Archive | TABOU Flux RSS de cette section

Attentats En France Mal Censurés.

france-565x250 (1)

On n’est à l’abri nulle part !

A l’approche du jour de Noël en France, comme dans les pays sous persécution islamiste, on peut donc se faire égorger dans un magasin, renverser dans la rue aux cris d’« Allah Akbar ».

Mais il ne faut surtout pas dire
que nous sommes en guerre.

Est-ce que chez nous aussi, désormais, l’approche de Noël va être teintée d’anxiété et de peur, parce que cette période augmente le risque d’attentats islamistes contre la population ?

L’un de ces barbus a fait irruption samedi dans un commissariat et poignardé trois policiers en hurlant leur « Allah Akbar » jusqu’à son dernier souffle, avant d’être abattu.
Il avait pris le nom musulman de « Bilal » lors de sa conversion à l’islam.
Son frère, islamiste radical, tentait de partir pour la Syrie comme djihadiste.

Mais pour le ministre de l’Intérieur « Bernard Cazeneuve » cet agresseur de Joué-lès-Tours semble « à la fois très mystérieux et très déstabilisé ».

L’autre barbu, vêtu d’une djellabah, a foncé dans la foule en voiture dimanche soir sur une place de Dijon, percutant onze personnes dont des enfants, toujours aux cris de leur « Allah Akbar » et « Pour les enfants de Palestine ».
De plus en plus mystérieux…

« Bilal » brandissait le drapeau de l’Etat islamique sur sa page « facebook ».
Or, l’organisation terroriste vient d’appeler cette semaine sur les sites djihadistes  à attaquer les intérêts français et les Français en général. L’EI encourage les candidats au djihad à lancer des attaques contre les « infidèles », militaires, policiers ou même civils.
Mais comme le dit un spécialiste télé du djihadisme, « ce ne sont que des coïncidences » !

La panique qui s’est emparée des commentateurs (pas celle provoquée par deux attentats coup sur coup mais celle du padamalgame) en dit long sur l’état d’auto-censure dans lequel sont tenus ces journalistes français qui veulent bâillonner Zemmour.
Le mot d’ordre, c’est que les agresseurs sont des « déséquilibrés » (des déséquilibrés musulmans alors ?).

Toulouse, Le Havre, Joué-les-Tours, Dijon :
Ils ont été perfusés dans les asiles aux sourates du Coran et à la haine de la France.

Le travail des journalistes aujourd’hui comme celui de nos gouvernants ne consiste plus à rendre compte de ce qui se passe ou à l’analyser dans l’intérêt de la sécurité des Français, mais d’abord à défendre l’islam :

« Voyez-vous ce n’est pas ça l’islam. »
L’islam le vrai, le beau, le bien.

Caroline Parmentier

En partenariat avec le quotidien « Présent »
http://fr.novopress.info/  du 23/12/2014

 

Nous Payons Pour Avoir La Vérité !

francedesinfo-300x300

La presse française autorisée
n’est vraiment pas crédible !

Devant une vérité toute simple, attestée dès le début par les victimes de l’agression (victimes assermentées est-il besoin de le rappeler ?), les médias français ont connu une véritable débandade dans le déni, le flou, voire carrément le mensonge, derrière le ministre de l’Intérieur qui n’a rien ménagé pour noyer le poisson, tandis qu’on aurait aimé que la presse fasse son travail, qui est de savoir pêcher la bonne information même en eaux troubles.

À 18 heures le samedi, se fiant sans doute au côté carré de l’affaire dès le départ, « lefigaro.fr », avec la dernière imprudence, envoie un flash spécial sous forme de bandeau indiquant que l’agresseur est un islamiste.

Une demi-heure plus tard,« France Info » n’a toujours pas percuté.
Le chroniqueur parle de rumeurs sur un ton de réprobation, il dit qu’il faut attendre les résultats de l’enquête, il ne parle absolument pas de l’origine de l’agresseur.
Dans l’heure qui suit, la plupart des titres de la presse en ligne procèdent à la même impasse et emploient le conditionnel à propos des cris proférés par l’agresseur, cris attestés rappelons-le par des officiers de police.
Enfin, au journal de 20 heures sur « France 2″ le ministre de l’Intérieur donne le « la » et aucun journaliste n’est encore remonté jusqu’au site internet et à la page « Facebook » de l’agresseur où s’étalent pourtant des professions de foi en faveur de l’Islam combattant, inscriptions assez claires que nous ne connaîtrons que le lendemain soir.
Décidément les rédactions en chef n’ont pas l’internet facile.
Le lendemain, le ministre de l’intérieur nous raconte, la presse toujours étroitement alignée derrière lui, que le personnage était connu des forces de police mais pour des choses sans rapport avec l’islam et qui ne relevaient pas du pénal.
Il consent toutefois à admettre qu’il y ait pu avoir légitime défense.
Trop sympa !

Nous voilà soulagés.
Enfin presque.
Parce que le lendemain, TROIS personnes à bord d’une voiture foncent, en cinq points différents de la ville de Dijon, dans la foule des passants d’après des témoins, aux mêmes cris de « Allah Akhbar ».

La presse, et notamment l’« AFP », parle d’un acte « ISOLE » (trois personnes, cinq tentatives) « probablement issu d’un déséquilibré », et « dont les motifs restent flous » (le cri de guerre ne suffit visiblement pas à l’« AFP »).

Dans le traitement à chaud de ces deux affaires nous voyons quelle confiance nous pouvons avoir en nos médias, et jusqu’où l’institution est capable de se déjuger au point de se méfier de la police dans les cas de bonne foi les plus évidents.
Elles montrent qu’il y a deux classes de suspects en cas d’attentat :
-Ceux auxquels on règle leur compte tout de suite en livrant leur noms (?) et leurs mobiles dès la première heure,
-Et ceux qui restent « présumés agresseurs » jusqu’au dix-huitième jour,
(-ceux qui n’ont « pas de casier pour les faits considérés »,
-ceux qui « manifestent un comportement instable et déséquilibré ».)
(ces derniers ont le profil adopté le plus souvent maintenant, au point qu’il faut s’inquiéter non plus des places disponibles en prison mais de celles en hôpitaux psychiatriques ! pelosse )

La seule différence avec le passé se trouve peut-être dans l’indexation du comportement médiatique par « Google » .
Quand le moment sera venu, les étudiants en communication se pencheront sur cette journée, et les auteurs de “flashes” spéciaux qui ont brandi l’étouffoir avec autant d’impudence pourraient avoir à s’expliquer sur leur conception du métier.

http://www.ojim.fr/  du 23/12/2014

Une seule fois, très brièvement, la radio « Europe 1  » a mentionné que deux passagers de la voiture impliquée étaient descendus, avaient pris la fuite sans qu’on ait pu les intercepter.
Il n’a plus jamais été fait mention d’eux.
Ce n’était donc pas un acte isolé !
Le chauffeur sera reconnu malade mental avec passé à l’appui et les autres courent toujours.
Et ce n’est pas au nom de l’islam de france qui ne veut pas de nos traditions festives de fin d’année ?

Non En France Comme A New-York !

gaz-de-schiste (1)

.Non au Gaz de Schiste.

Pas de gaz de schiste dans l’état de New York !

L’Etat de New York ne veut pas de gaz de schiste sur son territoire à cause d’éventuels risques pour la santé.
L’information fait voler en éclats le cliché des Etats-Unis emballés par le gaz de schiste quand en Europe le sujet fait débat.
En effet, en se prononçant contre le gaz de schiste sur son territoire, l’Etat de New York montre bien que l’exploitation du gaz conventionnel est loin de faire l’unanimité outre-Atlantique.

S’appuyant sur un article du prestigieux New York Times,
« Le Courrier International » souligne l’information :

« Le développement d’une industrie liée au « fracking » avait été présenté comme une source de renouveau économique pour les régions sinistrées proches de la Pennsylvanie, plus à l’ouest, rappelle le quotidien new-yorkais.
Mais les arguments sur les risques de pollution de l’air et des nappes phréatiques l’ont emporté.
« Nous ne pouvons pas nous permettre de faire une erreur »,

a commenté le Docteur « Howard Zucker », commissaire en charge des questions de santé pour l’Etat de New York.

« Les risques sont très importants, et ils ne sont même pas tous connus ». »

Le rôle des institutions

Par ailleurs, on apprend qu’à d’autres niveaux des acteurs locaux s’étaient déjà engagés sur la voix de l’exclusion de l’exploitation du gaz de schiste.
En effet, continue sur son site internet ce magazine français :

« des douzaines de collectivités autour de la ville de New York avaient déjà passé des moratoires et des interdictions sur le « fracking », et la Cour d’appel de l’Etat avait confirmé en juin que ces villes pouvaient appliquer un zonage afin de bannir cette méthode d’extraction.
Compliquant la tache pour de futurs forages.
 »

La décision de l’Etat de New York confirme une précédente interdiction décidée il y a six ans en la prolongeant de sept années.

C’est le deuxième Etat américain à s’engager dans ce sens après le Vermont en 2012, précise « Le Courrier International ».

Jean Camier

http://www.rse-magazine.com/  du 19/12/2014

La France est bien assez bonne pour se laisser polluer, elle, n’est-ce-pas ?
NON ! NON ! NON !
Nos régions ne sont absolument pas d’accord, nous n’allons pas accepter quand vous refusez !

« Les risques sont très importants, et ils ne sont même pas tous connus ». 

Nos Traditions Vont Rester Publiques !

 Creche

La mairie de Béziers peut conserver sa crèche de Noël

Le tribunal administratif de Montpellier (Hérault) a rejeté, ce vendredi, la demande d’enlèvement de la crèche installée à la mairie de Béziers.
Il avait été saisi par un Biterrois et par la Ligue des droits de l’Homme.
En Vendée, au contraire, le tribunal de Nantes (Loire-Atlantique) avait, voilà quelques jours, ordonné au conseil général de retirer la sienne.

crechetradi565x250 (1)

Début décembre, Robert Ménard, le maire de la ville soutenu par le Front national, avait refusé d’ôter cette crèche installée dans le hall de sa mairie malgré une lettre du préfet l’enjoignant de la démonter.

Quelques jours plus tard, l’ex-journaliste fondateur de « Reporters sans frontières » en avait remis une couche en installant, toujours dans les locaux de la mairie héraultaise, un chandelier à neuf branches en vue de marquer la fête juive d’Hanoucca.

Dans un jugement de cinq pages, la juge de Montpellier « Marianne Hardy » a justifié sa décision, concernant la crèche de Noël, par un défaut d’urgence, «en l’absence de circonstances particulières qui auraient pu résulter, notamment, de troubles à l’ordre public».

«Il ne résulte pas de l’instruction, ni des explications apportées à l’audience que la décision d’installer une crèche dans le hall serait de nature à porter» atteinte «aux principes de laïcité et de neutralité»,

écrit-elle.

La crèche de la Nativité est «une atteinte à la laïcité» car elle «symbolise» la naissance du Christ, un événement «au cœur de la religion chrétienne», avait plaidé dans la matinée Maître « Sophie Mazas », avocate des plaignants.
Pour la ville de Béziers, Maître « Raphaële Hiault-Spitzer » avait assuré que cette crèche n’avait «rien de cultuel», mais qu’elle «était culturelle» et ne contrevenait donc pas à la loi de 1905 qui interdit les emblèmes (la croix, le foulard…) ou les signes religieux.

«La requête a été rejetée pour défaut d’urgence.
La question de fond sera donc tranchée d’ici un an au regard des délais habituels de la juridiction», a commenté à la sortie Maître « Sophie Mazas ».

La décision du tribunal administratif de Montpellier est à l’exact opposé de celle du tribunal administratif de Nantes (Loire-Atlantique) qui a ordonné, début décembre, au conseil général de Vendée de retirer la crèche installée dans ses locaux, au nom du respect de «la neutralité des bâtiments publics».
Le conseil général de cette vieille terre de tradition catholique a fait appel.

Par ailleurs, alors qu’était attendue la décision du tribunal de Montpellier, ce vendredi matin c’est à Melun (Seine-et-Marne) qu’une audience était consacrée à une semblable polémique.
Le tribunal administratif avait été saisi par la fédération départementale de la libre pensée dénonçant qu’une crèche trône au sein de la mairie de cette ville au sud-est de Paris à chaque Noël depuis des années.
La décision doit être rendue lundi 22 décembre.

Mais d’ores et déjà le rapporteur a appuyé la requête des libres penseurs.

«D’après les photos au dossier, on observe la présence de rois mages, de la vierge Marie et même d’un bâton des évêques.
La mairie, dirigée par « Gérard Millet » (UMP), évoque dans son mémoire une tradition locale d’installation de crèche qui remonterait au XVIIIe siècle, mais n’en apporte pas la preuve.
Nous sommes bien en présence d’une scène de la Nativité»

a-t-il conclut après avoir rappelé les deux décisions de retrait ordonnées en Vendée et, plus anciennement, dans une commune de l’Oise.

http://www.leparisien.fr/  du 19/12/2014

http://www.dailymotion.com/video/xg7ll2

Les enfants ne sont pas encore « libres penseurs »…ils ont droit à une vie privée !
La crèche de Noël est culturelle, comme celle du hall du Parlement Européen !

Europe Et Maroc Contre Clandestins.

belcaca

L’immigration est un problème pour l’Europe !

L’Europe va payer le Maroc pour lutter contre l’afflux de clandestins !
Alors que la France inaugure en grandes pompes ce lundi après-midi le musée de l’Immigration et que la jeunesse socialiste s’apprête à nous assener une énième campagne (ad nauseam) sur la richesse qu’elle représente pour nos contrées, c’est l’Europe qui prend un curieux contre-pied en forme d’aveu :
Oui, l’immigration (fût-elle clandestine) représente un problème pour l’Europe !

Sinon, pourquoi se déciderait-elle à payer le Maroc pour l’aider à stopper le flux de clandestins subsahariens qui le submerge ?

Petit Rappel

Ces centaines de milliers de migrants se précipitent dans l’espoir de passer en Europe, en prenant parfois tous les risques, d’abord parce que celle-ci (France incluse) représente une formidable richesse et une promesse d’avenir pour eux :
ce n’est pas un crime.
François Hollande s’étonnait il y a peu, au Canada, de ce que la France soit raillée ou se rabaisse elle-même :
eh bien, non, François !
La France représente une formidable richesse pour l’immigration !
Elle est fière de constituer une richesse pour l’immigration !
L’as-tu dit, hier après-midi, lors de l’inauguration ?

L’information est donc parue hier matin (15 décembre) dans l’intégralité de la presse néerlandaise :
L’Europe va payer le Maroc pour lutter contre l’afflux de clandestins (nulle trace pour l’instant dans la presse française).
« Algemeen Dagblad » titrait ainsi :

 « Le Maroc va prendre en charge les migrants de sorte à soulager la pression migratoire que subit l’Union européenne.
En échange, le Maroc recevra des subsides.
L’Union européenne travaille depuis un certain temps déjà sur un programme d’aide à l’intégration des migrants au Maroc. »

(Mazette : en France, le concept même d’intégration est désormais xénophobe !)

Le 27 mars de cette année, « Jeune Afrique » effectuait ce constat alarmant d’un afflux de clandestins vers deux enclaves espagnoles au Maroc, « Ceuta et Melilla » (où j’eus l’occasion de poireauter un week-end de 1992 au poste-frontière, en route vers « Tlemcen », en attendant un visa de transit marocain : « Melilla » n’était pas encore le dramatique cul-de-sac – Sangatte marocain – qu’elle est devenue, mais il régnait déjà un surréaliste marché noir à ciel ouvert à la frontière, loin, bien loin de Marrakech).

L’Europe est comblée de donner ainsi l’occasion au Maroc de bénéficier des bienfaits et des richesses des migrants :
Que ce soit l’occasion, pour le pouvoir et le peuple marocains, de leur exprimer une reconnaissance éternelle pour l’incommensurable richesse de leur apport, exactement comme l’on nous y force ici !
Sauf qu’ici, il n’est PAS question d’intégration !
Mais l’Union européenne affiche pour le coup une inconscience presque criminelle, en condamnant beaucoup d’Africains à subir au Maroc ce racisme que seule l’insondable idiotie utile européenne fait mine d’ignorer.
Que dire, en effet, de cette scandaleuse couverture de « Maroc Hebdo » du 8 novembre 2012 :

« LE PÉRIL NOIR :
Des milliers de Subsahariens clandestins au Maroc.
Ils vivent de mendicité, s’adonnent au trafic de drogue et à la prostitution.
Ils font l’objet de racisme et de xénophobie.
Ils posent un problème humain et sécuritaire pour le pays… »

Quant à « Awa », étudiante guinéenne à l’Institut supérieur du génie appliqué à Casablanca, elle confirme se faire insulter quotidiennement :

« singe »,« négresse »« sale Africaine » ou encore « esclave »

(Slate Afrique, 28/11/2012).

Silvio Molenaar

http://www.bvoltaire.fr/  du 16/12/2014

« Ils vivent de mendicité, s’adonnent au trafic de drogue et à la prostitution »…et en France ?
Bien sur qu’ils font de même mais profitent en plus de nos prestations sociales, du chômage et des largesses offertes par leurs associations.
Que l’inauguration de ce musée soit le glas d’une immigration dont nous ne voulons pas.

Grande Muette Et Feuille de Chou !

Cochon

Tel est pris qui croyait prendre !

« Hervé Ghesquière », ce journaliste qui a été enlevé en 2009 en Afghanistan parce qu’il a voulu à tout prix rencontrer des Taliban au mépris des consignes de sécurité données par l’armée, ne manque pas de toupet au Touquet.

Il a, dans les colonnes des « Échos du Touquet » insulté le lieutenant-colonel et porte-parole des forces françaises en Afghanistan à l’époque des faits, Jackie Fouquereau, et l’a traité de lâche.
Le lieutenant-colonel « Fouquereau » a peu apprécié et a porté plainte en diffamation.
Et  »Ghesquière » a écopé d’une condamnation à 2 000 euros d’amende (avec sursis) pour diffamation bien méritée et le journal à 4 000 euros ferme.

Mais au delà, c’est l’attitude morale – ou immorale – du journaliste, qui pose un sérieux problème, entre l’arrogance, le mensonge et l’ingratitude.

Ingratitude moralement inexcusable vis à vis de l’armée qui les a sauvés
Maître « Jean Ennochi », l’avocat de « Jackie Fouquereau », a d’ailleurs relevé à l’audience que :

« le journaliste n’avait pas mené une enquête sérieuse et qu’il avait tenu des propos extrêmement graves pour un militaire, le traitant de « lâche » »,

dans l’Echos du Touquet.

Bref rappel des faits

  • Avec « Stéphane Taponier », « Ghesquière » était en reportage pour « FR3″ lorsqu’ils ont été kidnappés le 30 décembre sur une route de l’est de l’Afghanistan.
  • Mais quelques jours après leur capture, des rumeurs commencent à faire surface, les journalistes auraient en réalité fait preuve d’une coupable imprudence.
  • Le président Nicolas Sarkozy, confirmant que la rumeur reflétait la réalité, dénonce une « imprudence vraiment coupable », et rappelle qu’« il leur avait été très clairement demandé de ne pas s’aventurer ainsi à cause des risques ».
  • Claude Guéant, alors secrétaire général de l’Elysée dénonce lui une « chasse au scoop à tout prix ».
  • Le 17 janvier 2010, il ajoute que les journalistes font « courir des risques à beaucoup de nos forces armées, qui, du reste, sont détournées de leurs missions principales ».
  • Enfin, le général « Jean-Louis Georgelin », chef d’état-major des armées françaises, tempête que la recherche des deux journalistes a coûté plus de 10 millions d’euros :

    « Nous avons déjà dépensé plus de 10 millions d’euros dans cette affaire …
    Je donne le chiffre parce que j’appelle à la responsabilité des uns et des autres »

    ajoutant que

    « plusieurs soldats seraient morts lors des opérations visant à les secourir ».

  • Ceci sera confirmé par le journaliste « Jean Paul Ney », qui écrira :

    « Hervé, Stéphane, je vais vous faire une révélation: un homme est mort pour empêcher vos ravisseurs de vous faire passer au Pakistan, il s’agit de « Jonathan Lefort », un militaire de 28 ans intégré aux forces spéciales et positionné non loin de la frontière avec le Pakistan.
    Il a donné sa vie pour vous sécuriser, c’est ça le scoop. 
    La moindre des choses Hervé, surtout toi, serait de reconnaitre ton erreur.
    « 

  • Dans un commentaire du « Figaro », une personne qui apporte des détails troublants, affirme même que les journalistes se sont  rendus « sans protection dans une zone à risque contrôlée par les talibans, pour « assurer les talibans de la compréhension et du soutien de la presse et de la gauche française dans leur lutte ».
  • Là encore, « Jean Paul Ney » confirme cette mise en cause, lorsqu’il écrit :

    « Quand on est journaliste sur une zone de guerre, de surcroit embarqué avec des militaires, on évite de ressortir son militantisme et de parler mal à des hommes et des femmes qui risquent leur vie chaque jour, encore une fois Hervé, tu sais très probablement de quoi je parle ».

Pourtant,  »Ghesquière », dans un entretien à l’AFP le 30 juin 2011, assurera n’avoir pris « aucun risque inconsidéré ».

« On n’est pas allés à l’aventurette pour risquer nos vies.(…) On était bien préparés, on a pris le minimum de risques possibles »,

ajoute Hervé Ghesquière.

Et il mentait…

Mensonge ! explique le site « Infodéfense », en publiant un document et un témoignage qui apportent la preuve que les journalistes ont été avertis par un militaire une heure avant leur enlèvement sur la route menant à Tagab.

Lors d’une interview à l’Echo de Touques, « Hervé Ghesquière » déclarait à propos de l’officier Jackie Fouquereau :

« Je l’ai appelé des dizaines de fois, je lui ai laissé des messages, des sms, je suis allé chez lui et j’en suis même arrivé à lui envoyer des lettres en recommandé pour le rencontrer.
Depuis notre retour, il me fuit, « Jackie Fouquereau » est un lâche »

Lors de son procès, il tentera pourtant de soutenir que le terme de « lâche » est :

« à comprendre dans le sens que son acte était lâche car il refusait seulement de me voir et c’était le seul, pas l’homme en tant que tel ».

Et il mentait…

Le juge rejettera cet argument.
Un journaliste travaille avec les mots, et s’il se réfugie derrière une mauvaise connaissance de leur sens pour se défendre, c’est qu’il ment.

« il me fuit, Jackie Fouquereau est un lâche, cela ne veut pas dire son acte était lâche ». 

« J’attends que la justice reconnaisse le bien-fondé de ma démarche.
Je fais confiance à la justice pour pointer les responsabilités des uns et des autres »
,

déclara Ghesquière quelques jours avant l’audience à « l’AFP »..
Pourtant, il cachait le fond de sa pensée…

Et il mentait…

Après la confirmation de sa condamnation, le 8 décembre dernier, il déclare à « La Voix du Nord », avec mépris :

« J’ai l’impression qu’un ex-militaire est mieux entendu par la justice qu’un journaliste. Je le regrette amèrement.
La justice est une affaire d’hommes, elle n’est pas infaillible, elle est juste respectable.
 »

Avant le jugement, Ghesquière a confiance dans la justice.
Et après qu’elle confirme sa condamnation de première instance, il l’accuse d’être partiale et de préférer un ex-militaire à un journaliste ?
Il lui reproche de ne pas être infaillible ?

De toute évidence,  »Ghesquière » est trop déformé par la façon dont il pratique son métier, où la désinformation des faits, les approximations tendancieuses et les contre vérités font partie de l’équipement du militant.
Trop habitué à ne jamais rendre de compte de ses écarts avec la déontologie, « Ghesquière » a cru que la justice serait sa complice.

« Jackie Fouquereau » a déclaré, en prenant connaissance de l’arrêt en appel :

« C’est la fin d’une longue épreuve.
C’est la victoire de la vérité sur le mensonge. »

Affirmatif !

Rémi Fayard pour « Dreuz.info »

http://www.dreuz.info/  du 15/12/2014

Notre Vieille Terre Se Fâche !

java-(1)300x195

Glissement de terrain  meurtrier en Indonésie.

Les équipes de secours en Indonésie continuaient de chercher des survivants dans la boue lundi, trois jours après un glissement de terrain sur l’île de Java qui a fait 51 morts, selon un nouveau bilan officiel.

De plus, 57 villageois sont toujours portés disparus après les pluies torrentielles qui ont provoqué le glissement de terrain ayant tout emporté sur son passage vendredi soir dans la commune de Jemblung. Les chances de retrouver des survivants sont minces, a le porte-parole de l’Agence nationale des catastrophes naturelles, Sutopo Purwo Nugroho.
Un précédent bilan faisait état de 39 morts et 69 disparus.

« Nous nous attendons à retirer davantage de corps de la boue d’ici à la fin de la journée »,

a ajouté Sutopo.
Plus d’un millier de secouristes, parmi lesquels des soldats et des policiers, poursuivaient leurs travaux d’excavation avec des bulldozers, des pelles et à mains nues dans les immenses tas de boue rouge qui se sont accumulés dans le village dévasté, situé dans une vallée entourée de collines et de forêts.

« Nous prions et espérons pouvoir secourir certains des disparus, mais les chances sont minces »,

a observé Sutopo.
Peu après la catastrophe, les efforts des secouristes ont été gênés par des pluies diluviennes, mais la météo s’est améliorée depuis dimanche.

Les glissements de terrain sont fréquents pendant la saison des pluies en Indonésie, pays d’Asie du Sud-Est au climat tropical.
Près de la moitié des 250 millions d’habitants vivent dans des zones propices aux glissements de terrain.

Le plus grand archipel du monde est également affecté régulièrement par des séismes et des éruptions volcaniques.

Avec A.F.P.

http://www.lefigaro.fr/  du 15/12/2014

Et nous sommes encore et toujours bassinés par cette « dèche » d’islam !
Ceux qui font la plus grande propagande pour elle sont encore nos journaleux boutonneux qui ne parlent même pas de nos conditions de vie, de l’évolution d’Ebola, de toutes ces catastrophes naturelles engendrées par la bêtise de certains qui se croient les plus intelligents !

Adieu C.N.N., Bonjour Sputnik !

sputnik-300x174

Un grand média russe POLYGLOTTE est mis sur orbite.

La chaîne de télévision américaine CNN a annoncé qu’elle cesserait de diffuser ses programmes en Russie à la fin de l’année.

Comme par hasard vient de se créer « Sputnik » !

Le groupe multimédia « Sputnik » (site), une grande marque médiatique avec des centres multimédias modernes dans des dizaines de pays, a  commencé à fonctionner le 10 novembre sur le marché mondial des communications de masse.

Chaque bureau de « Sputnik » dans les capitales les plus importantes du monde entretient un site et diffuse par l’intermédiaire de radios locales.
Dès 2015, la radiodiffusion de Sputnik dans 30 langues du monde dépassera 800 heures par jour dans 130 villes du monde.
Le contenu exclusif de « Sputnik » est destiné à des milliards d’auditeurs qui sont las de propagande obsessionnelle d’un monde unipolaire et qui ont besoin d’avis alternatifs.

« Sputnik » dans un monde multipolaire
« Sputnik » montre une image plus complète du monde et la diversité des opinions dans celui-ci.
« Sputnik » raconte ce que des autres taisent.

« Certains pays imposent leur volonté à l’Ouest ainsi qu’à l’Est.
Du sang coule, des guerres civiles éclatent, des « révolutions de couleur » surviennent et même des pays se désintègrent partout où ils s’ingèrent.
L’Irak, la Libye, la Géorgie, l’Ukraine, la Syrie …
Beaucoup comprennent déja qu’il ne faut nécessairement pas aider les Américains à le faire. »

La Russie propose un modèle de monde au profit de l’humanité.

« Nous sommes pour un monde polychrome et multipolaire et nous avons nombre d’alliés dans ce domaine, et c’est pour ça que notre groupe média lance la nouvelle marque mondiale Sputnik »,

dit le directeur général de l’Agence d’information internationale « Rossiya Segodnya », « Dmitri Kisselev ».
« Sputnik » montre un monde multipolaire où chaque pays a ses intérêts nationaux, sa culture, son histoire et ses traditions à lui.

« Dans ce monde, le Japon est japonais, la Turquie est turque, la Chine est chinoise et la Russie est russe dans l’optique de notre civilisation multiethnique.
Nous ne demandons à personne de vivre selon les règles russes, nous estimons que chacun a le droit à son propre monde de vie et que ce monde est basé sur le droit international.

La modification actuelle de l’ordre mondial s’effectue à notre profit, au profit de l’humanité.
Nous ne sommes pas un média d’opposition pour les pays dans lesquels nous travaillons, nous maintenons de bonnes relations avec tout le monde »,

a conclu « Kisselev ».

Le concept de la radiodiffusion de « Sputnik »
La radiodiffusion de « Sputnik » est orientée uniquement sur les auditeurs étrangers.

« L’Agence a radicalement modifié le concept de ses activités.
Si auparavant toutes les stations radio émettant en langues étrangères fonctionnaient à Moscou, maintenant la majeure partie de nos émissions radio et de nos sites sera produite dans les pays de destination »,

dit Kisselev.

« Il nous est évident qu’il n’est pas fructueux de tenter d’émettre en différentes langues depuis Moscou et de chercher à s’attirer ainsi des auditeurs dans d’autres pays.
Les gens qui travaillent à Moscou ne peuvent pas connaître tout aussi bien qu’à l’étranger les réalités locales ni inviter au studio des vedettes de l’actualité et des experts locaux »,

déclare pour sa part « Margarita Simonian », rédactrice en chef de « Rossiya Segodnya ».

Les ressources multimédias de « Sputnik »
« Sputnik » détient un créneau unique de fournisseur d’actualités alternatives et de radiodiffuseur à la fois.
Dans chaque pays concerné, « Sputnik » constituera un centre multimédia qui comprendra une station radio pour auditeurs locaux, un site, une agence d’information qui créera du contenu exclusif ainsi qu’un centre de presse.

« Les centres multimédias créeront différents projets simultanément.
Il s’agit du lancement de nouvelles émissions, soit un show médiatique et humoristique, soit un show analytique, soit des votes sur un site ou bien des entretiens en direct avec des experts mondiaux.
De toute façon, il importe que tout le contenu unique puisse être accessible à différents types d’auditeurs locaux »,

dit « Margarita Simonian ».
La radio n’entend émettre que dans les formats modernes :
En bande FM, dans les formats numériques DAB/DAB+ (Digital Radio Broadcasting) et HD-Radio ainsi que sur des téléphones portables et sur Internet.
La radiodiffusion doit gagner considérablement en ampleur au bout d’un an et s’effectuer vingt-quatre heures sur vingt-quatre à moyen terme.

« De nombreux pays ont proposé de retransmettre les émissions de « Sputnik » par des stations radio FM locales.
Ils ont témoigné eux-mêmes de l’intérêt pour le nouveau contenu sur leur marché médiatique et ils diffuseront à leur propre initiative nos émissions.
Nous espérons que le réseau régional de « Sputnik » s’étendra avec l’avènement d’une nouvelle marque et avec l’amélioration simultanée de la qualité des émissions »,

a noté la rédactrice en chef de « Rossiya Segodnya ».
La radiodiffusion sur Internet se développe activement elle aussi.
Dans les pays où travaille « Sputnik », les sites doivent se renouveler vingt-quatre heures sur vingt-quatre et les informations les plus importantes doivent être diffusées dans les réseaux sociaux en attirant leurs propres auditeurs.
Des informations paraissent en continu sous la marque « Sputnik » en anglais,n en espagnol et en arabe. Elles sont diffusées par souscription et elles sont orientées sur les médias professionnels, les milieux d’affaires, les experts et les institutions publiques.
Les bureaux régionaux fonctionnent en mode 24/7 pour diffuser des nouvelles en continu à Washington, au Caire, à Pékin et à Montevideo.
Le service photo de « Sputnik » regroupe un réseau de photo-reporters à travers le monde.
Les photos seront gardées dans une base commune pour assurer un échange rapide d’informations entre les centres régionaux.

Les langues de la radiodiffusion
« Sputnik » crée son propre contenu multimédia et émet dans les langues russe, abkhaze, azérie, anglaise, arabe, arménienne, géorgienne, persane, espagnole, kazakhe, tataro-criméenne, kirghize, chinoise, kurde, lettone, moldave, allemande, tadjique, polonaise, portugaise, pachtoue, serbe, turque, ouzbèque, ukrainienne, finnoise, française, hindoue, estonienne et japonaise.

Qui émet de la part de « Sputnik »
Les centres multimédias de « Sputnik » sont situés à Londres, Washington, New Delhi, au Caire, à Montevideo, Pékin, Berlin, Rio de Janeiro, Istanbul, Paris, Buenos Aires, Belgrade, Helsinki, Minsk, Kiev, Tachkent, Astana, Bichkek, Douchanbé, Soukhoum, Tskhinval, Tbilissi, Erevan, Bakou et Chisinau.
Le personnel de chacun de ces centres compte de 30 à 100 personnes et son noyau est constitué de professionnels locaux.

« Sputnik » en tant que norme de qualité
L’agence « Sputnik » est une nouvelle norme de qualité des médias pour les pays où elle fonctionne.

« Sputnik est un média mûr, moderne et très actuel qui se distingue surtout des autres médias par le choix des thèmes, le point de vue et la conception du monde »,

explique Margarita Simonian.

http://www.delitdimages.org/  du 14/12/2014

Emeute Chez Nos Voisins Suisses.

suisse (1)

Une manifestation « autonome » interdite dégénère à Zurich.

Des activistes issus de la gauche autonome ont affronté la police dans la nuit de vendredi à samedi à Zurich.

Une violente manifestation, non autorisée, a éclaté dans la nuit de vendredi à samedi à Zurich.
Les polices municipale et cantonale ont dû utiliser la force pour maîtriser les quelque 200 casseurs issus de la gauche autonome.

Les émeutiers, masqués et armés de barres de fer, ont détruit de nombreuses vitrines, pillé des magasins, mis le feu à des voitures et à des conteneurs.
Ils ont « délibérément attaqué » les forces de l’ordre, écrit samedi la police.

Les policiers ont été visés par des jets de pierres et d’engins pyrotechniques.
Ils ont répliqué à coups de balles en caoutchouc et de canons à eau.
Sept agents ont dû être hospitalisés pour des blessures aux yeux et aux oreilles.

Les violentes manifestations ont fait plusieurs centaines de milliers de francs de dégâts matériels. La police n’a pas fait état d’éventuels blessés dans les rangs des activistes.

Quatre manifestants, âgés de 20 à 36 ans, ont été arrêtés.
Deux sont de Suisse, un du Liechtenstein et le quatrième du Royaume-Uni.
Ils sont accusés d’émeute et de dommages à la propriété.

http://www.rts.ch/  du 13/12/2014

Pas de boucles sur « France Télévisions », à peine quelques entrefilets vite glissés, pas grand chose dans la presse écrite, il faut dire que les casseurs en ont été et vont en être pour leurs frais !
Mais que faisaient ces étrangers au milieu ?
La Suisse n’est pas Européenne, pourquoi venir y mettre la pagaille ?

La Crèche Est Officielle En Europe.

couronne-(1)300x168

Crèche de Noël
au Parlement Européen.

Une magnifique crèche de Noël, de grande taille, a trouvé sa place dans l’espace officiel du Parlement Européen, au milieu d’un hall central de l’institution européenne.
A 16h30, ce mardi 9 décembre, le député européen Mario Borghezio a accueilli les personnes invitées à assister à l’inauguration de cette crèche de Noël.
Des eurodéputés, des assistants parlementaires et des fonctionnaires européens, ainsi que quelques invités extérieurs, étaientprésents.

 

noel-parlement(1)

 

« Alain Escada », président de « Civitas », a brièvement pris la parole pour rappeler que cet Enfant-Jésus au centre de la crèche est appelé à régner sur les Nations et que tout pouvoir vient de Dieu.

En ce centenaire de la mort de Saint-Pie X, le président de « Civitas » a cité devant les eurodéputés ces paroles célèbres du souverain pontife :

“La civilisation n’est plus à inventer :
Elle a été, elle est, c’est la civilisation chrétienne, c’est la cité catholique.
Il ne s’agit que de l’instaurer et de la restaurer sans cesse sur ses fondements naturels et divins”.

Image de prévisualisation YouTube

Ensuite, Monseigneur « Bernard Fellay » a procédé à la bénédiction de cette crèche de Noël.
Puis, à son tour, le Supérieur général de la « FSSPX » s’est adressé aux présents.

« C’est là que tout a commencé, dans la crèche.
Il est donc normal que les dirigeants de l’Europe rendent hommage à ce Dieu qui vient au milieu des hommes pour les sauver, Lui qui est le Roi des Rois.
Car rappellons-nous ce que disait dit le cardinal Pie :

« si le moment n’est pas venu pour Jésus-Christ de régner, alors, le moment n’est pas venu pour les gouvernements de durer. »

Par la bénédiction de cette crèche, l’Eglise va lier cet endroit à la grâce du Bon Dieu.
Ce petit endroit va devenir un sacramental et profiter à tous ceux qui viendront se recueillir ici. »

 

creche-de-noelgrande

 

Les ayatollahs de la laïcité ont vu dans l’Enfant-Jésus un nouvel ennemi à chasser.
Pour ces fondamentalistes laïcistes, Noël n’est plus la célébration de la Nativité mais une simple fête consumériste et athéiste autour d’un gros bonhomme habillé de rouge et popularisé par un soda d’une multinationale américaine.
Mais la réaction du pays réel n’a pas tardé.
La crèche de Noël est devenue l’emblème de la résistance à l’antichristianisme.

Le mercredi 17 décembre à 20h, « Civitas » vous invite à une veillée de Noël – avec une belle crèche de Noël – aux abords du siège de la « Libre Pensée », dans le cinquième arrondissement de Paris.

Le lieu exact du rassemblement sera précisé très prochainement.

Réservez déjà votre soirée !

http://civitas-institut.com/  du 10/12/2014

Si notre président parle devant le drapeau Français ET le drapeau Européen, la crèche Européenne ne peut plus être refusée dans nos municipalités maintenant !
Bien sûr, la presse autorisée n’en a rien dit !

Au Nom De Quel Amour, Quelle Paix ?

pas-en-mon-nom-211x300

Une propagande  bling-bling
pour le « djihad » !

Les terroristes musulmans de la « Dèche » ont accès à un équipement très couteux et ont des cinéastes professionnels.
« L’Etat Islamique » a mis entre 4 et 6 heures pour réaliser sa vidéo de décapitation de 22 soldats syriens et a utilisé un équipement qui coûte autour de 200.000 $, comme la démontré une nouvelle analyse du « Consortium d’Analyse et de Recherche du Terrorisme » (TRAC)  basé aux États-Unis et la « Fondation Quilliam » au Royaume-Uni.

La vidéo intitulée “Les mécréants qui Le méprisent”, a été réalisée le 16 novembre et dure près de 16 minutes.
Elle montre la décapitation simultanée des soldats syriens par 22 bourreaux de la « Dèche », tous étrangers, dont le Français « Maxime Hauchard »(bourreau), ainsi que le meurtre de l’humanitaire américain « Peter Kassig ».

Les analystes expliquent que la lumière et les ombres révèlent que cette vidéo a été tournée avec de multiples prises pendant plusieurs heures.

Pratiquement tous les tueurs – d’appartenances ethniques et de  nationalités différentes – sont à visages découverts et potentiellement identifiables, bien que seul « Maxime Hauchard », un français converti à l’islam, soit authentifié à ce jour.
Les tueurs semblent  menés par le personnage connu comme étant “Jihadi John,” un britannique masqué sans doute déjà responsable des décapitations de James Foley, Steven Sotloff, David Haines, Alan Henning et Peter Kassig et de deux soldats syriens non identifiés.

Veryan Khan, une chercheuse du   »TRAC » a analysé la vidéo plan par plan.
Elle pense que ce court métrage a eu un réalisateur, un producteur et que le scénariste peut même avoir utilisé un storyboard comme pour des films conventionnels.
La vidéo a été probablement produite en utilisant la Technologie Avide, un programme de pointe qui coûte au moins 200,000 $ avec plusieurs cameras Haute Définition.

« Khan » dit que les bourreaux ont été choisis selon des qualités cinématographiques, leur physique leur allure martiale.
Elle indique que ces hommes ont une certaine sorte d’esthétique, ils sont plutôt beaux, propres et semblent avoir déjà répété leur rôle.
Le fait qu’ils viennent du  monde entier est destiné à illustrer la large portée du califat auto-proclamé de la « Dèche », ajoute Madame « Khan ».

Les chercheurs estiment que cette vidéo est destinée à des recrues potentielles.
Ces combattants désirent probablement :

“jouir de l’infamie internationale, les transformant ainsi en héros de média sociaux comme « Jihadi John » et seront des atouts pour la propagande future.
Sur Twitter les supporters de la « Dèche »  utilisent déjà les photos des bourreaux comme leurs avatars”
.

Les analystes indiquent aussi que les bourreaux se sont lavés entre le tournage des meurtres et des scènes de post-exécution, une autre indication du travail impliqué dans la production du film.

L’approche médiatique centrale de « l’Etat Islamique »  est de montrer son invincibilité.
Mais malgré ce travail professionnel, les analystes ont remarqué des incohérences dans les images qui pourraient permettre d’obtenir une empreinte médico-légale spécifique des assassins et nous rapprocher des responsables les plus hauts placés dans l’appareil de « l’Etat Islamique ».

Source : « Times Magazine »

http://fr.novopress.info/  du 10/12/2014

C’est Donc Le Règne De L’ Arbitraire.

terreur-(2)

La démocratie, ce n’est pas pour le peuple, pour Anne Demians !

L’autre jour, sur le plateau de « Ce soir (ou jamais !) », une « architecte » intervenait autour du vif débat, sanctionné par un vote de refus du Conseil de Paris, concernant le projet de construction d’une imposante tour dans le quartier de la Porte de Versailles, XVe arrondissement de la capitale.
La tour Triangle, baptisée ainsi eu égard à sa forme, devait mesurer 180 mètres et être le troisième édifice le plus haut de la ville, après les tours Eiffel et Montparnasse.
(source : Wikipedia)

L’architecte en question, Anne Démians, face au refus passéiste des habitants et des élus, eut alors une de ces phrases « formidables » qui en disent plus long sur les élites – au sens large du terme – que n’importe quel discours.
Elle prenait comme exemple Louis XIV, qui n’avait eu besoin d’aucune autorisation pour le château de Versailles.

Il fallait oser !

Convoquer, dans une République, le monarque absolu par excellence et ensuite expliquer « doctement » que certaines questions d’architecture n’étaient pas du ressort de la populace, voilà ce qui me fit dresser la cocarde !
On aurait pu décliner cette affirmation à toutes les sauces et considérer que la valetaille que nous sommes n’était bonne qu’à élire çà et là des candidats idéologiquement conditionnés et sortis du même moule.
Rappelons que l’émission s’intitulait :
« Trop de démocratie tue la démocratie (ou le contraire) ? »

Par A+B, nous avions là une démonstration de ce que signifie ladite démocratie pour les hommes et les femmes des hautes sphères, lesquelles n’aiment pas beaucoup que l’on fourre notre nez plébéien dans leurs affaires.

Vous me direz, il ne s’agissait là que d’une tour.
Mais une tour en cache bien d’autres, et nous ne devons pas nous leurrer lorsque des élus clament les vertus du référendum.
Voter, d’accord !
Seulement, si nous n’allons pas dans le sens qu’il faut, on passera outre nos décisions.
Ainsi que l’explique si bien « Eric Zemmour » dans son dernier essai, les Français avaient rejeté le traité de Constitution européenne en 2005.
Qu’à cela ne tienne, le traité simplifié de Lisbonne, identique au précédent mais en plus court, fut adopté en décembre 2007 par l’Assemblée nationale, qui autorisait ainsi le Président de la République à le ratifier.
Et, pour citer Zemmour :

« Le souverain peuple avait vécu.
L’Europe aristocratique d’hier et l’oligarchie technocratique d’aujourd’hui tenaient enfin leur revanche sur ces incorrigibles Français. »

Le référendum, modèle de démocratie directe voulu par de Gaulle dans la Ve Constitution, n’est désormais plus qu’un os à ronger.

Et pour des questions aussi sensibles que le mariage pour tous ou, soyons audacieux, l’immigration, confier la décision à un peuple dont on redoute la réponse, c’est hors de question, quand bien-même on l’ignorait par la suite : ce serait trop voyant !

Idem pour la politique :
Les anciens des grandes écoles ne sont pas prêts à céder la place à des citoyens de la vraie vie. Parfois, tout de même, des « René Monory », ancien garagiste, parviennent à faire carrière, mais bien encadrés :
Il ne s’agirait pas que la méritocratie se substitue à la courtisanerie !

Madame Démians avait finalement raison :
C’est bien la cour de Louis XIV et pas la République qui est devenue le modèle référant.
Les favorites peuvent interpeller des représentants de l’ordre afin de se frayer un passage parmi la plèbe.
Tout de même, elles sont : « la fiancée du Président ! »
Les sites contestataires peuvent être supprimés, ou menacés de l’être, sur simple lettre de cachet, si telle est la volonté des régnants.
Quant à admonester « Facebook » et les fournisseurs d’accès s’ils n’aident pas mieux les autorités dans la lutte contre les recruteurs « djihadistes », certainement pas :
Il y a derrière ces « agités » des familles d’électeurs bien dociles, pour l’instant !

« Françoise Giroud » avait vu juste en donnant à son livre, consacré aux amours secrètes d’un chef de l’Etat français, le titre suivant : Le Bon Plaisir.

Mais puisqu’ils jouent à l’Ancien Régime, jouons de notre côté à 1793 :

la terreur changera de camp…
pour une fois !

Charles Demassieux

 

terreur-(1)176x300

http://ripostelaique.com/  du n° 385,  le 10/12/2014

Nouvelle Condamnation Pour France2.

mireille-mathieu-300x137

France Télévisions ne s’en vante pas !

Mireille Mathieu a fait condamner France Télévisions en diffamation pour des propos diffusés en septembre 2012 dans l’émission «  On n’est pas couché « , relatifs aux déclarations de la chanteuse à la télévision russe sur les « Pussy Riot », selon un jugement.

France Télévisions et son PDG « Rémy Pflimlin » ont été condamnés mercredi ensemble à lui verser 5.000 euros de dommages et intérêts et 4.000 euros pour les frais de justice.

Mireille Mathieu demandait au total 100.000 euros de dommages et intérêts.

A l’origine du procès, des réactions dans l’émission de « France 2″ à des déclarations de la chanteuse à la télévision russe au sujet de la condamnation des « Pussy Riot » à deux ans de camp de travail pour une « prière punk » contre le président russe Vladimir Poutine.

Mireille Mathieu avait été raillée, sur la base de propos diffusés par la télévision russe, dans lesquels elle jugeait ces « jeunes filles un peu inconscientes » et qualifiait de « sacrilège » le fait d’avoir d’avoir choisi la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou pour protester.

Le chanteuse avait ensuite expliqué dans un communiqué que son interview avait été coupée au montage, ce qu’avait reconnu la télévision russe, et qu’elle avait aussi réclamé l’indulgence à l’égard des « Pussy Riot » en déclarant:

« Mais étant femme, artiste et chrétienne, je souhaite la clémence ».

Les propos tenus dans « On est pas couché » le 8 septembre – émission enregistrée après la diffusion du communiqué – notamment par l’animateur « Laurent Ruquier » et ses chroniqueurs n’en ont pas tenu compte, dit la 17e chambre du tribunal de grande instance de Paris.

Les juges soulignent que les propos tenus dans les émissions des 8, 22 et 29 septembre 2012 l’ont été « avec la plus grande légèreté et une absence caractérisée de prudence dans l’expression ».

S’y ajoute « une évidente malveillance à l’encontre de Mireille Mathieu, dans le but de la discréditer aux yeux du public, et ce au mépris de la vérité au moyen d’une dénaturation des faits qui ne saurait aucunement être légitimée par un droit à l’humour » invoqué en défense.

http://www.jeanmarcmorandini.com/  du 08/12/2014

 

§§§§§§§§§§

laurent-ruquierjpg-200x300

Laurent Ruquier condamné en diffamation

« Une évidente malveillance dans le but de discréditer, aux yeux du public, et ce au mépris de la vérité, au moyen d’une dénaturation des faits qui ne saurait aucunement être légitimée par un droit à l’humour»,

Ont conclu les juges au sujet de propos tenus dans l’émission de Laurent Ruquier.

Quel juste résumé, en quatre lignes de l’essence même de cette émission qui fait appel à un des bas instincts de l’homme :
Se moquer du faible, attendre qu’il chute, et une fois à mis à terre, l’enfoncer encore.
Tout cela caché dans l’anonymat d’une masse moutonneuse et protectrice.

J’ai toujours considéré l’émission de Laurent Ruquier « On n’est pas couché », pour ce qu’elle est vraiment :
Une police politique portant un nez de clown.

L’émission consiste, sous couvert d’humour et de gros rire, et quelques fois de réparties de qualité, à détecter les dissidents, les politiquement incorrects, à les inviter dans l’émission – qui est enregistrée pour organiser à dessein ce qui sera diffusé – et de les casser, les humilier, les briser menus, pour tenter, quelques fois avec succès, de les détruire médiatiquement, socialement, et finalement, les dissuader à l’avenir, de désobéir à la pensée unique.

C’est Mireille Mathieu, qui a intenté et gagné le procès en diffamation contre « On N’est Pas Couché » et « Ruquier », mais chaque invité humilié, s’il avait déposé plainte, aurait gagné pour les mêmes motifs :
C’est le format et l’esprit de l’émission qui a été dénoncé par la justice, pas une exception pour « Mireille Mathieu ».

Mais les conclusions des juges ont valeur générique.
C’est l’émission dans son entier qui « méprise la vérité au moyen d’une dénaturation des faits qui ne saurait être légitimée par un droit à l’humour ».

Nos lecteurs ont la même opinion que la justice, ils considèrent « Aymeric Caron » comme celui qui a le plus violé l’éthique du journalisme.

La seule fois où il m’a cité, il s’est appuyé sur une thèse négationniste pour me contredire.
Ca ne fait pas une bonne moyenne et c’est moi qui ait bien ri.

L’émission de « Ruquier » est destinée à un public nerveux de voir le trapéziste s’effondrer sans filet sous leurs yeux.

« Ruquier » choisit les trapézistes qui devront tomber, « Caron » leur retire le filet, le public trié pour rire rit.
Sera-t-il affecté de cette condamnation ?
A constater « l’immense » couverture médiatique, le filet a été prévu… pour « On N’est Pas Couché

Jean-Patrick Grumberg pour « Dreuz.Info ».

http://www.dreuz.info/  du 09/12/2014

Pas De Turquie Dans Notre U.E. !

 europe (1)

La Turquie musulmane s’affiche  bien christianophobe !

En Turquie les catholiques n’ont pas le droit de créer une association, d’être propriétaire ou d’ouvrir un compte.

Alors que les musulmans en France jouissant de tous les droits élémentaires crient souvent à la discrimination, il es bon de rappeler la condition des catholiques en terre d’islam.

Monseigneur « Louis Pelâtre » vicaire apostolique d’Istanbul était interrogé par « La Croix » du 30 novembre 2014 :


Turquie

 

Voir aussi l’excellent documentaire d’Arte sur l’islamisme d’état en Turquie.

La Turquie  transforme les plus vieilles églises du pays en mosquées, vient de confisquer les terres du monastère de « Mor Gabriel » (IVème siècle) et refuse catégoriquement la réouverture du séminaire orthodoxe de « Halki ».

Les missionnaires chrétiens sont arrêtés et expulsés, alors que la Turquie envoie ses imams faire du « prosélytisme » en France.

D’ailleurs un Campus islamique turc vient d’ouvrir à Strasbourg comprenant collège et lycée.

L’UMP comme le PS ont voté les milliards de crédit d’adhésion de cet état christianophobe dans l’Union européenne.

 

http://www.islamisation.fr/  du 02/12/2014

Il Ne Faut Sans Doute Pas En Parler.

coq-autruche-300x185

Les Guyanais sont-ils des racistes anti-blancs ?

Le 26 octobre dernier, vers 5 heures du matin, une altercation éclate entre des soldats hexagonaux et des « autochtones » dans une discothèque de Kourou, Guyane Française.
Un des civils, qui avait tenté de dérober de l’argent aux militaires, prend alors la fuite, poursuivi par les soldats.

Le fuyard va être récupéré à bord par un couple en 4×4.
La conductrice du 4×4 expliquera que le fuyard, lui criera en montant :

« Shoote-les ! »

Alors elle fonce dans le tas et percute deux soldats de 35e RAP de Tarbes.

S’étant arrêtée un peu plus loin, elle passe le volant à son compagnon.
Ce dernier – sous les encouragements d’une foule d’« autochtones » – fait demi-tour et revient rouler, à plusieurs reprises, sur les deux blessés.
L’un des deux, bassin et thorax écrasés, est mort le 30 octobre à l’hôpital de Cayenne.
Le second est grièvement blessé.
Les deux occupants du 4×4 ont été mis en examen pour « tentative de meurtre » (une tentative réussie en ce qui concerne une de leurs deux victimes…) et placés en détention.
Le procureur de la République de Cayenne, Ivan Auriel, explique que l’écraseur dit avoir « involontairement » roulé sur les paras gisant au sol…
L’enquête devra déterminer si c’est le choc initial avec le 4×4 ou le fait qu’on lui a roulé dessus qui a provoqué la mort du soldat, un homme âgé de 35 ans et père de deux enfants.
Brigadier-chef au 35e régiment d’artillerie parachutiste de Tarbes, il servait à Kourou pour assurer la protection du centre spatial.
Imaginons un seul instant que ces deux paras aient, involontairement ou pas, écrasé deux « autochtones ».
Les médias n’auraient pas eu assez de mots et les chaînes télé pas assez de temps d’antenne pour fustiger cet abominable « crime raciste ».

Là, ce ne sont « que » deux Blancs qui ont été lynchés.
Pas de quoi en faire un fromage…

Au 35e RAP, à Tarbes, régiment auquel appartenaient les deux victimes, on ne souhaite pas faire de commentaires.
Ce doit être ce qu’on appelle la « grande muette ».
« Grands muets » aussi le gouvernement français et son ministre de la Justice, la Taubira, ex(?)-indépendantiste guyanaise, si rapide pourtant quand il s’agit de dénoncer le racisme même là où il n’existe pas.
On comparera l’omerta observée sur ce lynchage raciste et le tam-tam autour de la mort – accidentelle – de Rémi Fraisse, bolcho vert-rouge, mort avec laquelle on continue de nous bassiner plusieurs jours après ce malheureux accident avec, en renfort, des manifs de lycéens acnéeux.
Pour ce para français, père de deux enfants, pas de mobilisation médiatique, pas de minute(s) de silence, pas d’indignations de députés, pas de cris d’orfraie.
Le silence total.
Un silence de mort.
C’est à l’aune de telles choses que l’on peut mesurer le « deux poids deux mesures » d’une France aux liens.

Source : n° 8239 de Présent du 26/11/2014

Gaïa

http://www.dreuz.info/  du 01/12/2014

La France Aussi Est Gangrenée.

CIA

La « C.I.A. »  influence et corrompt
toute la presse Européenne

Selon « Udo Ulfkotte« , ancien du « Frankfurter Allgemeine Zeitung », cette manipulation à grande échelle est pilotée tout droit des États-Unis via la « CIA » avec pour but, ni plus ni moins, que de mener l’Europe dans une guerre contre la Russie.

Délire complotiste ?

Sauf que Monsieur « Ulfkotte » n’est pas n’importe qui.
Ancien conseiller du gouvernement « Helmut Kohl », il est membre du « German Marshall Fund », a fait partie de la Fondation « Konrad Adenauer » de 1999 à 2003 et a été le cofondateur d’un mouvement de paix contre l’extrémisme islamique en Allemagne.
Il a également remporté le prix civique de la Fondation « Annette Barthelt » en 2003.

C’est dans un récent livre, disponible uniquement en Allemand et intitulé « Gekaufte Journalisten (journaliste achetés) » qu’il a décidé de briser « l’omerta ».
L’ouvrage est actuellement en tête des ventes sur « Amazon.de ».

Pour la télévision russe internationale « RT », celui-ci explique qu’il a été « éduqué à mentir, à trahir, et à ne pas dire la vérité au public ».
Devant l’accélération des événements et la montée des tensions avec l’est, le journaliste a décidé de sortir de son silence.
Très inquiet d’une nouvelle guerre en Europe, il explique :

« Il y a toujours des gens derrière qui poussent à la guerre, et ce ne sont pas seulement les politiciens, ce sont les journalistes aussi ».

« Ulfkotte » va même jusqu’à assurer, à partir de sa propre expérience, que beaucoup de journalistes et de correspondants sont directement suivis par la « CIA », jusqu’à servir d’espion.

« J’ai été une “couverture non officielle”.

La couverture non officielle, ça signifie quoi ?
Cela signifie que vous travaillez pour une agence de renseignement, vous les aidez s’ils veulent que vous les aidiez, mais jamais, au grand jamais […] lorsque vous êtes attrapés, lorsqu’ils découvriront que vous n’êtes pas seulement un journaliste mais également un espion, ils ne diront jamais :
“celui-ci était l’un des nôtres” », raconte-t-il.

Parlant de son pays, l’Allemagne, il explique :

« nous sommes encore une sorte de colonie américaine, et, étant une colonie, il est très facile d’approcher les jeunes journalistes au travers des organisations transatlantiques »,

auxquelles appartiennent de nombreux hommes de presse.

« Ce que font ces organisations transatlantiques, c’est de vous inviter pour voir les États-Unis, ils paient pour cela, ils paient toutes vos dépenses, tout.
Ainsi, vous êtes soudoyés, vous devenez de plus en plus corrompus, parce qu’ils font de vous de bons contacts »,

poursuit-il.

Et ce phénomène ne se limite pas à l’Allemagne.
Pour Monsieur « Ulfkotte » :

« c’est plus particulièrement le cas avec les journalistes britanniques, parce qu’ils ont une relation beaucoup plus étroite »,

mais aussi avec les journalistes israéliens.
En France, l’emprise américaine est, selon lui, plus limitée sur le monde de la presse.

« Il y a de nombreux pays où ça se passe, où vous trouvez des gens qui déclarent être des journalistes respectables, mais si vous regardez plus derrière eux, vous découvrirez que ce sont des marionnettes manipulées par la CIA »,

ajoute l’ancien rédacteur en chef du « Frankfurter Allgemeine Zeitung ».

Et celui-ci de citer une anecdote.
Un jour, les renseignements allemands lui demandent d’écrire un article contre le président libyen Mouammar Kadhafi.

« Je n’avais absolument aucune information secrète concernant le colonel « Kadhafi » et la Libye.
Mais ils m’ont donné toutes ces informations secrètes, et ils voulaient juste que je signe l’article de mon nom.
Je l’ai fait.
(…) Donc pensez-vous réellement que ceci est du journalisme ?
Des agences de renseignement écrivant des articles ? »

Et malheur à qui refuserait les avances des renseignements !
Il perdrait tout simplement son travail.
« Ulfkotte » confie que sa propre maison a déjà été perquisitionnée six fois « parce que j’ai été accusé par le procureur général allemand de divulgations de secrets d’État ».

Et le journaliste de conclure, avec une détermination qui fait froid dans le dos :

« La vérité sortira un jour.
La vérité ne mourra pas.
Et je me fiche de ce qui va arriver.
J’ai eu trois crises cardiaques, je n’ai pas d’enfants.
Donc s’ils veulent me poursuivre ou me jeter en prison, la vérité en vaut la peine. »

 

Image de prévisualisation YouTube

http://www.ojim.fr/  du  28/11/2014

Ne Taisez Pas Les Forts Séismes !

panique-163x109-1

Séisme de magnitude 6,8 au Japon.

Un fort séisme de magnitude 6,8 s’est produit samedi soir au Japon, dans la préfecture de Nagano (centre-nord), secouant violemment un large périmètre et faisant plusieurs blessés, selon l’agence de météorologie nationale et des témoignages cités par les médias.

Vingt-et-une personnes ont été ensevelies sous les décombres de maisons détruites mais on pu être secourues, ont indiqué la chaîne de télévision NHK et l’agence Kyodo, citant la police.

«Nous avons immédiatement mis en place une cellule de crise pour rassembler les informations.
Le Premier ministre a ordonné que tout soit fait pour que la priorité soit donnée au secours et à la sécurité des citoyens»,

a commenté le porte-parole du gouvernement, « Yoshihide Suga ».

Un responsable de l’Agence météorologique japonaise a indiqué que les autorités étaient «préoccupées par l’ampleur des dégâts subis par les maisons et les immeubles».

Le séisme a notamment détruit cinq habitations dans le village de « Hakuba », dans la préfecture de Nagano, faisant au moins deux blessés selon la police.
La chaîne « NHK » et l’agence « Kyodo » ont fait état de 21 personnes ensevelies sous les décombres des maisons détruites, soulignant que toutes avaient été secourues.

La police et les responsables municipaux ont souligné que les secours poursuivaient leurs recherches, travaillant dans l’obscurité.

Par ailleurs, la police de Nagano a fait état de plusieurs blessés.

Le tremblement de terre a eu lieu à 22H08 locales (13H08 GMT) avec une faible profondeur de seulement 10 kilomètres.
Aucun tsunami n’a été constaté.

Des coupures d’électricité ont touché 1.600 habitations et une partie du trafic ferroviaire a été interrompue.

Les trains à grande vitesse «shinkansen» de la région ont été stoppés après les secousses.

«Il s’agit d’un des plus importants séismes de ces 100 dernières années dans cette région en termes de magnitude, le précédent datant de 1987»,

a expliqué un sismologue de l’agence de météo lors d’une conférence de presse.

Un système d’alerte précoce a prévenu les médias, organismes publics, entreprises et les particuliers équipés d’un téléphone mobile compatible quelques secondes avant que les trépidations ne soient ressenties.

Plus de 20 répliques se sont produites ensuite dans la même zone.

- Installations nucléaires indemnes -

«Des chutes de pierres et glissements de terrain sont à redouter, il faut donc faire très attention d’autant que des secousses fortes peuvent survenir dans les heures et jours prochains»,

a prévenu le sismologue de l’agence météorologique.
L’agence a prévenu que les maisons déjà endommagées par le séisme risquaient de subir encore d’autres dégâts en raison de répliques.

Des photos postées sur internet montrent des cuisines sens dessus dessous ou des piles de papiers en vrac tombés d’étagères.
Les témoins disent avoir été surpris et avoir eu très peur :

«c’est la première fois que j’ai été tant secoué et aussi longtemps»,

a assuré un habitant de Nagano.

Plusieurs routes ont par ailleurs été coupées par des glissements de terrain ou d’importantes fissures provoqués par le tremblement de terre.

Selon la compagnie « Tokyo Electric Power » (« Tepco ») qui possède une centrale non loin de là, « Kashiwazaki-Kariwa », dans la préfecture voisine de Niigata, rien d’anormal n’a été décelé dans ce complexe atomique dont les sept réacteurs sont actuellement éteints.

Aucune anomalie n’a non plus été constatée dans d’autres centrales secouées par ce séisme, elles aussi toutes stoppées.

Le Japon est situé à la jonction de quatre plaques tectoniques et enregistre chaque année environ 20% des séismes les plus violents recensés sur la planète.

Les Japonais gardent en mémoire le terrible tremblement de terre du 11 mars 2011 à l’origine d’un gigantesque tsunami sur la côte nord-est, qui a fait plus de 18.000 morts et entraîné la catastrophe nucléaire de Fukushima.

http://www.liberation.fr/  du 22/11/2014

Notre terre nourricière est contrainte à se fâcher mais nos médias n’en disent rien, pourquoi ?
Certains hommes sont à l’origine de ces colères ou il faut encore nous prendre pour des enfants qu’on veut ménager ?

L’ Europe Devient Un Vrai Dépotoir !

europe (1)

Les U.S.A. délocalisent les islamistes vers l’Europe.

Cinq islamistes détenus depuis douze et treize ans à Guantanamo, une base américaine sise à Cuba, ont été libérés et transférés en Slovaquie et en Géorgie.
Le gouvernement slovaque a autorisé la venue d’un islamiste tunisien et d’un Yéménite – Hachim Sliti et Hussein Al-Mutari Yafai –, tandis que la Géorgie – où environ 10 % de la population est musulmane, invertie sous la férule turque au XVe siècle – a accueilli trois Yéménites : Salah Mohammed Salih Al-Dhabi, Abd Ghaib Ahmed Hakim et Abdoul Khaled al-Baydani.

Barack Obama s’était engagé il y a près de dix ans à fermer le centre de Guantanamo, où sont détenus actuellement 143 islamistes arrêtés au début des années 2000 après le lancement des invasions de l’Afghanistan et de l’Irak.
Soixante-quatorze d’entre eux, dont 54 Yéménites, détenus hors de toute légalité et sans procès, sont « libérables », considérés comme ne représentant plus de danger.

À deux ans de la fin de son second mandat, la mission est loin d’être achevée.
Il se heurte à l’impossibilité de pouvoir libérer les islamistes aux États-Unis – le Congrès ayant voté contre cette possibilité – comme à l’impossibilité de renvoyer la plupart des islamistes dans leurs pays, soient qu’ils y seraient condamnés à mort, soit qu’ils reprendraient immédiatement les armes.

Plusieurs nouvelles libérations sont annoncées pour ces prochaines semaines :
Six détenus devraient être envoyés en Uruguay et quatre autres en Afghanistan.

Au total, la Slovaquie accueille huit islamistes de Guantanamo, dont trois Ouïghours qui, s’ils étaient renvoyés en Chine, seraient passibles de la peine de mort, et des Yéménites, qui pourraient au contraire participer dans leur pays à la déstabilisation du régime déjà fortement ébranlé par des divisions ethnicoreligieuses et une insurrection islamiste.
La Géorgie a accordé l’asile à six islamistes au total.

Erwin Vétois

http://jeune-nation.com/  du 21/11/2014

Le Goulag Français Des Autochtones.

 attention petit

Le samedi 22 novembre à 15 heures, la ville de Cogolin, dont Marc-Etienne Lansade est le maire FN, est obligée par le législateur français, soutenu par la Cour européenne des droits de l’homme, de marier une clandestine d’origine extra-européenne.

Marc-Etienne Lansade dénonce, via une vidéo (ci-dessous), cette aberration avec la plus grande fermeté.

Il est insupportable que les Français aient moins de droits que les clandestins dans leur propre pays.

 

Image de prévisualisation YouTube

http://fr.novopress.info/  du 22/11/2014

§§§§§§§§§§

Le Droit Français actualisé
en faveur des allogènes  !

Marc-Etienne Lansade, maire FN de Cogolin, explique pourquoi il sera contraint par le droit français, soumis au droit européen, de procéder au mariage d’une personne en situation irrégulière qui a, d’autre part, insulté des agents du service Etat-civil de sa commune.

Révoltant, scandaleux, inacceptable, et pourtant c’est ainsi que cela se passe dans notre France.

http://ripostelaique.com/  du n°382, le 22/11/2014

Que Se Passe-t-Il A Montpellier ?

desinfo_publicitaire_legallou (1)

Nos médias ne nous en soufflent mot !

 

J’ai trouvé ces vidéos en cherchant  des nouvelles du tigre échappé dont on nous a bassiné les oreilles pendant deux jours… puis silence radio !

Plus de nouvelles non plus des malades d’Ebola, ni d’Ukraine.

On sait que Normal 1er est allé prendre le soleil,  la température est trop fraîche chez nous…du moins pour lui !

 

 

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

La Fête De La Victoire De La Paix.

bigeard-adieu-ma-france-257x300 (1)

Le 11 novembre dans mon petit village.

Depuis que j’ai posé mes valises dans un petit village du sud de la France, sa petite chorale dont je fais partie, est invitée chaque année par la municipalité, les 8 mai et 11 novembre, à venir chanter des chants patriotiques pendant les cérémonies de souvenirs devant le monument aux morts.

Les enfants des écoles viennent déposer des fleurs… les quelques anciens sont présents avec toutes leurs décorations, et c’est chaque fois un émouvant moment de recueillement, surtout lorsque de nos jours, nous connaissons l’ignoble travail de sape qui est fait dans les dévoyés programmes de l’(in)Education Nationale afin de  dénaturer la véritable Histoire de notre pays, et pouvoir ainsi la réécrire à leur ignoble façon.

Il est par ailleurs très touchant de voir que dans la France profonde, celle tant méprisée par les auto-proclamés esprits « supérieurs » et « éclairés », ce genre de cérémonie se déroule devant un grand nombre d’habitants … bien plus en tous cas que dans certaines villes de la banlieue parisienne où j’ai eu l’occasion de demeurer.

Cette année, centenaire oblige, les festivités sont un peu plus importantes, et outre leur tâche habituelle de dépôts de fleurs, les enfants des écoles ont été réquisitionnés pour énoncer à tour de rôle le nom de chaque villageois tombé lors de cette première guerre mondiale, suivi de la mention « mort pour la France ».

Sous un soleil clément et un doux climat d’arrière saison, dans le recueillement général, les enfants petits et grands se sont acquittés de leur tâche avec sérieux et applications, avant de céder la parole au sympathique premier magistrat de la ville, et qu’ensuite notre chorale entonne, avec un ténor du cru, une vibrante Marseillaise, puis « Les Allobroges » et enfin « Le chant du Départ ».

Malgré la solennité de la cérémonie, l’atmosphère est bon enfant et après un symbolique lâcher de 6 colombes, c’est précédée d’un petit orchestre occitan que l’assemblée se dirige vers la salle polyvalente du village, où nous attend le traditionnel « apéro » offert par Monsieur le Maire, puis pour ceux qui se sont inscrits, un déjeuner dont le plat principal est un cochon de lait… longuement rôti au feu de bois (de vieux ceps noueux et secs)… depuis 3 heures du matin.

Nous avaient également honorés de leur présence, cette année, dix légionnaires du R.E. de Castelnaudary, en grande tenue et maintien impeccable pendant toute la cérémonie.
Pour leurs blessés (je n’ai pas eu l’occasion de me le faire préciser, mais cela voudrait-il dire que l’Etat ne prend pas en compte ces frais ?), les jeunes légionnaires sont passés échanger de petits bleuets contre quelques pièces.

Dans la grande salle des fêtes, une rétrospective en textes et photos de la guerre 1914-1918 couvre les murs, destinée en premier aux enfants pour que perdure le souvenir d’événements historiques encore assez proches.
Je forme le vœu que longtemps encore, les petits villages de France, tel le nôtre, continuent de maintenir vivant le souvenir de ceux qui ont donné leur vie pour nous, et puisse cette journée avoir réveillé dans les âmes et les cœurs des citoyens, le sens de l’honneur et de la grandeur de la Patrie … pour qu’enfin bientôt nous soyons suffisamment nombreux et unis pour, comme le disait Jeanne la Pucelle, « bouter nos ennemis hors de France » … y compris ceux qui, d’une manière ou d’une autre, usurpent l’honneur de se dire Français.

Et pour ne pas lui dire Adieu, comme le vénérable Général Bigeard, faisons en sorte que revive « Notre Belle France » !
<Josiane Filio

 

http://ripostelaique.com/  du n° 381, le 12/11/2014

 

levons-nous-pour-notre-france-2 (1)

Contrat Financier : Qatar et Corée ?

qatar-300x210

Des Coréens travaillent comme des esclaves au Qatar !

Beaucoup s’imaginent qu’ils toucheront un gros magot quand ils retourneront au pays ! Des travailleurs nord coréens travaillent 18 heures par jour, au Qatar, pour construire la ville de la Coupe du monde 2022. Mais ils ne voient jamais l’argent de leur salaire… il est envoyé à Kim Jong-Un. Ils sont des milliers de travailleurs nord coréens, travaillant comme des esclaves, 18 heures par jour au Qatar dans la fournaise, pour construire les infrastructures pour la coupe du monde de football de 2022, et leurs salaires sont directement siphonnés par le régime communiste pour financer le train de vie de Kim Jong-Un. Leurs conditions de travail ont été décrites comme une forme moderne d’esclavage – mais la Fifa a dit qu’elle ne voyait rien de répréhensible et a confirmé que la coupe du monde aura bien lieu au Qatar. J’écris des mots, mais il faut s’imaginer la souffrance réelle, physique, quotidienne de ces travailleurs qui sont, en outre, trompés par leur dirigeant. Ils commencent le travail à 6 heures, et s’arrêtent à minuit. D’après le Guardian, ils seraient 2 800 nord coréens enregistrés sur le chantier de Lusail, au Qatar. Et les accusations d’esclavage moderne viennent d’organisations qui reconnaissent l’islam comme une religion d’amour. Un travailleur qualifié a déclaré être payé 250 euros par mois, le reste sera « disponible » à son retour. Il ne verra jamais l’argent, et s’il proteste…

il sera exécuté, lui et sa famille.

Choi Yunchul, un nord coréen qui a réussi à s’enfuir, a déclaré au Guardian:

« au début des années 90, les travailleurs recevaient un salaire, mais cela n’est plus le cas depuis 1995. Les sociétés de construction qui emploient des étrangers envoient les salaires directement sur les comptes bancaires du gouvernement nord coréen. »

« Aidan McQuade », directeur d’Anti-Slavery International, une ONG qui lutte contre l’esclavage encore très répandu dans les pays musulmans, affirme que leurs conditions de travail s’apparentent à l’esclavage.

« C’est tout simplement un nouvelle preuve terrible de la dictature de Pyongyang, qui exploite la vulnérabilité de ses citoyens pour s’enrichir, avec la complicité des autocrates du Qatar. »

La construction des infrastructures de la coupe du monde au Qatar révèle un scandale l’un après l’autre. Le mois dernier, les princes qataris ont nié que l’argent qu’ils reçoivent des entreprises britanniques qui travaillent pour la Coupe du monde servaient à financer l’Etat islamique. Les démentis n’ont pas beaucoup convaincus.

Là encore, la Fifa regarde ailleurs.

Jean-Patrick Grumberg pour « Dreuz.info »

http://www.dreuz.info/ du 08/11/2014

Ces Pauvretés Que Nous Entretenons. 

clandestinssyrie

Le « Secours Catholique » souligne le drame de l’immigration !

Coïncidence malheureuse :
Alors que, ce jeudi 6 novembre, le président de la République affichait sur le plateau de TF1 sa mine bonhomme et, somme toute, satisfaite, le « Secours Catholique » publiait son rapport annuel sur la pauvreté.
Exactement ses « Statistiques d’accueil 2103 » avec en sous-titre :

« Ces pauvretés que l’on ne voit plus. »

Questionné par ses confrères de « RTL », Yves Calvi, intervieweur de François Hollande, en était perturbé :

« Je l’ai trouvé content de lui.
J’ai tenté de lui dire, à l’issue de l’émission, que ses propos n’étaient peut-être pas à la hauteur de ce qu’attendaient les Français, mais il paraissait très satisfait de sa prestation.
 »,

disait-il.
Le choc des mondes, en quelque sorte.
La parole d’un président qui blablate sur son Aventin et les pauvres à la rue.

Le rapport du Secours catholique est accablant :
«La pauvreté s’intensifie et s’enracine.
On rencontre davantage de personnes avec un niveau de vie de plus en plus faible.»

1,4 million de personnes ont été accueillies l’an passé, dont 692.000 enfants.
Des gens qui vivent en moyenne avec 17 euros par jour, très en dessous du seuil de pauvreté.
Faits marquants :
l’augmentation des plus de 60 ans, et plus forte encore la proportion d’hommes pauvres de plus de 50 ans (25,5 % du total !), à corréler, bien sûr, avec les chiffres du chômage.
De même, on note une proportion grandissante de femmes seules et pauvres parmi les seniors accueillis (61 % en 2013).
L’enquête montre également que la proportion de personnes sans domicile s’est accrue de presque 50 % entre 2000 et 2012.

Toutes ces données sont commentées aujourd’hui dans la presse.

Ce qui l’est moins, pourtant explicite dans le rapport, c’est la corrélation entre immigration et pauvreté.

Essentiellement des hommes :
«Jeunes, migrants, grands exclus ou pères célibataires, ce sont ceux qui ont le moins de revenus, avec en moyenne 437 euros par mois.
28 % n’ont aucune ressource.»

En 2013, peut-on lire :
«Dans plus du tiers des ménages accueillis par le Secours catholique, la personne de référence est étrangère (34 %).
Cette proportion est en constante augmentation depuis le début des années 2000.
Elle était de 20 % en 2002, de 30 % en 2011 et de 33 % en 2012.»

Plus précisément :
25 % des personnes étrangères accueillies viennent du Maghreb,
27 % sont originaires d’Afrique subsaharienne.
Enfin :

«La proportion de personnes accueillies originaires d’un pays européen hors Union européenne est celle qui augmente le plus ces dernières années pour atteindre 26 % en 2013».

«La fragilité pour l’ensemble des étrangers est très forte»,

souligne le rapport.
Ainsi,

«ils représentent 37 % des adultes accueillis au Secours catholique contre seulement 6 % de la population générale».

Plus inquiétant,

« la part d’étrangers en situation régulière, après avoir augmenté jusqu’à 2011, est en forte baisse ces trois dernières années (51 % en 2011, 43 % en 2013) » alors que « la part de sans-papiers augmente et passe de 10 % à 15 % des étrangers (hors Union européenne) ».

Là encore, ce qu’on ne dit pas, c’est que ces chiffres recouvrent largement les statistiques du chômage.
En effet, une étude du ministère du Travail [« PDF »] révélait récemment que :

« le taux de chômage des immigrés originaires du Maghreb et d’Afrique subsaharienne approchait 23 % en 2011, contre 8,5 % pour le reste de la population non immigrée ».

Le taux de chômage de l’ensemble des immigrés était de 16,9 % fin 2012, contre 10,2 % toutes populations confondues.

Autre précision :

« En 2013, 49 % des étrangers accueillis par le Secours catholique vivent dans des logements stables ; ils étaient 58 % en 2010.
Cette baisse concerne principalement les étrangers en situation régulière.
 »

Sachant que le nombre des étrangers en situation irrégulière explose littéralement, cela ne leur – et ne nous ! – dessine pas un avenir radieux…

Marie Delarue

http://www.bvoltaire.fr/  du 08/11/2014

Bien sur, en cette période de dhimmitude, Nos Français qui ne peuvent plus se soigner et ne bénéficient pas de l’A.M.E. ne sont pas comptés dans ces pauvres car ils ne se voient parce qu’ils n’ont plus le droit d’exister !

Pourtant les pauvres autochtones sont de plus en plus nombreux et pas clandestins !

Mais que fait-on pour eux ?
Ils font partie du paysage !

La France devient le centre d’hébergement et la maison de retraite de l’Europe !

Tout Est Permis Pour Halloween !

le-pen-poutine (1)

Révélations sur les réseaux russes des Le Pen.

Depuis quelques temps, les sites Internet francophones de « RIA Novosti » et de « La Voix de la Russie » ouvrent leurs colonnes aux responsables du Front national qui y trouvent ainsi une bienvenue caisse de résonnance.
Depuis que la France participe aux sanctions contre la Russie, Poutine le Terrible exerce sa vengeance par le biais d’étranges relations avec le Front National.

Le journaliste d’investigation « Vincent Jauvert » retrace l’historique des relations entre la famille Le Pen et la Russie :
(extraits adaptés depuis : http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20141024.OBS3131/poutine-et-le-fn-revelations-sur-les-reseaux-russes-des-le-pen.html)

Les Le Pen – Jean-Marie, puis Marine et Marion – ont toujours cultivé contacts et amitiés en Russie.
Le FN est la tête de pont du régime de Poutine en France.
Avec quelles contreparties ?
C’était le 12 juin dernier, dans un salon du bunker, l’ambassade de Russie à Paris.
Zakouskis et vodka glacée pour célébrer la fête nationale, l’ambiance est chaleureuse, et la salle, bondée.
Malgré l’annexion récente de la Crimée, le gratin diplomatique est là, des artistes et des hommes d’affaires français aussi.

Soudain, une porte s’ouvre, une rumeur enfle.
Marine Le Pen et sa nièce Marion, la jeune députée FN, s’avancent, en majesté.
Le truculent ambassadeur Orlov les accueille d’un sourire complice.
Ces derniers temps, ils se sont souvent rencontrés en privé, mais c’est la première fois que les Le Pen et l’émissaire de Poutine en France s’affichent ensemble.
C’est une alliance politique majeure qui s’est nouée dans la discrétion.
Elle peut changer la face du Vieux Continent.
Depuis plusieurs mois, le Kremlin mise sur le Front national.
Il le juge capable de prendre le pouvoir en France et de renverser le cours de l’histoire européenne en faveur de Moscou.

Loin des regards, les dirigeants russes multiplient les rencontres avec les leaders du parti d’extrême droite, eux-mêmes ravis d’être enfin courtisés par une grande puissance.
La présidente du FN est une inconditionnelle de Poutine.
Dans la presse russe, elle revendique sa loyauté envers l’ex-colonel du KGB, son grand frère de l’Est, qu’elle admire. A tel point qu’elle souhaite que la France quitte l’Otan et s’allie militairement à Moscou. Elle y est allée à deux reprises ces derniers mois. Son père, Jean-Marie, s’y rendra, lui, fin octobre. Mais, attention, lâche Marion, comme pour masquer sa gêne, « nous ne sommes pas des agents de Moscou ».

Quelle est donc la nature des liens de plus en plus étroits qui unissent cette famille au clan Poutine ?
Grâce aux témoignages des trois Le Pen et à d’autres, recueillis notamment en Russie, nous avons reconstitué l’histoire de cette relation troublante qui a débuté dans un bar il y a près d’un demi-siècle.
Tout commence au quartier Latin, en plein Mai-68.
Un jeune et talentueux peintre moscovite, « Ilya Glazounov », débarque à Paris.
L’artiste, déjà célèbre dans son pays, est un personnage sulfureux.
Il se dit monarchiste.
Pourtant, le régime communiste le juge utile à sa propagande et le promeut.
En France, Glazounov est donc en mission :
Il doit peindre les personnalités françaises que le Kremlin veut séduire.
Son aventure parisienne va prendre un autre cours.

Aujourd’hui, le peintre Ilya Glazounov, 84 ans, a gardé ses manières de dandy, sa crinière grise et son complet à rayures.
En Russie, il est adulé.
Il nous reçoit dans le musée d’Etat qui porte son nom à Moscou, inauguré par Poutine en 2004.
Pour la première fois, il raconte sa rencontre avec Jean-Marie Le Pen :

« Un jour d’été 1968, un copain français m’a emmené en face de la Sorbonne, dans un café tenu par un chanteur russe.
Il y avait là un jeune homme qui avait édité des disques de chants nazis et de la Russie impériale. C’était Jean-Marie.
Il adorait mon pays.
Nous sommes restés amis jusqu’à aujourd’hui ».

Il immortalise des ministres, tels Edgar Faure et Louis Joxe, mais aussi Pierrette Le Pen, qui vient de donner naissance à Marine,
(« Je l’ai tenue dans mes bras », fanfaronne l’artiste).
Il peint aussi son ami Jean-Marie en officier parachutiste – le portrait trône toujours dans le vestibule du manoir de Le Pen à Saint-Cloud.
Pendant vingt ans, Ilya et Jean-Marie s’écrivent et se parlent de temps à autre au téléphone.
Ils se retrouvent en 1991, lors du premier voyage de Le Pen à Moscou.
Glazounov anime alors Pamiat, un puissant mouvement antisémite que le pouvoir communiste a laissé prospérer et qui fournira bon nombre de leaders nationalistes russes d’aujourd’hui.

Au cours de son séjour, le président du Front National tombe sous le charme de l’autre vedette locale de l’extrême droite, Vladimir Jirinovski.
Lui aussi est contrôlé en sous-main par le KGB.
Qu’importe : le clown Jirinovski est francophone et bon vivant.
Entre Jirik, pour qui trop de juifs prospèrent en Russie, et Jean-Marie, pour qui les chambres à gaz sont un point de détail de l’histoire, une idylle se noue.

Ils déjeunent ensemble, l’année suivante, chez les Le Pen à Montretout.
Jirik vient avec l’un de ses assistants francophones, Edouard Limonov, l’écrivain devenu héros du livre d’Emmanuel Carrère.

« J’ai remarqué le portrait signé Glazounov dans l’antichambre, Le Pen était ravi »,

se souvient Limonov.
En 1996, le leader extrémiste russe invite son ami français à ses noces d’argent, dans la banlieue de Moscou.
Dix-huit ans plus tard, le président d’honneur du FN évoque, avec éblouissement, ces agapes sous haute surveillance :

« La fête, somptueuse, était protégée par un bataillon du FSB » [l'ex-KGB, NDLR].

Mais leurs amours vont s’étioler.
Après la prise du pouvoir par Poutine en 2000, Jean-Marie comprend que Jirik n’est plus le bon cheval. Le Kremlin mise sur un autre parti d’extrême droite jugé plus fiable, qu’il monte de toutes pièces pour siphonner les voix des nationalistes : Rodina (Patrie).
Voilà Le Pen de retour à Moscou, en 2003, à l’invitation de l’un des fondateurs du nouveau mouvement, Sergueï Babourine (aujourd’hui vice-président de la Douma).
Il est choyé.

« Cette année-là, nous avons fait, Jany et moi, la tournée des grands-ducs pendant une semaine, s’amuse le fondateur du FN : une croisière à Saint-Pétersbourg, un déjeuner à l’Académie des Sciences, un dîner à l’Union des Ecrivains ».

Et puis, à l’abri des regards, le leader de l’extrême droite française, qui vient d’affronter Jacques Chirac au second tour de la présidentielle, rencontre des personnalités politiques importantes, proches du président russe :

« J’ai longuement discuté avec le père Tikhon, le confesseur de Poutine.
Et avec un vieil homme qui connaissait très bien la France et qui tenait absolument à me voir : l’ancien patron de Poutine, Vladimir Krioutchkov » [le chef du KGB de 1988 à 1991, celui-là même qui a 'créé' Jirinovski, NDLR].

Que se sont-ils dit ?
Le Pen élude.

Le chef du FN ne déplaît pas aux nouveaux maîtres du pays, Vladimir Poutine et ses amis, puisqu’il revient à Moscou, en juin 2005, encore à l’invitation du mouvement nationaliste Rodina.
C’est son anniversaire, on lui offre un cadeau : un pistolet-mitrailleur.

« Un modèle d’avant la kalachnikov »,

précise Le Pen, qui l’exhibe fièrement.
Et puis on l’autorise – faveur rarissime – à visiter les appartements privés du président russe au Kremlin, refaits par son vieil ami Glazounov, devenu le peintre et le décorateur préféré du régime.

Le clan Poutine bichonne Jean-Marie Le Pen, mais prend garde à ne pas trop s’afficher avec lui.
Le fréquenter ouvertement risquerait de déplaire aux présidents français, Jacques Chirac puis Nicolas Sarkozy qui nouent, alors, des accords stratégiques avec le pouvoir russe.
Même attitude au début avec Marine Le Pen, après qu’elle a remplacé son père à la tête du Front national, début 2011.
Pourtant, dès les premiers mois de son mandat, l’héritière s’emploie à vamper le Kremlin. Dans un quotidien russe, elle déclare sa flamme à Poutine et à son régime autoritaire :

« La crise,

dit-elle aussi,

donne la possibilité de tourner le dos à l’Amérique et de se tourner vers la Russie ».

L’année suivante, pendant la campagne présidentielle, elle veut être adoubée par son idole.
Elle cherche à le rencontrer, en vain.

« Un intermédiaire m’avait proposé de monter le voyage, mais il n’était pas sérieux »,

regrette la présidente du FN.
Mais l’idée d’un rapprochement officiel avec la nouvelle chef du FN s’impose vite comme une évidence à Moscou.
Tout y contribue.
Une idéologie commune, d’abord.
Depuis son retour au Kremlin en mai 2012, Vladimir Poutine se veut le rempart de l’Europe chrétienne contre la décadence occidentale et l’hégémonisme américain, des thèmes chers à l’extrême droite française.

« Le corpus des valeurs que Poutine défend est désormais le même que le nôtre »,

s’enthousiasme Jean-Marie Le Pen.

Marine vante, elle, le modèle civilisationnel de la nouvelle Russie.
L’exacerbation des tensions diplomatiques entre Paris et Moscou explique le reste.
A peine installé à l’Elysée, François Hollande critique violemment la position du Kremlin sur la Syrie, les visites ministérielles se font plus rares, le dialogue franco-russe se tarit.
Le Kremlin a donc besoin de nouveaux relais à Paris.
L’ambassadeur Alexandre Orlov et son conseiller chargé des partis politiques français, Leonid Kadyshev, proposent d’oser Marine Le Pen et son mouvement.
Le Kremlin leur dit banco !

A l’été 2012, ils aident au lancement sur internet d’une chaîne de télévision imaginée par d’anciens cadres du Front national :
ProRussia.tv, ouvertement prorusse, comme son nom l’indique.
Le directeur de la chaîne, Gilles Arnaud, un proche de Bruno Gollnisch, longtemps permanent du FN, raconte :

« Par l’entremise de l’ambassadeur Orlov, nous avons signé un contrat avec des médias d’Etat, dont Itar-Tass.
Ils nous ont donné 115.000 euros pour la première année, 300.000 la suivante ».

La télévision, qui invite régulièrement des leaders d’extrême droite, diffuse la propagande du Kremlin en français.

« Nous n’avons pas eu de problème avec le CSA puisque nos serveurs étaient en Russie »,

dit Gilles Arnaud.

Il précise que ProRussia a été fermée en avril, après que les autorités russes ont décidé de lancer elles-mêmes l’an prochain une chaîne francophone, dotée d’un budget de 20 millions d’euros. Orlov et Kadyshev reçoivent régulièrement – et discrètement – les dirigeants du FN à l’ambassade ou à la résidence du diplomate.
Les Le Pen comprennent le message et multiplient, eux aussi, les offensives de charme.
En décembre 2012, Marion Maréchal-Le Pen, qui s’est inscrite au groupe d’amitié franco-russe à l’Assemblée, va à Moscou pour son premier (et seul) voyage hors de l’Union européenne.
Elle est conviée à une rencontre interparlementaire par le président de la Douma, Sergueï Narychkine, un ancien du KGB, intime de Poutine.
Elle est l’unique députée française présente.

Au déjeuner, comme Marion fête ses 23 ans ce jour-là, Narychkine demande à ses convives (dont ce bon vieux Jirik) d’entonner un bruyant Joyeux anniversaire.
A son retour, la benjamine de l’Assemblée accorde une longue interview à ses amis de ProRussia.tv, dans laquelle elle déclare :

« La Russie a jeté son dévolu sur le FN.
En tout cas, je l’espère ».

Tout est donc prêt pour une visite officielle de sa tante, Marine, en Russie – la première.
Elle a lieu en juin 2013 et débute par un mystérieux colloque intitulé Morale et démocratie qui se déroule en Crimée.
« Un hasard », assure la présidente du Front national, qui soutiendra l’annexion de la presqu’île quelques mois plus tard.

A Moscou, Marine Le Pen est reçue en grande pompe par l’incontournable président de la Douma, Sergueï Narychkine.
Elle rencontre aussi un vice-Premier ministre de Poutine, chargé de l’armement, Dmitri Rogozine.
Ce n’est pas un hasard. Rogozine est un ami du peintre Ilya Glazounov et l’un des fondateurs du parti nationaliste Rodina, qui a invité Jean-Marie à Moscou quelques années plus tôt. Marine Le Pen se fend aussi d’un éloge passionné pour le régime de Poutine, à la prestigieuse université Mgimo, repère des futurs diplomates et espions.
Elle rend hommage à son cher Ilya Glazounov et assure le pouvoir russe de sa loyauté.

Cette loyauté, elle la prouve neuf mois plus tard, lors de l’annexion de la Crimée.
Le 16 mars 2014, les séparatistes organisent un référendum à la va-vite.
Moscou a besoin d’observateurs indulgents.
L’extrême droite européenne, et notamment le Front national, est sollicitée pour certifier le scrutin si contesté.
Le conseiller international de Marine Le Pen, Aymeric Chauprade, se rend sur place.
Qui l’a invité ?
« Des amis russes », élude-t-il lui aussi.
Le soir du scrutin, il assure à la télévision russe que tout s’est déroulé selon les règles.
Mission accomplie.

Puis il s’envole vers Moscou, où, comme par hasard, il participe à une conférence à huis clos avec le financier des séparatistes, l’oligarque Konstantin Malofeev – « un ami », dit Chauprade.
La discussion secrète a lieu dans une salle du musée Glazounov.

« Malofeev la loue tous les mois pour ses rencontres avec ses correspondants européens »,

explique le vieux peintre nationaliste.
Chauprade retournera par la suite au moins deux fois à Moscou.

Marine Le Pen, elle aussi, fait du zèle.
Le rapprochement s’accélère.
Moins d’un mois après l’annexion de la Crimée, elle retourne dans la capitale russe, le 12 avril 2014. Une visite de soutien – certains diraient d’allégeance.
Elle ne rencontre toujours pas Poutine, mais son ami Narychkine et le patron de la commission des Affaires étrangères de la Douma, qui, sanctions obligent, n’ont plus le droit de se rendre en Europe.

Cinq jours plus tard, elle est récompensée :
A la télévision russe, le président Poutine se félicite du succès de Marine Le Pen aux élections municipales en France.
Et, en juin, le parti du Kremlin, Russie unie, annonce qu’il va s’associer officiellement au Front national (tout en conservant ses liens avec l’UMP).

Existe-t-il d’autres contreparties à cette loyauté affichée de Marine Le Pen ?
Interrogée sur un éventuel financement de son parti par Moscou, la présidente du FN esquive :

« Je ne comprends pas votre question, ce serait interdit ? ».

Puis elle évoque une possibilité, indirecte.

« Notre parti a demandé des prêts à toutes les banques françaises, mais aucune n’a accepté,

explique-t-elle.

Nous avons donc sollicité plusieurs établissements à l’étranger, aux Etats-Unis, en Espagne et, oui, en Russie.
Nous attendons des réponses ».

Quelle banque russe ?

« Je ne sais pas, c’est le trésorier du parti qui s’occupe de cela ».

Celui-ci n’en dira pas plus.
Toutefois, Marine Le Pen précise, comme si on pouvait en douter :

« L’idée est, bien sûr, de rembourser ces prêts ».

Jean-Marie Le Pen retournera à Moscou fin octobre.

« J’assisterai à un match de boxe »,

explique-il.
Qui l’invite ?

« Des amis russes ».

Lesquels ?
Il ne veut pas répondre.
Il dit seulement qu’il verra aussi son cher Ilya, qui rêve toujours de peindre Marine.

Michel Garroté pour « Dreuz.Info »

http://www.dreuz.info/  du 31/10/2014

Est-on le 1er Avril ou la veille de la Toussaint ?
On nous informe trop vite des voyages à l’étranger (peut-être parce que nous allons devoir les payer) de certains de nos élus, la bête noire de l’UMPS « fricote » avec la Russie et l’on n’en profite pas ?
Cela renifle l’intrusion dans la vie privée ou simplement le canulard !

Un T.A.F.T.A. Glaireux Et Mortifère !

traite-transat

L’ultime traitrise de l’Union européenne  !

Quand Vladimir Boukovsky, ancien dissident soviétique, faisait le parallèle entre l’UE et l’URSS, il n’avait pas tort !
Il faut revoir  la vidéo où il fait ce rapprochement on ne peut plus pertinent :

« Il est étonnant qu’après avoir enterré un monstre, l’URSS,  on en construise un autre tout semblable, l’Union Européenne.
Qu’est-ce au juste que l’Union Européenne ?
Nous le saurons en examinant sa version soviétique.
L’URSS était gouvernée par 15 personnes non élues qui se cooptaient mutuellement et n’avaient à répondre à personne.
L’UE est gouvernée par 2 douzaines de gens cooptés, qui se réunissent à huis-clos, n’ont à répondre à personne et ne sont pas limogeables.
On pourrait dire que l’UE a un parlement élu.
L’URSS avait une espèce de parlement, le Soviet Suprême.
Nous avalisions sans discussion les décisions du Politburo, tout comme le parlement européen, où le temps de chaque groupe est rationné et souvent se limite à une minute par intervenant.
A l’UE, il y a des dizaines de milliers d’eurocrates avec leurs émoluments énormes, leur personnel, leurs larbins, leurs bonus, leurs privilèges, leur immunité judiciaire à vie, simplement transférés d’un poste à un autre quoi qu’ils fassent, bien ou mal.
N’est-ce pas l’URSS toute crachée ?» etc.

Les Commissaires européens -non élus et à l’abri de toute poursuite- s’apprêtent à signer, au nom des Etats-membres mais sans véritablement les consulter, trois traités, dont le liberticide TAFTA, encore appelé TTIP, traité transatlantique ou « Trans-Atlantic Free Trade Agreement », qui est un projet de libre-échange quasiment total entre l’UE et les USA, négocié en catimini par Bruxelles depuis le mois de juillet.

L’UMP et le PS laissent faire !
Forcément, ce sont des européistes forcenés, prêts à tout accepter de la sacro-sainte UE, qui devait nous apporter -souvenez-vous- plein emploi, prospérité, bonheur !

Quant au gouvernement, il ne daigne même pas mettre les Français au courant de toutes les implications du TAFTA.
Cela se saurait si nos dirigeants avaient la moindre considération pour le peuple qui leur sert de « vache à lait » et qui n’est bon qu’à mettre son bulletin dans l’urne.
Ils ne lui prêtent pas des lumières suffisantes pour se risquer à lui dire la vérité, laquelle vérité -évidemment mal comprise, mal interprétée par ces c.ns de Français-  pourrait  les fâcher tout rouges !

Il faut dire que transparence et communication ne sont pas non plus les maîtres-mots en vigueur à Bruxelles !

« Les discussions sur l’accord de libre-échange Etats-Unis/Union européenne, qui concernent les choix de société démocratiquement construits, se fontsans et contre les citoyens.
Non seulement ils n’ont pas la possibilité de savoir ce qui est négocié en leur nom, mais une grande partie de mes collègues parlementaires, qui les représentent, n’ont eux-mêmes que très peu d’informations sur le sujet 2»

remarque Yannick Jadot, député Vert européen, qui pose la question essentielle :

« Ce traité peut rapporter beaucoup d’argent aux sociétés financières de Londres, aux exportateurs de machines-outils allemands ou aux compagnies d’eau françaises.
La question est :
les bénéfices de ces sociétés représentent-elles l’intérêt général européen ?»

Image de prévisualisation YouTube

Ainsi le TAFTA va être imposé aux peuples européens, sans référendum bien sûr, et même sans l’aval de leurs parlements nationaux :
Autrement dit, dans le plus pur respect des règles démocratiques en vigueur à Bruxelles, qui n’ont rien à envier à celles de l’ancienne URSS !
C’est un véritable « coup d’Etat » des Commissaires européens.

Quelles seront les principales conséquences du TAFTA ?

-La perte totale de souveraineté des Etats, désormais soumis aux multinationales. 

« L’adoption du TAFTA empêchera les États d’édicter librement les normes sanitaires et environnementales [ne pas oublier d’ajouter les normes juridiques !] propres  à protéger les citoyens et leur cadre de vie.
Ce traité soumettra les États à un chantage financier permanent puisque des multinationales pourront les attaquer via des tribunaux d’arbitrage privé, pour peu qu’elles considèrent telle ou telle décision, résultant d’un choix électoral majoritaire, comme nuisible à leurs investissements. »

Un exemple simple :
une campagne anti-tabac pourra entraîner la condamnation d’un Etat attaqué par telle ou telle multinationale…
et qui dit condamnation, dit : milliards d’amende !
Ainsi des fabricants de cigarettes auraient « d’ores et déjà menacé la France d’une action en justice pour lui réclamer 20 milliards d’euros si des mesures anti-tabac devaient être prises ».

-La « malbouffe » et les risques sanitaires qui en découlent 

« Ce traité signera l’arrivée massive des OGM et de produits issus de l’agriculture productiviste qui est la norme aux Etats-Unis.
Au-delà du risque sanitaire des OGM, du boeuf aux hormones ou du poulet chloré, ces grandes exploitations… »

Je rappelle que l’UE avait accepté l’utilisation d’huile de vidange dans la fabrication de l’huile alimentaire (jusqu’à la hauteur de 10%), qu’elle autorise à nouveau l’utilisation des farines animales pour les poissons (la « vache folle » fera-t-elle place au « saumon fou » ?).
Peu lui importe donc ce que nous allons mettre dans nos assiettes, avec le TAFTA…

-L’agriculture française en grand danger

« (suite de la citation) Ces grandes exploitations avec des travailleurs immigrés souvent sous-payés qui représentent 75 % des travailleurs saisonniers seront une concurrence redoutable… A l’heure où la PAC devient la variable d’ajustement de l’UE, les conséquences pour notre agriculture sont alarmantes ».

-La disparition progressive de notre industrie

« Les États-Unis jouissent d’un dollar faible face à un euro surévalué d’au moins 30 % par rapport à la compétitivité intrinsèque de l’économie française.
Ajoutons à cela le choc de compétitivité dont bénéficie l’économie américaine avec l’exploitation du gaz de schiste, et il est évident que notre industrie sera à terme balayée ».

Si, comme on le voit, le TAFTA «porte en lui les germes d’un drame économique et social pour la France », l’UPR est le seul parti, à ma connaissance, à réagir et à lancer une pétition pour demander un référendum sur les traités en train d’être négociés à notre barbe à Bruxelles :

http://www.change.org/p/gouvernement-fran%C3%A7ais-pour-l-organisation-d-un-r%C3%A9f%C3%A9rendum-sur-l-accord-de-libre-%C3%A9change-ue-canada-ceta-le-trait%C3%A9-transatlantique-tafta-et-l-accord-sur-le-commerce-des-services-tisa?recruiter=29513311&utm_campaign=signature_receipt&utm_medium=email&utm_source=share_petition

http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/tafta-l-upr-lance-une-grande-158520

Par contre, il existe d’autres pétitions, lancées par des associations, des collectifs de citoyens ou de simples particuliers :

https://secure.avaaz.org/fr/petition/LUnion_europeenne_et_les_dirigeants_de_tous_les_pays_membres_de_lUnion_Le_rejet_du_traite_transatlantique/?pv=26 (qui dépasse 24 000 signatures et vise les 30 000)

https://www.collectifstoptafta.org/citoyen-nes/article/toutes-et-tous-hors-tafta?var_confirm=dHL8hN2V#sp75 (qui dépasse les 40 000 signatures et vise les 100 000)

et surtout http://stop-ttip.org/fr 3 (qui dépasse les 400 000 signatures et vise le million)

Je vous invite tous à signer et à faire connaître autour de vous la (ou les) pétition(s) de votre choix car les pétitions, c’est tout ce qui nous reste pour faire entendre notre voix, même si nous ne sommes pas écoutés !

Chantal Macaire

http://ripostelaique.com/  du n° 379, le 30/10/2014

Les Assises de la Remigration 2014.

assises-remigration-300x261

Du Grand Remplacement au Grand Retour  !

Le Bloc Identitaire a depuis longtemps fait le constat du Grand Remplacement et de ses terribles conséquences – économiques, sociales, culturelles, sanitaires, sécuritaires – pour notre pays.
La lutte contre cette terrible substitution de population que subit notre pays, expression concrète de la disparition de notre identité, est même au cœur de notre engagement.

Mais une force politique alternative ne saurait se contenter d’un simple constat.
Tout au contraire notre devoir et notre mission sont de proposer des solutions, cela tout autant à nos compatriotes qu’aux autres formations politiques.

Loin des positionnements, oscillant souvent entre douce utopie et vile lâcheté, prônant l’assimilation massive comme réponse à l’immigration massive ou encore la « réconciliation » avec des immigrés ou descendants d’immigrés qui détestent la France et les Français, le Bloc Identitaire estime qu’une remigration, concertée et planifiée, c’est-à-dire le retour dans leurs pays d’origine d’une grande partie des immigrés et descendants d’immigrés, est la seule option à même de garantir un avenir pacifié à notre pays et de préserver son identité.

Que cela soit dans la rue à travers actions, manifestations, et campagnes militantes, ou sur le terrain intellectuel avec la production des « 26 mesures pour la remigration » ou encore de nombreux entretiens et interventions médiatiques, les identitaires ont largement travaillé à la conscientisation de nos compatriotes mais aussi à la popularisation de cette solution et son entrée dans le débat public.
Il est désormais temps de franchir une nouvelle étape, de fédérer les énergies afin d’imposer la remigration comme le corollaire logique, évident, du refus de l’immigration.

Vous pensez que la remigration est impossible ?
Vous pensez qu’il n’y a jamais eu de remigration dans l’histoire ?
Vous pensez encore que les djihadistes et les 16% de « Français » qui les soutiennent ou les supporteurs violents de l’équipe d’Algérie pourront faire demain de bons citoyens ?
Laissez-nous vous convaincre de l’inverse !

Vous pensez tout au contraire que les sociétés multiraciales finissent toujours en sociétés multiracistes et nous mènent à la guerre civile ?
Vous pensez que la seule solution pour éviter cela est de favoriser et d’organiser le grand retour ?

Alors venez renforcer vos arguments et travaillez avec nous à rendre possible ce qui vous apparaît nécessaire !

http://www.bloc-identitaire.com/ du 10/10/2014

§§§§§§§§§§

Jean-Yves Le Gallou participera aux Assises de la Remigration.

Jean-Yves Le Gallou est ce que l’on peut appeler un intellectuel organique.
Longtemps engagé sur le terrain politico-électoral, il a notamment été député européen pour le Front National.

N’ayant pas pour autant délaissé le terrain idéologique, c’est notamment lui qui a forgé le concept de « préférence nationale » pour ce parti.
Il dirige actuellement la Fondation Polémia, initiative de réflexion et de réinformation produisant des munitions intellectuelles à destination des résistants à la pensée unique.

Engagé depuis toujours face au grand effacement de notre identité, Jean-Yves Le Gallou interviendra le 15 novembre 2014 à Paris dans le cadre des Assises de la Remigration.

http://www.bloc-identitaire.com/  du 22/10/2014

 §§§§§§§§§§

Damien Rieu participera aux Assises de la Remigration.

Damien Rieu est l’un des porte-parole du mouvement de jeunesse Génération Identitaire qui s’est notamment fait connaître pour l’occupation du chantier de la mosquée de Poitiers.
Pour cette action spectaculaire mais pacifique, il est mis en examen et soumis à un contrôle judiciaire strict.
Les pressions du pouvoir socialiste ne l’effraient pas, et c’est au nom de tous les « petits blancs » que Damien Rieu interviendra le 15 novembre 2014 à Paris dans le cadre des Assises de la Remigration.

http://www.bloc-identitaire.com/  du 29/10/2014

§§§§§§§§§§

Philippe Conrad participera aux Assises de la Remigration.

Après Jean-Yves Le Gallou, Renaud Camus et Damien Rieu, la liste des intervenants aux Assises de la Remigration, organisées par le Bloc identitaire, s’allonge avecPhilippe Conrad.
Philippe Conrad est historien, ancien directeur de séminaire au Collège interarmées de défense.
Il est notamment l’auteur d’une « Histoire de la Reconquista » et a pris la suite de Dominique Venner à la tête de « La Nouvelle Revue d’Histoire ».

Historien convaincu que c’est la volonté des peuples qui fait l’Histoire, « Philippe Conrad » interviendra le 15 novembre 2014 à Paris dans le cadre des Assises de la Remigration.

http://fr.novopress.info/ du 01/11/2014

§§§§§§§§§§

René Marchand participera aux Assises de la Remigration.

René Marchand est un journaliste et essayiste, issu de l’École nationale des langues orientales vivantes et licencié de langue et littérature arabes en Sorbonne. Spécialiste de l’islam, proche de l’association Riposte Laïque, il a récemment publié l’ouvrage « Reconquista ou mort de l’Europe ». Il est également intervenu lors de la dernière Université d’été identitaire.

Ne pouvant qu’être sensible à cette volonté de « reconquista » pacifique qu’est la remigration, René Marchand interviendra le 15 novembre 2014 à Paris dans le cadre des Assises de la Remigration.

http://fr.novopress.info/  du 12/11/2014

 

Et Ce N’ Est Pas En LEUR Nom ?

fuck (1)

Qu’Allah bénisse la France et ses contribuables !

Lundi prochain à Strasbourg sera projeté en avant-première « Qu’Allah bénisse la France ».

C’est un film du rappeur et écrivain Abd Al Malik.

Son propos est de faire la promotion de l’islam.

Or ce film de propagande est coproduit par France 2.

Avec l’argent des contribuables, qui dans leur grande majorité sont encore catholiques.

Sur l’agenda que publie sur son site officiel la ville de Strasbourg, le lundi 3 novembre est marqué d’une pierre blanche, avec un événement à ne pas manquer :
« L’avant-première exceptionnelle du film “Qu’Allah bénisse la France” à « l’UGC Ciné-Cité » en présence de l’équipe du film. »
Ce film (qui au niveau national sortira dans les salles le 10 décembre prochain) raconte, selon la bande-annonce :

« le parcours de Régis, enfant d’immigrés, noir, surdoué, élevé par sa mère catholique avec ses deux frères, dans une cité de Strasbourg.
Entre délinquance, rap et islam, il va découvrir l’amour et trouver sa voie ».

Sauf qu’à la fin du film Régis s’appelle Malik car entre-temps, il s’est converti à l’islam…

C’est un récit autobiographique tiré d’un livre éponyme, publié en 2004 aux éditions Albin Michel. C’est l’histoire vraie de Régis Fayette-Mikano.
Né en 1975 à Paris de parents congolais, il part à l’âge de deux ans à Brazzaville avec son père diplomate mais re­vient vite en France, pour vivre avec sa mère et ses cinq frères et sœurs et grandir dans les barres HLM d’une banlieue chaude de Strasbourg, le Neuhof (où le film a été tourné en juillet 2013).
La famille Fayette-Mikano est ca­tholique et pratiquante.
Dans une cité où les prières se font en direction de La Mecque, c’est mal vu…
Mais Régis va rapidement s’intégrer.
Il fréquente les délinquants et les dealers, il fait du rap, et surtout, à l’âge de 16 ans, il renie sa foi chrétienne pour embrasser la religion musulmane :
Il est alors « rebaptisé » Abd Al Malik !
Si « Qu’Allah bénisse la France » a pour toile de fond la banlieue et ses trafics, son sujet principal est ainsi l’islam, qui a permis à Régis de devenir Malik pour « découvrir l’amour et trouver sa voie » !

Ça « soufi » comme ça !

Cette dimension religieuse, Abd Al Malik, qui a lui-même réalisé le film, la revendique.
Dans le dossier de presse fourni par le producteur (Les Films du Kiosque), il explique que, jusqu’ici, le film référence sur les banlieues était « La Haine », réalisé par « Mathieu Kassovitz » et sorti en 1995.
Mais il estime qu’à l’é­poque, le film affichait des limites :

« D’une certaine manière, je reprends là où « La Haine » s’est arrêté.
« Kassovitz » n’abordait pas la problématique religieuse car elle n’était pas encore d’actualité à l’époque.
En revanche, elle est très prégnante depuis deux décennies. »

Le réalisateur s’est donc fixé l’objectif d’aborder cette problématique très prégnante :

« Beaucoup de films sont faits sur les cités mais trop souvent d’un point de vue extérieur.
Ils peuvent être beaux mais ils ne rendent pas justice à ce que l’on est.
Par exemple, ils vont traiter de la thématique de l’islam par le canal de l’intégrisme.
L’intégrisme existe mais ne concerne qu’une minorité. »

Voilà donc son propos :
Démontrer que dans l’islam, il y a beaucoup de gentils et une mi­norité de méchants.
Il dit en avoir fait l’expérience.
Quand il s’est converti, il a d’abord fréquenté des mosquées où le Coran était radical, côtoyé le sulfureux « Tariq Ramadan », suivi le tabligh, mouvement fondé sur le prosélytisme…
Mais il n’aurait pas supporté que les barbus lui interdisent de chanter car il est alors devenu un rappeur reconnu dans les cités.
Alors de cet islam qui ne tolère pas le rap, il ne veut plus :

« Quant à l’islam, je connais celui des quartiers et je sais dé­sormais qu’il s’agit d’une sorte de banlieue de l’islam !
J’ai eu la chance de pouvoir découvrir un autre islam, plus proche de son propre centre, et je fais désormais la différence ! »

Cet autre islam, c’est le soufisme, pra­tique religieuse basée sur l’ésotérisme et sur la spiritualité.
Et cuisiné à cette sauce-là, l’islam serait vraiment délicieux…
Dans « Qu’Allah bénisse la France », version livre, pages 147 et suivantes, « Abd Al Malik » raconte son cheminement spirituel :

« Voilà quelques années que je m’intéressais au soufisme, la mystique de l’islam. […]
Puis j’avais acheté des ouvrages sur le soufisme […]
J’avais à la même époque rencontré dans mes lectures la figure de l’émir « Abd el-Kader ».
A mon grand étonnement, je découvrais que ce héros de la résistance algérienne contre les armées françaises avait été aussi un grand « soufi » et un sublime poète mystique. »

On rappellera toutefois à Abd Al Malik qu’en 1839, pour lutter contre les Français, Abd el-Kader appela l’ensemble des tribus algériennes et toute la smala à la… guerre sainte, au djihad !

Ce qui prouve que derrière un « soufi » on peut toujours trouver un djihadiste…

L’impôt ou le denier du culte… musulman !

Que « Régis Fayette-Mikano », alias « Abd Al Malik », fasse un film pour faire l’apologie du soufisme, c’est son problème.
Mais ce qui est très dérangeant, c’est que cette propagande soit financée avec des deniers publics !
A l’affiche du film, outre les comédiens, on trouve ainsi une ribambelle d’acteurs… économiques, qui jouent avec de l’argent public !
Au générique on peut ainsi lire :
-en coproduction avec France 2 Cinéma…
-avec la participation de France 2…
-en association avec la Banque postale…
-avec le soutien de la Région Alsace, de la Communauté urbaine de Strasbourg, du « CNC »…

Alors qui a payé quoi dans cette histoire ?
Avec les montages alambiqués qu’affectionne le monde du cinéma subventionné, il est toujours difficile de s’y retrouver.
On peut toutefois tracer les grandes lignes du scénario.
Quand le film a reçu l’agrément du « CNC » (« Centre national du cinéma »), son devis était de 2 498 260 euros.
Or dans un document adressé au conseil régional d’Alsace (afin d’obtenir une subvention), le budget s’élevait cette fois à 3 582 434 euros.
Une différence de plus d’un million d’euros !
Comment a-t-elle été comblée ?

Combien d’argent public ?

A-t-il été injecté pour produire ce film ?
Le 27 juin 2013, la société « Les Films du Kiosque », à l’origine du film, a signé un accord de coproduction avec Fran­ce 2 Cinéma, filiale du groupe France Télévisions.

On peut donc en déduire que (car le formulaire sur le site de « France 2 Cinéma », que nous avons rempli pour obtenir les chiffres exacts est à ce jour resté sans réponse) que l’arrivée de ce partenaire de poids, et du service public, a fait tomber un million d’euros dans les caisses de la production.
Directement, via le contrat signé par France 2 Cinéma, et indirectement, via une participation exceptionnelle de France 2.
A ce contrat en or, il faut ajouter d’au­tres subsides et avantages.
« Qu’Allah bénisse la France » a reçu 75 000 euros de subvention de la région Alsace et 80 000 euros de la Communauté ur­baine de Strasbourg.
Le « CNC » a aussi versé son écot.
Dès décembre 2011, il a accordé une « aide au développement de projets de films de long métrage », puis en 2 014 une « avance sur recettes après réalisation », ainsi qu’une « aide complémentaire à la production », pour un montant total qu’on peut estimer à 125 000 euros (car le « CNC » ne communique pas le détail des aides qu’il accorde).
Le film a également bénéficié du « fi­nancement Sofica » :
C’est un placement qu’une banque propose à ses clients pour financer le cinéma, sans leur dire quels films en profitent…
Epargnants, apprenez ainsi que si vous avez souscrit au fond de placement « Image 7 », proposé par la Banque postale, vous avez à l’insu de votre plein gré financé « Qu’Allah bénisse la France » !
Enfin, bonus, le film a obtenu le label « CIC » :
le Crédit d’impôt cinéma.
Ce dispositif permet aux producteurs de payer moins d’impôts…
Au final, vu la multiplicité des aides et avantages accordés, difficile de chiffrer précisément combien d’argent public a été injecté pour produire ce film.
Mais si on avance un pourcentage de 50 %, on ne doit pas être loin du compte…

Allah peut bénir les contribuables français.

Pierre Tanger

http://www.minute-hebdo.fr/  du 28/10/2014

« L’intégrisme existe mais ne concerne qu’une minorité. »
C’est « Régis » qui le dit !
Cette minorité est le ver dans le fruit pourri de l’islam, il faut jeter ce fruit !

 

noir (1)

Ce Que Hollande Voulait Cacher

hollande-merkel-582771-jpg_398920-500x217 (1)

Traduction intégrale de l’ ultimatum de Bruxelles
avant la mise sous tutelle de la France

Contrairement à son homologue italien, François Hollande a refusé de divulguer la lettre de Bruxelles concernant le budget prévu pour 2015 :

« C’est une lettre ‘très banale’ On peut ne pas publier des lettres très banales ?
C’est une lettre qui demande simplement de l’information et qui demande à poursuivre le dialogue … « 

Bref, effet Streisand garanti :
Le refus infantile du locataire de l’Élysée a braqué les projecteurs sur l’ultimatum courtois mais on ne peut plus ferme des experts européens.

La France comme l’Italie, Malte, l’Autriche et la Slovénie en délicatesse avec les règles du pacte de stabilité et de croissance (PSC) ont reçu un rappel à l’ordre de la Commission européenne.
Pour la France, le gouffre entre ses engagements européens et son projet de budget 2015 est terrible avec un déficit abyssal de 95 milliards d’euros soit 4,3% du PIB prévu en 2015, très éloigné des 3% que Paris devait atteindre cette année 2014  et ce, malgré un plan, disons plutôt des velléités d’économies de 50 milliards d’euros d’ici 2017…

Du coup, j’ai bien envie de me fendre moi aussi de ma petite lettre à Hollande.

Alors François,
Comme ça, tu ne voulais pas montrer ton bulletin de notes
 signé par Jyrki Katainen, Commissaire européen aux affaires économiques et financières, et adressé à ton Sapin de ministre de finances ?
Pas de chance pour toi, ce chenapan de « Plenel » s’en est emparé et les canailles de ta « drame team » du quotidien « Le Monde » se sont bien moqués de toi, gentiment je te rassure.

A mon tour, je tenterai de t’expliquer en mots simples pour que tu comprennes bien ce dont il s’agit.
En anglais chaque mot est important.
Même pour exprimer la fermeté et si le contenu est assassin, la tournure est toujours très policée, « a fortiori » dans ce type de courrier « diplomatique ».
Le ton de cette lettre ICI en anglais est sans appel.

Une simple analyse sémantique démontre à quel point ce courrier est tout sauf « très banal » :

  1. Rappel de l’autorité et de l’expertise incontestables de la Commission européenne>
    « Submission » Le projet de Plan Budgétaire (PPB) n’est pas « proposé » mais  bien « soumis » par la France à une autorité supérieure qui décide.
    « Confirmed on the basis of recalculation by the commission »les calculs faits et refaits par les experts européens n’ont rien de fantaisiste et sont donc sans appel !
  2. Déficit excessif, viol des obligations budgétaires et irrespect des délais fixés>
    La répétition « Excessive deficit » souligne la gravité de la situation
    > « To be well below the level recommended » Non seulement l’ajustement de la France est très insuffisant mais ce PPB français viole (« breach« )les obligations de politique budgétaire.
    > “The DBP itself does not plan” Ce projet est « en lui-même » symptomatique de l’absence de décisions gouvernementales salutaires dans le délai contractuel (« the deadline« ).
  3. Tout a déjà été dit  sur la situation de la France.
    Une justification de cet immobilisme -incapacité- et surtout des actions urgentes sont attendues par Bruxelles.

    Against this background, further exchanges of information have already taken place
    Nous avons déjà amplement parlé de cette posture adoptée par la France incompatibles avec les exigences d’une stabilité économique et financière du pays et par conséquent de l’Europe dans son ensemble.
    Trêve de baratin, il faut agir maintenant, il faut des résultats !
Bruxelles au gouvernement
- Traduction intégrale et littérale par Calculette -
a écrit:

Cher Ministre,
Je tiens tout d’abord à vous remercier pour la soumission du projet de plan budgétaire (PPB) 2015  pour la France que nous avons reçue le 15 octobre.
Fondé sur cette soumission par la France, le PPB en lui-même ne prévoit pas de ramener le déficit public global sous la barre des 3%, valeur de référence prévue par le Pacte de Stabilité et de Croissance (PSC) pour 2015,  qui est la date limite fixée par le Conseil dans ses recommandations du 21 juin 2013 en vue de mettre un terme à la situation de déficit public excessif que connait la France.
Selon nos analyses préliminaires -confirmées par le recalcul des services de la Commission dont la méthodologie est généralement admise- l’ajustement du déficit structurel est attendu bien en deçà du niveau recommandé.
A cet égard, il est clair que le projet de plan budgétaire 2015 prévoit de violer les obligations de politique budgétaire qui résultent de la recommandation du Conseil en matière de procédure de déficit excessif.
Dans ce contexte, des échanges complémentaires d’informations ont déjà eu lieu entre vos services et la Commission.Conformément aux dispositions de l’article 7(2) de la Réglementation (EU) N° 473/2013 du 21 mai 2013, ce courrier a pour objet de vous demander les raisons pour lesquelles la France prévoit de dévier des objectifs budgétaires fixés par le Conseil, concernant tant le déficit public général que l’ajustement de l’équilibre structurel en 2015.
J’aimerais également savoir de quelle manière la France entend se conformer intégralement à ses obligations de politique budgétaire en vertu du Pacte de stabilité et de croissance pour 2015.
La Commission cherche à maintenir un dialogue constructif avec la France en vue d’aboutir à une estimation finale.
Je serais cependant heureux de recueillir au plus tôt votre position, si possible pour le 24 octobre, ce qui permettrait à la Commission de prendre en compte le point de vue de la France dans la poursuite de la procédure.
Sincèrement vôtre,
Jyrki Katainen.

Cette lettre que tu qualifies de « banale » François, te rappelle qu’elle s’inscrit dans le cadre de l’article 7(2) de la Réglementation (EU) N° 473/2013 du 21 mai 2013 qui définit la procédure « dans les cas exceptionnels, lorsque la Commission décèle un manquement particulièrement grave aux obligations de politique budgétaire prévues dans le pacte de stabilité et de croissance (PSC) »

Voilà François, il faut que je te dise qu’un courrier en anglais d’une telle tonalité que tu voulais garder pour toi tout seul, déclencherait un véritable branlebas de combat dans une entreprise privée internationale .
C’est un coup de semonce François, un ultimatum, c’est chaud pour toi !
La prochaine étape risque bien d’être la mise sous tutelle de la France
(Probablement ce qui aujourd’hui peut nous arriver de mieux !)

♬♫  Et si tu’m’crois pas hey… t’ar ta gueule à la récré ! ♬♫

« Friendly »comme tu signes si bien François, en anglais.

« Calculette » qui spikingliche, elle.

Calculette

http://revolte.exprimetoi.com/  du 25/10/2014

Et Nos Gouvernants Laissent Faire.

Pantin

Les djihadistes turcs en Syrie et en Irak peuvent venir en Europe sans visas.

« La porte de l’Europe sans visa va désormais être ouverte », se félicita le président islamiste de la Turquie Recep Erdogan après la signature d’un accord avec la commissaire européenne aux Affaires intérieures, Cecilia Malmström, permettant aux ressortissants turcs de venir dans l’espace Schengen sans visas de tourisme .

L’accord bilatéral est effectif depuis le 1er janvier 2014.

(Quel média a évoqué cette nouvelle ?
Le peuple est toujours le dernier informé !
Rien d’étonnant qu’il y ait des djihadistes européens en Syrie et en Irak !
pelosse)

Alors que la moitié des effectifs du Front « Al Nosra » en Syrie est composé de turcs, qui garnissent largement les rangs des autres groupes armés djihadistes tels que l’Etat islamique ou le Front Islamique, cette libre circulation est inquiétante.
La Turquie laissant à dessein ses frontières ouvertes pour le passage des djihadistes combattant Damas, l’ennemie jurée, il est mécaniquement très simple pour les combattants turcs de prendre ensuite un billet d’avion depuis la Turquie pour rejoindre n’importe quelle ville européenne.

La France n’a aucun moyen de refuser cet accord étant donné qu’elle a ratifié en 1998 (Traité d’Amsterdam) et 2007 (Traité de Lisbonne) le transfert de sa politique migratoire à l’UE.
Une coproduction UMP/PS permettant à ce pays où 40% de la population « a une opinion négative des Chrétiens«  (sondage Université de Sanbancu) de coloniser une Europe devenue la folle du village mondial.

J’ai personnellement interrogé Claude Guéant lors du diner débat de La Droite Libre le 7 octobre dernier sur la fin des visas pour les Turcs, qui, on s’en doute, ne viennent pas tous visiter Versailles.
L’ancien secrétaire général de l’Elysée m’a répondu en approuvant cette libre circulation arguant du fait que les Français partant en vacances en Turquie n’avaient non plus plus besoin de visas.
Claude Guéant qui a défendu le super état européen et le Traité de Lisbonne durant la soirée, ne m’a pas surpris, même si sa volonté de changer la constitution, de dénoncer la convention européenne des droits de l’homme et de ne plus se coucher devant la CEDH concernant le droit d’asile (largement instrumentalisé à des fins de colonisation), avait permis d’espérer quelque chose de la droite républicaine.

Joachim Véliocas- Observatoire de l’islamisation.

http://fr.novopress.info/  du 25/10/2014

Ils se comportent en marchands d’esclaves !
Les européens sont vendus à la criée, sur le nombre, car des « sans dents » ça ne doit pas valoir cher !
Mais c’est coriace et ils ne sont pas au bout de leurs échecs !

Les Patrons Complices Du Chômage !

a circuler

La Police de l’Air et des Frontières voit arriver du « beau monde » !

Et on nous dit que le taux de chômage augmente en France.

Chers Tous,

Une fois n’est pas coutume, je me permets un coup de gueule…

Mon métier m’amène à filtrer ce qui entre dans notre cher pays, du moins ce qui arrive par les airs dans la région Rhône-Alpes.

Depuis une quinzaine de jours j’assiste à ceci :
(je vous laisse juge…)

Vol en provenance d’Istanbul :
-96 turcs avec chacun un visa en règle sur le passeport et contrat de 5 mois de travail signé par un représentant du groupe ACCOR,
1438,80 EUR brut par mois
-Spécialités : cuisiniers -nourris -logés blanchis
-lieux de travail : Megève – Courchevel – les Arcs -
-Vol aller/retour payé par l’employeur.

Vol en provenance de Djerba :
-92 tunisiens avec chacun un visa en règle sur le passeport et contrat de 5 mois de travail signés par une représentante du groupe CLUB MED,
1477,99 EUR brut par mois
-Spécialités : cuisinier ou serveur – nourris logés blanchis
-lieux de travail : les 2 Alpes – Méribel -les Ménuires- la Plagne -
-Vol aller/retour payé par l’employeur.

Et enfin la crème :

Vol en provenance de Casablanca :
-128 marocains avec chacun un visa en règle sur le passeport et contrat de 5 mois de travail signé par une représentante du groupe CLUB MED,
de 1477,99 EUR à 1530,47 EUR brut par mois
-Spécialités : cuisinier ou serveur – nourris logés blanchis
-lieux de travail : les 2 Alpes – Avoriaz – Chamonix – Tignes -
-Vol aller/retour payé par l’employeur.

La moyenne d’âge varie entre 25 et 50 ans, la totalité ne parle quasi pas un mot de français mais ont tous le même sourire de « faux-cul » rivé sur la face au moment du contrôle (surtout dans le vol n°3) avec des « merci chef » ou « merci bocou missiou » qui puent la franchise de l’âne qui recule…

BREF…

Tout ça pour dire qu’au lieu d’embaucher des locaux, il est plus rentable, pour ces groupes hôteliers, d’aller chercher ces types qui n’hésitent pas une seconde à s’expatrier pour venir bosser 5 mois dans un pays dont ils ne parlent pas la langue.

Il Faut dire qu’avec ce qu’ils empochent et qu’ils ramènent au bled, ils font vivre leurs familles pendant bien plus longtemps et font construire des villas car, bien évidemment, ce ne sont pas ces gens-là qui vont faire marcher le commerce en dépensant leurs économies en France…

Mais ce qui me déglingue encore un peu plus, c’est que la quasi-totalité d’entre eux (toutes provenances confondues) sont musulmans, probablement pratiquants, et ils viennent bosser dans la restauration, qui plus est en montagne.. et qu’est-ce qu’on mange le plus souvent en montagne l’hiver ?
Ben des raclettes, des tartiflettes, des fondues avec l’assiette de charcuterie qui va bien avec… bref du PORC !!!
Alors ils en font quoi de leur religion et de leurs putains de principes quand ils doivent trancher et disposer le jambon, le saucisson, le lard et le reste dans les plats et sur les assiettes hein ! !

Ce n’est pas du halal là !!!

Pour 7000 EUR, il n’y a plus d’Allah et de volonté divine ???

Chapeau la bouffe traditionnelle montagnarde française…
« préparée par des cuistots du pays… avec amour et savoir-faire ancestral… »

Alors voilà :
je vous invite à faire passer le mot mais surtout à BOYCOTTER ces groupes hôteliers « aux pieds des pistes » pour privilégier les petits chalets ou les chambres d’hôtes, les restaurants « bien de chez nous », ce qui souvent, revient moins cher pour le séjour une fois tout ajouté.
Merci de m’avoir lue jusqu’au bout.

Autre Que Réseau Social

 

Bravo Madame d’avoir le courage de le dire sans vous cacher !

1...678910...17

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43