Archive | TABOU Flux RSS de cette section

Le Gaz N’Est Qu’Un Prétexte Pervers.

Le Gaz N'Est Qu'Un Prétexte Pervers. dans TABOU 1al-nosra-e1378995084854Des Rebelles

Lu dans Le Figaro du 11 courant par la plume de Georges Malbrunot :

« Depuis 15 jours les rebelles islamistes qui contrôlent Alep-Est refusent l’entrée d’une cinquantaine de camions d’aide alimentaire à destination de la population de la partie ouest, toujours sous contrôle de l’armée.
Le Croissant -Rouge syrien tente en vain de négocier avec Al-Nosra, qui « cherche à asphyxier cette frange de la population en prévision des frappes », estime un humanitaire à Damas »

http://www.islamisation.fr  le 11/09/2013

 Au sujet du village chrétien de Maaloula, soit-disant « épargné ».

Message des habitants de Maaloula aux respectables membres du Congrès américain…
(Texte traduit de l’arabe par Mouna Alno-Nakhal pour Mondialisation.ca)
Mesdames et Messieurs,

Permettez-nous de vous apprendre ce qui s’est passé aujourd’hui dans notre ville de Ma’loula, avant de vous rappeler ce qu’elle signifie.
(voir http://www.france24.com/fr/20130905-syrie-al%20nosra-village-chretien-maaloula-attaque-rebelles-islamistes)

À quatre heures du matin, heure de Damas, les gangs armés de la prétendue « Armée Syrienne Libre » ["ASL"], les terroristes de « Jabhat al-Nosra », et les meurtriers de l’État islamique d’Irak et du Levant, ont attaqué notre ville paisiblement installée dans le Djebel Qalamoun, puis ont entrepris le saccage de ses monastères, de ses églises et de ses icônes historiques, avant d’exiger de tous les habitants de se convertir  à  l’Islam !

Oui, c’est ce qui est arrivé à l’aube de ce jour dans notre petite ville de Ma’loula.

Les gangs armés se sont répandus partout, exposant toute leur artillerie sur la place après avoir interdit tous les accès aux lieux saints.

Ces actes criminels, ce saccage systématique de villes chrétiennes, ce terrorisme frappant leurs habitants, font partie d’un plan global visant à déplacer les chrétiens de leurs patries depuis les origines.
( Le Président Sarkozy avait déjà dit au Patriarche maronite :
 » Que les chrétiens de Syrie et du Liban émigrent pour l’Europe, ils n’ont plus leur place au Proche Orient »  !  http://www.silviacattori.net/article2394.html  )
C’est ce que nous venons de vivre alors que l’Etat est toujours fort.
Qu’est-ce qui nous arrivera si jamais ce n’est plus le cas, une fois que les Forces US nous auront bombardés ?

Ce qui attend les chrétiens de nos villes et villages, aux mains de l’organisation terroriste ‘Jabhat al-Nosra » et de ses semblables, est tout simplement terrifiant…
Pouvons-nous espérer que toutes les terribles agressions subies par les monastères et églises de la chrétienté telles celles qui ont eu lieu à Ghassanieh, à Saint Siméon, à l’Église de la ceinture à Homs… finiront par réveiller un tant soit peu la conscience du monde pour qu’il reconnaisse le crime terroriste commis à l’encontre de la Syrie [3] [4] ?
(On sait que Monsieur Juppé est “en faveur d’une intervention” même sans le mandat de l’ONU,
voir http://lci.tf1.fr/politique/syrie-juppe-en-faveur-d-une-intervention-meme-sans-le-mandat-de-8259196.html)
(Par ailleurs, Alain Juppé ne défend pas les minorités… il fabrique des révolutions ! voir http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=29676)

Nous n’aborderons même pas les massacres perpétrés dans toutes les villes et tous les villages où cohabitent ceux que vous désignez par « minorités », puisque vous en connaissez tous les détails !

Mesdames et Messieurs, permettez que nous vous rappelions l’Histoire de Ma’loula qui remonte à des milliers d’années, à l’époque araméenne où elle dépendait du Royaume de Homs, à l’époque romaine quand elle s’appelait Celeokoboles, à l’époque byzantine lorsqu’à partir du IVe siècle elle est devenue le centre d’un épiscopat de première importance qui a duré jusqu’au XVIIe siècle.

Permettez-nous de vous parler du « Monastère de Mar Sarkis »  construit au IVe siècle après JC et conçu selon la simple architecture de l’époque des premiers martyrs, Saint Sarkis étant l’un des cavaliers d’origine syrienne exécuté sous le règne du roi Maximanus en l’an 297 après JC ,  monastère qui était resté intact jusqu’ici !
(A Ma’loula – Le couvent Saint Serge ( Mar Sarkis ) voir http://www.levoyageur.net/photo-1607.html )

Permettez-nous de vous parler du « monastère de Mar Taqla »  où sont conservés les restes de Saint Thècle, fille d’un prince Séleucide et élève de Saint-Paul.
(La Syrie, un pays historiquement Chrétien ou il faisait bon vivre, il y a encore peu…  http://lesamisdejesus.forumactif.org/t5786-la-syrie-un-pays-historiquement-chretien-ou-il-faisait-bon-vivre-il-y-a-encore-peu )
Un lieu bien visible de toute la petite ville et où l’eau est à jamais de « l’eau bénite ».
Un lieu élevé face à la caverne où elle s’était réfugiée après avoir échappé à la persécution des Romains.
Un lieu qui depuis ces temps reculés est resté un symbole de la spiritualité et un témoignage de la vie des saints.
Des religieuses en prenaient grand soin ainsi que des pèlerins venus de tous les horizons.
De là, ils pouvaient contempler les refuges troglodytiques où les premiers chrétiens jeûnaient, méditaient et priaient ; preuve, s’il en fallait, que Ma’loula est une ville monastique d’où l’on prie Dieu, le jour comme la nuit.

C’est Ma’loula…
Ce lieu célèbre de pèlerinage où une fissure ouverte dans la montagne se remplit ou se vide d’eau en fonction des saisons, et où les pèlerins venaient chercher la bénédiction, la guérison et la pureté depuis la nuit des temps !

Les habitants de Ma’loula 

http://www.mondialisation.ca  le 05/09/2013

 

Les habitants sont amers contre l’Occident qui soutient les djihadistes.

« Syrie: une ville chrétienne épargnée »
dans la dépêche de  l’ »AFP »
Des rebelles syriens ont annoncé mardi leur retrait de la ville chrétienne de Maaloula, près de Damas, deux jours après en avoir pris le contrôle.
« Pour s’assurer que du sang n’est pas versé, que les biens des habitants de Maaloula sont préservés, l’Armée syrienne libre (ASL, rebelle) annonce que la ville de Maaloula sera tenue à l’écart des combats entre l’ASL et l’armée du régime », a indiqué un porte-parole rebelle sur une vidéo mise en ligne sur internet. » 

« Le Figaro » ne parle ni des assassinats, ni des profanations avérées, mais se contente de relayer la propagande islamiste, en concédant que ce sont des djihadistes qui sont entrés dans la ville.

Et En Réalité ?

 Les Chrétiens enterrent leurs morts assassinés par l’ »ASL » , les monastères et églises ont été profanés (croix détruites sur le toit), la statue de la Vierge qui dominait la ville, décapitée, les chrétiens sont menacés d’être tués s’ils ne se convertissent pas. 

Ces funérailles datent du lundi 10 septembre, deux chrétiens morts égorgés, et un tué par balle par les djihadistes.
«  SkyNews  »était sur place pour les sceptiques :

« C’est ça ce que vous appelez la démocratie ?
C’est ça que veulent vos gouvernements? »

« Obama enculé ! »

 » Si vous frappez Bachar les terroristes vont exterminer les Chrétiens »

Les habitants, pas masochistes, demandent évidemment à être protégés par l’armée loyaliste de Bachar Al-Assad, voir le reportage du JT du 13h de France 2 du lundi 9 septembre où un habitant reproche aux soldats du régime d’avoir refusé de les armer contre les « barbares », son neveu, un civil, venait d’être atteint par un sniper islamiste…armé par les USA.

http://www.islamisation.fr/ le 12/09/2013

Votre Normalité, Ménagez Votre Pédalo…

Votre Normalité, Ménagez Votre Pédalo... dans TABOU non-a-la-guerre-en-syrie-300x300

A la guerre en Syrie !

 

Hollande peut ranger son pédalo, les rebelles syriens avouent l’attaque chimique !

Monsieur le président par défaut, vous pouvez ranger le pédalo…
Voici un élément dont personne n’a parlé dans vos médias  mais qui, trouvé sur le Net, m’est généreusement envoyé par un de mes contacts patriotes, inquiet des rodomontades guerrières et parfaitement ridicules, dont vous faites actuellement un usage immodéré.

Je sais que l’avis des Français ne vaut pas tripette pour vous, mais je tiens néanmoins à vous avertir que si vous êtes toujours dans l’état d’esprit guerrier qui vous anime depuis quelques jours, il vaudrait mieux pour le moment, mettre de côté les « preuves » (plutôt sujettes à cautions vos preuves !) dont vous disposez, et réfléchir encore un peu avant d’engager nos malheureux soldats (pour lesquels vous n’avez nulle considération), dans une agression ridicule contre un pays qui nenous a rien fait, et dont une énorme majorité de Français réfute vos arguments bidons.

Pour aider votre réflexion, voici un article qui, s’il est confirmé vous plongera encore un peu plus dans l’océan de ridicule où vous avez plongé inconsidérément et entraîné, malheureusement, la France entière avec vous.
Par votre faute nous allons devenir la risée du monde entier… au moins jusqu’à la 5ème génération !
Attaque chimique en Syrie : des rebelles de la Ghouta avouent l’avoir causée

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=127928&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=37&s1=1

Extraits :

« Des miliciens syriens dans la banlieue est de Damas dans la Ghouta orientale ont admis qu’ils étaient responsables de l’incident d’armes chimiques de la semaine dernière … »

Ça se corse on dirait !

« … imputé par les puissances occidentales aux forces de « Bachar Al-Assad » »

Euh… Euh… vous ne vous sentez pas un tantinet em.. bété, président ?
Moi à votre place je le serais, et pas qu’un peu !

« Ces aveux ont été faits pour la correspondante de l’agence américaine « Associated Press » au Moyen Orient, « Dale Gavlak », dont la crédibilité est impressionnante.
Elle a aussi travaillé pour « National Public Radio » (« NPR ») et écrit des articles pour la « BBC News ». »

Aie…aie… aie !
Alors ça c’est pas bon du tout, président …

Si sa crédibilité est impressionnante, pour vous qui n’êtes pas crédible du tout, c’est foutu !

Réfléchissez bien, rapidement,  mais bien.

Même vos deux copains anglais et américain, bien qu’étant d’aussi mauvaise foi que vous concernant les réels motifs (inavouables parce que dégueulasses) de votre volonté d’attaquer promptement la Syrie, se sont rendus compte qu’ils manquaient un peu de biscuits conséquents, et se sont donc ménagés une porte de sortie en se retranchant derrière le vote des représentants de leurs peuples.
Mais si malgré tout cela vous n’êtes pas calmé, et avez toujours envie d’en découdre, c’est bien compréhensif aussi, la petite virée au Mali, où vous - enfin les soldats - avez rapidement mis la pâtée aux méchants extrémistes, vous ayant si bien réussie en terme de reconquête des sondages, que vous soyez tenté par un remake.
Sauf qu’il ne s’agit pas du tout de la même situation :
Primo l’ampleur de la tâche implique que surtout vous n’y alliez pas seul, et deuxio, vous seriez bien le seul à ne pas admettre  la démence qu’il y a à vouloir aider ceux que vous avez combattus au Mali.

Président faites un effort :
Un extrémiste, un djihadiste… ou quel que soit le terme que vous choisirez, est toujours un méchant !
Il n’y a pas de gentils islamistes extrémistes ! 
Sortez-vous bien cela de la tête, sinon à force d’édulcorer en permanence la dangerosité de ces gens-là, vous risquez de la perdre définitivement la tête !
Bon !
Nous on s’en moque un peu, mais j’imagine que vous y tenez à votre tête … depuis vous semblez vous y être habitué.

Si vous n’êtes toujours pas calmé, disais-je,  je vous recommande plutôt d’aller confronter vos humeurs guerrière aux excités des nombreuses banlieues à risque, zones de non droit, zones de sécurité prioritaires… de France, accompagné de vos sinistres Valls, Taubira, Fabius  (et d’autres s’ils veulent), où vous pourrez, j’espère,  réaliser à quel point vous vous fourvoyez avec votre suicidaire politique multi-ethnique… même dans les contes de fées ça n’existe pas la concorde entre la République et l’Islam.

Mais si vous vous entêtez et faites fi de mes conseils (grandement intéressés) vous aurez ce que vous méritez, en récoltant ce que vous aurez semé.
Juste une dernière chose :
Méfiez-vous tout de même, parce qu’à force de faire l’intéressant, style « je suis le président, je fais ce que je veux, et personne ne peut m’en empêcher »… dans peu de temps, ce n’est pas seulement votre photo qui sera censurée…
J’aurais aimé pouvoir faire appel à mon empathie afin de vous transmettre quelques mots de compassion, mais compte tenu que vous m’êtes infiniment antipathique et m’énervez sans modération,  cela relève de mission impossible…
Qu’est-ce que vous voulez, quand ça veut pas, ça veut pas !

Et si par hasard, l’information se révélait erronée, je ne retire rien de ce qui précède, car avec ou sans aveu des rebelles syriens, je reste convaincue que pour maintenir la paix dans un pays islamiste où les extrémistes sont causes de nombreux crimes, il faut nécessairement un homme de la trempe de « Bachar Al Assad » pour les tenir d’une main de fer.
Un boboland là-bas est encore moins concevable qu’ici.

Josiane Filio

http://ripostelaique.com  du n° 319

Bien Gouverner Signifie – T – Il Jouer ?

Bien Gouverner Signifie - T - Il  Jouer ? dans TABOU pas-vote-hollande-francais-1--e1378408822198

Je n’ai pas voté Hollande !

 

Hollande le dictateur ne fait voter que s’il est sûr de gagner…

Et il ose critiquer « Bachar El-Assad » en opposant ce qui serait une démocratie, la France, à la dictature de ce Président de la Syrie.
Certes personne n’a jamais prétendu que  »Bachar El-Assad » était et un ange et un démocrate mais Hollande est particulièrement mal placé pour donner des leçons !

Il a en effet affirmé lundi soir qu’il ne soumettrait l’intervention en Syrie au vote des parlementaires que s’il était sûr de l’emporter :
Lundi soir, en marge d’une rencontre avec des «personnalités d’avenir» de la Fondation France-Chine reçues à l’Élysée, Hollande a confié à des élus qu’un vote pourrait être envisagé, s’il était certain qu’une majorité s’y rallie.
«On fera le vote à un moment où la droite ne pourra pas ne pas voter oui», a ajouté le président, qui juge que le climat politique des derniers jours ne se prête pas à une consultation du Parlement.
À l’Élysée, personne ne se risque au moindre pronostic sur l’état d’esprit des parlementaires tant que les termes de la question posée ne sont pas connus.
..
C’est sans doute pour les mêmes raisons qu’il n’a pas (encore ?) soumis le droit de vote des étrangers au Parlement qui devra(it) se réunir à Versailles pour cela, non plus que la modification de la constitution nécessaire pour ratifier et appliquer la très dangereuse charte européenne pour les langues régionales et minoritaires…

Hollande le mou ne joue que s’il est sûr de gagner.
Et pour gagner il est prêt à tout.
Même à armer les rebelles syriens, qui sont pourtant des terroristes islamistes, et à les aider de toutes les façons possibles.
Il nous a refait le coup de Bush et des prétendues preuves.
Qui peut le croire un instant ?
Même Obama, qu’il suit pas à pas comme un fidèle toutou, hésite et n’est pas sûr de pouvoir délibérément faire prendre des vessies pour des lanternes à ses concitoyens.

Mais cela, Hollande n’en a cure.
Pourvu qu’il puisse avoir le vote des parlementaires, il se moque du peuple.

Bachar El Assad l’a bien dit, seul un changement de politique, à savoir un changement de gouvernement en France pourrait éviter le pire, aux Syriens comme aux Français :
« Quiconque contribue au renforcement financier et militaire des terroristes est l’ennemi du peuple syrien.
Quiconque œuvre contre les intérêts de la Syrie et de ses citoyens est un ennemi.
Le peuple français n’est pas notre ennemi, mais la politique de son État est hostile au peuple syrien.
Dans la mesure où la politique de l’État français est hostile au peuple syrien, cet État sera son ennemi.
Cette hostilité prendra fin lorsque l’État français changera de politique.
Il y aura des répercussions, négatives bien entendu, sur les intérêts de la France.  »

Christine Tasin

http://www.resistancerepublicaine.eu  du 05/09/2013

Parlons Du Vampire Des Carpettes.

Parlons Du Vampire Des Carpettes. dans TABOU vampire-e1378227913856

Serait-ce la tribune de trop pour Bernard-Henri Lévy ?

Dans l’édition du Point de ce jeudi 29 août, B.H.L. se livre à une violente diatribe contre la Fédération de Russie et son Président, « Vladimir Poutine ».
Pour lui, aucun doute, au diable les inspecteurs de l’ »ONU », c’est « Bachar Al-Asssad » qui a gazé son peuple.
Ne pas le dire, c’est, écoutez bien, être « d’un quarteron de rouge-brun qui ne ratent aucune occasion d’exercer leur révisionnisme maniaque ».
Il faut le savoir, si vous n’êtes pas de l’avis de B.H.L., vous êtes un nazi.

C’est une première constante chez B.H.L.

Comme ça sent le gaz en Syrie, il faut que l’ »ONU » intervienne, c’est incontournable.
« pas de question non plus sur la nécessité d’une riposte : la morale l’exige ; la cause de la paix le demande ; mais le pragmatisme, l’esprit de sérieux, la realpolitik la plus élémentaire le prescrivent tout autant ».
Notez que lui se garde bien d‘y aller car il n’a jamais mis sa peau au bout de ses idées malsaines !

C’est une deuxième constante chez B.H.L.

Et si l’ONU est bloqué « par les Etats voyous et, de fait, par leur parrain russe », il faut passer outre le droit international et faire comme en Serbie en 1999.
Tant pis pour les populations civiles bombardées, les terres polluées par l’uranium enrichie des munitions de l’ »OTAN » et les infrastructures civiles rasées.
Si la nef de la gloire de B.H.L. doit flotter sur des océans de sang, qu’à cela ne tienne : Serbes, Kosovars, Géorgiens, Ossètes, Palestiniens, Libyens ont déjà payé leur tribut à B.H.L., c’est au tour des Syriens.

C’est une troisième constante chez B.H.L.

Dans son texte, mal écrit comme à l’accoutumé, il dit que la Russie est « un grand pays gouverné par des matamores revanchards, dopés au ressentiment ».
Et le philosophe péripapéticien de s’interroger :
« Et si Vladimir Poutine n’était qu’un tigre de papier ?
Un « Popeye » « bodybuildé » ?
Un maître chanteur sans biscuits, qui ne prendra pas le risque de mettre en péril ses Jeux olympiques de Sotchi ? »
.
On peut tapisser la Syrie de bombes, car la Russie n’interviendra pas.
B.H.L. le sait :
« [il en] a pris conscience en discutant, cet été, avec un responsable russe dont [il] dois respecter l’anonymat ».
Il faut croire B.H.L. sur parole.

C’est une quatrième constante chez B.H.L.

Et c’est là qu’il faut faire le portrait de B.H.L., puisqu’il nous demande de le croire sur parole.
Quel est donc cet homme qui a ses audiences dans la plupart des rédactions françaises, dans lesquelles il est soit actionnaire, soit ami avec les propriétaires ?

Bernard Henri Lévy, dit B.H.L, est un agent d’influence millionnaire et un menteur pathologique.
Millionnaire, il l’est, grâce à la société de commerce de bois précieux, héritée de son père, la Becob.
Côte d’Ivoire, Cameroun, Gabon sont des proies faciles.
Si plusieurs enquêtes de journalistes français ont été bloquées et jetées à la corbeille, une association humanitaire anglaise a dénoncé les méthodes quasi-esclavagistes qui règnent dans ces exploitations : salaires en retard, équipements sanitaires déplorables et un ruisseau pollué pour s’alimenter en eau…
Chargé de la communication interne, puis vice-président du conseil de surveillance, et même dirigeant pendant deux ans, Bernard-Henri s’est sérieusement impliqué dans la boutique familiale, boutique qu’il a revendu au Groupe Pinault pour plusieurs centaines de millions d’euros.
Pas obligé d’avoir du talent ou de travailler pour bien vivre, B.H.L. peut utiliser tout son temps à se mettre en valeur…

Comme écrivain ou philosophe, B.H.L. est la risée de ses pairs.
Les livres qui démontent son mythe, sont légions.
Les élucubrations de B.H.L. lui ont valu les réprimandes et les sarcasmes d’intellectuels aussi divers que « Raymond Aron », « Gilles Deleuze », « Pierre Bourdieu », « Pascal Boniface », « Michel Onfray » ou encore « Pierre Vidal-Naquet » qui a dit de lui, je cite : « qu’il s’agisse d’histoire biblique, d’histoire grecque ou d’histoire contemporaine, B.H.L. affiche dans tous les domaines la même consternante ignorance, la même outrecuidance ». Fin de citation.
La palme revenant sans doute à « Alain Soral » qui l’a réduit à néant dans l’une de ses vidéos, désormais culte.

B.H.L. serait sans importance, s’il n’était porté aux nues, par des médias aux ordres, et complaisants.
Ses livres et ses films sont des flops retentissants que le public raille quand il ne le boude pas.
Tout n’est qu’apparence, fatuité, et pour cause, le seul idéal de B.H.L, c’est lui-même. .
Falsificateur, affabulateur, menteur, lâche, narcissique, il devient dangereux quand il se prend pour un journaliste ou un diplomate.
Nous ne remonterons pas à la Bosnie ou à la Serbie, où il a déjà sévit, même si son influence était encore restreinte.
En 2005, en Géorgie, alors que la Russie a mis fin au massacre des civils en Ossétie du Sud et stabilisé la ligne de Front, B.H.L. s’installe au « Mariot », un 5 étoiles à « Tbilissi », et témoignera de la férocité des Russes qui ont brûlé « Gori », avec des centaines de chars.
Pourtant, il n’a rien vu, n’est jamais allé sur le front et ses propos sont démentis par les journalistes et les élus européens présents sur place.
Mais ce n’est pas grave, l’oracle a parlé.
Deux jours et demi en palace, et il repart comme il est venu, en jet privé.
Il paraît qu’il ne pouvait pas rester plus longtemps sur place, il avait une soirée à Nice le samedi…
Mais c’est en 2010 qu’il parvient enfin à avoir sa guerre, déclarée par lui, tout seul.
La Lybie.
Dans un numéro incroyable, où toute la diplomatie française est « squizzée » par quelqu’un qui n’a aucun mandat du peuple, pas même une écharpe de maire adjoint d’un bourg de la Corrèze, B.H.L. fait bombarder un État souverain, livrant la population libyenne aux milices islamiques et à l’anarchie.
La France, qui n’a pas les moyens de payer ses fonctionnaires, de nourrir ses retraités et d’équiper ses hôpitaux, lance deux milliards d’euros sur les Libyens, sous forme de bombes, missiles et roquettes.
Quand les combats cessent, B.H.L. est là et pose en guerrier, aux milieux de soldats d’opérette, aux treillis bien repassés, aux fusils d’assaut équipés pour le tir à blanc et avec un seul chargeur…
Deux ans après, alors que les massacres continuent, B.H.L. n’a jamais eu le moindre mot de compassion pour les civils que son délire à plongés dans le sang, le meurtre et les exécutions confessionnelles.

Pire, il veut récidiver en Syrie.
Toutes les abominations commises par ses amis, les pseudo-rebelles, du viol de gamines de moins de 13 ans à l’éventration des femmes chrétiennes, en passant par les décapitations des soldats capturés vivants ou des scènes de cannibalisme, rien n’a pu altéré la splendide suffisance de ce fou dangereux, qu’il faudrait écouter comme un nouveau messie.
Son cas est pathologique, il tient plus de la psychiatrie que de la diplomatie, du journalisme ou même de la philosophie.
C’est cet homme là qui veut entraîner le monde dans une guerre en Syrie, dont nul ne peut dire quelles seront les conséquences, vues les puissances régionales et internationales impliquées.
B.H.L. vend sa folie, comme d’autres vendent leur corps…
On dit qu’en Irlande, la folie, ça se danse.
En France, visiblement, ça se prostitue.
Mais en Russie, ça se soigne, et c’est sans doute ce qui fait tant peur, à B.H.L.

Sylvie Collet

http://www.prorussia.tv  du 02/09/2013

Industrie Française D’Avenir, le Babeurre.

 Industrie Française D'Avenir, le Babeurre. dans TABOU fabrication-e1378057393438Fabrication Garantie UMPS Française

L’explosion des naturalisations, « un beau combat » ou un crime ?

Qu’en dit le bon peuple de droite toujours sensible aux coups de menton martiaux ?
Après avoir usé d’accents mussoliniens – ou plutôt castristes – à la grand’messe socialiste de La Rochelle pour clamer ses convictions de gauche, à l’unisson de « son amie »  »Christiane Taubira », « Manuel Valls » a jugé plus que globalement positif son bilan en matière de naturalisations : +14% en un an.

Un « beau combat » non pour la France mais pour le « PS » et que notre pays va payer très cher.

Jeudi dernier, « Le Nouvel Observateur » consacrait sa couverture et un copieux dossier au ministre de l’Intérieur, « l’homme qui dérange » jusqu’à l’Elysée par son « ambition inextinguible » et son « insolente popularité »« plus de six Français sur dix » lui apportant leur soutien… du moins selon les instituts de sondages qu’on n’est pas obligé de croire sur parole, surtout après l’enquête « CSA/Atlantico » selon laquelle 45% des Français seraient favorables à une intervention militaire en Syrie, 40% y étant opposés, alors que les sondages réalisés par divers quotidiens auprès de leurs lecteurs donnent des résultats tout différents :
74% de contre dans « Metronews », 83% dans« Nice Matin », etc.

Un « vallseur » roi du contrepied

Mais si le chiffre donné par « Le Nouvel Obs’ » est vrai, jusqu’à quand nos compatriotes se laisseront-ils abuser par le « vallseur » de la Place Beauvau, virtuose des contrepieds ?
Car si, lors de l’inutile « séminaire gouvernemental sur la France en 2025 », Manuel Valls avait déclaré le 19 août :
« L’ensemble de nos politiques migratoires devront être questionnées.
Parmi elles, la question du regroupement familial pourra être posée »
 (on notera l’utilisation répétée du futur, qui n’engage personne), il recourait en revanche au présent pour se féliciter le 28 août de l’explosion, grâce à lui, des naturalisations en 2012.
« Un beau combat pour la France », a-t-il osé dire en Conseil des ministres en soulignant que ce magnifique résultat, 14% d’augmentation (comme on souhaiterait que la croissance, le volume de nos exportations et la lutte contre le chômage connaissent une telle courbe ascendante !), était le résultat de sa réforme de l’accès à la nationalité entamée en octobre 2012 avec notamment sa circulaire « assouplissant les critères pour les précaires, les jeunes et les talents(sic) », « conclusion logique d’un parcours d’intégration réussi ».

Ce n’est qu’un début, continuons le beau combat !

« Ses consignes ont eu leur effet, commentait le quotidien « Metronews » :
Sur l’ensemble des demandes, 40% obtenaient un avis favorable des préfets en 2011… ce taux est remonté à 61% aujourd’hui, selon les premiers chiffres officiels rendus publics mercredi […]
Mais Manuel Valls n’entend pas en rester là.
Pour aller plus loin, le ministre a présenté à ses collègues un décret visant à harmoniser les pratiques des préfectures, un rapport de l’inspection générale de l’administration ayant fait état de taux de refus pouvant s’écarter de 10 points de la moyenne à certains endroits.
En vue de créer des “pôles de compétence”, le décret prévoit d’expérimenter trois “plateformes régionales” pour l’instruction des dossiers :
A Nancy pour la Lorraine, Besançon pour la Franche-Comté (dès le 1er septembre) et Beauvais pour la Picardie (au 1er janvier).
Et pour rendre l’ «assouplissement » recherché encore plus effectif, un autre décret publié deux jours plus tard au « Journal officiel » entérine l’abandon du questionnaire de culture générale prévu dans une loi du 1er janvier 2012, dispense les personnes âgées de plus de 60 ans et les diplômés d’établissements francophones de tests de langues et prévoit, pour les autres, que ces tests ne soient plus éliminatoires.
Rendant visite le 8 août 1819 aux élèves de l’école militaire de Saint-Cyr, Louis XVIII leur avait dit que chacun avait « dans sa giberne le bâton de maréchal ».
On l’a compris : désormais, grâce à la troïka « Valls-Ayrault-Hollande », tout immigré (clandestin inclus) a dans son sac à dos siglé « Adidas » sa carte Vitale et sa carte d’identité.

La tactique du voleur chinois

Dans un acte fondateur, la toute nouvelle majorité de gauche arrivée quelques jours plus tôt au Sénat votait le 8 décembre 2011 un projet de droit de vote des immigrés, auquel, selon un sondage BVA, 61% des Français étaient, paraît-il, favorables.
Mais un tel projet exige une révision constitutionnelle qui ne peut être obtenue que par un vote massif des Assemblées réunies en congrès, ou par un référendum dont on sait, depuis le rejet du traité européen de 2005 – pourtant unanimement approuvé par les partis de l’Establishment –, qu’il peut réserver de très mauvaises surprises.
Il est donc à la fois plus prudent et plus expédient d’adopter la tactique du voleur chinois progressant par petits pas (en l‘occurrence, des décrets successifs) vers son butin.

Au surplus, faire voter les immigrés à des élections locales ne suffit pas à la gauche.
Pour gagner les législatives et surtout la présidentielle, « la reine des élections », l’appui des allogènes est indispensable comme nous le rappelions dans notre article de décembre 2011 sur la démonstration de force des sénateurs « PS » et assimilés, Le droit de vote des immigrés, l’arbre qui cache la forêt des naturalisations.

Nicolas Sarkozy, champion d’Europe du bradage

Mais l’UMP, qui a protesté, à juste titre, oublie que l’ « explosion » ne date pas de l’automne 2012, le précédent quinquennat y ayant déjà très largement contribué sans qu’elle élève la moindre protestation.
Nicolas Sarkozy avait bien pu affirmer solennellement le 23 novembre 2011 devant le congrès des maires de France que « le droit de voter et le droit d’être élu dans nos territoires doit demeurer un droit attaché à la nationalité française », cela ne l’avait nullement empêché de brader cette nationalité, tout comme « Jacques Chirac » avant lui.
Plus de deux millions de néo-Français ont ainsi été créés entre 1995 et 2009, le chiffre ayant bondi sous les deux dernières présidences de 95.410 naturalisés en 1995 à 133.479 en 2009 avec un pic de 165.140 en 2004, Monsieur Sarkozy occupant alors au ministère de l’Intérieur le fauteuil où prospère aujourd’hui Valls.

Or qui sont ces néo-Français parents de millions d’enfants bientôt inscrits automatiquement sur les listes électorales ?
Effet du désastreux regroupement familial, 62,7% d’entre eux sont originaires d’Afrique, dont 41,2% de Maghrébins, à l’instar du député socialiste « Razzy Hammadi » ou de la vice-présidente du Sénat, l’Algérienne « Bariza Khiari », qui, depuis son arrivée au Palais du Luxembourg en 2004, a multiplié les propositions de loi favorables à ses congénères.
Comme on comprend dès lors le torrent d’éloges déversés en 2009 sur Nicolas Sarkozy par le site marocain « yabiladi.com » que nous citions dans l’article de 2011 !
Alors, écrivait-il, que « le Royaume-Uni et l’Allemagne ont diminué l’octroi de nationalités à hauteur de -21% et -16% respectivement (…) la France est le pays européen où le plus d’étrangers ont été naturalisés en 2008 : 137.000, contre 129.000 au Royaume-Uni et 94.000 en Allemagne », le Maroc arrivant « en tête des pays d’origine des nouveaux nationaux ».
D’où le « satisfecit » accordé par le site chérifien :
« En termes absolus, la France est bien le pays le plus ouvert sur le plan des naturalisations », avec « 2,1 naturalisations sur 1000 citoyens ».
C’est ce que confirmait le quotidien « Aujourd’hui en France » le 3 mai 2010 sous le titre « Les naturalisations explosent [déjà !] à Paris », où, grâce à « la récente simplification [déjà !] des démarches », le nombre des étrangers naturalisés français, 4000 au cours du seul premier trimestre 2010, « a doublé dans la capitale par rapport au premier trimestre 2009 ».
Résultat, selon la préfecture de police de Paris, dans la seule capitale, « environ 16.000 ressortissants étrangers pourraient acquérir la nationalité française d’ici à la fin de l’année, soit une augmentation de 52% par rapport à l’année dernière ».

Vers la désintégration

Ainsi, de « simplification » sarkozyenne en « assouplissement » vallsique, toute la donne raciale, sociologique et politique est changée dans notre pays, la substitution d’électorat accompagnant la substitution de population.
Nicolas Sarkozy semble l’avoir compris à la longue puisque, de crainte sans doute d’une sanction dans les urnes (qu’il ne parvint pas à éviter), le rythme des naturalisations se ralentit nettement en fin de mandat : 95.000 en 2010 puis, foi de « Claude Guéant », 66.000 seulement en 2011.
Mais il était trop tard.
Le mal, irréversible, était fait.
Et le nouvel Elyséen l’aggrave encore, en douce, tandis qu’il amuse la galerie avec ses bruyantes menaces de « punition » contre la Syrie.
Comme si l’asphyxie et la désintégration de son propre peuple par un dirigeant politique ne constituaient pas, aussi, un crime contre l’humanité.

Claude Lorne

Eclairons Notre Lanterne Enfumée.

Eclairons Notre Lanterne Enfumée.  dans TABOU muslim-e1377889337143

Les mensonges d’Obama suivi par Hollande sont vraiment trop gros…

Exceptionnellement, je m’oblige à regarder le 20h de « TF1″ ce soir.
Afin de voir ce que la « pravda » nous a cuisiné pour nourrir nos petits cerveaux gavés de distractions perpétuelles destinées à les rendre somnolents.
L’actualité est « calamiteusement » bouillante puisque même notre catastrophe nationale, le porte-avions Charles de Gaulle, est sournoisement envoyé en Syrie, afin sans doute de finir de le détruire en toute discrétion.
Les pauvres Syriens, comme s’ils n’avaient pas assez de soucis comme ça…
Montre en main, le reportage sur cette guerre longuement préparée aura duré deux minutes trente, pas plus.
Même le reportage sur « Valérie Trierweiler » sur une plage avec des enfants immigrés à qui la France a payé des vacances a duré plus longtemps.
Les braves petits ont d’ailleurs donné une belle leçon d’humilité à la maîtresse de « Pépère » puisqu’ils ne savaient même pas qui elle était, l’appelant tour à tour « Caroline de Monaco » ou « Bernadette Hollande »… Bref…
Alors résumons, « Bachar Al-Assad » est d’accord pour se faire contrôler par l’ »ONU » mais histoire de mettre un peu d’ambiance festive à son contrôle, il aurait décidé de gazer son peuple quelques jours avant…
Ce serait comme si un restaurateur foirait volontairement son plat servi au visiteur du Gault et Millau !
Plus c’est gros et mieux ça passe…

Les gentils rebelles islamistes -probablement modérés puisque la presse unanime occulte sciemment le terme de djihadistes pour les désigner- refusent quant à eux toute vérification de quoi que ce soit et tirent même à vue sur les inspecteurs qui pourraient découvrir sous leur matelas la légère odeur de gaz qui en émane encore.
Autant dire qu’on nous mène en bateau et sans même prendre le soin de rendre l’histoire un peu crédible, c’est vous dire à quel point nous sommes considérés comme des crétins par nos élites !
Et pourtant nous avons déjà été bien échaudés avec l’Irak où l’on attend toujours, dix ans plus tard, de découvrir les fameuses armes de destruction massive pour lesquelles nous avons mis à bas un régime et un pays.

Dans la ville syrienne de Banias ont été découverts dans une cache de ces terroristes islamistes une quantité de produits chimiques dangereux telle qu’elle pouvait suffire à détruire un pays entier !.
Par ailleurs, la Russie détient la preuve que les islamistes avaient déjà fait usage de gaz sarin le 19 mars dernier dans la région d’Alep, une preuve confirmée par les témoignages unanimes des habitants du village de « Khan el-Aklass », victimes d’un missile tiré par le groupe djihadiste du Front al-Nosra.
En 2012 la « BBC » censurait un article et une vidéo embarrassante montrant les fameux « rebelles » forçant un prisonnier à commettre un attentat suicide et l’obligeant à conduire un camion bourré de 300kg d’explosifs.
Evidemment, la vidéo entachant quelque peu l’image des petits chouchous de l’Occident, il a bien fallu la soustraire aux regards.
Dans le même temps le « New York Times » diffusait un film à la gloire des combattants rebelles titré « Les Lions du Tawhid ».
En juin 2011 un article du journaliste « Michel Collon » relatait le témoignage d’un Syrien :
« Depuis un mois, des bandes armées circulaient à moto ou en voiture dans la ville et les environs et y semaient la terreur.
Puis ils ont tué des policiers -Les TV ont montré deux charniers découverts par l’armée après son entrée dans la ville-, ont mis le feu aux bâtiments publics et ont détruit à l’explosif l’immeuble des forces de sécurité tuant 67 personnes 
».
Il y dénonçait les manipulations et mensonges des médias inventant des manifestations qui n’ont jamais eu lieu, avec notamment un mort présenté comme martyr alors qu’il avait simplement succombé à une crise cardiaque en sortant de la mosquée.

La BBC, encore, avait en mai 2012 diffusé une photo de soi-disant victimes syriennes alors que ladite photo datait en réalité de 2003 et montrait des morts… irakiens !
D’autres médias ne se sont pas gênés pour reprendre également des clichés d’Irak ou du Liban.
« Michel Collon » dénonçait l’ingérence occidentale comme « le colonialisme des temps modernes », mais au nom de la démocratie et des droits de l’Homme, bien entendu.
Ces fameux droits de l’Homme qui servent opportunément de prétexte au régime de Hollande pour aller faire la guerre dans un pays en y ajoutant encore plus de morts à la liste de ceux qu’il prétend venger…
Cherchez l’erreur…

Que ne va-t-on guerroyer les Yéménites, les Saoudiens ou les Chinois qui en matière de droits de l’Homme en sont encore à l’âge de pierre ?!
1 200 000 morts tibétains, j’attends avec impatience que « Pépère » envoie ses troupes à Pékin et son porte-avions foireux sur le Mékong…
Radio Courtoisie le 18 mai dernier diffusait le témoignage d’une religieuse oeuvrant en Syrie, « Sœur Marie-Agnès de la Croix », qui dénonçait l’hypocrite malhonnêteté des dirigeants occidentaux et la lâcheté de ses pairs chrétiens terrifiés à l’idée de dénoncer les horreurs perpétrées par les islamistes :
« Cannibalisme, viols par dizaines de terroristes islamistes mariés religieusement pour l’occasion sur des jeunes filles tuées atrocement par la suite, assassinats de la manière dont vous vous doutez.
La tentative de destruction de ce pays depuis deux ans, au prix de mensonges tellement grossiers que les peuples occidentaux ne peuvent plus avaler.
Personne ne croit plus au dirigeant sanguinaire mais plutôt une tentative d’anéantissement de ce pays… pays de première importance géo-stratégiquement ! 
».
A la même période étaient diffusées des images montrant un « gentil » chef rebelle arrachant puis dévorant le cœur et le foie d’un partisan de « Bachar » (la vidéo a bien sûr disparu depuis).
Le chef y déclamait son amour pour Allah tandis qu’il se remplissait la panse des abats du malheureux.
« Nous jurons devant Dieu que nous mangerons vos cœurs et vos foies, soldats de « Bachar » le chien.
Takbir ! Dieu est Grand.
Oh héros de « Baba Amr », massacrez les « Alaouites » et découpez leurs cœurs pour les manger 
».
Des exactions d’ailleurs légitimées par le silence et les mensonges des grands reporters dépêchés sur place…

Ces jours-ci c’est le quartier chrétien de Damas qui a été attaqué par les roquettes lancées par les fameux rebelles. « Alep » n’est plus ravitaillée en denrées alimentaires ni en carburant, les prix sont prohibitifs et la ville est en partie détruite, les habitants ne peuvent plus circuler tranquillement, ils sont enfermés chez eux « assiégés » dans leur propre ville.
« Depuis le début du « Ramadan », les rebelles ont bloqué les routes par lesquelles passent les camions censés approvisionner les deux millions d’habitants de la ville.
Les gens peuvent tenter de passer des quartiers sous contrôle gouvernemental aux régions contrôlées par les rebelles.
On appelle ce chemin le “passage de la mort” 
» explique une femme.

Elle s’étonne que la plupart des islamistes soient en réalité des étrangers luttant pour la Palestine.

Ces factions contribuent en outre à détériorer la bonne entente entre les différentes communautés religieuses qui coexistaient pacifiquement jusque là, puisque la Syrie de « Bachar » est laïque et ne montre aucune préférence pour une confession particulière.
« Ils ont mis en place un tribunal qui marie et prononce le divorce par la seule phrase “Allah akbar”.
Ce tribunal peut s’emparer de n’importe quelle maison, n’importe quel bien, en disant “Allah akbar”.
Cette formule est un mot de passe qui leur donne le droit de faire ce qu’ils veulent, au nom de l’islam
 ».
On le voit, que ce soit à des milliers de kilomètres d’ici ou dans nos rues, le danger partout est le même et s’appelle islam, et grâce à nos dirigeants corrompus, il est valorisé, vanté, installé.
Comme en France, l’âme du peuple syrien est vendue au diable mahométan, y causant le même malheur, le même mortel poison, et cela pour des intérêts financiers colossaux, pour du gaz, du pétrole, des stratégies politico-financières.
On joue la vie des peuples pour les bienfaits de quelques-uns, d’une élite qui ne dit pas son nom mais qui prend un plaisir particulièrement sadique et pervers à diviser pour mieux régner.

70% des Syriens sont favorables à « Bachar Al-Assad » (ils ne sont pas rancuniers dites donc).
Et si on leur demandait de venir faire de l’ingérence chez nous et d’intervenir pour destituer notre dirigeant ?
Qu’en pensez-vous ?

Caroline Alamachère 

http://ripostelaique.com  du n° 318

La Guerre Est Ruse Et Tromperie.

La Guerre Est Ruse Et Tromperie. dans TABOU tele1-e1377646464573

Dix raisons de douter de la responsabilité de l’état syrien dans le gazage d’Al-Ghouta

Alors que la France reprend la version des médias acquis aux rebelles islamistes sur le drame du gazage de civils à Al-Ghouta, voilà dix raisons de rester très prudent :

1- Le régime syrien venait d’accepter l’entrée d’observateurs de l’ONU avant le massacre.
Après le massacre, pourquoi de nouveau autoriser les enquêteurs à venir sur le site d’Al-Ghouta ?

2- Les seules armes chimiques utilisées avec certitude depuis le début du conflit l’ont été par les rebelles, Clara del Ponte de la commission d’enquête onusienne l’a confirmé en mai, et la police turque a arrêté 12 djihadistes qui transportaient 2 kilos de gaz sarin également en mai.

3- L’armée loyaliste gagne sur le terrain depuis des mois, elle n’a aucun besoin stratégique à user de gaz, et encore moins envers des civils.

4- L’Observatoire syrien des droits de l’homme, qui a accusé en premier « Bachar », est notoirement lié aux rebelles, tout comme l’agence « Shaam News ».

5- Des mortiers tirant des obus avec des charges chimiques sont utilisés par les rebelles comme le montre cette vidéo (parmi d’autres éléments de preuves).
Le faible niveau technique des artilleurs rebelles rend tout à fait plausible une erreur de tir…ou une attaque délibérée « sous faux drapeau ».

6- Ce scénario a déjà été vu en Bosnie, lorsque des obus tombés sur le marché de « Markale à Sarajevo » tuant des civils furent attribués au Serbes pour légitimer le bombardement des Forces serbes en 1995.
L’étude balistique prouva que les obus furent tirés depuis les positions bosno-musulmanes, sur ordre de « Alija Izetbegovic » qui fit sciemment tirer sur son propre peuple pour provoquer une riposte de l’Otan.
Le général « Morillon » et François Mitterrand lui même avouèrent que l’épisode déclencheur de la riposte alliée était un montage.
Bien longtemps après la guerre évidemment…
En 1999 c’est un vrai-faux massacre de civils au Kosovo, dans le village de « Racak », où les « victimes civiles » étaient en fait des soldats de la mafia « UCK » dont les cadavres furent déguisés en civils.
L’enquête de l’ONU le prouva.
Mais ce montage donna la « légitimité » aux Américains et Français pour bombarder Belgrade…

7- L’utilisation d’armes chimiques est LA ligne rouge conditionnant une riposte atlantiste, leur utilisation par le régime syrien serait, comme l’a rappelé le porte parole de la diplomatie russe « un suicide politique ».

8- Avant même le massacre, les communiqués de presse et les réactions des médias proches des rebelles auraient condamné « l’attaque syrienne » quelques minutes avant les faits ! (Nous n’avons pu vérifier cette information donnée par le ministre des Affaires étrangères russe)

9- « Al-Gouhta » est situé en zone rebelle, à côté d’une unité de terroristes islamistes encerclée dans un secteur de « Jobar ».
Un « tir foireux », une bavure, n’est pas à exclure.

10- La Russie affirme avoir fourni aux Nations Unies les images satellites des 2 missiles chargés de produits chimiques qui se sont abattus sur « Al Ghouta » faisant des centaines de morts, dont la plupart des enfants, ont été lancés depuis la région de Douma en Syrie, sous contrôle des rebelles !
Information relayée par d’autres médias libanais et autres (AlManar,Asafir etc..).

Aussi, il est étonnant que moins de 48 heures après les faits, 20 camions chargés de 400 tonnes d’armes traversaient déjà la frontière turco-syrienne pour alimenter les rebelles en armes occidentales, la vitesse depuis la prise de décision à la collecte des armes jusqu’au délai logistique est très bref…

http://www.islamisation.fr/  du 28/08/2013

Notre Eglise Se Tait Aussi, Pourquoi ?

Notre Eglise  Se Tait Aussi,  Pourquoi  ? dans TABOU israel-e1377532557295

De la christianophobie également  en Israël  ?

Mercredi 21 août, le monastère catholique de Beit Jamal, en Israël, a été la cible de jets de cocktails Molotov.
Il a été recouvert de graffitis particulièrement vindicatifs, au nombre desquels se trouvaient les injonctions « Vengeance » et « Mort aux goys ».
L’année précédente, c’est le monastère – toujours catholique – de Latroun, près de Jérusalem, qui avait subi un sort similaire.
Les protestations qu’avaient alors émises les évêques catholiques de Terre Sainte semblent n’avoir pas atteint les oreilles des autorités israéliennes, certainement trop occupées à défendre les quartiers entiers de certaines villes où les Palestiniens se voient purement et simplement refuser le passage.

Ce scandale restera bien sûr inconnu du grand public, tout comme l’est un autre, remontant à 2005, mais encore présent dans les esprits :
Irénée Ier, patriarche orthodoxe de Jérusalem, était alors accusé d’avoir effectué des tractations immobilières avec l’État israélien (le Patriarcat orthodoxe de Jérusalem possédant, suite à sa présence millénaire en Palestine, l’immense majorité du patrimoine foncier de ces territoires).
Un tel acte, hautement incompatible avec la représentation que se fait l’Église orthodoxe du ministère d’un prêtre, a alors conduit son Synode d’évêques à lui retirer la charge de patriarche, appuyé par les patriarches des autres églises orthodoxes autocéphales, et à le remplacer par un nouveau patriarche, « Théophile III ».
L’Autorité palestinienne et la Jordanie ont pris acte de ce changement et reconnu le nouveau patriarche comme tel.
L’État d’Israël, quant à lui, refuse depuis huit ans d’effectuer cette reconnaissance et continue de considérer le précédent patriarche comme le chef de l’Église orthodoxe locale.

Ces diverses affaires montrent le peu de cas que fait Israël du respect et de la protection des autres cultes.

Dans un cas, l’État hébreu soutient une crapule qui sert ses intérêts contre l’une des plus anciennes institutions religieuses du pays.
Dans l’autre, elle ne lève pas le petit doigt pour empêcher les groupes religieux fondamentalistes, qui pullulent dans les colonies illégales établies sur les collines de Cisjordanie, de s’en prendre aux lieux de culte d’une des églises restées neutres et pacifiques dans le conflit actuel.

Ceci alors que jour après jour, le parti atlantiste nous présente Israël comme un havre de paix et de tolérance religieuse mis en péril par les terroristes islamistes du Hamas et, depuis la récente décision bruxelloise, du Hezbollah.
Les règles qu’ont édictées les tenants de la « Pax Americana »pour installer Israël ne sont même plus respectées par le protégé de Washington.
Il serait temps que la France et l’Union européenne cessent de suivre leur maître américain dans ses manigances, et soient fidèles aux principes qu’elles ne manquaient pas de défendre lorsqu’il y a peu un projet d’attentat contre une mosquée soulevait tout ce qu’il y avait de bonnes âmes à Paris.

Nicolas Vodé

http://www.bvoltaire.fr  du 26/08/2013

Nous Voulons Tous Savoir Toute La Vérité.

Nous Voulons Tous Savoir Toute La Vérité. dans TABOU manipulation-mentale-

Manipulation Mentale

 

Voici l’article retiré après quelques heures par la rédaction du « Monde ».

La Tunisie à la veille de la guerre civile.
La Tunisie se trouve une fois de plus à la croisée des chemins.
Mise en place d’un processus électif démocrate, ou dictature religieuse imposée par les Frères musulmans d’ »Ennahda » ?
Le processus enclenché depuis janvier 2011 s’accélère brutalement, avec le meurtre de « Mohamed Brahmi », député et fondateur de la Gauche nationaliste tunisienne, deuxième assassinat politique depuis le début 2013, après celui de « Chokri Belaid », avocat et président du Front populaire tunisien.
Un « réunion » (« sit-in » en « ricain ») de l’opposition démocrate se tient tous les soirs, au Bardo, à Tunis, à proximité du siège de l’assemblée nationale constituante tunisienne, depuis une quinzaine de jours.
Une manifestation monstre a rassemblé dans Tunis, le samedi 3 août, plus de 450.000 personnes, selon un comptage effectué à partir de données de satellites, par le Pentagone (source « CNN »).
Les proches de « Chokri Belaid » et de « Mohamed Brahmi », accusent « Ennahda » et son leader, le sheikh « Rachid Ghannouchi », d’être derrière les assassinats politiques des deux leaders démocrates.
« Rachid Ghannouchi », vrai maître de la Tunisie, depuis la venue d’ »Ennahda » au pouvoir en 2011, est connu pour ses liens actifs avec le « FIS », parti des islamistes algériens, et s’est impliqué directement dans des attentats en Tunisie, sous « Ben Ali ».

La frontière entre les Frères musulmans et les mouvances islamistes extrémistes, dont les djihadistes d’ »Al Qaida », est poreuse.
Les Frères musulmans, que ce soit en Tunisie ou en Egypte, ont un contact permanent avec le bras armé islamiste que représentent ces mouvances pratiquant la violence au nom de l’islam.
Quant à « Hamadi Jebali », secrétaire général d’ »Ennahda », il faut rappeler que c’est un islamiste pur et dur, et que, comme « Rachid Ghanouchi », il veut pour la Tunisie une dictature religieuse basée sur une « shaaria » restrictive et liberticide, particulièrement à l’égard des femmes, ramenant l’islam aux interdits du VIIe siècle.
Dénonçant la mobilisation actuelle de l’opposition démocrate, « Hamadi Jebali » veut donner le change :
Ce n’est pas seulement la Tunisie qui bouge, c’est une même tendance, un même cyclone, partout à l’oeuvre, en Egypte, en Libye ou au Yemen, voire même en Syrie, pour liquider le « Printemps arabe ».

Synthèse réductrice, et qui assimile le « Printemps arabe » aux Frères musulmans portés au pouvoir en Egypte et en Tunisie.
Les islamistes d’ »Ennahda » n’étaient pas parmi les révolutionnaires de janvier 2011, à Tunis.
Ils se sont montrés après, cueillant les fruits de la révolution tunisienne, de la même manière que cela s’est passé en Egypte.
Une majorité qui ne connaissait même pas les détails de leur programme d’islamisation, mais qui leur faisait confiance pour résoudre les sérieux problèmes économiques, et stopper la paupérisation de la population, les a portés au pouvoir.
En ce moment, « Hamadi Jebali » se démarque de « Rachid Ghannouchi » dans son discours, en parlant d’une compatibilité entre l’islam et la démocratie, et tente de réunir islamistes et démocrates tunisiens autour d’une table ronde.
Mais, derrière cette apparence de conciliation, c’est toujours la « shoura » (parlement d’un Etat islamique, ou conseil d’administration d’un parti ou d’une institution religieuse islamique) d’ »Ennahda » qui dirige en sous-main la Tunisie, encadrant le gouvernement d’une manière stricte.

Depuis 2011, une lutte impitoyable a ainsi lieu entre « Ennahda », et ceux qui veulent une Tunisie démocrate.
« Ennahda » n’a pas respecté l’échéance d’octobre 2012, date à laquelle auraient du avoir lieu de nouvelles élections, et bloque la rédaction de la constitution, au coeur de laquelle il veut inscrire la primauté de l’islam et de la « shaaria ».
Le parti islamiste a infiltré l’armée, la police (créant une police parallèle islamiste), la justice, et tous les corps de l’Etat.

L’islamisation est déjà là en Tunisie.

Il ne manque plus qu’une phase de pure violence afin que les Frères musulmans de Tunisie instaurent leur dictature religieuse.
Dans son prêche de l’ »Aïd », le sheikh « Rachid Ghannouchi » a ouvert la voie à la guerre civile en Tunisie.
Il a insisté sur la valeur du sacrifice :
‘ le sacrifice de soi ‘, ‘ le sacrifice des enfants ‘,’ le sacrifice de tout ce que l’on possède ‘, ‘ le sacrifice au nom de Dieu ‘, mettant en exergue l’égorgement, au nom de la religion.
Contre la scission actuelle entre islamistes et démocrates, qu’il qualifie de ‘débandade sociale’ (« al tadefaa al mojtamaî »), « Rachid Ghannouchi » a incité les islamistes à se préparer à l’affrontement, à partir des exemples égyptien, syrien et palestinien.

Le pire est donc possible en Tunisie et il est temps que le gouvernement français, et François Hollande, arrêtent de se prêter au double jeu des islamistes d’ »Ennahda ».

Les Frères musulmans ne veulent pas de la démocratie, incompatible avec leur vision d’une société régie par le Coran.

A partir de ce postulat, on doit arrêter de les crédibiliser et de les traiter comme des démocrates respectables.

Michel Le Tallec

http://www.tunisiadaily.com  du 21/08/2013

Pas Belle La Charia Egyptienne !

Pas Belle La Charia Egyptienne ! dans TABOU ronde-vautours-298258-e1377265469669

C’est la devise des Frères Musulmans que l’Occident aime tant !

« Dieu est notre but, le prophète notre chef, le Coran notre constitution, le djihad notre voie, le martyr notre plus grande espérance ».

Face aux agissements de la Confrérie en Egypte, l’Occident continue de mener sa politique de l’Autruche…..
Et s’apprête à réitérer une condamnation des agissements de l’armée égyptienne qui,  soutenue par le peuple, vient de libérer l’Egypte d’une théocratie médiévale.
Souhaitons que l’Armée aille jusqu’au bout de sa logique et après l’arrestation des dirigeants des Frères Musulmans, dissolve la Confrérie.
Mais on s’interroge sur la nature des liens tissés par les dirigeants de l’UE avec cette sinistre engeance islamiste dont elle se fait le défenseur et le porte-parole.

Raymond Ibrahim évoque les camps de torture des Frères Musulmans, leurs exactions sur lesquelles la presse occidentale jette un « voile pudique » : 

Les militaires égyptiens ont réussi à neutraliser les bases terroristes  des Frères Musulmans.
A présent, les grands medias officiels s’emploient à  déformer la réalité et à montrer les islamistes sous un jour favorable, comme des victimes innocentes, de “simples veilleurs” [holding vigil]   abattus alors qu’ils appelaient à la poursuite de l’armée pour « violations des droits de l’homme » [human rights abuses]
Ces médias suivent la ligne de « Al Jazeera », favorable à la Confrérie et qui décrit ces bases de « Rab‘a al-Adawiya » et ailleurs comme de pacifiques « sit  ins ».
Ce que les médias officiels ont oublié de rapporter est que depuis deux mois dans ces « sit ins » – ou plus exactement dans ces mini-émirats d’ Egypte – de nombreux égyptiens ont été torturés, mutilés, violés et tués en masse au nom de l’islam et/ou de la loi de la Confrérie.

Bien sûr, rien d’étonnant à cela, quand on sait que ces medias sont restés muets quant aux attaques incessantes et  haineuses contre la minorité chrétienne d’Egypte, crimes soutenus par la Confrérie.
[the nonstop and heinous attacks on the nation’s Christian minority and its churches, all validated by Brotherhood leadership]
Les anecdotes sont nombreuses.
Par exemple, un homme est accusé de vol, torturé et amputé du doigt – selon les règles de la Charia.
On le voit dans cette vidéo [this video] – le visage tuméfié des coups qu’il a reçus – et décrivant son supplice.
Comme tant d’autres à « Rab‘a », il ne se trouvait pas sur place comme supporter des Frères Musulmans, mais parce qu’il travaillait dans la zone.
Accusé de vol, il a protesté de son innocence.
Comme ses accusateurs refusaient de se laisser fléchir, il a dit:
«Très bien, si je suis un voleur, remettez-moi à la police », mais ils ont dit :
«Non, nous allons te remettre à Allah. »
Et ils l’ont emmené dans une pièce et torturé pendant quatorze heures, notamment par pulvérisation d’eau et électrocution et à plusieurs reprises poignardé et entaillé avec un cran d’arrêt.
Puis, ses « pieux » bourreaux ont invoqué leur dieu en disant:
«Au nom d’Allah », avant de lui trancher le doigt.

Les femmes sont également des proies faciles dans le camp de la Fraternité.
Selon un rapport récent, des femmes ont été victimes de violence pour avoir refusé d’avoir des relations sexuelles avec des partisans des Frères.
Une femme aurait été torturée à mort et une autre grièvement blessée et hospitalisée.
Une organisation égyptienne des droits de la femme a déclaré qu’elle « fera état dans les prochains jours de l’ampleur des violations et des crimes contre l’humanité dont nos sœurs ont été victimes sous les ordres du Guide Général ["Mohammed Badie"] pour contraindre les femmes à s’engager dans le « Djihad » du sexe – avec la torture à mort pour celles qui refusent. »
Voici une autre interview en direct avec une reporter égyptienne [« another live interview« ] kidnappée à Rab‘a, battue, et contrainte de rester sur place « parce que nous avons besoin de femme pour le sexe ».
La théologie derrière le « Djihad » du sexe (en arabe « jihad al-nikah ») est que les femmes sont autorisées à copuler avec des Frères Musulmans  célibataires et protestataires pour alléger leurs frustrations sexuelles et leur permettre de se concentrer sur le renforcement de l’Islam – qui au sein de la Confrérie est synonyme de renforcement de la Confrérie – pour maintenir leur énergie et que jamais ne soit abandonné le « Djihad ».

Puis il y a tous ces cadavres que l’on a retrouvés.
Selon le journaliste « Ahmed Musa » de « Tahrir TV channel« , l’un des terroristes arrêté a confessé que la direction de la Confrérie a assassiné plus de 80 personnes qui étaient soit suspectées d’être des informateurs de la police ou essayaient d’échapper des camps de la Confrérie.
Les Frères Musulmans ont ensuite enterré les corps dans un charnier de Rab‘a.
Selon ce terroriste arrêté, les Frères Musulmans craignent que « si leurs camps sont découverts, leurs crimes contre l’humanité seront révélés et le ministre de l’Intérieur prendra des photos de ces charniers pour les diffuser au monde entier. »
En plus de ces atrocités et accusations d’atrocités, des rapports de violence généralisée apparaissent chaque jour.
La majorité tourne autour de gens travaillant ou vivant à Rab‘a, soumis à des pressions  pour rejoindre les protestataires « pro-Morsi », et battus sauvagement s’ils refusent.

En dépit des nombreuses et graves violations des droits de l’homme qui se sont déroulées sous les auspices de la Confrérie, le seul média occidental à y avoir fait allusion, a été un rapport de l’AP [AP report] qui, après avoir expliqué que forcément les cadavres avaient été retrouvés près de Rab’a en précisant qu’en Egypte on était sûr que c’était l’œuvre de la Confrérie, passa immédiatement en mode « sourdine » en suggérant que ce pourrait être de fausses allégations et, que ces cadavres  découverts, étaient peut-être le travail de l’armée qui essayait de monter un mauvais coup contre les Frères en reproduisant exactement les actions de la Confrérie, prise en flagrant délit d’assassinat de ses propres partisans pour monter un mauvais coup contre l’armée.

L’exploitation des médias par la Confrérie pour recueillir la sympathie est un phénomène ancien.
L’ancien président égyptien « Hosni Moubarak », expliquant jadis la façon dont les islamistes se tournent souvent vers la violence quand le «dialogue» ne va pas dans leur sens, avait déclaré:
Mais quand je vois que vous tirez sur moi, et essayez de me tuer – et bien, je dois me défendre.
Puis les agences internationales d’information vont vers ces groupes islamistes à la recherche d’informations et ceux-ci leur disent : « Ils sont en train de nous tuer, de nous tuer »
Mais vous, les agences d’information ne les voyez-vous pas en train de tuer la police ?
Je vous le jure, aucun policier ne veut les tuer, pas un seul.

Et maintenant, que l’armée égyptienne démantèle les camps terroristes de la Confrérie, juste au bon moment, la presse occidentale fait ce qu’elle sait le mieux faire :
Orienter la réalité au bénéfice de la Confrérie.

Pourtant, il y a un aspect positif à tout cela.
Parce que beaucoup de membres musulmans de la Confrérie et leurs alliés islamistes s’étaient rassemblés dans Rab’a et ailleurs, les transformant en mini-États islamistes où la loi de la Confrérie était appliquée – torture, amputation des doigts, abus sexuel des femmes, et meurtre des dissidents – nous avons eu un aperçu exact du genre d’état qu’ils souhaitaient voir venir en Egypte.
Mais, de la même manière qu’il a fallu plusieurs mois avant que « Fox News » n’évoque les chambres de torture des Frères musulmans – en dépit du fait  que les médias égyptiens depuis des mois diffusaient des photos et vidéos des victimes, sans doute, il faudra un certain temps avant que les informations sur les camps de torture de la Confrérie ne soient  diffusées en Occident.

Raymond Hibrahim, traduction Nancy Verdier - Source : FrontPageMag – 15 août 2013

http://www.europe-israel.org  du 22/08/2013

On Veut Eradiquer le Christianisme.

On Veut Eradiquer le Christianisme. dans TABOU no-jesus-e1377213520354

Le Christ, « persona non grata » dans l’Union européenne !

Les temps sont durs pour le Christ.
En cette fin d’été où l’on brûle des églises et où l’on massacre des chrétiens en Égypte, où au même moment se poursuit en France la destruction scandaleuse des églises de campagne, l’image même de Jésus est peu à peu reléguée dans les interdits.

La mésaventure que vient de subir le micro-État d’Andorre est, à ce titre, significative.
Il faut savoir que, bien que non-membre de l’Union, Andorre utilisait de facto la monnaie unique depuis la fin de la peseta et du franc.
Après un accord signé en 2011, l’euro est devenu la monnaie officielle du pays, qui décida alors de lui donner une identité locale, comme ailleurs.
C’est là que ça allait se corser pour nos voisins.
Alors que les dessins des euros d’Andorre pour 2014 avaient été sélectionnés après une compétition nationale, l’UE vient de demander à la Principauté de revoir sa copie !

Motif invoqué ?
Les malotrus avaient choisi une double illustration :
le campanile de l’église « Santa Coloma » et le visage du « Christ pantocrator » tiré de la fresque qui orne l’église « Sant Marti de la Cortinada ».
Sacrilège, si l’on ose dire, pour les technocrates bruxellois, d’ordinaire beaucoup moins sourcilleux quand il s’agit d’autres croyances…
Est-ce néanmoins une surprise, quand on se souvient que les « racines chrétiennes de l’Europe », pourtant une évidence historique, n’ont pas eu droit de cité il y a quelques années ?
Alors imaginez que pour ces élites (non élues), diffuser le visage de Jésus à des milliers d’exemplaires revenait quasiment à une provocation !
C’est vrai que le Christ n’était pas forcément l’allié des banquiers et autres collabos de l’ordre du Saint-Pognon.

Habilement, se protégeant derrière l’argument bien pratique (uniquement dans ce cas) de la « laïcité », l’Union européenne a donc suggéré au ministère des Finances andorran « de reconsidérer le projet pour ne pas rompre le principe de neutralité en matière de croyance religieuse » !
Lol, dirait l’autre.
Andorre, curieuse survivance médiévale codirigée, rappelons-le, par la France et l’Espagne, a évidemment immédiatement obéi :
le visage du Christ a été effacé.

La Slovaquie avait récemment essuyé les mêmes tracas lorsqu’elle avait voulu faire figurer l’image des saints Cyrille et Méthode avec leur croix sur les pièces de deux euros.
Les Slovaques, à force d’insister, finirent par obtenir gain de cause, enfin presque :
Il aura quand même fallu supprimer les auréoles de la tête des personnages…

Faire table rase de notre identité, de notre culture, effacer autoritairement le moindre symbole de notre long passé.

L’UE sert, semble-t-il, d’obscurs intérêts, tout sauf européens.

Joris Karl

http://www.bvoltaire.fr  du 20/08/2013

 

Nos médias ne parlerons jamais de la « christianophobie » pour ne pas déplaire au CFCM qui, lui, déposerait vite plainte pour islamophobie !

Et Valse Le Cinéma Marseillais !

Et Valse Le Cinéma Marseillais ! dans TABOU marseille2-e1377195342845

L’indécent cinéma de tous ces politiciens à Marseille.

Les  Ayrault, Valls, Taubira, Duflot, Touraine, Carlotti, Belkacem, Ghali , Caselli, Jibrayel,  Mennucci, n’oublions pas Gaudin, vestige d’un passé récent semblable au présent…
qui se précipitent sur le moindre « cadavre » marseillais pour vendre la soupe infâme de leur incompétence devant la délinquance et la criminalité galopantes en ce lieu, et tenter de faire oublier leur complicité réelle avec la masse informe des voyous de tous calibres  !
Et avec eux les journaleux bêlant de « La Provence » et de la presse en général lapant leur pitance fiscale socialiste… et s’aplatissant sans honte pour vanter les mérites de leurs maîtres, sans le moindre scrupule ni le moindre souci d’authenticité.
Et avec eux les histrions et petits profiteurs des associations caritatives  et prétendument « défenseurs des droits de l’Homme » qui se donnent des raisons d’exister en défendant l’indéfendable et qui font  » leur beurre » sur le dos des citoyens  fiscalement  taillables à merci  et poussés à l’exclusion de leur propre pays par la préférence étrangère érigée en  principe sociétal de base…

Oui, tous ces gens exhalent une vraie obscénité de comportement, une authentique  perversion de la parole, une réelle putréfaction de la pensée.
Oui, tous ces gens ont appelé par leurs discours, leurs fausses valeurs, leurs décisions, leurs attitudes le fumier sur lequel prospère une délinquance devenue endémique et qui se vautre dans l’idéologie de la diversité, du « multiculturalisme », du « tout se vaut », tout en émargeant largement aux budgets sociaux qu’abondent ceux qui travaillent, respectent les lois, payent leurs impôts, assument leurs devoirs sans avoir le plus souvent les droits auxquels ils pourraient prétendre, notamment celui de voir leur personne, leur famille et leurs biens protégés !
Les pantins articulés du gouvernement et leurs doubles locaux peuvent toujours s’écrier :
« ce qui se passe à Marseille, c’est inadmissible » (pour la soixantième fois en un an) « ,  » nous ferons respecter l’Etat de droit ici » (pour la cinquantième fois),  » le gouvernement fera reculer la délinquance et le crime dans cette région » (pour la soixante-dixième fois) , la voyoucratie locale, largement composée des flux d’immigrés, récents ou non, venus du Maghreb, d’Afrique subsaharienne ou des anciens pays de l’Est, s’en tamponne allègrement le coquillard… et se gave d’argent sale et volé chez les plus humbles.
L’idéologie régnante véhiculée par les médias aux ordres la justifie, la politique actuellement menée de délitement de l’autorité et de ses représentants la conforte, l’assistanat social et la préférence étrangère la renforce chaque jour davantage d’arrivées nouvelles:

Sait-on que la Préfecture de Marseille traite 900 dossiers d’étrangers par jour ?

Sait-on qu’en 2012, les statistiques officielles font état de  191 452 nouveaux titres de séjour accordés,  dont 86 572  au titre de l’immigration familiale, devant les immigrations étudiante (58 430), humanitaire (18 126) et économique (16 000). (Quid de l’immigration illégale?)

Sait-on que dans la délinquance sont surreprésentés les « venus d’Afrique », les réseaux mafieux des « gens du voyage », les maghrébins dont la soumission à l’islam est bien loin de calmer les ardeurs…

Alors, tous ceux qui viennent jouer les pleureuses hypocrites en prétendant vouloir protéger les citoyens (et leurs biens) de notre pays tout en laissant les frontières ouvertes et en faisant tout pour que s’active la pompe aspirante de l’immigration légale et illégale, ne sont que de vulgaires politiciens qui ont érigé le mensonge et la manipulation en mode de gouvernement .

Sans oublier ce paradoxe apparent :

Voilà que la crème gouvernementale (d’accord, elle est fort avariée) vient se répandre à Marseille pour tenter de convaincre les Français qu’elle s’attaque à l’insécurité aggravée de leur vie quotidienne, à Marseille même, au Conseil Général, où préside un sénateur socialiste trois fois mis en examen, poussé devant la Justice… et toujours membre du Parti socialiste et en responsabilité totale!

Et vous voulez que les voyous de Marseille ne se sentent pas protégés ?

D’autant que beaucoup jouissent de cette situation privilégiée de « clients électoraux » nourris par l’argent public -n’est ce pas, Madame Andrieux, toujours députée soutenue par le « PS » malgré sa condamnation à 3 ans de prison dont 2 avec sursis pour détournement de fonds publics ?- !

Oui, ces gens là exhalent l’obscène, le rance, le putride.

Que 2014 leur envoie un premier coup de pied aux fesses, et que ce soit le Rassemblement « Bleu Marine » qui le lui administre !

Empédoclatès

http://ripostelaique.com  du n° 317

Laissons Donc Parler Tous Les Français.

Laissons Donc Parler Tous Les Français. dans TABOU marine-le-pen-sur-rtl-e1377189317657

Manuel Valls ne fait qu’accélerer le grand remplacement !

La présidente du Front national est revenue sur la polémique qui oppose « Manuel Valls » à certains membres de la gauche sur la politique en matière d’immigration.
« Manuel Valls » aurait souhaité rouvrir le dossier du regroupement familial, provoquant les critiques de son propre camp, malgré son démenti.
Il n’a en tout cas pas convaincu « Marine Le Pen », qui dénonce l’écart entre son discours et son action.
« Il devrait partir s’il est sincère, s’il est à ce point en désaccord avec le gouvernement auquel il participe », estime-t-elle.

« On nous repasse toujours le même film, c’était la même chose avec Nicolas Sarkozy », balaye la présidente du Front national au micro de « RTL ».
« On met un ministre de l’Intérieur qui fait de grandes déclarations de fermeté, qui montre ses muscles et qui en réalité soit rétro-pédale (…) soit limite son action à des propos plutôt qu’à des actes. »
« Parler, parler, parler, les Français n’en peuvent plus », poursuit-elle.
Et « Marine Le Pen » de tacler l’action de « Manuel Valls » place Beauvau.
« Depuis qu’il est arrivé au ministère de l’Intérieur, il n’a rien fait d’autre que d’augmenter l’immigration », affirme-t-elle.
« Le seul budget qui a été sanctuarisé c’est celui de l’intégration et de l’immigration. »

Marine Le Pen dénonce les « conséquences de l’immigration »

La présidente du Front national embraye ensuite sur les « conséquences en matière d’aggravation de l’insécurité ».
  Elle prend en exemple Marseille, qui a récemment connu son 13e règlement de comptes depuis janvier.
« Monsieur Valls à Marseille venait nous expliquer il y a quelques semaines que ça allait beaucoup mieux, qu’il enregistrait des résultats », explique-t-elle.
« Ça finit par devenir un véritable gag.
Le problème c’est que ça ne fait pas rire les Français : ce sont eux qui vivent les conséquences de l’immigration. »

« C’est la dictature des délinquants »

Marine Le Pen

Marine Le Pen illustre son propos en évoquant l’exemple de villes françaises, « de plus en plus nombreuses », affirme-t-elle, où les habitants vivraient  »une sorte de couvre-feu ».
« C’est la dictature des délinquants », dénonce-t-elle.
« Il y a des endroits où l’on ne peut pas aller, il y a des heures où l’on sait qu’on ne peut pas aller dans tel ou tel quartier.
 » Selon elle, la délinquance se propage dans le pays « à une vitesse spectaculaire ».

http://www.rtl.fr  du 22/08/2013

Ne Parlons Pas De Ce Qui Fâche

Ne Parlons Pas De Ce Qui Fâche dans TABOU quilles-e1377111553664

Copé accuse : «La gauche interdit que l’on débatte de l’immigration ou de l’islam»

Si les déclarations de Manuel Valls sur l’Islam et l’immigration ont jeté lundi un «froid polaire» sur ses camarades socialistes, Jean-François Copé l’en féliciterait presque ce mardi matin.
La veille, tous les ministres s’étaient pliés à l’exercice imposé par le Président François Hollande et avaient partagé à l’Elysée leur vision plus ou moins idyllique de la «France de 2025».
De quoisusciter railleries et boutades de l’opposition.
Le ministre de l’Intérieur, lui, avait plutôt suscité la polémique, à peine remis de sa précédente avec la garde des Sceaux Christiane Taubira.
Selon Manuel Valls, il faut en effet mener une «réflexion» sur le flux migratoire de population venant notamment d’Afrique, où la «démographie est très importante» et où les familles sont donc nombreuses.
Cela «change le rapport à ce continent avec qui il faut réinventer un partenariat», précisait lundi soir le ministre de l’Intérieur auprès du «Parisien – Aujourd’hui en France».
Selon lui, la question du regroupement familial pourrait être revu.

«C’est un sujet que j’évoque depuis longtemps»

«C’est un sujet que j’évoque depuis longtemps et j’ai été très insulté par des responsables de gauche qui refusent de voir la réalité», réagit ce mardi Jean-François Copé sur RTL.
«Valls, l’a fait, très bien !
Mais quand on est au gouvernement, on n’est pas là simplement pour dire qu’il y a un problème, on est là pour proposer des solutions», enchaîne-t-il.
«Il y a aujourd’hui des dérives, elles doivent être combattues. [...]
Maintenant, c’est de François Hollande que l’on attend des réponses», lance le chef de l’opposition.

«Celui qui est en face de vous, c’est celui qui a dissout des groupes d’extrême droite», répond ce mardi matin Manuel Valls sur BFM-TV et RMC , lorsque le journaliste Jean-Jacques Bourdin lui rappelle la petite phrase du co-président du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon : «Marine Le Pen a contaminé Manuel Valls».
Pour autant, le ministre de l’Intérieur ne souhaite pas s’interdire une réflexion à long terme sur l’immigration.

Les ministres tentent de tempérer

Dans les rangs des ministres, la surprise a laissé place à la communication.
«Il n’y a pas de problème Manuel Valls.
Il y a des solutions à apporter aux Français de manière collective sur tous les sujets dont chaque ministre est chargé», affirme le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll, ce mardi matin, sur Europe 1.
«Il y a un ministre de l’Intérieur qui est un homme politique, qui avait été candidat à la primaire (socialiste) et qui fait son travail et qui fait de la politique sur des sujets qui le concernent», poursuit-il.

«C’est normal de se poser la question de l’immigration.
Dans dix ans, il y aura une immigration mais celle-ci doit être maitrisé et humaine», tempère à son tour le ministre du Travail Michel Sapin.
Il n’y a «pas d’opposition entre islam et démocratie», rassure-t-il sur France info.

La veille, Manuel Valls assurait que «la France et l’Europe doivent démontrer que cette religion, à qui l’on demande de faire ce que d’autres ont fait en plusieurs siècles, est compatible avec la démocratie».

 

Valls dénonce la fuite de «propos déformés»

Questionné par BFM TV sur la fuite de ses propos concernant la politique migratoire, Manuel Valls a jugé «gênant» qu’il y ait «ce genre d’informations, de propos déformés, qui sortent du Conseil des ministres et qui ne cherchent qu’à nuire».
«Je suis très gêné par votre question, parce que moi je suis très respectueux du secret des discussions que nous avons au sein des réunions de ministres ou du Conseil des ministres», avait-il glissé un peu plus tôt.
«Ça m’oblige à dire ce que j’ai pu dire précisément au sein du Conseil des ministres.»
Et d’embrayer sur le fond :
«J’ai dit, ce n’est pas la première fois et je ne suis pas le seul à le dire, qu’il faut rebâtir un partenariat avec l’Afrique, notamment sur la question migratoire», a-t-il admis, appelant à «tirer toutes les conséquences» de l’augmentation de la population mondiale, africaine en particulier.
«C’est l’ensemble de nos politiques migratoires qui devront être questionnées pour la France et pour l’Europe, et notamment sur le bassin méditerranéen. Toutes les questions seront posées et (…) parmi d’autres la question du regroupement familial peut être posée», a poursuivi le ministre de l’Intérieur.

http://www.leparisien.fr  du 21/08/2013

La « Burqa » Est Affichée Malgré La Loi.

La

Ce bus est bondé et pas une seule personne ne parle Français !

Nous sommes un jour ordinaire en France, pays de la laïcité, des vins, des fromages et des clochers.
Je suis assise dans le bus, un bus de Seine-St-Denis à quelques centaines de mètres seulement de Paris.
L’ambiance y est tellement « islamo-ethnique » que je me dis qu’il faut que je régurgite sur papier ce que je vois et entends.
A l’arrêt de bus déjà, j’avais vu passer des hommes en « kamis », jeunes et adolescents, qui se dirigeaient avec fébrilité vers la mosquée juste à côté.
Nous sommes vendredi, il est 13h20.
J’ai remarqué la précipitation d’un gamin qui ne doit pas avoir plus de 13 ans.

Quand on se rend dans un pays étranger on a coutume de photographier tout ce qui nous paraît inhabituel, n’est-ce pas ?
Monter dans un bus de Seine-St-Denis c’est se rendre en territoire étranger, passer la frontière sans passeport, se mettre dans la peau d’un clandestin solitaire en pertes de repères, à la différence que là on n’a pas la moindre envie de faire du chantage pour obtenir des papiers, on a juste envie de rentrer au pays, en France.
Le conducteur du bus est évidemment issu de la diversité africaine.
Au moins pour une fois ce n’est pas un islamiste à barbe tolérant que ses coreligionnaires montent sans titre de transport, puis discutant avec eux dans la langue de leur pays qui n’est évidemment pas la France, ça va de soi.
Des voilées sont assises, les considérant comme des curiosités touristiques puisqu’elles choisissent de se comporter comme telles en n’ayant rien de français dans leur attitude, j’entre dans leur jeu et me transforme en touriste.
Et comme on se doit de le faire quand on se trouve en pays étranger, je dégaine mon téléphone pour immortaliser la population locale, pour les figer et attester de l’horreur qu’est devenu mon pays à ceux encore nombreux qui nient notre remplacement.
Si des pygmées ou des inuits débarquaient en France, tout le monde les photographierait sans se poser de question.
Là c’est exactement pareil.
Après tout, s’ils ne veulent pas qu’on les remarque et qu’on les photographie, ils n’ont qu’à porter des tenues françaises puisqu’ils ont les papiers indiquant qu’ils sont français.
Ce bus est bondé et pas une seule personne ne parle Français !

Quand on devient Français, on accepte le package complet, pas seulement le sésame en carton qui donne tous les droits…
A droite une jolie jeune femme noire avec un voile de la même couleur s’apprête à descendre, debout une femme d’âge mûr portant une « abaya » avec un voile bleu clair vient s’installer sur le siège à côté de moi.
Pour ne plus les voir je détourne les yeux afin de regarder dehors et savourer le soleil.
Grossière erreur, sur les trottoirs les silhouettes sont identiques, partout des voiles, des barbes, des chemises de nuit, des djellabas, des boubous.
Pas de blancs, pas de robes courtes.
Nous sommes pourtant en août… en France…

Il y a un vacarme pas possible dans ce bus et je réalise tout à coup que je ne comprends rien de ce qui se dit.
Ce bus est bondé et pas une seule personne ne parle français !
C’est une tour de Babel sur roues.
La voilée vêtue de bleu descend.
Une femme, Française de souche, avec une béquille tente de descendre, suivie d’une dame âgée qui a du mal à se mouvoir.
Elles en sont empêchées par deux femmes roms, dont une vieille femme, qui montent par l’arrière en fraudant et les poussent pour entrer, manquant de les faire tomber.
Les deux passagères protestent dans le vide ne suscitant qu’une indifférence méprisante des deux Roms qui se jettent sur les sièges.
Les sons arrivent de toute part, arabe, wolof et autres dialectes inconnus.
Un Africain en « kami » avec une serviette de chef de tribu discute avec sa voisine en boubou, tandis qu’une énième voilée accompagnée d’une petite fille et d’un bébé dans sa poussette s’installe en poussant tout le monde.
Les autres voilées la regardent avec la bienveillance due à celle qui a bien œuvré à l’expansion de l’islam.
Elle est chargée de gros sacs et s’octroie toute la place devant la porte, telle une reine dans sa ruche.

Cela fait 25 minutes que je me trouve dans ce bus et malgré les montées et les descentes multiples, je n’entends toujours pas le moindre mot de français.
A un arrêt je vois débouler vers la porte une huitaine de petits noirs tout seuls, sortis d’on ne sait où.
Puis le conducteur de bus descend, il a fini sa journée et cède sa place à une collègue, elle aussi issue de la diversité.
Un bus est à l’arrêt dans l’autre sens et là aussi les conducteurs se relaient.
Ce sont quatre personnes originaires d’ailleurs.
Mais où sont donc passés les « Français de souche » ?
En ce moment ils sont plus de trois millions à faire la queue au « Pôle Emploi », mis à l’écart du marché du travail à coups de pieds dans le fion et de discrimination positive pour privilégier plutôt l’embauche d’immigrés.
Si leurs remplaçants sont discriminés positivement, il faut bien que les « de souche » soient discriminés négativement… dans leur propre pays !!!

Un peu plus tard dans l’après-midi je me retrouve dans un célèbre magasin de meubles et là c’est un festival.
Des voilées enceintes, des « niqabées », des rideaux de corbillard mobiles gantés de noir ne laissant apparaître que les pupilles à travers une minuscule fente.
C’est interdit, c’est illégal, c’est sexiste, c’est monstrueux, abject, contraire aux droits humains.
Que fait la LDH ?
Que font les associations prétendument féministes ?
Que font Badinter, Veil, Halimi, Roudy, Alonso ?
Que font les garants de la loi salariés par le peuple pour la faire respecter ?
Que fait la justice ?
Que fait la police ?
En France la loi ne s’applique que pour les non-islamistes, elle ne s’applique pas pour ces femmes que l’Etat place de fait au-dessus des lois.

En France, la loi islamique, la charia, prime donc sur la loi républicaine.

C’est officiel puisque la police ne fait rien contre cela, que des ordres sont donnés pour qu’elle ne fasse rien.

Oui, la charia est bel et bien devenue la référence légale en France.

Caroline Alamachère

http://ripostelaique.com  du 19/08/2013

 

Elles ont de l’argent pour aller faire leurs courses ?

Eh bien il faut les faire payer de suite  comme pour les procès-verbaux des voitures !

Et Les Egyptiens Chrétiens Assassinés ?

 

Et Les Egyptiens Chrétiens Assassinés ? dans TABOU boulad-e1376846563674Père Henri Boulad

Pauvres Frères musulmans persécutés !…

L’Occident tout entier est outré, offusqué, scandalisé parce que l’armée égyptienne a osé déloger les Frères musulmans des deux bastions de Rabia et de Nahda, où ils s’étaient barricadés depuis plusieurs semaines.
Bilan : plus de six cents morts dans les deux camps.
Aussitôt, les média bien pensants poussent des cris d’orfraie et demandent que le Conseil de Sécurité et les associations internationales des droits de l’homme condamnent avec la plus extrême fermeté cette sauvage agression.
Pauvres Frères musulmans victimes de la violence !
Ces gentils moutons,
 bien connus pour leur douceur et leur innocence, sont l’objet de procédés inacceptables.
Il faut donc les défendre contre les loups dévorants de l’armée et de la police égyptiennes.
USA, Grande Bretagne, France, Allemagne, Turquie, Onu… se lèvent alors comme un seul homme pour dénoncer l’injustice, défendre ces innocents et inviter le monde à voler à leur secours.
Les média internationaux enfourchent aussitôt Pégase pour pourfendre les coupables…
Cette levée de boucliers pour réclamer et proclamer le droit de tout citoyen à manifester « pacifiquement » a quelque chose de tragi-comique.

Mais, passons aux faits : – La mosquée de Rabaa, où s’étaient enfermés les Frères, était une véritable poudrièreoù l’on a découvert un arsenal de guerre inouï.
Aucune dénonciation de l’Occident.
– Depuis des semaines, les milices des Frères, armées jusqu’aux dents, sèment la terreur dans l’ensemble de la population d’Egypte : meurtres, enlèvements, kidnappings, demande de rançons, rapt et viol de filles mariées de force à des musulmans.
Aucune réaction de l’Occident.
– Plus d’une vingtaine de postes de police pillés et brûlés ;
près d’une cinquantaine de policiers et d’officiers massacrés et torturés de la manière la plus sauvage.
Silence de l’Occident
.
– Mausolées soufis détruits et familles chiites massacrées ne soulèvent aucune émotion internationale.
– Une cinquantaine d’églises, d’écoles et d’institutions chrétiennes brûlées dans la seule journée du 14 août.
Aucune protestation de la part de l’Occident.

– Prêtres et chrétiens attaqués et tués – dont des enfants en bas âge – pour la seule raison qu’ils sont chrétiens.
Aucune dénonciation occidentale qui serait taxée d’ « islamophobie », qui est aujourd’hui le crime des crimes.
– Près de 1500 personnes massacrées par les milices de « Morsi » au cours de son année de règne.
Silence des médias

– Accords secrets de « Morsi » pour vendre l’Egypte à ses voisins, morceau par morceau :
40% du Sinaï à Hamas et aux Palestiniens, la Nubie à Omar el-Béchir, et la portion ouest du territoire à la Libye…
Tout cela est pain béni pour l’Occident, puisque c’est son œuvre…
Lorsque l’Egypte décide enfin de réagir pour mettre un peu d’ordre dans la baraque…
l’Occident crie à la persécution, à l’injustice, au scandale.
Ce n’est un secret pour personne que les élections présidentielles furent une vaste mascarade et que le scrutin fut entaché d’énormes fraudes.
Malgré tout, les média persistent à affirmer que « Morsi » a été le premier président de l’histoire d’Egypte élu « démocratiquement » et qu’il a pour lui la « légitimité ».

Le peuple égyptien, qui a bon dos, a quand même accepté de jouer le jeu, en se disant :
voyons-les à l’œuvre.
Le résultat fut tellement catastrophique
 – insécurité, chômage, inflation, pénuries de pain et d’essence, économie en chute libre, tourisme agonisant… – que l’ensemble de la population, au bout d’un an, demande à « Morsi » de dégager.
En moins de deux mois, le mouvement « Tamarrod » rassemble plus de 22 millions de signatures réclamant son départ.
En vain !
Face à son obstination, plusieurs dizaines de millions d’Egyptiens – dont une majorité de gens du petit peuple qui étaient ses anciens partisans – déferlent dans les rues des grandes villes pour exiger son départ.
Encore en vain !
L’armée – jusqu’alors neutre – se décide à intervenir pour soutenir le peuple et écarter l’indésirable, qu’elle garde en résidence surveillée.
Au cours de longues heures d’interrogatoire, elle obtient de lui des révélations d’une gravité exceptionnelle, qui compromettent aussi bien les Frères musulmans qu’un certain nombre de pays étrangers.
Face à la prise de pouvoir de l’armée, l’Occident crie aussitôt au « coup d’Etat ».

Si « coup d’Etat » il y a eu, celui-ci fut populaire et non militaire, l’armée n’ayant fait qu’obtempérer à la volonté du peuple.
Celui-ci, excédé par un président qui l’avait trompé, floué, berné, a donc, par une réaction de survie, réclamé son départ. Une petite histoire très savoureuse illustre bien ce que je dis.
Quelqu’un achète au marché une boîte de conserves qui, une fois ouverte, se révèle avariée.
Que va-t-il
 faire ? 
La manger ou la jeter ?
La jeter bien entendu.

C’est un peu ce qu’a fait le peuple égyptien auquel « Morsi » et les Frères promettaient monts et merveilles.
Une fois la boîte ouverte, il s’est aperçu que l’intérieur était pourri.
D’où sa réaction de rejet.
Suite à l’exclusion de « Morsi », l’armée a voulu quand même associer lesFrères musulmans au nouveau gouvernement en leur proposant de faire équipe avec les autres tendances.
Ils se sont heurtés à un refus obstiné et systématique.
Après de nombreuses tentatives infructueuses de dialogue et de négociations avec eux, un nouveau gouvernement provisoire est mis en place.
Ils décident alors de « prendre le maquis » et de semer la terreur, ce en quoi ils ont bien réussi.
Mais cette stratégie ne fait qu’augmenter leur impopularité, et l’on peut dire aujourd’hui que le peuple égyptien les exècre et les honnit.
Equipés des armes les plus sophistiquées, ils s’organisent un peu partout pour brûler, attaquer, tuer, détruire

L’armée décrète alors l’état d’urgence et impose un couvre-feu du coucher au lever du soleil.
Mais les Frères musulmans s’estiment dispensés d’obéir
.
Hier soir, 16 août, de ma chambre, toute proche de l’avenue et de la place Ramsès grouillantes de leurs miliciens, j’entends explosions, coups de feu et tirs de mitraillette provenant des rues avoisinantes.
Après plusieurs sommations aux jeunes de rentrer chez eux, l’armée décide alors d’envoyer ses chars pour faire respecter le couvre-feu.
Face aux dégâts probables, l’Occident bien pensant incriminera alors l’armée d’avoir eu le culot d’attaquer des manifestants « pacifiques »…

Mais de qui se moque-t-on ?…

Père Henri Boulad, Le Caire, le 17 août 2013

http://www.reduitnational.com  du 18/08/2013

 

 

La Belgique Informe Le Peuple Français

La Belgique Informe Le Peuple Français dans SECURITE coq-autruche-300x185

Décidément, il faut s’expatrier pour savoir ce qui se passe chez nous !

Un TGV reliant Paris à Perpignan a dû être dérouté vers la gare de Lyon-Saint-Exupéry samedi pour mettre hors d’état de nuire quatre jeunes Franciliens qui multipliaient les incivilités à l’égard des voyageurs, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.
Interpellés par la « Police aux frontières » (« PAF ») lors de l’arrêt imprévu du TGV en gare de Lyon-Saint-Exupéry, les quatre jeunes ont été placés en garde à vue, puis jugés en comparution immédiate à Lyon lundi, comme l’a révélé le quotidien Le Progrès.
Ils ont été condamnés pour « violences en réunion » à des peines allant de 1 à 3 mois de prison aménageables.
Le parquet a toutefois fait appel du jugement, la condamnation étant jugée insuffisante, « eu égard à la gravité des faits », a précisé à l’ »AFP », mercredi, une source judiciaire.

Joints et alcool

Certains étaient déjà connus des services de police, a-t-on ajouté de même source, et les quatre jeunes seront reconvoqués devant la cour d’appel de Lyon.
Originaires de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), ils avaient embarqué sans billets dans le Paris-Perpignan de 7h15 samedi en gare de Lyon (et non sur le Paris-Montpellier comme indiqué dans un premier temps), direction la Méditerranée, selon un porte-parole de la SNCF.
Fumant des joints et buvant de l’alcool dans une rame du TGV, les quatre provocateurs ont rapidement semé la zizanie.

La voiture entière terrorisée

« Ils ont commencé à agresser et à terroriser les voyageurs en milieu de train », a déclaré un porte-parole de la SNCF à l’ »AFP ».
Ils ont alors commis plusieurs incivilités, arrachant les baladeurs des oreilles d’un passager, giflant une jeune fille ou insultant une autre passagère.
Quand les deux contrôleurs à bord sont intervenus, ils ont été accueillis par une bordée d’injures.
Les quatre resquilleurs étaient « très virulents » et « terrorisaient la voiture entière », selon la SNCF.
Face à ces tensions, le projet d’exfiltration des jeunes en gare de Nîmes, prochain arrêt sur le trajet, a été abandonné et le TGV a effectué un « arrêt exceptionnel » sur Lyon, demandé par les agents SNCF aux alentours de 9h20.
« Nîmes étant plus bas, ils ont dû penser que Lyon était plus proche et ont dû vouloir les faire descendre plus tôt », a expliqué le porte-parole.

Arrestation mouvementée

Les fauteurs de troubles ont alors été interpellés par la PAF.
Leur arrestation a été mouvementée, a-t-on confirmé de source policière.
Le détournement a causé un retard de 45 mn sur le trajet.
A leur arrivée en gare de Perpignan, les deux contrôleurs ont porté plainte pour « outrage et rébellion » envers agents de la SNCF, comme le veut la procédure en cas de débordements, précise la compagnie.
La SNCF déplorait mercredi cet incident « exceptionnel » et les désagréments occasionnés.
« Paris-Perpignan, c’est une ligne très, très fréquentée, une ligne de vacances, sans incidents particuliers » habituellement, a souligné le porte-parole de la compagnie, selon lequel « ils ont choisi ce train-là comme ils auraient pu choisir un Paris-Nice ou un Paris-Marseille ».

http://www.7sur7.be  du 14/08/2013

 

C’est tout de même un comble de devoir consulter les médias étrangers pour avoir de véritables informations de France !

Bien sûr, comme il y aura eu des « fuites », ils vont faire leur travail maintenant, mais ils se moquent bien du monde !

 

 

 

Brûlez Le Projet Démentiel « Eurabia » !

Brûlez Le Projet Démentiel

« Lampedusa » serait-il le miroir islamique de notre futur ?

Certains de nous pourraient s’interroger sur le choix du Pape François de l’île de « Lampedusa », comme lieu de sa première visite officielle le 8 juillet dernier, une île minuscule, au sud de la Sicile.
Il ne s’agit pas d’une capitale mondiale, encore moins d’un endroit situé dans une région d’une importance géopolitique quelconque, mais d’une petite île, avec une population de 5.000 habitants, au milieu de la méditerranée, et plus proche de la Tunisie et du monde arabe que de la Sicile.
C’est sa situation géographique qui est symbolique, car elle explique ce qui se passe à Lampedusa depuis plus d’une décennie et cette petite île pourrait devenir le modèle miniature de ce que sera l’Europe dans un avenir assez proche.

Depuis 2001, « Lampedusa » est la porte d’entrée de l’Europe pour de nombreux immigrés, la plupart illégaux, en provenance d’Afrique.
Des dizaines de milliers ont débarqué à « Lampedusa » au fil des ans, avec une pic au cours des « printemps arabes ».
En 2011, d’après un rapport du « Conseil des Droits de l’Homme » des Nations Unies, approximativement 60.000 immigrés clandestins arrivèrent en Italie, du nord de l’Afrique, notamment de Tunisie et de Libye, parmi lesquels, 50.000 débarquèrent à « Lampedusa ».
Plus de 10.000 reçurent un permis de séjour pour des raisons « humanitaires », car le gouvernement italien déclara « un état d’urgence humanitaire » en février 2011, qui fut ensuite prolongé jusqu’en décembre 2012.
« A Lampedusa », le centre d’accueil temporaire par où transitaient les immigrés avant d’être envoyés vers d’autres centres, où ils pouvaient introduire leurs demandes d’asile, fut tellement surpeuplé, que des milliers de gens durent dormir dehors sous des tentes fournies par la paroisse et les habitants de l’île.
Les immigrants, parmi lesquels il y avait des prisonniers évadés, reçurent des visas temporaires et furent graduellement transférés vers l’Italie et d’autres pays de l’UE.

Mais très souvent, le nombre de « réfugiés » dépassait celui des habitants de l’île.

Quand cela arrivait, les femmes de l’île devaient sortir accompagnées afin d’être protégées du harcèlement des immigrants. Des boutiques étaient saccagées, les portes des appartements défoncées, et il n’était pas rare que les gens, en rentrant chez eux, trouvent des Tunisiens assis dans la salle à manger en train de se restaurer, et après leur départ, certains propriétaires découvraient des matières fécales dans leurs casseroles …
L’île se transformait souvent en un gigantesque camp d’immigration.
S’attendant peut-être à être accueillis comme à l’hôtel et sans la moindre considération pour les problèmes que posaient leur présence en surnombre sur cette petite île, les immigrants illégaux se plaignaient et décrivaient leur accueil à « Lampedusa » comme honteux en le gratifiant d’un zéro, comme s’ils devaient donner une appréciation pour une agence de voyage.
Le maire de Lampedusa, Monsieur De Rubeis, avait déclaré :
« Nous avons ici de jeunes Tunisiens arrogants, qui veulent tout immédiatement, comme les criminels, prêts à mettre nos vies et les leurs en danger. »
Il ajouta ensuite : “Nous sommes en guerre et les gens vont réagir.
Certains veulent sortir dans les rues amés de gourdins.”

Le centre d’accueil fut incendié deux fois par les immigrants au cours d’émeutes en février 2009 et en septembre 2011.

Les médias blâmèrent tout le monde pour ces incendies criminelles :
Le gouvernement italien, le gouvernement provisoire tunisien, l’UE, oui tout le monde, à l’exception des coupables, les immigrés !

En avril 2012, des illégaux mirent le feu à une maison d’hôte, où ils étaient hébergés aux frais d’une organisation caritative et lancèrent des pierres contre la police.
Le centre d’accueil détruit, ils furent logés dans des hôtels et villages pour touristes, seules ressources économiques de l’île.
Les immigrés envahirent l’île et profitèrent de leur hospitalité.
La violence et le crime atteignirent des niveaux jamais connus auparavant.
L’île de « Lampedusa » est devenue une micro projection de ce qui arrive en Europe, le niveau d’immigration musulmane se poursuivant à la hausse, et la démographie européenne ayant tendance à la baisse.

Si, en Europe, le nombre d’immigrés illégaux devait un jour dépasser celui des citoyens de souche, comme ce fut le cas à « Lampedusa », la mini guerre civile déclenchée par les habitants de l’île pourrait aussi préfigurer des évènements futurs d’une grande ampleur à l’échelle du continent.

Confrontés à une crise économique sans précédent, laissés seuls face aux problèmes posés par un flux migratoire important, les gens de « Lampedusa » ont utilisé des méthodes « d’action directe. »
Ils arrêtèrent le bateau de patrouille des garde-côtes, chargés de nouveaux réfugiés magrébins.
Les femmes occupèrent le port et les docks, s’enchaînèrent, renversèrent les poubelles et bloquèrent les routes.
Les pêcheurs interdirent l’entrée du port avec leurs bateaux.
« Plus personne n’entrera ici » criaient les femmes sur les quais, où flottaient des drapeaux nationalistes de Trinacria, l’ancien nom de la Sicile et de l’archipel des Pélagie.

En entonnant des chants de liberté, ils hissèrent une bannière portant l’inscription Nous sommes complets.

Le chaos s’abattit sur l’île :
« Nous sommes en guerre.
Les gens ont décidé de faire justice eux-mêmes.”
 déclara le Maire.

Une émeute urbaine se produisit, avec des heurts violents entre les manifestants tunisiens, la police et les insulaires.
Nombreux furent les blessés.
Trois « Lampédusiens » furieux essayèrent d’agresser leur maire, qui s’était barricadé dans son bureau, avec une batte de « baseball », pendant qu’à l’extérieur, des dizaines manifestaient leur colère contre l’élu.
Les immigrants erraient dans les rues, après avoir brûlé les centres d’accueil.
Les insulaires s’en prirent également aux journalistes et aux équipes de télévision.
Tunisiens et « Lampédusiens » se caillassèrent mutuellement, après que les illégaux eurent menacés de faire exploser des bouteilles de gaz près d’une pompe à essence.

Cette immigration n’a rien à voir avec une « crise humanitaire ».

L’écrasante majorité des illégaux ne sont pas des refugiés politiques, mais des immigrés économiques.
Ce qui fut qualifié pendant des années d’urgence humanitaire était en fait un mensonge pour justifier l’arrivée de migrants d’Afrique du Nord.
Cette immigration continue à être définie comme telle, et chaque jour amène son nouveau flot d’immigrés.
Le nombre d’immigrés en provenance des pays méditerranéens ne cesse d’augmenter.
Dans les premiers mois de l’année, 7.800 arrivèrent sur la côte sud de l’Italie, contre 3.500 au cours du premier semestre de 2012. Trois quarts d’entre eux débarquèrent à « Lampedusa » en provenance d’Afrique, le reste, venant de Grèce et de Turquie, fut débarqué sur la côte sud-est italienne à « Apulia ».
La visite du Pape, malheureusement, semble avoir eu pour seul but de culpabiliser les Italiens sur le sort tragique des immigrés.
Il condamna la « globalisation » de l’indifférence, il parla de la « frontière du désespéré » et de la tragédie des gens affrontant les périls de la mer à la recherche d’une vie meilleure.

Les réactions au sermon du Pape furent plutôt mitigées, parfois même virulentes.

Tandis que le premier ministre « Enrico Letta » promit de mettre en pratique l’appel du Pape via une plus grande coopération européenne (rien de nouveau, l’Italie essaye depuis des années de passer la balle à l’Europe), la Droite politique ne fut pas aussi enthousiaste.
« Fabrizio Cicchitto » du « PDL » (le parti de « Berlusconi ») fit remarquer que le prêche religieux est une chose, mais que la gestion d’un problème aussi complexe, voire insoluble, comme celui de l’immigration illégale, aggravé par le présence de groupes criminels, est une chose complètement différente.
« Erminio Boso » de la branche sécessionniste de la Ligue Nord a été encore plus explicite :
« Je ne me soucie guère de ce que le Pape a dit.
En fait, je lui demande de donner de l’argent et une terre aux immigrés extra communautaires.
Moi, je défend mon propre pays. »
Et s’adressant aux journalistes :
«Je ne suis pas hypocrite comme vous tous.
Moi, je défends ma famille, ma terre.
Vous permettez que la violence s’installe chez nous à cause de ces gens.
Vous vendez la chair humaine pour l’audience, vous chevauchez avec hypocrisie tous les malheurs de nos concitoyens ».

Le blog italien des « Diables Noirs » avait, quant à lui, rapporté une intéressante information :
La loi de l’Etat du Vatican déclare que quiconque se trouve sur son territoire sans autorisation peut être expulsé, passible d’une amende ou d’une peine de prison.
Preuve indéniable que si le sermon du Pape, comme souvent, fut magnifique et émouvant, les lois du gouvernement ne sont pas des plus conciliantes, comme démontré par celles en vigueur au Vatican.
(loi III de 1999 article 21 sur la citoyenneté)

« Pape François, quand commencerez-vous à penser aux Italiens qui se suicident par désespoir, suite à la crise économique, à ceux qui meurent de faim dans notre pays ? »

Une radio du Nord de l’Italie, diffusa les commentaires de ses auditeurs.

  • « Je m’attendais à ce que le pape exprime quelques mots de compassion envers ceux qui sont violés, volés, tués par les immigrés. »
  • « En tant que catholique, je suis en colère. Je n’ai jamais entendu un pape se préoccuper des crimes qu’ils commettent chez nous. Nous devons les empêcher de venir dans notre pays. Fermons toutes les frontières et commençons à réfléchir à la création d’une « macro-région ».
  • « Pourquoi n’accueille-t-il pas les immigrés au Vatican ? L’Italie souffre de la faim »
  • « Facile d’ouvrir les portes de l’Italie, quand on vit au Vatican ».

En Italie, de nombreux débats sur l’immigration se focalisent sur le droit d’accorder la nationalité italienne aux enfants d’immigrés, nés sur le sol italien.
Une perspective inquiétante, si l’on considère le fait qu’un tiers des soi-disant nouveaux italiens sont musulmans.
La Ministre de l’Intégration, Cécile Kyenge, d’origine congolaise, est particulièrement favorable à cette proposition, car, selon elle, cela ouvrirait la voie à l’intégration des parents.
Elle est également favorable à la polygamie.
Née d’un père polygame, elle aimerait instaurer la polygamie en Italie.
« Cécile Kyenge » a même reconnu être pénétré illégalement sur le territoire italien lors de son arrivée, et crée la polémique en disant vouloir supprimer la notion d’immigration clandestine en Italie.
Issue d’une famille de 38 enfants nés des quatre femmes de son père, pourtant catholique, la ministre a affirmé que l’Eglise devait apprendre à s’adapter au monde :
« Grandir avec tant de frères et soeurs m’a donné l’impression de vivre dans une communauté.
Cela facilite les relations avec l’autre partie de la société, en dehors de la famille », a-t-elle encore déclaré à une chaîne de télévision de la péninsule.
Une déclaration qui a suscité de vives réactions en Italie.
Une jeune député du « Peuple des Libertés » (« PDL ») a répliqué en se demandant si, après la loi sur l’immigration :
« Le ministre « Kyenge » compte aussi présenter une loi autorisant la polygamie, basée sur son expérience familiale au Congo ? ».
Les Italiens devraient examiner plus attentivement ce qui se passe dans certains pays, ayant une plus longue histoire d’immigration en provenance du tiers monde, comme la Grande Bretagne, par exemple, où les immigrés de deuxième et troisième génération sont plus dévots et radicalisés que leurs parents et grand parents.
Une situation similaire prévaut également en Allemagne.

Ce n’est pas une voie à l’intégration qui s’ouvre, mais à l’islamisation.

Soit « Kyenge » ignore ce se passe dans le reste de l’Europe, où l’application des politiques, qu’elle recommande, détruisent des pays entiers, soit elle est parfaitement au courant, dans ce cas, elle est une femme dangereuse.
Parmi les centaines d’immigrés de deuxième et troisième génération quittant l’Europe pour rejoindre les rebelles jihadistes en Syrie, 40 à 50 sont originaires d’Italie.

Pour conclure, la leçon que nous pouvons tirer de l’expérience de « Lampedusa » est qu’il y a une limite à ce que les populations indigènes peuvent supporter.
Il est vrai que la réaction la plus commune des Européens de souche à l’encontre de l’invasion « pacifique » en cours a été, jusqu’à présent, d’abandonner la ville ou le pays entre les mains des colonisateurs, mais cela ne pourra durer éternellement.
Tôt ou tard, le point de rupture sera atteint.
Les politiciens européens ont bafoué le serment de loyauté envers leurs peuples.
Leur rôle est de protéger leurs populations contre ce danger mortel qu’est l’islam pour nos pays, qui se propage, au point de nous étouffer, grâce à une immigration musulmane sauvage, au lieu de vouloir pénaliser l’islamophobie, qui n’est pas un symptôme d’anxiété pathologique, comme d’aucuns aimeraient nous faire croire, encore moins un mythe, mais une réalité des plus dangereuses.

Le projet diabolique d’Eurabia doit être arrêté.

Les peuples en prennent conscience et doivent le faire comprendre à leurs dirigeants en ne votant plus pour tous ces politiciens véreux pro-islam, qui pratiquent volontairement le déni de réalité :
l’islamisation de l’Europe via le remplacement accéléré des ses citoyens par des populations musulmanes aux valeurs opposées aux nôtres.

© Rosaly pour www.Dreuz.info

http://www.dreuz.info/ du 11/08/2013

Ali Déséquilibré Ne Sera Pas Jugé.

Ali Déséquilibré Ne Sera Pas Jugé.  dans TABOU censure-chut-silence1-e1376331629717

La presse française tente d’étouffer l’affaire

Pour faire oublier Ali Hamadou, Valls et les médias mettent en avant le militaire «d’extrême droite radicale»
Le fait que le principal suspect, un certain Ali Hamadou, un SDF multirécidiviste, qui a déjà eu affaire à la justice Française pour vols, violations de domicile, rébellions, dégradations, recel, petits trafics de stupéfiants…, soit d’emblée qualifié par Manuel Valls de « déséquilibré », que le ministre de l’Intérieur ait demandé à chacun « d’éviter les surenchères et les polémiques déplacées » (comme si les faits ne suffisaient pas à créer la polémique !), qu’il avait jugé la proposition d’Eugène Caselli, président pourtant PS de la communauté urbaine de Marseille, de placer toute la ville en « zone de sécurité prioritaire » comme « (n’ayant) aucun sens » rend encore plus insupportable le décès dimanche de Jérémie Labrousse, des suites de l’agression au couteau gratuite dont il a été la victime jeudi vers 23h30, boulevard d’Athènes.
On apprend aussi que son portable pourrait avoir été volé par une tierce personne pendant ou peu après l’agression, le procureur adjoint évoquant pudiquement un  »vol d’opportunité ».
Voilà qui rappelle furieusement le scandale des détroussages de victimes de la catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge !

Les médias mettent l’accent sur ce qui ne nous intéresse pas !

Ce lundi matin, l’affaire ne figure pas en page d’accueil du site du « Nouvel Obs »
Il réservait par contre une place de choix au fait qu’à Lyon, « un militaire qui projetait de tirer sur une mosquée (a été) arrêté », précisant que « l’homme de 23 ans, sergent dans l’armée de l’air » est « proche des idées de l’extrême droite radicale ».
Si on se sert de la barre de recherche, on tombe bien sur une dépêche de l’AFP traitant de l’agression mortelle de Jérémie, mise en forme par notre confrère, mais, comme par hasard, elle omet de donner aux lecteurs le nom du principal suspect, ce dont s’étonnent d’ailleurs plusieurs internautes…
Idem pour « LExpress.fr », qui n’évoque pas le drame en page d’accueil, et qui, dans l’article qu’il consacre à Jérémie (on le retrouve dans les archives grâce à la fonction recherche, à croire que l’affaire a eu lieu il y a plusieurs semaines !), se refuse à indiquer à ses lecteurs que le meurtrier présumé s’appelle Ali. « Liberation.fr »ne cite pas davantage son nom et insiste lourdement sur le fait qu’il serait « déséquilibré ».

« Google Actualités », qui reflète les tendances des médias français, évoque d’ailleurs, en Une, l’affaire du militaire « d’extrême droite radicale »
L’affaire Jérémie ?
Elle fera certainement la Une des médias si on retrouve dans les affaire d’Ali « de la littérature d’extrême-droite » ou de quoi le traiter de « suprémaciste blanc ».
Ou si l’agresseur s’appelle en fait Jean-Charles.
Il ne faudrait surtout pas vous donner l’envie de « mal voter » aux prochaines élections…

Eric Martin

Voiles Interdits A La Faculté !

Voiles Interdits A La Faculté ! dans TABOU valls-et-le-voile

Il faut dévoiler la fac !

Dans un contexte de fin de ramadan, où la France des classes moyennes se couche dans le farniente estival, et la France des banlieues renoue avec les violences, une « polémique islamophobe » a bien failli gâcher les vacances de nos chers éditorialistes.
« Le Monde » qui pourtant avait allumé la mèche en publiant un rapport confidentiel de la mission laïcité du « Haut conseil à l’intégration » (« HCI »), a voulu éteindre le débat qui couvait. 
« Consensus autour de l’inutilité d’une loi sur le voile à l’université »
 osait même « Stéphanie Le Bars » mercredi.
Elle citait l’entretien sur « France Info » de « Hervé Mariton » qu’on croyait infréquentable depuis son son combat au côté de la « manif pour tous ».
Ce dernier s’était joint à « Jean-Loup Salzmann », président de la « Conférence des présidents d’universités » (« CPU ») également président de Paris 13, une fac implantée en Seine-Saint-Denis, et à l’ »UNEF », qui dans un communiqué n’acceptait pas « que le nécessaire débat sur la laïcité se résume à désigner une religion, à savoir l’islam, comme principale cible. »
Fermez le ban !

Patatras, « Le Figaro » relance la polémique jeudi en publiant un sondage « Ifop ».
Lequel dévoile que près de 80% des français sont opposés au voile à l’université.
Le consensus n’est donc pas celui qu’on croyait ?
Voilà qui ne va pas plaire à « Jean-Louis Bianco », le très prudent président de l’ »Observatoire de la laïcité ».
Ce rapport « n’engage que la mission laïcité du « HCI » qui n’est plus en fonction ».
« Cette question du port du foulard dans l’enseignement supérieur n’est pas à ce stade dans le plan de travail de l’ »Observatoire de la laïcité » » s‘agace-t-il pour mieux refermer le dossier.
Normal pour celui qui dans son précédent rapport d’étape préconisait « une laïcité d’apaisement ».
On sait depuis Munich qu’apaisement peut aussi rimer avec renoncement.
À ceux qui s’inquièteraient, comme « Jean-François Copé », il répond dans son blog :
« Il mélange laïcité et intégration, laïcité et politique de la ville.
Mais la laïcité ne peut pas tout résoudre. »

Cruel aveu d’impuissance pour celui qui est désormais chargé de veiller à l’application de la laïcité en France.

Car le PS n’est, depuis 1989, plus vraiment à l’aise avec le débat sur la laïcité.
L’affaire des foulards de Creil avait symbolisée le passage de témoin entre l’islam et l’Église dans la confrontation avec la République laïque, cinq ans après le grand débat sur l’école libre.
Et donc c’est la droite qui défend aujourd’hui ce dont la gauche s’était jusqu’alors présentée comme la gardienne.
90% des musulmans ayant voté Hollande au second tour, ce dernier leur doit en parti sa courte victoire.
Pas étonnant qu’il ait chargé « Jean-Louis Bianco » d’enterrer les polémiques.
Car une large majorité des sympathisants socialistes est malgré tout opposée au port du voile à l’université…

Aussi l‘argument de la laïcité n‘est plus opérant pour faire bouger la gauche.
Mais le voile dont il est question est-il vraiment une prescription religieuse ou plutôt un instrument de soumission et d’asservissement de la femme ?
Tradition patriarcale qui pouvait se justifier au Moyen-Âge, bien des théologiens musulmans affirment que celle-ci n’est pas un impératif religieux.
Dont acte !
Ce n’est pas la laïcité qui est en jeu mais bien l’égalité homme-femme.
Nulle femme ne peut être réservée au regard de son mari, de son fiancée ou de son futur conjoint dans notre République.
Le sexisme et le machisme ne doivent plus exister c’est une évidence.

Que « Najat Vallaud-Belkacem », toujours en pointe sur ces questions, prenne logiquement le relai de son collègue « Manuel Valls ».
Le ministre du Culte est courageusement monté au créneau pour rappeler l’engagement de François Hollande à légiférer suite à l’arrêt Baby Loup de la cour de cassation.
Qu’elle en profite, « Geneviève Fioraso » ne veut pas en entendre parler, « Christine Taubira » non plus.
Et pas de raison de laisser « Manuel Valls » accaparer toutes les faveurs de l‘opinion, non ?

Hadrien Desuin

http://www.ndf.fr  du 12/08/2013

 

voile-islamique-e1376324441952 dans TABOU

 

Reste-t-il Des « Zones De Droit » en 2013 ?

  Reste-t-il Des

Le ministre interdit les photos dans les « zones de non-droit ».

Nous avons tous connu les reportages où il était difficile de faire notre travail, nous avons tous connu les conférences de presse où la langue de bois était la règle.
Jamais je n’avais encore rencontré un ministre qui interdise officiellement les photographes et les caméras.
Le jeudi 1er août 2013, en pleine canicule, la presse était « conviée », par la ministre des Droits de la femme « Najat Vallaud-Belkacem » et par le ministre de la Ville « François Lamy », à une rencontre avec les associations des quartiers populaires.
Cette visite ministérielle dans ces quartiers n’est pas la première,  il semble que pour notre gouvernement seuls ces quartiers soient dignes d’intérêt.
Ce qui pose vraiment un problème, c’est que le communiqué invitant la presse et demandant de s’accréditer directement auprès du cabinet du ministre précisait :

« Hormis lors du point presse, les caméras et appareils photographiques ne sont pas acceptés lors de ce déplacement. »

Une façon de dire que les journalistes de l’écrit peuvent dire ce qu’ils veulent, il ne doit pas y avoir d’images pour le prouver.
La liberté d’informer qui fait la base du métier de photojournaliste est battue en brèche par l’autorité en place sans que personne ne proteste.
On peut aller dans les pays en guerre, dans les endroits les plus dangereux du monde, mais en aucun cas nous ne devons montrer des ministres dans des quartiers où les « burkas » et les voiles sont légion, où la population fait sa propre loi, où même la police n’entre que très difficilement.
Le clientélisme de ce gouvernement consiste à quémander des voix dans les quartiers où les populations sont les plus fragiles et les plus faciles à convaincre avec des arguments fallacieux, mais la presse ne doit pas en témoigner.

Déjà, lors du passage de Ségolène Royal pendant sa campagne des primaires, les photographes avaient été « empêchés » d’entrer sur un marché populaire des quartiers sensibles de Toulouse.
Empêchement par de gros malabars musclés qui disaient à tous les photographes suivant la candidate « Ici, on ne passe pas ».
Bien sûr, ce service d’ordre musclé était celui du quartier.
L’an passé, c’est une ministre de « la Réussite éducative » qui venait aussi en août dans ces quartiers, et c’est la police qui nous disait : « Ne vous éloignez pas, restez avec nous car il y a des risques ».
À force de se faire caillasser, ils savent de quoi ils parlent.

Vous allez voir que, bientôt, il y aura en France des lieux où les photographes de presse seront interdits de séjour.
Nous devrons y faire notre travail déguisés et cachés comme dans les pays dangereux.
Toutefois, les photographes étaient les bienvenus au point presse car la ministre voulait avoir sa photo dans les journaux, communication oblige.
Je n’y suis, bien sûr, pas allé.
J’espère que mes confrères en ont fait de même, mais j’en doute, l’obséquiosité et le fayotage étant la règle en cette matière.« La Dépêche du Midi » n’a pas eu d’états d’âme :

Un article conforme à la communication gouvernementale sur cette visite et une photo du point presse avec le maire de Toulouse et les ministres, ça, c’est de l’information !

Patrick Crasnier

http://www.bvoltaire.fr  du 04/08/2013

Loi Sur Vieillir Ensemble Pour Tous ?

Loi Sur Vieillir Ensemble Pour Tous ? dans TABOU panique-163x109-e1375456344899

Une maison de retraite destinée aux homosexuels devrait voir le jour dans l’Aude…

Le maire d’une localité de l’Aude est tombé des nues mardi en apprenant qu’il avait délivré « à son insu » un permis de construire à une société britannique pour un village destiné aux retraités homosexuels.« Je tombe des nues parce que je n’en savais rien », confie « Yves Bastié », le maire de Sallèles d’Aude.L’entreprise « Villages Group », une société britannique qui construit des villages destinés aux retraités en France, propose sur son site internet aux retraités homosexuels ce lieu qui leur est réservé à deux pas du Canal du Midi, chef d’oeuvre de « Pierre-Paul Riquet » classé au patrimoine mondial de l’humanité.Le « Village-Canal du Midi » est une « oasis privée pour la communauté gay et lesbienne qui souhaite mener une vie active et saine dans le climat chaud, amical et sain du sud de la France », peut-on lire sur une brochure publiée en anglais sur le site internet du groupe. « Idéal pour la retraite, les vacances, les investisseurs », ajoute le site.Les responsables de « Villages Group » n’étaient pas joignables mardi soir.

Un « village » coupé du monde

« J’ai demandé à mes collaborateurs de vérifier cette information mais si c’est bien le cas, j’estime que la moindre des choses aurait été d’être tenu informé », a ajouté le premier magistrat de cette petite localité de 2.000 habitants proche de Narbonne.
Lorsqu’il sortira de terre, le « Village-Canal du Midi » sera constitué de 107 maisons individuelles écologiques construites dans un « style villageois traditionnel » et coupées du monde extérieur par une enceinte, dit la brochure, qui comporte une belle photographie du Canal du Midi frappée du drapeau arc-en-ciel, l’emblème de la communauté homosexuelle.
Le lieu bénéficiera des services d’un concierge et comportera piscine, court de tennis, sauna, salle de gymnastique, bars et restaurants.
« Ce lieu très spécial conjugue le meilleur de tous les mondes, la campagne, le vignoble et la vie de village », ajoute le texte.

Réservé aux homosexuels…plutôt riches

Homosexuel ou pas, il faudra être relativement fortuné pour couler des jours tranquilles dans le « Village-Canal du Midi ». Il en coûtera 236.000 euros ou 248.000 euros pour une maison, à quoi il faudra ajouter 70 euros par semaine de frais de gestion et de management.
Le maire, qui militait de longue date pour un projet de villages de vacances dans sa commune, avait signé le permis de construire avec « Villages Group » en mars dernier.
Mais la municipalité croyait alors donner son feu vert à un site traditionnel de logements pour touristes seniors, sans savoir qu’il était question d’une maison de retraite pour homosexuels comme il en existe dans plusieurs pays du monde et en particulier aux Etats-Unis.

Le fait que ces futurs retraités soient homosexuels semble changer la donne pour le maire.

http://www.bfmtv.com/ du 31/07/2013

 

Et c’est le bon Peuple Français qui fait de la ségrégation !

Nous N’En Sommes Pas Informés

Nous N'En Sommes Pas Informés dans TABOU nomosquethumb152-e1375393052988

Les musulmans veulent imposer une mosquée à Saint-Germain en Laye.

Saint-Germain-en-Laye dans les Yvelines.
Ville résidentielle chic, lieu symbolique de l’Histoire française avec la Sainte-Chapelle de saint Louis, un château prestigieux Renaissance où Heni II est né, un parc magnifique très prisé des Franciliens.
Ces derniers devront-ils contempler aussi une mosquée d’ici quelques mois ?
C’est fort possible.
  »Le Parisien » note un« affolement à Saint-Germain-en-Laye.
Les habitants du quartier résidentiel de Saint-Léger craignent l’implantation d’une mosquée à proximité de chez eux »
peut-on lire le 31 juillet.

« Leur inquiétude est survenue récemment après avoir appris que l’association musulmane Mosaïque envisageait d’acquérir une propriété, située rue Saint-Léger, afin d’en faire un lieu de prière.
La vente doit être conclue début août », annonce « Le Parisien ».
Il y a quelques jours, Riposte laïque s’inquiétait déjà des manœuvres de la mairie pour faciliter cette implantation et rappelait les mots tenus l’année dernière par le responsable de l’association musulmane :
« Nous avons des droits et nous les prendrons ».
Une mosquée dans un haut lieu de l’identité française ?

Cette nouvelle poussée de l’islamisation passe très mal à Saint-Germain-en-Laye.

http://fr.novopress.info  du 01/08/2013

Il ne faut surtout pas oublier que le sol sur lequel est construite une mosquée devient « TERRE D’ ISLAM » !
Tous ces petits bouts de « terre d’ islam » disséminés aux quatre coins de notre terre Française feront que la faiblesse de nos gouvernements et l’appât du gain auront bientôt bradé notre Patrie.
Les Suisses sont bien plus avisés !

Encore des Problèmes En Lybie.

Encore des Problèmes En Lybie.  dans TABOU lybie-e1374965310574

Evasion de plus d’un millier de prisonniers en Lybie

Plus d’un millier de détenus, dont la plupart de droit commun, se sont échappés samedi d’une prison à Benghazi, chef lieu de l’Est libyen, sur fonds de tensions et protestations au lendemain d’une série d’assassinats qui a suscité la colère de la population.
«Il y a eu une émeute à l’intérieur de la prison d’Al Kuifiya, ainsi qu’une attaque depuis l’extérieur.
Plus de mille prisonniers ont pu s’évader», a indiqué à l’ »AFP » un responsable des services de sécurité sous couvert de l’anonymat. Selon lui, la plupart des fugitifs étaient des détenus de droit commun.
«Mais certains étaient détenus pour des affaires liées à l’ancien régime de Mouammar Kadhafi», a-t-il ajouté sans autre précision.
Le Premier ministre « Ali Zeidan » a confirmé l’évasion.
Selon lui, «ce sont les habitants du voisinage qui ont lancé l’attaque, parce qu’ils ne veulent plus de cette prison à proximité de leurs habitations».

Très tôt dans la matinée, des milliers de manifestants ont crié leur colère contre les partis politiques et les Frères musulmans en particulier, accusés d’être responsables de l’instabilité en Libye, au lendemain d’une série d’assassinats ayant visé notamment un militant anti-islamiste.
Ces manifestations ont été émaillées d’actes de vandalismes contre les locaux des deux principaux partis : le Parti pour la justice et la construction (« PJC »), bras politique des Frères musulmans libyens, et son rival l’Alliance des forces nationales (« AFN », libérale).
Ainsi, les locaux du « PJC » à Tripoli et à Benghazi ont été saccagés par des dizaines de manifestants, de même que le siège de l’ »AFN » dans la capitale.

Manifestation pour dénoncer l’assassinat de l’avocat et militant politique anti-islamiste Abdessalem al-Mesmari

Dans la nuit de vendredi  à samedi, plusieurs centaines de personnes avaient parcouru les rues de Benghazi pour dénoncer l’assassinat vendredi de l’avocat et militant politique anti-islamiste « Abdessalem al-Mesmari », ainsi que de deux officiers de l’armée.
Monsieur « Zeidan » a indiqué samedi que la frontière avec l’Egypte avait été fermée aux voyageurs en vue d’empêcher les responsables de ces assassinats de quitter le territoire, sans préciser si cette décision était également motivée par l’évasion des détenus.
Il a annoncé par ailleurs unremaniement ministériel sous peu afin de réduire le nombre de membres de son cabinet, «en vue de plus d’efficacité», a-t-il dit.

Les manifestants accusent les islamistes d’être derrière l’assassinat de « Mesmari » et les attaques qui ont visé depuis la révolte des dizaines d’officiers, en particulier à Benghazi.
Les protestataires estiment que les rivalités politiques empêchent la stabilisation du pays, où pullulent les armes.
Le « PJC » et l’ »AFN » sont accusées de manipuler des milices armées qui servent leurs intérêts, empêchant la formation d’une armée et d’une police professionnelles.
«Nous voulons la dissolution de tous les partis.
Ils sont la cause de tous nos problèmes.
On doit adopter une Constitution puis une loi organisant la vie politique avant de permettre aux partis d’exercer», affirme « Ahmed Trabelsi », un manifestant à Tripoli.

Les islamistes n’ont pas remporté les premières élections libres en Libye

Contrairement aux autres pays du Printemps arabe, la Tunisie et l’Égypte, les islamistes n’ont pas remporté les premières élections libres en Libye.
Vainqueur des élections législatives de juillet 2012, l’ »AFN » de « Mahmoud Jibril », une coalition de petits partis libéraux menée par des architectes de la révolte de 2011 contre le colonel « Kadhafi », détient 39 sièges sur les 80 réservés à des partis politiques au Congrès général national (« CGN »), la plus haute autorité politique et législative du pays.
Le « PJC » est la deuxième formation politique du Congrès avec 17 sièges.
Les 120 sièges restants sont détenus par des candidats indépendants aux allégeances et convictions diverses.

L’avocat « Abdessalem al-Mesmari » était parmi les premiers militants qui avaient participé aux manifestations contre le régime du dictateur déchu « Mouammar Kadhafi » en février 2011.
Après la révolution, il était connu notamment pour son opposition aux Frères musulmans et aux milices islamistes qui œuvrent selon lui à prendre le pouvoir malgré le rejet de la population.
Depuis la chute du régime de « Kadhafi », l’Est libyen est le théâtre d’une multiplication de violences, dont des attaques ciblant des juges, des militaires et des policiers ayant servi sous le régime déchu.

http://www.20minutes.fr  du 27/07/2013

 

 

 

IL EST ILLEGAL DE MENTIONNER DES LIENS COMMERCIAUX

LES COMMENTAIRES SONT FERMES

Quand La Société Devient Infertile

Quand La Société Devient Infertile dans TABOU bebe

Des sénateurs socialistes inventent « l’infertilité sociale »

Un quarteron de sénateurs socialistes, plein de sagesse, puisque d’une moyenne d’âge de 70 ans, a déposé une proposition de loi la semaine dernière, pour étendre la « procréation médicalement assistée » (« PMA ») à l’infertilité sociale. Pour le dire sans se payer de mots : aux couples de même sexe, afin de permettre à celui qui ne procréera pas de devenir un parent social. C’est incroyable comme tout devient social ces temps-ci ! Résonne encore à mes oreilles cet argument contre la tenue d’un référendum sur la loi Taubira : la Constitution autorise les référendums sur les sujets sociaux, pas sur les sujets sociétaux…

Résonne également cette promesse de François Hollande, le 28 mars dernier, sur le plateau de France 2 : le Président s’y engage, il attendra les conclusions du Comité national d’éthique, désormais attendues pour le printemps 2014, avant de statuer sur le sort de la PMA. Vous me direz, le chef de l’État respecte assez la séparation de l’exécutif et du législatif pour se réjouir d’une initiative parlementaire. Mais si on voyait le mal partout, ça donnerait presque l’impression qu’il ne tient pas sa majorité.

Bref, la sagesse des sénateurs ne se dément pas. On en avait eu un aperçu début avril, lors du vote à main levée et à la sauvette de ce qui n’était encore que le projet de loi Taubira ― sans même parler des pressions sans nom sur les sénateurs ultramarins. On en a la confirmation : alors que la cohésion nationale a été mise en miettes par une loi imposée au forceps, au terme d’une année de manifestations balayées d’un revers de main par ceux qui nous gouvernent, nos quatre sénateurs n’ont pas de meilleure idée que d’en remettre une couche. À croire que, depuis un an, ils n’ont rien foulé d’autre que les moquettes cramoisies du Sénat.

L’exposé des motifs, en tout cas, a le mérite de la franchise, liant clairement le sujet au mariage et à l’adoption pour tous : « Cette proposition de loi y fait naturellement suite en élargissant la possibilité pour ces couples d’accéder à la parentalité », expliquent nos quatre sénateurs. Sur ce point, on est d’accord : l’adverbe naturellement coule de source, puisque la loi Taubira a ouvert grand la porte au blanchiment de PMA et de GPA (gestation pour autrui) réalisées à l’étranger en contournant la loi française. Avec ce même argument de la suite naturelle, on pourra justifier les mères porteuses sans trop de problèmes. Et là, résonne itou à mes oreilles cette affirmation qu’il fallait arrêter de lier les sujets et de crier au loup.

La conclusion des parlementaires est belle comme le non-sens d’une copie de philo du bac : « Il n’existe aucun droit à l’enfant. Mais notre société ne pourra sortir que grandie d’avoir permis à ceux qui le désirent de devenir parents. » On a presque envie de les convier à un cours d’éducation civique de CE1, avec en préambule ce rudiment à copier cent fois dans un cahier grand format petits carreaux : la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres. Défendre la PMA pour tous, c’est une chose. Nier dans le même temps un quelconque droit à l’enfant, ça tourne à la schizophrénie.

En attendant, pour bien préparer les esprits à ce nouveau pas de géant vers l’égalité pure et parfaite, un questionnaire confidentiel vient d’être adressé par l’Académie nationale de médecine aux gynécos obstétriciens, en vue de publier un rapport fin 2013. Parmi les questions : « Pensez-vous que la PMA devrait être accessible aux couples homosexuels en France ? Si oui, devrait-elle être prise en charge par les caisses d’assurance-maladie ? »Eh oui, que voulez-vous, au-delà du débat de fond reste la question des fonds. Mais, qu’on se le dise, s’agissant de sécurité sociale, le Président n’hésitera certainement pas à soumettre cette dernière à référendum…

http://www.bvoltaire.fr  du 27/07/2013

 

IL EST ILLEGAL DE MENTIONNER DES LIENS COMMERCIAUX
LES COMMENTAIRES SONT FERMES

La Chaleur Perturbe Les Comptes

La Chaleur Perturbe Les Comptes dans TABOU 922px-logo_pole_emploi-e1374940329239

Chômage, on truque les statistiques et même la réalité !

Après une montée imperceptible, quasiment un faux plat, en mai, le chômage en juin n’a fait que 14.900 victimes de plus, à comparer avec une moyenne mensuelle d’environ 35.000 depuis un an.
Et les porte-parole officiels, tels Michel Sapin, de pavoiser :
Ce n’est pas encore le retournement officiel, mais c’est le ralentissement avant le retournement.
Avant le retournement ou avant l’accélération ?
On sait, au gouvernement, se contenter de peu.
Car il est permis, hélas, de voir la réalité d’un autre œil.
Ces chiffres, dont il faudrait s’accommoder, s’expliquent en partie par le zèle tout nouveau que met Pôle emploi à rayer de ses listes des demandeurs d’emploi qui, à défaut d’avoir retrouvé du travail, font baisser les statistiques.
Le chômage n’en continue pas moins d’avancer comme une marée inexorable pour le vingt-sixième mois consécutif.

C’est un cancer qui diffuse ses métastases dans tout le corps social.
Parallèlement, on nous annonce qu’après deux trimestres de récession, la France devrait renouer avec une croissance de… 0,1 %, mirifique rebond qui, à vrai dire, pourrait bien être suivi d’une rechute équivalente. Bref, le fameux bout du tunnel n’est toujours pas en vue.
Sur quoi, dès lors, peut bien se fonder la réitération souriante et obstinée par le chef de l’État de son imprudente promesse d’inversion de la courbe du chômage ?
Faut-il y voir seulement la manifestation d’un optimisme impénitent ou quelque incantation propitiatoire et verra-t-on un jour le clergé socialiste faire trois fois le tour de l’Élysée pour demander à la conjoncture le retour de la prospérité comme chez les peuples primitifs (et même les autres) où on implore du ciel, à grand renfort de prières et de tambourins, le retour de la pluie ?

En vérité, le président de la République compte, au moment opportun, sortir de sa manche les atouts qui lui permettraient de tenir sa promesse en faisant reculer, fût-ce provisoirement, l’hydre du chômage.
Contrats aidés, contrats de génération ont en commun de n’être que de la poudre aux yeux qui n’éblouira que quelques naïfs, pour peu de temps.
Les emplois ainsi créés, emplois au rabais, emplois précaires, emplois artificiels, ne correspondront pas à une reprise de l’économie, ils ne résulteront pas de la décision saine et spontanée d’employeurs désireux de développer leur activité.
Ils ne répondront qu’à des calculs politiques et fiscaux, ils disparaîtront avec les subventions et les dispositifs qui les auront suscités. Bien mieux, payés à la fin du compte par les contribuables, ils alourdiront encore la charge de ceux-ci sans accroître pour autant la richesse nationale.

S’ils représentent un progrès, il ne s’agit d’un progrès que dans le mensonge.

Ce ne sont plus seulement, à l’ancienne, les statistiques que l’on truque, c’est la réalité.

Dominique Jamet

http://www.bvoltaire.fr  du 27/07/2013

 

 

 

IL EST ILLEGAL DE MENTIONNER DES LIENS COMMERCIAUX

LES COMMENTAIRES SONT FERMES

C’est Mauvais Pour La Religion De Paix !

C'est Mauvais Pour La Religion De Paix !  dans TABOU muslim-e1374879486980

Au moins 41 morts dans un double attentat suicide,  au Pakistan.

Un double attentat suicide dans un marché très fréquenté des zones tribales du nord-ouest du Pakistan, à la lisière de l’Afghanistan, a fait au moins 41 morts et 150 blessés vendredi, ont annoncé les autorités.
« Nous pouvons confirmer 41 décès.
Il y a aussi 150 personnes blessées dont 20 grièvement », a dit à l’AFP le Docteur « Sabir Hussain », directeur du principal hôpital de Parachinar, chef-lieu du district tribal de Kurram, théâtre de ce double attentat.
Un précédent bilan faisait état de 25 morts et de plus d’une centaine de blessés dans cette attaque qui n’a pas été revendiquée mais pourrait porter le sceau des talibans pakistanais du « TTP », un groupe islamiste armé en lutte contre le pouvoir d’Islamabad et hostile à la minorité musulmane chiite.

Deux bombes ont explosé vendredi en fin de journée dans un bazar achalandé de Parachinar.
Au moment où de nombreuses personnes achetaient des denrées alimentaires peu avant l’iftar, la rupture quotidienne du jeûne pendant le mois du ramadan, ont indiqué à l’ »AFP » des sources sécuritaires.
« Ce sont deux kamikazes à pied qui se sont fait exploser en plein coeur du marché », tapissé de lambeaux de chair et de sang après la détonation, a précisé à l’ »AFP » « Mehsud Riaz Mehsud », un haut fonctionnaire local.
Il s’agit de l’attentat le plus meurtrier au Pakistan depuis le début le 11 juillet du ramadan, le mois du jeûne musulman, dans ce pays de 180 millions d’habitants en proie à une montée en puissance du fondamentalisme.

En début de semaine, un groupe d’insurgés avait lancé une offensive complexe contre les bureaux des puissants services de renseignement pakistanais (ISI) dans la ville méridionale de Sukkur, en règle générale très paisible.
Neuf personnes avaient été tuées, incluant les cinq assaillants, dans cet assaut qui a surpris le pays entier.
Et les autorités avaient découvert jeudi les corps de 20 insurgés tués par un bombardement de l’armée pakistanaise dans le district tribal de Khyber, où les talibans et leurs alliés affrontent depuis des mois les forces pro-gouvernementales.
Les zones tribales semi-autonomes du nord-ouest du Pakistan sont un repaire connu des talibans, afghans et pakistanais, et d’autres groupes liés à « Al-Qaïda », régulièrement bombardé par les drones américains.

La ville de Parachinar, située à un jet de pierre de la frontière afghane, a été le théâtre de nombreux attentats sanglants au cours des dernières années, car peuplée notamment d’une importante communauté chiite.
Les chiites constituent 20% de la population du Pakistan, mais ils sont la cible croissante d’attentats par des groupes extrémistes qui les accusent de corrompre l’islam et d’être les agents de l’Iran, première puissance chiite au monde.
Les autorités à Parachinar n’ont pas précisé vendredi si une partie, voire la totalité, des victimes de ce double attentat était d’obédience chiite.

http://www.linternaute.com  du 26/07/2013

 

Ca marque mal pour cette religion qui se dit d’amour… tuer des musulmans et pendant leur mois sacré !

 

 

 

IL EST ILLEGAL DE MENTIONNER DES LIENS COMMERCIAUX

LES COMMENTAIRES SONT FERMES

Quelle Malchance Pour La France !

Quelle Malchance Pour La France ! dans TABOU racailles1-e1374792988318

Des vitrines brisées, un commissariat encerclé par des « jeunes armés », des tirs à armes réelles.

Tous ces événements arrivés quelques heures après le contrôle d’identité houleux d’une femme voilée à Trappes viennent nous rappeler que nos banlieues sont devenues de véritables poudrières susceptibles de s’embraser à la moindre petite étincelle.
Ces bastions de la délinquance résultent d’un laxisme politique qui a poussé certaines institutions à abandonner au fil du temps ces quartiers aux bandes « d’islamo-racailles » qui y règnent en maîtres.
Inéluctablement, ces faits divers reflètent clairement l’échec de l’assimilation massive vantée depuis des décennies par un certain nombre de patrons voyous et de politiques dévoyés qui justifiaient comme une richesse la venue sur notre sol de populations étrangères.
Le résultat aujourd’hui est frappant et porte un goût bien amer.
Si l’histoire témoigne qu’il est possible d’assimiler des individus isolés, le contexte balkanique actuel démontre au contraire qu’il est impossible d’intégrer des peuples entiers sans engendrer in fine de guerre ethnique.

Les émeutes de Trappes et d’ailleurs sont donc l’ébauche de notre Kosovo de demain.

Ce choc de la réalité que constituent ces bandes armées qui ne se reconnaissent pas dans un certain nombre de nos valeurs doit nous rappeler que chaque peuple est fait pour vivre épanoui sur son propre sol, selon son identité.
C’est parce que ces première, deuxième, troisième et maintenant quatrième générations d’immigrés sont déracinées qu’elles partagent ce refus de vouloir être et vivre en Français.
Les victoires d’ordre sportif, électoral ou encore certaines fêtes religieuses sont pour eux l’occasion de revendiquer ce message qu’une carte nationale d’identité ne leur procurera jamais l’identité propre.
Après les tirs au mortier et les voitures incendiées, l’État dépassé par l’ampleur des événements qui se propagent comme une traînée de poudre va devoir affronter (ou fuir) ses responsabilités devant cette société multi-raciale, devenue multiraciste, faisant vaciller la République.

Il est désormais l’heure de passer à la caisse.

L’addition risque d’être salée.

Et ce sont toujours les mêmes qui finiront par payer…

Pierre-Louis-Meriguet

http://www.bvoltaire.fr  du 24/07/2013

 

Les mêmes qui vont payer sont ceux qui vont voir leurs impôts augmenter !

 

 

 

IL EST ILLEGAL DE MENTIONNER DES LIENS COMMERCIAUX

LES COMMENTAIRES SONT FERMES

1...1314151617

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43