Archive | TABOU Flux RSS de cette section

Nous Priver De Nos ToutesTraditions !

saucisson-pinard (1)

À Tourcoing,
on n’aime pas le boudin.

Les Tourquennois ne sont vraiment pas vernis, ces temps-ci !
Après avoir vécu, six jours durant, un véritable état de siège, les voilà, ce samedi, privés de spectacle !

La cause ?
L’annulation, par la mairie (étiquette *Républicains*), de la venue de la compagnie belge « Thank you for Coming », qui devait se produire sur le thème « de la condition féminine et l’homme comparé à un cochon ».
Si, dans un premier temps, l’évocation du « cochon » n’avait pas fait tiquer les élus locaux, en revanche, auprès du premier adjoint au maire, « Didier Droart », le titre du spectacle « Boudin et chansons » ne passe pas… ou plus.
Et l’élu de justifier sa décision par le caractère« inapproprié dans le cadre d’une fête de la musique ».
Le rapport ?
Aucun.
Parce que le motif d’annulation est ailleurs.
Et il n’est pas bien loin :
En bon *Républicain*, « Droart » ne veut pas « qu’on choque » une partie de la population de confession musulmane, ni que l’amalgame soit fait avec… les apéritifs organisés par l’extrême droite !

Aucun rapport entre sauciflard, pinard et… « extrême drôate » !

De plus en plus préoccupants, ces coups de butoir émanant de représentants de la communauté musulmane à l’encontre de nos traditions culinaires.
Encore plus inquiétant de constater que les élus – parfaitement conscients du phénomène – devancent ainsi toute éventualité de mécontentement, voire de représailles, de la part d’individus se réclamant d’une religion « de tolérance ».
En tout cas, le signe irréfragable que les « valeurs républicaines » dont on nous rebat les oreilles travaillent la France au corps pour la faire tomber.

Mais le plus « drôle » dans cette affaire, c’est le double langage singulier de la Compagnie Boudin et chansons.
Selon son metteur en scène, « Sara Amari » – elle-même musulmane :

« Oui, le cochon peut être un tabou […]
Doit-on laisser à quelques « pseudo-nazis » le droit de mettre le cochon en étendard ? »

Le rapport ?
Toujours aucun.

Caroline Artus

http://www.bvoltaire.fr/  du 12/06/2015

Toujours pas un mot sur ces échauffourées comme sur cette annulation !

Orage A Poitiers Sur Le Congrès P.S. !

rose-aux-epines-300x288 (1)

Un invité au congrès du PS.

L’ancien ministre socialiste publie une tribune dans le «Journal du dimanche», avec Mathieu Pigasse, dénonçant la politique de François Hollande.
A Poitiers, certains élus y voient une «insulte aux militants», d’autres un «esprit libre».

Il leur a pourri leur dernière journée de congrès.
A Poitiers ce dimanche matin, les hauts responsables du Parti socialiste pensaient n’avoir qu’à couronner leur premier secrétaire « Jean-Christophe Cambadélis » et faire croire que le PS était enfin rassemblé derrière François Hollande et Manuel Valls direction 2017…
Absent de ce 77e congrès et en retrait depuis qu’il s’est fait virer du gouvernement fin août 2014, l’ex-ministre de l’Economie s’est invité à Poitiers, via une tribune dans le « Journal du dimanche », avec le banquier d’affaires « Matthieu Pigasse ».

«Vous auriez vu la tête hier soir des Vallsistes !
Je suis hilare…»

se marre un jeune cadre PS, proche de Montebourg.

Dans leur texte, « Montebourg » et « Pigasse » cartonnent François Hollande et sa politique… Française, comme européenne.
Ils écrivent :

«Hébétés, nous marchons droit vers le désastre.
C’est la démocratie qui est cette fois menacée.»

Ils dénoncent :

«l’absurde conformisme bruxellois […] devenu une gigantesque fabrique à suffrages du Front national».
«Au fil des alternances, les Français votent en conscience pour la « rupture » ou le « changement » mais s’aperçoivent que la politique économique – donc européenne – qui s’ensuit est toujours la même.»,

poursuivent-ils.

«Tout président élu commence par aller faire ses génuflexions à Berlin puis à Bruxelles, enterrant en 72 heures ses engagements de campagne.»

La charge est lourde :

«Ceux qui nient l’existence de l’austérité en prétendant que les salaires n’ont pas baissé (heureusement !) doivent ouvrir les yeux sur les pertes réelles et sérieuses de revenus pour les Français moyens :
cette politique répand la colère, le dépit, la violence chez des millions de nos concitoyens qui s’estiment bernés, trahis et abandonnés

Ils prônent une :

 «coalition des pays européens favorables à une stratégie européenne de baisse d’impôts en faveur des ménages».

«C’EST PETIT»

«C’est lamentable…»

Accoudé à une table haute à l’extérieur du Parc des expositions de Poitiers, « Didier Guillaume », patron des sénateurs PS regrette de voir « Montebourg » «faire ça aujourd’hui».

«C’est petit, c’est fait pour péter le congrès mais il n’y arrivera pas, et puis faire une tribune avec « Pigasse », je suis pas sûr que ça plaise à l’aile gauche.»

dit-il
Au contraire, son ex-compagnon de route, « Christian Paul », désormais un des chefs de file de l’opposition interne au PS, se montre heureux de cette invitation surprise :

«Qu’il y ait des esprits libres, qui viennent en renfort, c’est une très bonne chose !

explique-t-il.
« Sinon, le sujet du jour, c’était la « Camba story ».
Depuis des jours, on n’entend que le ronron de la pensée unique.»

«On ne voulait pas sortir de ce congrès avec cette fausse unité qu’on nous vend depuis deux jours,

justifie-t-on dans l’entourage de Montebourg.

Arnaud considère que le PS est mort, le déroulé de ce week-end valide sa thèse.»

Sauf que l’ex-ministre de l’Economie a toujours sa carte à la fédération PS de Saône-et-Loire et envoie régulièrement quelques cartes postales à ses ex-camarades du gouvernement.

«A Poitiers, il y a le PS.
Dans le 
« JDD », il y a « Arnaud Montebourg »»,

a lancé le porte-parole du gouvernement, « Stéphane Le Foll » assailli par les caméras.

«Il est bon en com’,

s’amuse le sénateur maire d’Alfortville, « Luc Carvounas », proche de Valls.

Mais j’aurais préféré qu’il vienne le dire ici, à Poitiers.»

Pas content de se voir voler sa journée par « Montebourg », « Cambadélis » a dénoncé, lui, une «insulte aux militants».
Valls y voit une sortie pour occuper «une partie de la presse qui a besoin de la castagne».

Un responsable parisien glisse, résigné sur l’état du PS : 

«C’est là que tu te rends compte que le débat n’a plus lieu ici.»

Lilian Alemagna

http://www.liberation.fr/politiques/2015/06/07/hebete-montebourg-s-invite-au-congres-du-ps_1324681  le 07/06/2015

Les Zones De Non-Droit Explosent !!!

tourcoing- (1)

Emeutes à Tourcoing.

Pour Anne Hidalgo, les zones de non-droit en France n’existent pas.

Est-ce la preuve à Tourcoing ?
Littéralement en état de siège depuis le début de la semaine – les émeutes de la ville ayant gagné Roubaix et Wattrelos, on ne peut plus ni y entrer ni en sortir – à tel point que la frontière avec la Belgique est fermée, Tourcoing a explosé.

Depuis lundi, donc, le quartier de la Bourgogne est mis à feu et à sac.
Une soixantaine de véhicules et de poubelles incendiés, des véhicules de police et des bus endommagés, selon la préfecture.
Des commerces, aussi.
Des actes de vandalisme en représailles à la mort du passager d’un véhicule que les policiers poursuivaient pour avoir grillé trois feux rouges – le conducteur conduisant sans assurance – avant de terminer sa course folle encastré dans un arbre.

La réaction du *Républicain* « Gérald Darmanin », le député-maire de la ville ?

« D’abord, je voudrais exprimer, une nouvelle fois, mes condoléances et pensées aux familles du jeune homme décédé et des jeunes blessés dans ce dramatique accident de la route. »

La faute à pas de chance, à une virée entre potes qui aurait mal tourné, en somme.
Voiture non assurée, feux grillés, têtes cagoulées ?
Des broutilles !

Mais vous ne connaissez pas la meilleure !
Si « Darmanin » s’est « exprimé une nouvelle fois », c’est parce que la première s’est tenue le jour même de la mort de l’acolyte cagoulé chez…les parents de ce dernier ! Même que Monsieur  »Zighem » lui a offert un thé qu’il a depuis du mal à digérer.
En effet, Monsieur le maire a eu le toupet de lui demander si son fils « avait un casier ».
De fait, « Pierre-Eliott », que son père avait « du mal à canaliser », élevé pourtant « dans la droiture », en avait un.
Ce qui, en tant que passager du véhicule, ne le rend pas responsable de l’accident, s’est emporté le père.
Et d’affubler le maire du délicieux nom de « Républicon » !

Des condoléances donc, mais pas d’excuses aux contribuables qui vont casquer pour la remise en état des biens publics.

Pas davantage pour les commerçants dont le gagne-pain est détruit, dont les tarifs d’assurance vont s’envoler, pire, qui ne seront plus couverts par leurs compagnies.

Pas un mot aux habitants qui ne dorment plus de la nuit.
Avec ces victimes-là, pas question de causette autour d’un café, mais des expressions usées jusqu’à la corde :

« Aucune violence n’est excusable, aucune » , « l’ordre républicain doit être respecté »,

et patati et patata…

Le quartier de la Bourgogne, l’un des nombreux à faire l’objet de multiples encadrements avec des médiateurs de rue qui reviennent de tout, « trop compliqué de faire de la médiation », impossible de « créer les conditions de dialogue entre les jeunes et les forces de l’ordre »« quand le désordre et la violence sont là, c’est trop tard », avouent-ils, désenchantés, habitants d’une ville où la moitié des ménages provient largement de l’immigration et vit sous le seuil de pauvreté.

Trop tard en 2015 quand le phénomène inquiétait déjà en 1990.
L’immigration, l’intégration,

« c’est un problème permanent et gigantesque »,

reconnaissait « Alain Juppé » dans « Lui », cette même année.
Eh bien, 25 ans plus tard, il exhorte à ne pas comparer les situations !

En attendant, vendredi soir, deux hélicoptères survolaient Roubaix.

De combien d’hélicoptères aurons-nous besoin pour la France entière ?

Quand ?

Pendant combien de temps ?

Ne pas comparer 1990 avec 2015 ?

Parce que c’est terrifiant !

Caroline Artus

 

http://www.bvoltaire.fr/  du 07/06/2015

Mais les télés ne doivent surtout pas en parler !
Il faut apitoyer le peuple sur ces « pauuuvres immigrés » délogés, surtout pas évoquer ces émeutes qui durent depuis une semaine !

Scandale Dans L’Audiovisuel Français.

numero23- (1)

Qu’est-ce que c’est ?

« Numéro 23″ est dans le collimateur des sociétés de droits d’auteur.

Personne ne connaît vraiment la chaîne « numéro 23″ sur la « TNT », mais l’histoire de sa vente en cours, pour 88 millions d’euros, au « groupe nextradiotv » (« RMC », « BFMTV ») fait du bruit.

Des députés de diverses obédiences se sont émus de ce scandale et ce sont à présent les sociétés de droit d’auteur qui rentrent dans la danse en assignant la chaîne pour non-paiement de droits.
En attendant l’aval du « CSA », qui doit autoriser ou non la vente, cinquante « acteurs de la diversité » ont néanmoins publié une tribune dans « Libération » le 28 mai dernier afin de soutenir le projet éditorial de la chaîne.

L’histoire de « Numéro 23″ fait d’autant plus scandale… qu’elle est parfaitement légale.
La chaîne, qui s’était présentée comme le porte-drapeau de la « diversité » (origine, sexe, handicap) avait obtenu du « CSA » une fréquence gratuite en 2012.
Ensuite, elle a respecté les règles – deux ans et demi de diffusion, paiement de la taxe de 5% sur les plus-values des chaînes « TNT », mais pas ses engagements, puisque sa grille éditoriale comprenait des séries américaines ou encore des émissions sur les phénomènes paranormaux et le tatouage.
Mais c’est bien le fait de “faire une plus-value sur le domaine public“, à partir d’une fréquence obtenue gratuitement, qui choque l’opinion publique.
Sans parler de la diversité comme cache-sexe du business…
Légale, la transaction est donc choquante au plan moral, particulièrement dans un pays englué dans une crise profonde qui touche non seulement l’économie, mais aussi son modèle de société.

Pour mieux comprendre l’affaire, « Lyon capitale » a conçu une petite vidéo que l’on peut consulter ici.

Image de prévisualisation YouTube

§§§§§§

Image de prévisualisation YouTube

Selon la revue « Stratégies » du 29 mai dernier, plusieurs sociétés de droits d’auteur – comme la « SACEM », la « SCAM » ou la « SACD » – ont assigné en justice la chaîne « Numéro 23″ car elle n’a pas payé des droits dont elle devait s’acquitter.
Le préjudice est évalué à 1 million d’euros et une première audience doit avoir lieu le 18 juin…

 

http://www.ojim.fr/  du 05/06/2015

Taisons – Le Quand Cela Craint Trop !

censure1

Troisième nuit de tensions à Tourcoing !

Voitures brûlées, poubelles incendiées et jets de projectiles contre les policiers : TROIZIEME nuit d’émeutes jeudi à Tourcoing dans le quartier de la Bourgogne, après la mort dimanche soir d’un jeune homme dans un accident.
20 personnes ont été placées en garde à vue.

C’est la troisième nuit consécutive de violences dans le quartier de la Bourgogne, à Tourcoing, jeudi, depuis que « Pierre-Elliott », 19 ans, est mort dans un accident de voiture dans la nuit de dimanche à lundi.
Le jeune homme se trouvait à bord d’une automobile qui fuyait un contrôle policier et qui a percuté un arbre.
Un autre passager est griévement blessé.
Ce qui inquiète les forces de l’ordre, c’est que le périmètre des incidents s’est élargi cette nuit.

Jeudi matin, le quartier de la Bourgogne à Tourcoing était calme

« Anne-Claire Gauchard » s’est rendu à Tourcoing jeudi matin.
Notre reporter a raconté ce qu’elle a vu sur France Bleu Nord à midi :

« Je n’ai pas vu de voitures ou de poubelles brûlées, pas de projectiles par terre. Juste la marque d’un jet de pierre sur la vitrine d’une petite épicerie.
Les habitants m’ont raconté qu’une dizaine ou une vingtaine de jeunes avaient tenté d’incendier un supermarché discount.
Des habitants qui ne parlent évidemment que de ces trois dernières nuits, très agitées
« .

Des habitants qui critiquent le dispositif policier mis en place :
Des chiens, un véhicule anti-émeutes, un hélicoptère, des CRS, tout ça pour limiter les violences, selon la Préfecture.
Mais pour les habitants, cela s’accompagne de provocations de la part des forces de l’ordre, ce qui attise plutôt la colère des jeunes.

De nouveaux quartiers concernés

Cette nuit, des accrochages ont eu lieu dans le quartier de la Bourgogne mais aussi à Epidème, Croix-Rouge et Pont-Rompu où les forces de l’ordre ont été visées par des jets de projectiles.
A Roubaix et Wattrelos, il y a également eu quelques incidents disparates, mais on ne sait pas encore si ces événements sont liés à la mort de « Pierre-Eliott ».

Pour le moment, les incidents n’ont heureusement pas fait de blessés, 20 personnes ont été placées en garde à vue.
Le procureur de la République de Lille, « Frédéric Fèvre » a annoncé la tenue d’une conférence de presse jeudi après midi à 16h30.

Un guet-apens tendu aux policiers ?

Les incidents ont démarré vers 22h.
Une quarantaine de personnes a voulu en découdre avec les forces de l’ordre, jetant des pierres et des projectiles enflammés.
Une vingtaine de voitures ont été incendiées, des poubelles également, pour attirer les pompiers dans des guet-apens.

Mais la soirée n’a pas dégénéré.
Le dispositif de sécurité était important :
une centaine de policiers était mobilisé, ainsi qu’un peloton de CRS, un véhicule anti-émeutes et un hélicoptère de la gendarmerie.
 Ce qui inquiète surtout les policiers, c’est qu’au fil des nuits, les incidents s’étendent géographiquement, à certains quartiers de Wattrelos et près de la frontière belge.

Inhumation de Pierre-Eliott jeudi

Une enquête administrative a été ouverte pour faire la lumière sur les conditions de la mort de Pierre-Eliott dimanche soir, a confirmé le maire de Tourcoing, l’UMP « Gérald Darmanin ».
Une marche en la mémoire du jeune homme a rassemblé une centaine de personnes hier dans le calme.
Il doit être inhumé jeudi.

Source : Marie Mutricy pour « France Bleu Nord »

Gaïa pour « Dreuz.info »

police (1)

http://www.dreuz.info/  du 04/06/2015

 

Il ne faut surtout pas en informer les autres régions,  cela va toujours très bien chez  ’madame la marquise’ !
Cela risquerait de donner des idées, qui sait ?

Mais pourquoi n’a-t-on pas le droit de savoir ce qu’il se passe en France ?

Le scandale de la « Fifa » ? Mais on était au courant ! De la fumée !
Des chiens écrasés pour détourner notre attention, les journaleux font un travail de maquillage !

Pas De Turquie Islamiste En Europe.

sainte-sophie (1)

L’oeuvre d’Atatürk jetée à bas !

Des manifestants turcs exigent que « Sainte-Sophie » redevienne une mosquée !
A Istanbul, autrefois Constantinople, « Sainte-Sophie », basilique chrétienne construite en 532 puis embellie au cours des siècles, a été pendant un millénaire la cathédrale phare de l’Empire byzantin.
En 1453, les Turcs ont détruit cet État chrétien, terminant à l’avantage de l’islam une guerre commencée par Mahomet en personne.
En effet, le Prophète a, semble-t-il, lancé dès 639 un raid infructueux contre les héritiers orientaux de l’Empire romain.
Le sultan ottoman Mehmet II (le bien-nommé !) a symboliquement pénétré à cheval dans la cathédrale Sainte-Sophie.
Il a ordonné de la transformer en mosquée pour marquer de manière éclatante la victoire du croissant sur la croix.
Conformément aux préceptes de l’islam, les fresques murales qui ornaient l’église ont été recouvertes de stuc.

En 1934, « Kemal Atatürk », dont il faut une nouvelle fois saluer la largeur d’esprit et la modernité de la pensée, a décidé (en 1934) que Sainte-Sophie deviendrait un musée.

Il l’a fait restaurer dans son état primitif.

On a notamment libéré de leur gangue de plâtre les magnifiques décorations et les peintures chrétiennes.

Depuis 10 ans, les milieux islamiques turcs mènent une guerre sourde et implacable afin que « Sainte-Sophie » redevienne une mosquée.
Ils font du « lobbying », organisent sans cesse des jeûnes et des manifestations.
Ils viennent par milliers défiler devant l’ancienne église et ont prévu de rompre le prochain ramadan sur son parvis.
Le président turc, Monsieur  »Erdoğan », ne leur a pas encore donné gain de cause mais il hésite à le faire.
En attendant, il vient d’évoquer la réouverture au culte de la « Mosquée bleue » qui fait face à « Sainte-Sophie ».

Ce combat des islamistes est évidemment symbolique !
La victoire de Mehmet II sur le lamentable Empire byzantin est pour les extrémistes une date qu’il faut commémorer encore et toujours.
Pour eux, la place de la chrétienté n’est pas à côté de l’islam mais en dessous, dans un rang subalterne.

Dans l’eschatologie musulmane, un des signes de la fin du monde est la chute du second Empire romain.
Cette défaite précédera de peu la venue de l’Antéchrist et la descente du ciel de Jésus.
Certains pensent donc qu’en réactivant le symbole le plus visible de la prise de Constantinople, on se rapprochera de la fin des temps.

Cette quête des signes imprègne l’islam extrémiste.
On ne comprend rien à certaines décisions de « Daech » si on ne s’y réfère pas.
Par exemple, des islamistes identifient les USA comme ce fameux second empire romain.
Or, une tradition musulmane prophétise que la bataille finale entre les forces du croissant et les Romains aura lieu près d’une petite ville syrienne sans intérêt stratégique.
L’ »État islamique » a tout fait pour s’en emparer et s’y maintenir contre toute logique militaire.

« Atatürk » avait imposé à son pays un islam moderne.
Le voile était interdit.
La Turquie avait réussi à se moderniser sans se renier.
Son œuvre est jetée à bas !
Si « Sainte-Sophie » redevenait une mosquée, il n’en resterait plus rien !

Christian de Moliner

 

http://www.bvoltaire.fr/  du 30/05/2015

NOS Impôts Paient Pour Ces Dégâts !

prison-300x161 (1)

Intrusions répétées à la
maison d’arrêt d’Albi

«Plus rien n’arrête les gars à l’extérieur !»

«Aujourd’hui, plus rien ne les arrête !
Rendez-vous compte :
Les gars n’ont plus aucune limite.
Ils viennent découper tranquillement en plein jour plus de 1m 50 de grillage d’une maison d’arrêt !»

« Laurens Maffre » et « Stéphane Eynard » sont respectivement secrétaire régional et secrétaire régional adjoint « UFAP-UNSa Justice » et passablement en colère après la troisième intrusion perpétrée ce mercredi à…17h30 par des individus pour projeter plus facilement drogues, viandes, et ammoniac dans l’enceinte de la prison albigeoise.

« Laurens Maffre » souligne :

«À l’instar des autres centres pénitentiaires français, l’établissement tarnais est victime de la surpopulation carcérale et du manque de moyens.
Avec une cinquantaine de surveillants seulement pour environ le triple de détenus, la prison d’Albi subit l’immobilisme total des autorités de l’état à tous les niveaux.
Face au découpage répété des grillages de la maison d’arrêt, on ne procède qu’avec des colmatages à la petite semaine.
Bon, à Albi, on nous a promis des travaux pour renforcer la sécurité d’ici fin 2015 à hauteur de 400 000 € mais ça veut dire que pendant cinq mois encore, ce site qui renferme des détenus dangereux, sera toujours à la merci de nouvelles intrusions.»

Pour « Stéphane Eynard » :

«Il est urgent d’agir et, si les forces de police font elles-aussi avec les moyens du bord, on ne va pas pouvoir supporter longtemps de voir nos maisons d’arrêt devenir des passoires.
Pire, ces faits divers peuvent conduire à des drames comme quand un détenu était mort en voulant aller récupérer un colis en haut d’un grillage et s’était brisé la colonne vertébrale.
Mercredi, les individus qui se sont introduits dans le périmètre de la prison auraient très bien pu se retrouver nez à nez avec des confrères.
Ces derniers ne sont pas armés.
Ce n’est certainement pas le cas de personnes qui n’ont pas peur une seule seconde de s’introduire dans une maison d’arrêt.»

Jérôme Rivet

 

http://www.ladepeche.fr/  du 30/05/2015

Bien sur les intrus seront relâchés !
Pourquoi ne pas réouvrir un « bagne formule XXIème siècle » en Guyane, que cette population ne soit plus en excédent dans nos prisons sur le sol de notre hexagone ?
Cela ne coûterait pas plus cher que ces multiplications de délits, d’avocats commis d’office, etc…

prison (1)

Vainqueurs Mais Trahis Par L’ U.M.P.S.

referendum1

Une victoire historique,
Une trahison générale

Il y a dix ans, le résultat du référendum sur le « Traité Constitutionnel Européen » (« TCE ») ébranlait la France, l’Europe et le monde.
Par 55 %, avec une très forte participation, nos compatriotes avaient infligé un pied de nez historique à toute la classe politique et médiatique, qui les sommait, menaces à l’appui, de voter « oui » au projet de « Giscard d’Estaing ».

Image de prévisualisation YouTube

Ayant, à un niveau modeste, participé activement à cette campagne, il me paraît, à travers mon vécu, intéressant de revenir à cette époque, aux mois qui l’ont précédée, et à la trahison générale qui l’a suivie.

Quand Chirac a fait le choix de consulter les Français par référendum, suite aux demandes de Sarkozy et du PS, j’ai tout de suite senti, intuitivement, que quelque chose d’énorme était possible.
Animant une association locale, j’ai immédiatement cherché à multiplier les lieux de débats, pour mobiliser un maximum de personnes.
Je me rappelle de la première initiative, où j’étais opposé à une conseillère régionale socialiste, « Jacqueline Penez ».
Bien que celle-ci ait été dominée dans le débat, elle avait terminé, de manière très suffisante, par cette phrase :

« C’est bien qu’il y ait un débat, mais dans les sondages, vous ne faites que 35 %, donc amusez-vous, mais le oui gagnera largement ».

Je participais ensuite à des réunions publiques unitaires, animées par les réseaux d’ »Attac », qui furent très actifs sur la question.
Mais attention, unitaires, certes, mais il n’y avait que des représentants du « Non de gauche », pas question de se mélanger avec « Dupont-Aignan » et encore moins avec « de Villiers ».
Le FN, par calcul, avait choisi d’être discret, laissant les deux autres défendre le « Non de droite ».
Dans nos réunions, il y avait la LCR, le PCF, l’aile gauche du PS (Filoche-Mélenchon), des syndicalistes Sud et CGT et beaucoup de militants d’Attac, qui avait le vent en poupe à l’époque. Les amis de « Chevènement », pourtant ostracisés par l’extrême gauche, étaient tolérés.
Moi, et quelques amis, étions admis avec l’étiquette laïque.
Bien que ne militant dans aucun parti politique, j’avais envie d’aider, à ma façon, les socialistes qui rompaient avec la discipline de leur parti, et s’engageaient en faveur du non.
J’étais donc devenu un responsable atypique départemental de « PRS » (« Pour la République Sociale »), association créée par celui qui était encore sénateur socialiste de l’Essonne.
Je pensais alors contribuer à la construction d’une force de gauche républicaine qui manquait cruellement à notre pays, depuis la chute de « Chevènement », en 2002.

Une chose m’amusait toujours, dans ces réunions :
je faisais partie des rares qui ne se sentait pas obligé de dire, avant de parler, que j’étais profondément européen.
Ce catéchisme européiste récité par des gauchistes qui se voulaient internationalistes m’exaspérait, car je ne me suis jamais senti européen.
Mais je profitais des salles remplies pour faire passer des messages laïques, et cibler « Tariq Ramadan » et les islamistes, qui, alliés aux catholiques, voulaient profiter de ce « TCE » pour imposer une laïcité de type anglo-saxonne, et détricoter la loi de 1905.
C’était un discours pas trop islamophobe, qu’on pouvait tenir devant une assemblée de gauche, et généralement, mes interventions passaient plutôt bien.

Je fis partie des rares partisans du « non » qui organisèrent des débats avec des partisans du « oui », de gauche, bien sûr !
J’ai le souvenir d’une salle archi-comble, face à un maire PS et un maire-adjoint Vert, sous l’arbitrage de la regrettée « Brigitte Bré Bayle », où les deux malheureux furent étrillés par un barbu d’ »Attac » et par moi-même.

Nous avions l’impression d’être portés par une vague irrésistible.
A chaque sondage, nous progressions, et quand nous atteignirent 50 %, la panique gagna la direction du PS, de l’UMP, des Verts, du Modem, de la CFDT et surtout tous les éditorialistes qui militaient activement pour le oui, et diabolisaient grossièrement notre camp.
Plus ils nous insultaient, plus, avec internet (2005 fut la première utilisation militante massive de ce nouvel outil) nous répliquions par des arguments souvent imparables.
« Guigou », excédée, menaça d’arrêter la politiques si le « non » l’emportait.
Il est vrai qu’en 1998, elle avait aussi promis, après le vote du Pacs, qu’il n’y aurait jamais de mariage homosexuel en France.

Je me souviens de la dernière réunion publique, devant plusieurs centaines de personnes enthousiastes, dans une des dernières municipalités communistes de la région parisienne.
Je devais traiter des médias et le « TCE », sujet sur mesure qui me permit de faire vibrer la salle, en concluant qu’il suffirait de voir la tronche en biais des journalistes, le dimanche 29 mai à 19 heures, pour comprendre, avant l’annonce officielle des résultats, que nous avions gagné, ce qui ne faisait aucun doute à mes yeux.

Ce pronostic fut donc confirmé, il y a dix ans aujourd’hui, à 20 heures.

Le lendemain, « Cohn Bendit », comme en 2009 lors de la votation suisse, éructa contre le vote de nos compatriotes (qui hélas sont les siens depuis quelques jours).
« Serge July », autre enfant de 68, insulta les Français dans un édito mémorable de Libération.

Toute la caste politico-médiatique avait la gueule de bois, et crachait sur les Français.

Mélenchon avait été le grand orateur du « non de gauche ».
J’étais au milieu de ses amis, ce dimanche soir, place de la Bastille.
A ma grande surprise, teintée de déception, je ne vis qu’à peine deux mille personnes présentes, comme si les Français avaient fait un pied de nez au système, sans ressentir le besoin de descendre dans la rue pour manifester leur joie.

Ce fut après que les choses se gâtèrent.
Je mis du temps à comprendre que les vainqueurs étaient fort ennuyés par leur victoire.
Personne, à droite comme à gauche, ne sollicita Chirac pour exiger que la France sorte de l’Union européenne, jusqu’à l’abrogation du traité.
Il me semblait que cela était pourtant l’angle à utiliser.
Quand je me permis, fort timidement, d’évoquer cette perspective à quelques hauts responsables, on me fit remarquer que nous étions pour l’Europe, mais pas pour celle-là, et que c’était l’extrême droite qui se battait pour la souveraineté nationale, pas la gauche.
Effrayé d’un tel parallèle, je n’insistais pas, mais je compris que le camp avec lequel j’avais milité n’avait absolument aucune envie que notre pays sorte de l’Union européenne, et que cette campagne leur avait davantage permis de se positionner au sein de leur camp.

C’est que chacun avait ses calculs politiciens.
Les gauchistes n’avaient qu’une envie, torpiller « Attac », qui leur faisait trop d’ombre.
Ils réussirent parfaitement, provoquant une crise, alors que cette association était à son sommet, et comptait des dizaines de milliers d’adhérents.
Mélenchon et Fabius (sic !) n’avaient qu’une idée :
Monnayer au mieux la victoire du non pour revenir dans le giron socialiste.
Six mois plus tard, tous les socialistes, y compris Mélenchon, s’embrassaient à nouveau sur la bouche, il fallait tourner au plus vite la page de la victoire du non et de la division interne qui avait marqué cette période.

Immédiatement, je décidais de quitter « PRS », entraînant toute l’équipe du département, sauf deux ou trois fidèles de « Méluche ».

Puis il y eut la campagne présidentielle de 2007, où, chose extraordinaire, cela se joua entre trois candidats du « oui », que les Français plébiscitaient massivement :
Les européistes Royal, Sarkozy et Bayrou obtinrent, au premier tour, à eux trois, 75 % des suffrages !
En 2008, Sarkozy, aidé par le PS, court-circuita le vote de 2005, et fit adopter le traité de Lisbonne, qui reprenait le TCE massivement refusé par les Français trois ans plus tôt.

La messe était dite.

Ce jour là, à Versailles, il n’y avait plus que quelques centaines de militants, derrière « Nicolas Dupont-Aignan », pour protester contre la forfaiture Sarkozy-Hollande.

Dix ans après le 29 mai 2005, toujours aucun des partisans du « non de gauche » ne réclame la sortie de l’Union européenne (à l’exception du groupusculaire Mpep, dirigé par l’ancien président d’ »Attac », « Jacques Nikonoff »).
Mais ces derniers, comme effrayés de leur audace, passent leur temps à vouloir se démarquer du FN, principale force politique qui milite pour cette perspective.

Quant à ceux avec qui j’ai mené campagne à l’époque, ils considèrent le seul parti qui réclame la sortie de l’Union européenne, le FN, comme plus dangereux que l’UMPS, qui nous colle toujours plus d’Europe, plus de chômage, plus de rigueur, plus de pauvreté, plus d’islamisation et plus d’immigration.

Cherchez l’erreur !

Pierre Cassen

 

http://ripostelaique.com/  du 29/05/2015

traite lisbonne

Traité de Lisbonne

L’ Islam Est Une Religion De Guerre !

islamistesjpg (1)

Les médias ménagent les musulmans !

Les forces spéciales Françaises ont éliminé deux importants
chefs « jihadistes » au Mali !

C’est un coup très dur que viennent de porter les forces spéciales française à « al-Qaïda au Maghreb islamique » (« AQMI »).
Lors d’une opération menée dans la nuit du 17 au 18 mai dans le nord du Mali, elles ont mis hors d’état de nuire 4 jihadistes, qui, a priori, circulaient dans un convoi composé de 4 véhicules 4×4.

Parmi les terroristes neutralisés figuraient deux chefs importants d’ »AQMI » et d’ »Ansar Dine », à savoir « Amada Ag Hama », alias « Abdelkrim le Touareg » (ou « le Targui ») et « Ibrahim Ag Inawalen », dit « Bana ».

Le premier n’est pas un inconnu :
Il était le commanditaire des meurtres de « Ghislaine Dupont » et de « Claude Verlon », deux journalistes de « RFI » tués à Kidal le 2 novembre 2013.
Chef de la « katiba » « Al-Ansar » (les Soutiens), « Abdelkrim le Touareg » était aussi impliqué dans la mort de l’otage français « Michel Germaneau », en 2010.
Enfin, il aurait retenu prisonnier « Serge Lazarevic », libéré en décembre 2014, et « Philippe Verdon », abattu d’une balle dans la tête.

« Cette opération, après celle ayant mis hors de combat « Ahmed El Tilemsi », haut responsable du « MUJAO », porte un nouveau coup dur aux groupes armés terroristes sahéliens.
Le ministre de la Défense félicite les forces françaises pour leur action et leur détermination dans la lutte menée contre les groupes armés terroristes au Sahel »,

a souligné le l’État-major des armées (EMA).

Source : opex360.com

http://jforum.fr/  du 26/05/2015

« Le téléphone arabe » fonctionne suffisamment vite pour que les musulmans en France le sachent déjà !
De plus leurs mosquées et les associations ont du s’empresser de faiire circuler les nouvelles.
Ce sont les bons Français qui ne doivent pas pouvoir féliciter les « inconscients » qui ont osé enfreindre la consigne de ne pas faire de vagues ! lol !

Bravo à nos mécréants !

Pélérinage De Pentecôte A Chartres.

pentecote-300x199 (1)

La tradition ne se dément pas.

Ainsi que l’a implacablement prouvé hier « Dominique Jamet » dans ces colonnes, la motion A, qui vient de « triompher » au Parti Socialiste, et au sujet de laquelle nos gouvernants retenaient leur souffle, n’a été votée que par 0.1% du corps électoral français.
Un « plébiscite » républicain… en quelque sorte.

Puisque nous en sommes à étudier les mouvements minoritaires, je voudrais évoquer un autre mouvement (après tout, c’est bien cela que veut dire « motion »), ultra-minoritaire lui aussi (autour de 10 000 personnes), mais dont les répercussions, là aussi, dépassent largement la faiblesse de ses effectifs.
Je veux parler des pèlerins de Chartres.

Et là, choc de deux mondes.
Deux mondes qui se sont croisés durant ce long week-end de Pentecôte (qui ne s’écrit pas Pendtcoote, et n’est pas un endroit où l’on passe le week-end, je le précise pour nos cinéphiles) dans les médias : de longues minutes pour le premier, quelques secondes pour l’autre.

D’un côté, des idéologues indécrottables, qui parient sur les rêves contre les faits, des soixante-huitards sous perfusion, des gens et dont la culture ne masque pas le nihilisme, dont le conformisme ne fait pas oublier la paresse.
De l’autre,
une France honnie, celles du « fascisme en loden », qui a eu sa part de gaz lacrymogènes en 2013 (Merci Manu),
une France dont l’enracinement et les valeurs dérangent, et que beaucoup rêvent d’envoyer au laogai.
Une France dont on essaie -faute d’assumer que la France de Flamby, c’est la Corée du Nord transformée en pub Benetton- de rééduquer au moins les enfants, en les « arrachant à tous les déterminismes ».
Une France qui, malgré les moqueries autorisées, ne se résume plus depuis longtemps à « Béatrice de Montmirail » (jupe plissée, poil aux pattes, limitateur d’intelligence sur le crâne) ni même à « Christine Boutin ».

Cette France pourtant dans laquelle les catholiques irakiens, dès l’an passé, ont trouvé bien plus de soutien que dans les indignations tétraplégiques de nos édiles.
(je crois que c’est même la première fois qu’ils voyaient des catholiques : nos cardinaux du reste auraient du enlever leur parka avant de les accueillir).

Il se trouve que le succès du « Pélé » ne se dément pas, au contraire du socialisme, qui repeint les écuries d’Augias en rose pétard tous les deux ans, mais ne trompe même plus -à ce qu’il semble – ses propres imbéciles.
Je crois même savoir qu’une élue de la République marche aujourd’hui vers Chartres avec les pèlerins. Si je vous dis qu’elle est jeune, vous allez trouver tout de suite…

Pendant que tout le monde arrête de respirer pour un parti qui ne représente que lui-même, les pèlerins marchent et prient, et j’imagine qu’ils doivent être bien conscients de l’inanité de ce misérable débat citoyen/républicain (rayez le mot vide de sens de votre choix).

Si l’on voulait paraphraser l’immortel Audiard, anarchiste de droite dont tout le monde cite les dialogues alors que plus personne ne comprend ses idées, on pourrait presque conclure de tout cela que trente-cinq mille cons qui votent vont moins loin que dix mille croyants qui marchent.

Arnaud Florac

 

http://www.bvoltaire.fr/  du 25/05/2015

Priez Pour Nous, Paris……Migrés !

tentes-300x133 (1)

Sous le métro « La Chapelle » !

150 tentes d’immigrés en plein Paris sous le métro… « La Chapelle » !

C’est un scandale car 150 Parisiens aisés, favorables au « vivre ensemble », pourraient les héberger grâce, chacun, à une seule pièce de leur vaste appartement ou à leur maison de campagne servant si peu !

Tous ne sont pas des immigrés économiques d’Afrique à l’image de « Jamel », pâtissier, démarchant en Île-de-France ou « Mohamed » préférant l’Allemagne.
Certains risquent véritablement leur vie dans leur pays tel « Dmytro », 33 ans, avocat venant d’Europe de l’est.
Mais comment les autorités de la capitale ou de l’État ont-elles pu laisser se constituer une telle verrue en plein Paris ?
« 20minutes.fr » parle même d’un « mini-Sangatte ».
Cela à la vue et au su de millions de gens, Français et touristes, passant dans ce quartier surpeuplé de la Goutte d’Or —bien connu des migrants— et non loin du secteur couru par les touristes du monde entier : Montmartre !

Ces tentes —réputées pour « s’ouvrir toutes seules en deux secondes »—, ne se sont pas « ouvertes toutes seules » le même jour !
Cela fait des mois que les premières se sont dressées !

Le 28 janvier dernier, « Paris-Mag » écrivait :

« C’est le plus grand campement de migrants à Paris.
Quelque 70 tentes se dressent…
Ils seraient environ 200 migrants venant d’Érythrée et du Soudan… »

Et personne n’a bougé, ni du côté de « la » maire Hidalgo, ni à la tête de l’État !
Lorsque des malheureux se cachent dans les bois parisiens —Vincennes ou Boulogne—, nos (ir)responsables peuvent toujours invoquer « l’impossibilité » de les détecter.

Mais, là, au cœur de la capitale !
Que font tous les fans de Madame Hidalgo et les amis de Messieurs Hollande et Valls ?
Fans et amis mais aussi eux-mêmes ?
Nombre de ces pro-immigrés aisés ont bien des appartements suffisamment spacieux et des résidences secondaires dont ils n’ont usage que rarement ?
150 d’entre eux —c’est peu— pourraient y héberger chacun les occupants d’une tente, soit chez eux à Paris, soit dans leur maison de campagne.
Il est à parier que si ces bien-pensants acceptaient cette idée, ce serait plutôt un hébergement loin, à la campagne :
Le « vivre ensemble », c’est pour la « populace », pas pour l’élite…

Et cette idée pourrait alors faire tache d’huile sinon marée noire et s’appliquer à tous les « bobos » du pays :
Selon l’INSEE, la France comptait, en 2014, 3 177 000 résidences secondaires.
Il y en a bien 1% appartenant à des Français favorables aux immigrés ?
Eh bien, qu’ils les accueillent chez eux : 1%, soit 31 770 résidences.
À dix personnes par « refuge », et ce sont 317 700 personnes hébergées décemment.
D’autant que selon l’un des directeurs de l’association « France Terre d’Asile », Monsieur  »Mohamed Majidi » :

« Chaque arrivée massive de réfugiés en Italie se traduira dans les semaines à venir par de nouvelles tentes plantées à la station La Chapelle. »

Ces tentes s’ouvrent en 2 secondes.
Combien de mois faudra-t-il pour les refermer ?
La Chapelle, priez pour NOUS…
Et pour eux.

Jacques Martinez

 

http://www.bvoltaire.fr/  du 25/05/2015

Nos villes deviennent des caravansérails, de vraies tours de Babel !
Prions pour que nos racines soient bien robustes pour nous permettre de ne pas être emportés dans le chaos qui finira par se produire.

Bravo Et Merci A Vous Identitaires !

generation-identitaire-300x225 (1)

Chapeau bas à ces « jeunes » !

Ils s’étaient fait connaître en octobre 2012 lorsque, à une soixantaine, ils avaient pris d’assaut le toit du chantier de la future mosquée de Buxerolles près de Poitiers pour y déployer une fière banderole « 732, génération identitaire », afin de protester contre un dogme invasif et hostile à la démocratie.

Quelques-uns de ces jeunes de « Génération Identitaire » avaient un peu plus tard relaté le rocambolesque scénario mis sur pied pour cette impressionnante opération, une préparation et une opération dignes du casse du siècle.

« Manuel Valls » et « Jean-Marc Ayrault », alors Premier ministre, avaient crié à la provocation, confondant allègrement la véritable provocation constituée par la construction inconsidérée de mosquées en terre non musulmane avec le refus affirmé de laisser « islamo-violer » un peuple qui ne l’avait pas demandé.

Jean-Louis Borloo s’était scandalisé de ce que ce groupe de patriotes se refuse à accepter la « charia » (littéralement « loi islamique »), un refus constituant pour lui rien de moins qu’une « attaque contre les valeurs de la République ».
Si les valeurs de la République impliquent d’accepter la « charia », alors il va falloir songer à effacer la devise des façades des mairies…

Un peu moins d’un an plus tard, en mai 2013, c’était le siège du PS rue de Solférino qui se faisait « banderoliser » d’un « Hollande démission » du plus bel effet.

Cette fois, les fougueux espiègles viennent d’investir le siège de la Commission européenne à Paris en grimpant tout simplement à une échelle.
Une fois sur le balcon du bâtiment, ils ont déployé une nouvelle banderole titrée :

« L’émigration tue l’Afrique, l’immigration tue l’Europe ! ».

Un constat imparable et incontestable.

Comment mieux résumer les faits ?

Le continent africain se vide de ses forces vives, de ses jeunes hommes, perdant ainsi toute possibilité de développement malgré des progrès économiques conséquents, comme l’indiquait un article du « Monde » l’an dernier :

« L’Afrique a ainsi connu en 2013 une croissance de 4 % en moyenne, supérieure de 1 point à celle du monde.
Son produit intérieur brut (PIB) devrait accélérer à 4,8 % en 2014 et à 5,7 % en 2015 (5,2 % hors Libye) et retrouver alors ses niveaux d’avant 2008-2009 
».

Des passeurs sans scrupules font de juteux bénéfices sur le dos d’Africains rêvant d’un Eldorado qui n’existe que dans leurs fantasmes, tandis que certains candidats à l’exil se noient dans des conditions souvent obscures, encouragés par des mensonges médiatiques, par un optimisme de façade des cousins déjà présents chez nous, trop honteux que sont ces derniers d’avouer à la famille restée là-bas que le pays de Cocagne promis ne leur apporte pas le bonheur prévu.

L’appel d’air est dévastateur et les politiques s’en frottent les mains, trouvant là une occasion de remplacer un peuple français honni de ne plus voter comme il faut et encore trop attaché à un passé sur lequel l’Europe entend semer son désherbant.

Les « Identitaires » entendaient par cette superbe action dénoncer la complicité coupable des dirigeants européens.
Un communiqué a été diffusé sur leur site en fin de journée, expliquant brièvement leur légitime motivation :

« -La passivité dans la lutte contre l’immigration clandestine,
-l’accueil systématique des bateaux de clandestins,
-la folle politique des quotas par pays,
ne font que renforcer le fantasme d’un eldorado européen qui n’existe pas.
Les candidats à l’émigration se font donc toujours plus nombreux, pour le plus grand bonheur des passeurs, milices et mafias dont nos dirigeants se font finalement les complices.
Les morts en Méditerranée sont aussi la conséquence de cette politique.

L’avenir des Africains ne se trouve pas en Europe, tout comme l’avenir de l’Europe n’est pas de devenir l’Afrique !

À chaque peuple son identité, sa terre, et son avenir à bâtir ».

Comment mieux dire les choses ?

Le fait est que l’Australie par exemple, en refusant l’immigration de masse sur son sol, peut se targuer de n’être responsable d’aucun mort, contrairement à nos dirigeants qui,de manière collatérale en accélérant sous de faux prétextes humanistes l’entrée de centaines de milliers de migrants par an en Europe, contribuent à tuer une partie d’entre eux.

L’humanisme n’est en rien leur motivation première, celle-ci étant avant tout d’éliminer les peuples originels de leur lieu de vie ancestral, tant côté européen que côté africain.

Les Européens ne peuvent survivre à une telle masse, tout comme les Africains ne peuvent, à terme, prétendre trouver le bonheur sur une terre qui n’a en réalité rien à leur offrir, si ce n’est un miroir aux alouettes porteur de désillusions.

Que les Africains rentrent chez eux, qu’ils virent leurs dirigeants mégalomanes et corrompus, qu’ils aillent construire des infrastructures, des routes, des puits, des écoles, des usines.
Qu’ils cessent de constamment compter sur l’aide de l’homme blanc et apprennent une fois pour toutes à se prendre en charge, car enfin, ils ne sont ni plus stupides ni plus incompétents que les autres peuples.

Amis Africains, affranchissez-vous, bordel !

Quant à nos valeureux Identitaires,
bravo et merci à eux de tracer notre chemin…

Generation-identitaire-Commission-Europenne-3

Caroline Alamachère

 

http://ripostelaique.com/  du 24/05/2015

Père « Mourad » Otage De « Daesh » !

mourad (1)

Un courriel tragique
ignoré par nos médias.

Le Père « Jacques Mourad » a été enlevé jeudi dans son monastère situé à 100km de Palmyre en Syrie, rapporte le Salon beige.
A 12h37, quelques heures avant son enlèvement, il a envoyé un email au site « Les amis de Mar Moussa » que nous publions :

« Ils ont tue beaucoup des gens en coupant les tetes, priez pour nous S.V.P »

« nous vivons en ce moment un temps difficile beaucoup de tension car les extremistes qui s’appellent « Daech » approchent de notre ville de Quaryatein après leur domination de Palmire ou ils ont tue beaucoup des gens en coupant les tetes
…c’est terrible ce que nous vivons…
aujourd’hui nous sommes la, demain on ne sait pas…
la vie devienne compliquée..
priez pour nous S.V.P »

Jacques.

le monastère de Saint Julien l'Ancien

le monastère de Saint Julien l’Ancien

Le Père « Jacques Mourad » a été enlevé jeudi au monastère de Saint Julien l’Ancien à Qaryatayn, à une centaine de kilomètres de Palmyre.

«Beaucoup d’hommes en armes sont arrivés cet après-midi.
Ils l’ont mis dans un véhicule et sont repartis.
Ils ont aussi pris sa voiture et son ordinateur.
Depuis, nous n’avons aucune nouvelle de lui»
,

a expliqué « Marie Rose », depuis Mar Elias.

«Maintenant, nous ne savons que faire. Nous n’avons aucun endroit où aller»,

ajoutait par téléphone « Marie Rose », qui indique qu’aucun bruit de combat ne secoue pour l’instant Qaryatayn.

Sous le choc, les membres de la petite communauté ont abandonné le monastère pour se réfugier chez l’habitant.

«La plupart des chrétiens ont quitté la ville »,

a expliqué « Marie Rose », qui a fui Alep il y a un an,

« pour nous [chrétiens], c’est de plus en plus difficile de nous sentir en sécurité ici.»

Le Père Jacques Mourad, un syriaque, est arrivé à Qaryatayn il y a une dizaine d’années pour faire revivre le monastère.
Il multipliait les gestes de rapprochement entre les différentes populations.

Avec la guerre, quelques centaines de personnes, chrétiens et musulmans, avaient trouvé refugé dans dans le monastère pour passer l’hiver.

«Il a fait des appels de fonds pour leur venir en aide, pour amener des citernes d’eau, des générateurs, des outils d’agriculture, afin que ces gens puissent rentrer chez eux»,

témoigne « Nadia Braendle » pour « Le Temps », qui travaille en Suisse au sein de l’association « Les amis de Mar Moussa ».

« Le Père « Jacques » est profondément Syrien en ce qu’il croit à la coexistence de tous.
Tenace, lumineux, il est guidé par l’amour des gens »

ajoute Nadia.

Il y a quelque mois, « Jacques Mourad » a négocié auprès du « Front Al-Nosra » la libération d’un jeune homme détenu en otage.
Il avait participé et obtenu un accord tacite entre l’armée syrienne et les groupes rebelles pour épargner le centre de Qaryatayn.

«A chaque étape de leur progression, les gens de « Daech » sont accueillis par des sympathisants qui ont préparé leur arrivée»,

explique un prêtre chrétien de la région.

Alain Leger pour « Dreuz.info »

 

http://www.dreuz.info/  du 23/05/2015

Nous joignons nos prières aux vôtres en cette veille de Pentcôte.

Dimanche 24 Mai 2015,La Pentecôte !

pierre_reymond_-_pentecost (1)

Notre culture pense
à votre repos !

La Pentecôte (du grec ancien πεντηκοστὴ ἡμέρα / pentêkostề hêméra, « cinquantième jour ») est une fête chrétienne qui célèbre la venue du Saint-Esprit, cinquante jours après Pâques, sur les apôtres de Jésus-Christ et les personnes présentes avec eux, rapportée dans les Actes des Apôtres.

Cette fête tire son origine de la fête juive de « Chavouot » ou « fête des Semaines ».
Sa célébration est attestée localement à partir du IVe siècle.
La « Pentecôte » se célèbre le septième dimanche, soit le cinquantième jour à compter du dimanche de Pâques compris, à une date mobile calculée par le comput.
Elle se poursuit le lendemain, dans certains pays, par un lundi férié ou chômé, dit « Lundi de Pentecôte ».
Dans le calendrier juifChavouot se déroule « sept semaines entières » ou cinquante jours jusqu’au lendemain du septième sabbat », après la fête de Pessa’h .
De là son nom de « Fête des Semaines » (« Chavouot », en hébreu) et celui de « Pentecôte » (cinquantième [jour], en grec ancien) dans le judaïsme hellénistique.
Fête à considérer comme un sursaut de la tradition prophétique qui tend à s’estomper dans le judaïsme du Second Temple au profit d’une religion sacerdotale, elle puise ses origines dans une fête célébrant les moissons qui devient progressivement la célébration de l’Alliance sinaïtique entre Dieu et Moïse et de l’instauration de la Loi mosaïque.
Vers le début du Ier siècle, elle devient l’un des trois grands pèlerinages  annuels, surtout célébré par certains juifs hellénisés et par certaines sectes juives tout en conservant hors de ces groupes minoritaires sa dimension agricole jusqu’au Ier siècle  de notre ère.
Ce n’est qu’à partir du IIe siècle que le « pharisianisme » liera la fête de la moisson à la commémoration du don de la Loi au Sinaï.

Les Actes des Apôtres  situent explicitement lors de cette fête juive le récit où les premiers disciples de Jésus de Nazareth reçoivent l’Esprit Saint et une « inspiration divine » dans le Cénacle de Jérusalem :
Des « langues » de feu se posent sur chacun d’eux, formalisant la venue de l’Esprit dans un épisode de communication inspirée qui permet aux disciples de s’exprimer dans d’autres langues que le galiléen sans qu’on sache s’il s’agit plutôt de polyglottisme ou de glossolalie.

« Le jour de la Pentecôte, ils étaient tous ensemble dans le même lieu.
Tout à coup il vint du ciel un bruit comme celui d’un vent impétueux, et il remplit toute la maison où ils étaient assis.
Des langues, semblables à des langues de feu, leur apparurent, séparées les unes des autres, et se posèrent sur chacun d’eux.
Et ils furent tous remplis du Saint Esprit, et se mirent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer. »
(Actes 2:1-4)

L’image du feu — conforme à la tradition juive de l’époque sur l’épisode de la révélation sinaïtique que l’épisode entend renouveler — matérialise la « Voix » divine.
La tradition chrétienne perçoit et présente « la Pentecôte » comme la réception du don des langues qui permet de porter la promesse du salut universel aux confins de la terre ainsi que semble en attester l’origine des témoins de l’évènement, issus de toute la Diaspora juive.

Suivant les Actes, les acteurs vont assurer la diffusion de l’Évangile :
Le discours de l’« apôtre Pierre » conduit 3000 juifs pieux au baptême.

« Ceux qui acceptèrent sa parole furent baptisés…
et, en ce jour-là, le nombre des disciples s’augmenta d’environ trois mille âmes. »
(Actes 2:41)

Dans un épisode rapporté par le seul « évangile selon Jean », celui de la dernière Cène qui se déroule la veille de sa Passion, Jésus annonce la venue du « Paraclet »(traduit par le « Consolateur » ou le « Défenseur ») :

« Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous, l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous. »

Les évangiles synoptiques n’évoquent pas cette annonce.

http://fr.wikipedia.org/wiki/pentecôte

Le ramadan nous sera seriné pendant plusieurs semaine, commerces y compris !
Mais un des événements les plus importants de notre culture judéo-chrétienne est laïquement passé sous silence quand il donne accès à plusieurs jours de repos pour tous ceux qui travaillent.
Ca on nous a parlé des bouchons sur les routes mais pas la raison de ce long « week-end ».
Espérons qu’il y aura suffisamment de douaniers pour intercepter les vraiment « indésirables » à nos frontières !
L’article de « la Voix du Nord » me reste encore sur l’estomac !

Mieux Vaut Un PeuTard Que Jamais !

islam-roubaix-300x170 (1)

A quoi sert « Vigipirate » ?

Le 8 mai, la mosquée « Abou Bakr », dans le quartier du Pile à Roubaix, a accueilli, « pour la troisième fois » en deux ans,le cheikh « Mohammed Ramzan al-Hajiri ».

Celui-ci n’est pourtant, en théorie, pas autorisé à pénétrer sur le territoire français.

C’est une note, adressée au directeur général de la police nationale, tombée entre les mains du « Canard enchaîné ».
Elle est quelque peu embarrassante pour les services de renseignement.
Elle signale que le cheikh saoudien « Mohammed Ramzan al-Hajiri » est présent à Roubaix.
Or, il n’a en théorie pas le droit de pénétrer sur le sol français.
Interdit de séjour jusqu’en 2050, précise le « Canard » dans son numéro paru ce mercredi.

Pour être précis, le prédicateur salafi n’est pas sous le coup d’une mesure judiciaire.
Il fait l’objet d’une fiche « TE » d’opposition à son entrée sur le territoire, délivrée par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) car il serait un « individu susceptible de troubler l’ordre public en raison de ses prêches islamistes radicaux ».
Tous les pays de l’espace Schengen en sont informés et ne doivent pas lui laisser franchir leur frontière.
Apparemment, le cheikh aurait rusé, modifiant légèrement son nom en Alhajri sur son visa.
Les douaniers italiens n’y auraient vu que du feu.

Le ressortissant saoudien jugé indésirable par la DGSI a donc passé le week-end prolongé du 8 Mai dans la mosquée « Abou Bakr Essedik », dans le quartier du Pile à Roubaix.

Comme en août 2013 et en avril 2014.

« Farid Gacem », responsable de la mosquée, ne voit pas le problème :

« Aucun élément, recommandation ou document officiel n’atteste cette interdiction de séjour »,

dit-il.
Le séminaire, qui a accueilli environ 1 500 personnes, n’était pas caché :

« Nous avons bien sûr prévenu les autorités »,

précise « Farid Gacem » – et la présence de « Ramzan al-Hajiri » absolument pas secrète – son nom était inscrit en grand et en toutes lettres sur les tracts.

Aux yeux du responsable de la mosquée, il est important d’inviter les « savants » pour parler de l’islam aux jeunes en ces temps troublés.

« Lutter et mettre en garde contre le fléau du terrorisme au nom de l’islam »

était un des objectifs du séminaire.
Il insiste :

« Nous sommes les premiers touchés par ces événements, par le départ de ces jeunes perdus vers une guerre inutile. »

La mosquée du Pile ne serait elle-même « pas non plus à l’abri d’une attaque de leur part ».

Pour la « DGSI », l’homme représenterait pourtant une « menace grave ».
Mais faute de pouvoir étayer cette accusation, elle n’a pas délivré à son encontre de vraie interdiction de séjour, susceptible d’être retoquée par un juge.
Il lui reste à espérer que le cheikh ne revienne pas une quatrième fois à Roubaix.

Source :   »Le Canard Enchainé »

Youenn martin

http://www.lavoixdunord.fr/  du  20/05/2015

Toujours de la fumée, des broutilles, des informations tronquées, mais cette information ne fait surface que grâce au « Canard Enchaîné » !
Mais combien de temps après ce « séminaire »?
Ne critiquons pas vainement, nous connaissons tous les consignes !

La Fumée Devient Vraiment Epaisse !

taxe-300x150 (1)

Les Parisiens vont trinquer !

Il faut le voir, ou plutôt le lire pour le croire :

Le Conseil de Paris a décidé d’annuler près de 50 000 euros de dette du « Conseil français du Culte musulman » (« CFCM ») et d’abaisser son loyer de 28 000 à 100 euros par an.

L’information a été révélée par le sénateur et conseiller de Paris « Yves Pozzo di Borgo » dans un tweet :

« Le loyer du Conseil Francais du Culte Mulsuman passe de 28 000 a 100 euros par an et une remise gracieuse d’une dette » 

Vérification faite, les allégations de « Pozzo di Borgo » sont exactes, comme le confirme la lecture de ce document publié par la Direction du Logement et de l’Habitat (DLH) de la mairie de Paris, à découvrir en cliquant ici.

Notons que cette décision viole l’article 2 de la loi de separation des églises et de l’État du 9 décembre 1905 qui dispose que :

« La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte ».

Notons également que la Ville de Paris s’était déjà distinguée en votant une subvention d’1,3 million d’euros pour l’Institut des Cultures d’Islam, qui comprend une mosquée.

Le maire de Paris fait ainsi partie des 10% de maires qui veulent faire financer les constructions de mosquées par les contribuables.

 

http://www.observatoiredesgaspillages.com/  du 15/04/2015

Pas moyen d’être informés correctement au sujet de ce qui nous concerne EN PREMIER !
Des chiens écrasés, des films graveleux voire ennuyeux, des nouvelles qui n’en sont pas, rien de ce qui nous intéresse réellement mais qui se décide dans notre dos et, surtout, qu’on a beaucoup de mal à débusquer dans ce fatras de bêtises, de demi-vérités, de mensonges parfois.
Les journaleux actuels sont des écrivaillons de lectures de gare ou de station de métro.
A oublier à peine on aura lu ou entendu !

Bien Plus Important Que Palmyre !

jordanie

Un sommet secret entre
Arabes et Israël ?

Des diplomates arabes ont secrètement rencontré leurs homologues israéliens en Jordanie.

  »Il y a quatre jours, nous vous informions que le sommet organisé par le Président « Barack Obama », à la Maison Blanche et Camp David, avait tourné au fiasco, plusieurs monarques, dont le plus important, le Roi « Salman » d’Arabie Saoudite,se refusant à se déplacer aux Etats-Unis sous divers prétextes, dont la guerre au Yémen.
Mais, plus généralement, il s’agissait de manifester le mécontentement des Etats arabes du Golfe vis-à vis de la politique américaine.
Cette fois, c’est un journal en ligne palestinien, « Ma’an », qui relève le contenu d’une émission israélienne, autour de l’idée d’un « contre-sommet », entre diplomates sunnites, en guerre contre l’Iran et Daesh, et israéliens.
Il est naturel que les Palestiniens s’inquiètent de la façon dont leur question devient un « obstacle » à une coopération plus large, ou des « concessions » pouvant être trouvées, alors que des dossiers bien plus urgents sont en souffrance… »[NDLR]

Une rencontre secrète entre des diplomates israéliens et ceux des pays arabes qui n’ont pas de relations diplomatiques officielles avec Israël s’est, récemment, tenue en Jordanie, a affirmé la radio israélienne « Kol Israël » (« la Voix d’Israël »), ce mardi.

L’émission de radio a ajouté dans un reportage sur son site internet en arabe que des représentants de l’Union Européenne et des Etats-Unis avaient aussi assisté à cette rencontre.

Le reportage a affirmé que plusieurs diplomates arabes ont déclaré que les pays de la région devaient se préparer à une nouvelle réalité, puisque l’influence des Etats-Unis sur la sécurité de la région commence à refluer sérieusement.

On les a aussi cité qui disaient que les pays sunnites du Moyen-Orient démontrent leur intérêt à coopérer avec Israël sur tous les problèmes concernant la sécurité.
Cependant, « la Voix d’Israël » a ajouté que l’impasse politique entre Israël et les Palestiniens avait, jusqu’à présent, empêché cette coopération entre les pays arabes et Israël.
Au cours de ces derniers mois, les commentateurs politiques ont mis en exergue un alignement croissant des priorités de sécurité, tant israéliennes que celles des pays du Golfe.

L’Arabie Saoudite mène une coalition militaire qui est, de façon prédominante, constituée de pays sunnites, contre les rebelles du Yémen appuyés par l’Iran, depuis mars, et elle est l’un des quelques pays qu’on pense financer les rebelles syriens combattant les alliés de l’Iran en Syrie et en Irak.

Israël est, depuis longtemps, un opposant à l’Iran.

Autant Israël que les nations du Golfe ont exprimé leur consternation à propos d’un accord iranien avec les grandes puissances, censé empêcher l’Iran de développer l’arme uncléaire, en échange d’un assouplissement des sanctions économiques qui le paralysent.

Source : maannews.com

Adaptation : Marc Brzustowski.

http://jforum.fr/  du 21/05/2015

Nos médias autorisés nous enfument avec des trésors de l’Humanité sur le point d’être saccagés au même moment qu’ils s’étalent sur le saccage de notre Patrimoine Culturel Educatif.
Il fallait seulement que le peuple Français ne soit pas informé… sous divers prétextes (là aussi !).

Les médias N’ En Disent Pas UN Mot !

taubira1-210x300 (1)

« Y’a bon Banania,
y’a pas bon Taubira »

L’abbé Xavier Beauvais, qui était poursuivi pour avoir lancé :

« Y’a bon Banania, y’a pas bon Taubira »

lors d’une manifestation, a été relaxé mardi.

Le parquet avait requis contre l’ecclésiastique, poursuivi pour injure publique raciale, une amende de 3.000 euros.
L’abbé Beauvais, qui officie à la paroisse Saint-Pie X de Marseille, avait crié ce slogan le 20 octobre 2013 lors d’une manifestation contre la « christianophobie » à l’appel du mouvement « Civitas ».

Selon le tribunal correctionnel de Paris, le caractère des expressions « y’a bon » et « y’a pas bon » véritablement outrageant et raciste n’est toutefois pas totalement avéré, sauf à considérer, ce qui n’est pas démontré, qu’elles ne pourraient être employées que par des personnes de couleur noire ».

Le tribunal a estimé que les éléments constitutifs de l’infraction « n’apparaissent pas pleinement réunis ».

Par la rédaction avec « AFP »

http://www.bfmtv.com/  du 20/05/2015

Séisme Politique Dans Notre Union !

eu-flag (1)

L’Autriche songe à quitter
l’Union Européenne.

Le 7 janvier 2015, le ministère de l’Intérieur autrichien a accepté le principe de « l’initiative populaire » (« Volksbegehren ») optant pour la sortie de l’UE.

Les Autrichiens, déçus de l’Europe, songe à une Autriche libre, indépendante et neutre.

« L’initiative populaire » est le moyen le plus puissant de la démocratie directe encore aux mains de la population autrichienne.

Dans un premier temps, le ministère et la Cour constitutionnelle refusèrent les presque dix mille signatures dûment validées demandant ce vote.
Dans un second temps (à nouveau dix mille signatures, donc en tout vingt mille signatures) ils ne purent plus refuser.

Ainsi, pendant 8 jours, entre le 24 juin et le 1er juillet 2015, les Autrichiens pourront s’inscrire sur les listes officielles dans leur commune ou mairie pour exprimer officiellement, par leur signature, leur volonté de quitter l’UE.

Voici le texte officiel de l’initiative en faveur de la sortie de l’UE (extrait) :

Presque toutes les promesses faites avant l’adhésion à l’UE il y a 20 ans et ayant mené au «oui» à l’adhésion n’ont pas été tenues :

  • Au lieu de la croissance, nous avons assisté à une détérioration dans presque tous les domaines :
    chômage, surendettement, pouvoir d’achat pour la grande majorité de la population.
  • Le taux de criminalité a progressé
    (au lieu d’apporter plus de bonheur aux peuples).
  • Les petites exploitations agricoles continuent de disparaître.
  • L’environnement s’est détérioré.
  • Les décisions prises au niveau de l’UE sont très souvent dictées par les entreprises internationales de la pharmaceutique,
    de l’énergie nucléaire et du génie génétique,
    ainsi que des multinationales agroalimentaires qui ne laissent aucune chance à un approvisionnement local et régional favorable aux classes moyennes.
  • La politique de paix est particulièrement mise en danger suite à notre appartenance à l’UE.
  • Le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes est de plus en plus contrarié, or il est le fondement de la paix et la liberté.
  • La participation aux sanctions économiques contre la Russie est incompatible avec la neutralité perpétuelle ancrée dans la législation autrichienne.

« Nous voulons de nouveau vivre dans un pays libre et neutre sans être une «colonie» de Bruxelles « et de Washington ».
Nous ne voulons surtout pas être entraînés dans des conflits à l’étranger qui ne nous regardent en rien et représentent un réel danger pour la paix.
Stoppons de telles exigences dès le début, sinon il sera trop tard »

ajoute le texte.

  • Seul le fait de quitter l’UE nous permettra d’échapper aux fameux accords transatlantiques de libre échange entre l’UE et les Etats-Unis (« TTIP ») et le Canada (« CETA »).
  • L’Autriche ne récupère qu’une petite part des milliards d’euros annuels servant à la «promotion» de l’UE.
    Du fait de ces paiements annuels dus à l’UE, nous sommes un contributeur net depuis 20 ans.
  • L’Autriche n’a même pas le «droit» de codécision pour l’utilisation de cet argent.
  • En fin de compte, le fait d’être membre de l’UE est depuis 20 ans une affaire à perte pour l’Autriche pour avoir entraîné la diminution des prestations sociales et des investissements étatiques en faveur de la population.
  • En cas de sortie de l’UE, l’Autriche n’économiserait pas seulement ses paiements annuels en tant que contributeur net mais également les paiements pour les divers «fonds de sauvetage pour l’euro».
  • Les obligations de dépôts à hauteur de milliards pour le Mécanisme européen de stabilité (« MES ») et les énormes garanties pour le Fonds européen de stabilité financière (« FESF ») seraient supprimées.
  • L’Autriche pourrait réintroduire sa propre monnaie et mener une politique monétaire servant tout d’abord son économie nationale.

L’objectif de cette initiative populaire est parfaitement démocratique, et personne n’a de raisons de s’y soustraire, et le retrait de la République autrichienne de l’Union européenne évitera davantage de dommage à la population.

Celle-ci la ressent comme un instrument centralisé, paralysant, mettant le pays sous tutelle, présentant des aspects toujours plus dictatoriaux, et nullement prometteur.

Les petits pays indépendants offrent beaucoup plus de chances pour une économie et une vie respectueuse de la nature et durable qui profitera aux générations futures.
Ce texte a été remis personnellement au ministère de l’Intérieur à Vienne le 17 décembre 2014.

(Source : WEGWARTE, 25e année, no 2, avril 2015, Mitteilungen der Initiative Heimat & Umwelt)

§§§§§§

Sortie de l’UE garantie par l’article 50 du Traité de l’Union Européenne :

(diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/swf/carte.swf)

  1. Tout Etat membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union.
  2. L’Etat membre qui décide de se retirer notifie son intention au Conseil européen.
    À la lumière des orientations du Conseil européen, l’Union négocie et conclut avec cet Etat un accord fixant les modalités de son retrait, en tenant compte du cadre de ses relations futures avec l’Union.
    Cet accord est négocié conformément à l’article 218, paragraphe 3, du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne.
    Il est conclu au nom de l’Union par le Conseil, statuant à la majorité qualifiée, après approbation du Parlement européen.
  3. Les traités cessent d’être applicables à l’Etat concerné à partir de la date d’entrée en vigueur de l’accord de retrait ou, à défaut, deux ans après la notification visée au paragraphe 2, sauf si le Conseil européen, en accord avec l’Etat membre concerné, décide à l’unanimité de proroger ce délai.

Source :

http://www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=4584

Alain Leger pour  »Dreuz.info »

http://www.dreuz.info/  du 27/04/2015

Tout Le Monde Se Politise Maintenant.

lmpt-0510-300x199 (1)

« La Manif pour Tous »
devient un parti politique !

Selon le « Journal officiel » paru ce vendredi, le mouvement anti-mariage homosexuel « La Manif pour Tous » devient un parti politique.

«L’association de financementdu groupement politique « La manif pour tous » est agréée en qualité d’association de financement du parti politique « La manif pour tous » pour exercer ses activités sur l’ensemble du territoire national»,

indique une décision de la commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques.

Des candidats estampillés « La Manif pour Tous » se présenteront-ils alors aux prochaines élections?
Non, répondent ses responsables.

«Nous restons une association loi 1901 mais avec la qualité de parti politique»,

explique « Albéric Dumont », vice-président de « La Manif pour Tous ».

«Nous ne faisons pas ça pour présenter des candidats, ça ne changera rien à nos actions.
Nous intervenons de plus en plus sur le champ politique et donc nous faisons évoluer nos statuts, pour être transparent vis-à-vis de nos adhérents et de l’administration».

«C’est une décision technique, une mise en cohérence de notre statut juridique avec notre activité militante et rien d’autre»,

confirme sa présidente « Ludovine de la Rochère ».

«On aurait dû le faire depuis longtemps».

Déduction fiscale pour les donateurs

Conséquence de cette décision, les donateurs de « La Manif pour Tous » pourront bénéficier d’une déduction fiscale.

«La Manif Pour Tous est désormais reconnue pour son rôle politique, elle sera donc autorisée à délivrer des reçus fiscaux à ses donateurs comme de très nombreuses autres associations régies elles aussi par la loi 1901»,

précise « Albéric Dumont ».

Cette transformation juridique n’a pas été annoncée à tous les dirigeants du mouvement.

«La question de cette évolution a été discutée lors de la convention nationale du mouvement en janvier à laquelle « Philippe Brillault » n’avait pas pu venir»,

reconnaît Albéric Dumont.

«Toutes les informations techniques ne font pas l’objet d’une communication auprès de l’ensemble du mouvement».

http://www.leparisien.fr/politique/  du 25/04/2015

NOUS, Nous Savons Que CA Existe.

dollars-300x225 (1)

Un camp de « réfugiés »
en plein Paris !

C’est un quartier interlope du nord de Paris, un coin que peu de gens – sauf quelques touristes abusés par les prix bas – choisissent pour la promenade.
C’est le quartier de la Chapelle, sur le boulevard de la Chapelle itou, entre le métro du même nom et le « marché aux voleurs » (c’est son nom officiel) de la station Barbès-Rochechouart.

Là, juste sous le métro aérien, dans des espaces encadrés de grillages censés servir de terrains de foot aux gamins des cités alentour, se trouve un véritable camp de réfugiés.

Des centaines de tentes, à touche-touche, et autant de malheureux au regard perdu.

Passant là par hasard, j’ai cru qu’on y avait parqué ceux qui depuis des années squattaient les jardins et même les ronds-points herbeux autour des gares de l’Est et du Nord.
Irakiens, Afghans, Tchétchènes aussi, entre lesquels éclataient régulièrement des bagarres pour un coin d’herbe.
Accrochés dans les arbres, les baluchons qui renfermaient leurs trésors faisaient d’étranges guirlandes aux arbres du boulevard Magenta… et puis un jour, ils ont disparu.
Les Roms les ont aujourd’hui remplacés autour du marché Saint-Quentin.

Les associations qui fournissent ces abris de fortune et un minimum de nourriture quotidienne aux « campeurs » de la Chapelle assurent qu’ils sont érythréens, soudanais et éthiopiens.

Passés par la Libye.
Des survivants de la Méditerranée échoués à Lampedusa.
Mis dans un train en direction du nord.
Ils sont là en transit, espérant remonter vers l’eldorado britannique.
Demain, dans un mois, dans un an, ils seront dans « la jungle » à Calais.

Combien sont-ils dans ce camp de réfugiés pire qu’un parc à bestiaux ?

Personne ne sait, et surtout pas la préfecture de police pour qui ce lieu n’existe simplement pas.

Un article de « Métro », en décembre dernier, rapportait :

« La préfecture de police explique laconiquement se borner à une chose :
“éviter la création d’un campement” du type Sangatte, dans le Pas-de-Calais. »

Alors « une fois par semaine, les services de propreté de la ville font un nettoyage complet de l’espace ».
Vu l’état actuel, ils n’ont pas dû passer depuis un moment !
Et puis, suprême hypocrisie, la police réalise« des contrôles d’identité qui se soldent souvent par des remises d’OQTF : des obligations de quitter le territoire français  ».
Évidemment nullement suivies d’effet car on se demande bien comment et avec quoi – sauf à embarquer clandestinement dans le Thalys ou l’Eurostar qui circulent en dessous de leur campement, ce qu’ils font sans doute – les malheureux entassés là pourraient reprendre leur errance.

À en croire, là encore, les bénévoles d’Emmaüs qui maraudent dans le quartier pour leur apporter des informations sur leurs possibilités de séjour en France, la très grande majorité d’entre eux ne demandent même pas l’asile chez nous. La France ne les tente pas.
Ils n’y sont que des zombies de passage… de plus en plus nombreux.

Alors, au lieu de palabrer à n’en plus finir, nos dirigeants devraient sortir un peu de leurs palais.
Ils verraient peut-être qu’au-delà de ce camp formellement constitué, des centaines de matelas sortent des encoignures à la nuit tombée :
Quand la « Ville Lumière » éteint ses feux, certains quartiers de Paris se transforment véritablement en dortoirs à ciel ouvert.

Va-t-on feindre de l’ignorer encore longtemps ?

Marie Delarue

http://www.bvoltaire.fr/  du 25/04/2015

Même les autres pays de l’UE en ont marre, UK compris.
Mais qui leur dit de venir échouer dans notre capitale ?
Nous ne sommes pas responsables de leur vie de misère et n’avons pas à culpabiliser comme le voudrait l’auteur de cet « exode » !
QUI fomente ces migrations des peuples africains ?
Leur continent est vaste et l’argent des associations serait plus utile là-bas , ainsi que leur travail s’ils y consentaient !
Africains restez chez vous, ON vous abuse, l’Europe est un mirage souvent mortel !
Ne vous laissez pas berner par les requins avides de fric…toujours ce FRIC, le fric des adorateurs du veau d’or !

.

Le « Mistral » Souffle A Erevan !

 erevan

Poutine appelle à
rétablir la coopération.

Les présidents français et russe, « François Hollande et Vladimir Poutine », se sont rencontrés vendredi à Erevan en marge des commémorations du centenaire du génocide arménien.

Le président russe « Vladimir Poutine » a appelé vendredi à rechercher des moyens d’améliorer les relations russo-françaises, lors d’une rencontre avec son homologue français « François Hollande » à Erevan, en Arménie.

« Ces derniers temps, nos relations se sont malheureusement détériorées, les échanges commerciaux ont chuté.
Nos relations sont dans un état déplorable.
A mon avis, nous devons rechercher des moyens de les rétablir »,

a indiqué Monsieur Poutine.
Les présidents français et russe se sont rencontrés vendredi après-midi à Erevan en marge des commémorations du centenaire du génocide arménien, évoquant notamment la livraison des navires Mistral à la Russie.

Monsieur « Hollande » a appelé Monsieur « Poutine » à « aller de l’avant » dans l’application des accords de paix de Minsk pour l’Ukraine.(???)

http://fr.sputniknews.com/international/  du 24/04/2015

La Russie tend la perche à la France et il faudrait qu’elle aille encore de l’avant ?
Mais notre « gros lard » rêve ou commence à se croire l’empereur !
Au fait, depuis combien de temps n’avons-nous pas eu de nouvelles de son état de santé ?
Je croyais que cela avait été rendu obligatoire.

Anne-Marie Peysson Nous A Quittés.

anne-marie-peysson-1-300x168 (1)

Une Grande Dame De La Radio.

Voix emblématique de « RTL », reconnue pour sa fraîcheur et son énergie, « Anne-Marie Peysson » s’est éteinte le 14 avril dernier à l’âge de 79 ans.
Elle avait débuté sa carrière à la télévision à « Télé Marseille » en 1954 suite à un concours de « speakerine » où elle avait enthousiasmé le jury.
Après quatre ans de bons et loyaux services, elle rejoignait la capitale et l’ORTF en 1960.
Durant cette période où elle sera l’une des « speakerines » vedettes de la première chaîne, son sourire, alors inhabituel sur le petit écran, et ses improvisations maladroites divisaient la France et concentraient toutes les passions.

En 1965 elle anime, avec « Guy Lux », l’émission «Le Palmarès des chansons».
En 1968, suite aux mouvements de grève, elle est licenciée de l’ORTF et tente alors l’aventure de la radio sur « RTL ».

Elle accompagne tout d’abord « Philippe Bouvard » dans «RTL non stop» puis devient animatrice.
Dans les années 1970 elle lance «Stop ou encore» et anime les matinées avec notamment «Parlez-moi d’amour».
Dans les années 1980, elle lance la première émission de libre antenne, «Les auditeurs ont la parole», avec « Alain Krauss ».

Dans un communiqué, « Christopher Baldelli », président du directoire de « RTL », rend hommage à « une grande dame de la Radio ».

« La grande famille « RTL » est aujourd’hui à la fois triste et fière d’avoir compté parmi les siens une personne aussi formidable qu’« Anne-Marie Peysson » »,

a-t-il déclaré.

http://www.ojim.fr/  du 22/04/2015

La « Licra » Ne Sait Plus Quoi Inventer.

licra-300x183 (1)

Le mot « maghrébin »
est une injure raciste !

Où le culot, la mauvaise foi, la malhonnêteté le disputent à la bêtise, la démagogie, et l’insondable inculture de ceux qui sont censés rendre la justice dans notre pays.

Pauvre Justice et pauvres de nous, Français de souche européenne !!!

Le 1er avril (non ce n’est pas un poisson !) avait lieu à Périgueux, le procès d’une commerçante de la ville pour des faits d’injure publique par voie électronique et de provocation à la haine raciale (tiens donc, les races existent encore!).

Les faits :
Le 17 avril 2013 cette femme avait publié un commentaire sur la page « Facebook » du leader de l’opposition municipale de l’époque « Philippe Cornet » décédé depuis.
L’élu avait critiqué le fait que son fils, gérant du bar le « VIP » avait été empêché de participer à une réunion sur la charte de la nuit, alors en cours d’élaboration.
C’est l’élu, délégué à la tranquillité publique « Mostafa Moutawakkil » qui avait signifié au gérant du bar qu’il ne pouvait pas participer à cette rencontre.
Le texte agacé de « Philippe Cornet » avait donné lieu à des commentaires de diverses personnes sur « Facebook », dont la commerçante jugée ce 1er avril qui avait évoqué   »ce maghrébin » qui se « permet » de refouler le jeune homme.
Le commentaire avait été retiré mais une polémique s’en était suivie.
Le maire de l’époque, « Michel Moyrand », avait exprimé dans un communiqué sa « colère » et sa « consternation », parlant de « relents inadmissibles ».
« Philippe Cornet », qui avait assuré qu’il ne cautionnait   »absolument pas les termes employés », avait déploré que le communiqué du maire   « crée une polémique inutile et stérile ».
La Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) avait porté plainte, tout comme l’élu visé. L’affaire a été jugée le 1er avril, délibéré le 6 mai. Affaire à suivre …

Tempête dans un verre d’eau !

Que voilà bien une belle bande de « dhimmis » et d’incultes !

Wikipédia

Le Maghreb (en arabe : المغرب al-Maghrib, « le Couchant ») est la partie occidentale du monde arabe correspondant à l’espace culturel arabo-berbère, soit la région d’Afrique du Nord comprise entre la mer Méditerranée, le Sahel, l’océan Atlantique et l’Égypte.

Les premiers conquérants musulmans ont appelé Djazirat al-Maghrib, c’est-à-dire « Île du Couchant », les pays isolés du reste du monde arabe à l’ouest du Golfe de Syrte.
Avec la colonisation française, le Maghreb au sens strict désignait le Maroc, l’Algérie et la Tunisie. Aujourd’hui, afin d’éviter toute confusion :
-on utilise les termes « Petit Maghreb » pour se référer à ces trois pays,
-et « Grand Maghreb » pour se référer à un espace qui inclut également la Mauritanie et la Libye, ainsi que le territoire contesté du Sahara occidental.
La région de Kidal au Mali et la région d’Agadez au Niger, peuplées principalement de Touaregs et de Maures sont culturellement proches du reste du Maghreb.
La limite orientale est elle plus floue, en effet, la Cyrénaïque, en Libye, reste fortement influencée par le Machrek tandis que Siwa est une oasis berbérophone en territoire égyptien.
Le Maghreb occupe une superficie d’environ cinq millions de km² partagés entre le bassin méditerranéen et le désert du Sahara qui recouvre la majeure partie de son territoire.
La population d’environ 90 millions d’habitants est de ce fait très inégalement répartie et concentrée principalement sur les plaines littorales.
Situé à la croisée du monde arabe et des civilisations méditerranéenne et africaine, le Maghreb forme depuis plus d’un millénaire une unité géographique caractérisée culturellement par la fusion d’éléments arabo-berbères.
Ses habitants, appelés« Maghrébins », descendent principalement des Berbères qui ont pour la plupart été arabisés entre le VIIIe siècle et nos jours.
Bien qu’éloignés l’un par rapport à l’autre par divers aspects, le Maghreb et le Machrek sont néanmoins liés par la langue arabe et la culture islamique.
L’histoire contemporaine du Maghreb est marquée par la colonisation française, espagnole et italienne mais aussi par sa proximité avec l’Europe de l’Ouest.
Depuis 1989, une tentative de rapprochement politique et économique a été initiée avec la création de l’Union du Maghreb arabe.

Le Maghreb est une réalité géographique et politique.

Où se trouve l’injure ?

En quoi qualifier une personne par son appartenance à ses origines est-il une injure ???

Devrions-nous porter plainte lorsque nous sommes qualifiés d’Européens ?

Oriana Garibaldi

http://ripostelaique.com/ du n° 404, le 22/04/2015

On ne va pas leur dire qu’ils sont des « fromages blancs » !

Toujours Silence Complet Des Médias.

anc2 (1)

Boule de feu dans l’arc-en-ciel.

En Afrique du Sud, les dernières violences « xénophobes » ont pris une telle ampleur que le Malawi a décidé d’évacuer ses ressortissants et que le Mozambique a demandé fermement aux autorités sud-africaines d’assurer la protection de ses nationaux.
Quant au président Zuma, il vient d’annuler une visite officielle à l’étranger afin de suivre l’évolution de la situation.

Un peu partout dans le pays, notamment au Natal et dans la région de Johannesburg, les immigrés africains qu’ils soient Malawites, Mozambicains, Somaliens, Zimbabwéens, Soudanais ou encore Nigérians sont en effet pris pour cible, lynchés ou forcés à se réfugier dans les camps militaires cependant que leurs biens sont systématiquement pillés.
Au Natal, les pogroms ont été encouragés par le roi des « Zulu » et ailleurs dans le pays par le propre fils du président Zuma…
Dans la « nation arc-en-ciel », au pays de « Nelson Mandela », des Noirs massacrent donc d’autres Noirs, et qui plus est, des Noirs immigrés…
Voilà de quoi déstabiliser les bonnes âmes qui pensaient, la main sur le coeur et abreuvées de certitudes morales, qu’une fois le régime blanc d’apartheid balayé, les fontaines sud africaines allaient laisser couler le lait et le miel de la société post-raciale…

Un peu plus d’un an après la mort de « Nelson Mandela », le culte planétaire quasi religieux rendu à sa personne apparaît donc en total décalage avec les événements.
Le réel est en effet de retour – une fois de plus et comme toujours -, balayant au passage le mythe-guimauve de la « nation arc-en-ciel » fraternelle et ouverte au monde.

Dans un pays où le chômage touche environ 40% des actifs et où le revenu de la tranche la plus démunie de la population noire est inférieur de près de 50% à celui qu’il était sous le régime blanc d’avant 1994, dans un pays où 18 millions de Noirs sur une population de 53 millions d’habitants, ne survivent que grâce aux aides sociales, le Social Grant, quoi d’étonnant à ce qu’éclatent des violences xénophobes, les étrangers étant accusés de prendre le travail des plus pauvres ?

L’échec économique sud-africain est en effet total -je développe ce point dans le chapitre IV de mon dernier livre « Osons dire la vérité à l’Afrique ».
Selon le Rapport Economique sur l’Afrique pour l’année 2013, rédigé par la Commission économique de l’Afrique (ONU) et l’Union africaine, l’Afrique du Sud s’est en effet classée parmi les 5 pays « les moins performants » du continent sur la base de la croissance moyenne annuelle, devançant à peine les Comores, Madagascar, le Soudan et le Swaziland.

Pris dans la nasse de ses propres mensonges, de ses prévarications, de ses insuffisances, le parti gouvernemental, l’ANC -le parti de « Nelson Mandela- », ne pourra pas éternellement mettre en accusation le « régime d’apartheid » afin de tenter de dégager ses responsabilités dans la faillite de ce qui fut un pays prospère.

D’autant plus qu’en Afrique du Sud, une presse libre existe.
Et elle ne se prive pas d’écrire qu’en deux décennies, l’ANC a dilapidé le colossal héritage laissé par le régime blanc et a transformé le pays en un Etat du « tiers-monde » dérivant dans un océan de pénuries, de corruption, de misère sociale et de violences, réalité encore en partie masquée par quelques secteurs ultraperformants, mais de plus en plus réduits.

En France, faire un tel constat est considéré comme une insulte à la nation « arc-en-ciel » et à la mémoire de « Nelson Mandela ».

Bernard Lugan

http://www.ndf.fr/poing-de-vue/  du 21/04/2015

Pourquoi Nos Médias N’En Disent Mot?

afrique (1)

Affrontements
en Afrique du Sud

Car nous ne pouvons pas être culpabilisés quand des Noirs locaux lynchent des Noirs immigrés.

Depuis environ trois semaines, Johannesburg, Durban et d’autres villes sud-africaines sont le théâtre de violents affrontements entre la population noire sud-africaine et la population noire émigrée du Mali, du Zimbabwe, Mozambique, Ethiopie, Somalie et Malawi.
Les manifestants accusent les immigrés de voler leurs emplois.

Les marxistes pourront se réjouir puisque les noirs se battent entre eux pour protéger leur emploi et c’est bien sûr la faute aux colons blancs qui créent le chômage du peuple et l’incitent à se battre contre leurs semblables étrangers pour avoir la paix.

Les affrontements ont déjà fait près d’une dizaine de morts et une trentaine d’arrestations.
La police a demandé des renforts pour juguler ces émeutes qui se sont répandues dans de nombreuses agglomérations du pays, en particulier dans les townships.
Cinq camps de réfugiés ont du être installés pour les étrangers et les ONG les espèrent très provisoires.

Les commerces des noirs étrangers sont systématiquement pillés et brûlés, leurs propriétaires sont menacés, certains ont été lynchés et brûlés vifs et déjà les pays voisins organisent le rapatriement de leurs ressortissants.

L’Afrique du Sud avait connu des émeutes xénophobes pour des raisons identiques en 2008 qui avaient fait 62 morts.
Ces motifs sont essentiellement économiques, communautaristes et culturels du fait de l’apprentissage de la culture de la violence pendant l’apartheid.

De plus, les Sud-africains se considèrent supérieurs aux autres Africains.

Selon le journal « Libération » les causes de ces violences peuvent bien sûr être envisagées :
malgré ses immenses ressources et les promesses formulées à la fin de l’apartheid, la redistribution des richesses est restée un mirage et une large majorité de Noirs continue de vivre dans une précarité déshumanisante (le taux officiel du chômage est de 25% mais il est en réalité bien plus élevé).
Et bien sûr, comme souvent, les foules hostiles qui ont attaqué les commerces des «étrangers» ont été plus qu’encouragées par les discours incendiaires de certains leaders.
La surenchère a commencé fin mars.
C’est d’abord « Goodwill Zwelithini », le roi des Zoulous et donc la plus haute autorité traditionnelle de la province de Durban, qui a soudain appelé les étrangers à plier bagage et à quitter le pays.
Quelques jours plus tard, « Edward Zuma », le fils du Président, se lâche à son tour en jugeant les ressortissants africains «dangereux» car «certains viennent armés et contribuent aux problèmes de drogue».

Après les lynchages intervenus à Durban, le roi des Zoulous a déclaré que ses propos «avaient été mal interprétés» et la famille royale a dénoncé les actes de violences.
Le Président, lui, a été plus lent à réagir, même si jeudi, devant le Parlement, « Jacob Zuma » a fini par condamner clairement ces attaques.
Le mal est néanmoins bien plus profond.
Dans une tribune aussi virulente qu’éclairante postée jeudi sur « Facebook », le chercheur d’origine camerounaise « Achille Mbembe », professeur à l’université de Wits à Johannesburg, rappelle le harcèlement administratif de plus en plus pressant auxquels sont soumis les immigrés (même ses étudiants) et s’inquiète de l’émergence d’un «national chauvinisme» érigé en idéologie qui rejette notamment toute «dette» de l’Afrique du Sud vis-à-vis des autres pays africains. Pourtant, au cours des années sombres de l’apartheid, les pays voisins ont payé au prix fort l’accueil des exilés du mouvement de libération sud-africain, en étant la cible constante d’attentats et de tentatives de déstabilisation de la part du régime raciste.
Et même des Etats africains plus lointains ont contribué à l’effort de solidarité avec le mouvement anti-apartheid.
La haine raciale actuelle, en occultant ce passé, pose en réalité la question de l’identité du pays le plus austral du continent, souligne aussi « Achille Mbembe » :

«Quand on parle de l’Afrique du Sud, que signifie le mot Afrique ?»

interroge-t-il.
Jeudi, une marche contre la xénophobie a été organisée à Durban.
Mais la veille, d’autres africains étrangers étaient menacés à Johannesburg…

Officiellement, l’Afrique du Sud hébergerait deux millions d’immigrants légaux et un nombre inconnu d’immigrants clandestins, soit au moins trois millions d’étrangers pour 53 millions d’habitants.
Le pourcentages est faible au regard de l’ensemble mais il faut considérer que ces populations immigrées sont d’autant plus visibles qu’elles sont massivement regroupées dans les banlieues misérables de Johannesburg et Durban.

Le caractère évidemment xénophobe de ces émeutes entre noirs, que « Libération » contre toute logique attribue à la « haine raciale » donne néanmoins à réfléchir sur les émeutes xénophobes en Italie qui sont qualifiées de « racistes » ou « raciales » parce qu’elles opposent la population italienne très majoritairement blanche aux immigrés africains qui pillent leurs petites richesses et créent de l’insécurité.
De même on peut faire un rapprochement avec la lutte contre l’islamisation de la France qui est qualifiée de raciste, islamophobe, fasciste alors qu’elle reflète la crise économique (montant inflationniste des aides sociales, l’insécurité (2/3 des prisonniers sont musulmans selon Jack Lang), mise en péril du système de santé avec la CMU et l’AME qui creusent le trou de la sécu, concurrence sur le coût du travail, remise en question de notre histoire et de notre culture, conflits inter religieux exacerbés, etc.)

Nous devrions donc pouvoir être assimilés aux noirs Sud-africains qui se révoltent pour défendre leur pain quotidien.
Nous ne sommes pas tous « Charlie » mais désormais nous patriotes laïques et féministes, nous serons tous zoulous.

Alice Braitberg

http://ripostelaique.com/  du n° 404, le 20/04/2015

N’y Aura-t-Il Que Des Batârds En UE ?

grand-remplacement-1456x648-300x133 (1)

Nous sommes remplacés par
déculturation, africanisation,
islamisation !

L’assassin de Chloé est un pervers psychopathe.
Les médias livrent en pâture son nom et sa nationalité parce qu’il n’est que polonais.
Sa place était dans un asile pour nous protéger de ses méfaits.
Sous l’effet de l’idéologie victimaire, on a ouvert les murs des prisons, des asiles et des écoles, contre l’esprit des Lumières (et de l’homme blanc occidental hétérosexuel) consistant à réparer, soigner et éduquer.

Kevin portait un prénom de série états-unienne.
Sa déculturation a commencé à la naissance.
Après la « colonisation allogène » de Roubaix, il est devenu Farid et un pieux musulman dans l’espoir d’échapper à la délinquance et à la drogue.
Toute sa famille vit sous le joug d’une croyance archaïque, sans transcendance, faite de rites sommaires.

Chiites et sunnites s’entretuent en Irak ou au Yémen, comme depuis toujours.
L’islam n’a jamais connu ni clergé unifié, ni séparation du spirituel et du temporel, ni Réforme, ni liberté religieuse.
En France, le « CFCM » de Boubakeur et l’ »UOIF » des Frères se livrent à une lutte d’influence sans merci auprès des sept millions, et plus, de musulmans.
Ils ne s’entendent que sur le dos de la croyance chrétienne, pour faire construire plus de mosquées et mieux vider les églises.

Un déséquilibré en djellaba vandalise le cimetière de Castres.
Est-ce l’islam qui rend fou ou les fous qui se convertissent à l’islam ?
Ses coreligionnaires fondamentalistes, quand ils n’égorgent ou n’écrasent pas les gens, en France et en pays mahométan, purgent leur environnement de toutes traces archéologique et culturelle de présence préislamique et chrétienne.

« Marion Ruggieri » et « Thomas Guénolé » veulent éradiquer ce qui reste de nos 1.500 ans d’histoire chrétienne, par bêtise, par ignorance, par malveillance.
Ils confondent cultuel et culturel.
« Martin Hirsch », énarque et ancien patron d’Emmaüs, appelle à la présence de plus de petits Mohamed.
Les Églises défendent l’ouverture des frontières ou dénoncent la xénophobie de PEGIDA.
« Elkabbach » moque les illuminations christiques d’une convertie, traître à sa communauté selon lui.
À la RATP, « Gérard Unger », membre du CRIF et du PS, ne veut pas de chrétiens sur ses affiches.

En dépit de dépenses et d’une pression fiscale inégalées, le caractère ubuesque et absurde de nos politiques publiques ne fait que s’accentuer.
On instruit des demandes d’asile, longues et coûteuses, mais 99 % des déboutés demeurent sur le territoire national et rejoignent le flot des immigrants, illégaux ou non, en quête de prestations sociales.

L’Afrique va mieux, pourtant les Africains ne cessent de s’exiler, depuis les côtes libyennes, pour rejoindre l’eldorado européen, transformant les fondements ethnico-culturels de notre continent.
Non une émigration de la misère mais l’exode des anciens colonisés, confinés dans la barbarie et livrés aux potentats chez eux, sans modèle politique pour les guider.

Les grandes invasions sont toujours venues de l’est et du sud de notre continent. Plutôt que de créer des points de fixation au-delà de ses frontières, l’Europe de Bruxelles, honteuse de son histoire et présomptueuse quant à sa prospérité, entend accueillir toute la misère du monde et repêche les rescapés dans les eaux de la Méditerranée.

Un demi-million de colons sont attendus bientôt sur les côtes italiennes et aux frontières grecque et espagnole.

Les esprits frustes et les individus désocialisés sont des proies faciles à endoctriner, ou des loups pour le reste de la société, surtout quand l’oligarchie les encourage dans cette voie.

Le remplacement culturel (déculturation), le remplacement ethnico-culturel (africanisation) et le remplacement idéologico-religieux (islamisation) interagissent et se renforcent mutuellement.

CQFD

Stephan A. Brunel

http://www.bvoltaire.fr/  du 19/04/2015

Et Le Génocide Cambodgien ?

genocide-khmers-rouges-300x225 (1)

Nos médias ont oublié
cette tragédie !

Le 17 avril 1975, « Phnom Penh », capitale du « Cambodge », est envahie par de longues cohortes d’adolescents maigres et hagards, tout de noir vêtus et lourdement armés.

Il s’agit de l’armée des communistes cambodgiens.
Surnommés quelques années plus tôt « Khmers rouges » par le roi « Norodom Sihanouk », ils ont vaincu les partisans pro-américains du général et Premier ministre « Lon Nol » au terme d’une guerre civile de cinq ans.

Le soir même, l’« Angkar »(l’« Organisation ») – le Parti communiste du Kampuchea(nouveau nom du pays) – décide de vider la ville de tous ses habitants.
C’est le début d’une orgie de massacres qui va se solder par la mort violente de 1.500.000 à 2.200.000 personnes en 44 mois, jusqu’à la chute du régime, le 7 janvier 1979.
En d’autres termes, 20% à 30% des 7.500.000 Cambodgiens auront été victimes de la folie meurtrière des Khmers rouges.

Un pays fait pour le bonheur…

Héritier d’une très riche histoire dont témoignent les ruines d’« Angkor », le Cambodge a échappé à l’annexion par l’un ou l’autre de ses redoutables voisins, le Siam et le Viêt-nam, grâce au protectorat français.
Le 9 novembre 1953, il obtient tranquillement son indépendance avec pour roi constitutionnel le très souriant « Norodom Sihanouk ».

Mais le pays est très vite gangréné par la guerre qui s’installe dans le « Viêt-nam » voisin et met aux prises les Nord-Vietnamiens communistes et leurs alliés vietcongs d’un côté, les Sud-Vietnamiens pro-américains de l’autre.

Une poignée d’intellectuels cambodgiens issus de la bourgeoisie découvre le marxisme lors de ses études en France, dans les années 1950.
Parmi eux, « Pol Pot », il deviendra secrétaire général du Parti communiste (« Frère Numéro 1 ») et Premier ministre du futur Kampuchea.
À ce titre, il présidera à la mise en oeuvre du génocide !

À la faveur d’un voyage en Chine populaire, en 1965, à la veille de la Révolution culturelle, il se renforce dans sa haine de l’Occident et de la culture moderne et urbaine.
Comme « Mao Zedong », il voit dans la paysannerie pauvre le fer de lance de la révolution socialiste.

…Et rattrapé par le malheur

Le 14 août 1969, sous la pression américaine, le prince « Sihanouk » appelle au poste de Premier ministre le général « Lon Nol », favorable à la guerre contre les communistes… et sensible à la promesse d’une aide massive de Washington.
Pressé d’en découdre, « Lon Nol » profite d’un déplacement de « Sihanouk » en Chine pour le déposer le 18 mars 1970.
Il instaure la République et s’en proclame président.

Faute de mieux, Norodom Sihanouk prend à Pékin la tête d’un gouvernement de coalition en exil, avec les « Khmers rouges ».
Dans le même temps, les Américains entament le bombardement des zones frontalières du Cambodge avec l’aval de « Lon Nol ».

De 1970 à 1973, sous la présidence de Richard Nixon, l’US Air Force va déverser sur le Cambodge plus de bombes que sur aucun autre pays au monde.
Au total plusieurs centaines de milliers de tonnes.
Les bombardements redoublent même d’intensité en février-avril 1973, alors que les Vietnamiens se sont retirés du jeu après les accords de Paris.

Ces bombardements indiscriminés, comme plus tôt au Viêt-nam, comme aujourd’hui en Afghanistan, font d’innombrables victimes parmi les populations civiles.
Celles-ci, remplies de haine pour l’agresseur, se détournent du camp gouvernemental et rallient les communistes.

Très vite, les troupes gouvernementales, en dépit de leur armement sophistiqué, cèdent du terrain face aux « Khmers rouges ».
« Lon Nol » n’attend pas le gong final pour s’enfuir et abandonner ses partisans.
C’est ainsi que « Phnom Penh » tombe le 17 avril 1975, deux semaines avant « Saigon ».

L’horreur

Les dirigeants des « Khmers rouges », au nombre de quelques dizaines seulement, n’ont connu pendant dix à quinze ans que les camps de la jungle.
Éloignés des réalités, ils ressentent aussi beaucoup de méfiance à l’égard des communistes vietnamiens qu’ils suspectent de vouloir annexer les provinces orientales du Cambodge, peuplées de colons vietnamiens.

Étant très peu nombreux, ils craignent aussi d’être submergés par les cadres de l’ancien régime qui viendraient à se rallier à eux.

C’est ainsi qu’ils prennent la décision folle de faire table rase.
Opposant l’« ancien peuple » (les paysans khmers pauvres) au « nouveau peuple » (les habitants des villes et les cadres pro-occidentaux), ils décident de rééduquer ces derniers et si besoin de les exterminer.

Dans les heures qui suivent leur entrée à « Phnom Penh », la capitale est vidée de ses habitants et des innombrables réfugiés qui avaient fui les bombardements des années précédentes.
Au total 2 millions de personnes de tous âges.
Il en va de même des autres villes du pays.

Les déportés sont dirigés vers des camps de travail et de rééducation et astreints à des tâches dures et humiliantes.
La nourriture est souvent réduite à deux louches d’eau de cuisson de riz par personne et par jour.
La mortalité dans les camps atteint très vite des sommets.

Les rebelles et les suspects sont jetés en prison et contraints à des aveux qui leur valent une exécution rapide, généralement d’un coup de pioche sur le crâne, car il n’est pas question de gaspiller des balles.

Dans son très remarquable ouvrage,« Le siècle des génocides », l’historien « Bernard Bruneteau » souligne que les meurtres ciblent des catégories précises.
Ainsi, quatre magistrats sur un total de 550 survivront au génocide.

Sont anéantis les deux tiers des fonctionnaires et policiers, les quatre cinquièmes des officiers, la moitié des diplômés du supérieur etc.
Globalement, les populations citadines sont exterminées à 40% et les populations des régions les plus rurales à 10 ou 15% « seulement »

Une très lente prise de
conscience du génocide

La plupart des Occidentaux ont observé le drame cambodgien avec incompréhension et beaucoup d’intellectuels ont même manifesté une jubilation dont ils se repentirent plus tard, notamment la rédaction du « Monde », à Paris.

En 1978, les Vietnamiens invoquent des raisons humanitaires pour envahir le Cambodge.
Le 7 janvier 1979, ils entrent à « Phnom Penh » cependant que « Pol Pot » et les« Khmers rouges » reprennent le chemin de la clandestinité et des maquis.
Le nouveau gouvernement cambodgien, vassal du Viêt-nam, compte dans ses rangs de nombreux« Khmers rouges » qui ont su retourner leur veste à temps.

Le royaume du Cambodge tente en ce début du XXIe siècle de retrouver la sérénité, avec, sur le trône, le fils de l’ineffable « Norodom Sihanouk » et au poste de Premier ministre, un « Khmer rouge » repenti, « Hun Sen ».

 

http://www.herodote.net/  du 17/04/2015

La Reine Danoise Ne Plaisante Pas.

reinedanemark-240x300

La Reine refuse
le modèle multiculturel !

Le chef de l’Etat Danois, sa Majesté la Reine Margrethe II, a accordé une interview pour son 75ème anniversaire.

Une interview qui provoque la panique dans le monde du politiquement correct.

Qu’a-t-elle donc fait de si grave ?

« Celui qui s’installe au Danemark doit se conformer au normes et valeurs Danoises »

déclare-t-elle.

« Nous pouvons les accueillir, mais nous devons aussi leur dire ce que nous attendons.
Car il s’agit de notre société, dans laquelle ils se rendent.
Ils doivent comprendre dans quel monde ils sont venus. »

Et la Reine de devenir plus précise encore :

« Nous faisons volontiers de la place.
Cependant, ils sont venus dans notre société et ne peuvent pas attendre pouvoir perpétuer leur modèle de société chez nous.
Ils peuvent se rendre dans les mosquées, s’ils le veulent, mais s’ils font des choses incompatibles avec le modèle de la société Danoise, ils doivent reconnaitre que cela n’ira pas. »

La Reine désigne bien entendu une certaine immigration qui se forme en société parallèle.

Elle a aussi fait passer un message sur la liberté d’expression, qui n’est pas seulement menacée par les terroristes :

« Je sais bien que certains disent, qu’il faut être prudent, qu’il faut réfléchir, cependant, nous devons absolument pouvoir nommer les choses et comme celles-ci doivent être selon nous.
Ils veulent nous effrayer, nous ne devons pas nous laisser intimider. »

Ceci est un message on ne peut plus clair à ceux qui ne cessent de relativiser, de minimiser nos valeurs fondamentales, afin de ne pas heurter les musulmans.

Elle se préoccupe aussi du sort des juifs.
Elle se déclare également choquée par l’augmentation des menaces et persécutions contre les juifs du Danemark.

« Soudain, l’on regarde les juifs de travers, ils se sentent mis sous pression et menacés, ce qui est choquant.
Ils supportent cela avec dignité, comme ils le font toujours, mais il est choquant d’observer cela. »

lance la Reine.

Les cris d’orfraies ne se sont pas fait attendre après ces déclarations politiquement incorrectes.

L’ancien communiste, « Johannes Andersen », un sociologue de l’Université de Aalborg a estimé que la Reine se mêle politiquement dans les débats sur l’immigration et fait savoir aux immigrants que le Danemark ne doit pas être un pays multiculturel.

D’autres l’accusent de diviser le pays.
Exemple, l’imam « Fatih Alev », du Centre Islamique Danois :

« Ce ne sont même plus les partis de droite maintenant !
Même la Reine est désormais influencée par cette tendance.
Peut-être ressentait-elle le besoin d’exprimer ses critiques, afin de ne pas paraitre naïve.
Les musulmans auraient-ils perdu leur Reine ? »

Et, le jour de la venue de « Geert Wilders », la Reine a donné une conférence de presse pour souligner ses propos :

« La plupart savent bien sur ce quoi ils doivent se priver, lorsqu’ils arrivent dans un pays étranger, ils ne doivent pour autant changer leur religion ou manger différemment.
Il ne s’agit pas de fricadelles.
Il s’agit de s’adapter au pays dans lequel on est venu. »

Il reste à dire que la Reine du Danemark s’est considérablement renseignée depuis 1984, où elle déclarait que :

« Les Danois feraient mieux de garder leurs observations idiotes sur les immigrants. »

A l’époque, personne ne pensait qu’elle se mêlait politiquement.
Ensuite, en 2006, elle commençait à se rendre compte de la situation, lors de ses voeux pour le nouvel an :

« Nous devons commencer à reconnaitre, qu’il nous faut être clairs sur nos valeurs, sur laquelle notre société repose. »

Alors Messieurs
Hollande et Valls,
il n’est jamais trop tard !

Sa Majesté,
la Reine du Danemark,
aurait-elle plus de courage
« que vous » ?

Sylvia Bourdon

http://ripostelaique.com/  du n° 403, le 17/04/2015

Nos médias n’en parlent pas !
Nos oligarques passeraient encore plus pour les pleutres qu’ils sont !
Leurs lois présentées pratiquement en huit-clos les occupent vraiment trop pour qu’ils se rendent compte que l’Union Européenne frémit de toutes parts.
Non à tous ces morts en méditerranée parce que nos gouvernants n’ont pas le courage de dire que la France n’est pas Terre d’islam et qu’il n’y a plus de place pour les musulmans sur notre terre !

Vous Souvenez-Vous D’Helric Fredou ?

helric-fredou-jpg (1)

Un  supérieur hiérarchique oublieux !

Deux mois après la découverte du corps d’Helric Fredou, commissaire de police chargé de rédiger un rapport sur l’entourage familial de « Charlie Hebdo » et retrouvé mort d’une balle dans la tête quelques heures après l’attentat, sa famille n’a toujours pas reçu les condoléances du ministre de l’Intérieur.

Bernard Cazeneuve n’était pas seulement son supérieur hiérarchique :
Il  était une connaissance familière d’Helric Fredou.
Pourtant, deux mois après l’annonce du « suicide »de ce dernier, le ministre de l’Intérieur n’a adressé aucun message de condoléances à sa famille.

Souvenez-vous :
le 16 janvier, Panamza publiait le témoignage de la soeur du policier  »Helric Fredou » à propos des circonstances troublantes de son décès (pas de courrier laissé, aucune dépression antérieure médicalement attestée, saisie de son matériel informatique et de ses smartphones, « frictions » avec ses collègues de Limoges à propos d’un important « coup de téléphone »devant être -selon lui- immédiatement passé, venue -dès le lendemain- de cadres policiers parisiens pour certifier le suicide).

Neuf jours plus tard, ce fut au tour de sa mère de délivrer ses informations accablantes :

* pas d’accès autorisé au rapport d’autopsie.

* le coup de feu n’aurait pas été entendu par ses collègues alors qu’il s’est produit -sans l’usage d’un silencieux- vers 1h du matin.

* la balle a été retrouvée à l’intérieur du crâne après avoir percé le front.

* le refus du médecin traitant d’Helric Fredou de valider la contre-vérité produite par les articles de presse faisant état d’une dépression.

* des contradictions policières sur l’identification et la réalité du dernier appel téléphonique passé, entre minuit et 1h, par « Helric Fredou ».

* le débarquement de « quatre directeurs de la police » -en provenance de Paris- pour convaincre la mère qu’il s’agissait bien d’un suicide.

Rappel.
Son fils était chargé de rédiger un rapport d’enquête relatif à la protection des parents d’une personnalité singulière :  »Jeannette Bougrab », juriste au Conseil d’État, militante UMP, ex-membre du gouvernement « Fillon » et « prétendue compagne » du directeur assassiné de « Charlie Hebdo ».

Le 5 février, « Panamza » a également contacté l’assistante parlementaire (basée à Londres) de « Christophe Premat », député socialiste des Français de l’étranger.
Ce dernier avait interpellé, une semaine auparavant et par écrit, le ministre de l’Intérieur à propos des « circonstances exactes du décès du policier « Helric  Fredou »« .
Selon la collaboratrice de « Premat », la réponse officielle est, « a priori », attendue « dans les trois mois, au maximum » (soit le 27 avril, au plus tard).

Omerta

Cazeneuve-

Deux mois après la mystérieuse mort d’ »Helric Fredou », survenue dans la nuit du 8 janvier, l’ »omerta » politico-médiatique demeure.
« Bernard Cazeneuve », ministre de l’Intérieur qui entretenait -selon la mère d’ »Helric Fredou »- d’excellents rapports avec son fils décédé, n’a toujours pas adressé ses condoléances à la famille -recontactée par « Panamza ».

Une attitude stupéfiante :
De 2010 à 2012, les deux hommes collaboraient pourtant ensemble sur Cherbourg, l’un en tant que député-maire de la ville, l’autre en sa qualité de commissaire principal.

« Panamza » continuera son investigation sur l’affaire « Charlie Hebdo » ainsi que sur la nature exacte de cette loi du silence entourant -entre Limoges et Paris- la mort d’ »Helric Fredou ».

De nouveaux développements seront également abordés au sujet d’une séquence particulièrement opaque de la fuite des terroristes :
Celle relative aux faits survenus sur le boulevard Richard-Lenoir.
Dès la mi-janvier, des témoignages inédits (mais contradictoires, les uns les autres) ont été progressivement recueillis par « Panamza » sur l’axe 58-64 de l’artère.
Depuis une fenêtre de l’immeuble situé au numéro 62, une vidéo problématique avait été capturée : celle de la fatale altercation entre les terroristes et le policier « Ahmed Merabet ».

L’auteur des images -relayées aussitôt sur son propre compte Facebook- qui ont marqué les esprits :
un quinquagénaire catalan -dénommé « Jordi Mir »- qui se présente comme un ingénieur-consultant et fondateur d’un site de podcasting (entre autres).

http://www.panamza.com/130315-charlie-fredou-cazeneuve

jordi mir

Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, et Jordi Mir, 2009

1...45678...17

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43