Archive | TROQUET Flux RSS de cette section

Ce Serait Une Très Bonne Initiative !

0

Nos amis Anglais
font preuve d’originalité !

Ne Pas Oublier, c’est samedi prochain, et elles ont le sourire.

Marche

De Femmes Nues

En Grande Bretagne

 

 uk1 (1)

 

Cela mérite votre attention ?

  A noter dans vos agendas.

Comme vous le savez sans doute déjà,
c’est un péché pour un homme musulman
de voir une femme autre que son épouse nue
et s’il le fait, il doit se suicider.

Donc, samedi prochain à 13 heures
toutes les femmes britanniques sont invitées
à sortir nues pour aider
à éliminer les terroristes du quartier.

uk2 (1)

Se regrouper dans votre quartier durant une heure
est recommandé pour cet effort anti-terroriste.
Tous les hommes patriotes s’assiérons
sur des chaises de jardin en face de leurs maisons
afin de démontrer leur soutien aux femmes
et à prouver qu’ils ne sont pas
des sympathisants terroristes musulmans.

Comme l’Islam combat aussi l’alcool,
un pack de 6 bières fraiches à vos côtés
sera une preuve supplémentaire de votre patriotisme.
Le gouvernement britannique apprécie vos efforts
pour extirper les terroristes
et se félicite de votre participation
à cette activité anti-terroriste.

      uk3 (1)

Que Notre Dieu bénisse la Grande-Bretagne !

Si vous ne faites connaître
cette initiative et cette date
autour de vous
c’est que vous êtes un terroriste
sympathisant, lâche, poltron, complice.

Et en France que font nos nanas ?


Alors Mesdames,
on compte sur vous pour
qu’ils se suicident
et que la France
soit sauvée du terrorisme !

Autre Que Réseau Social

Bien sur, vous nous accordez une fiasque de calvados ou de kirsch étant donnée la saison !

§§§§§§

Initialement publié le 26/01/2015

Qui Donc Est Le Vilain Petit Canard ?

discrimination

Lutter contre les discriminations ?

Pour mieux faire reculer la liberté et progresser l’hypocrisie !

La « discrimination » est l’un de ces mots-pièges que vénère la novlangue du politiquement correct.
Elle occupe une place privilégiée au coeur du dispositif qui transforme ce vecteur de liberté qu’est le langage en moyen d’oppression, lorsque des mots se chargent du pouvoir ambivalent des tabous.
Son emploi, selon les cas, stigmatise le délit, la mauvaise pensée, l’ombre du crime ou fait resplendir l’icône de l’égalité.
D’ailleurs, il a suffi d’un adjectif, « positive », pour en redorer l’image. Cet oxymore apparent a fait le bonheur de la gauche idéologique :
Pour passer de l’égalité formelle des droits à l’égalité réelle en fait, il faut donner plus à ceux qui ont moins et « privilégier » les minorités.
C’est ce genre de trouvaille imbécile qui mine nos démocraties,
ruine la liberté et paralyse la parole et la pensée.

Désormais tout se vaut.

Il est suspect voire criminel d’établir des hiérarchies.
Il est au contraire plus juste de les renverser ou de les inverser.
Toutes les religions se valent.
Tout ce qui se dit art a droit de l’être.
Tous les hommes sont égaux, certes, mais certains plus que d’autres, ceux justement que les préjugés défavorisaient.
Comme il faut traiter le mal à sa racine, on commence par l’école,
en arrachant l’enfant le plus tôt possible au déterminisme familial,
en éliminant les filières sélectives,
les options valorisantes comme les langues anciennes,
et les notes après les classements qui pénalisent scandaleusement ceux qui travaillent moins ou moins bien.

L’ombre du péché plane désormais sur tout ce qui divise et qui sépare.

La ségrégation est une tache indélébile au front de l’Amérique.
La sélection évoque sournoisement les camps nazis.
L’idée d’opérer un choix, un tri parmi les personnes à contrôler sombre dans le délit de faciès condamné par le « MRAP ».
Pourquoi un barbu portant un sac lourdement chargé serait-il plus suspect qu’un cadre cravaté muni d’un porte-documents ?
Celui qui aurait le mauvais goût de souligner l’identité commune d’origine ou de religion des auteurs d’attentats se ferait justement taxer d’amalgame raciste insupportable.
Déjà la discrimination a fait son entrée dans le code pénal et dans la loi sur la « liberté » de la presse.

Le choix d’une personne plutôt que d’une autre est toujours susceptible de poursuites et de condamnations dès lors qu’en dehors de critères légitimes, il se sera appuyé sur l’un des 21 motifs jugés discriminatoires.
Le nombre de ceux-ci a sans cesse augmenté faisant reculer la liberté et progresser l’hypocrisie.

Le Défenseur des Droits veille !

Toute tentative de justification de ces critères illégitimes pourra, quant à elle, être poursuivie en tant qu’incitation à la discrimination avec l’appui des inquisitions privées que sont devenues certaines associations.
La confusion généralisée, le refus de distinguer, la chasse aux sorcières discriminantes, sont des menaces entretenues contre la liberté de penser, contre la pensée elle-même !

Pauvre Descartes !
Le bon sens n’est plus la chose du monde la mieux partagée.
Distinguer, diviser, séparer, mettre de l’ordre, classer, hiérarchiser sont essentiels à la pensée humaine.
On dira que cela demeure vrai pour les choses ou les idées, mais devient odieux lorsqu’il s’agit des hommes.
La séparation en groupes inégaux en droits, la ségrégation est bannie.
La discrimination qui est sa survivance dans les faits doit aussi être pourchassée.
Certes, mais cette obsession devient absurde à force d’excès.
Il est juste et nécessaire de séparer le bon grain de l’ivraie.
C’est le principe même de tout jugement.
La Justice, que ce soit celle des tribunaux, ou celle que doivent appliquer l’enseignant, l’employeur, toute personne exerçant un pouvoir ou une responsabilité, exige le recours à une hiérarchie, un classement, un choix.
Celui-ci ne doit pas être fondé sur des préjugés, mais on ne peut lui interdire de s’appuyer sur le raisonnement.

Christian Vanneste

http://www.bvoltaire.fr/ du 03/09/2015

Ne Signez Pas Ce Genre De Pétition !

emmigre-300x168 (1)

§ Manipulation §

Petition

Solidarité avec les réfugiés
Accueillons-les dans nos communes

ADRESSÉE À

Président de l’Association des Maires de France  »François Baroin »

Président de la République Française  »François Hollande »

Des milliers d’êtres humains meurent sous nos yeux chaque jour en fuyant la guerre et en tentant de rejoindre une Europe incapable d’apporter une solution humanitaire cohérente à sa porte.

Face au silence assourdissant des dirigeants français et européens, il est temps d’agir pour venir en aide à celles et ceux qui parviennent à arriver dans nos pays.
Mais que faire ?

Faut-il procéder, comme certains le disent, à une « sélection » de ceux qui pourraient rester en France et les autres ?
Je pense qu’il est au contraire temps d’accueillir avec dignité, générosité et humanité ces nombreux réfugiés dans nos communes.

Je demande donc au Président de la République, Monsieur François Hollande et au Président de l’Association des Maires de France, Monsieur « François Baroin », d’organiser au plus vite une consultation des 36.000 maires de notre pays pour recenser les capacités et propositions d’accueil de réfugiés syriens, irakiens et autres qui fuient les conflits, et regrouper les initiatives prises en ce sens par les communes, associations et bénévoles.

Si nous obtenons cette grande consultation, si partout en France des élus et des citoyens montrent qu’ils s’engagent sur la base d’un volontariat humanitaire à accueillir ces réfugiés, notre mobilisation constituera un signal fort et un modèle pour les autres pays européens.

Certains pousseront des cris d’orfraie à la récupération politique des récents drames humains, dont cette photo insoutenable d’Aylan Kurdi, ce petit garçon syrien échoué sur une plage de Turquie. Je suis petite fille d’apatrides déportés et morts en déportation, je n’ai pas de leçon à recevoir. J’entends la voix de mon père me raconter la rafle du Vel d’hiv.

Signez cette pétition pour obtenir une consultation des maires de France prêts à accueillir les réfugiés humanitaires et n’oubliez pas d’indiquer en signant si vous, votre commune ou votre association sont prêts à les accueillir également.

Le président « Sadate » au moment de la signature des accord de Paix avec Israël avait eu cette phrase superbe :

« Je préfère me brûler en tentant d’allumer une flamme que de rester dans le noir à maudire l’obscurité. »

Alors en pensant à mon père et à toutes les victimes innocentes jetées sur les routes de l’exode par des conflits que la communauté internationale est incapable de régler, je préfère aussi me brûler et tenter quelque chose pour venir en aide à ces réfugiés.
Rejoignez-moi!

Nathalie Goulet

Sénateur de l’Orne
Vice-Présidente de la Commission des Affaires Etrangères

(La personne (ou l’organisation) qui a lancé cette pétition n’est pas liée à « Change.org. »)
(« Change.org » n’a pas créé cette pétition et n’est pas responsable de son contenu.)

Change.org

Des milliers de personnes se sont laissées avoir et ont signé pendant que des milliers d’éleveurs sont à Paris, comme les révolutionnaires de 1789 qui réclamaient du pain.
Mais eux sont Français !
Qui doit aider EN URGENCE notre gouvernement ?

Pas De Crise Pour Les Latrines A Paris.

pointwc-300x133 (1)

Le socialisme,
c’est maintenant !

« L’escale bien-être » n’aime pas les « dames-pipi » !
Aux touristes qui se plaignent du manque de toilettes dans Paris, et subséquemment de l’odeur de latrines qui flotte aujourd’hui dans maints quartiers de la capitale, madame Hidalgo répond « Lavatories ».
Ce sont six haut lieux touristiques – Notre-Dame (IVe), Lamarck (XVIIIe), Joseph-Bouvard (VIIe), Ambassadeurs, Étoile et Madeleine (VIIIe) -, véritables monuments historiques jusqu’au personnel qui ne l’était pas moins, mais dont nos édiles ont confié la gestion depuis le 1er juillet à la société hollandaise « 2theloo », via sa filiale française « Sarivo PointWC ».

« PointWC », c’est chic et classieux.

Cher, aussi, pour déposer son obole, mais attention, comme dit leur pub :

« Boudoir du XXIe siècle, c’est un lieu magique où il fait bon se ressourcer. »

De fait, c’est une expérience dont on sort changé,
et quand vous serez passé par là,
vous verrez votre derrière autrement.

À côté de cela, péter dans la soie ou plus haut que son cul n’est rien.
C’est comme vouloir comparer une promenade en barque sur le lac de Vincennes et une sortie en yacht dans le golfe de Saint-Tropez.

Jugez-en :

« On est accueilli dans un salon-boutique, un espace shopping qui éveille nos sens par ses subtiles fragrances et la mise en scène d’objets décoratifs autour de l’univers des toilettes.
La visite de ce salon est faite de plaisirs et de surprises. »

Pas faux.
Et puis ce n’est pas tout.
Si vous avez oublié le cadeau d’anniversaire de votre épouse, ou pas eu le temps de faire vos achats de Noël, « PointWC » est là pour vous dépanner :
à vous « le high-tech avec les WC japonais et les cuvettes et la robinetterie de luxe ainsi qu’un vaste choix d’accessoires et d’idées cadeaux ».
Par exemple un joli balai à chiotte « Main de Fatima » à 209 euros,
ou bien un abattant « Istanbul » à 480 euros et son robinet-mitigeur à 805 euros,
ou pourquoi pas, soyons fous, la cuvette « Combiné japonais » à 10.335 euros.
Croyez-moi, quand on s’est assis là-dessus, on ne voit plus le monde de la même manière !

D’autant que :

« avec l’aide du « Personal Shopper » chacun peut bénéficier de conseils d’expert pour que son projet se réalise en fonction de ses besoins, de ses envies, de ses contraintes ».

Le projet, on voit à peu près ce qu’il peut être, mais il est vrai que les modalités peuvent changer… Alors, que vous souffriez d’une diarrhée passagère ou d’une incertitude sur le choix du papier toilette (motif tour Eiffel ou billet de 100 euros à 5,50 euros le rouleau), il y a toujours quelqu’un pour vous assister.

Mais tout cela a un prix, et je ne parle pas, là, des euros mais du personnel.
Pour pouvoir nettoyer les chiottes chez « PointWC », il faut réussir le casting, car chez ces gens-là, on passe la serpillière en smoking.
Pour les dames, c’est 95-65-95, chignon, tailleur noir et souliers plats.
Alors, forcément, la grosse Suzon, Germaine, Muguette et les autres ont dû aller se faire voir vers d’autres sanisettes.
Elles sont ainsi six dames-pipi à être passées mercredi devant les prud’hommes.
Elles ont réclamé la reprise de leur contrat de travail par le nouveau prestataire, et leur réintégration sur le site, en application de la convention collective.
Réponse de l’avocat de « PointWC » :

« Nous n’entretenons pas des toilettes publiques comme notre prédécesseur mais nous portons un nouveau modèle économique.
Nous avons un espace boutique où nous vendons des toilettes japonaises à 4.000 euros, des brosses à 1.000 euros et nous offrons un service d’accompagnement à une clientèle internationale qui peut avoir d’autres pratiques que nous. »

« PointWC », « l’escale bien-être », là où l’on ambitionne de :

« transformer en escales VIP les haltes quotidiennes aux cabinets de toilette »

a été récompensé par « Paris Initiative Entreprise ».

Le socialisme, c’est maintenant.

Marie Delarue

http://www.bvoltaire.fr/  du 28/08/2015

Mais où vont pisser…et le reste cette foule de gens fauchés qui vivent dans notre capitale ou déferlent jour après jour ?
Ca commence vraiment à ne plus sentir « la rose » !

Que Penserait Le Défunt Ian Fleiming ?

 moore (1)

Un « James Bond »
mélanoderme !

Conséquence d’une mondialisation galopante ?

La niaiserie des ligues de vertu antiracistes ne connaît plus de frontières.
Ainsi, l’acteur « Pierce Brosnan » qui, à quatre reprises, endossa le smoking de l’agent 007, assure, dans un entretien accordé au magazine américain « Details », qu’il verrait d’un assez bon œil un James Bond noir ou gay.
Il a même son idée sur l’éventuel casting :
l’Anglais « Idris Elba ».

Interrogé sur la question, un autre « James Bond », « Roger Moore », estime qu’un tel personnage ne saurait être incarné que par un « Anglais anglais », avant de se rétracter devant le tollé médiatique qu’on imagine.
Il est un fait qu’ »Idris Elba » est Anglais, mais aussi un peu fruit des amours d’un père sierra-léonais et d’une mère ghanéenne…
Ce qui n’est pas un crime en soi, mais qui nous éloigne singulièrement des origines helvético-écossaises du plus célèbre agent de Sa Gracieuse Majesté.

Bref, tout cela est très con.

Un peu comme si, au nom de la diversité heureuse, on proposait à « Steevy Boulay » de reprendre le rôle de « Shaft », naguère immortalisé par « Richard Roundtree » dans « Les Nuits rouges de Harlem », de « Gordon Parks », symbole de la « blaxploitation » des seventies du précédent siècle.
Ou à envisager un remake du « Blacula » de « William Crain » avec un « Justin Bieber » endossant la cape vampirique de « Mamuwalde », le suceur de sang africain…

Ça serait effectivement tout aussi con.

Après, un « James Bond » qui serait de la jaquette flottante, comme on aurait dit au bon temps d’ »Audiard » ?
Voilà qui ne serait pas forcément raccord avec les épisodes précédents.
Adieu, James Bond girls ?
Bienvenue aux James Bond boys !
Remarquez que, de par sa lignée écossaise, 007 est déjà adepte de la jupe…pardon, du kilt.
Nonobstant, il y a sûrement un concept à creuser :
Louboutin à réaction, rouge à lèvres avec missile intégré, plug anal piégé et sac à main plein à ras bord de gadgets de destruction massive (crème de nuit au polonium, gloss façon Gloc  et pince à épiler transformable en canon à confettis.)
(Le pistolet Glock, de fabrication autrichienne, est une des armes favorites des espions et terroristes en tous genres, puisque réputée indétectable aux rayons X.)
Avec un tel arsenal, « James Bond » ne sera jamais trop aidé et pourra donc exceller à défendre ce Commonwealth, dont « Her Majesty The Queer » demeure l’emblématique symbole.

Ces choses dites, ce révisionnisme « jamesbondesque » flaire un peu le lobbying à petit bras.
On nous parle de compétitivité et d’économies d’échelle ?
Pourquoi ne pas fusionner ?
Cette simple idée, en passant :
Pourquoi pas un 007 présentant un surcroît de mélanine et qui jouerait aux jeux de l’amour tout en inversant les rôles ?

On dit qu’un « Magloire » ou qu’un « Vincent Mc Doom » auraient quelques trous dans leur actuel planning.
Cela permettrait, effectivement, de faire d’une pierre deux coups.
Et aux « bondophiles » hexagonaux de pouvoir enfin applaudir aux exploits d’un 007 français.

Qu’en penserait le défunt Ian Fleming ?

C’est une autre histoire.

Nicolas Gauthier

http://www.bvoltaire.fr/  du 28/08/2015

Comme Nous Dirait Pierre Desproges !

etonnant (1)

« Étonnant non ?! »

Dans les publicités en Afrique il n’y a que des Africains !!!

Nous nous sommes inquiétés des publicités très multiculturelles chez « Ikea » ou « Pampers », au grand dam de certains y voyant de l’intolérance de notre part, pour ne pas parler de « racisme ».

Nous nous contenterons de leur faire remarquer les publicités en Afrique…

postecoteivoire

 https://babiwatch.wordpress.com/

§§§§§§

dove-coteivoire

 http://www.frenesiescosmetiques.com/wp-content/uploads/

2014/01/fr%C3%A9n%C3%A9sies-cosm%C3%A9tiques-Dove-Cote-d-Ivoire.jpg

§§§§§§

moov

 http://www.nabilzorkot.com/images/pub/montage_communaute.jpg

§§§§§§

MOOV (2)

 http://stratmarques.com/wp-content/uploads/2015/07/MOOV.jpg

§§§§§§

uniwax-cote-d-ivoire

 http://www.pagnifik.com/wp-content/uploads/2014/06/uniwax-cote-d-ivoire.jpg

§§§§§§

maggi-pub-a-dakar.1228461411

 http://kamizole.blog.lemonde.fr/files/2008/12/maggi-pub-a-dakar.1228461411.jpg

§§§§§§

malta

 https://www.behance.net/gallery/11708711/MALTA-GUINNESS-AFRICA-RISING-DIGITAL-BANNERS

 

Beate
pour « http://resistancerepublicaine.eu »

 

Le blog de Christine Tasin  du 27/08/2015

Même les programmes de notre télévision Française s’adresse à ces peuples envahisseurs !

A Priori,On Se Lave Tous Les Cheveux.

shampooingcheveuxcrepus-300x198 (1)

Faisons-nous des cheveux !

Depuis les récriminations du CRAN pour PLUS de diversité apparente partout en France (2005), les choses n’ont fait qu’empirer….
En effet, ce n’est pas seulement dans « l’image » que les marques se défoncent pour lui complaire, c’est dans les faits.

Exemple :
Une marque bien connue, «  Ultra Doux Shampooing » a sorti en 2014 un shampooing pour « Cheveux fins », sans volume, parmi sa large gamme.
J’avais bien noté, l’année passée, la distribution dans la rue, d’échantillons de shampooing de cette même marque pour : « cheveux frisés et décrépus »….

Or, je n’ai pas les cheveux crépus mais fins et le produit en question a fait mon bonheur, au-delà de mes attentes…
Par conséquent, avant de manquer de cet irremplaçable cosmétique, j’ai voulu en acheter un autre flacon.
Mais, j’ai cherché en vain dans tous les rayons des grandes surfaces.
Envahie par un mauvais pressentiment, j’ai écrit à la marque.
La réponse a été laconique et sans espoir : le produit est supprimé.

J’en déduis qu’il y a moins, désormais, de têtes à cheveux fins, en France, que de têtes crépues et frisées car les rayons sont pleins de flacons de shampooing, de cette célèbre marque, pour ce type de cheveux…
C’est significatif.

Olivia Blanche
pour « http://resistancerepublicaine.eu »

 

Un appel à nous bouger, nous qui avons les cheveux fins…

Si ce type de produits est commercialisé (il n’y a pas que les shampooings mais il est vrai que les shampooings sont particulièrement significatifs), c’est parce qu’à l’origine de chaque sortie de produits, et même très en amont, sont faites des études de marché.
Ces études, outre la partie « quantitative » que tout le monde connaît, sur un grand échantillon de personnes diverses, il existe une phase « qualitative » faite sur quelques groupes de consommateurs réunissant une huitaine de personnes.

Ces personnes sont de plus en plus souvent issues de la diversité et demandent la plupart du temps des produits qui leur conviennent, des produits pour cheveux « méditerranéens » et crépus.
Elles se plaignent et ricanent même parfois de voir des pubs ou des emballages avec des femmes blondes, trop « cliché », « cucul », « trop tradi », « la France ce n’est plus comme ça ».
Ce sont des « verbatims » récurrents !

Il faut que les FDS aillent à ce type de réunions pour contrer la tendance, sans pousser à la consommation, mais il se trouve que ce sont des produits que de toute façon on est obligés d’acheter (on se lave tous les cheveux a priori…).

Caroline A
pour « http://resistancerepublicaine.eu »

Le blog de Christine Tasin  du 27/08/2015

C’est Simple Comme Un Coup De Fil.

bond-phone-300x179 (1)

Déjouer un attentat !

Cette fois-ci, Manuel Valls prend le taureau par les cornes.

Enfin !

Au lendemain de la fusillade avortée du « Thalys »,
le Premier ministre a décidé de recourir à l’arme fatale,
la mesure que tout le monde attendait :
un numéro de téléphone pour signaler tout comportement anormal.

Et voilà.
Alors, comment ça marche ?

Explications

Un homme armé jusqu’aux dents fait irruption dans une rame de métro.
Inutile de paniquer.
Un usager compose le numéro de téléphone mis en place par Manuel Valls.
Au bout du fil, une voix féminine numérisée lui demande de préciser la situation :

« L’homme tient une kalachnikov : tapez 1.
Un couteau : tapez 2.
Un sandwich merguez-frites : tapez 3. »

Selon la touche choisie, une ampoule s’allume dans le commissariat le plus proche de la station de métro.
L’agent de garde appelle le ministère de l’Intérieur pour indiquer qu’il se passe de l’anormal dans le quartier.

Manuel Valls est prévenu.

Il ouvre son plan de métro et localise la station.
C’est à La Motte-Picquet.
Il faut changer à Invalides et prendre la direction Balard.
Un commando muni d’un pass Navigo part immédiatement en direction du lieu indiqué.

Pendant ce temps, dans la rame de métro, le terroriste présumé attend.
Le coup de fil passé par l’usager peut avoir des conséquences terribles.
La peur se lit sur son visage.
45 minutes plus tard, le commando fait irruption et maîtrise le forcené.

That’s all Folks

(je traduirais cette phrase finale de dessins animés par « rideau » – pelosse)

Avec l’annonce de la mise en place de ce numéro de téléphone, Manuel Valls place la barre du ridicule très haut.

L’envoi d’un courrier eût été plus fort, mais il réserve cette mesure phare pour la prochaine fois.
L’escalade dans le dérisoire ne fait que commencer.
En exclusivité, « Boulevard Voltaire » vous dévoile la procédure de force 4 imaginée par le ministère de l’Intérieur en cas de nouvelle attaque terroriste.

Mode d’emploi

L’attaque survient, un voyageur prend sa plume :

« Monsieur le Commissaire,
J’ai actuellement devant moi un homme muni d’une kalachnikov modèle GX 34B.
Celui-ci semble animé de sentiments belliqueux.
Est-ce bien normal ?
Bien que je ne souhaite en rien procéder à des amalgames éhontés, le personnage semble être d’origine nord-africaine et je m’en excuse, etc. »

En bon technocrate, Manuel Valls ne sait proposer que des solutions paperassières.
Du marketing sécuritaire.
De la pauvre idée d’arrière-salle de réunions de créativité commerciale.
Manuel Valls regarde trop les publicités pour le catalogue de La Redoute.
Le coup du numéro de téléphone magique appliqué au terrorisme…
Il fallait oser.
Votre gilet pare-balles en 24 heures chrono !
Satisfait ou remboursé.

Les plus grandes boîtes de vente par correspondance vont s’arracher ce Premier ministre dès sa sortie de Matignon.

Cette volonté de ne rien faire du tout semble cette fois clairement affirmée.
La porte ouverte aux migrants de toutes natures sans vérification aucune, ces serrages de louches à ces nouveaux arrivants dont on ne sait rien par un Cazeneuve au sommet de son rôle de Robin des bois d’opérette, conjugués à cette mise en place de numéro de téléphone inutile placent ces dirigeants-là en situation de non-assistance à citoyen en danger.

Complices involontaires (peut-on l’espérer ?) du terrorisme.

Jany Leroy

http://www.bvoltaire.fr/  du 25/08/2015

La Liberté Vaut Egalement Pour Nous !

bb-216x300 (1)

Et Dieu créa la femme !

« Femmes impudiques, effrontées de France et de Navarre, unissons nos forces pour bouter l’infâme, chassons « islam » hors de nos contrées ! »

« L’adoption systématique de tenues décentes ne nuirait pas tant moralement, intellectuellement qu‘esthétiquement. »

nous dit Pugnacité dans un des commentaires sous l’article de Claude Laurent.
(http://resistancerepublicaine.eu/2015/zougatta-qui-a-agresse-la-femme-en-maillot-de-bain-allo-quoi-jai-le-droit-daimer-la-grande-mosquee-de-reims-non/)

Tudieu !
Putain de bordel de merde, vous n’allez pas vous y mettre, vous aussi, « Pugnacité » !

Et pour faire appliquer ce code de « bonne conduite », iriez-vous jusqu’à préconiser l’instauration d’une « Police de la Vertu » du genre « muttawa » à la saoudienne, aidée dans sa tâche par la cohorte des biens pensants et des bigots, gardiens du bon goût – bon goût édicté par qui, je vous le demande !

Ne voyez-vous pas que ce sont toujours aux femmes que l’on demande d’être décentes ?

Même s’il m’arrive parfois de trouver vulgaires certaines tenues féminines, ou masculines – la vulgarité, comme la connerie, est la chose la mieux partagée au monde, et l’élégance à la française a fait long feu – il ne m’est jamais venu à l’idée de vouloir les proscrire !
De quel droit ?

La vulgarité, si tant est que l’on puisse la définir, n’a jamais tué personne que je sache.
Seule est victime, l’idée que chacun se fait de la distinction personnelle et de l’honorabilité. Parbleu, la belle affaire !

Alors que les milices de la vertu qui s’érigent en arbitre des élégances et qui désignent les coupables aux tribunaux et à la vindicte « populaire » s’accommodent sans mal du sang et de la crasse qui tâchent leurs tenues, ô combien correctes, codifiées par leur dogme puant de pseudo respectabilité !

On est toujours le con de quelqu’un et cela vaut pour la vulgarité aussi.
Alors le risque est grand qu’avec l’instauration d’un nouvel ordre moral personne ne soit à l’abri d’un jugement définitif qui vous envoie au peloton d’exécution.

Si votre regard est agressé, si votre conception du bon goût et de l’élégance sont heurtés, regardez ailleurs, changez de point de vue, mais de grâce, ne désignez pas de coupables.

Le droit à la « vulgarité », à «l’indécence » vestimentaire, est, selon moi, comme le droit au blasphème, un droit inaliénable de nos sociétés libres et démocratiques.

J’ai connu dans ma vie, et apprécié – solidarité de paria ! – nombres de femmes, et d’hommes, jugés de peu de vertu par leur tenue ou leur parler, dédaigneux du jugement porté sur eux par les « béni-oui-oui » et les « culs-bénits », qui en remontreraient à plus d’un résistant de pacotille par leur vertus couillues d’intrépidité et de courage.

Ils sont des nôtres, car jamais ils n’accepteront de renoncer à une once de leur liberté.

Aussi, je lance ce cri, tout à la fois ironique, facétieux et sérieux:

« Femmes impudiques, effrontés de France et de Navarre, unissons nos forces pour bouter l’infâme, chassons islam hors de nos contrées! »

Sans rancune, « Pugnacité », que j’aime à lire !

Sacrebleu !

Philippe Bescond-Garrec

Le blog de Christine Tasin

dieu-crea-la-femme

Il est certain qu’ »écrire est une arme » mais « c’est au pied du mur qu’on voit le maçon » !
Il n’y a pas grand monde qui bouge physiquement chez les autochtones.
Remarquez, si toute la gente féminine sortait fringuée comme des putes, maquillée à outrance, cela ferait peut-être un déclic.
Mais il faudrait que les mâles assurent afin qu’elles ne soient ni agressées ni violées… à moins qu’ils soient tous devenus de la jaquette ou froussards !
Je n’aime guère utiliser le langage ordurier mais…restons dans le style !

La Dhimmitude De Nos Islamophiles !

immigration-1-300x224 (1)

Nos islamophiles sont aveugles !

Les « réfugiés » viennent presque tous de pays musulmans…
Mais ça n’interpelle pas les islamophiles de…

Les « réfugiés » qui arrivent sur les côtes européennes par pleins bateaux proviennent quasiment tous de pays musulmans ou en voie d’islamisation.
Rien que cela devrait poser question à tous les inconscients qui se précipitent pour leur faire connaître la multitude des « droits » que leur octroient si généreusement et à crédit les malfaiteurs qui nous gouvernent.

Pourquoi donc ces gens fuient-ils ces pays où règne la « religion de paix, d’amour et de tolérance » ?

Et pourquoi ne vont-ils pas dans l’un de ces riches pays musulmans croulant sous les pétro-dollars et dont les régimes correspondraient au mieux avec leurs us et coutumes ?

Comment se fait-il que cette « religion de paix » provoque ainsi des exodes d’une telle ampleur ?

Partout où l’islam s’est installé, il l’a fait par la force armée, a démoli tout ce qui l’avait précédé et n’a rien construit à la place, sauf des mosquées.
Il n’est que de voir ce que fait l’ »État islamique » dans les sites archéologiques de Syrie, après avoir vu les bouddhas de « bâmiyân » démolis à l’explosif !

Prenons l’exemple de l’Algérie, qui devrait être l’un des pays les plus prospères d’Afrique et même du monde, avec le gaz, le pétrole, et aussi toutes les infrastructures laissées par les Pieds-Noirs concernant les communications, les administrations, l’eau, la santé, l’éducation, l’agriculture…
Laissée en état de puissance pétrolière et agricole, elle en est maintenant réduite à importer de la nourriture alors même que l’exploitation du sous-sol est en passe de devenir inopérante.
Pourquoi ?

Parce que rien dans le coran n’explique que l’on doive travailler pour se nourrir, se vêtir et se loger.

On y trouve référence aux butins pris aux non-musulmans, on y trouve la soumission, l’absence de libre-arbitre, la domination masculine sur les femmes, l’intolérance et la guerre.
Belle religion !
Rien d’épanouissant pour l’esprit ni pour le corps, la prospérité par le travail, la réussite sociale dans l’harmonie et l’audace créatrice apportant l’art et les inventions.

En France, où les idiots croient qu’il n’y a déjà pas assez de mosquées, il faut bien savoir qu’il existe une rivalité entre Algériens et Marocains pour le contrôle des mosquées, et une autre entre les Arabes et les Turcs.

Dans l’islam, il existe une véritable guerre entre les chiites et les sunnites, aggravée des prétentions des salafistes, des Frères musulmans et d’autres sectes mahométanes, modérée en apparence par le « soufisme » dont on peut penser qu’il n’est que l’une des formes de la « takkiya » destinée à donner à l’islam une apparence de spiritualité.

Dans l’islam, cette guerre interne se déroule tous les jours à coups d’explosifs, d’attentats-suicides, de mitraillages contre des mosquées et divers lieux publics.
Peu importent les victimes, seules comptent la vengeance et la domination d’une secte sur l’autre.

En France, nous n’avons pas besoin
de l’importation de ces guerres civiles internes à l’islam,
de ces abrutis qui s’expliquent à coups de bombes,
de cette idéologie de soumission servile et sans réflexion à laquelle nous ne devons rien que des problèmes depuis que son développement a induit sa prétention à gouverner au dessus des lois de notre République.

En France, nous n’avons pas besoin de l’anti-France et de tous les idiots qui défendent les prétentions de l’islam à s’imposer à notre peuple, à nos descendants et à notre civilisation.
Ceux qui trouvent à l’islam quelque avantage n’auront qu’à partir avec ceux que la défense de notre patrie, de nos valeurs, de notre République et de notre économie nous conduira forcément à faire repartir dans leurs terres historiques.

En France, nous avons besoin de retrouver la valorisation du travail, le respect de la  »Res Publica », la reconnaissance du bien privé acquis par l’effort, et, surtout, le droit du peuple Français à rester lui-même, dans sa civilisation et dans ses us et coutumes.

Daniel Pollett

Le blog de Christine Tasin du 29/07/2015

Les déferlantes d’immigrés annoncent une rentrée surprenante après des vacances volontairement amnésiques !
Nous aurons un automne plus que chaud !

§§§§§§

pensee (1)

Islamophilie ou inconscience ?

Monsieur « Bergé » ferait bien de faire très attention !

Oh, pour être un dhimmi il l’est !
Pour mettre son immense fortune au service des musulmans, pas de problème, il le fait depuis fort longtemps !

Je n’irai pas le traiter de crétin, parce-que j’imagine bien qu’il ne doit pas l’être, on n’accumule pas une fortune pareille en étant idiot c’est évident.

Mais c’est évident aussi qu’il n’a jamais ouvert un coran, sinon, étant homosexuel il défendrait NOS idéaux, et non pas ceux des musulmans !

Monsieur « Bergé » devrait savoir que nous, la sexualité des gens, NOUS on s’en moque (hors pédophilie bien sûr, mais je n’ai jamais entendu qu’il ait été pédophile, donc, il fait ce qu’il veut, c’est pas nos affaires).

Chez les musulmans c’est pas du tout la même chose, être homo…
C’est la peine de mort !

Bref, ce monsieur me fait penser à un type qui serait en train de préparer le noeud et la potence…
Sans se rendre compte que si les musulmans devaient prendre le pouvoir, il ferait partie des premiers à se balancer au bout de la corde !

Philippe Le Routier

Le blog de Christine Tasin du 29/07/2015

L’ Espoir Aide Quand Même A Vivre !

chapeau (1)

Un fabuleux discours !

À la lecture de ce texte vous conviendrez que si chaque compagnie avait un président avec de tels principes… les relations de travail seraient harmonieuses.

Voici le discours d’adieu donné par le PDG de Coca-Cola :

« Imaginez la vie comme un jeu dans lequel vous jonglez avec cinq balles.
Ces balles représentent :
le travail,
la famille,
la santé,
les amis
et la vie spirituelle.

Vous vous rendrez compte rapidement que le travail est comme une balle en caoutchouc. Si vous la laissez tomber, elle rebondira et vous reviendra.

Mais les quatre autres balles :
La famille, la santé, les amis et l’esprit sont fragiles comme le cristal.
Si vous laissez tomber l’une d’elles, elle en sortira inévitablement éclatée, ébréchée, abimée, voire même brisée.

Jamais elle ne redeviendra la même.

Vous devez comprendre ceci :
Appréciez le plus précieux et efforcez-vous de l’atteindre.

Travaillez avec efficacité dans les heures normales de bureau et laissez le travail à temps.
Consacrez le temps nécessaire à votre famille et à vos amis.

Faites de l’exercice, mangez et détendez-vous de manière adéquate.

Et par-dessus tout, croyez en la vie intérieure, le spirituel, qui est le plus transcendantal parce qu’il est éternel.

Shakespeare disait :

« Je me sens toujours heureux, vous savez pourquoi?
Parce que je n’espère rien de personne, espérer fait toujours mal. »

Les problèmes ne sont pas éternels, ils ont toujours une solution.
Le seul qui ne se résolve pas est la mort.

La vie est courte, alors aimez-la!

Vivez intensément et rappelez-vous :

Avant de parler… écoutez!

Avant d’écrire… pensez!

Avant de critiquer… regardez-vous!

Avant de frapper… calmez-vous!

Avant de prier… pardonnez!

Avant de dépenser… gagnez!

Avant de baisser les bras… essayez!

Avant de mourir… vivez! »

Autre Que Réseau Social

Ménagez-Vous, Monsieur Bricolage !

hollande-hilare

Un piston médiatique !

Une journaliste corrézienne pistonnée par François Hollande.

Selon « le Canard Enchaîné », François Hollande serait intervenu directement pour recaser une journaliste de « France Bleu Limousin ».
Fermée le 26 juin 2015 pour causes de restrictions budgétaires, la station locale faisait vivre quatre journalistes auxquels le chef de l’Etat, «toujours sensible aux affaires corréziennes», aurait promis qu’ils seraient recasés «où ils/elles voulaient.»

C’est ainsi qu’une journaliste vedette des ondes tullistes a explicitement réclamé une mutation à « France Bleu Pays Basque ».
Or dans cette station, le seul poste à pourvoir « était affecté d’avance à une pigiste régulière et incontestée, d’autant plus légitime qu’elle parle le basque », note l’hebdomadaire satirique.

Mais « Mathieu Gallet », PDG de « Radio France », n’a rien voulu savoir.
Soucieux de s’attirer les bonnes grâces présidentielles, il a exigé que la « protégée corrézienne »occupe le poste.
Tant pis pour la pigiste…

Une grave ingérence qui a fortement déplu aux syndicats, qui ont aussitôt dénoncé le scandale que constituait ce  « fait du prince ».
Dans l’embarras, « Mathieu Gallet » a alors appelé un conseiller de l’Élysée.
Les deux hommes ont trouvé un compromis :

Créer un poste supplémentaire, « spécialement » pour la « favorite » du Président.

Un paradoxe quand on sait que « Radio France » prévoit un vaste plan de restrictions budgétaires avec quelque 350 départs volontaires à la clé…

pistonnée

 

http://www.ojim.fr/  du 23/07/2015

« Du Bon Usage Du Référendum » !

referendum-300x150 (1)

Interroger le peuple ?

Voilà bien une idée saugrenue !

D’un coup de dés, le Premier ministre grec a propulsé le référendum au sommet de la pile des outils politiques.
Les Grecs ont dit « όχι – non », ce qui est leur droit le plus absolu, et « Tsípras » a entendu « ναί – oui ».
Contre leur volonté, ils s’apprêtent ainsi à boire la ciguë, comme leur ancêtre « Socrate ».
Dix ans plus tôt, la France avait rejeté la Constitution européenne, qu’un indécent tour de passe-passe lui a pourtant fait gober par la suite.

Interroger le peuple !
Voilà bien une idée saugrenue.
Lorsqu’on est boulonné à sa chaise que l’on n’a absolument aucune intention de quitter sauf révolution, c’est-à-dire violente mise à la porte, tous les moyens sont bons, y compris faire le contraire de ce que l’on dit, ou dire le contraire de ce que l’on fait.

Nous sortons à peine de la célébration du 14 juillet 1789 ou 1790, jours qui marquent, sans aucun doute, la transmission au peuple du pouvoir absolu du roi.
Depuis lors, le peuple est, dit-on, « souverain ».

Qu’avons-nous fait de cette souveraineté ?

Rien…ou à peu près !

Tous les cinq ans, nous sommes amenés à glisser un bulletin dans une urne, vase aussitôt refermé jusqu’au lustre suivant.
L’élu considère alors qu’il a reçu mission de mettre en chantier et de faire passer toutes les promesses qu’il a eu parfois le courage et souvent l’imprudence d’aligner pendant sa campagne.
Et le peuple est prié de se taire.

On nous rebat les oreilles avec les « valeurs de la République ».
Mais, tonnerre, la première de ces valeurs, ce n’est pas l’égalitarisme forcené, pas davantage le laïcisme omniprésent ou le mondialisme triomphant.
Cette valeur cardinale, qui transcende toutes les autres, c’est demander au peuple son avis sur les sujets importants qui le concernent directement.
Ainsi que son corollaire sans lequel cette valeur est nulle :
Ecouter la réponse et prendre les décisions politiques en conséquence.

C’est cela, l’esprit du 14 juillet.
Tout le reste, c’est du pipeau, de la poudre aux yeux, des simagrées, des gesticulations.

Qu’a-t-on fait de cette valeur de vérité, la seule qui vaille en démocratie ? Escamotée !
Comme la poussière sous le tapis.

Le champ actuel du référendum est juridiquement limité :
Les questions « sociétales » n’en font pas partie.
Quant à la procédure de mise en œuvre, elle est cadenassée.
Et pourtant !
En vertu de quoi le peuple n’a-t-il pas eu le droit de s’exprimer sur le mariage homo ou sur la peine de mort ?
Doit-il être muet, ou muselé, sur la location d’utérus, le commerce des bébés, la politique d’immigration, la fin de vie ?

Je rêve d’un référendum où l’on demanderait aux Français :

« Voulez-vous que le champ du référendum soit élargi à toutes les questions qui vous concernent ? »

Monsieur Hollande, vous qui vous dites audacieux…

chiche !

Yannik Chauvin

http://www.bvoltaire.fr/  du 21/07/2015

Nos Médias Ne Nous Informent Jamais!

medias-300x152 (1)

Journalisme Actuel

Journaleux, pouvez-vous

vous regarder dans un miroir ?

 

statut AFP

 

Journaleux, pisse-copies et autres scribouillards,

Savez-vous ce que signifie « sens de l’honneur » ?

Connaissez-vous votre charte d’éthique par coeur ?

Et pouvez-vous vous regarder dans un miroir ?

Parce que si j’étais vous, je ne serais pas fière,

Je sais, on fait ce qu’on peut, mais il y a la manière.

Du journalisme, dites-vous, sorti des fosses d’aisance

Et de la socialie et de la bien-pensance.

Un idéal gangrené par l’anti-racisme

Vous vaut de vous complaire dans l’ethno-masochisme,

Sacrifiant au passage le Français sur l’autel,

L’Autre étant, par essence, une victime éternelle.

Qu’importe s’il tue, s’il viole et même s’il décapite,

C’est l’autochtone coupable, « mantra » qu’on lui récite.

Qu’importe s’il est l’auteur de violences, voies de faits,

Novlangue oblige, elles deviennent incivilités.

Facéties, trublions ont ainsi remplacé

Désordres et jeunes, qui étaient par trop connotés.

La forme, c’est ce qu’il reste quand le fond est mauvais,

Sous vos claviers, les infos sont succédanés.

Non que vous ne mettiez du bon coeur à l’ouvrage

Et de l’obstination, et volonté et rage,

Mais ça tend à manquer quelque peu de courage,

Tel que je le conçois, comme une vertu sage.

Comme l’Etat subventionne vos propres employeurs,

Que vous-mêmes êtes, de cette manne, les profiteurs,

On peut comprendre vos réserves, votre déférence

A l’égard de ceux qui vous aident à faire bombance.

C’est qu’on ne plaisante pas avec le progressisme,

Erigé en valeur suprême du socialisme,

Tout ce qui peut détruire l’ancien ordre établi

Sur les notions des « travail, famille et patrie »

Ignobles références d’une France décatie,

Rance, nauséabonde et autres arguties,

Vous êtes du modernisme, courroie de transmission,

Aux ordres, doigt sur la couture du pantalon.

Vous vous voyiez rebelles, dissidents, fier à bras

Quand vous obéissez à la divine « doxa »,

Mariage homo, euthanasie et GPA

Ont vos faveurs, c’est dire votre force de combat.

Vous n’êtes que des pantins, de pauvres marionnettes

Agitées par des doigts agiles et malhonnêtes.

Quand les Français auront compris ce subterfuge

Nul doute que vous serez les tout nouveaux transfuges,

Corée du Nord, Cuba sauront vous accueillir

A la hauteur de vos exploits, ce, sans médire.

Oreliane

Source :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Aides_%C3%A0_la_presse_en_France

http://ripostelaique.com/  du 20/07/2015

 

Image de prévisualisation YouTube

Que s’est-il vraiment passé

le 14 Juillet 2015 ?

 

 

Pour Essayer De Conserver Leur Tête?

dhimmi-300x235 (1)

La dhimmitude
envahit la planète

L’émir autoproclamé de l’État islamique, le sieur Abou Bakr al-Baghdadi, ne doit plus sentir son ego.
À force de décapitations, d’utiliser un bébé comme exercice de tir, de destructions de monuments historiques et d’églises, il a réussi à faire une telle peur à la planète que l’islam est devenue la préoccupation majeure de nos gouvernants.

« Bill de Blasio », maire dhimmi de New York, n’a-t-il pas décrété que les écoliers new-yorkais n’iraient plus à l’école pour respecter les deux jours sacrés de l’islam : l’Aïd el-Fitr et l’Aïd al-Adha ?
Pire encore :
« Barack Obama »,
dont on connaît l’origine musulmane de ses ancêtres directs, et son prénom arabe qui signifie « bénédiction », s’apprêterait à déclarer jour férié pour toutes les écoles des États-Unis cette fête de fin du ramadan.
Et cerise sur la « Grosse Pomme » : tout le haut de l’Empire State Building s’est paré de couleur verte, la couleur emblématique de l’islam.
Le journal « 20minutes » s’est empressé d’annoncer que le gratte-ciel new-yorkais se parait de différentes couleurs à chaque fête religieuse, mais, quand on sait que les musulmans ne représentent que 0,6 % de la population américaine, on peut aisément se demander pourquoi leur accorder une telle faveur.
Surtout sur un symbole aussi emblématique que l’Empire State Building, qui vient d’ailleurs de perdre à nouveau son record de hauteur avec le nouveau World Trade Center qui le dépasse de 160 mètres.

Imaginez la tour Eiffel étincelante de ses dix mille ampoules soudainement vertes pour célébrer la fin du ramadan…
Madame « Hidalgo », qui adore rompre le jeûne, va-t-elle, l’an prochain, nous concocter de telles illuminations ?
Après l’Empire State Building, immeuble mythique de New York, la tour Eiffel, monument mythique de Paris aux couleurs de l’islam ?

Mieux encore :
Comme l’on sait notre Président aussi islamophile qu’américanophile, on peut s’attendre à ce que l’Aid el-Fitr soit déclaré jour férié avant son espéré départ de l’Élysée, en 2017.

La dhimmitude de nos dirigeants est tout azimuts, de Riyad à Washington.
Nous en vivons les effets tous les jours que leur allah fait.
L’islam s’implante à la vitesse d’un TGV.
Avec une immigration légale ou non, massive et incontrôlée.
Un islam de moins en moins modéré, et de plus en plus arrogant, tant les mesures prises pour contrôler ses excès ne sont plus respectées.
Profusion de femmes voilées des pieds à la tête,
de voiles sur les têtes brunes de tous âges,
de publicité halal,
de produits halal,
de manifestations communautaristes,
– de profanations du drapeau français,
de piscines fermées ou « communautarisées », etc.

Combien de temps allons-nous rester passifs ?

Allons-nous un jour, au vu de la démographie galopante chez les non-Européens, devoir accepter la charia ?

Comment allons-nous sortir de cet état de fait ?

Allons-nous, enfin, imposer nos lois à ceux qui ne se sentent pas français ?

L’exemple de cet Empire State Building glorifiant l’islam le temps d’une nuit ne peut que nous conduire à la fermeté la plus absolue envers cette religion qui, quoi qu’en dise M. Boubakeur, n’a qu’un seul objectif :

nous soumettre au coran.

À moins qu’une onde de choc ne vienne secouer nos élus actuels et futurs, pour qu’enfin soient respectées les lois de la République française et que des dispositions draconiennes de contrôle de l’immigration ne soient enfin adoptées par ce Parlement endormi…

La France sera mathématiquement sous domination
d’une religion qui lui est étrangère dans moins de 50 ans.

Floris de Bonneville

http://www.bvoltaire.fr/  du 20/07/2015

Au fil de ma revue de presse quotidienne j’ai constaté qu’il y avait, « en France », une foule de communautés…excepté une : la communauté des Français Autochtones.
Car il faut quand même préciser… maintenant la nationalité française est accordée à trop de gens qui sont déjà dans d’autres communautés.
Les autochtones pourraient se retrouver dans la « Communauté des Franciens ».( tiré de « Rex Franciae », roi de France) puisque nos ancêtres vivaient sous la royauté.
A moins qu’on choisisse « Communauté des François » car ce n’est qu’en 1835, au XIXème siècle (récemment dans notre Histoire de France), que le François devint Français.
Nous savons que « nous sommes tous des enfants d’immigrés », mais ces immigrés ne nous ont pas été imposés et ils se sont intégrés à notre Patrie !
Ils venaient tous du vieux continent…pas comme aujourd’hui !

Vil Projet Des Sbires Du Mondialisme !

force-300x153 (1)

Les migrants, « une force » ?

Comment continuer à justifier le besoin d’immigration dont les conséquences délétères s’avèrent de plus en plus difficiles à occulter ?

Quels moyens reste-t-il à mettre en œuvre quand les mensonges ne passent plus, que les pseudo-explications ne trouvent plus d’écho, que la culpabilisation n’atteint plus ?

Eurêka, « Libération » a trouvé !

D’abord, permuter les causes et les conséquences.
Si l’immigration est devenue un problème pour les Européens, c’est à l’instigation de l’extrême droite qui a diffusé cette idée.
Pour « Libération » :

« Non, les migrants ne sont pas un fardeau ! ».

100.000 migrants supplémentaires prévus aux portes de la Méditerranée, dans une Europe comptant 500 millions d’habitants, soit une personne pour 5.000 habitants, mais où est le problème ?
Environ dix millions de musulmans en France, une immigration extra-européenne intarissable, dont les femmes ont un taux de fécondité trois fois supérieur à celui des femmes d’origine française, mais où est le problème, en effet ?
Et « Libé » de vanter fort à propos l’exemple de la Californie où, selon le recensement de juin 2014, y vivent 14,99 millions de Latinos contre 14,92 millions d’autochtones.
L’avis des Californiens sur la question ?
À « Libé »… on n’en dit mot !

Ensuite, il faut répéter que :

« non, les migrants ne viennent pas nous envahir, ni manger notre pain, ni prendre notre travail, ni piller nos ressources ».

Cela pourrait être vrai,
– si la France ne comptait pas 6,2 millions de chômeurs.
– Si des Français, faute de couverture sociale, ne renonçaient pas à se soigner.
– Si les sans domicile fixe ne se voyaient pas refuser logement ou repas au profit des migrants.
– Si la dette de la France n’avait atteint 2.300 milliards d’euros, déposant ainsi dans les berceaux 33.000 euros [de dettes] sur la tête de chaque nouveau-né.
– Si le Qatar et l’Arabie saoudite n’achetaient pas des pans entiers de notre territoire géographique, économique et sportif.

Enfin, l’argument massue de Libération :
A l’entendre, refuser l’immigration nous priverait de futurs « Marie Curie », « Georges Charpak », « Picasso », « Milan Kundera », qu’il n’a aucun scrupule à mettre sur le même plan que des sportifs et des hommes politiques.
(Ils ne nous donnerons jamais un autre « Vercingétorix » ou un autre « Clovis », les gaulois ne sont pas des caniches d’Obama – pelosse)

Si « Milan Kundera » ressent la France comme « la patrie de ses livres », un « Zidane », en revanche, est « fier d’être Algérien ».
Une « Hidalgo » considère le ramadan comme « faisant partie de notre patrimoine culturel » et une « Belkacem » ne voit pas d’inconvénient à répondre « Inch Allah » à la question d’un journaliste évoquant l’éventualité d’un ministre berbère en France…

Au sein de la foule des migrants bientôt répartis partout sur notre territoire,
– combien de « Marie Curie » et de « Charles Aznavour » – Français dans « sa tête et dans son cœur » – sur combien qui ne se sentiront jamais Français ?
– Combien de « Léon Schwartzenberg » ?
Surtout, parmi les migrants,
– combien de « Coulibaly » se seront glissés à bord des bateaux, dans le seul but de « tuer des Français par n’importe quel moyen » ?

Les migrants ne sont pas « un fardeau », donc, mais « une force ».
C’est bien là l’objet de nos craintes.

Caroline Artus

www.bvoltaire.fr  du 18/07/2015

Les « immigrés » que nous avions adoptés à l’époque, aux conditions de l’époque il faut le rappeler, venaient tous d’Europe, aimaient la France !
« Libération » a trouvé de bien mauvais exemples !

Restons Bien D’ Impertinents Français.

abece-203x300 (1)

Notre langue de Molière.

« Petit abécédaire d’un Français incorrect… et quelques joyeuses impertinences »

C’est le titre d’un livre proposé par « Charles-Henri d’Elloy ».
Le livre se veut être un recueil de quelques impostures, de quelques exemples de mots, de sigles ou expressions convenues.
Il dénonce
la vanité,
la mode,
le grégarisme,
la cuistrerie,
l’ignorance,
la couardise,
la propagande
et ce « charabia » dont nous sommes abreuvés.
Ses billets d’humeur mêlent humour et indignation, un mélange qui n’est pas forcément des plus aisés à maitriser.
Mais « Charles-Henri d’Elloy » s’en sort plutôt bien.

« A l’aube du troisième millénaire » ?
La sentence tombe :

« Cette expression est un modèle de stéréotype présent dans le « charabia » des bavards insipides ».

L’Art contemporain ?

« Ou comment prendre des vessies pour des lanternes ». 

« Elloy » fustige évidemment les monstrueux anglicismes :
faire un come-back plutôt qu’un retour,
sponsors pour mécènes,
look pour style ou allure
(qu’il définit excellemment comme  « la recherche personnalisée de l’apparence extérieure proportionnelle au vide intérieur »),
training pour entrainement,
e-mail pour courriel ,
best of au lieu de florilège,
et cet abominable « merci à vous », traduction de « thank you » alors qu’un simple « merci »  ou « merci Monsieur (ou Madame !) » fait l’affaire.
Et bien sûr, il y a « Black » pour noir.
Il note que voilà un mot qui rassemble et contient à lui seul toutes les hypocrisies et la bêtise du politiquement correct, et estime que son emploi rejoint le summum de l’imbécilité langagière.
En quoi, en effet, le mot « black » est-il plus précis ou approprié que le mot « noir » ?
Il s’en prend aussi au mot magique « citoyen », prenant un exemple de crétinisme langagier :
« Faire un geste citoyen pour le développement durable », plutôt que de trier ses ordures ménagères…

Il sulfate aussi sans aucune humanité le concept de ‘déjeuner républicain’ et s’interroge quant au menu :

« Mangerait-on les restes d’un aristocrate déchiqueté la veille ?
Allait-on nous servir des spaghettis composés des boyaux d’un curé réfractaire ?
Devait-on porter un bonnet phrygien ?
Fallait-il venir sans culotte ? » 

Le devoir de mémoire est, quant à lui, de l’ « héroïsme par procuration ».

Qu’ »Elloy » continue ainsi avec ses insolences, et il finira dans les raviolis d’un déjeuner mémoriel…

Les féministes ont aussi droit à son ire.
Il estime que « la femme féministe n’aime pas l’homme mais tient absolument à le devenir » et rappelle que l’affirmation que l’Eglise catholique n’aurait reconnu une âme aux femmes qu’au concile de Trente de 1545 est une imbécilité.

A propos des « gens du voyage », qui ne sont surtout pas des ‘nomades’, il nous apprend que les gendarmes ont inventé un nouveau sigle : le « MENS » dont la déclinaison est « Minorité Ethnique Non Sédentaire ».

Au détour d’une page, « Elloy » nous rappelle que « De Gaulle », qui se voulait homme de lettre, commettait aussi des fantaisies langagières.
On se souvient du mot ‘quarteron’ dont il usa pour désigner les quatre  généraux putschistes d’Alger. Problème :
Il eût fallu vingt-cinq généraux pour que le terme fût adéquat.

Dénonçant par ailleurs l’impérialisme de la langue anglaise, il évoque le « snobisme saugrenu et le panurgisme imbécile » de beaucoup de nos compatriotes.
Et les« Heures les plus sombres de notre Histoire » ?
Il écrit :

« il n’y a pas que durant les cinq années de la dernière guerre que les Français ont souffert », rappelant quelques exemples de l’Histoire,et que l’ «  Histoire est écrite par les vainqueurs ».

Nul doute que la « Licra » et le « Crif » sont en train de se pencher sur le cas de ce dangereux inconscient…

Par contre les régionalistes (dont je suis) n’apprécient pas son propos quand il s’en prend aux langues régionales, ne faisant guère de différence entre langue, dialecte et patois, évoquant la « funeste ratification de la charte des langues régionales », qui aurait pour improbable conséquence de « démanteler la France ».
Rien que cela…
Ajoutons à cela qu’ »Elloy » s’en prend aussi à la décentralisation, dénonçant un « coup de burin pour l’unité nationale ».
On est en plein discours jacobin, digne de « Mélenchon » et de « Marine – Philippot »

Pour ce qui concerne le mariage, l’auteur note avec pertinence qu’il ne reste que deux catégories à vouloir absolument se marier :

les homosexuels et les curés.

Rien que pour cette formule, les régionalistes lui pardonneront ses péchés…

abecedaire

Robert Spieler pour « Rivarol »

http://synthesenationale.hautetfort.com/  du 14/07/2015

Le Gros Bouffon De La Grosse Angela !

hollande-merkela (1)

L’homme qui
n’a jamais honte !

« Vous en connaîtrez, je l’espère, des présidents aussi audacieux que moi. »

Certes, il faut une certaine audace pour être aussi gonflé, reconnaissons-le.
Toute honte bue, François Hollande ne s’est pas remis une seule fois en question, lors de ses diverses sorties médiatiques du 14 Juillet, multipliant les déclarations mensongères et, parfois, à la limite de la provocation.
On ne pourra pas lui retirer le mérite de la cohérence, il maintient son funeste cap politique :

Insécurité, récession, immigration-invasion, politique étrangère au doigt mouillé, déni de démocratie.

« À chaque fois qu’il a fallu faire des choix, même si ça pouvait contrarier nos opinions publiques, nous avons fait le choix de l’Europe. »

En somme, François Hollande nous dit que le Léviathan « UESA » sera toujours privilégié, nonobstant les saines oppositions populaires.

La démocratie directe, référendaire, n’existe donc pas dans la zone euro.
En Grèce comme en France.

Le président s’inscrit donc dans la lignée de son prédécesseur, Nicolas Sarkzoy, qui a ratifié par la voie parlementaire « le traité de Lisbonne », auparavant rejeté par référendum en 2005.
Ce dernier a d’ailleurs récemment expliqué qu’il a refusé de refaire voter les Français sur ce point, car c’était une question « qui en comprenait des centaines ».
Admettons, cependant, que François Hollande est moins hypocrite, il assume pleinement de passer outre les Français.
Un mot d’ordre ?
Union européenne « über Alles ».
Comment a-t-il osé paraphraser le général « de Gaulle », en indiquant qu’il avait une « certaine idée de la France ».
Une idée qui fait de la France un pays soumis, une France idéologiquement sociétaliste, et, par voie de conséquence, opposée à la France charnelle ?
Très certainement.

Nos dirigeants ne nous pensent pas suffisamment éclairés pour décider par nous-mêmes de ce qui est bon pour la France.

Il faut dire qu’eux-mêmes n’ont pas beaucoup plus de pouvoir que nous, s’en remettant la plupart du temps aux injonctions de la Commission européenne, du monde de la finance, « et de Washington ».

Pour François Hollande, l’essentiel était de sauver la monnaie totem euro.
Selon lui, l’euro est une « garantie ».
Garantie de chômage, de croissance au point mort ?
Ou garantie de bénéfices pour les investisseurs lobbyistes qui rôdent dans les coursives élyséennes ? De la même manière, vous ne serez pas invités, non plus, à voter pour les accords TAFTA.
Et mieux… vous ne serez pas tenus au courant de l’avancée des négociations !

Au milieu de ce florilège, François Hollande a aussi indiqué que « la France construit son identité ».

Traduction ?

Préparez-vous à voir affluer des centaines de milliers de clandestins supplémentaires, et adaptez-vous.

Il n’a pas pris en compte le message sur l’immigration, perçue à juste titre comme une invasion par une majorité, « de plus en plus importante », de Français.
Après ça, il pouvait bien en appeler à l’« âme de la France », plus personne n’y croyait.

Autre bourde incroyable :
François Hollande, commentant l’accord relatif au nucléaire civil iranien, durant son entretien avec « Claire Chazal » et « David Pujadas », a tenu ces propos :

« Si l’Iran accédait à l’arme nucléaire, d’autres pays, comme Israël, auraient voulu y accéder. »

Officiellement, Israël a un programme de nucléaire civil.
Pourtant, le pays détient l’arme atomique depuis cinquante ans, c’est un secret de polichinelle.
« Ehud Olmert », alors Premier ministre israélien, l’a lui-même avoué en 2006 au détour d’un entretien en Allemagne.
Qu’a voulu dire exactement François Hollande ?
Que la géopolitique n’était pas son fort ?
Nous le savions déjà.
En effet, il n’y avait strictement aucun intérêt à aborder ce sujet.
S’il avait de l’audace, il aurait plutôt essayé d’entraîner un rapprochement entre Israël et l’Iran, tous deux opposés à la menace mortelle que fait peser l’État islamique sur la région.
Le monde est si complexe qu’il est strictement impossible de contenter tous les intérêts en jeu.
Les grands dirigeants le savent, c’est pour cela qu’ils se placent toujours du côté du vrai, car c’est là que se trouve le juste.

Gabriel Robin

http://www.bvoltaire.fr/  du 15/07/2015

Descentes De Lit Usées Et Recyclées !

burka-225x300 (1)

Le retour des guerrières

Voilà, elles rentrent !
Après quelques mois ou quelques années passés dans les bras des « djihadistes », des jeunes femmes« retrouvent la raison » et reviennent en France.
Qu’en faire ?
L’une d’elles porte l’enfant d’un de ces terroristes, la France devra élever ce petit, lui apporter tous les soins nécessaires et en faire un être cultivé, propre, soigné, prêt à la combattre pour la punir de sa générosité.

Bien sûr, les Français paieront parce qu’ils n’ont pas le choix et puis les élites politiques disent bien qu’il ne faut pas faire d’amalgame entre le mauvais « djihadiste » qui reste dans un pays en guerre et celle qui se repent de sa faute et rapporte à la France un point de plus pour les statistiques de la natalité.
Nonobstant le bonheur des parents de retrouver l’enfant perdu, il ne faut pas oublier la douleur de ceux qui souffrent de ces gens partis faire le « djihad », c’est-à-dire égorger, étriper ou encore atomiser des chefs-d’œuvre millénaires et qui, une fois lassés de l’horreur vue, de l’horreur vécue, décident de revenir en la terre de la douce France.

Soyons clairs :
Ces demoiselles de retour en France ne fuient pas l’islam, elles fuient un monde privé du confort qu’elles connurent en France avant leur départ pour l’idéal musulman.
Ayant compris que le rôle de la femme dans le vrai monde islamique est de faire des enfants, de prendre des coups et de se taire, elles ont sans doute saisi que l’islam n’est beau qu’en bénéficiant de la protection et des largesses des sociétés occidentales.
Point trop n’en faut :
Faire des enfants oui, les élever non, faire des enfants oui, payer pour eux non, tout cela, il vaut mieux le laisser à la charge des divers organismes sociaux et aux impôts de ceux qui produisent.

Et qui nous dit que ce ne sont pas des taupes ?
Accueillies, réhabilitées par les médias compassionnels et les élites soumises aux lois de la bien-pensance, elles n’auront de cesse que de dire qu’il ne faut pas juger la religion mais les hommes, et que parfois les hommes trahissent l’idée qu’ils défendent.
Qu’importe, elles méritent toute notre commisération, ces victimes des vilains recruteurs.
Elles ne savaient pas.
Tout comme le drogué qui ne sait pas que la drogue tue.

Vraiment, le monde est beau et nous sommes bien naïfs.
Plutôt que de recevoir ces demoiselles « repenties », nous devrions leur proposer de retourner en Syrie ou ailleurs, et si leur famille le désire, nous pourrions payer le voyage aller sans retour à tout le monde.
Au prix des allocations, des aides en tout genre, soyons persuadés que la France y gagnerait encore et, par les économies ainsi réalisées, nous pourrions venir en aide efficacement à nos retraités qui travaillèrent sans relâche à bâtir et rebâtir le pays.

Mais quel soulagement :
Elles sont revenues !
Abbah est grand et notre naïveté incommensurable.

Henri Lautréamont

http://www.bvoltaire.fr/ du 09/07/2015

Image de prévisualisation YouTube

La finance islamique en France

Voyons Donc Un Tout Autre Scénario !

drachme-2 (1)

Le meilleur pour la fin ?

Et si la Grèce nous menait en bateau depuis le début ?
De nombreux indices permettent de penser que les Grecs préparent activement leur dépôt de bilan et le retour à la drachme.

« Le Point » imagine le scénario qui tue :

« Ne jamais croire un Grec, surtout s’il t’amène un présent. »
Ces mots tirés de l’« Énéide », déposés par « Virgile » dans la bouche de « Laocoon » qui ne voulait pas laisser entrer le cheval de Troie, sonnent comme un avertissement.
Ne jamais croire un Grec…
Cet « Alexis Tsipras » est apparemment un grand malin, un manipulateur professionnel, qui a appris à mentir pendant sa rude formation aux Jeunesses communistes, le dernier parti stalinien d’Europe, mais c’est aussi un fin politicien doublé d’un metteur en scène médiatique de talent.
Le voir faire chanter les dirigeants européens, les faire danser le sirtaki, les faire monter au cocotier comme des chimpanzés apeurés, les rudoyer devant son peuple hilare… c’est du grand art !
« Jean-Luc Mélenchon », l’homme qui adore admirer ses propres incantations, l’a reconnu comme l’un des siens, et « Hugo Chavez », qui a eu le temps de ruiner son pays avant de mourir, l’aurait certainement adoubé.

Fin de l’horreur,
horreur sans fin

Voyons de plus près ce scénario du retour à la drachme :
Pendant une dizaine d’années, les Grecs se sont gavés d’euros en empruntant à tout-va quasiment au même taux que les Allemands, consommant plus de 200 milliards d’euros entre 2001 et 2010 et triplant leur dette publique pour la porter à 350 milliards.
Or la Grèce est un petit pays de 11 millions d’habitants dont le PIB atteignait alors à peine 230 milliards.
Lorsque les Européens se sont aperçus du désastre, en 2011-2012, ils ont fermé l’« open-bar », puis ont commencé par annuler 100 milliards de créances, mais ont continué à subventionner le pays pour l’aider à s’en sortir.
Sauf qu’ils n’ont pas su obtenir, en échange, la moindre réforme sérieuse.
« Tsipras » sait que la Grèce ne remboursera jamais le tombereau de dettes, même quelque peu aminci, que ses prédécesseurs lui ont laissé.
Ses concitoyens, eux, ayant « le choix entre la fin de l’horreur et l’horreur sans fin » (proverbe allemand), la faillite devenait inévitable.
Autant l’organiser.

Trésor de guerre

C’est là où le scénario devient absolument passionnant selon l’économiste « Charles Gave », qui, le premier, a flairé le pot aux roses en réfléchissant à partir de l’adage bien connu :

« si vous devez 100 000 euros à votre banquier, vous avez un problème. »

Si vous lui devez 200 ou 300 milliards, c’est lui qui a un problème !

« La BCE est donc dans une situation où elle perd si elle arrête les financements, car cela forcerait la Grèce à sortir de l’Europe, et elle perd aussi si elle ne les arrête pas. »

dit-il.

« Alexis Tsipras », la décontraction hautaine et le sourire narquois, pendant qu’il occupe les médias avec des sautes d’humeur surjouées et qu’il amuse la galerie européenne, organise en sous-main la constitution d’un trésor de guerre que les autorités internationales ne pourront pas saisir.
« Charles Gave » :

« Logiquement, il aurait dû installer, comme à Chypre, des contrôles des changes, des contrôles des capitaux et que sais-je encore pour garder le peu de devises qu’il avait.
Or, qu’est-ce que je constate ?
Les déposants grecs peuvent librement transférer de l’argent de leur compte en Grèce à n’importe quel compte étranger [à leurs cousins en Australie, en Allemagne ou aux USA…], ou, s’ils n’ont pas de cousin, ils peuvent transformer leurs dépôts en billets de banque et les garder chez eux. »

Calendes grecques

Pendant que les médias audiovisuels européens, à voir les mines déconfites de leurs commentateurs à la langue de bois longue comme un jour sans pain, se délectent des malheurs supposés de « ces pauvres Grecs qui n’ont plus rien à manger puisqu’ils n’ont pas de quoi payer leurs achats, les distributeurs automatiques étant vides ou fermés », et pendant que tout ce que Paris compte de trotskos et de bobos se rue sur les antennes d’État et les chaînes d’info pour se plaindre des gémissements télévisés du petit peuple d’Athènes, pendant ce temps-là, donc, le trésor de guerre se constitue petit à petit, dans la coulisse.

La masse monétaire grecque s’effondre officiellement.
En réalité, une grande partie de cette masse monétaire s’est déjà déversée aux États-Unis, en Allemagne, en Australie et en lieu sûr, dans des coffres ou des boîtes à chaussures.
Cela fait longtemps, plus de deux mille ans, que dure cette comédie, plus précisément depuis l’an 45 avant Jésus-Christ, lorsque Jules César inventa le calendrier romain.
Les calendes désignaient les premiers jours de chaque mois, pendant lesquels les débiteurs devaient payer leurs dettes.
Les Grecs étaient connus pour payer leurs dettes « aux calendes grecques ».
En France, on dirait « à la saint-glinglin » !

Le sale gosse de l’Europe

Ce gros malin de « Tsipras », qui sait s’y prendre pour jouer le sale gosse de l’Europe et faire peur aux petits marquis poudrés de la « nomenklatura » bruxelloise, a tout intérêt à faire durer le plaisir avant de déposer le bilan de son pays :
Tant que la Banque centrale européenne réescompte les bons du Trésor qui lui sont présentés par les banques commerciales grecques, la machine à augmenter le trésor de guerre souterrain peut continuer à fonctionner.
Quand la musique s’arrêtera comme sur le« Titanic », la Grèce fera défaut sur 300 milliards, dont une grosse partie – on parle de 100 milliards d’euros avancés par la BCE à la Banque centrale de Grèce – se retrouvera dans des coffres-forts en Grèce ou en dehors du pays.
Et quand on reviendra à la drachme, qui perdra aussitôt 50 % de sa valeur initiale, l’économie locale « repartira comme une fusée » avec un énorme afflux de devises et de touristes du monde entier, lesquels débarqueront en masse après cette fabuleuse et gratuite campagne de publicité et paieront leurs vacances en Grèce deux ou trois fois moins cher qu’en Espagne, en Italie ou en France.

« Alexis Tsipras », qui a sans doute, en plus, trafiqué les résultats de son référendum/plébiscite lancé à la va-vite pour ne pas avoir d’observateurs étrangers sur le dos – de toute façon, « les dindes votent rarement pour Noël » (proverbe américain) –, n’aura plus alors qu’à se rapprocher de Poutine, Obama et Xi Jinping.
Avec le Russe Poutine pour lui acheter une île et une grande base militaire face à la Turquie ainsi que le passage d’un oléoduc.
Avec l’Américain Obama, qui est prêt à payer pour que la Grèce reste dans l’Otan. Avec le Chinois Xi Jinping, déjà propriétaire du port d’Athènes, pour lui vendre d’autres ports et quelques concessions diverses.
Il pourrait même chercher à s’entendre avec les Européens pour reporter sa dette « aux calendes grecques » !

Quel scénario !

On va très vite savoir si ces Grecs nous ont roulés dans la farine.
S’il y a bien une chose qu’ils savent faire, c’est mener les gens en bateau.
Leurs armateurs sont les meilleurs et les plus malins du monde depuis la nuit des temps.
L’épée du Grec Damoclès flotte maintenant au-dessus de l’Europe…

Jean Nouailhac pour « Le Point.fr »

http://www.ndf.fr/  du 11/07/2015

Image de prévisualisation YouTube

L’argent Dette

L’arnaque de l’économie mondiale
clairement expliquée

Nos Médias Nous Manipulent A Gogo !

canicule (1)

Les « merdias » surchauffent !

Comment « l’Express » se moque de ses lecteurs par l’illustration.

Lors des épisodes de canicule de ce début juillet 2015, une mode nouvelle s’est emparée de certaines banlieues de l’immigration :

Utiliser les bouches à incendie
réservées aux pompiers

Les banlieues françaises se mettent ainsi à l’école des États-Unis où ce phénomène est bien connu dès que la température monte.
Vendredi 3 juillet plus de 300 bouches à incendie ont été vandalisées en Seine-Saint-Denis (source« Le Parisien »).
À Aubervilliers certains « jeunes » ont même rempli des piscines « sauvages » dans la rue en utilisant l’eau.

Le phénomène s’est répété à Asnières, Lille, Roubaix, Tourcoing, Bobigny (où un enfant a été blessé), Bron, Dijon, Nanterre.

De nombreuses photos ont circulé sur les réseaux sociaux montrant les ébats de « jeunes » en très grande majorité issus de l’immigration et pratiquement tous des garçons sabotant les installations et s’ébattant joyeusement.

« L’Express », pour illustrer le phénomène, publie le 5 juillet une photo… de trois jeunes femmes européennes s’aspergeant pour se rafraîchir.
Une telle distance entre la réalité sociologique et sa représentation ne porte qu’un nom :

manipulation

canicula-300x168 (1)

Bravo @ l’Express

« Y’en a marre de ces Suédoises qui cassent tout en France. »

http://www.ojim.fr/  du  09/07/2015

La théorie du genre passe même chez les journalistes !
Les saboteurs étaient plutôt des « Suédois »
!

Une Inconnue Dans Le Coran !

tomate-300x218 (1)

La tomate est-elle Chrétienne ?

Un groupe d’extrémistes musulmans a mis en garde contre la consommation de tomates.
Pas pour des raisons sanitaires, mais bien parce que les tomates seraient Chrétiennes…

Le groupe salafiste « Popular Egyptian Islamic Association » a appelé les fidèles à ne plus consommer de tomates.
La raison n’est pas une éventuelle contamination, mais plutôt religieuse.
En effet, lorsqu’on coupe une tomate en deux, on aperçoit une croix.
La tomate serait donc Chrétienne et de ce fait à bannir de « vraies » tables musulmanes, se justifie le groupe de salafiste.
Pour rappel, la tomate est un fruit ramené de la partie nord de l’Amérique du Sud par les Espagnols au XVIème siècle.
Si elle devait avoir une vie spirituelle, elle serait donc logiquement d’une religion précolombienne.
Diffusé via la page « Facebook » de l’association, le communiqué indique :

« il est interdit de manger des tomates parce qu’elles sont chrétiennes.
[La tomate] loue la croix au lieu d’Allah et dit qu’Allah est trois (ndlr, en référence à la Trinité).
[Qu']Allah nous vienne en aide.
Je vous implore de diffuser cette photographie, car une soeur de Palestine a eu une vision du prophète d’Allah.
Il s’écriait, mettant en garde sa nation contre leur consommation.
Si vous ne diffusez pas ce message, sachez que c’est le diable qui vous en aura empêché ».

Les commentaires ont immédiatement fusé sur « Facebook » et la dérision était de mise.

Un internaute a par exemple proposé aux membres de ce groupe de consommer des croissants au jambon à la place !

Revenant sur ses recommandations, l’association a précisé qu’elle n’interdisait pas la consommation de tomates, mais qu’elle enjoignait à ne pas couper ces dernières dans le sens laissant apparaître la croix.

Alexandre Huillet

http://www.levif.be/ du 03/07/2012

Faut-Il En Parler Ou Ne Pas En Parler?

francais1

Manuel Valls et l’islam,
c’est du sérieux !

Ne pas parler de l’islam a été longtemps, pour la gauche, l’option privilégiée.

Des musulmans ?
Quels musulmans ?
Prétendre que l’islam en France progressait à pas de géant était en soi suspect.
Ceux qui notaient autour d’eux une multiplication des femmes voilées n’étaient rien que des paranoïaques obnubilés.
Ceux qui remarquaient une forte augmentation du nombre de mosquées ne faisaient que projeter leurs fantasmes.
Et puis, nier l’évidence est devenu compliqué.
De compliqué est devenu impossible.
D’impossible est devenu suicidaire !
Les électeurs socialistes, dotés comme les autres d’yeux pour voir, ont mis les bouts.

Alors on a décidé d’en parler.
C’est ce qu’a fait Manuel Valls, lundi, en concluant à l’Assemblée nationale le forum :

« République et islam : ensemble relevons le défi ».

En parler non pas pour rattraper par la manche les électeurs socialistes partis du côté de la droite et de l’extrême droite, ceux-là sont morts pour la gauche.
Qu’ils crèvent.

En parler pour labourer d’autres terres, pour explorer un nouveau marché prometteur, en pleine expansion, potentiellement un monopole, à présent que les réformes sociétales sont loin et pourvu qu’on le brosse bien dans le sens du poil.
Et pour cet « enjeu électoral » comme il le nomme lui-même, Manuel Valls n’a pas lésiné sur les moyens :
pour faire bref, l’islam n’est pas un problème en France – puisque cette religion est « pleinement compatible avec la République » -, l’islam a un problème en France.
D’endogène, la difficulté devient exogène.
Ne provient pas de l’islam lui-même.
Cette difficulté est que « les salafistes et l’extrême droite » s’acharnent sur l’islam, complices pour faire naître « le rejet et la peur ».

Parce qu’il y a, comme chacun sait, une parenté étroite entre les salafistes et l’extrême droite, ceux-ci s’aimant d’amour tendre.
Parce que les salafistes sont, c’est bien connu, affreusement islamophobes, c’est même pour cela que, depuis les récents attentats, on garde les synagogues et les églises.
Parce que s’il est usuel, dans la langue française, de rassurer ceux qui ont peur, Manuel Valls a choisi, lui, Premier ministre d’un gouvernement responsable, de rassurer ceux qui font peur.
On peut faire beaucoup de reproches à Manuel Valls, mais pas celui de manquer de créativité en matière de gestion de crise.

Selon Manuel Valls, il faut tout simplement « bâtir l’islam de France » pour l’aider« à grandir et se solidifier » puisque, selon lui : 

« le rôle et la place de l’islam dans le monde se jouent davantage en France et en Europe que dans le monde arabo-musulman ».

Mazette.
Quelle déclaration !

De l’Atrabilaire amoureux au Diable amoureux en passant par la Morte amoureuse, on connaissait beaucoup de passions improbables, mais pas encore « La Laïcité amoureuse ».

Avec l’islam, c’est du sérieux.

Gabrielle Cluzel

http://www.bvoltaire.fr/  du 24/06/2015

 

C’est un faux-jeton !
Demandons son avis à la seconde « Madame Valls », non pro-palestinienne, comme il le fut, et de confession juive !
Les musulmans roulent pour eux !

Nous Sommes En Terre De Guerre !!!

apostasieislam (1)

La valise ou l’apostasie

Pour ne pas être trop méchants avec les musulmans,
c’est-à-dire sans les atteindre physiquement,
il serait souhaitable de leur imposer
la valise ou l’apostasie.

En effet, par nature, si on peut dire, l’islam est monolithique.
Le coran, le livre fondateur de l’islam, (bien qu’il préexistait (ât) à toute autre religion (?)), est la parole d’allah écrite de toute éternité, et en changer un seul signe serait dénaturer cette parole sacrée.

Comme l’incompatibilité de l’islam avec la République est désormais évidente malgré les affirmations mensongères de certains de nos politicards et des chefs religieux musulmans, il nous faut trouver une solution pour éviter la boucherie [halal] qui nous menace comme une épée de Damoclès.

Par charité chrétienne ou républicaine, au choix, pour éviter aux musulmans de se faire étriper, et à beaucoup de citoyens français d’être égorgés, nous devons éradiquer l’islam de notre pays.

Dire aux musulmans que s’ils veulent continuer à bénéficier des avantages que leur offre notre République, ils devront renoncer à leur religion criminogène, ou partir.
Je pense que pour beaucoup de musulmans qui auraient déjà été tentés d’abandonner l’islam, ce serait facile, voire une délivrance, car ils ne seraient plus menacés de mort au motif d’apostasie, puisqu’ils seraient nombreux, protégés, et débarrassés de ceux qui auraient choisi de partir pour ne pas renier leur foi et qui auraient été susceptibles d’appliquer la sentence de mort à leur encontre.

Nous pourrions envisager une dérogation pour les vieux musulmans sur notre sol depuis longtemps, et qui n’auraient posé aucun problème.

Les minarets seraient détruits, et les mosquées transformées en salles de fêtes, en gymnases, musées, bibliothèques, bureaux ou écoles et pourquoi pas en églises, temples bouddhistes, maçonniques ou protestants, synagogues, etc.
Les imams pourraient même se faire curés ou rabbins pour prêcher au nom du Dieu unique, puisqu’ils prétendent qu’il s’agit du même.

On dissout les sectes religieuses considérées dangereuses pour la liberté de conscience et la liberté tout court, et il n’y a aucune raison pour ne pas faire la même chose avec l’islam, autrement plus dangereux pour la liberté et l’intégrité physique des citoyens.

Marc Larapède

http://ripostelaique.com/  du 21/06/2015

Normal 1er, Le Québec Te Regarde !

hollande-baise-la-france- (1) 

Le p’tit coq nain de Tulle

 

Comme une bénédiction, le pouvoir présidentiel
Aiguise bien souvent, l’appétit sexuel.
L’Élysée, ce palais, est une cage dorée,
Et pour s’en échapper, il a voulu ruser.
Voilà que, titillé par une envie pressante,
Grassouillet est allé retrouver son amante.

Hélas ! Un photographe par le scoop alléché,
Du haut de son balcon, a pris quelques clichés.
Ainsi, on a pu voir pépère emmitouflé,
A l’arrière d’un scooter, négligemment casqué.
La France est médusée, les Français sont perplexes,
Il est donc lui aussi un abonné du sexe ?

On avait échappé aux frasques de « D.S.K ».
Voilà que l’Élysée nous offre un autre cas…
Il n’a pas, on le voit, l’allure d’un Apollon,
Mais l’efficacité d’un fougueux étalon.
Tous ses vibrants discours n’étaient que du bidon,
La posture du dindon cachait un Cupidon ?

Entre deux « commissions » il s’en allait baiser,
Le monde, pendant ce temps, nous ridiculisait.
De Tulle jusqu’à Paris, de Paris jusqu’à Tulle,
Elles se sont succédées pour que Monsieur copule.
Maîtresses d’un instant, elles ne perdent pas au change,
Favorites pour un temps, ensuite elles engrangent.

Ségolène, à la banque, est bien sûr à l’abri,
Il a casé Anne à la mairie de Paris.
Finie la vie en rose avec sa Valérie,
Il faudra lui trouver un juteux petit nid.
Un carmel, un couvent, une belle abbaye ?
Afin d’éliminer une encombrante furie.
Il est parti à Rome, prendre l’avis d’un sage,
Et pour aussi, bien sûr, redorer son image.

Le p’tit coq nain de TULLE est venu jeudi soir,
Nous dire qu’il était NUL, qu’on s’était fait avoir,
Que si le blé manquait, c’était pas de sa faute,
Que tout son poulailler dansait d’une patte sur l’autre,
Grattait de ci de là, pondait des coquilles vides,
Plaçait tous leurs copains inutiles et avides,
De ne jamais rien faire, à part un peu de lard,
Que si l’on voulait bien, il n’était pas trop tard
Pour mettre le pays au niveau de la GRECE,
Et que de toute façon nous l’aurions dans… les fesses.

Le p’tit coq nain de TULLE est venu jeudi soir,
Les plumes en bataille, toujours reteintes en noir,
Nous dire: bande d’imbéciles, ne perdez pas espoir,
J’ai coulé la CORREZE, je n’en tire nulle gloire.
Patientez, patientez car je suis-là maintenant,
Pour couler la FRANCE aux bons emplacements.
J’ai pas beaucoup à faire, on m’aide constamment,
Les quarante inutiles s’appliquent à tous moments.
Et pendant ce temps-là, je m’occupe des poules,
Qui tournent autour de moi, vraiment, il y a foule !

Le p’tit coq nain de TULLE est venu jeudi soir,
Dressé sur ses ergots du haut de son perchoir,
Fustigeant les rapaces, ses vils prédécesseurs,
L’empêchant lui et ses copains de faire leur beurre !
Le jabot de travers toujours évidemment,
Il aurait bien voulu se faire croire compétent.
Bien d’accord sur ce mot, en le coupant en deux
Sachant depuis longtemps qu’il nous restait les yeux
Pour pleurer sur la FRANCE, vidée, exsangue et nue
Par tous ces incapables, vivants comme des sangsues.

Le p’tit coq nain de TULLE est venu jeudi soir,
Il peut lisser ses plumes, vous vous êtes faits avoir.
Si l’important pour lui, ce n’est pas le chômage,
Il a bien trop à faire pour bouffer le fromage,
En s’occupant des gays, des drogués, et puis des émigrés,
Il faut bien sûr maintenant taxer les retraités,
Ceux qui ont voté pour lui, c’est bien pour leur malheur,
Il en a rien à foutre de tous les électeurs,
Maintenant qu’il a la place, il y met tout son cœur,
Pour vivre sur notre dos, comme toujours en douceur.

Le p’tit coq nain de TULLE est venu jeudi soir,
Il dit qu’il nous enfume, qu’on est de bonnes poires,
Qu’ils allaient nous presser comme de vulgaires citrons.
C’est bien fait pour notre gueule puisqu’on est assez con
Pour croire toutes les promesses qu’il ne veut plus tenir,
Il n’y avait pas de crise, il l’a pas vu venir…

Le p’tit coq nain de TULLE est un triste vautour,
Il s’est bien déguisé sous de jolis atours.
Il voudrait nous faire croire qu’il était SOCIALISTE,
Quand lui et ses copains sont tous CAPITALISTES.

Alors, n’attendez rien de ces tristes fumistes
Que des IMPOTS nouveaux ajoutés à la liste.

Un conseil pourtant : gardez quelques écus,
Achetez de la vaseline et planquez votre cul !

Autre Que Réseau Social

Belles Prunes Pour Cette Kermesse.

corsica-300x300 (1)

« Arabi  Fora »

À Prunelli-di-Fiumorbu, en Corse, deux enseignantes ont eu une bien curieuse idée pour la fête de l’école :

Les élèves devaient chanter « Imagine » de John Lennon en cinq langues, dont l’arabe.

C’était sans compter sur la réaction salutaire de certains parents qui ont manifesté, de manière virile, leur désaccord.

Pour eux, hors de question que leurs enfants puissent chanter, ne serait-ce qu’un couplet d’une chanson en arabe.

Le recteur d’académie, « Michel Barat », a alors dénoncé une« attitude inqualifiable contre les valeurs que représente l’école ».
« Dominique Sopo », le président de « SOS Racisme », a, pour sa part, dénoncé « le racisme au quotidien dans toute la splendeur de sa bêtise et de sa violence ».

Considérant qu’ils ne peuvent plus exercer leur métier sereinement, les enseignants de l’école primaire ont déploré – dans un communiqué « l’amalgame entre langue et religion » (sic).
Sauf que ce type d’initiatives démontre, avant tout, que le Grand Remplacement est tout sauf une théorie.
Il s’agit d’une réalité insupportable pour de très nombreux Français de souche qui vivent et constatent le Grand Remplacement dans leur immeuble, dans leur quartier, dans l’école de leurs enfants…
Surtout lorsqu’on découvre la déclaration de cette enseignante :

« Des parents ont précisé qu’ils ne voulaient pas que leur enfant parle arabe.
Nous étions prêts à l’entendre.
Sauf que certains ne voulaient même plus qu’ils viennent à l’école lors de cette demi-heure dédiée à la prononciation en arabe.
Et ça, ce n’est pas possible. »

La vocation de l’école républicaine est-elle donc d’enseigner à nos enfants comment prononcer des phrases en arabe ?

Quoique dans certains quartiers, cela pourrait malheureusement s’avérer bien utile…

Il faut surtout avoir conscience que tout ceci rentre dans une stratégie plus globale.

Ainsi, nombreuses sont aujourd’hui les écoles élémentaires qui proposent à nos enfants de suivre des cours d’arabe « gratuits ».

Dans une circulaire diffusée par la Direction générale de l’enseignement scolaire, on apprend que l’enseignement de l’arabe dans les écoles françaises fait partie d’un programme national du ministère de l’Éducation nationale.

Mais ce n’est pas tout.
Au nom du vivre ensemble, certaines écoles décident aussi de faire découvrir les joies de l’islam aux enfants.
Récemment, à Chalon-sur-Saône, les élèves de CM2 de l’école du Devoir se sont rendus en visite à la mosquée du centre-ville, où ils ont été reçus par l’imam Ahmed Belghazi.
Pour la presse locale :

« cette rencontre a été riche d’échanges, d’écoute et de partage.
Pour ces jeunes, les mots connaissance, respect et tolérance ont pris un sens encore plus fort. »

On appréciera, au passage, cette logorrhée en mode Bisounours qui tend à nous faire croire que l’islam est compatible avec les valeurs de la société française.
D’ailleurs, lors de la première réunion de l’instance de dialogue avec l’islam en France, qui s’est tenue le 15 juin, Manuel Valls a été très clair :

« L’islam est en France pour y rester.
Il faut donc mener le combat des consciences, et faire jaillir au grand jour ce qu’est la réalité de l’islam de France. »

Message reçu par « Amar Lasfar », le président de l’UOIF (« Union des organisations islamiques de France »), qui a demandé, dès le lendemain, que l’ »Aïd el-Fitr » et l’ »Aïd el-Adha » soient fériés en France.

Ils nous parlent d’intégration mais on nous demande plutôt, chaque jour, de nous intégrer aux autres.

Le vivre ensemble est-il donc synonyme de reniement de soi ?

L’intégration est-elle un concept destiné à favoriser la désintégration de l’identité Française ?

En Corse, des enseignants avaient prévu de faire chanter un couplet d’une chanson de John Lennon en arabe.

Et demain, va-t-on leur demander [aux enseignants, bien sur !] d’interpréter un appel du muezzin ?

Fabrice Robert

http://www.bvoltaire.fr/  du 19/06/2015

fora (1)

Arabes Dehors

La Monnaie Est Un Ecran De Fumée.

les-3-singes-300x183 (1)

Après la monnaie de papier,
la monnaie de singe ?

Pendant que se disputent députés et sénateurs au sujet de la loi sur le renseignement, les énarques de Bercy mettent au point la suppression de la monnaie et le contrôle de chacun d’entre nous.
Finies pièces et billets, vive le carré de plastique ou, mieux, le discret bip du smartphone.

Ce n’est pas le progrès, ça ?

Faire disparaître l’argent liquide, c’est mettre les faux-monnayeurs au chômage, de même que les braqueurs de banque, les perceurs de coffre-fort et les pilleurs de tronc.
Quant aux lainières de Roubaix, ce sera la dèche avec la disparition des bas de laine.

Avec l’avènement du tout-électronique, tout se saura en toute discrétion et sans avoir à demander la moindre autorisation.
Vous allez au Bois ?
Inutile de vous cacher derrière un bosquet.
La péripatéticienne est munie d’une seconde fente située au-dessus des seins appelée vide–gousset. Vous y mettez votre petit plastique (ne confondez pas avec autre chose), et hop ! c’est parti pour une éjaculation épanouissante.
Pour peu que le-dit vide–gousset soit muni d’un GPS et votre légitime pourra vous attendre avec le balai.
Quant aux « SDF » et mendiants, bien sûr qu’on les équipera gratuitement d’une sébile électronique. Enfin, les curés ne pourront plus cacher leurs revenus occultes.
Le tronc de saint Antoine sera remplacé par une grenouille électronique.

Et vos orientations politiques, vous croyez que le canard acheté au vendeur de rue ne sera pas enregistré ?
Les mandants de Bercy sauront tout de suite si vous préférez « Libération » au « Figaro ».
Quelle merveille !
Malins, les gars de Bercy.
Ils ont même organisé des sondages pour montrer que les Français allaient adorer.

Que du bonheur.
Et les banquiers, dans tout ça ?
Mais ils en rêvaient et les socialistes l’ont fait !
Sur chaque transaction, même infime, ils vont palper un petit pourcentage.
La monnaie électronique, c’est le pied.
Fermetures d’agence, dégraissage de personnel, augmentation des marges, suivi des clients à risque.
Un métier de rentier.
Plus besoin d’appeler « Kerviel » pour passer les pertes au jeu de la Bourse.

Bien sûr, il y aura quelques grincheux pour protester.
D’abord, cette politique débile ne fera faire aucune économie aux Français.
Gageons qu’il y aura toujours autant de fonctionnaires à Bercy et à la Banque de France.
Mais il y a pire :
Ce système de flicage fera perdre aux citoyens le dernier espace de liberté qui leur restait : Disposer de son argent à sa guise.

Enfin, et non des moindres, substituer la monnaie électronique à la monnaie tout court est une folie.
Comme chacun le sait, la valeur de la monnaie dépend de la confiance qu’on lui accorde.
Je vous laisse à penser du futur de cet instrument de paiement.

Ainsi, au lieu de mettre toute leur énergie à s’attaquer aux problèmes essentiels que sont le chômage, l’endettement du pays et sa désindustrialisation, nos élites politiciennes mettent la dernière main à l’encadrement du pays.

Bérenger de Montmuel

http://www.bvoltaire.fr/  du 16/06/2015

 

les-usa-300x136 (1)

 

Un écran de fumée qui permettrait de « ficher » la majorité de la population.
Que tout le monde puisse être espionné… voilà le véritable but de cette monnaie de singe !
Il y a tout de même un HIC des plus importants : Un gros bug général et sur plusieurs jours ou pire, une panne générale pour un motif naturel ou un autre !
Je crois que la seule monnaie virtuelle n’est pas près de voir le jour !
Je suis comme « Saint-Thomas », j’ai besoin de toucher pour croire !

Le Bagne De la Justice Est Déserté.

taubira-papiers (1)

Taubira cherche collaborateurs

Depuis le 16 avril dernier, Christiane Taubira n’a plus de directeur de cabinet.
« Gilles Le Chatelier », troisième en date, ayant comme ses deux prédécesseurs repris sa liberté.
Et s’agissant de Taubira, ce n’est pas un vain mot.

Le cinglant ministre de la Justice lorgnait, pour le remplacer, sur un brillant haut fonctionnaire, « Alain Christnacht », actuellement président de la IXe sous-section du contentieux du Conseil d’État.
À en croire « Mediapart », ce monsieur vient de refuser la promotion.
À 68 ans, il tient sans doute à finir sa carrière tranquillement, sans risquer chaque matin l’infarctus.

Il faut dire que « Christiane Taubira » use son personnel comme personne.
Un coup d’œil au trombinoscope de ses collaborateurs montre qu’on passe dans ses bureaux en coup de vent.
En mars 2013, déjà, soit moins d’un an après l’arrivée de François Hollande au pouvoir, on pouvait lire dans « L’Express » :

« Qu’arrive-t-il à l’équipe de Christiane Taubira ?
Son ministère est en voie de désertification !
Il se vide à un rythme effréné habituellement caractéristique des fins de règne. »

La liste des partants est en effet parlante :
-En janvier « Valérie Sagant », chargée des politiques publiques et pénales.
-Elle est suivie de Jean-François Beynel, directeur adjoint,
-puis du conseiller diplomatique « Michel Debacq ».
-En mars, ce sont « Christian Vigouroux », directeur de cabinet,
-et « Jean-Louis Géraud », chef de cabinet.

Tous reprochent au ministre de négliger le boulot quotidien au seul profit de sa communication personnelle :
Elle préfère ainsi répéter les discours enflammés qu’elle prononcera devant l’Assemblée plutôt que signer le courrier.
Les parapheurs s’entassent, on attend vainement qu’elle apparaisse dans son ministère.
Et puis elle a mis dans son équipe rapprochée – celle qu’on surnomme« Les Guyanais » – son propre compagnon « Jean-François Boutet ».
Ce « conseiller spécial » (c’est son titre) l’est en effet dans la mesure où il « détient une charge d’avocat près la Cour de cassation et le Conseil d’État.
Autrement dit, il appartient au petit nombre de ces juristes habilités à plaider devant ces juridictions. »
Or, il n’a pas renoncé à ses fonctions, ce qui en chatouille certains du côté de la déontologie.

« Christiane Taubira » exigeant d’avoir une femme à ses côtés, c’est « Christine Maugüé », elle aussi membre du Conseil d’État, qui remplace « Christian Vigouroux ».
Puis s’en va, remplacée par « Le Chatelier ».
Qui s’en va…
Au fil des mois, tous se débinent.
À tel point que, depuis deux mois, le poste de « dircab » est toujours désespérément vacant.
Et toujours pour les mêmes raisons.

Fin mai, « Le Canard enchaîné » titre son papier:

« Le cabinet de Taubira réduit en esclavage. »

On y lit que :

« le découragement gagne les troupes, et pas mal de collaborateurs planifient leur départ ».

Un « conseiller lessivé » fait cette confidence :

« On navigue au jour le jour, en roue libre, aucune décision n’est prise, les gens bossent comme des chiens, quinze heures par jour, mais sans consigne, sans direction et sans que rien ne soit tranché.
Quant à Taubira, elle vibrionne, s’absente de plus en plus et, quand elle est là, elle hurle sur tout le monde… »

Les collègues ont beau démentir le lendemain dans « Les Inrocks » et poser tout sourire pour la photo de groupe, quelque chose nous dit que le portrait de Christiane Taubira est sûrement proche de la vérité.
Toutefois, ce qui les a le plus choqués, disent-ils, c’est le titre sur l’esclavage « alors que la ministre a donné son nom à une loi mémorielle sur l’esclavage ».

Et alors, pourquoi pas Taubira et sa chicotte ?
Après tout, la banque du Vatican était bien en lien avec la mafia…

Marie Delarue

http://www.bvoltaire.fr/  du 13/06/2015

Nous Priver De Nos ToutesTraditions !

saucisson-pinard (1)

À Tourcoing,
on n’aime pas le boudin.

Les Tourquennois ne sont vraiment pas vernis, ces temps-ci !
Après avoir vécu, six jours durant, un véritable état de siège, les voilà, ce samedi, privés de spectacle !

La cause ?
L’annulation, par la mairie (étiquette *Républicains*), de la venue de la compagnie belge « Thank you for Coming », qui devait se produire sur le thème « de la condition féminine et l’homme comparé à un cochon ».
Si, dans un premier temps, l’évocation du « cochon » n’avait pas fait tiquer les élus locaux, en revanche, auprès du premier adjoint au maire, « Didier Droart », le titre du spectacle « Boudin et chansons » ne passe pas… ou plus.
Et l’élu de justifier sa décision par le caractère« inapproprié dans le cadre d’une fête de la musique ».
Le rapport ?
Aucun.
Parce que le motif d’annulation est ailleurs.
Et il n’est pas bien loin :
En bon *Républicain*, « Droart » ne veut pas « qu’on choque » une partie de la population de confession musulmane, ni que l’amalgame soit fait avec… les apéritifs organisés par l’extrême droite !

Aucun rapport entre sauciflard, pinard et… « extrême drôate » !

De plus en plus préoccupants, ces coups de butoir émanant de représentants de la communauté musulmane à l’encontre de nos traditions culinaires.
Encore plus inquiétant de constater que les élus – parfaitement conscients du phénomène – devancent ainsi toute éventualité de mécontentement, voire de représailles, de la part d’individus se réclamant d’une religion « de tolérance ».
En tout cas, le signe irréfragable que les « valeurs républicaines » dont on nous rebat les oreilles travaillent la France au corps pour la faire tomber.

Mais le plus « drôle » dans cette affaire, c’est le double langage singulier de la Compagnie Boudin et chansons.
Selon son metteur en scène, « Sara Amari » – elle-même musulmane :

« Oui, le cochon peut être un tabou […]
Doit-on laisser à quelques « pseudo-nazis » le droit de mettre le cochon en étendard ? »

Le rapport ?
Toujours aucun.

Caroline Artus

http://www.bvoltaire.fr/  du 12/06/2015

Toujours pas un mot sur ces échauffourées comme sur cette annulation !

Et Le Droit De Vote Chez Nos Voisins ?

referendum1 (1)

Droit de vote des étrangers

Les Luxembourgeois votent aussi mal que les Suisses !

Décidément, les peuples sont incorrigibles, même ceux qui apparaissent comme les meilleurs élèves de l’Union européenne !
Ainsi, les Luxembourgeois, qui comptent 46 % d’étrangers dans leur pays (majoritairement issus du Vieux-Continent) étaient-ils invités ce dimanche à s’exprimer sur le droit de vote, aux élections législatives, de ceux qui séjournent dans le pays depuis plus de dix ans.
Précisons que les trois principaux partis du pays, libéraux, socialistes et écologistes, appelaient à voter oui, au nom d’une modernité revendiquée.

Et cela fut la catastrophe !
Pire que les Français en 2005, pire que les Suisses sur les minarets ou l’immigration !
Les électeurs du Grand-Duché (où le vote est obligatoire) ont massivement refusé, à 78,2 %, le droit pour des étrangers de désigner les dirigeants de leur pays !
De même, ils ont balayé la proposition (défendue en France par l’inévitable « Mamère ») d’accorder le droit de vote aux jeunes de 16 ans.

S’ils avaient mieux voté, les Luxembourgeois auraient permis à tous nos dirigeants français politiques, syndicaux ou associatifs, de s’appuyer sur ce scrutin pour mettre en place les réformes accélérant la disparition des Etats-Nations souverains.

Message très négatif pour les dirigeants de l’Union européenne, derrière les « UMPS » européens « Juncker-Schulz », qui veulent imposer un quota de ce qu’ils appellent des migrants (nouveau subterfuge sémantique pour ne pas dire clandestins), venus majoritairement d’Afrique, à l’ensemble des pays du Vieux-Continent.
Nul doute, dans leur esprit, que ces nouveaux venus sont appelés à devenir citoyens, et donc de nouveaux électeurs.

Très mauvaise nouvelle pour l’ensemble de la gauche, et la droite « Kosciusko-Juppé », partisans d’élargir le droit de vote aux immigrés, contournant ainsi toute référence à la nationalité, et minorisant plus rapidement l’expression de Français qui votent de plus en mal.

Camouflet pour « Cambadelis », qui explique qu’il ne sait ce qu’est l’Identité nationale, à laquelle il oppose celle de la République, pour mieux justifier une politique migratoire de remplacement du peuple français.

Information scandaleuse pour « Besancenot » (qui s’est pris une droite magistrale par un CRS en s’opposant à la levée, à Paris, d’un rassemblement de clandestins), qui ne paraît heureux que quand les immigrés arrivent en masse en France, et lui procurent, du moins l’espère-t-il, un nouveau prolétariat pour remplacer ces salauds d’ouvriers, qui votent « FN » de plus en plus nombreux.

Désastre pour ces quatre députés Verts, derrière « Mamère », toujours lui, qui voulaient ouvrir tous les postes de la Fonction publique aux ressortissants étrangers, faisant voler en éclat une préférence nationale qui ne dit pas son nom.

Horreur pour « Parisot » et ses amis du « Medef », qui veulent la libre circulation et installation des travailleurs étrangers, pour tirer les salaires vers le bas et casser les protections sociales solidaires.

Finalement:
-de même qu’ils ont supprimé le mot « race » de la constitution (mais pas encore du vocabulaire),
-de même qu’ils veulent nous imposer une théorie du genre faisant fi de la nature,
il ne reste plus à nos politiciens, au nom du refus de toute discrimination, qu’à interdire le mot étranger, à transformer tout habitant de la planète en citoyen du monde ayant le droit de voter là où il se trouve, à constituer un délit de nation qu’on ajoutera au combat antiraciste et à dissoudre les partis qui osent encore défendre l’idée de frontières.

Et bien évidemment, pour compléter le dispositif,
il faudra rendre les référendums illégaux en Europe,
puisque les peuples font toujours le contraire de ce que préconisent les dirigeants !
(NDLR : En Belgique, la constitution interdit l’organisation de référendums.)

Pierre Cassen

http://www.bvoltaire.fr/  du 10/06/2015

123456

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43