Archive | TROQUET Flux RSS de cette section

Un Défilé De Mode En Socialie.

cochon rit

Avec les socialauds, je ne risque rien…

 

En Burqa et Seins Nus

 

Puisque dans ce pays où je suis méprisée

En tant qu’identitaire, FN assimilée,

En tant que défenseur de notre chère patrie,

Je me suis décidée à changer mon fusil

D’épaule, d’adopter les codes de Socialie,

Où les échelons du pouvoir sont vite gravis.

Pour mieux me faufiler en terrain inconnu,

J’ai hésité entre une burka et les seins nus,

Les deux vous valant indulgence et bienveillance

Des juges, de la police et de tant d’autres instances.

Femen, emburkanée, qui des deux plus séduit ?

Comment me montrer digne de cette nouvelle vie ?

Me parquer sous une bâche par temps caniculaire

Ou risquer une angine de poitrine cet hiver ?

Un choix bien cornélien, puis j’ai réalisé

Que « l’habit ne fait pas le moine » même défroqué.

Après être passée par tant de turpitudes,

Je me suis résolue à la « Bricq » attitude.

Le langage a suivi, sans doute par mimétisme,

D’une voix aiguë, criarde, portée au paroxysme,

J’ânonne et je bafouille, je coupe la parole,

Emplie du vide de mon ego, j’ai le beau rôle.

Je peux décider de ce qui est bien ou pas,

Distribuer les bons points, ou jeter des fatwas

Diffamer ou médire au mépris de la loi,

Je suis de gauche et à ce titre, j’ai tous les droits.

Au début, je l’avoue, un peu intimidée,

Je me suis cantonnée à quelques remontrances :

Un maire qui rechigne à loger des sans-papiers,

Une cantine qui sert du porc pour subsistance,

J’ai dénoncé les fameuses fêtes du cochon,

Et les pèlerinages et autres processions,

Qui excluent de facto toute une population;

Le voile d’une femme qui lui fait perdre son emploi,

Ne m’a laissée indifférente et mes combats

M’ont valu le soutien de moult associations.

Mais mon fait d’armes fut d’hurler  contre le racisme

Emburkannée, seins nus, je fis preuve d’héroïsme !

burka

Lors, mon indignation à coup de décibels

A permis qu’un grand ponte me prenne sous son aile.

Il m’a donc expliqué en long, large et travers,

Les recettes du succès pour être millionnaire :

D’abord il faut trouver le bon électorat,

Le caresser dans le sens du poil comme un chat

A grand coup de promesses ou bien de « on verra »

Mais surtout le nourrir, l’animal est ingrat,

Par des aides, subventions et autres jolies niches.

Un élu socialiste est un socialiste riche.

Sinon comment pourrait-il vivre avec la plèbe ?

Tous ces « sans-dents » qui le critiquent sur le web.

Comment voter des lois sans pourtant s’y astreindre ?

Ce serait bien un comble de devoir s’y contraindre.

« Nous avons le devoir et même l’obligation

De nous substituer à ces gens sans réflexion ».

Telles furent ses paroles, telle fut son oraison :

« Les Français sont stupides, les Français sont des cons »

Forte de ma voix au propre tout comme au figuré,

Je me suis insurgée de cette mentalité,

« Il y en a certains qui sont intelligents…

Ils ont voté  Hollande après feu Mitterrand. »

Refusant de débattre, il a juste acquiescé,

Sans doute de crainte de voir ses tympans abîmés…

Je lui ai donc fait part de mes difficultés.

Il se trouve qu’il connait un certain député

Qui, depuis trois ans ne paie impôts ni loyers,

Ni ses amendes, ni ne déclare ses sociétés.

Je flaire l’entourloupe, et ose le lui confier.

«La politique nous octroie certaines privautés,

Si vous êtes encarté, aux réseaux affilié,

Il ne fait nul doute que vous saurez progresser ».

Sous-entendus, fini les soucis financiers.

Ce qui expliquerait l’étrange longévité

Des hommes  qui s’y accrochent, comme la moule au rocher

Qui se fixe et perdure pour pouvoir subsister.

Par devers-moi, j’ai gardé cette mesquinerie.

Le genre d’erreur qui sans nul doute me trahirait,

Nos carriéristes appréciant la flagornerie.

Dussé-je me renier, j’en viens à me pâmer

De toutes ces qualités dont j’ose le revêtir,

La chair est faible, et fort l’homme veut se sentir.

Ah bien sûr, j’ai vanté les joies du vivre-ensemble,

De la diversité, cet apport indéniable

Grâce auquel, de la Préhistoire aux terres arab(l)es,

Nous avons évolué, grandi, enfin il semble…

J’ai loué les beautés du multiculturalisme,

Les richesses engendrées par tout ce pluralisme

Battu ma coulpe aussi par ethnomasochisme,

Passage obligé pour faire de l’antiracisme.

J’ai magnifié le métissage, ses laudateurs,

Entre gris clair et gris foncé, tant de couleurs,

Ardoise, acier, souris, perle, taupe, tourterelle

Anthracite, chinchilla, cinquante nuances plus belles.

J’ai encensé les lois visant l’égalité

Un papa, une maman, pour sûr, c’est dépassé,

Parent 1, Parent 2, GPA, PMA

La théorie du genre à l’école apprendras.

Là où il a tiqué, c’est quand j’ai évoqué

L’euthanasie pour les votants « Front National »

Non qu’il soit contre, mais il ne voulait rebuter

Les quelqu’encore vieux électeurs avec morale.

Pêcher des voix suppose une certaine éthique

Dans son cas, c’est surtout une question ethnique.

Car il faut rassembler, qu’importent la couleur,

la religion, ou les coutumes voire les valeurs.

Revendiquant un laïcisme forcené,

Il n’hésite pas à inaugurer les mosquées,

Ou quelquefois les synagogues fréquenter,

Quand le poisson du vendredi est abhorré.

Quand je lui ai fait remarquer ce grand écart,

Il m’a souri, justifié qu’en bon laïcard,

Il se devait de faire abstraction des chrétiens,

Car les minorités étaient son gagne-pain.

C’est qu’il faut cajoler, entretenir ceux-là

Plaire aux recommandations de Terra-Nova,

Car en perdant la voix des ouvriers classiques,

Il se devait de conquérir un vote clanique.

Finalement, malgré toute ma gratitude,

Je n’ai pas eu le poste espéré, attendu,

En dépit de mes convictions, ma bravitude,

Je crains que mon fond de facho lui ai déplu.

C’est que c’est un métier que d’être socialaud,

De combattre à temps plein, le bien, le bon, le beau,

Un égalitarisme pour remettre à niveau

Les autochtones à celui des venants nouveaux.

Je reconnais que j’ai laissé passer ma chance,

J’aurais dû, j’aurais pu en faire ma subsistance,

Comme d’autres, me nourrir de cette corne d’abondance,

Jouir de cette manne, puits sans fond et sans surveillance.

Mais le prix à payer d’une certaine allégeance

M’aurait soumise à de cognitives dissonances.

Aux ors d’une république achetant mon silence,

A la gloire de faire partie de la bien-pensance,

Je préfère mon pays, ma minable existence

Ou comme le dit traître premier  « J’aime trop la France ».

Oreliane

http://ripostelaique.com/  du n° 374, le  22/09/2014

France, Pays Des Seuls « Français » !

manipulation-mentale-

Sans les aïeux de BHL et les immigrés, où en seraient les Gaulois ?

Avant 1789 et l’arrivée des ancêtres de Bernard-Henri Lévy, la France n’existait pas.

Forcément puisque la République n’existait pas.

Avant la Révolution, le territoire français était comme une sorte de vaste désert, un peu comme le désert palestinien, avec quelques forêts ça et là et des sangliers en lieu et place des chameaux, question de climat.
Avant cette magistrale découverte de la « Francia incognita » par les « fiers » aïeux de BHL, on y trouvait bien quelques individus de type néandertalien mais les malheureux n’avaient jamais été capables de bâtir le pays, trop occupés qu’ils étaient à tailler leurs pointes de silex.

La famille Lévy n’a cependant pas été seule à prendre en main la lourde tâche de construction et de civilisation de notre pays, pour ne pas dire d’évangélisation.
En effet, les médias et les politiques nous rapportent avec toujours plus d’insistance que des savants et des architectes bâtisseurs sont venus d’Afrique pour ériger nos villes, des Mokhtar, des Oussama et des Fatoumata qui, paraît-il, étaient légion dans nos contrées, comme en attestent les listes de l’Etat Civil Français.

C’est donc à toutes ces valeureuses personnes que nous devons tous les progrès réalisés en seulement 225 ans, tandis que nos ancêtres « de souche » à la réputation de demeurés incapables, usant aux dire du célèbre philosophe de « réflexes » plus « que de réflexion », faisaient de la figuration avachis sur leurs dolmens à bayer aux corneilles les yeux hagards, un filet de bave leur coulant probablement du coin des lèvres en attendant qu’enfin la France républicaine sorte de terre.

On en est quasiment certains, les châteaux forts seraient l’œuvre collégiale de la famille de notre bien-aimé philosophe et des immigrés africains, de même que le Mont St Michel, si, si.
Et les cathédrales également, grâce à l’expertise et au savoir-faire des célèbres « Compagnons Blédards & Lévy du Devoir et du Tour de France ».
Ce serait eux encore qui auraient inventé l’école, la chevalerie, la démocratie, qui auraient créé la première chaire de chirurgie et les premières universités, qui auraient fait voler le premier avion, etc…
Nous leur devons tout, tout, qu’on vous dit !

Notre fringant et si dévoué BHL, soutien inconditionnel des charmants Polanski et Strauss-Kahn, ne se lasse jamais d’évoquer les « juifs de France » ainsi que la « République de France », usant avec malice des deux termes chaque fois bien distincts l’un de l’autre pour signifier qu’il n’y aurait, selon lui, pas lieu de les mélanger.
Pensez donc, lui, ce héros magnifique et toujours si propre, se métisser avec tout ce qui est « terroir, béret, bourrées, binious, bref, franchouillard ou cocardier », ces vils symboles triviaux d’une peuplade décidément trop arriérée, cela ne se peut, tellement ça lui est « étranger, voire odieux ».
C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il se désole – tout comme « Jacques Attali » – de voir les juifs se fondre dans cette masse constituée par les descendants de Gaulois, les préférant à part, éloignés, protégés de nos miasmes.

Avec cette emphase qui lui est propre et que nous aimons tant, il évoque les juifs dans leur ensemble et s’exclame dans une spontanéité déconcertante « cette république est leur œuvre ! », offrant à Alain Soral un orgasme inespéré.

Est-ce à dire que BHL accuseraient les juifs de l’accouchement dans le sang des belles valeurs républicaines ?
La loi d’anéantissement de la Vendée votée en août 1793, la création de tanneries de peaux humaines des suppliciés pour en faire des vêtements ou pour relier des exemplaires de la toute nouvelle Constitution ?
Ou encore la paternité du génocide vendéen résumé en ces quelques lignes :
« Il n’y a plus de Vendée.
Elle est morte sous notre sabre libre, avec ses femmes et ses enfants.
Plus de Vendée, citoyens républicains, je viens de l’enterrer dans les marais et dans les bois de Savenay, suivants les ordres que vous m’avez donnés [...].
J’ai écrasé les enfants sous les sabots des chevaux, massacré les femmes [...] et n’ai pas un prisonnier à me reprocher, j’ai tout exterminé 
» ?!
(François-Joseph Westermann, général de l’armée républicaine.)

Mais que veut dire BHL ?

Peut-être évoque-t-il l’état de la République actuel, là en 2014, dont effectivement il y a tout lieu d’être fier, ça ne fait pas de doute.
-Notre pays ne s’est d’ailleurs jamais aussi bien porté et tout un chacun peut s’en réjouir.
-La République a baissé le niveau scolaire pour le bien de tous suivant son principe du tout égalitaire,
-elle a permis que les Français puissent voter par référendum afin de choisir leur destin,
-elle a ouvert ses portes au monde entier afin que nos chômeurs se sentent moins seuls dans leur galère,
-elle a permis aux garçons de porter enfin des jupes,
-elle a remplacé les rois dépensiers et mégalos par d’honnêtes dirigeants ne dilapidant pas l’argent public,
-elle a éliminé du circuit les curés mangeurs de cochons pour les remplacer très avantageusement par des imams égorgeurs de moutons, etc…
Nous y avons tout gagné.

Notre génial philosophe, l’homme aux 1 400 entrées pour son chef-d’œuvre cinématographique « le Serment de Tobrouk », a su intelligemment exporter ses idéaux en Bosnie, au Kosovo, en Lybie, en Afghanistan ou encore en Irak où, particulièrement visionnaire, il a compris avant tout le monde que les armes de destruction massive justifiaient une guerre immédiate…

Pour en revenir à ses aïeux, comment ne pas parler de son auguste papa à Bernard-Henri, André, celui qui a « légèrement » élagué des forêts africaines pour en récupérer des bois précieux, celui de qui les employés disaient qu’ils étaient traités en « esclaves », payés de manière très ponctuelle.
Celui pour qui, alors que la faillite menaçait, son fiston avait obtenu un prêt public à un tarif préférentiel pour lequel s’était engagé Laurent Fabius, avec la bienveillance attentive de François Mitterrand.
BHL, dans une volonté de discrétion qui l’honore, criait à la cabale et à l’injustice quiconque avait le mauvais goût de protester contre ce passe-droit.
A la suite de ces péripéties, la Becob avait été rachetée par le lepéniste « François Pinault », la caution « chemise brune » financière et amicale de BHL.

Pour tous ces bienfaits communément reconnus, il est évident qu’il nous faut remercier avec reconnaissance et émotion la participation active de BHL et de sa famille, sans oublier les savants, les techniciens et autres intellectuels blédards, pour tout ce qu’ils ont fait pour la France et la République.
Sans eux, les descendants de Gaulois arriérés et incultes que nous sommes auraient sans doute continué à végéter encore des millénaires dans leurs huttes, qui sait…

Caroline Alamachère

http://ripostelaique.com/  du n° 373, le 20/09/2014

« Ce pays est le leur. Cette république est leur œuvre. »
Ce sont les mots de BHL !
Les israélites doivent-ils rester pour compter les points de l’ouvrage auquel ils travaillent depuis plus de deux siècles et qu’ils voudraient voir s’achever dans le grand remplacement attendu ?
Laissons le halal aux musulmans, le cacher n’est pas moins atroce mais fait moins de publicité.
Laissons les génocides aux islamistes et programmons l’extinction d’un peuple d’une façon beaucoup plus insidieuse.

Croit-On Le Nationalisme Dangereux ?

Cochon

Jean-Pierre Elkabbach serait-il responsable de la montée du FN  ?

Mais pourquoi le Front national est-il si haut dans les sondages ?
Pourquoi ne fait-il que monter depuis une ou deux décennies ?
Pourquoi, (nom de Dieu), Marine Le Pen est-elle si populaire ?
Ah, mais dites-nous pourquoi ?
Tandis que dans les salles de rédaction et chez les analystes politiques on se torture les neurones pour trouver la bonne réponse, la bonne équation, les tenants et aboutissants d’une telle catastrophe, Paul Amar, lui, sait.
Il a trouvé !
Au sortir de son laboratoire, les cheveux ébouriffés, le visage noirci par diverses expériences infructueuses, éprouvette à la main, Paul livre au monde sa découverte :

« Jean-Pierre Elkabbach porte une lourde responsabilité dans la montée du FN. »

Trouvaille !
Des années de recherche intensive, trois explosions malheureuses, le quartier quasi sinistré mais le résultat est là.
« Jean-Pierre Elkabbach » a tout fomenté.
En invitant à maintes et maintes reprises Jean-Marie Le Pen, puis sa fille, puis la nièce et tout le saint-frusquin, « Elkabbach » a été le véritable promoteur des idées du Front national.
Sans « Elkabbach », point de Front.
Des recherches plus poussées permettront de savoir si « Elkabbach » n’aurait pas aidé à l’accouchement du petit Jean-Marie Le Pen.
Paul y travaille.

Au grand concours des explications simplistes, « Paul Amar » décroche le pompon.
C’est votre dernier mot, Paul ?
L’inventeur de la télévision ne porterait-il pas lui aussi… ?
Non ?
Alors, l’inventeur de la radio ?
Du micro ?
Mais partons de la thèse bébête de « Paul Amar » et supposons que cet infâme « Elkabbach » ait un peu invité du Le Pen à la louche.
Mettons quatre invitations là où d’autres se seraient contentés de trois.
Et alors ?
Eh bien, si l’on en croit notre professeur Tournesol du journalisme, la France entière fut contaminée par cette quatrième invitation.
Celle de trop.
Celle qui fit la différence.
Et les Français de s’exclamer :

« Mais bon sang, mais c’est bien sûr ! »

Mais seulement la quatrième fois.

Le fond de la pensée de « Paul Amar » est clair comme de l’eau de roche : personne n’aurait jamais dû inviter, montrer ou faire parler Le Pen.
Refrain connu.
Du panier de crabes où séjournent ces deux protagonistes émanent des effluves de connivence entre journalisme et pouvoir.
« Elkabbach » accusé d’avoir conclu un pacte avec Sarkozy.
L’un assurant la promotion du candidat Balladur en échange de la direction de « France Télévisions » pour l’autre.
Crédible.
Mais Paul ne sait pas s’arrêter.
C’est là son drame.
Le voilà parti en vrille, accusant son ex-patron de la montée du FN, de la lèpre et du choléra…
De toute évidence, « Paul Amar » a perdu le contrôle de son véhicule.
Emporté par sa rancœur, il étale ses propres fantasmes sur la place publique.
Ivre de rage envers celui qui l’évinça, il nous fait le coup du pilier de bar qui remâche un passé plein de déconvenues…
Le Pen ?
C’est cet « Elkabbach » qui a tout org… hic… anisé.
Je le sais, moi !
La main sur le rideau de fer, le patron de bistrot attend pour fermer.
Allez, dépêche-toi, Paul.
Il est tard.
Faut rentrer.

Jany Leroy

http://www.bvoltaire.fr/  du 17/09/2014

Nous Sans Dents, Lui Sans Valoche(s) !

hollandesansdents

 

La brocante au linge sale !

Décidément, tout fout le camp !
Les idées me viennent au hasard.

les journalistes devraient soigner leur langage et utiliser les mots adéquats.
Medhi Nemmouche n’est pas « originaire » de France mais par droit du sol et bi-national algérien…indigne d’être notre compatriote !

Il ne faut pas paniquer le troupeau d’autruches ou de moutons avec les annonces catastrophiques au sujet d’Ebola et de ce qui nous intéresse réellement, alors nous sommes saoulés, à longueur de journée par des histoires (croit-on !) croustillantes qui ne font plus rire mais grincer des dents que, nous, nous n’avons pas pourries par la débauche !

Le troupeau ne panique pas mais s’agite sérieusement de voir le cannabis ou la cocaïne entrer aussi facilement chez nous alors que le tabac étranger ne peut plus autant.
Bientôt nous ne pourrons même plus aller faire nos courses dans les commerces frontaliers quand les nôtres nous vendent des produits espagnols ou autres le double !
Pourquoi acheter en France, pour remplir les caisses d’un état qui dilapide pour des causes non légitimes ?

Et chacun veut y aller de son petit coup de griffe ou de patte ou de coude pour se faire une petite place en essayant de ne pas rater le coche gagnant.
Tous des opportunistes !

Pendant ce temps, le menu peuple, les « soit-disant » sans dents,  se voit spolié de ses villes, de ses terres, de l’air qu’il respire, de sa culture, de son histoire par une foule bigarrée qui ne parle même pas Français puisque ce n’est plus obligatoire, qui est insolente, exigeante, intolérante alors qu’on se pousse pour faire de la place car il y a déjà longtemps que le seuil de tolérance est submergé !

Toute une journée à nous parler de cette gamine enlevée par son père parti pour le djihad !
le ministre qui est même allé l’accueillir !
De qui se moque-t-on !

Parlons maintenant des rats qui quittent le navire en train de couler.
C’était encore dans un journal, plus de deux cents familles, parents et enfants, sont partis pour israël, sans retour, devant la montée de l’anti-sémitisme en France.
Fameux patriotes, leurs ancêtres qui ont vécu la grande guerre doivent être fiers d’eux !

Cet anti-sémitisme, qui le propage ?
Certainement pas les sans dents qui eux sont gracieusement invités par des pubs alléchantes à laisser la place vide et s’en aller travailler sous d’autres cieux.
Joli projet pour que notre pays, terre de guerre pour l’islam, devienne leur terre mais il y a un HIC :

Nous sommes Français, nous restons en France, l’islam ne s’installera pas !

pelosse

Bruxelles Et La Loi Sur Le Niqab !

burqapanneauinterdit-e1379978009218

Un haut fonctionnaire arrache le niqab d’une princesse qatarie

La scène, rapportée par «Het Laatste Nieuws» et relayée par « lepoint.fr », s’est déroulée la semaine dernière dans le centre de Bruxelles.
Un homme est interpellé dans la rue par trois femmes, dont l’une en niqab, qui lui demande en anglais comment accéder à la Grand-Place.
Enervé par le voile intégral de son interlocutrice – interdit dans les lieux publics en Belgique comme en France – , l’homme refuse de répondre et finit même par le lui retirer de force.
Seulement voilà, l’homme n’est autre que le chef du protocole de la Ville de Bruxelles, et la femme…une princesse qatarie.

«J’ai répondu que je ne parlais pas aux gens dont je ne pouvais voir le visage.
Par cette réponse, je voulais clairement leur faire comprendre que le port du niqab était interdit en Belgique»,

explique « Jean-Marie Pire » dans le quotidien flamand.

«Comme mon interlocutrice ne semblait pas m’écouter, je lui ai retiré son voile intégral.
Je n’aurais pas dû faire cela, je le reconnais, mais ce qu’elle faisait n’était pas légal non plus»,

ajoute celui dont le travail consiste bien souvent à accueillir aux mieux les dignitaires étrangers dans la capitale belge.

La princesse des émirats, qui affirme que le responsable lui a arraché ses boucles d’oreilles, a porté plainte pour coups et blessure, ce que le parquet de Bruxelles a confirmé.
Selon plusieurs témoignages, l’homme semblait ivre au moment des faits, même s’il s’en défend :

«Il était trois heures de l’après-midi. D’ailleurs, je ne bois jamais.»

La princesse s’est de son côté vue infliger une amende pour port du voile intégral.

Gaîa

http://www.dreuz.info/  du 20/08/2014

Parce qu’elle est princesse, son nom comme son prénom n’ont pas à être connus du grand public ?
Peu importe, Monsieur Jean-Marie Pire vous avez eu raison de faire respecter une loi qui est bafouée quotidiennement dans notre pays, comme si elle n’existait pas !

Le Passé Aussi Appartient A L’État.

Lingots-d-or

Mais il n’est pas sûr que ce soit bon signe.

La situation internationale est tendue.
La situation intérieure l’est tout autant.
Des manifestations, interdites, dégénèrent.
Dans certaines cités, pudiquement appelées sensibles, les urgences ne se déplacent plus et, parfois, cela entraîne des conséquences fâcheuses.
Heureusement, les autorités veillent, les douanes, notamment, sont sur le pont.
Et un vigneron, archéologue amateur, va salement trinquer.

Oui, parce que s’il y a parfois, en France, des individus qui bénéficient d’une justice très clémente ou d’un vice de procédure commode, d’autres seront, eux, correctement pourchassés, traînés en justice et condamnés d’autant plus fermement que leurs exactions sont abominables et ne méritent aucune pitié de la part des pouvoirs publics et du peuple qu’ils représentent.

De ce point de vue, on ne peut qu’applaudir devant le fier travail de la douane française qui a permis de démanteler tout un réseau de trafiquants d’antiquités, réseau international composé de tout un dangereux viticulteur de la Marne et de l’intégralité de sa femme.
Et les faits qui sont reprochés à cette bande criminelle sont particulièrement graves et répugnants :
le tribunal correctionnel de Meaux a reconnu ce vigneron de 60 ans coupable d’avoir fouillé des terrains privés, certes avec l’autorisation des propriétaires, mais sans celle, impérative, officielle, indépassable et indispensable de l’État, puis d’y avoir trouvé des choses, puis d’en avoir pris possession et, pour certaines, de les avoir vendues contre de fortes sommes à deux ou trois zéros.
L’amende douanière, aussi logique qu’implacable et minutieusement calculée, s’établit donc à 197.235 euros précisément pour ces abominables vols d’objets archéologiques.

Pour faire bonne mesure, cette sanction est assortie d’une peine de six mois d’emprisonnement avec sursis.
Quant à son épouse, au départ poursuivie pour recel, elle a droit à une amende de 3500 euros pour complicité, ce qui lui fera réfléchir à deux fois à son mariage, tiens.
S’ils avaient eu un fils, un chien et un canari qui passaient par là, soyez sûrs qu’ils auraient aussi pris cher.
On ne défie pas ainsi la puissance de l’État sur son patrimoine archéologique sans se retrouver, un beau matin, avec les deux rotules pétées et deux ou trois doigts sectionnés.
Notez que ce n’est rien de personnel, mais business is business et si l’État laisse faire, rapidement, la pratique de la prospection va s’installer et on risque de voir 45.000 personnes la pratiquer tous les ans.
Ce serait horrible, comme de voir des châteaux ou des églises tomber en ruine.

Eh oui, on ne badine pas avec le patrimoine français, d’autant qu’ici, la volonté de nuire était évidente :
Le viticulteur — quel salaud ! — faisait ses recherches méthodiquement, précisément là où les archéologues et autres chercheurs dûment accrédités ne vont pas.
Il profitait — quel fourbe ! — de l’expérience acquise auprès de son grand-père, probablement une autre pointure mafieuse dans le blanchiment d’argent et le trafic d’antiquités, et notre horrible individu s’était constitué — quel goujat ! — avec l’aide ancestrale et au cours des années, un véritable petit musée de plusieurs milliers de pièces diverses et variées qui n’auraient jamais été découvertes s’il n’avait pas pris la peine de sombrer dans sa coupable passion archéologique.

Heureusement, et pour peu que l’appel, interjeté par ce filou, n’aboutisse pas, cet archéologue amateur est à présent ruiné.
C’est bien fait !
Depuis quand la République peut-elle ainsi tolérer que des gens exhument son passé, s’en emparent, l’entretiennent et le fassent vivre ?
On commence comme ça et bientôt, on en vient à parler des racines celtiques, gallo-romaines, voire, pire que tout, chrétiennes de la France et là, c’est la porte ouverte aux heures les plus sombres de notre histoire !
Il était temps d’agir et grâce au remarquable travail de la douane qui a ainsi saisi quelques poignées de pièces anciennes, la France est maintenant un pays un peu plus sûr, un peu plus policé, un peu plus régulé.

C’est vraiment trop cool.

Et puis, savoir qu’il est formellement interdit d’aller, avec la seule permission des propriétaires, fouiller un terrain privé pour y trouver, éventuellement, une poignée de débris millénaires dont la large abondance enlève toute valeur réelle autre qu’historique, c’est indispensable.
Là encore, on peut se demander depuis quand la République autoriserait-elle ainsi deux adultes consentants à contracter ensemble, sans y mettre un frein et des bornes strictes ?
Laisser faire une telle chose, c’est s’assurer que le patrimoine sera exhumé par des gens qui y trouvent un intérêt, qui l’entretiennent sans limite, passion oblige.
Ce serait le début de musées privés qui, comme chacun sait, sont à la fois impossibles et tous pourris par le capitalisme galopant !

Compte-tenu de ces éléments, de Force Reste À La Loi et du principe que l’État C’est Plus Fort Que Toi, il n’y a donc aucune disproportion entre les faits et la sanction si l’on tient compte qu’il s’agit de faire un exemple et de frapper aussi fort que possible pour terroriser les citoyens au casier vierge, aux motivations bénignes et aux occupations sans danger pour autrui.

Depuis plusieurs années, l’État a entrepris d’être fort avec les faibles, et faible avec les forts.
En effet, la condamnation appliquée est une amende douanière et ceci n’est pas un hasard :
Comme dans d’autres cas tout aussi iniques que j’avais précédemment exposés (le cas des bingos de dangereux retraités/mafiosi est symptomatique), la douane joue ici le bras lourdement armé de l’État, et applique encore une fois une totale démesure entre les faits et la sanction (200.000 euros, tout de même).
Ceci montre que plus une administration est illégitime, plus elle s’éloigne de l’intérêt des citoyens et se rapproche de celui, très étroit et bien compris, de l’État seul, plus elle sera prête à utiliser un maximum de force pour que sa violence, aussi illégitime soit-elle, ne soit jamais diminuée ni remise en question.

Quel meilleur moyen que celui choisi pour frapper les esprits, les faire paniquer et oublier les questions pourtant essentielles ici :

Où est la victime, où sont les dégâts ?

L’État, celui qui n’a à l’évidence pas les moyens d’assurer les fouilles que des milliers de chercheurs passionnés entreprennent tous les ans ?
Les archéologues patentés, diplômés, officiels et autorisés, ceux qui œuvrent sur les sites déclarés, et donc précisément pas ceux concernés par les fouilles de ces passionnés ?
Les douaniers, qui ont peut-être besoin, avec ces amendes ridicules, de refaire le plein de la caisse de leur association sportive, en plus de leurs bingos illégaux mais jamais interdits ?
Allez savoir.

On peut raisonnablement s’interroger sur la portée des actions de l’État lorsqu’il poursuit ce couple.
En effet, en terme de pillage archéologique, ou bien l’État laisse les richesses dormir ou se perdre et n’en a absolument rien à faire (et n’a, de toute façon, absolument pas les moyens pour changer d’attitude), ou bien les récupère, par la force, des mains de ceux qui les ont découvertes, qui les entretiennent, et poursuit ces derniers vigoureusement pour avoir osé imaginer pouvoir faire le travail qui lui est normalement dévolu (mais qu’il s’empresse de ne surtout pas mener à bien).
Si pillage il y a eu, c’est bien du fait de l’État, qui fait tout pour mettre la main sur les richesses du pays pour, sous prétexte de les préserver, s’en assurer la jouissance exclusive.

Il faut se rendre à l’évidence :

le passé appartient officiellement à l’État.

Je ne suis pas sûr que ce soit bon signe.

H16 dans  son blog « Hashtable »

http://www.ndf.fr/poing-de-vue  du 12/08/2014

Israël Se Montre Bien « Attentionné » !

israel-300x218

La fête de l’Aïd El Fitr marque la fin du ramadan.

Israël et son premier ministre « Benyamin Netanyahou » célèbrent à leur manière la fête la plus importante de l’Islam.

Au peuple Palestinien.

Nous, Israël avons décidé de vous offrir le plus beau feu d’artifice que vous pouvez imaginer à l’occasion de la fin du ramadan.
Depuis 2 semaines, nous avons donné un aperçu de nos talents pyrotechniques, mais ce n’est rien à côté de ce que nous allons vous envoyer dans les jours à venir.
Notez au passage qu’Israël est le 5ème exportateur mondial d’armes, juste derrière la France.
Cette action militaire est l’occasion de montrer au monde entier notre savoir-faire.
Ils ont le salon du Bourget, nous, nous avons Gaza.
Pour toute commande, écrire à la rédaction qui transmettra.
Certains de nos concitoyens ne s’y sont pas trompés et se sont confortablement installés dès le premier jour sur une colline dominant Gaza pour admirer le spectacle.
C’est la fête, écoutez les pousser des cris de joie à chaque missile que notre valeureuse armée envoie sur vos maisons, tuant à chaque fois des dizaines de civils.
(http://www.youtube.com/watch?v=o5clNNBJ2hU#t=94)

Dans un premier temps, nous avons pris comme prétexte la nécessité de faire cesser les tirs de roquette du Hamas.
Oui, vous savez, ce groupuscule que vous avez décidé d’élire démocratiquement en 2006.
Bande de crétins.
La démocratie n’est pas faite pour vous, vous n’avez rien compris.
Si vous voulez que vos élections soient reconnues votez donc pour le bon candidat, celui d’Israël ou des occidentaux.
Ou alors foutez à votre tête des monarques corrompus  pleins aux as qui font des courbettes à l’occident.

Le Hamas, donc, tire des roquettes sur nos villes.
Nous prenons le monde entier à témoin.
Quel état accepterait qu’on envoie sur son territoire des missiles dans des zones habitées par des civils ? C’est inadmissible.
Insupportable.
Nous ripostons.
C’est normal, non ?
Quoi ?
Comment ?
Que fait l’armée Israélienne si ce n’est tirer des missiles sur des zones habitées par des populations civiles ?
Là encore, vous n’avez rien compris, bande d’abrutis.
Il n’y a qu’Israël qui a le droit de bombarder impunément des hommes, des femmes, des vieillards, et surtout des enfants.

Un missile du Hamas qui tue quelques fourmis dans le fond d’un jardin Israélien c’est un attentat terroriste.
Une bombe de l’armée Israélienne qui pulvérise des enfants Palestiniens jouant sur une plage, c’est un acte légitime d’auto-défense.
(html »>http://tempsreel.nouvelobs.com/le-conflit-a-gaza/20140717.OBS3974/gaza-ce-que-l-on-sait-de-la-mort-des-4-enfants-palestiniens-sur-la-plage.html)
Vous comprenez la différence ?

Le monde entier parle du droit d’Israël à se défendre contre les roquettes du Hamas, mais personne ne parle du droit des Palestiniens à se défendre contre les bombes d’Israël.
Vous ne comprenez toujours pas la différence ?
Non ?
Moi non plus.
C’est comme ça.
Demandez à Obama ou a Hollande, ils vous expliqueront.
Ou pas.

Bon d’accord, on a une fâcheuse tendance à multiplier les bavures.
Il y a quelques jours nous avons bombardé une école de l’ONU, tuant une quinzaine de personnes.
Aujourd’hui, nous avons bombardé un hôpital tuant encore plusieurs enfants.
Il y a quelques heures, des enfants qui jouaient dans un camp de réfugiés.
Attention, c’est pas notre faute, ce sont les drones qui déconnent.
On n’a pas encore pigé toutes les explications sur la notice.
C’est pas écrit en hébreu, c’est écrit en américain.
Et puis on teste nos armes.
Des bombes au phosphore en 2009, des bombes à fléchettes cette fois-ci.
C’est marrant les bombes à fléchettes.
Vous jouez jamais aux fléchettes ?
Ben, c’est pareil, sauf que la cible, ce sont des enfants qui courent.

Plus de 1 000 morts, 6 000 blessés.
C’est pas mal non ?
En 20 jours.
Ca fait un score moyen de 50 personnes par jour, sans compter les blessés qui ne vont pas s’en sortir, on devrait doubler facilement le nombre de morts.
Les nazis ont inventé les chambres à gaz pour tuer le plus de Juifs possible.
Nous, on a inventé la peine de mort collective pour tuer le plus d’arabes possible.
On cible un immeuble et boom, il s’effondre sur ses habitants.
Femmes, enfants, tout le monde y passe.
C’est pratique, il n’y a pas de tribunal, c’est autorisé par la communauté internationale et il n’y a aucune représailles, on peut recommencer régulièrement.

Quoi ?
Un génocide ?
Tout de suite, les gros mots…
Arrêtez de pleurer.
Vous allez pas apprendre à un Juif ce qu’est un génocide.
Nous on a été victimes de la Shoah.
Merde, quand même !
Quoi ?
Comment moi, Israélien, Juif, dont les ancêtres ont été victimes de la Shoah, je peux faire subir cela à un autre peuple ?
Mais vous déconnez ou quoi.
Après la Shoah, tout le monde à toujours dit « plus jamais ça ».
Mais personne ne m’a écouté quand j’ai dit « plus jamais ça… pour moi ».

Bon, avant de terminer, une spéciale dédicace pour nos précieux soutiens occidentaux, et en particulier la France.
La France est quand même le seul pays où la Ligue de Défense Juive n’est pas classée parmi les organisations terroristes.
C’est pratique.
On peut s’en servir pour créer des troubles à l’ordre public et ensuite interdire les manifestations.
La France le seul pays au monde à interdire les manifestations de soutien aux Palestiniens.
Ils sont gonflés.
Même nous on n’oserait pas.
On a beau tuer des enfants à coups de bombes, on ne plaisante pas avec la liberté d’expression, nous.
Hollande qui voulait trouver « un chant d’amour pour Israël et ses dirigeants ».
(http://www.youtube.com/watch?v=y3DRjD8qoKA)
Valls « lié de manière éternelle à la communauté juive et à Israël ».
http://www.youtube.com/watch?v=yXPlGml-x0k)

Difficile de trouver meilleurs soutiens à travers le monde.
Le 23 juillet à l’ONU, nos amis américains ont voté contre une résolution visant à enquêter sur de possibles crimes de guerre.
Les Français se sont abstenus.
Merci Manu.
Non mais, et puis quoi encore, on ne peut plus se taper des civils tranquillement sans se prendre une enquête internationale, ça va pas la tête ?
On n’est pas des miliciens pro-russes, faut pas déconner.

Trêve de…, ne rêvez pas non plus, trêve de plaisanterie.
Forts du soutien des gouvernements occidentaux qui nous regardent vous bombarder comme des veaux sans rien dire, on va continuer notre petite fête.
Palestiniens, vous ne valez rien, vos vies ne valent rien, la vie de vos enfants ne vaut rien.
Pas un état occidental ne lèvera le petit doigt pour vous protéger.
Pas un état arabe ne prendra votre défense.
On va continuer à s’essuyer les pieds sur vos cadavres.
C’est bon pour le moral de nos troupes, c’est bon pour nos ventes d’armes et c’est bon pour rappeler au monde entier qu’Israël est un état surpuissant.
Ok, ok, on ne fait pas vraiment face à une armée régulière armée et entraînée mais chuut, faut pas le dire.

Vous savez quoi ?
On va vous massacrer : hommes, femmes, enfants.
On va transformer vos maisons en tombes et vous enterrer vivants dedans.
Vous pouvez vous planquer dans les écoles, dans les hôpitaux, dans les bâtiments de l’ONU, on vous trouvera. Vous n’aurez plus un seul endroit où vous cacher.

Bon, je dois vous laisser, on va aller se taper Gaza city.
C’est la nuit et ça fait un vrai feu d’artifice, comme un 14 juillet, en mieux.
Regardez vos télés demain, ça va être marrant à voir.

Bonne fête de l’Aïd
Bibi,
Israël

Philippe Alain dans son Blog

http://www.ndf.fr/poing-de-vue  du 29/07/2014

 

 

israel-blason-armoiries-244x300

La Vraie France Y Voit Clair !

Cochon21

Les provinciaux ont leur vision de l’actualité !

Lundi 28 juillet, 12 heures 55.
Je suis sur une route du centre de la France.
Je dois rejoindre dans l’après-midi des amis, et décide de m’arrêter pour boire un coup et manger un sandwich vite fait, sur une petite route départementale.

Je vois un bar qui me paraît sympathique, dans un centre-ville d’une petite ville d’à peine un millier d’habitants.
Au bar, il y a deux femmes et un homme, bien habillés, qui paraissent de bons vivants.
Ils sont devant chacun un verre de rouge et un sandwich.
Le patron me demande ce que je veux, et je prends la même chose que mes voisins.

Je remarque alors une télévision, et découvre que c’est le journal de 13 heures de France 2.
Je n’ai pas regardé un « JT » depuis au moins une année, c’est terminé, je m’informe à présent sur « Fdesouche », sur d’autres sites internet, et regarde chaque soir « TV-Libertés ».

Résigné, je me dis que cette fois, j’y ai droit.
Et je ne vais pas être déçu, non seulement par le journal, mais surtout par les réactions de mes voisins.
Je décide, au début de rester silencieux, pour voir ce qui va se passer, et comment cela va réagir.

Première séquence, le coup de l’avion de la ligne Ouagadougou-Alger, et les trois jours de deuil national.
Dès que Hollande apparait, j’entends de suite les quolibets chez mes voisins.
« Tiens, voilà Ducon », dit l’homme.
« Quelle couyemol ! » ajoute ma voisine, dès que notre président ouvre la bouche.
Je me dis que cela commence bien.
Mais quand ils annoncent les trois jours, cela se déchaîne.
« Ils nous prennent vraiment pour des cons ! », dit l’autre femme, qui n’avait pas encore pris la parole.
« Tu paries que c’est un attentat ! » ajoute l’homme.
« Et comme ce con de Hollande taille des pipes sans arrêt aux Algériens, il leur colle trois jours de deuil, pour fayoter avec eux ».
J’écoute religieusement ces paroles, prononcées sans le moindre complexe, devant un patron qui parait les approuver.

A la fin du reportage, ils interrogent des Français qui paraissent approuver les décisions gouvernementales, et se flattent d’une communion nationale, autour de ce drame qui doit souder les gens.
« Faut pas demander où ils ont été chercher ces connards, à Solférino » grogne la première femme.

Je me dis que sous leurs aspects un peu bourrin, ces personnes paraissent parfaitement informés de la réalité politique de notre pays.

Deuxième reportage, sur les inondations dans le Nord.
Pas de commentaires.
Troisième reportage sur les inondations passées en Gironde.
Quelques banalités qui ne valent pas d’être relevées.

Quatrième reportage sur la SNCF.
Il paraîtrait qu’on a l’explication sur une collision entre un TER et un TGV.
Ce seraient les rongeurs qui auraient attaqué des câbles et provoqué un court-circuit.
Guillaume Pépy, le PDG de la SNCF, apparaît à l’écran.
Ma voisine allume la première :
« Et les quais trop larges, Ducon, c’étaient les rongeurs ».
L’homme paraît bien connaître le patron des cheminots, car il complète aussitôt :
« Tiens, voilà le veuf de Descoings, pas étonnant que cela marche si bien à la SNCF ».
L’autre femme, paraissant également bien connaître la question, ajoute :
« C’était aussi Madame Delanoë, tu savais pas ! ».
Et l’homme ajoute :
« Ah bon, pourvu qu’ils aient pas fait un petit ».
Tout le monde rigole, le patron aussi, et j’avoue que je m’esclaffe de bon cœur, malgré le politiquement incorrect qui domine dans ce bar.
J’aime cette gouaille, cette insolence populaire.
Et ce n’est pas terminé.

On parle d’un incendie de forêt géant aux Etats-Unis.
Tout le monde s’en fout, et en profite pour finir ce qu’il reste du sandwich.

Sixième sujet, le conflit israélo-palestinien, et comment se passe la fin du ramadan à Gaza.
On apprend d’abord qu’Obama a téléphoné à Netanyahou, cette nuit, et qu’il l’a engueulé.
Cela paraît énerver l’homme, qui gueule :
« Mais de quoi il se mêle ce connard, c’est lui qui reçoit des roquettes sur la gueule ? ».
Le reportage continue et on voit à Gaza des familles éplorées devant les photos des enfants morts sur une plage, bombardés par les méchants israéliens.

On reparle de l’Aïd-el-Fitr.
Cela irrite ma voisine, qui dit à haute voix.
« Ils nous font chier avec leur Aïd-el-Foutre, qu’ils aillent se faire fitr ! »
Nouvel éclat de rire de tous.
Les commentaires sur la tonalité du reportage sont très politiques, manifestement, mes voisins n’aiment pas les Palestiniens, ni le Hamas, et n’ont qu’une envie, comme le dira l’homme, à la fin du reportage :
« Qu’ils leur pètent la gueule une bonne fois pour toutes à ces fumiers ! ».

Il est à présent 13 heures 25. Je paie ma consommation, et ne prends pas de café, contrairement au trio, qui continue de regarder le journal télévisé.
Je pense qu’ils ont deviné, à plusieurs de mes réactions, que même si je les trouvais un peu « brut de coffre », j’étais globalement sur la même ligne qu’eux.
Je salue tout le monde, et chacun me répond plutôt amicalement.

Je reprends la route, et avoue m’interroger.
Que doit faire un correspondant de « Riposte Laïque », pendant ses vacances, confronté à une telle situation ?
La taire, sous prétexte qu’elle n’est pas politiquement correcte, et que je ne partage pas certaines expressions, ou la décrire ?
Je n’ai pas mis longtemps à faire mon choix…

Paul Le Poulpe

http://ripostelaique.com/  du n° 366, le 29/07/2014

Rame Adam, Tu Rêves Encore.

dent-or

Les hommes Français seraient-ils des lâches ?

Au journal de 20h jeudi dernier 10 juillet sur France 2, un « reportage sur le ramadan »…
Présenté ainsi, dormez en paix braves gens tout va bien !
On y voit une fille apporter de la nourriture à ses voisins…
D’après elle, TOUS SES VOISINS MÊME LES NON MUSULMANS, mais, étrangement, les non musulmans on n’en voit aucun !
A une question des journalistes elle répondra que le ramadan est pour elle une période de paix propice à la lecture,
-Du coran
-De la sunna
-Des hadiths…

Que de la lecture qui démontre bien que l’intégration, et bien, elle s’en moque, c’est l’islamisation de notre pays qui l’intéresse !
La mère, voilée et dont on ne voit que l’ovale du visage je crois bien qu’elle n’a pas dû prononcer plus de dix mots.
Bonne épouse musulmane, c’est le mâle qui parle !
Et il dit que le ramadan c’est la patience, la bienveillance, que même si on vous provoque il ne faut pas réagir.
(mais sans dire CE qui « provoque » un pieux musulman).

Mais au moins, et ça, ça a dû échapper aux journalistes, on voit que leur rupture de « jeûne » c’est une orgie de bouffe !
Sérieusement, il y a sur la table de quoi nourrir une famille durant une semaine !
Mais ce n’est là que le repas d’une nuit.
Et je n’imagine même pas le prix de ce REPAS (faudrait même l’écrire en plus gros pour coller à la réalité)
UN repas pareil, multiplié par le nombre de jour du ramadan, ça doit être un sacré budget pour des gens que journalistes et sociologues n’arrêtent pas de dire pauvres !

Moi, j’y ai vu une débauche, pas de la pauvreté !
Mais ce qui m’a mise en colère c’est le mensonge du père qui parle de PAIX !
Je vais tenter d’expliquer pourquoi.

Nous, nous avons quatre filles, la cinquième grandit en moi, il y a aussi mon frère qui est autiste et qui vit avec nous, plus ma maman, qui est presque notre voisine, dont nous nous occupons à tour de rôle avec mes soeurs.
Ça en fait des bouches à nourrir, et je n’ai pas le choix, nous, nous ne pouvons pas choisir un magasin, on vit en rase campagne, on va au plus près (40 minutes de routes tout de même) et le plus près et le plus avantageux, c’est « auchan », juste en périphérie d’Amiens.
Pour ceux qui ne connaissent pas la Picardie, sachez juste qu’il y a quatre cités vraiment proches du magasin et vous devinerez sa clientèle principale.
Mais comme déjà dit, pas d’autre choix (ou alors des kilomètres en plus)

Le père dans ce reportage parle de PAIX ?
Mais c’est du foutage de gueule !

Avec mon prénom, vous l’aurez deviné, j’ai un peu de sang Italien, les cheveux très noirs qui ondulent naturellement…
De dos, oui, je peux passer pour une Arabe, pour une musulmane.
Et je suis petite, 1,63m pour à peine 65kg alors que j’en suis à quatre mois de grossesse, je n’ai rien d’impressionnant quoi.

Et « crime lèse islam »… Je suis coquette !
On me dit plutôt jolie, pourquoi irais-je NE PAS ME METTRE EN VALEUR ?
J’ai mon style, Phil n’y trouve rien à redire, je ne vais pas cacher ce que je ne désire pas cacher, mes jambes ou mes bras…

Et bien pour certains  SI, JE DEVRAIS !

Je le vois dans leurs regards haineux quand je porte une jupe et un petit haut à fine bretelles !
Leurs femmes me haïssent pour cette liberté que j’ai et qu’elle n’ont pas.
Leurs hommes eux c’est pire, je suis une incitation au viol simplement parce que j’aime bien être élégante, ou sexy, ça dépend de mon humeur.

A mes premières courses après le début de leur mois « saint » j’ai dû être traitée de pute au moins 40 fois !
Même par des femmes !
Et sortir de ce magasin avec des jeunes qui « tiennent les murs » et vous sifflent ou vous insultent eux aussi, ça n’a rien d’agréable !

Bref, j’ai eu peur !

Phil n’aime pas la foule je le sais, mais tant pis.
Tant que le ramadan durera il viendra avec moi !
Changer de magasin ne servirait à rien, les harceleurs quadrillent très bien Amiens et sa proche banlieue.

Phil, la mode il s’en moque !
Lui c’est perpétuellement jean’s, grosses chaussures de marche, et si je lui demande, et là c’est le cas, tee-shirt sans manche pour que chaque cicatrice, chaque brûlure, chaque tatouage soit visible.
Il a même accepté de ne plus cacher ses cicatrices au visage durant nos courses.

Très étrangement, je ne me fais plus insulter !
Le ramadan peut donc être une période de paix…
Dommage qu’il faille un ex Légionnaire de 95kg de muscles marqué par des années de guerres pour bénéficier de cette « paix » !

Avec lui, je ne crains rien.
Je l’ai déjà vu seul contre plusieurs racailles d’importation…
A la fin j’aurai presque eu de la peine pour les racailles !

Mais moi j’ai une chance, mon mari est un ancien Béret Vert, une masse de muscle, et il peut gérer ses journées comme il l’entend.

Comment font les femmes françaises dont le mari n’a pas le même « pedigree » ?
Les célibataires, les divorcées ?
Et bien j’ai vu comment elles faisaient, elle s’adaptent !
C’est à dire qu’elles se préparent pour sortir en se rendant aussi peu provocatrices que possible selon les critères musulmans !
Et malgré ça, on lit la peur dans leurs yeux à elles aussi !

C’est CA la PAIX ?
C’est devenu CA la France ?
Navrée pour nos élus, mais je vais tout faire pour que mes filles haïssent cette France là et AIMENT ce que la France n’aurait jamais dû cesser d’être !

Et si mon cri de révolte est publié et qu’un harceleur le lit, j’aimerais juste poser une question : 

« pourquoi le gabarit de mon mari suffit-il à vous faire taire voire à fixer vos babouches ? Seriez vous lâches finalement ? »

Et aux hommes Français :

« Quand vous êtes témoins de ce que j’ai écrit plus haut, et vous l’êtes, pourquoi ne réagissez vous pas ?
Mon mari trouverait sûrement meilleure formule, mais, si un seul, UN SEUL d’entre vous réagissait, je pense que d’autres suivraient ».

Et à nos élus qui nous vendent…

Je dirais juste…
MERDE !  Vous êtes des traîtres !

Graziella.

http://resistancerepublicaine.eu/  du 14/07/2014

Chronique Hebdo De La Hollandie.

ecrire-e1382193574203

Tout va très bien Madame la France.

Une semaine finalement assez normale en Hollandie, faite de résultats économiques désastreux et de copinages mafieux.
Une bonne nouvelle, dans le classement des meilleurs dirigeants de la planète, pépère est en tête…
A condition de regarder la feuille à l’envers !

On continue de sombrer.
Une fois de plus, la Cour des Comptes (« CDC ») balance sévère :
Les chiffres données par le gouvernement sont bidons.
Elle a publié son rapport d’étape sur le budget annuel et elle envoie du lourd.
En clair, les engagements du gouvernement seront loin d’être tenus !
Et le déficit a de grandes probabilité de « tomber » à 4% du PIB cette année, contre 3,5 attendus…
Et contre 3% promis en 2013 !!!
En clair, les très célèbres 50 milliards d’économie sur les dépenses de l’état sont là aussi bidons !
La cour des Comptes est formelle :
Sur les 50 attendus, il en manque 30 !
20 milliards sont en effet des orientations décidées et actées mais le reste est encore plus que flou :
En effet, dans es documents officiels, il manque plus de 13 milliards dans la réduction des dépenses de l’État, 8,5 dans celle des collectivités locales et 7,9 dans celle de la Sécurité sociale.
D’autant plus que ces 2 derniers postes ne dépendent pas directement de l’état !
Autrement dit, si les collectivités locales ont recours à l’impôt ou à l’endettement, les économies ne se feront pas.
Comme en 2013, d’ailleurs, puisque les collectivités, malgré un gel des dotations de l’État, ont augmenté leurs dépenses de personnel de 2,5 à 7 % en 2013.
Et puis la « CDC » n’oublie pas de souligner que la prévision de croissance de Bercy est très optimiste, à 1%, et qu’il est très probable que les rentrées fiscales ne seront pas au niveau attendu.
On la rappelle :
Fin 2103, il manquait presque 12 milliards…
Bref, on le dit et on se répète, mais le sérieux budgétaire et le socialisme, c’est tout sauf compatible…

Les recettes de la CDC.
« Didier Migaud », ancien socialiste, n’y va pas par 4 chemins pour essayer de rentrer dans les clous budgétaires de ce que le gouvernement a lui-même promis :
geler (pour de vrai) le salaire des fonctionnaires, en baisser les effectifs et augmenter leur temps de travail.
C’est du bon sens, étayé par des études répétées sur la question :

« Plusieurs enquêtes menées récemment par la Cour montrent que la durée effective de travail est assez souvent inférieure à la durée légale et qu’il serait nécessaire de ramener la première au niveau de la deuxième. »

A force de le crier, quelqu’un va bien finir par l’entendre…

Le vert est clair…
La madone du Poitou, la tarée du chabichou était formelle :
Attention, la loi sur la « transition énergétique » allait envoyer du lourd…
Autant dire qu’on a vu et qu’on s’est bien marré !
Parce que là encore, la lucidité commence à se faire sentir et nos peintres sont revenus ardemment sur un texte qui s’annonçait comme emblématique du quinquennat.
On pouvait donc craindre réglementations, impôts, machinerie administrative.
Au final, exit la fin du nucléaire, adieu les énergies renouvelables qui devaient révolutionner la face du monde, « bye bye » les belles promesses faites aux Verts pendant la campagne !
A part quelques crédits d’impôts pour ceux qui voudront isoler leur yourte (s’il reste un peu de pognon), il ne reste finalement rien dans cette loi, si ce n’est la fin des tarifs sociaux de l’électricité au profit d’un « chèque énergie »…
Du très très lourd, donc…
Ainsi s’achèvera le quinquennat le plus insignifiant de la 5° République.

Le médiateur pris les doigts dedans..
C’est drôle.
Très drôle même.
Le député socialiste chargé de « médiater » le conflit des intermittents s’est illustré cette semaine.
Il a fustigé les points de vue irréconciliables des tous les acteurs de ce drôle de dossier…
En clair, les partenaires sociaux ont signé un accord.
Dans la règle définie par Pépère, il s’impose à tous.
C’est sa grande tactique :
Quand il fait dans son bénoche et qu’il ne veut pas prendre de décision, il balance le sujet aux « partenaires sociaux ».
Et c’est à eux de se démerder.
En l’occurrence, ils ont trouvé un accord, le gouvernement est prêt à l’entériner mais les intermittents, eux, n’en veulent pas.
Ou comment se faire péter à la gueule le fameux dialogue social érigé en alpha et oméga de la politique.
Alors, le quidam qui se retrouve à essayer de mettre tout le monde d’accord est obligé de dégoupiller.
Il l’a fait cette semaine sur Twitter, en montrant dans un très joli dessin que les positions des 2 ministres (Rebsamen et Filippetti) étaient parfaitement irréconciliables, tout comme les positions des syndicats, de leur base et du Medef.
Donc le dilemme est assez simple :
Soit le gouvernement cède et il peut dire adieu au tout petit début d’idée de réforme, quelle qu’elle soit.
Soit il ne cède pas et il achève de remonter le monde de la culture contre lui, tout en condamnant les fameux festivals de l’été…
« Good Luck » les peintres…

Petits et grands privilèges entre copains…
Chaque jour qui passe nous apporte son lot de copinage, de passe-droit, de privilèges dont la grassouillette république socialiste se repaît chaque seconde, aux frais des pauvres couillons qui bossent.
Cette semaine, donc, c’est au tour de la numéro 2 de la région Ile de France, Michèle Saban, d’être épinglée par Marianne :
Elle occupe un logement social, un 70 M2 dans le 13° arrondissement de Paris pour un loyer de plus de 30% inférieur au prix du marché.
Et le plus drôle, c’est que cette dame compte parmi ses fonctions d’élue, l’attribution du logement social…
En clair, elle a voulu expérimenter, quoi…
Bon, depuis 10 ans qu’elle occupe l’appart’ en question, on peut penser qu’elle a fait le tour, non ?
Il faut le dire qu’elle y tient, elle l’avait d’ailleurs chanté dans Libération en 2011, décrivant son appartement « social » en ces termes :

« un atelier d’artiste cosy, une bonbonnière moderne, le tout perché dans le ciel de Paris.
En contrebas coule la Seine et juste en face, le Ministère des Finances. »

Le logement social, c’est le logement pour les socialistes, quoi…

Petits privilèges… 2 !
Sa sommité Jack Lang, grande défenseuse de la veuve et de l’orphelin devant l’éternel, aujourd’hui recasé à l’Institut du Monde Arabe, a été cash.
La vidéo fait le tour du web cette semaine.
Selon sa magnanime personne, il serait « anormal qu’une personnalité telle que lui-même soit payée moins de 9000 euros par mois ».
En réponse à une question sur son salaire à la tête de l’IMA…
On voit qu’on n’en a pas tout à fait fini avec le copinage hollandiste qui coûte cher…

Privilèges et patate douces… 3 !
La Suisse se réveille et sort cette semaine une enquête de journalistes helvétiques sur l’évasion fiscale des français au bord du Léman.
Et comme par enchantement, le nom de Cahuzac sort également.
Et c’est pour soutenir la thèse que la somme trouvée, en l’occurrence 600 000 euros, était en fait du pipi de chat par rapport à ce qu’il semble réaliste d’envisager !
Plusieurs sources de l’enquête évoquent plutôt des montants autour de 15 millions d’euros…
En cause, son activité de conseiller technique au cabinet de « Claude Evin », ministre de la santé sous Rocard… et conseiller privé auprès des grands labos pharmaceutiques…
C’est savoureux, n’est-il pas ?

Privilèges et foutage de gueule… 4 !
« Julliard », l’ancien activiste de l’UNEF et actuel premier adjoint de la chèvre qui tient lieu de maire à Paris, s’est illustré cette semaine.
La semaine dernière, il n’était pas au Conseil de Paris.
Et pour cause, il poussait de la fonte (et peut être pas que…) dans un club de fitness huppé du 4° arrondissement.
Autre chose à foutre, quoi.
Bon, la seule remarque, c’est que son « job d’élu » est indemnisé à hauteur de 5000 euros nets par mois.
Pas belle la vie ?

Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir ?
On dirait un mur, bien épais, bien dur.
C’est ce qu’elle a reconnu cette semaine :
Il va manquer 400 millions dans les caisses de Paris pour boucler le budget de la ville l’année prochaine ! Merci « la Baronne Bertrand », pour cette gestion aux petits oignons, sans jeux de mots.
400 millions, c’est donc le trou béant dans le budget laissé par 2 mandatures socialo-communistes.
C’est au bas mot 285 euros par contribuable parisien, si on considérait que TOUS les parisiens payaient des impôts.
Ce qui est loin d’être le cas, on vous rassure, seuls les travailleurs salariés moyens seront une nouvelle fois saignés :
C’est l’éternelle recette de cette gauche qui n’en finit pas de crever.
On rigole quand on écoute comment elle compte s’y prendre pour éponger son énorme dette (rappelons quand même elle était première adjointe, cette très mauvaise gestion est quand même aussi la sienne !) :
louer des terrains, vendre quelques actifs immobiliers…
Ben ma grande, à part troquer la Tour Eiffel, l’Arc de Triomphe et le Louvre aux Qataris, va falloir que tu te sortes les doigts parce que 400 millions, ça ne se trouve pas comme ça…
Ah la gauche : pour elle, l’argent n’est jamais un problème.
Surtout quand c’est celui des autres …

Leurs élus ont du talent…
Décidemment, en voilà un qui devient un abonné de notre petite chronique hebdo !
« Freygefond », patron du PS de Gironde, était déjà dans ces lignes nauséabondes la semaine dernière.
C’était pour harcèlement contre son ancien Dir Cab.
Cette semaine, c’est pour trafic d’influence et corruption.
Il est convoqué par le tribunal correctionnel après 48H de garde à vue…
Il a juste bénéficié de largesses d’un promoteur immobilier à qui il avait cédé des terrains municipaux…
Et a fini par faire construire sa maison dessus, sachant qu’il a payé le terrain une bouchée de pain.
Bref, du copinage de pourriture comme on aime !

Les symboles, ah les symboles !
Il en est à gauche qui comptent beaucoup, de symboles.
Et ceux qui furent les têtes d’affiche de la culture bobo généreuse font partie de ceux-là.
« Jean-Luc Godard » fait partie de cette caste d’empereurs du Bien, intouchable qu’il est de par son cinéma abscons.
Et quand un symbole tel que lui se prend les pieds dans le tapis, soit ça fait beaucoup de bruit.
Soit les medias n’en parlent surtout pas.
Ainsi, en fin de semaine dernière, notre Jean-Luc national a déclaré au Monde que « pépère » aurait du nommer Marine à Matignon.
Au moins il se serait passé quelque chose, a-t-il ajouté !
Godard au rassemblement Bleu Marine, c’est pour le moins caustique !
Couillon que la vieille Tatie Danielle soit partie si vite, elle aussi aurait pu franchir le Rubicon et venir s’échouer dans les bras des Le Pen…
Y’aurait eu comme une logique, parce que chez les Mitterrand, on n’est pas raciste :
Après Frédéric chez Sarkozy et Gilbert chez les juges, franchement, rien ne retenait Danielle de monter au Front…
La faucheuse ne lui a pas laissé le temps…

En tête… mais à l’envers !
Les medias nationaux se font peu l’écho de la manière dont sont jugés nos faux dirigeants mais vrais socialistes à l’étranger.
Cette semaine, c’est « Bloombertg » qui a publié sa grande enquête annuelle auprès des grands patrons mondiaux. Cette enquête porte sur le jugement des dirigeants politiques auprès des grands investisseurs internationaux.
Au palmarès, Merkel tape la première place, avec 76% devant Cameron à 60% et Shinzo Abe à 54%.
Et qui arrive bon dernier de la classe, avec 11 petits points ?
Notre pépère à nous ! Il se paie même le luxe d’arriver derrière Poutine dont on peut dire que les tendances militaro-guerrières ne contribuent pas à priori à rassurer les investisseurs…
Et bien par ses décisions, par sa politique, par son amateurisme et son dogmatisme fiscal notamment, le petit gros fait fuir les investisseurs qui préfèrent aller foutre leur blé en Russie et risquer une guerre régionale que de le placer en France.
Il va vraiment falloir s’en débarrasser rapidement…

Faute avouée… certainement pas pardonnée ! 
La gauche a le hoquet.
Et à chaque soubresaut, elle recrache telle une hydre malade une part de sa vérité.
C’est Valls d’abord qui, le weekend dernier, va s’afficher au bureau national du PS pour faire pleurer tout le monde :
Sa déclaration choc « la gauche peut mourir » a fait le tour des rédactions.
Avec une erreur d’analyse des commentateurs, forcément :
Là où les bricolos ont vu un appel à l’unité avant quelques votes à haut risque pour lui, certains ont entendu que lui seul permettrait à cette gauche d’être au second tour de la présidentielle de 2017, face à Le Pen… Pépère a du apprécier…
Mais prise littéralement, on apprécie cette lucidité :
Oui, la gauche peut mourir, et il le faudrait même !
Trois jours plus tard, le même Valls a reconnu à l’Assemblée que « certains » avaient considéré que l’anti-sarkozysme tiendrait lieu de programme.
Les oreilles du petit gros reclus dans son palais ont du siffler…
Enfin, c’est Don Bartolone, le parrain du 9-3 qui est allé de sa tirade d’auto-flagellation :

« On a trop surfé sur le rejet des gouvernements en place et on n’a peut-être pas assez travaillé. Il faut qu’on rattrape ça.
C’est une erreur collective, individuelle aussi ».

Décidemment, cette semaine, y en a un qui a du se foutre des boules Quiès dans les écoutilles tellement on a parlé de lui…

-A part ça, le Mondial Brésilien a commencé :
L’Algérie a perdu son premier match contre la Belgique et ses supporters avaient de quoi être déçus :
Voitures brûlées, attaques de pompiers, tir au mortier sur des policiers…
Tout cela en France, naturellement !
Mais on n’en parle peu dans les medias, parce que vous comprenez, déjà que la défaite est difficile à avaler, si en plus on stigmatise leurs comportements…
Les pauvres.
-A part ça, à Pierrefite, on n’attend rien de la justice :
Dans cette riante banlieue pourrie, quand un môme rom commet un larcin, on se réunit entre « grands frères », on va le chercher dans son bidonville et on le tabasse à mort.
Finalement, je me demande si ces gens-là ne seraient pas mieux en Syrie…
-A part ça, le PS reconnaît à demi-mot une hémorragie de ses militants :
25000 cotisants se sont barrés dans l’année, ceux-là s’ajoutant aux 30000 élus sur le carreau tombés lors des municipales de mars dernier.
La gauche s’assèche, les gars…
Faut pas mollir, les gars, on va finir par s’en débarrasser…
-A part ça, rien.

http://www.les4verites.com/  du 20/06/2014

Parlons Peu Mais Parlons Bien Français.

gobelet

Une « fournée » et le « jour des camps ».

Fournée est donc le dernier mot tabou dans le beau panorama intellectuel de la douce France.
Littré, Larousse, et autres doivent s’en retourner dans leurs tombes.
« Bon sang mais c’est bien sûr » aurait dit le commissaire Bourrel.
Comment n’y ont-ils pas pensé plus tôt ?
Et nous ?
Nous y pensons.

Qui penche pour une gaffe monstrueuse,
qui pour le psychanalytique meurtre du père,
qui pour un coup de billard à huit bandes,
qui pour…
qui pour…
on ne sait…

Mais fallait-casser trois pattes à un canard dans cette affaire ?
Et quel est le canard boiteux ?
That is the question.

En effet, pratiquement tous les mots de la langue française peuvent déclencher l’ire du « Patrick » de passage.
Quant au phrases entières, c’est pire.

Preuve à l’appui : la photo illustrant cet article.
Il s’agit d’un gobelet à café provenant d’une respectable chaîne de restauration rapide canadienne.
Que lit-on ?
Horreur de l’horreur, abomination de la désolation :
Le Jour des camps !
Oui, vous avez bien lu :
Le Jour des camps !
Ce qui nous ramène bien entendu, dans l’inconscient collectif savamment entretenu, aux tristes camps des jours « les plus sombres » de notre histoire.

Mais comme si cela ne suffisait pas, détaillons ce gobelet :
Les mots se détachent sur un fond vert dont la nuance grise évoque discrètement la tenue feldgrau des « verts-de-gris » de la dite époque « la plus sombre ».

Un pas de plus dans l’horreur :
-Dans la partie inférieure gauche, sur fond orange, deux piques croisées perpendiculairement n’attendent que quatre brindilles supplémentaires bien placées pour dessiner une croix gammée de la pire espèce.
Certes, elle n’existe pas, mais, qui sait… ?
-Dans le coin inférieur droit, un foyer allumé fournit la preuve indispensable de l’indicible machination :
Les branches brûlant sont au nombre de cinq, qui, en symbolique numérologique, représente la vie.
Il s’agit donc d’un message caché représentant le feu dévorant la vie dans cette triste journée des camps à l’ombre de « verts-de-gris » préparant leur symbole honni.

Et comme si tout cela ne suffisait pas, n’oubliez pas la date de ce Jour des camps : le 4 juin.
Un rapide coup d’oeil sur un site encyclopédique vous apprendra à retenir (entre des dizaines d’anniversaires) celui de la nomination de Léon Blum comme président du Conseil en 1936, ou de la naissance en 1986 d’Arthur Dreyfus, journaliste et écrivain français dont le nom pourrait évoquer la célèbre et dramatique affaire.

En réalité, cette valorisation du Jour des camps nous invite à donner notre obole et en retournant ce gobelet nous lisons :

« Cette année, grâce aux dons amassés lors du Jour des camps, plus de 17 000 enfants provenant de foyers économiquement défavorisés profiteront d’une expérience enrichissante dans l’un des six camps de la FTEH en Amérique du Nord. »

Il est bien entendu que les délires présentés dans les lignes précédentes sont particulièrement peu ragoûtants et n’auraient jamais dû être écrits, sauf dans un mauvais roman de nazi-fiction.
Toutefois, un esprit emporté pourrait encore inventer d’autres fumisteries.
Ce fameux gobelet ne vous rappelle-t-il rien ?
Personne ?
Cherchez bien !
Vous donnez votre langue au chat ?
Gobelet… Goebbels !
Bon sang, mais c’est bien sûr (encore le commissaire Bourrel).

Alors, Patriiiiiiick nous dira :
« Tout dépend de qui prononce le mot ou la phrase. »

Accordons-lui d’avance ce bon point.
Tout dépend de la personne, du contexte, des intonations, et même des signes associés que la neuro-linguistique nous apprend à reconnaître.
Patriiiiiiick a raison.
Nous n’avons plus qu’à prendre pour argent comptant cette remarque incisive, à faire amende honorable, et à revenir à ce jeu spéculatif du début :
Quelles étaient les intentions exactes du locuteur ?
Ou pire, s’agissait-il d’une émergence de son inconscient coupable ?
Car la psychologie nous dévoile le sens réel des erreurs de langage.

Sauf que…
Sauf que…
La même constatation s’applique alors à tous les intervenants de cet imbroglio médiatico-politique…
Et tout autant à Monsieur Bruel.

Puisque toutes les interprétations, tous les choix sont possibles, la question des intentions claires et de l’inconscient obscur de Monsieur Bruel se pose avec autant d’acuité qu’il en a mis à interpréter la phrase initiale.

Alors, qui nous dira quelles furent ses intentions en orientant « a priori » cette fameuse fournée dans un sens tristement évocateur des malheurs du peuple juif ?
Patriiiiiiick avait-il besoin d’un regain de publicité ?
Pourquoi pas ?

Devait-il, pour une raison que nous ignorons, être plus royaliste que le roi ?
Faire acte public de judéité ?
Alors que tant de personnes, atteintes dans leur chair ou celle de leur famille méritent le double respect de victimes et de dignité.

Ce faisant, n’a-t-il pas ravivé des plaies chez des personnes qui pourraient le lui reprocher fortement ?

En joueur de poker intelligent, reconnu, habile à maîtriser ses comportements et à percer l’adversaire, a-t-il réellement décelé une perfidie ?
S’est-il auto-intoxiqué à son propre jeu de supputations ?
A-t-il voulu pousser plus loin le poker menteur ?

Plus profondément, regrette-t-il d’avoir choisi ce pseudonyme de BRUEL dont vous chercherez l’anagramme ?
Ah, que l’inconscient est une étrange machine qui peut se retourner contre celui qui croit la diriger !

Au fond, Monsieur B. – comment le nommer maintenant ? – joue peut-être la version modernisée des Pharisiens d’antan ?
Eux affichaient à grands gestes leurs témoignages sabbatiques dans la synagogue.
Lui dénonce son diable à grands cris devant les médias.

Chacun fait ce qu’il peut pour exister.
Il eût été plus sain pour l’état de la France que cette chronique n’eût jamais eu lieu d’être.
Mais Patriiiiiiick l’a voulu, et aucun ténor n’en sort grandi.

Pierre-François Ghisoni

http://www.ndf.fr/poing-de-vue  du 20/06/2014

Notre Pépère Est En Danger De Mort !

rire-grimace-

Les terroristes d’un jour sont les héros du lendemain…

L’affaire est grave, voire inquiétante… Notre Pépère est en danger de mort !
Non pas parce qu’il roule sans casque comme une vulgaire racaille des cités, non, mais parce que six mois après que le monde entier l’ait vu à Riyad brandir le glaive islamique en affirmant, sur le ton de la blague de camping, «j’en aurai bien besoin », notre bon François se voit menacer en personne par ces islamistes qui lui ont volontiers prêté leur armement anti-chrétiens mais n’ont pas su apprécier l’humour présidentiel à sa juste valeur.

Pourtant, d’après le sénateur « Christian Cointat » qui s’est presque excusé d’avoir lu le coran, celui-ci serait tout ce qu’il y a d’inoffensif et ne prêterait donc pas à trucider qui que ce soit ni n’inciterait à la haine :

« je me suis permis de lire le coran, c’est tout à fait un message d’amour »,

a t-il déclaré avec force conviction, ayant sans doute piqué du nez avant la lecture de la sourate 9.

Déjà ces jours-ci, « Roland Dumas » avait eu un comportement hostile à son égard, commettant lui-même un attentat sur Pépère en déclarant que celui-ci détenait plusieurs maîtresses en sus de la petite « Julie », celle dont on attend toujours qu’il la sorte. Autant dire que la semaine démarrait sous de bien mauvais auspices.

Les islamistes, un rien rancuniers envers le « Don Quichotte » des courbes du chômage qui fait du vent partout où il passe, ont menacé ce dernier qu’ils ont accusé de soutenir «le nettoyage ethnique» et les « croisades » contre les musulmans en Centrafrique et au Mali.
Il s’agirait plus précisément de moujahidines affiliés à Al-Qaïda dont le message de paix, d’amour et de tolérance est le suivant :

« À nos loups solitaires en France, exécutez la tête de l’athéisme et de la criminalité.
Terrorisez son maudit gouvernement, faites les exploser et faites leur vivre l’horreur
 ».

Alors bien sûr, les 0,5% de gens convaincus que François est le meilleur président de la Ve République risquent maintenant de se faire des cheveux blancs, angoissés à l’idée d’une telle explosion gouvernementale.

Et on le comprend, ce serait une tragédie pour le pays.
Imaginez l’attentat à la ceinture explosive…
Un morceau de Valls heurtant en plein vol un pigeon ramier, une jambe de Taubira atterrissant au beau milieu d’une rangée de Veilleurs en train de manger des bananes, Fabius décanillé en pleine sieste pour finir sur le repose-pieds du fauteuil de Bouteflika, ou encore le bidon bien tendu de Pépère sombrant lourdement dans la fosse à purin d’un Bonnet Rouge.
Le djihad dans toute son horreur, le drame absolu, la dévastation, le chaos.

Les Français seraient rendus orphelins, privés de blagues potaches à jamais et de ces inénarrables petites foulées sous une pluie battante dont seul Pépère avait le secret.
Mais le pire de tout cela, le plus grave, c’est qu’inévitablement cela ferait le jeu du FN.

Les djihadistes ont exigé des mahométans en résidence dans notre pays qu’ils « retracent le chemin de Mohamed Merah et déclenchent la guerre en France ».
N’écoutant que son bon cœur, « Esther Benbassa », que des mauvaises langues ont baptisé la « méduse urticante » et dont « André Bercoff » a estimé qu’elle était « à l’écologie et à la politique ce que la danse des canards est aux ballets Bolchoi », a déclaré que le djihad ne serait que l’expression d’un malaise social, ajoutant que «chaque groupe répond à son désespoir à sa façon, les uns votent extrême droite, les autres deviennent djihadistes ».

Prolongeant ce moment de clairvoyance fulgurant, cette écologiste née a fait un amalgame assez cocasse bien qu’hermétique au commun des mortels ne possédant pas sa logique, en assimilant le risque de trépas avec le passage des contrôleurs dans les transports, à l’occasion d’une interview sur le jihadiste Mehdi Nemmouche :

« On prend tous les risques sachant qu’on va mourir
(…)
Le présumé coupable de l’acte terroriste du musée juif de Bruxelles a pris quand même un bus qui est souvent contrôlé
 »…

La menace frappant le locataire par accident de l’Elysée est prise très au sérieux par les services de renseignement, et si l’on excepte ces 0,5 % de Français plébiscitant le Tulliste le plus clownesque de France, les 99,5% d’autres Français pourraient, quant à eux, espérer secrètement que cette menace soit mise à exécution, quitte à faire une trêve passagère avec les intégristes musulmans, juste le temps de ramasser les différents membres éparpillés du gouvernement.

On s’arrêtera un instant sur cette petite phrase de celui qui semble savoir quelque chose mais ne nous dit pas tout, je veux parler du sénateur socialiste et secrétaire général du Syndicat de la Magistrature Jean-Pierre Michel qui, dans un esprit d’à propos dont on saisit pleinement la substance à la lumière de cette menace extrême sur notre président tant aimé, a déclaré d’un ton sentencieux :

« les terroristes d’un jour sont des héros le lendemain ».

Caroline Alamachère

http://ripostelaique.com/  du n°359, le 15/06/2014

 

 

Sortir De Cette Europe Sera Historique !

union d'épines

Sortir de l’Europe, c’est sortir de l’Histoire ?

« Sortir de l’Europe, c’est sortir de l’Histoire », nous menace sans rire François Hollande dans une récente tribune du journal « Le Monde ».
Ah ! il ne nous épargnera rien, celui-là, le petit bonhomme dans son costume de président beaucoup trop grand pour lui.
Il se hasarde, mal inspiré, mal conseillé sûrement, il tente de petites phrases beaucoup trop grandes pour lui. Il n’a pas pensé, sans doute accaparé par le maintien de sa cravate, qu’une phrase creuse, en regard d’un avantage négligeable, offre une occasion inespérée au contradicteur comme à l’esprit mal intentionné d’y mettre tout ce qu’il veut.
À ce sujet, les maigres deniers publics ne pourraient-ils faire l’économie de la grasse rémunération du puissant rhétoricien qui a soufflé ce morceau d’anthologie de la vacuité à son patron ?

Car, enfin, Monsieur le communicant, c’est la grande pensée qui fait les grands mots, et non les grands mots qui font la grande pensée.
C’est le B.A. BA du métier, cela, non ?…
Mais peut-être n’en êtes-vous pas encore là ?
Il est vrai que vous avez par ailleurs tant à faire avec la réalité, cette inconnue farouche et rebelle qui vous attendait derrière la porte du pouvoir et qui se dresse depuis sur votre chemin.
C’est qu’elle n’est pas commode, la rombière, pas malléable pour un rond… et puis cette manie qu’elle a de rendre aux socialistes qui nous gouvernent depuis quarante ans, aux idéologues en général, le mépris qu’ils lui portent !

Fichue réalité, oui, qui par exemple enseigne avec obstination à toute personne de bon sens que le lapin pris au collet doit reculer s’il veut s’en sortir, et non s’acharner comme il le fait bêtement dans une fatale fuite en avant.
Cette dure réalité qui enseigne au boxeur, qui subit un orage de coups qu’il ne peut dominer, à reculer autant que possible, à esquiver en resserrant sa garde, à se replier sur lui-même pour se protéger, reprendre autant que possible son souffle, rassembler autant que possible les forces qui lui restent, se mettre autant que possible à l’abri avant – qui sait ? – de repartir à l’attaque au premier rayon de soleil.

À moins que… mais oui, bien sûr !
À moins que considérant, avec raison cette fois, que l’Histoire est faite de bouleversements, de cahots, de chaos, vous fassiez référence, toi et ton patron, au vigoureux déclin que subit notre pauvre vieux pays depuis qu’il s’enfonce, grâce à vos efforts soutenus, qu’il se dilue dans ce que, par sombre calcul sans doute, vous vous acharnez à appeler « Europe », et que pour ma part je persiste à appeler par son nom : Union européenne ?
C’est-à-dire un machin, comme aurait dit l’autre, un vulgaire machin… un machin infernal.

Car alors, nous serions pour le coup entièrement d’accord et je glisserais aussitôt mes excuses les plus plates sous la porte de l’Élysée : ce déclin est effectivement historique.
Il faut en sortir.
L’état de totale sujétion de notre pays à l’Oncle « NSA », par exemple, est effectivement historique.
Il faut en sortir.
L’état d’abandon de la France dans la dilapidation de son patrimoine industriel est historique.
Il faut en sortir.
Son état de sidération face à la funeste menace pesant sur sa culture, ses traditions et surtout la paix civile, représentée par une immigration non assimilée est historique.
Oui, vous avez mille fois raison :
Il faut en sortir.
Il était temps que vous vous réveilliez.
Je vous félicite de bon cœur pour ce sursaut, Monsieur le Président, moi le persifleur amer qui jusqu’à présent considérait qu’on reconnaît les politiciens français en ceci qu’ils attendent qu’il soit trop tard pour continuer à ne rien faire.

« J’ai passé à côté du monde, et j’ai pris l’histoire pour la vie », notait Michelet en préface à l’édition de 1869 de son Histoire de France.

Vous prenez l’avenir pour l’Histoire, Monsieur le Président, et l’avenir n’est pas un itinéraire qu’on suit, c’est une voie qu’on ouvre.
Ouvrez-la, et gageons que l’Histoire vous suivra.

Maxime Sentence

http://www.bvoltaire.fr/  du 24/05/2014

Tous Les Hymnes Chantent La Violence.

tambour1

Et l’Internationale, ce n’est pas violent, camarades ?

L’acteur « Lambert Wilson » déclare que les paroles de la Marseillaise sont « épouvantables, sanguinaires, d’un autre temps, racistes et xénophobes, inécoutables »…

Allonzenfants !

La déclaration de monsieur « Lambert Wilson » au sujet de la Marseillaise est bête car c’est un anachronisme :
on ne juge pas des textes anciens avec nos critères actuels et en dehors de leur contexte historique.
En tant qu’acteur dont la profession consiste à interpréter des pièces de théâtre écrites il y a des siècles, il devrait le savoir.

A l’aulne de Lambert, les héros de Corneille et Racine devraient se trouver en tôle au lieu de parader sur les planches de la Comédie Française, et les acteurs qui les interprètent devraient être poursuivis pour instigation à toutes sortes de  violences.

Mais quand même, à quelque chose malheur est bon et attirer l’attention sur les hymnes c’est intéressant.
Lire les textes in extenso sur Wikipedia, ça vaut la peine!

Quand je vois le « Haka Ka Mate » des « All Blacks » dans lequel apparaissent les paroles « c’est la mort, c’est la mort »… je me dis… bigre, ils ne plaisantent pas…
Pire dans leur « Kapa Haka » ils visent le « souffle de la vie » et terminent leur danse en mimant l’égorgement… Le message est clair !
Alors, si les joueurs français leur mimaient, comme il se doit, « le sang impur qui va abreuver nos sillons… » … ils auraient peut-être plus de chance de gagner le match ?

Plusieurs textes précèdent, mais la version actuelle de l’hymne belge est tout aussi intéressante :
« Après des siècles d’esclavage, le Belge sortant du tombeau, a reconquis par son courage, son nom, ses droits et son drapeau. »
Oui, oui, mesdames et messieurs, le Belge a subi des siècles d’esclavage sous la botte colonisatrice des Romains, Goths, Visigoths, Ostrogoths, Huns, Vikings, Anglais, Espagnols, Hollandais, Autrichiens, Allemands, Français…
Oui, oui et ça pendant des siècles c’est-à-dire au moins 2000 ans !
Avant, je ne sais pas… bien que des « indo-européens » flottent dans les brumes préhistoriques…
Nous, les Flamands, nous avons toujours été victimes du déferlement de hordes barbares et nous les Flamandes, même de lazzi de la part d’énergumènes misogynes à la Jacques Brel !
N’est-il pas temps de  demander de profondes repentance et des justes dommages ?

Mais ces paroles sont  aussi un message d’espoir pour les autres pays qui ont subi les mêmes outrages :
Si le Belge a su sortir de son tombeau, il n’y a pas de raison pour que les autres n’y arrivent pas !

L’hymne allemand :
« L’Allemagne, l’Allemagne au-dessus de tout, par-dessus tout au monde. »
O.K., c’est bon, après les deux premiers vers on a déjà tout compris…

Et l’hymne national Suisse :
« Sur nos monts, quand le soleil annonce un brillant réveil et prédit d’un plus beau jour le retour, les beautés de la patrie parlent à l’âme attendrie.
Au ciel montent plus joyeux, au ciel montent plus joyeux, les accents d’un cœur pieux, les accents émus d’un cœur pieux. »
Il y a quatre strophes de cette mouture… c’est autre chose… ben oui…c’eest laa Swuisss…
« y a pas l’feu au Lac… » et y a du bonheur dans les vieux chalets là-haut sur la montagne …

Au passage ne ratez pas ce must:

Image de prévisualisation YouTube

Je vous fais grâce de la version italienne :
« Quando bionda aurora il mattin, c’indora l’alma mia t’adora, re del ciel Quando l’alpe già rosseggia a pregare allor t’atteggia in favor del patrio suol… »
Après 35 ans d’italien, le langage manzonien reste trop hermétique pour moi…

Et l’hymne d’Israël
“Tant qu’au fond du cœur l’âme juive vibre et dirigé vers les confins de l’Orient un œil sur Sion observe, notre espoir n’est pas encore perdu, cet espoir vieux de deux mille ans :
être un peuple libre sur notre terre, terre de Sion et de Jérusalem, être un peuple libre sur notre terre, terre de Sion et de Jérusalem.”
[Il a été écrit en Ukraine en 1878, par « Naftali Herz Imber« , sous le nom de »Tikvatenou« (Notre espoir).
La musique a été adaptée en 1888 par« Samuel Cohen », d’après une mélodie populaire roumaine de Moldavie.]
C’est tout ?
Ben oui, le romantisme de l’âme slave suffit à la conquête du Néguev…

Ah, mais jusqu’à présent nous n’avons encore considéré que les paroles…

Y a-t-il un musicologue à bord pour nous dire si nos hymnes ne sont pas trop Wagnériens ou pas assez country…

Moi je penche pour la bossa nova, mais si tout le monde y va de sa zizique favorite, ça va faire désordre.
Bon, supprimons toutes les musiques et remplaçons-les par un bon rap bien tempéré, praticable même par ceux qui n’ont pas d’oreille et qui mettra tout le monde d’accord…
Pour les paroles ça va être plus compliqué car même l’Internationale n’est pas très pacifiste… et comprend des vers qui pourraient stigmatiser les uns et offenser les autres…
Je ne vise personne… suivez mon regard…

Debout ! les damnés de la terre !
Debout ! les forçats de la faim !
La raison tonne en son cratère,
C’est l’éruption de la fin. .
Du passé faisons table rase,
Foule esclave, debout, debout !
Le monde va changer de base,
Nous ne sommes rien, soyons tout.

(Refrain entre les couplets)
C’est la lutte finale !
Groupons nous et demain
L’Internationale
Sera le genre humain.

Il n’est pas de sauveurs suprêmes
Ni Dieu, ni César, ni Tribun,
Producteurs, sauvons-nous nous-mêmes,

Décrétons le salut commun.
Pour que le voleur rende gorge,
Pour tirer l’esprit du cachot,
Soufflons nous-mêmes notre forge,
Battons le fer tant qu’il est chaud.

L’État comprime et la Loi triche,
L’impôt saigne le malheureux ;
Nul devoir ne s’impose au riche ;
Le droit du pauvre est un mot creux.

C’est assez languir en tutelle,
L’Égalité veut d’autres lois :
« Pas de droits sans devoirs, dit-elle
Égaux pas de devoirs sans droits. »

Hideux dans leur apothéose,
Les rois de la mine et du rail
Ont-ils jamais fait autre chose
Que dévaliser le travail ?
Dans les coffres-forts de la banque
Ce qu’il a crée s’est fondu.
En décrétant qu’on le lui rende,
Le peuple ne veut que son dû.

Les rois nous saoulaient de fumée,
Paix entre nous, guerre aux Tyrans !
Appliquons la grève aux armées,
Crosse en l’air et rompons les rangs !
S’ils s’obstinent ces cannibales
A faire de nous des héros,
Ils sauront bientôt que nos balles
Sont pour nos propres généraux.

Ouvriers, paysans, nous sommes
Le grand parti des travailleurs,
La terre n’appartient qu’aux hommes,
L’oisif ira loger ailleurs.
Combien de nos chairs se repaissent !

Mais si les corbeaux, les vautours,
Un de ces matins disparaissent,
Le soleil brillera toujours. “

Imaginons une foule en colère qui hurle ça devant les grilles de l’Elysée…
Olala… pas rassurant…

Si Marine prononçait une harangue aussi incendiaire pendant un meeting, son compte serait bon pour la Bastille.

Anne Lauwaert

http://ripostelaique.com/  du 18/05/2014

Ils Sont Tristes A S’ Endormir.

bedos1-

Guy Bedos

Les Bedos, collabos de père en fils

Le comique qui ne fait vraiment plus rire
Un Guy avachi, abattu, dans les cordes, poignardé par le doucereux Drucker, qui touille dans les entrailles d’un passé glorieux :
Sophie Daumier, Mitterrand, Giscard, la censure, Le Luron, Desproges, la Gauche, avant qu’elle ne devienne libérale, et sioniste.
Américaine, quoi.

Drucker a beau convoquer Joë, madame Bedos, qui raconte que le moteur de son mari est ce « noble » refus du racisme, de l’antisémitisme, de toutes les haines, on sent que le vieux lion s’est gouré de combat, qu’il a été abusé par la gauche, ce sous-programme de la droite conçu pour baiser les pauvres, et qu’il a en plus participé activement à cette arnaque, ce qui lui laisse un goût amer, très amer.
Abusé par son ignorance, abusé par les plus cyniques calculateurs.
Guy Bedos, on dirait un enfant violé, qui s’en rendrait compte sur le tard, à la fin.
Merde, je me suis fait baiser…
Et en beauté : j’ai défendu mon violeur, témoigné pour lui, lui ai filé un alibi, quel con, mais quel cooon !

Le défilé préparé par Master Drucker est meurtrier :
Après les potes grabataires, « Dabadie » l’Académicien, inventeur du sketch bien-pensant avant l’heure, la fille, Victoria, « scénariste de cinéma », qui prépare un truc « autobiographique » sur elle-même.
Et que dire du duplex avec Nicolas B., qui se filme sur un building new-yorkais, au sommet de sa suffisance, symbole d’une élite qui ne se rend même plus compte de l’effet qu’elle produit…
Une nouvelle aristocratie, qui n’a évidemment pas le courage de faire la guerre, juste celui d’occuper les jobs culturels juteux, au détriment des vrais créateurs.

Et puis Nolwenn, qui vient balancer sa reprise du chant de Noël tiré de l’album « concept » We love Disney, qu’on imagine pas du tout publicitaire, le parc du même nom ne faisant plus le plein…
Un CD où figure le fils « Dutronc », pour une « cover » des « Aristochats » en duo avec « Laura Smet », que Thomas ne viendra hélas pas fredonner sur le service public, ça pourrait faire une belle casserole, comme son rôle dans le film de Soral…
Misères du passé, et du désir… d’argent !

Une émission fascinante, composée de ce qu’il y a de plus déprimant, avec « Boujenah » qui déclare sa flamme à Bedos dans une scène de lèche interminable, pour dévier sur la promo de son festival de Ramatuelle, où l’on ramasse ses amis à la truelle…

Cette hebdominicale sent la fin des temps télévisuels :
Et le contenu et les tuyaux glissent vers le gouffre.
On comprend mieux pourquoi la télé s’effondre.
Sous le poids des ans, des amis, des réseaux, des pouvoirs, contre les téléspectateurs, dont il ne reste plus que les blessés du troupeau, victimes du Prédateur :
Les fatigués de la life, et les intoxiqués chroniques.
Logiquement, un jour, le dernier, Drucker fera son show devant un carré de nonagénaires en plateau… mais tous les téléspectateurs auront déserté le poste.
C’est Michel qui aura le mot de la fin, entre cynisme assassin et humour copain, en s’adressant à Guy :
« On va prendre une tisane maintenant ? »

Nicolas, celui qui risque de nous faire regretter Guy

bedos fils

Doria Tillier et Nicolas Bedos

Nicolas Bedos est cet être essentiel qui prend dans les médias une place à la mesure de sa grosse tête pour nous raconter des histoires de cul avec ses poufs.
Comme il n’a rien à dire, ce discours était auparavant circonscrit dans les pages sinistrées de « Marianne ».
Aujourd’hui, il se répand.

On rappelle que la télé « devait » être, dans l’idée de ses concepteurs, une sorte d’école pour tous, un service public audiovisuel, qui enseignerait des choses, mais aussi une lucarne pour se divertir.
Car les gens travaillent, et tout le monde n’a pas la chance de voir « Gad Elmaleh » en vrai, au prix où sont les places.

Or qu’apprend-on aujourd’hui par le poste ?
Que Nicolas Bedos a fricoté avec la Miss météo de Canal (élue par qui ?), et que ces deux êtres supérieurs règlent leurs comptes devant tout le monde.
Sainte Mère de Dieu.
Si personne n’est obligé de regarder la télévision en général, et « Le Grand journal » en particulier, on n’est pas non plus obligés d’abandonner l’outil télévisuel à ces occupants, surtout qu’on le paye deux fois, comme les autoroutes à péages.

Occupants, oui, de Occupation.
Ils occupent l’espace médiatique à la place de personnalités plus riches et moins arrogantes :
Un cancérologue, une paléontologue, un plombier qui raconte comment changer un robinet (bon maintenant y a les tutos du Net pour ça), un « SDF » qui raconte sa chute, ou une femme au foyer en « HLM » avec trois enfants qui jongle avec trois boulots au black.
Non pas qu’il faille gaver le téléspectateur moyen avec des pathos ou des penseurs abscons à l’heure des repas (qui se raréfient en temps de crise), mais on peut faire mieux, question connaissance.

Ce qui veut dire que cette occupation de l’espace médiatique, avec des histoires de cul ou de merde, est un « choix politique » (premier pléonasme ) :
la télévision est un territoire occupé par ces envahisseurs venus du « showbiz et de la politique » (second pléonasme ).
Le milieu médiatico-politique ne travaillant que pour lui-même, la moindre brèche non directement propagandiste est aussitôt bouchée par des « bedosseries ».

Le père Bedos, lui, au moins, fait de la propagande à l’ancienne, en accusant Marine Le Pen de faire une campagne à la… Hitler (un Allemand qui s’est suicidé après avoir fait des bêtises).
C’est une opinion, celle d’un homme fatigué, qui a été lucide cinq minutes sous le pouvoir de la vieille droite pré-libérale des années 70.
Quand la dominance était grossière, facile à dénoncer.
Aujourd’hui que cette dernière est plus complexe, le père Bedos sert le pouvoir (alors qu’il se pense rebelle) en tirant sur les derniers opposants vivants.
Une erreur de jugement pardonnable, les humoristes n’ayant jamais particulièrement brillé par leur finesse d’analyse.

Ce n’est donc pas un hasard si l’entreprise Bedos Père & Fils contribue à nous boucher l’horizon médiatique, l’un remplaçant l’autre (ou le poussant vers la retraite, voire pire) grâce à un discours darwinien plus adapté.
Leur métier est de tromper l’œil, ils sont payés grassement pour ça, et ne s’en rendent même pas compte.

source : http://www.egaliteetreconciliation.fr du 19/12/2013

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 27/04/2014

Le « Gender » De La Couleur De Peau !

bisou-nours-land-e1380815190846

L’antiracisme se fait
« Le Progrès »

 

C’est horrible.

La France vient de subir une attaque d’une violence inouïe, son vivre-ensemble a été sauvagement molesté, et le politiquement incorrect a, encore une fois, écrasé quelques paires de chatons mignons sous les yeux révulsés d’une foule pourtant décidée à assurer la victoire des bisous et des câlins :
Un journal, dans un moment d’inconscience, a fait paraître des informations dont certaines ont baigné dans l’amalgame et la stigmatisation.

Il faut comprendre l’ampleur du choc.
Déjà, qu’un journal se laisse aller à faire paraître des informations qui auraient une charge polémique évidente constitue en soi une secousse notable dans les habitudes franco-françaises.

Normalement, l’ »AFP » produit des informations validées par l’intelligentsia, puis les journaux subventionnés les reprennent religieusement en ajoutant ici ou là la faute d’orthographe originale, le contre-sens indispensable ou les errements grammaticaux utiles à justifier leur existence.
Ensuite, les réseaux sociaux s’en emparent pour transformer ce petit thé fade en lavasse improbable, les petits Kevin et Léa de tout le pays se relaient sur Twitter et Facebook pour achever de diluer encore la microscopique charge informationnelle initiale dans un océan de conneries pour adulescents lobotomisés, et enfin, après un temps plus ou moins long, le tout peut terminer dans une note de bas de page sur Wikipedia.fr.

Là, ça a dérapé tout de suite avec des observations, des descriptions de choses vraiment vues et entendues.
Ensuite, il y a eu l’utilisation malencontreuse de termes extrêmement connotés comme « gens du voyage », « Roms », « groupes des cités toxicomanes » et un festival de nationalités comme des Géorgiens, des Bulgares, des Roumains ou des Russes.
A ceci s’est ajoutée la présence de délits et de crimes comme le vol, le cambriolage, le proxénétisme, le braquage ou le trafic de stupéfiants.
Enfin, tout ceci fut illustré par des petits cartoons rigolos.
La recette était parfaite et ne pouvait aboutir qu’à une explosion majeure en République du Bisounoursland.

Pour résumer l’abomination, on pourra se reporter à ce monument de journalisme d’investigation au plus près du danger et du reportage-choc avec l’article du « « Nouvel Obs », qui décrit par le menu et dans une tentative désespérée de faire croire à une rédaction journalistique ce qui s’est passé :
tout porte à croire qu’un petit être malin et fourbe s’est glissé à la rédaction du « Progrès » et aurait pondu une infographie infamante qui mélangerait à la fois des éléments criminels avec des nationalités.
Ainsi, dans leur illustration, on découvre que dans les « principales nationalités impliquées » pour les cambriolages, on trouverait des Géorgiens, des Albanais, des gens du voyage, alors que la prostitution serait plutôt du fait des Africaines, des Roumaines et des Bulgares.
Je vous laisse découvrir l’horreur dans une image (attention, c’est violent, écartez les enfants) :

Progres-

On pourrait croire que les réseaux sociaux et nos amis journalistes conscientisés se sont tous dressés comme un seul homme en notant que l’auteur de l’illustration a commis des approximations rigolotes comme celle qui tend à faire passer « gens du voyage » ou « Africaines » pour une nationalité.
Mais non.
Tout le monde (ou à peu près) s’en fout, ce qui en dit assez long sur la quantité de porridge qui règne un peu partout.
En revanche, ce qui a immédiatement attiré l’attention de toute la cohorte des bien-pensants, c’est le fait, insoutenable, ignoble, horrible, abominable, que le journal se serait laissé aller à une classification des crimes & délits par types de population, chose qu’on n’avait plus vue depuis des lustres et qui nous ramène à coup de pied au cul au milieu des heures les plus sombres de notre histoire, période Sarkozy incluse.

Pensez-donc :
ça fait dans la stigmatisation et le bubble-gum l’amalgame à plein tuyaux, ça, de dire que les prostituées sont majoritairement roumaines ou bulgares !
C’est honteux de dire que des Roms ou des gens du voyages se seraient lancés dans la cambriole.
Quant à la condamnation larvée de certaines cités pourtant riantes de Marseille ou d’ailleurs dans lesquelles séviraient des toxicomanes, c’est parfaitement scandaleux.
Non, tous les toxicomanes ne braquent pas (certains se contentent d’être élus) !
Tout ceci, mon bon monsieur, c’est du rrrracisme.

Bing, l’accusation est lancée.

Sauf que stricto-sensu, ce serait déjà plus proche de la xénophobie que du racisme, d’une part, et d’autre part, on se demande exactement où il est fait l’indispensable raccourci « Rom = voleur » (dans le sens « tous les Roms sont des voleurs ») et tutti frutti pour que même l’accusation de xénophobie tienne la route.
Pire :
il est plutôt dit que les prostituées sont des Bulgares, ce qui ne veut pas dire, sauf dans la tête des gens un peu approximatifs dans leur logique, que les Bulgares sont des prostituées.
Et ceci n’est ni xénophobe, ni raciste.
De la même façon, non, tous les Français ne parlent pas français, bien malheureusement, mais c’est comme ça.
Non, toutes les blondes ne sont pas connes : certaines sont seulement peroxydées.
Certes.
Mais il n’en reste pas moins que les amalgames sont couramment utilisés et on peut comprendre qu’ils ont un aspect pratique qui évite de verser dans des tautologies navrantes à force de vouloir diluer les différences (« le voleur avait deux bras et deux jambes » ou « la prostituée était une femme »).

D’ailleurs, lorsque les informations (fortement similaires) étaient parues dans « Le Monde » quelques jours avant, personne n’avait trouvé à y redire.
Autrement dit, la meute s’inquiète d’une écume, d’une forme, et passe soigneusement à côté du fond, qui leur picote un peu l’arrière-train.
Et quand on apprend que tant les informations du « Progrès » que celles du « Monde » sont en fait directement issues de différents rapports de police et notamment du Service d’information, de renseignement et d’analyse stratégique sur la criminalité organisée (« Sirasco ») de la Police Judiciaire, on comprend qu’il est encore une fois question de rejouer la polémique zemmourienne visant à ne surtout pas savoir si les prisons françaises contiennent plus ou moins de Noirs et d’Arabes que de Blancs, et à ne surtout tirer aucune conclusion autre que l’insupportable méchanceté du journaliste qui a osé pondre une telle infographie.

Le pire est que cette agitation, déjà fort hypocrite, rameute un Front National tout heureux de se jeter, les deux pieds en avant, dans la gluante polémique.
Je le rappelle : personne n’avait entendu « Philippot » lorsque « Le Monde » avait sorti les mêmes données, présentées certes de façon plus sobre, mais plus détaillée, sur une jolie carte de France.
Rien de tel qu’une bonne hurlante de la part des antifascistes et antiracistes de combat pour donner du grain à moudre au FN, voilà bien une opération intelligente !

Et surtout, il y a quelque chose de malsain à vouloir nier la spécificité des individus, à nier leur couleur, leur origine, et à le faire exclusivement sur le prétexte que tout détail sur cet individu (couleur des yeux, de peau, taille, corpulence, religion, bord politique, que sais-je) pourrait entraîner un abominable amalgame et dans une pente glissante, zwiiip, amener l’autre — qui est forcément limité intellectuellement — à croire que tous les individus répondant aux mêmes spécificités se comporteront obligatoirement de la même façon.
C’est un collectivisme parfait qui consiste à fondre tout le monde dans un grand tout vague, pour ne choquer aucune minorité, et, ce faisant, à nier toute spécificité aux individus, pourtant la plus importante, la plus petite et la plus faible des minorités.
Cette schizophrénie galopante aura permis d’écrire les plus belles pages des luttes antifascistes rabiques dans lesquelles les décérébrés des deux côtés extrêmes du spectre politique se foutent sur la gueule pour savoir lequel égalisera plus fort le groupe au détriment de l’individu.

On le voit, et comme je l’ai dit en introduction, la France a subi avec cette illustration journalistique une attaque horrible.
Mais heureusement, les Fiers Soldats de la Bien-Pensance ont encore marqué des points.

Reste à savoir si ce n’est pas, encore une fois, contre leur camp.

H16 dans « Hashtable »

http://www.ndf.fr/  du 26/04/2014

 

Tiens ! Voilà Du Boudin ! Jospin !

cochon-rit1-e1382225217755

« On doit trouver la grandeur dans l’exemplarité »

L’ancien Premier ministre socialiste, « Lionel Jospin« , crée l’événement avec un essai éclairant sur hier et sur aujourd’hui en passant en revue « les défaites » du règne de Napoléon.

Avez-vous été étonné par l’accueil reçu par « Le Mal napoléonien » ?
Il est encore un peu tôt pour apprécier la réception du livre.
Disons qu’il suscite de l’intérêt.
Ce qui m’a plu, c’est qu’il provoque un débat.
Ce qui m’a surpris, c’est de constater à quel point certains spécialistes de Napoléon ont du mal à supporter que l’on touche au mythe.
Les historiens, passionnés par leur sujet et ayant parfois des difficultés, malgré leurs scrupules, à séparer les faits de la légende, courent derrière leur héros.
Je me suis, à l’inverse, placé en surplomb de la période.
Considérant la fin de l’aventure napoléonienne (en 1815), je me suis posé en tant qu’ancien responsable d’État la question suivante :
Napoléon a-t-il servi les intérêts de la France ?
Les démarches des historiens et la mienne peuvent se rencontrer ou s’entrechoquer, mais elles sont au fond un peu différentes.

N’éprouvez-vous pas un plaisir intellectuel à débattre avec des historiens plutôt qu’ avec des politiques ?
Bien sûr.
J’ai commencé à débattre avec des historiens dans l’émission de « Jean-Pierre Elkabbach »,« Bibliothèque Médicis », puisque j’avais face à moi deux grands connaisseurs : « Pierre Branda » et « Thierry Lentz ».
Ce fut un bon débat : clair et courtois.
Dans ce livre, mon angle de vision n’est pas le clivage gauche/droite.
J’ai fait jouer ensemble d’autres oppositions :
nation/empire, liberté/despotisme, égalité/privilèges, libéralisme/autoritarisme, République/césarisme.
L’important n’est pas de savoir si ce que je dis dérange, mais de savoir si ce que je dis est juste.
Mes premiers contradicteurs sont plus indulgents que moi sur le régime intérieur de Napoléon, mais ne contestent guère ce que je dis sur la politique extérieure.
La conquête de l’Europe par l’Empereur débouche, en 1815, sur une France plus petite, ayant perdu les « frontières naturelles » conquises sous la Révolution, isolée et détestée.
Napoléon aurait pu être non pas un dominateur du continent mais un éveilleur de l’Europe.
D’ailleurs lui-même se campe, après sa chute, comme un libérateur face aux monarques, dans « Le Mémorial de Sainte-Hélène », qui est une œuvre de propagande.
Il sait qu’une autre politique était possible.
Mais, dans les faits, il a préféré nouer des alliances dynastiques.
Il ne prolonge pas le message de la Révolution française en Europe.

en savoir plus…

Marie-Laure Delorme

http://www.lejdd.fr/  du 17/03/2014

Commentaires personnels…

J’aurais souhaité être journaliste à « »Paris-match »»… le poids des mots, le choc des photos.

Pour moi, si Hollande est une véritable tête de nœud, « Jospin«  à la parfaite image du «looser», du dernier de la classe.
Le bougre n’a pas inventé le fil à couper le beurre, ni le frein sur les moulins à poivre, ni même la boîte aux lettres ronde pour «circulaires».

Depuis son coup de pied au cul en 2002, il repartit sur son île qu’il n’aurait jamais dû quitter et se mit à écrire un livre sur Napoléon… c’est d’actualité !
Il a quand même fait un bref passage dans une commission que lui avait confié l’aliéné de l’Élysée, histoire d’empocher en quelques semaines un million d’euros.

Ce mec me fait penser au professeur « Tournesol«  dans les albums de Tintin.
Si le personnage de bandes dessinées nous faisait rire, l’homme au panache blanc nous a bien fait chier.

Sa dernière phrase sera sur tous les livres scolaires…

« On doit trouver la grandeur dans l’exemplarité »

Hollande a anobli Lionel… désormais, c’est Lionel Jospin des Pisses.
Depuis, l’illuminé ne se sent plus pisser.

http://leseldozeille.centerblog.net/  du 20/04/2014

 

panique-163x109-e1374775571574

L’ Air Français Devient Irrespirable.

moulin à vent

Les politiciens, notre moulin à « vents » national !

Dans un pays où règnent la bonne humeur, une excellente nourriture, les vins fins et une météo particulièrement clémente, il est globalement assez difficile de mobiliser les uns et les autres, de bouger les foules et de les polariser suffisamment pour les entraîner là où on veut.
Heureusement, certains en France ont trouvé la bonne idée.

Il suffira d’utiliser de l’air.

Comme il s’agit essentiellement de politique, on comprend qu’il faudra d’abord en brasser énormément.
Au cours des décennies et alors que le pays devenait de plus en plus riche, une petite caste s’est donc employée à se gonfler d’air chaud et à le remuer autant que possible.
Les derniers avatars de cette caste, Sarkozy d’un côté et Hollande de l’autre, ont largement démontré qu’on pouvait donner une illusion crédible d’action avec ces petits mouvements de bras éoliens.

Brasser de l’air n’est pas suffisant.
Pour beaucoup, nous le pomper est aussi indispensable :
Rien n’est plus précieux que ce dont on manque soudainement à un moment inattendu.
Et là encore, la caste politicienne a franchement pompé, tant qu’elle a pu, montrant à quelle point elle devenait indispensable.
Comme, d’un côté, les politiciens brassent de l’air, et que de l’autre, ils nous le pompent, beaucoup de citoyens se sont persuadés que toute interruption de leurs actions risquerait de provoquer une asphyxie générale.

Mais tout ceci n’est au final qu’un exercice d’entraînement, une petite mise en jambes indispensable à l’exercice de plus grande ampleur qui a maintenant lieu sur une base pluri-hebdomadaire.
Après avoir brassé et pompé de l’air, il devient indispensable de nous le filtrer et de nous l’analyser méticuleusement, pour parvenir à une conclusion sans appel :
Notre air est pollué, c’est extrêmement dangereux, et il est trop chaud, ce qui est cataclysmique.

Et dans un pays où tout se termine normalement en chanson, on comprend immédiatement qu’avec un air pollué, fini les bons petits plats, terminés les vins fins !
La météo risque bel et bien de tourner au cauchemar durable et permanent à côté duquel les dix plaies d’Égypte auront l’air d’aimables plaisanteries temporaires.
Et pour que le peuple soit bien convaincu de l’absolue nécessité d’une intervention massive de la « Confrérie des Brasseurs & Pompeurs d’Air », rien n’est plus efficace que de ressortir l’argument massue « Selon Une Etude Scientifique ».

C’est ainsi que, « selon une étude scientifique », on apprend que la pollution de l’air tue plus que le tabac :
en substance, l’ »OMS » a regardé les principales causes de mortalité dans le monde et a noté qu’un décès sur huit était lié à des pollutions atmosphériques et des inhalations délétères, pour en conclure que notre air était dangereux.
Fait intéressant, cette pollution serait essentiellement intérieure et majoritairement provoquée par les foyers ouverts à l’intérieur des habitations, provoquant de lourdes émissions de particules microscopiques.

Ce qui n’empêchera pas, au passage, les scribouillards franchouilles de noter qu’appliqué à la France, le taux de décès observés dans le monde à cause de ces hideuses PM10, PM5 et PM2.5 aboutit à une grosse brouettée de morts prématurées (20.000, mazette, plus que sur la route !) et coûterait dans les 20 milliards d’euros à la France en frais de santé et en pertes économiques afférentes.
Sans doute histoire de faire plus classe et plus crédible, là où le pays émergent toussera sous les PM10 de foyers ouverts, un pays développé comme la France subira les cancers de poumons déclenchés par le tabagisme passif, le radon radioactif et le benzène cancérigène (généreusement respiré dès qu’on manipule des produits de bricolage, des meubles ou encore des isolants).
Le détail du mode de calcul, tant par l’ »OMS » (au niveau mondial) que par l’ »ANSES » (au niveau national) vaut son pesant de doigts mouillés.

Et ce n’est pas tout !
Comme nous l’apprennent une brochette de journalistes conscientisés au plus profond de leur fibre éditoriale, pendant que notre air se pollue vilainement, il en profite pour se réchauffer au grand dam de tous nos politiciens / philosophes / écologistes / psychologues qui y voient là un double signe du destin :
d’abord, nous allons tous mourir dans une avalanche de problèmes d’ampleur biblique, c’est absolument évident, et ensuite (et surtout), seuls ces politiciens vont pouvoir nous sauver avec leurs bonnes idées.

En effet, à la faveur du dernier rapport du « GIEC », les articles se multiplient tant pour mobiliser les troupes de citoyens responsables et éco-conscients que pour marteler l’évidence :
le climat va mal, l’air (pollué) n’est plus à labonne température, et (bien sûr) nous allons tous mourir dans des catastrophes abominables.
Pire que tout :
les émissions mondiales de gaz à effet de serre atteignent des niveaux sans précédent (eh oui, que voulez-vous, l’Humanité n’a jamais été aussi riche, c’était tellement mieux lorsque la moitié crevait de faim dans un air propre !) et leur croissance n’a jamais été aussi rapide qu’au cours de la dernière décennie, rappellent les experts au ventre plein.

Pas de doute :
Comme l’explique « Laurence Caramel » qui écrit de gentils articles dans « Le Monde », « à ce rythme, le seuil des 2°C sera franchi dès 2030, c’est « troporibl » ».
Pauvre « Laurence » au nom de confiserie, qu’on sent pleurer à chaudes larmes sur un avenir incertain !
Une telle hausse sera en effet une double catastrophe parce que cela voudra dire :
a/ qu’on pourra faire pousser de la vigne en Normandie (c’est horrible !) et qu’il y aura moins de « SDF » à claquer de froid dans les rues de Paris en hiver (c’est abominable !), et surtout
b/ que l’actuel non-réchauffement, constaté les 17 dernières années, aura été largement compensé.
Zut et flûte, l’Humanité continue à survivre !

Et pour éviter cela, on combattra le nucléaire (parce que s’il ne pollue pas l’air, il est dangereux donc on n’en veut pas), on combattra le charbon (qui n’est pas dangereux mais pollue l’air, donc on n’en veut pas), le pétrole (qui pollue l’air et dont les réserves augmentent, donc on n’en veut pas), le gaz (qui a de méchants effets de serre, donc on n’en veut pas), pour se rabattre sur l’éolien et le photovoltaïque (mais pas les barrages qui défigurent les cuvettes, donc on n’en veut pas).
Le monde futur, couvert de panneaux et de moulins à vents, sera indubitablement plus rigolo.

Et peu importe là encore que les calculs du « GIEC » soient fait avec la même grosse louche que ceux de l’OMS, cette louche si habilement trempée dans les discours partisans de politiciens qui ont bien compris l’intérêt majeur qu’il peut y avoir, sur le plan électoral et financier, à déclencher les sirènes d’alarmisme.
Peu importe que le « GIEC » ait été obligé de notoirement tempérer ses affirmations sur le devenir funeste de l’humanité :
le rapport est d’autant plus prudent que le précédent, truffé d’erreurs, avait fini d’achever toute crédibilité du groupement écologiste.

Tout ceci, finalement, est sans importance.
Seule importe l’absolue nécessité d’une révolution climatique qui permettra sans aucun doute possible à la fois de diminuer les températures terrestres, de purifier notre environnement, de réduire notre pouvoir d’achat et d’accroître celui des gens qui obligent à mettre ces mesures en place !

Et qui mieux que les politiciens pour s’assurer de la cosmosynchronicité des citoyens écoconscients ?
Qui mieux qu’eux pour continuer à brasser et pomper de l’air ?

H16 dans son blog « Hashtable »

http://www.ndf.fr/  du 18/04/2014

Si encore le réchauffement climatique n’était pas une arnaque !
Nous sommes à la fin d’une période glaciaire, mais il faut maintenir le peuple dans l’ignorance et l’effrayer avec des prédictions scabreuses !
Pendant ce temps, certains se font du fric – toujours ce fric – sur le dos des plus crédules.
Les autres, ils casquent à coups de lois ou passent l’arme à gauche, comme les crédules d’ailleurs, dans cet air vicié intentionnellement.

Les Menteurs Sont Légion En France !

sourire

De faux doctorats embarassants !

La ministre de la Justice aurait laissé courir la rumeur qu’elle possédait deux doctorats, dénonce un magistrat dans un livre.
Christiane Taubira ferait partie de ceux qui mentent sur leur CV.
C’est ce qu’affirme le magistrat « Philippe Bilger«  dans son dernier ouvrage « Contre la justice laxiste », à paraître le 2 avril.
« Elle a laissé dire, et ne l’a jamais contesté dans l’espace médiatique, qu’elle avait deux doctorats, l’un en économie, l’autre en ethnologie. (…)
Pourtant, de ceux-ci, pas le moindre indice, pas le plus petit début de commencement de preuve ! » écrit-il. L’avocat en veut pour preuve que, sur le site de données « theses.fr », aucune trace de thèse soutenue par Christiane Taubira ne peut être retrouvée.
Cette accusation, révélée par « Rue89″ vendredi, a été largement reprise sur les réseaux sociaux et par plusieurs sites d’extrême droite.

Contacté par « Rue89″, le cabinet de la ministre des Sceaux affirme que la polémique n’a pas lieu d’être, puisque la ministre n’a pas de doctorat, mais « un troisième cycle en économie, des études en sociologie et ethnologie et un cursus au Centre français de la coopération agricole (« CFCA ») », précise-t-il, ajoutant que Christiane Taubira n’a jamais dit elle-même qu’elle possédait ces diplômes.
Aucun document officiel n’en fait d’ailleurs mention.
Ni sa notice biographique publiée sur le site du gouvernement où la ministre est présentée comme « professeur de sciences économiques » ni dans le trombinoscope du gouvernement transmis chaque année aux médias, note le site d’information.

La faute aux journalistes

Pour le cabinet, cette erreur est uniquement le fait de journalistes « qui travaillent un peu trop sur Wikipédia« .
Depuis son arrivée au ministère de la Justice en 2012, de nombreux médias ont relayé l’information des faux diplômes.
Mais la principale concernée ne les a jamais contredits, et c’est cela que ses détracteurs lui reprochent. « Philippe Bilger » évoque un extrait de l’émission de « France 2″ « Des paroles et des actes » diffusée en septembre 2013.
Lorsque « David Pujadas » la présente comme « titulaire d’un doctorat d’économie et d’un doctorat d’ethnologie, elle opine du chef sans apporter aucune précision », assène le magistrat.
Christiane Taubira ne corrigera pas l’erreur sur le plateau, mais son cabinet note deux phrases qu’elle a prononcées.
« Je pense que je peux revenir sur le portrait », dit-elle à « David Pujadas », sans avoir le temps de le faire, et lorsque le journaliste « Jeff Wittenberg » vante ses « notions » d’économie « parce que vous avez un doctorat d’économie », la ministre rétorque « arrêtez de m’additionner des diplômes », sans poursuivre sur sa lancée.

Reste que les accusations portées par « Philippe Bilger » font un peu désordre, à quelques jours d’un possible remaniement ministériel et alors que Christiane Taubira est déjà accusée par la droite d’avoir menti sur l’affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy.

Source : http://www.lepoint.fr.

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 29/03/2014

Si Nous Parlions De Mise En Bière ?

Bières

Pour les amateurs de bière…
à votre santé !

C’est parti pour la mousse, sans modération vu que c’est pour la santé ! ! !

Saviez-vous que la bière est une des boissons les plus anciennes au monde puisqu’elle faisait déjà partie de l’alimentation des pharaons égyptiens?

Saviez-vous également que les premiers brasseurs étaient… des femmes ? !

En tout cas, la bière, tout comme le vin, aurait des vertus insoupçonnées :
Pour le sommeil, pour les reins, pour les os…

Voyons ensemble les bienfaits de cette boisson délicieuse et rafraîchissante !

1.. La bière garde vos reins en bonne santé.

Une étude en Finlande a constaté que la bière avait plus d’avantages rénaux que les autres boissons alcoolisées.

En effet, chaque bouteille de bière consommée réduit de 40% le risque de développer des calculs rénaux.

2.. La bière est extra pour une meilleure digestion

La bière, en particulier les bières sombres, contient jusqu’à un gramme de fibres solubles dans chaque verre de 30 cl – contrairement au vin, par exemple, qui n’en contient pas.

Or, les fibres ont un rôle important dans le transit intestinal.
Une carence en fibres peut conduire à des troubles gastriques et intestinaux. (constipation ou diarrhée).

3.. La bière est une alliée contre le mauvais cholestérol

Les fibres contenues dans la bière aident également à réduire vos niveaux de LDL, le «mauvais» type de cholestérol .

4.. La bière augmente vos niveaux de vitamines B.

La bière est particulièrement riche en vitamines du groupe B (B1, B2, B6 et B12).

Pour exemple, une étude néerlandaise a constaté que les buveurs de bière avaient des niveaux de vitamine B6 de 30% plus importantes que leurs homologues ne buvant pas de bière et de deux fois plus importantes que les buveurs de vin.

La bière est également abondamment pourvue de vitamines B12 qui est un facteur anti-anémique présent dans très peu d’aliments.

5.. La bière est bonne pour les os !

Une étude de 2009 a conclu que les niveaux élevés de silicium dans la bière peuvent être bons pour votre densité osseuse.

6.. La bière constitue un bon remède contre l’insomnie

La bière contient de l’acide nicotinique et du lactoflavin, tous deux connus pour favoriser les « Zzz Zzzzzzzzz »!

7.. La bière protège contre les infarctus

Un buveur de bières a 40 à 60% moins de risques de faire un infarctus que les gens qui n’en boivent jamais.

8.. La bière empêche la formation des caillots de sang

Les ingrédients contenus dans la bière préviennent la formation des caillots dans le sang.

9.. La bière améliore la mémoire

Selon des études, les buveurs de bière auraient moins de risques de souffrir de la maladie d’Alzheimer ou de démence que les non-buveurs de bière.

10.. La bière permet de lutter contre le stress

Des chercheurs de l’université de Montréal ont établi que deux verres de bière par jour diminuent le stress ou les angoisses liées au travail.

11.. La bière représente un remède contre les rhumes

Boire de la bière chaude est un très bon remède contre les rhumes!

En effet, l’orge chauffée améliore la circulation sanguine et la respiration, elle aide également contre les douleurs articulaires et renforce votre système immunitaire.

Comment faire ?
Réchauffez une bouteille de bière au bain-marie et ajoutez-y ensuite quatre petites cuillères de miel.

12.. La bière rend la peau plus belle

Bonne nouvelle pour le sexe féminin!

Certaines vitamines présentes dans la bière régénèrent la peau et jouent un rôle positif sur les pigments.

Votre peau est donc plus lisse et plus souple.

 

Convaincu ?

Alors c’est parti!
Deux bières pour la mémoire, deux pour la digestion, une autre pour les os, encore une pour les reins et le reste pour lutter contre le froid…
Normalement avec ça, on devrait être en bonne santé, non ? ! (sourire)
C’est pour ça qu’on parle de…Mise en bière !!!

Docteur « BonneBouffe » plaisante bien évidement !
L’idée n’est pas de se saouler tous les soirs, mais bien de boire une petite mousse de temps en temps…
Et surtout sans excès !

Autre Que Réseau Social

 

bière

Hollande Les Riches Et Leur Argent.

france-faillite-565x250

Les promesses sont plus cruelles que la réalité.

Quand le PS a-t-il franchi le mur du çon ?
On peut se souvenir du premier avion à avoir franchi le mur du son car il y a une date qui mémorise cet évènement, c’était le 14 octobre 1947.
On peut d’ailleurs se souvenir d’un tas d’autres choses avec le même principe, c’est ce qui fait l’histoire.
En revanche, il est plus difficile de se souvenir quand le P.S. a franchi le mur du çon.

D’une part parce qu’il n’y a pas de date précise et d’autre part parce que la réponse est peut-être dans la question.
Certes le P.S. nous a gratifié de quelques symboles forts comme l’abolition de la peine de mort et les acquis sociaux mais pas beaucoup plus que la droite avec l’avortement, le droit de vote à 18 ans ou encore l’autorisation du divorce par consentement mutuel.
Que s’est-il passé sous la douche d’Alfred ?
Une sensation difficile à décrire car l’eau n’étant pas glacée, aucune trace de sang n’étant visible, pas de choc émotionnel apparent, non, juste l’idée qu’ils ne changeront pas demain.
Parce qu’un matin pas comme les autres on réalise l’ampleur de la fraude.
Que parmi tous les partis politiques qui sont par ailleurs fidèles à leurs principes, bons ou mauvais, seul le parti socialiste est redevable de nous avoir promis d’être là à Noël.
Fin des années 80, je soupçonnais que la relève politique du P.S. serait fraîche et pleine de bonnes intentions à l’image des mes idées et que la fin d’une vieille tradition républicaine encore trop conservatrice à mon goût était proche.
Ainsi l’affaire du Rainbow Warrior qui présentait quand même le vrai visage écologique français ainsi que des méthodes détestables de terrorisme pour arriver à ses fins par un moyen aussi con que celui-là n’avait pas encore trop esquinté mon capital confiance.
Ni même l’affaire des écoutes de l’Élysée et encore moins la révélation de l’existence de « Mazarine » qui montre que les français sont ouverts d’esprit mais qui révélait surtout un président tristement fatigué par l’usure d’un pouvoir qu’il détenait depuis 14 ans.
Non la gauche triompherait de ces deux septennats finalement décevants mais il fallait attendre…
Alors j’ai attendu comme un gamin qui ne sait pas trop ce qu’il veut à Noël mais qui continue de rêver parce que l’arbre à lui seul est un symbole d’espoir.
Le plus désagréable finalement, ce sont ces années d’attente parce que l’érosion du pouvoir n’est pas connue pour être un phénomène rapide.

Je tiens à rappeler la présence de quelques éléphants encore au gouvernement et non des moindres et que l’attente au bout du compte est le reflet d’un désir trompeur noyé dans un ventre mou que j’appellerais l’entre-deux-guerres !
Celle pour les avoir portés au pouvoir et celle qu’il va falloir livrer pour s’en débarrasser à jamais.
La relève a fini par arriver et se fondre dans la masse, digne d’un mix de « David Guetta » et ce pour ma plus grande joie.
Enfin ils sont là, avec un vrai visage et ils ont l’air franchement con.
Enfin !
Ils sont intelligemment dangereux.
Enfin !
Ils sont génialement pervers et facilement identifiables.
L’envie de leur cracher à la gueule est immense et si tout est dit, rien n’est fait pour comprendre cette mutation incompréhensible.

Si nous sommes restés humains avec des valeurs et des idées certes parfois utopiques mais qui nous permettent de nous regarder dans une glace, qu’en est-il de ces hommes et de ces femmes qui véhiculent de l’humanité à coups de porte-voix ?
Comment arriver à les définir avec des mots ?
Fous, pourris, fumiers, sournois, malades mentaux, cyniques, aveugles, y-t-il une phrase ou un mot qui les caractérisent ?
Car oui, ils méritent amplement tous ces termes au vu de l’état invraisemblable dans lequel notre pays se retrouve.
J’ai un souvenir très précis de « Christine Lagarde » annonçant à la télévision 9 mois après la crise de 2008, que celle-ci était désormais derrière nous, mais venant d’elle, je ne vois pas très bien où était le mensonge.
Je ne vous dis pas non plus que seuls les socialistes sont responsables.
Hier non, avec l’Irak, l’Afghanistan et la Lybie mais aujourd’hui avec le Venezuela et l’Ukraine, que ce soit sur un plan international ou national, les preuves sont sous nos yeux.
Les chiffres aussi d’ailleurs, ceux de 2013 sont éloquents : 5,5 millions de chômeurs toutes catégories confondues, 3,6 millions de mal logés, 4,3 millions concernés par la prestation du « RSA » et environ 150.000 « S.D.F », ces chiffres ne sont bien évidement pas additionnables.
Épargnez-moi les « ce n’est pas de leur faute, la mondialisation, les banques, la crise, le système, le capitalisme, l’Europe » et autres conneries du genre dont ils usent eux-mêmes pour se dédouaner d’un constat étranger à leur destin : ils font ce qu’ils peuvent mais ils ne peuvent rien faire !

Je vais reformuler ma question : sont-ils incompétents ou intelligents ?
Si ils sont incompétents alors ils ne peuvent êtres intelligents et si ils sont intelligents alors je suis désolé d’avoir à prononcer ce mot qui me répugne et qui fâche tout le monde, il y a bel et bien un complot car l’intelligence, même au service de l’argent, ne donne pas ce résultat.
Sont-ils donc tous les noms d’oiseaux précités ?
Malheureusement dans tous les cas de figure, c’est bien nous qui sommes fous !
Fous de les laisser en liberté, fous de les écouter et fous de les adouber.
Pensez-y et surtout racontez-moi une fin heureuse à cette histoire, quitte à la trafiquer !
Où croyez- vous que nous allons avec cette Europe qui n’en finit pas de crever, ces interdictions en masse, ces règles chaque jour plus restrictives, ces caméras à tous les coins de rue, ces soi-disant pandémies annuelles, cette bourse qui n’a plus de freins, ces banques de plus en plus carnivores, ces planches à billets qui fonctionnent jour et nuit, ces médias qui ont de la merde dans les yeux, cette nature que l’on détruit à grande vitesse, cet esclavage du pétrole, cette Amérique qui a soif d’argent et de sang et qui veut tout savoir, cet appauvrissement des masses par le plus petit nombre, ces démocraties imposées par la guerre, ces mensonges et arnaques à répétition ?
Pensez-vous que l’atterrissage se fera en douceur et que notre gueule de bois ne sera pas mortelle ?

J’ai passé tous les stades pour en arriver à un sentiment bien plus fort que tous les autres : le vertige !

J’habite sur la planète Terre pour voir la lune et le soleil se coucher, rire et pleurer de ma vie, pas pour que l’on tue des arcs-en-ciel ou que l’on vende du rêve à ceux qui n’ont plus que ça pour vivre.

L’espoir n’est plus la recette qui convient mais l’engagement pour qu’à l’aube d’un grand jour, nous les naufragés d’un Grand Soir soyons attentifs aux changements car retenez bien ceci :
c’est en informant que l’on s’informe.

Sylvain Hoarau

P-S. J’ai bien reçu cette année votre boite de caviar qui pèse 1 g et les frais de transport d’un montant de 45 euros, merci pour tout, je serais là en 2017 !

http://www.legrandsoir.info/ nouveautés de la semaine, le 07/03/2014

Qui Sème Le Vent Récolte L’ Ouragan.

interdit

Qui est responsable de la déchéance de la France ?

Depuis les années 1970, j’entends dire… la France se détériore peu à peu.
Le problème s’est accentué depuis l’arrivée de Mitterrand, mais ne s’est guère amélioré lors de la cohabitation.
Depuis le gouvernement Jospin jusqu’à nos jours, notre pays s’est délité.

Nonobstant, nous devons nous poser la question… à qui la faute?
À nous seuls!
Nous ne fûmes pas capables de voir les signaux rouges  s’allumant un peu partout.

Je me souviens!
À l’école, quand je faisais la moindre connerie, je ramassais une gifle très appuyée.
Quand je rentrais à la maison, ma mère voyait parfaitement ma joue rouge et légèrement tuméfiée et là, je ramassais une autre gifle pour équilibrer.
Je pense que cette révolution de merde de 1968 a permis de bousculer toutes les valeurs, au point qu’un instituteur donnant une gifle à un enfant (particulièrement odieux avec d’autres professeurs) se retrouvait au tribunal et la délinquance s’est peu à peu installée.
Ensuite, la justice est tombée dans le panneau ; il faut permettre à ces trop nombreux avocats, assistantes sociales et, experts de toutes sortes.

Pourtant, il y aurait une mesure hyper simple et efficace!
La destitution de la nationalité française.
L’individu délinquant serait contraint de retourner dans son pays d’origine en courant le risque d’être exécuté. Avec une cadence de destitution de la nationalité de l’ordre de 10 000 personnes par mois, le problème serait réglé depuis longtemps.
Par ailleurs, remettons la peine de mort, mais une peine réelle et pas un assassin exécuté tous les cinq ans, mais une bonne centaine par an.

L’abolition du service militaire a été aussi un vecteur de la délinquance puisque la notion de vivre en commun a disparu.

70% de la population carcérale est étrangère et 90% de ces étrangers sont des Maghrébins… les chiffres parlent d’eux-mêmes.

C’est nous qui avons pillé la France en votant pour des hommes politiques qui sont de véritables merdes.

Nous avons une France perpétuellement divisée en deux parties quasi égales.
Il suffit de regarder le résultat du référendum sur le traité de Maastricht.
Oui… 51,04%
non… 48,96%
Idem pour les élections présidentielles.

Les hommes politiques (lato sensu) se fichent royalement de la France!
Pour eux, c’est le fric, le clientélisme, les pots de vin… etc.
Les solutions ne manquent pas, c’est le courage politique qui fait défaut à ces tas de merde de politiciens qui feignent de nous gouverner et nous le mettre bien profond.

 

« Lorsque les pères s’habituent à laisser faire les enfants,
Lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles,
Lorsque les maîtres tremblent
devant leurs élèves et préfèrent les flatter,
Lorsque finalement les jeunes méprisent les lois

parce qu’ils ne reconnaissent plus,
au-dessus d’eux, l’autorité de rien et de personne,
alors, c’est là, en toute beauté, et en toute jeunesse,

Le début de la tyrannie. »

(Platon, 429-347 avant J.C.)

http://leseldozeille.centerblog.net/  du 07/03/2014

Allons Voir Des Dessins Animés !

tele1-e1377646464573

Une bonne grosse crise internationale à déguster !

Dire que ce samedi après-midi, en attendant d’aller au resto, j’avais presque le cafard.
Temps grisâtre, pas de rugby à la télé, plus d’absinthe dans le bar.
Et puis j’ai allumé la télé.
Ouf, une bonne grosse crise internationale à déguster !
Alors je sors les chips.

Obama avait déjà montré ses petits muscles la veille, en menaçant la Russie du « coût » qu’il y aurait à payer si l’intégrité de l’Ukraine n’était pas respectée.
Depuis, tout s’est accéléré.
Le Sénat russe a donné le feu vert pour l’envoi des troupes.
La Maison-Blanche se raidit, intimant l’ordre aux Russes de rebrousser chemin !
Ambiance guerre froide.
Les chaînes d’info se mettent en branlent, les experts sont prêts, cravate bien en place, cheveux gominés.
On parle de chars, d’attaque d’un commando pro-russe.
Je reprends deux chips et me marre en voyant des images de Vladimir qui déboule habillé en para.
Énorme, le sens de la com’ chez l’ancien du KGB !

De son côté, la « communauté internationale » se fâche tout rouge, mais pas trop vite quand même.
« Catherine Ashton », Affaires étrangères de l’Union européenne s’il vous plaît, déclarait ce samedi que l’Europe se réunirait « dans les prochains jours ».
Lundi, finalement.
Sacré réactivit, quand même.
Disons que quand les troupes russes arriveront à Berlin, elle entamera son speech….

Ayrault, un peu perdu, a bien balancé quelques banalités entre deux couloirs, Fabius s’est dit « très inquiet », Hollande a téléphoné au tsar.
Le combiné a dû lui geler entre les mains.

Par un étrange hasard, au même moment je lisais « Le Choc des civilisations » de « Samuel P. Huntington », la fameuse bible des néoconservateurs, écrite en 1996.
Voici ce que le professeur disait, citant « John Mearsheimer » (Foreign Affairs n° 72, été 1993) :
« La situation entre la Russie et l’Ukraine est mûre pour qu’éclate entre elles un conflit de sécurité.
De grandes puissances que ne sépare pas une longue frontière naturelle, comme c’est le cas pour l’Ukraine et la Russie, craignent pour leur sécurité et en viennent donc souvent à devenir concurrentes.
Ces deux nations devraient dépasser cette dynamique et apprendre à vivre en harmonie, mais il serait étonnant qu’elles y parviennent. 
»
« Huntington » ajoute alors sa touche « civilisationnelle » :
« Il est possible que l’Ukraine se divise en deux.
Les facteurs culturels qui expliquent cette éventuelle séparation conduisent à prédire qu’elle serait plus violente que celle qu’a connue la Tchécoslovaquie mais moins sanglante que l’éclatement de la Yougoslavie. 
» Le géopolitologue précisait :
« Il faudra (de toute façon) prévoir un plan d’urgence en cas d’éclatement du pays. »

J’apprends que la Russie veut rappeler son ambassadeur aux USA.
Les tirs fusent à Simferopol, des manifs dégénèrent dans une autre ville.
Je vois des drapeaux avec marteau et faucille.
Il y a quelques jours, un reportage montrait un néonazi à cagoule jouer du piano dans la mairie de Kiev, que ses potes venaient de prendre.
Nom de Dieu, j’aime cette époque !

Joris Karl

http://www.bvoltaire.fr/  du 03/03/2014

L’ Islam Ne Gouverne Pas La France !

mohamad1

 

Les ayatollahs du CFCM veulent faire condamner un Italien.

Dans la nuit de lundi à mardi dernier, la police d’Avignon interpelle un touriste italien de 31 ans en train de « tagguer » l’immeuble de la Banque de France.
On découvre rapidement qu’il vient de déposer une demi-douzaine d’autres graffitis en ville, en particulier sur l’Hôtel de ville et le Palais des Papes.
Et quel message voulait nous envoyer ce taggueur improvisé ?
Il n’a fait qu’écrire plusieurs fois « Mohamad le profet était 1 cochon »« Mohamad était 1 cochon », le tout agrémenté de dessins d’une tête de porc.

Dès que la nouvelle se répand mardi matin, c’est l’émoi dans la presse bien-pensante et chez les responsables musulmans.
Mon Dieu, c’est horrible !
L’islamophobie a encore frappé !
C’est ignoble !
C’est nauséabond !
C’est raciste !
C’est xénophobe !

Mais vous vous rendez compte, ma brave dame :
Un militaire qui voulait tirer sur une mosquée de la région lyonnaise le jour de l’Aïd, puis une gamine de 16 ans qui dit qu’on lui a arraché son foulard à Trappes, et maintenant carrément des insultes à notre « prophète » en Avignon ?
Mais il faut arrêter cette escalade qui nous rappelle les heures les plus sombres de notre Histoire !
Pour une fois, on a échappé au traditionnel communiqué du ministre de l’Intérieur, trop occupé à aller se faire voir devant les caméras à Marseille pour faire croire qu’il sert à quelque chose.
Mais le vice-procureur d’Avignon prend l’affaire très au sérieux, et explique sans rire que l’interpellé « n’est pas quelqu’un qui est forcément raciste et xénophobe de façon chronique ».
Donc pour ce magistrat, l’islam est une race (« racisme », étrangère à la France (« xénophobie »), alors qu’il ne s’agit tout au plus que d’un blasphème des plus anodins.

Et c’est l’accablement et la torpeur au Conseil français du culte musulman.
Son « observatoire de l’islamophobie », qui a ainsi un « acte anti-musulman » de plus à inscrire à son tableau de chasse, décide immédiatement de porter plainte pour diffamation et provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence contre un groupe de personnes en raison de l’appartenance à une religion.
Comme si diffamer Mahomet, Jésus ou Bouddha était un délit, comme si la lecture d’un tag « Mohamad était 1 cochon » allait entraîner des hordes de « skinheads » avignonnais dans des ratonnades racistes…
« Mohamed Moussaoui », président d’honneur du CFCM, y va aussi de son indignation sur les ondes de « France-Info ».
« Je suis bien sûr consterné comme tous les citoyens d’Avignon de voir cet acte odieux se produire », explique-t-il.
Ah bon ? Il leur a demandé leur avis ?
« C’est d’abord la profanation du nom du prophète », poursuit-il.
Et alors ?
On s’en fiche de votre Mahomet !
Et pourquoi « profanation du nom du prophète » et pas « profanation du prophète » tout court ?
C’est curieux, le CRCM-PACA, qui évidemment a lui aussi réagi sur l’heure par un communiqué, a une expression similaire :
« Un tag (…) portant sur le nom du Prophète de l’Islam ».
Non.
Le tag porte sur Mahomet, pas sur son nom.
C’est bizarre cette confusion entre une personne et son nom, alors que c’est bien la personne du « prophète » qui est visée, et pas le prénom « Mohamad ».
Soit les musulmans considèrent que Mahomet est tellement intouchable qu’on ne peut le diffamer ou l’injurier, mais qu’on s’attaque uniquement à son nom, soit ils sanctifient autant le nom que la personne, soit il y a une autre raison, mais ce désordre de la pensée mériterait approfondissement.

Evidemment, le CRCM-PACA nous ressort la tarte à la crème :
« Acte raciste et xénophobe »« multiplication de ces actes xénophobes », et gnangnangnan.
Ils se rendent même pas compte qu’en parlant de « xénophobie », ils signifient eux-mêmes que l’islam est une religion d’étrangers. Mais qu’ils sont bêtes, ce n’est pas possible !
Le CRCM-PACA nous fait du « Moussaoui » en évoquant « ces provocations méprisables et contraires aux valeurs qui animent l’immense majorité de nos concitoyens ».
Or on sait bien ce que pensent de l’islam « l’immense majorité de nos concitoyens »
Soit ils s’en foutent (surtout d’un tag contre Mahomet, franchement !), soit ils sont majoritairement islamophobes comme le démontrent tous les sondages d’opinion.
Alors arrêtez un peu votre musique, les gars du CFCM et des CRCM !
Ca ne prend plus, vos pleurnicheries !

Et pendant que les représentants du « culte musulman » se complaisent dans leurs jérémiades, la police de la pensée ne faiblit pas.
Notre touriste italien est sous les verrous, et il sera jugé mercredi après-midi en comparution immédiate.
On lui fait son procès tout de suite, sans doute par peur qu’il ne fuit en Italie d’où il ne pourra pas être extradé pour son crime de lèse-islam.
La Ville d’Avignon, la direction du Palais des Papes et la Banque de France ont porté plainte pour dégradation et c’est ce qui sera jugé mercredi.
La plainte du CFCM ne fait partie de l’accusation, mais c’est pour des raisons purement techniques, nous explique le procureur-adjoint, pour qui c’est « un chef de poursuite incompatible avec la procédure de comparution immédiate ».
Effectivement, la loi de 1881 impose des délais incompressibles pour la convocation à l’audience.
Et on lit cette phrase incroyable dans un article du Dauphiné Libéré en ligne :
« Le parquet a encore la possibilité de poursuivre « Francesco Cattaneo » en citation directe pour le caractère islamophobe des faits ».
Là encore, comme si l’islamophobie était un délit !

On apprend dans la soirée de mercredi que le touriste italien a été condamné à deux mois de prison avec sursis, plus 551 euros de dommages-intérêts pour la Ville d’Avignon.
Il y a tout de même dégradation de bâtiments classés au patrimoine…
Mais le ministère public avait requis dix mois de prison avec sursis et 3000 euros d’amendes, arguant que « ces faits sont intolérables en raison des supports choisis, de sa profession d’architecte et des propos inscrits, propos qui sont nauséabonds, islamophobes ».
Encore un magistrat qui feint d’ignorer que ni l’islamophobie, ni le « nauséabond » (jugement totalement subjectif) ne sont des délits. Autrement dit, on juge le type uniquement pour dégradation, et le ministère public essaie de lui coller un délit d’islamophobie en douce pour justifier des réquisitions sévères.

Et s’agit-il vraiment d’un acte islamophobe ?
D’une part « Francesco Cattaneo » a expliqué avoir agi par colère suite à une altercation avec des Maghrébins, et d’autre part, analysons bien l’inscription principale :
« Mohamad le profet était 1 cochon ».
Pourquoi « Mohamad » et pas « Mahomet » ?
En italien, le mot « Maometto » est moins usité que son équivalent « Mahomet » en français, donc les Italiens appellent souvent le fondateur de l’islam « Mohamad ».
Pourquoi « profet » ?
Parce qu’en italien « prophète » se dit « profeta », et que le « ph » pour le son « f » n’existe pas.

Mais pourquoi a-t-il écrit que Mahomet « était un cochon » alors que nous autres islamophobes gaulois vénérons le porc ?
Hé bien à mon avis ce n’est pas pour dire que Mahomet était porté sur le sexe, mais pour paraphraser un juron extrêmement courant en italien qui traite Dieu de porc :
« dio porco ».
Comme on dit aussi « dio cane » : Dieu [est un] chien, etc.
En fait il y a deux mots en italien qui désigne le cochon ou le porc : « maiale » et « porco ».
Mais « maiale » est le plus usité, désignant autant l’animal que la viande.
« Porco » est péjoratif, insultant, et sert surtout à désigner des personnes ou des choses sales ou libidineuses.
« Porco » vient du latin « porcus » (comme « porc »).
« Maiale » vient du latin « maialis », qui désignait un porc castré, sacrifié à la déesse romaine Maïa, mère de Mercure.
(C’est la même Maïa que dans la mythologie grecque, puisque le Mercure romain correspond à l’Hermès grec.)
Le « taggueur » italien a bien sûr voulu dire « porco », mais il a traduit par « cochon ».
Bref, le procureur ou le ministère public d’Avignon ne pouvaient pas savoir tout ça, trop occupés à chasser l’islamiquement incorrect. Et ces Messieurs du CFCM et du CRCM-PACA non plus, trop contents de gémir une fois de plus sur « l’islamophobie », le « racisme », la « xénophobie » et autres inepties dont ils sont spécialistes.

Francesco Cattaneo n’est même pas un islamophobe patenté, il a simplement voulu écrire un juron de colère :
Mahomet était un porc, « Maometto porco! »

Penchons-nous tout de même encore une fois sur le cochon, aussi important dans l’affaire que « le profet ».
Quant on analyse la phrase « Mohamad était un cochon », s’il y a un personnage qui doit aussi se sentir insulté et diffamé, c’est bien le cochon !
En effet, laisser entendre qu’un personnage aussi exécrable et abject que Mahomet le fondateur de l’islam puisse faire partie de son espèce est pour le moins injurieux.
Mahomet raciste, Mahomet sexiste, Mahomet pédophile, Mahomet pillard, Mahomet assassin, Mahomet tortionnaire, et surtout Mahomet porcophobe !
Maometto razzista, Maometto sessista, Maometto pedofilo, Maometto rapinatore, Maometto assassino, Maometto torturatore e soprattutto Maometto porcofobico!
Pourtant, le Conseil français du culte goret n’a pas porté plainte, pas plus que la Ligue porcine mondiale ou l’Union des organisations cochonnes de France.
C’est peut-être là qu’est le vrai scandale de cette affaire.

Roger Heurtebise

http://ripostelaique.com  du n° 316, le 15/08/2013

 

 

église taguée

 

Cet article n’est pas à l’encontre de « Francesco Cattaneo », loin de là, mais contre la réaction des ayatollas qui se croient tout permis en Occident !
L’islam taggue, vandalise nos églises sans même que nos médias n’en parlent mais nous en avons marre, marre de tous ces musulmans qui nous envahissent et veulent nous imposer leurs lois !
Bravo à vous, Francesco, d’avoir osé manifester au contraire de trop nombreux Français qui ont si peu de courage, d’organisation, de patriotisme pour exprimer leur colère et leur ras le bol !

Les Français Parlent De La France.

pays171-300x225

Vous aimez trop Grand Corps Malade !

 

 e-slam censuré par les médias

Image de prévisualisation YouTube

 il n’est vraiment pas « politiquement correct »!

Profitez-en pour copier la vidéo sur une clé ou sur votre disque,  trop nombreuses sont celles de lui qui ont déjà été supprimées.

 

Tri Yann 30 Ans Au Zenith

Image de prévisualisation YouTube

De la musique, des costumes, des refrains
qui sont de nos latitudes et longitudes !

 

 

Saint-Malo Grande Marée 2014

Image de prévisualisation YouTube

Un superbe spectacle visible
sans aller à l’autre bout du monde

Inconscient qui se fait emporter par le courant
en traversant le passage de Gois

Image de prévisualisation YouTube

Les médias parlent de tout sauf
de nos faits divers qui nous intéressent

« >Autre Que  Réseau Social

Le Voile Entre Aussi Dans Le Sport ! ? !

basket-voilees

! Basketteuses Voilées !

Le communautarisme vient de faire son entrée dans le sport !

Une équipe féminine de basket va disputer son premier match revêtue du voile islamique !
Il y avait bien eu, ici ou là, des projets de compétitions féminines auxquelles devaient participer des sportives voilées, mais ils avaient tous échoué :
le bon sens tenait bon.
Hélas !
Ue bon sens vient de lâcher prise :
Une équipe féminine de basket va disputer son premier match revêtue du voile islamique !

Pour une première, c’est une première, mais ce n’est pas une première sportive :
C’est une première communautariste, la pire de toutes, celle qui bafoue ouvertement l’esprit du sport lui-même, puisque le sport transcende toute religion .
(Le sport transcende également toute race et toute nationalité, n’en déplaise aux racistes et aux agitateurs de drapeaux !)

Évidemment, les naïfs verront dans cette extension du voile les progrès du« vivre-ensemble », alors que les lucides auront compris qu’il s’agit d’un pas supplémentaire dans la course à l’islamisation de notre pays.
Quant aux inconditionnels de la « différence », ils se réjouiront de cette initiative, vu qu’ils ne condamnent pas ceux qui bafouent les lois de la République dès lors qu’ils sont d’obédience musulmane.
Il est vrai que ces mêmes inconditionnels ont pris soin d’habiller la réalité de mots admirables, au point de faire de l’islam une « religion d’amour, de tolérance et de paix » !
Après tout, chacun a le droit de voir midi à sa porte, de considérer « Hitler » comme un authentique démocrate, de vénérer « Lénine », « Staline » et « Mao », de vivre sa foi à sa guise…
Bref, d’arborer le voile islamique dans une rencontre sportive si ça lui plaît, car ce n’est pas un simple match de basket qui pourrait inquiéter la France !
Les joueuses du Mans ont d’ailleurs précisé qu’elles porteront le voile dans le respect des lois de la République, puisqu’elles ne cacheront pas leur visage (sic !).

Désormais, ce ne sont plus les hautes instances du sport français qui fixent les limites de la tenue réglementaire des basketteuses et autres sportives, mais « la burqa » !
Le problème est que cette énième lâcheté exaspère, à bon droit, les Français véritables, qui entendent qu’en France on vive à la Française !
Voilà pourquoi nos élus devraient réviser très sérieusement leur islamophilie, autrement dit leur dhimmitude, car la France profonde ne veut plus d’un islam qui se permet, pour lui seul, ce qu’aucune autre religion ne se permettrait pour elle-même sur le sol Français.

La France n’est pas l’Arabie saoudite !

La France n’est pas à vendre à quelque pays musulman que ce soit !
La France n’est pas à vendre !
Son prix est bien trop élevé.
Il est même hors de prix, car c’est le prix de la liberté !
Et cette même liberté n’a qu’un mot face à l’islamophilie de nos élus :
« Stop ! »,
« Assez ! »,
« Ça suffit ! »,
« On n’en veut plus ! »,
« La coupe est pleine ! »,
« Trop, c’est trop ! »,
« Non, non et non ! »

Maurice Vidal

http://www.bvoltaire.fr  du 25/01/2014

 

 

 

 

Qui nous dit que ce ne seront pas des hommes qui seront sur le terrain ?
Attention, les manches longues sont exigées par leur « charia », celles qui n’en portent pas devraient être mises sur le banc de touche…comme celles qui perdraient leur voile pendant le jeu !
Il va falloir refaire de nouvelles règles du basket pour « ces dames » !
Décidément, notre sport devient du n’importe quoi si les islamistes se mêlent de s’immiscer dans des traditions autres que les guérillas… ou les tâches familiales spécifiquement féminines chez eux.

Les Mots Choisis Et Acceptés Du Jour !

0-300x225

« Enculé de ta race », lance le député !

Il nous fait penser au professeur moraliste avec ses élèves qui, le soir venu, tabasse sa femme.
« Il », c’est Razzy Hammadi, un de ces nouveaux visages de la politique, dont on nous injecte à outrance, comme à des dissidents dans un hôpital psychiatrique soviétique, les apparitions sur tous les plateaux télé.
« Razzy », c’est le donneur de leçons professionnel, toujours bien propre sur lui, qui en sait plus que tout le monde sur la République et ses « valeurs » supposées.
Le problème, pour « Razzy », c’est qu’une vidéo circule sur le Net depuis quelques jours, et dans cette vidéo, son image de gentleman en prend un sale coup derrière la nuque.

L’image est bancale, l’atmosphère sombre d’une fin de soirée qui dégénère entre deux ou trois zyvas de banlieue.
« Razzy », sweat à capuche, est chaud comme une bouillotte, on ne sait pas ce qu’il a pris les heures qui précèdent le très court métrage amateur.
Mais là, c’est pas du Chaplin :
Le truc, pas marrant du tout, montre le député socialiste donnant un coup de poing, lançant « fils de pute, enculé de ta race » à son interlocuteur.
On est bien loin des joutes verbales d’antan, quand les députés de la Troisième, en fins bretteurs cultivés, s’affrontaient à coups d’imparfait du subjonctif.
Sur « i>Télé », l’expert politique maison, celui qui a tout le temps l’air enrhumé, a pris derechef la défense de l’irréprochable républicain :
« Il a géré la crise en homme, en élu de son époque, il n’a pas fait un communiqué, il n’a pas fui les journalistes, il est allé sur une chaîne de télévision – en l’occurrence  »Canal+ » –de sa génération, de son temps également. »
Laurence Ferrari, un brin complotiste, souligne :
« C’était peut-être un coup monté »….
Cela me rappelle quand un mec s’était engueulé avec une socialiste de Mantes-la-Jolie au siècle dernier.
C’était pourtant largement plus sobre, mais les médias avaient tapé beaucoup plus dur à l’époque.
Faut dire que le mec en question, c’était Jean-Marie…

Presque émouvant à sa tribune, « David Assouline », porte-parole du PS, a réagi à la diffusion de la vidéo :
« Cela relève d’un procédé dégradant », ce sont « des mots non maîtrisés » mais « c’est détestable d’utiliser cela pour disqualifier un candidat aux municipales à Montreuil ».
Quand « Razzy » vient s’expliquer sur « Canal » dans la « Grande Édition » (20 janvier), le présentateur « Ali Baddou » le cueille un peu à froid :
« Aujourd’hui, vous êtes dans votre tenue de député, de bon écolier, j’allais dire… »
Effectivement, ce jour-là, « Razzy » surjoue son rôle de premier de la classe.
Un peu comme si « Jamel Debbouze » interprétait « Chaban-Delmas ».
Y a un truc qui cloche.
« Mais on ne parle pas comme ça quand on est un élu de la nation ! », lance « Ali ».
« J’ai réagi en homme », se défend l’autre.
Sur la vie d’sa mère !

Le très droitier « Charles De Gaulle » traitait souvent les députés de « racaille ».
Avec « Razzy Hammadi » un siècle plus tard, l’expression prend tout son sens !

Joris Karl

http://www.bvoltaire.fr  du23/01/2014

 

Image de prévisualisation YouTube

Bartolone défend Hammadi

qui traite un blanc d’enculé

de sa race et de fils de pute.

« Haribo », C’ Est Beau La Vie !

Haribo

Mais quelquefois, c’est compliqué  !

Dans les pays scandinaves, la marque de bonbons allemande annonce qu’elle retire de l’assortiment « Skipper Mix », existant pourtant depuis de nombreuses années, ses réglisses en forme de masque primitif africain, certains consommateurs les ayant jugés racistes.
« Nous avons estimé que nous pouvions garder ce produit (Skipper Mix), et en retirer les parties que certains consommateurs ont jugées offensantes », explique le directeur de Haribo Suède, « Ola Dagliden ».
« Ola » a raison, c’est plus prudent.
On imagine, durant les longues soirées d’hiver devant la cheminée — et Dieu sait si elles sont longues là-bas —, ces hordes de « Breivik » qui les traquaient un à un au fond de la boîte, ces pauvre réglisses cachées derrière deux fraises « Tagada », et mordaient dedans rageusement, avec des rires sardoniques :
« Mouhahaha… ».

C’est plus prudent, mais ce n’est pas suffisant.
Le mieux aurait été, pour désamorcer l’affaire, d’arrêter complètement le produit.
Car lorsqu’on ne verra plus dans le « Skipper Mix » que des « Chamallows » roses ou blancs, énormes, ventripotents, gonflés d’importance, écrasant quelques rares « Dragibus » rasant les murs, ce sera fort peu éducatif, sur le plan du « vivre ensemble », pour tous les enfants qui viennent piocher dans la boîte…
Pour ceux qui s’inquiéteraient, détendez-vous, en France, nous ne risquons rien.
Pour une fois, nous avons damé le pion aux Scandinaves, qui pourtant ont souvent, dans ces domaines essentiels, une longueur d’avance :
Ces bonbons n’existent déjà plus sous nos cieux.
Traditionnellement appelés « tête de nègre » ou « masque », ces réglisses vieilles comme le monde qui pouvaient prendre aussi la forme de visages d’indien ou de cow-boy ont été d’abord rebaptisées « Melting Potes ».
Nettement plus porteur… mais apparemment pas encore assez convaincant :
Lesdites réglisses ont été supprimées l’an dernier.

En France, nous ne risquons rien… quoique.
Car il reste les bananes « Haribo ».
Dont la forme oblongue stylisée peut d’ailleurs aussi s’apparenter à une quenelle.
« Haribo » reste juge, bien sûr, mais est prévenu :
Il faut faire très attentions aux susceptibilités locales.
Il y a des métiers, comme ça, qu’on pense anodins et de tout repos…
Si l’on ajoute ce mini-scandale à celui, en 2012, occasionné par la présence de gélatine de porc dans la composition de nombre de leurs produits, on se demande parfois si « Haribo », confiseur depuis près d’un siècle, ne devrait pas se mettre à vendre des cravates.
Histoire de souffler un peu.

Et même sans bosser chez « Haribo », on a la tête qui tourne.
On ne sait pas – on ne sait plus – s’il faut en rire ou en pleurer.
Se ranger aux côtés de ceux qui pestent et tempêtent :
Et les « pets-de-nonne », c’est flatteur, peut-être ?
Ou de ceux qui rentrent le cou frileusement et qui, au cinéma, quand ils veulent montrer « Denzel Washington », pointent le doigt vers l’écran en disant : « Là, le type avec un pull rouge. »
On ne sait pas, on ne sait plus.
Mais on pressent que tout ça n’est pas très malin.
Et même vaguement dangereux.
Comme ces pensions un peu trop vissées d’autrefois.
Des vieilles filles inquisitrices, leur morale sourcilleuse en bandoulière, voyaient le mal partout, jusque dans les détails les plus insignifiants.
Certains disent qu’elles n’ont pas été pour rien dans le déclenchement de Mai 68.
Les vieilles filles ont changé de tête, la morale aussi, mais l’inquisition reste la même.
Et les mêmes causes pourraient produire les mêmes effets.

Gabrielle Cluzel

http://www.bvoltaire.fr  du 22/01/2014

 

Milices Juives Dans Paris !

BeI7

Cela circule « librement » sur la toile.

A consommer avec précaution !

Dieudonné l’antisémite a changé le titre de son spectacle mais rien n’a changé sur le fond:
toujours autant antisémite, toujours autant négationniste !
Ne nous démobilisons pas en pensant que c’est terminé et que cet antisémite a subitement changé alors que cela fait 10 ans qui crache sa haine antisémite !
La manifestation du 16 janvier à 18h30 près du théâtre de la Main d’Or est maintenue car rien n’est terminé avec Dieudonné l’antisémite !

2013-12-30T150401Z_9581655_PM1E9CU15NF01_RTRMADP_3_FRANCE-ANTISEMITISM_0

Les citoyens français, juifs et non juifs, sont ils tous endormis quand l’antisémitisme, les meetings de haine se déroulent sous leurs yeux ???

Réveillez vos consciences !
Réveillez-vous de votre torpeur !
Montrons à tous ces antisémites et racistes de tout bords que la France citoyenne existe toujours et qu’elle sait encore se tenir debout !

Mobilisez vous tous pour que nous soyons des milliers à manifester le 16 janvier près du théâtre de la Main d’Or lieu d’où s’est propagé cette gangrène d’un autre âge !!!

C’est le 16 janvier à partir de 18h30 et nous devons être tous mobilisés car rien n’est encore terminé !
La « bête immonde » est toujours là !

Faudra-t-il attendre qu’un autre Merah tue à nouveau des enfants pour que la France se lève ???
Faudra-t-il attendre que vos propres enfants soient agressés pour que vous vous sentiez « concernés » ???

Beaucoup de français souffrent de cécité et ne voient pas ce qui se trame.
Ils ont déjà oublié les leçons de l’histoire, les leçons des heures les plus sombres de l’Europe…
Certains qui ne retiennent rien et non aucun respect pour leurs parents et grands-parents estiment même pouvoir rire de l’extermination de 6 millions de juifs…

Non seulement Dieudonné n’est pas encore fini, mais il reste des Soral, des Joe Le Corbeau (moins connu sous son vrai nom, Noël Gérard), des Zéon, des Ruysen et des tas d’autres antisémites à combattre !

Alors envoyons leur un message clair: les français sont debout et refusent de voir cette gangrène se répandre dans notre pays !

J’invite tous ceux qui se prétendent citoyens, patriotes, républicains de tous bords politiques à nous rejoindre et à manifester avec nous le 16 janvier leur refus de voir la France retrouver les heures sombres de l’occupation.

L’antisémitisme, le négationnisme sont un cancer au même titre que le racisme et nous devons les combattre si nous ne voulons pas perdre notre âme et nos valeurs républicaines !

Tous présents le 16 janvier près du théâtre de la Main d’Or à partir de 18h30 !

Communiqué d’Europe Israël - 
Les Fils et Filles des Déportés Juifs de France, la famille Klarsfeld, le BNVCA, le CCJ93, le CCJ94, la LDJ, le Bétar, CIEUX, se joignent à la manifestation du 16 janvier 2014.

source : jssnews.com

http://france.eternelle.over-blog.com  du 17/01/2014

Les enfants « de la guerre » sont tous des séniors maintenant, quand ils ne reposent pas dans leur dernière demeure, qu’ils soient juifs ou non-juifs.
L’histoire ne commence pas avec cet holocauste qui n’a pas été le seul événement de cette seconde guerre mondiale occidentale.
A propos d’histoire, les ressortissants de confession juive n’ont acquis la nationalité Française qu’après 1789.

On Ne Nous Dit Vraiment Pas Tout.

braguette1-300x147

Entre grand-guignol et vaudeville ordinaire à l’Élysée…

Une certaine actrice, la quarantaine, serait enceinte de quatre mois.
De quoi redonner du baume au cœur aux millions de chômeurs de ce pays.
La confusion des genres entre vie publique et vie privée rassemble (enfin) une nation outragée qui vilipende, au passage, les manquements à la déontologie journalistique.
Je n’ai jamais lu ni ne lirai jamais « Closer » par qui le scandale arrive et qui constitue un manquement à ma déontologie culturelle.
Ce qui n’empêche guère l’information, et l’on se demande bien comment, de me parvenir en direct du caniveau.
Je n’ai pas souvenir, certes, d’une si vertueuse levée de boucliers à l’évocation scandalisée, en son temps, des escapades (privées) « sarkozyennes » sur le pont d’un yacht ami et milliardaire dont le nom m’échappe.
Certes, l’un s’affichait, l’autre se faufile en catimini…

Aujourd’hui, la main sur le cœur, le féroce et élyséen « ennemi de la finance »nous vend une absence totale de faille dans le dispositif sécuritaire de ses nocturnes escapades.
Mais pouvait-on totalement exclure que le « deux-roues » présidentiel ne croise malencontreusement la route d’un fêtard automobiliste ?
Quant au numéro de grand-guignol lors de la conférence de presse autour de« la » question brûlant toutes les lèvres, et dont hérita – tel un sésame… que dis-je… une récompense – le « président de l’Association de la presse présidentielle » (?!) diantre !…
« Madame Trierweiler est-elle toujours Première dame de France ? »
L’univers retient son souffle.

De source sûre, la dame trompée, première ou non, se remet du choc nerveux à l’hôpital.
Et pour conclure ce vaudeville « ordinaire » (et non pas « normal »), ce complément d’information trouvé non pas dans la presse française au lendemain de la conférence de presse, mais dans le journal néerlandais « De Telegraaf » citant une source proche du Président, ainsi qu’un journaliste de la chaîne « M6″, et le « Daily Mail » :
Une certaine actrice, la quarantaine, serait enceinte de quatre mois.
De quoi redonner du baume au cœur aux millions de chômeurs de ce pays…

Silvio Molenaar

http://www.bvoltaire.fr/  du 17/01/2014

123456

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43