmans.

Comme l’Islam combat aussi l’alcool,
un pack de 6 bières fraiches à vos côtés
sera une preuve supplémentaire de votre patriotisme.
Le gouvernement britannique apprécie vos efforts
pour extirper les terroristes
et se félicite de votre participation
à cette activité anti-terroriste.

      uk3 (1)

Que Notre Dieu bénisse la Grande-Bretagne !

Si vous ne faites connaître
cette initiative et cette date
autour de vous
c’est que vous êtes un terroriste
sympathisant, lâche, poltron, complice.

Et en France que font nos nanas ?


Alors Mesdames,
on compte sur vous pour
qu’ils se suicident
et que la France
soit sauvée du terrorisme !

Autre Que Réseau Social

Bien sur, vous nous accordez une fiasque de calvados ou de kirsch étant donnée la saison !

§§§§§§

Initialement publié le 26/01/2015

Il Est Mal Aimé Mais Utile Partout !

cochon de gaza

« Le Cochon de Gaza ! »

Faire du blocus de Gaza le cadre d’une comédie n’allait pas de soi.
Peut-être parce qu’il ne vient pas de là, ni même du cinéma, l’écrivain et journaliste français « Sylvain Estibal » s’y est risqué, et il a bien fait.
Fable absurde au parfum de comédie italienne, « Le Cochon de Gaza »se regarde comme on respire une bouffée d’air frais.

L’histoire est celle de « Jafaar », un pêcheur gazaoui, sympathique et totalement aux abois.
Depuis qu’Israël a réduit à rien l’espace autorisé pour la pêche, il ne trouve plus un poisson.
Un beau matin, il récupère dans ses filets rien de moins qu’un gros cochon poilu.
Panique !
Entre l’animal monstrueux qui rue dans les brancards en poussant des cris aigus et le pêcheur aussi terrorisé que si le diable s’était invité sur son bateau, la scène burlesque qui s’ensuit est formidable.

Que faire de cette bête répugnante, jugée aussi scandaleusement impure par les juifs que par les musulmans, et qui pourrait rapporter plus d’argent que bien des poissons ?

Cachant l’animal dans sa cale, « Jafaar » tente de le refourguer au chef du bureau de l’ONU.
Il apprend ensuite que les Russes de la colonie voisine pourraient en avoir l’usage, se rend sur place où on lui demande d’apporter non pas le cochon, mais des échantillons du sperme de l’animal pour féconder les femelles.
Voilà le pauvre homme condamné, pour gagner sa pitance, à masturber son cochon à l’insu de sa femme et de ses voisins, rongé par la honte et l’angoisse…

Rocambolesque

Le rocambolesque du film ira crescendo, se nourrissant des absurdités induites par la paranoïa réciproque des deux camps, par le culte de la virilité qui imprègne les esprits.

Humaniste et bon enfant, cette petite comédie sans prétention, dont la tenue ne se relâche jamais, joue sur les ressemblances entre Israéliens et Palestiniens sans s’arrêter sur les différences.
La violence n’est pas occultée, que ce soit celle infligée aux Gazaouis par l’armée israélienne ou celle des attentats anti-Israéliens.
Mais elle est toujours traitée sur le même mode farcesque.

L’élevage de cochons dans les colonies juives par exemple, alors que ces animaux n’ont pas le droit de poser le pied sur le territoire israélien, s’explique par la capacité qu’ils ont à flairer les explosifs.
Aussi, pour contourner l’interdit, les installe-t-on sur des plates-formes, ou leur passe-t-on des chaussettes aux pieds.
Cet humour « foutraque » sera-t-il aussi bien perçu en Israël et en Palestine qu’il l’est depuis la France ?
C’est évidemment une question qui se pose.

http://www.lemonde.fr/cinema   du 20/09/2011

§§§§§§

Le Cochon : Trop Humain !

Apprécié pour sa chair généreuse, le cochon est honoré, à sa juste mesure, dans le monde chinois où il a sa place au calendrier.

Mais de nombreuses cultures et même certains représentants de Dieu le vouent aux gémonies.
Nous-mêmes, à certaines époques, avons affiché un cruel mépris à son égard.
Encore aujourd’hui, dans nos belles contrées, il est donné en contre-exemple aux enfants pour les convaincre de la nécessité de se laver…

Espèce de cochon !

Sale, le cochon ?
Il est vrai que, depuis le XVIIIe siècle et le croisement du cochon noir d’Europe avec des cousins asiatiques, son pelage présente une belle surface rose layette sur laquelle ne ressortent que mieux les taches.
Il est tout aussi vrai qu’il a une fâcheuse tendance à sauter à pieds joints dans la boue.
Ce n’est pas l’appel de la crasse qui l’y conduit, mais le besoin d’évacuer la sueur et de faire fuir les parasites.

Quoiqu’il y paraisse, sa façon de se laver est proche de la nôtre :
Il frotte sa peau puis la protège avec une petite couche de gras…

La mauvaise réputation

En sus de la saleté, d’autres accusations pèsent sur le malheureux cochon, notamment la goinfrerie qui semble diriger chaque minute de sa vie et le pousse à avaler sans retenue immondices et charognes.

Comme il n’y voit goutte, il passe son temps à farfouiller du groin, de façon peu délicate, la fange ou les recoins de sa porcherie, souvent mal entretenue par ses maîtres.

D’une mauvaise réputation à l’autre, il n’y a qu’un pas…

Dans la Grèce antique, Platon a fait de sa « cité de pourceaux  » (La République, II, IVe siècle av. J.-C.) le symbole de l’immoralité d’êtres au caractère… de cochon, forcément.

Au Moyen Âge, voici notre « bête noire  » (surnom donné au sanglier par les traités de vénerie) devenue symbole de lubricité.

Le cochon a été en fait victime d’un transfert de calomnie car, aux alentours de l’An Mil, c’était encore le chien et la chienne que l’on montrait du doigt (il en est resté une injure, « chienne », à l’encontre des femmes aux mœurs dissolues).

C’est à la fin du Moyen Âge que Médor entre dans nos bonnes grâces et laisse sa place de vil séducteur au vilain petit cochon.

Doit-il ces reproches de « cochoncetés » à la remarquable fécondité de sa femelle ou aux longues minutes que peut durer son accouplement ?

Il est à noter la persistance à travers les siècles de cette mauvaise réputation, comme le montrent les caricatures des dirigeants honnis, de Louis XVI à Hitler.

Ben, mon cochon !

http://www.herodote.net/histoire   du 06/03/2016

12345...10

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43