Archive | Toutes Religions Flux RSS de cette section

Nagasaki Ou La Vengeance De Yahvé !

nucléaire

Pourquoi Nagasaki ?

Le bombardement de Nagasaki, totalement inutile d’un point de vue stratégique après l’atomisation d’Hiroshima, était en fait une vengeance de Yahvé, dieu des juifs, car pendant des siècles Nagasaki avait été un haut lieu de crucifixion de l’envahisseur judéo-chrétien.

De 1587 à 1873 des missionnaires, des prédicateurs et des traîtres convertis à cette religion racialement étrangère avait régulièrement été crucifiés afin d’aller plus vite rejoindre leur dieu juif dont, affirment-ils eux-même, toute souffrance les rapproche. 
Les autorités japonaises leur imposaient plusieurs promenades d’infamie avec l’annonce publique de leur délit et la sentence écrite devant le cortège.
Puis ils recevaient des châtiments corporels :
les soldats japonais leur tranchaient une partie de l’oreille gauche, châtiment atténué inspiré de celui qu’on appliquait aux malfaiteurs au Japon, lequel consistait à amputer du nez et des oreilles.
Ensuite, à leur arrivée sur une colline dominant Nagasaki et la mer, ils étaient attachés à des croix par des carcans métalliques autour des chevilles, des poignets et du cou, élevés à la verticale et exécutés par deux ou trois coups de lance qui, traversant les flancs, transperçaient le cœur.
D’après la sentence et suivant les lois japonaises, les corps devaient rester en croix jusqu’à ce qu’ils tombent d’eux-mêmes, l’exhibition brutale des corps suppliciés étant à même d’inspirer la terreur et le rejet pour les autorités japonaises puisque la peine de mort attendait ceux qui adopteraient le judéo-christianisme.
Peines justifiées et plutôt légères comparées à la lente agonie des crucifiés en Orient.

Les effroyables tourments imposés aux Asiatiques par les judéo-chrétiens furent immensément supérieurs !
75 000 des 240 000 habitants de Nagasaki furent tués sur le coup, mais autant d’habitants décédèrent des suites de leurs maladies ou de leurs blessures — non seulement des Japonais mais aussi 13 000 Coréens, travailleurs forcés dans leur grande majorité, et même 200 prisonniers de guerre alliés !!!
L’Empereur « Hiro-Hito » avait donc fait preuve de sagesse et de logique en s’alliant avec le Blanc antichrétien Hitler contre les Blancs judéo-protestants anglo-américains :
Racisme oui, xénophobie non !

Autre Que Réseau Social

C’est La Fête De La Chandeleur !

chandeleura

Présentation de Jésus
au Temple

La Chandeleur commémore le 2 février la Présentation de Jésus au Temple, à Jérusalem, 40 jours après sa naissance.
Ce faisant, ses parents se conformaient à une coutume hébraïque qui voulait que les premiers-nés fussent consacrés au Seigneur.

La Chandeleur était autrefois appelée « Purification de la Vierge Marie » car elle rappelait le rituel des relevailles consécutives à tout accouchement.

L’évangéliste Luc raconte qu’à cette occasion, un vieil homme, « Syméon », et une prophétesse, « Anne », reconnurent dans l’enfant l’« Oint du Seigneur » (le Christ) :

em>« Syméon prit l’enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant :
Maintenant, ô Maître, tu peux laisser ton serviteur s’en aller dans la paix, selon ta parole.
Car mes yeux ont vu ton salut, que tu as préparé à la face de tous les peuples :
lumière pour éclairer les nations païennes, et gloire d’Israël ton peuple »
(Luc, 2, 22-40).

Le chant de grâces de Syméon est repris tous les soirs par les ecclésiastiques du monde entier.

La fête de la Chandeleur, ou fête des chandelles, débutait à Rome, au VIIe siècle, par une procession du Forum à la basilique Sainte-Marie-Majeure.
Les fidèles se mettaient en route avant l’aurore, en portant des chandelles, d’où le nom de la fête.
Ils allaient de cette manière symbolique à la rencontre de Dieu.

D’aucuns pensent que cette fête chrétienne aurait pris la place des « Lupercales » romaines vers le Ve siècle.
Les fêtes en l’honneur de « Lupercus », ou « Pan », dieu de la fécondité, donnaient lieu à une procession aux flambeaux aux alentours du 15 février.

Selon une autre interprétation, la « Chandeleur » se serait substituée à une fête en l’honneur de « Proserpine », alias « Perséphone », déesse des moissons et de la fécondité.
Cette fête se célébrait à la lumière des torches et autour d’une galette de céréales.
Aujourd’hui encore, le 2 février, il est de tradition de faire des crêpes.

En Amérique du nord, une légende probablement d’origine amérindienne fait du 2 février le « jour de la Marmotte » (« Ground Hog Day »).
À midi, ce jour-là, la marmotte sort de son terrier et inspecte les environs.
Si elle aperçoit son ombre et juge que le ciel est suffisamment ensoleillé, elle flâne et prend son temps avant de retourner se mettre à l’abri pour tout juste six semaines, autrement dit jusqu’à l’arrivée du printemps.
Si elle trouve le ciel trop couvert et rentre rapidement à l’abri, c’est le signe d’une arrivée plus tardive du printemps.

http://www.herodote.net   du 02/02/2016

 

« Boubakeur » Est Un Parasite Imposé!

chartres-300x168 (1)

Notre civilisation n’est pas
un espace à conquérir !

Le recteur de la Grande Mosquée de Paris, plein de componction, a présenté la transformation d’églises en mosquées comme une possibilité somme toute assez logique.
Lorsqu’on travestit à ce point la réalité dans un débat, on ne peut qu’éveiller des doutes dans les esprits animés des meilleures volontés.

Certes, l’islam s’est plu à évoquer les religions du Livre puisque chrétiens, juifs et musulmans ont en commun l’Ancien Testament, et que Jésus et Marie sont cités avec déférence dans le Coran.

Mais sous cette apparence œcuménique se cache une réalité toute différente.
Monsieur « Boubakeur » nous dit que c’est le même Dieu.
Or, dans le Coran, Le Dieu trinitaire des chrétiens est clairement visé comme une conception « associationniste », qui est le péché le plus grave.
Il y a, par ailleurs, peu de rapport entre le message évangélique du Christ, celui de l’Amour, et l’exigence de soumission formulée par le Dieu vindicatif qui transmit ses volontés à Mahomet.

À part l’idée d’un Dieu créateur unique, les théologies n’ont guère de point commun.

Le président du Conseil français du culte musulman nous dit encore que les rites sont voisins et fraternels.
Or, il n’y a rien en commun en ce domaine.
D’abord, l’une des innovations essentielles du christianisme se situe dans l’approche des rites que résume saint Paul :

« La vraie circoncision est celle du cœur, selon l’esprit et non selon la lettre. »

Le rite vient après la disposition de l’esprit.

La précision du Coran sur les obligations rituelles s’oppose radicalement aux Évangiles qui indiquent un chemin à suivre, non des règles à observer.
De plus, les textes de l’islam manquent singulièrement de fraternité à l’égard des chrétiens.
Ainsi, la sourate 9 :

« Tuez les associateurs où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les, et guettez-les dans toute embuscade. »

La religion musulmane présente une particularité historique à laquelle la situation actuelle ne fait pas exception.

Elle s’est répandue par la conquête, et a soumis les mécréants conquis à la dhimmitude.

La présence d’un grand nombre de musulmans sur le territoire français a bouleversé notre laïcité mêlée de christianisme, tous deux apaisés.
Paradoxalement, on parle davantage de cette religion minoritaire que de nos traditions catholiques. Lorsqu’on s’inquiète, à juste titre, de la menace qui pèse sur notre identité quand on évoque la transformation d’églises en mosquées, on devrait aussi s’interroger sur le renoncement à cette identité qui vient de notre ignorance et de notre mollesse.
La France couverte d’églises, de cathédrales, de couvents et d’abbayes, parcourue en tous sens par des pèlerinages et des processions, a laissé la place aux foules de consommateurs qui se pressent dans les hypers, si possible le dimanche.
La visibilité d’une minorité religieuse importée a réveillé le laïcisme au point de mettre en question les symboles chrétiens qui font partie de notre paysage culturel.
Au-delà de l’opposition entre deux religions qui n’offrent pas la même vision de l’humanité, et notamment de la femme, c’est une confrontation entre deux civilisations qui se déroule.

Il faut être à la hauteur de celle à laquelle nous appartenons.

Que les musulmans puissent pratiquer leur culte dans des conditions convenables est souhaitable.
Que la plupart souhaitent mener une vie tranquille et compatible avec notre mode de vie est probable.
Que certains trouvent dans leur religion des règles qui les aident à bien vivre en société est sans doute vrai.

Mais il est impératif de remettre les pendules à l’heure :
Celle du clocher de l’église, qui rappelle que notre vieille civilisation est romaine et chrétienne, et qu’elle n’est pas un espace à conquérir.

Christian Vanneste

http://www.bvoltaire.fr/  du 21/06/2015

Les Guerres De Religions Millénaires.

passion (1)

Les Israëlites attendent
toujours le Messie

Les juifs persécutent les chrétiens depuis 2 000 ans !
« Saint Paul », dans sa Première Lettre aux Thessaloniciens, faisant un crime de la perfidie des juifs qui molestaient les premiers convertis de leur nation, dit :
(I Tes. II, 15-16)

15 – De ces Juifs qui ont mis à mort le Seigneur Jésus et les prophètes, nous ont persécutés, ne plaisent point à Dieu et sont ennemis du genre humain ,
16 –  Nous empêchant de prêcher aux nations pour leur salut : de sorte qu’ils comblent sans cesse la mesure de leurs péchés.

Nous avons vu comment les juifs empêchaient cette prédication, en paroles et en actes. Cette action perfide se perpétuera de la même façon dans les époques postérieures.
– « Saint Justin », dans son fameux «Dialogue avec le juif Tryphon» dit souvent que les juifs, après avoir tué « le Juste », et, avant « Lui », les Prophètes, déshonorent maintenant et apostrophent vivement les chrétiens, et quand ils le peuvent, ils vont jusqu’à leur ôter la vie. (XVI, CXXXIII).
– « Saint Basile » affirme qu’autrefois les juifs et les païens ont lutté entre eux, mais que maintenant, aussi bien les uns que les autres, ils luttent contre le christianisme.
Ainsi voyons-nous les juifs jusqu’à Smyrne en 155, réclamant des supplices pour « saint Polycarpe » (Martyrium Sancti Polycarpi).
En 250, nous les voyons insulter les chrétiens qui refusent d’apostasier (passion de saint Pionié).
En 304, on les trouve encore parmi les plus violents de ceux qui veulent obliger « saint Philippe » et son diacre « Hermès » à sacrifier aux idoles (passion de « saint Philippe d’Héraclée »),
et également dans les actes des martyrs de «  »saint Pons de Cimiez », – en l’an 261 et de « saint Marcien de Césarée ».
En Mauritanie en l’an 303, figurent les juifs en train d’exciter les païens contre les saint martyrs.

Ce sont aussi eux qui élèvent des calomnies contre les chrétiens pour susciter des persécutions de la part des païens comme l’affirment « saint Justin », « Tertullien » (Ad Marcionem III XXIII), « Origène » (C. cela VI, XXVII), et « saint Grégoire de Nazianze » (oratorio II contra Jud.)
Les juifs jouissent de collaborer avec « Julien l’Apostat » dans les terribles persécutions contre les chrétiens.
(Socrates, Histoire Eccl. III, XVII)
En Perse, disent les Actes de « saint Simon-bar-Sabae », « Patriarche de Séleucie », la persécution de « Sapor » est fomentée par les juifs, «ces perpétuels ennemis des chrétiens qui se trouvent toujours dans les temps de tempête, tenaces dans leur haine implacable, et qui ne reculent devant aucune accusation calomnieuse».

A Singarah, en l’an 390, l’enfant juif « Abdul Masich », qui s’était converti au christianisme, est décapité par son père !
En l’an 524, le roi des Hyniarites, « Dhom Nowas », juif, déchaîne, à l’instigation des juifs, une persécution criminelle contre les chrétiens.
(H.Leclerc, Les martyrs, Paris 1905, tome IV, p. 103)
A Antioche, en l’an 603, les juifs se précipitent sur les chrétiens, en tuent un grand nombre, et brûlent les cadavres.
En Palestine, en l’an 614, ils massacrent les chrétiens par milliers et incendient les églises et les couvents.
(Voir l’article de F. Vernet «Juifs et Chrétiens» dans le Dictionnaire d’apologétique).

A partir du XIIè siècle, ces persécutions diminuent, non pas que la haine se soit amoindrie, mais parce qu’étant donné la vigilance de l’Eglise et de l’Etat, les possibilités de les réaliser diminuent.
Cependant, nous voyons les juifs s’allier aux hérétiques dans la destruction du christianisme.
Par leurs intrigues, ils décident « Léon Isauricus » à sa campagne iconoclaste. Les juifs inspirent « les Cathares » et « les Vaudois » et s’allient à eux.

Une ordonnance de Philippe le Bel, du 6 Juin 1299, nous montre que les juifs cachaient les hérétiques en fuite (Donais, l’Inquisition, Paris 1906)
et en 1425, le duc de Bavière châtia les juifs de son duché, qui avaient fourni des armes aux « hussites » contre les chrétiens.
(Eglise hussite : église réformée tchèque)

Il n’est pas aventuré d’affirmer, avec le juif « Darmesteter » (« Les Prophètes d’Israël »), que tous les révolutionnaires de l’esprit (par conséquent les hérétiques) viennent à lui, à l’ombre ou en pleine lumière, pour recueillir l’arsenal criminel de raisonnements et de blasphèmes qu’il léguera ensuite à la postérité.
(Voir « Louis Dasté », « Les Sociétés Secrètes et les juifs », Paris 1912).

allianceantechrist (1)

Les juifs, s’ils veulent la disparition du christianisme, doivent aussi travailler à la destruction des Etats chrétiens, et c’est ainsi que nous les voyons à toute époque, occupés à la tâche de conspirer contre l’Etat qui leur donne l’hospitalité.
Jamais on ne les a vus s’assimiler au pays qui les a accueillis !
Au contraire, ils forment en son sein un foyer permanent d’espionnage, disposés à le remettre au premier ennemi qui se présentera.

L’accusation du ministre « Aman » au roi « Assuérus » contre les juifs captifs à Babylone a en tout temps et en tout lieu une surprenante actualité :

«Il y a un peuple, dit-il, répandu par toute la terre, qui se gouverne par des lois propres, et qui, s’opposant à la coutume de tout le monde, méprise les ordres des rois, et, par sa désunion, met le trouble entre les races.
Nation contraire à tout le lignage des hommes, qui suit des lois perverses et trouble la paix et la concorde des provinces».

En Espagne, en 694, en accord avec leurs frères d’Afrique, les juifs trament une conjuration pour ouvrir la péninsule aux Arabes.
En 711, ils s’allient avec les Arabes ! ! !
En852, ils livrent Barcelone.
En France, en l’an 507, ils accusent « saint Césaire », Evêque d’Arles, de vouloir livrer aux francs la ville occupée par les wisigoths, tandis qu’un juif, au nom de ses coreligionnaires, s’offre aux assiégeants pour les introduire dans la place.
Jusqu’au XIIè siècle, à Toulouse, dura la pratique de la « colaphisation » :
Le Vendredi Saint, le représentant de la communauté juive devait recevoir en présence du Comte une gifle, en châtiment de la trahison faite par les juifs en faveur des musulmans.
La même pratique existait à Béziers.
En l’année 845, la ville de Bordeaux fut livrée aux normands par les juifs,
et à la fin du XIIè siècle, ils se seraient entendus avec les mongols contre les chrétiens de Hongrie.

Abbé Julio Meinvielle

https://bibliothequedecombat.wordpress.com  du 01/07/2013

Il n’y a aucun anti-sémitisme, seulement un recueil de faits historiques et de traditions trop habilement déformés ou oubliés dans nos manuels scolaires ou touristiques.
Mais les noms de lieux restent, ils ne mentent pas !

Que Se Passe-T-Il Dans L’ Au – Delà ?

panique-163x109-1 (1)

Numérique Au Paradis

Il y avait, dans un village, deux hommes qui s’appelaient Francis.
L’un était prêtre et l’autre chauffeur de taxi.
Le destin voulut que tous deux meurent Le même jour.
Ils arrivent au ciel et se présentent devant Le Seigneur.

Francis, Le chauffeur de taxi passe en premier.
Dieu consulte ses registres et lui dit :
« Très bien, Mon fils.
Tu as gagné Le Paradis.
Tu as droit à une tunique en fils d’ or et un bâton en platine.
Tu peux y aller. »

Quand passe l’autre Francis, Dieu lui dit :
« Bien, TU as mérité Le Paradis.
Tu as droit à une tunique de lin et un bâton en chêne. »
Le prêtre EST surpris :
« Pardon Seigneur, mais IL doit y avoir une erreur.
Je suis bien Francis, Le prêtre ! »

« Oui Mon fils, TU as mérité Le Paradis avec cette tunique de lin. »

« Non ! Ce n’est pas possible !
Je connais l’autre Francis, IL vivait dans Mon village.
C’ était une catastrophe comme chauffeur de taxi !
Il avait Des accrochages tous les jours,
IL roulait comme un dingue et conduisait très mal.
Et moi  j’ AI passé 50 ans de ma vie à prêcher tous les dimanches à la paroisse.
Comment EST-IL possible qu’ on lui donne la tunique en fil d’ or et à moi celle-ci ? »

Et Dieu lui répond :
« Non, Mon fils, IL n’ y a aucune erreur.
Nous faisons maintenant Des évaluations et Des bilans. »

« Comment ?…
Je NE comprends pas. »

« Oui, nous travaillons au résultat et avec Des objectifs .
Durant ces derniers 25 ans, chaque fois que TU prêchais, les paroissiens s’endormaient… »

Mais lui, chaque fois qu’il conduisait, tout Le monde priait !

 

Autre Que Réseau Social

Où Est Le Vrai Respect Des Morts ?

tombes2-300x135 (1)

Pourquoi deux poids et deux mesures ?

L’acteur Roger Hanin, qui avait quitté Alger en 1948, mais s’était fait le complice des indépendantistes du FLN (décoré en 2000 par le président Bouteflika de la plus haute distinction nationale « Achir » pour son engagement, et celui de son père, en faveur de l’indépendance de l’Algérie), avait émis comme l’une de ses dernières volontés d’être enterré à côté de son père au cimetière de Saint-Eugène (Alger).

Cela n’a pu se faire et l’on a évoqué pour cet empêchement des problèmes techniques.

« Roger Hanin » a donc été enterré à 15 mètres environ de la tombe de son père, « Joseph Lévy ». « Kader », conservateur de ce cimetière, ne s’étend pas sur l’origine de ces problèmes techniques.
(Source : le quotidien « El Watan »).

En revanche, et malgré ma question restée sans réponse à « El Watan » et à une délégation des juifs d’Algérie, il est impossible de savoir si la tombe du père de « Roger Hanin » n’a pas été tout simplement profanée, comme des centaines d’autres tombes, et qu’il s’agit de la raison principale de l’impossibilité de donner suite au souhait de l’acteur décédé.

profane-alger (1)

250 tombes profanées dans le cimetière juif de Sarre-Union, dans le Bas-Rhin, c’est injustifiable et ignoble.
C’est la première fois avec une telle ampleur sur le sol de France et cet acte soulève l’indignation nationale.

Mais des questions se posent :

– Un cimetière profané en France est-ce plus grave qu’un cimetière profané dans un autre pays ?

– Un cimetière juif profané est-ce plus grave qu’un cimetière chrétien, ou d’une autre religion ?

Des centaines de cimetières sont profanés dans le monde, en France, en Algérie, et dans ce pays cela nous concerne puisqu’il s’agit de cimetières où reposaient des Français, mais cela ne réveille pas toutes les consciences en France… « en tous les cas pas les mêmes » !

valls1

Fin 2005, une délégation d’anciens de Mers-el-Kébir (Algérie) visite le cimetière où reposent les plus de 1.300 victimes de cette tragédie (3 juillet 1940).
Une découverte terrible les attend :
Le cimetière laissé à l’abandon depuis 1993 (date à laquelle le Souvenir français a cessé de s’en occuper pour raisons de sécurité) a été vandalisé et profané.
Plus une seule croix debout, les plaques ont été dévissées.
La tombe de l’amiral Darlan fracassée, le mausolée dans lequel sont déposés les ossements des marins non identifiés est à ciel ouvert.
La délégation des marins est révoltée (de nombreuses photos sont prises par l’un des participants, Raymond Quessada).

Le gouvernement français interpellé se permet, avec l’accord des autorités algériennes, de raser les tombes et de remplacer les croix par des blocs de béton afin de ne pas provoquer l’actuelle République algérienne alors que la très grande majorité des victimes est originaire de Bretagne, donc catholique.

tombes-4

En 1940, Mers-el-Kébir fut une honte pour de Gaulle et l’Angleterre, mais en 2005, ce fut une honte pour la France et pour son gouvernement d’avoir cédé à cette humiliation.

Il s’agissait là de la plus grande profanation d’un cimetière dans le monde et je ne me souviens pas d’une indignation nationale !

tombes3 (1)

Manuel Gomez

http://www.bvoltaire.fr/  du 18/02/2015

tombes (1)

Le Pape François Se Fait Leurrer.

 la-croix-2-1024x768-500x375 (1)

Christianisme et Islam  ne sont pas comparables !

De nos jours, il devient de plus en de plus difficile de savoir à quelle sainteté se vouer.

Lors de sa visite en Turquie, le pape François a loué les« inestimables trésors spirituels » et la « sacralité de la vie humaine » de l’Islam. Et sa Sainteté de rajouter :

« Musulmans et Chrétiens, nous sommes dépositaires d’inestimables trésors spirituels, parmi lesquels nous reconnaissons des éléments qui nous sont communs.»

Non, votre Sainteté, l’Islam n’est pas comparable au Christianisme.
Les milliers de Chrétiens persécutés et massacrés au nom de l’idéologie que vous encensez ne pouvant pas en témoigner, quelque éléments objectifs issus de la « Sunna » et des Évangiles, permettront probablement de nuancer vos propos.

L’Islam incite à combattre les mécréants jusqu’à ce qu’ils témoignent qu’il n’y a de dieu qu’Allah et que Mohamed est son messager (Muslim 1:33).
Nos valeurs chrétiennes nous incitent à ne pas verser le sang des autres car tous ceux qui prendront l’épée périront par l’épée (Matthieu 26:52).

Allah hait ceux qui n’acceptent pas l’Islam (Coran 30:4, 3:32, 22:38 ).
Mon Dieu a tant aimé qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle (Jean 3:16).

L’Islam condamne et lapide les adultères (Muslim 4206).
Nos valeurs préconisent à ceux qui s’estiment sans péché de jeter la première pierre (Jean 8:7).

L’Islam autorise à voler les biens des mécréants (Boukhari 44:668, Ibn Ishaq 76) et encourage l’usage du mensonge (Sahih Muslim 6303, Boukhari 49:857).
Nos valeurs nous l’interdisent (Matthieu 19:18).

Le prophète de l’Islam, modèle pour tous les musulmans sans distinction, a assassiné ceux qui l’ont insulté (Boukhari 56:369, 4:241) a incité les musulmans à punir ceux qui les offensent (Coran 2:194). Le Christ a prêché le pardon (Matthieu 18:21-22, 5:38), me dit que si quelqu’un me frappe sur la joue droite, de lui présenter l’autre joue (Matthieu 5:39), car le pardon, inexistant dans l’Islam, est le principal fondement du Christianisme.

L’Islam ordonne la guerre sainte, et celui qui pratique le « jihad » verra sa place au paradis revalorisée (Muslim 4645).
La mienne me dit :
Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu (Matthieu 5:9).

Mohamed a gardé en captivité des esclaves sexuelles (Bukhari 5:268, Coran 33:50), a commandité des assassinats (Ibn Ishaq 819, 995), a détenu des esclaves et en fit le commerce (Sahih Muslim 3901), a décapité 800 juifs hommes et jeunes garçons (Sahih Muslim 4390), ordonna 65 campagnes militaires au cours des 10 dernières années de sa vie et massacra les ennemis capturés au cours de ces batailles (Ibn Ishaq 451), ordonna la crucifixion des autres (Coran 5:33, Muslim 16:4131), tortura ses semblables (Muslim 4131, Ibn Ishaq 436, 595, 734, 764) et commanda que ses disciples donnent leur vie pour lui (Sahih Muslim 4413).
Le Christ, n’a fait aucune guerre, n’a torturé personne, a été crucifié et a donné sa vie pour le salut des autres.

Mohamed est mort gavé et riche grâce à tous les butins de guerre ou les rançons imposées aux vaincus. Le Christ est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie comme la rançon de plusieurs (Matthieu 20: 28).
Il lava les pieds de ses disciples (Jean 13:5).

L’Islam impose la persécution à mort des mécréants (Coran 8:39, 3:110).
Mes valeurs m’indiquent d’aimer mes ennemis, de bénir ceux qui me maudissent, de faire du bien à ceux qui me haïssent, et de priez pour ceux qui me maltraitent et qui me persécutent (Matthieu 5:44).

Le plus grand commandement de l’Islam est de croire au « Jihad » et la cause d’Allah (Muslim 1:149).
Le mien, c’est d’aimer son prochain comme soi-même (Matthieu 22:39).
(« Tu adoreras Dieu seul et tu l’aimeras plus que tout ».c’est tout de même le premier !)

Comme vous, votre Sainteté, je ne hais pas l’Islam, mais contrairement à vous, je l’ai compris.

Pierre Mylestin

http://www.bvoltaire.fr/  du 01/12/2014

Je décortique l’islam comme un programme scolaire.
Je ne le hais pas ce n’est pas une religion pour moi.

Nos Eglises Sont Bradées A Satan !

eglise vendue

A Wattrelos, ils ont vendu Saint-Louis pour en faire une… mosquée…!

La vente s’est faite dans des circonstances louches… qui laissent penser que, au moins les acheteurs, ils savaient qu’il y aurait levée de bouclier si le bon peuple de Wattrelos et d’ailleurs apprenait qu’un héritage chrétien allait devenir une mosquée.

  » L’AIR signe alors un nouveau compromis avec deux personnes sans aucun lien avec l’Association cultuelle wattrelosienne.
C’est pourtant cette dernière, qui devient propriétaire du bien dans l’acte de vente, les signataires du compromis faisant état d’une clause de substitution pour transférer à l’Association cultuelle la signature de l’acte authentique le 24 septembre.  »

Quant aux dénégations des anciens propriétaires, elles sont risibles, ils osent même évoquer une possible discrimination…
On leur rappellera que, à  Vierzon, après une campagne menée par plusieurs associations  dont Résistance républicainel’évêché était revenu sur sa promesse de vente…
Mais quand on n’a pas d’éthique on est prêt à tout, même à brader son âme, son héritage et ses valeurs.

http://resistancerepublicaine.eu/2012/leglise-de-vierzon-a-vendre-pourrait-etre-transformee-en-mosquee/

http://resistancerepublicaine.eu/2012/lettre-ouverte-a-leveque-de-bourgesa-propos-de-leglise-qui-pourrait-devenir-une-mosquee/

http://resistancerepublicaine.eu/2012/eglise-de-vierzon-une-solution-citoyenne/

http://resistancerepublicaine.eu/2013/eglise-de-vierzon-le-maire-pcf-contre-ceux-qui-refusent-quelle-devienne-une-mosquee/

http://www.leparisien.fr/societe/vierzon-l-eglise-saint-eloi-ne-sera-ni-une-mosquee-ni-un-lieu-integriste-04-04-2013-2696713.php

La solution de Vierzon aurait dû, aurait pu être la solution pour  Wattrelos.
Si la commune pouvait.. si la région, le département, l’Etat (et même l’Europe !) voulaient, eux qui sont si peu avares de nos deniers quand il s’agit de journée du prout ou de godemiché géant exposé place de la Concorde, si peu avares de nos deniers quand il s’agit de subventionner des associations d’aide aux immigrés, clandestins de préférence :

http://resistancerepublicaine.eu/2014/orleans-58000-euros-pour-lassociation-du-laos-autrement-dit-pour-le-quartier-de-largonne-territoire-perdu-de-la-republique-par-philippe-jallade/

http://resistancerepublicaine.eu/2014/clandestins-dorleans-zirlib-a-recu-4500-euros-de-la-mairie-en-2013-12895-de-la-region-centre-et-17000-euros-de-letat-en-2012/

La France est dépecée, vendue  au Qatar et aux associations musulmanes, tant nos hommes d’Etat sont pressés de la voir disparaître.

A lire, en complément,  de Pierre Péan et Vanessa Ratignier :
« Une France sous influence » : « Quand le Qatar fait de notre pays son terrain de jeu ».

Même si leur anti-sarkozysme permet aux auteurs d’être dangereusement bienveillants avec les hommes de gauche pourtant bien coupables eux aussi, il y a beaucoup à glaner dans cet ouvrage dont les medias parlent peu… C’est sans doute significatif.

Christine Tasin

http://resistancerepublicaine.eu/  du 07/11/2014

 

La Trinité Est Notre Programme Social.

Islamic

La foi des Chrétiens est un blasphème qui offense les musulmans !

L’islam s’exprime ainsi en tant que révélation finale par son prophète Mahomet.
Les chrétiens ont reçu du judaïsme la foi au Dieu Unique (Monothéisme).
C’est ainsi que les disciples juifs du rabbi Jésus ont eu la conviction que Dieu était pleinement présent dans sa personne et dans le don d’amour qu’il faisait de sa vie.
Le rabbin « Gilles Bernheim » précise même qu’ils ont vu en lui une « Thora vivante » et ils ont pressenti la « Shekhina », la permanence de la Présence, dans sa résurrection.
Incarnation du « davar HaKadosh », reflet de la bienveillance du Père pour l’humanité, il était réellement le Fils pour ces témoins de l’événement.
`D’où la formulation, dans les Ecrits néotestamentaires, de l’interaction entre le Père, le Fils et l’Esprit venant actualiser chez les croyants, cette relation d’amour et de communion qui peut transformer en lumière les réalités les plus sombres.

Mais à certaines époques, certains ont cru voir trois individus en Dieu, comme s’il s’agissait de trois divinités en une, ce qui n’a évidemment aucun sens, à moins de créer une mythologie ! (Trithéisme)
L’ambiguïté du terme « trois personnes » a brouillé les cartes, le sens moderne de ce mot n’ayant pas de rapport avec ce que les anciens ont dénommé « hypostases », qui serait plutôt trois visages spécifiques d’une réalité unique.
Puis le mot latin « persona » a pris le relais, le terme propre au théâtre antique exprimant « ce qui parle derrière un masque ».
A partir de quoi le malaise a persisté :
Comme si la Trinité, dont l’appellation n’est pas présente en tant que telle dans la Bible, était une énigme arithmétique compliquant l’approche théologique de la simple existence de Dieu.
Le théologien juif américain « Daniel Boyarin » a réalisé une étude inédite sur les éléments pré-trinitaires présents à l’intérieur du judaïsme au 1er siècle, et il en conclut que l’idée du Dieu unique se reflétant dans une hypostase distincte était déjà reconnue dans certains courants apocalyptiques en Israël, et ceci, sans aucune influence de l’hellénisme.

Sans doute, la révélation du Dieu unique présent en Jésus Christ ne se satisfait pas de termes figés et trop limitatifs, et le drame est que le noyau dur de la foi – intégralement hébraïque – a été explicité par la suite avec des expressions tirées de la philosophie grecque, sujettes à rigidification.
Les sectes gnostiques et les groupes ésotériques de tout genre s’en sont aussitôt donné à cœur joie et des représentations multiples ont alimenté la controverse tous azimuths.

L’influence prolongée de ces sectes dissidentes des premiers siècles explique en grande partie l’origine de la position intransigeante et agressive de l’islam face à la paternité spirituelle de Dieu chère au judaïsme et à la Trinité du Dieu Unique exprimée dans le christianisme (tri-unité).

C’est pour cette raison que le coran est rempli de malédictions envers les « associateurs », les chrétiens, ceux qui osent « associer » un être humain à la divinité d’Allah.
C’est même la faute la plus grave aux yeux du coran, (le « shirk ») car Allah, muré dans sa transcendance, n’a pas de relation avec les humains, sinon par les injonctions qu’il leur adresse selon son impénétrable et céleste bon vouloir qui couvre le bien autant que le mal.

La première sourate du coran, la « fatiha », que les musulmans récitent au début de la prière, comporte un verset 7 où il est question de « ceux qui sont sous la colère d’Allah » puis de « ceux qui se sont égarés loin de sa volonté », c’est-à-dire, pour être clair, respectivement les juifs et les chrétiens, selon les commentateurs invariants au cours des siècles.

L’islam, seule religion universelle qui prie quotidiennement « contre les autres »

L’islam est farouchement hostile à la foi trinitaire des chrétiens, comme il est jaloux de l’existence des juifs et de leur historicité.
Et la prière à Allah exprime ce mépris dans la « fatiha », ce qui en fait aujourd’hui la seule religion universelle qui prie quotidiennement « contre les autres ».

A l’opposé, la foi au Dieu unique « Père, Fils, Esprit » offre des implications dialogales importantes.
Cette spiritualité se comprend comme l’ouverture vers l’autre, la valorisation de la relation, l’unité dans la diversité, la dynamique de communion.

L’islam n’a nul besoin de dialogue et la tolérance n’est pas son objectif

Il y a là fondamentalement un choc frontal avec l’islam, qui a un sérieux problème avec l’altérité et qui ne conçoit tout mouvement de sa part vers les autres que comme une conquête exclusive et mondiale par la « charia ». L’islam n’a nul besoin de dialogue et la tolérance n’est pas son objectif.

Face à ces visions incompatibles de la coexistence, et imprégnée du projet universaliste mais non contraignant de la Bible, la foi chrétienne (issue du judaïsme) incite à avancer dans la vérité, dans un respect mutuel, sans toutefois subir passivement les coups de boutoir de l’adversité, et en prenant des responsabilités pour que ce monde devienne plus humain et plus vivable.
« Berdiaev », théologien orthodoxe russe disait :
« Notre programme social, c’est la Trinité !».

Ce qui indique qu’il ne s’agit pas là d’un concept ésotérique et abstrait, mais que cela engage, dans toutes ses dimensions, le mystère de l’existence humaine personnelle et collective.
Cela, sous le regard bienveillant et inspirateur de Quelqu’un qui est amour, source et fin de notre destinée, et dont les projets se révèlent dans les Saintes Ecritures.

Abbé Alain René Arbez pour « Dreuz.info ».

http://www.dreuz.info/  du 03/03/2014

Chefs Religieux Et Dissuasion Nucléaire.

nucléaire

Qu’en pensent les aumôniers
en chef des armées ?

Invités à s’exprimer sur la dissuasion nucléaire, Monseigneur « Luc Ravel », aumônier militaire en chef du culte catholique, le grand rabbin « Haïm Korsia », aumônier militaire en chef du culte israélite, le pasteur « Stéphane Rémy », aumônier militaire en chef du culte protestant, et l’imam « Abdelkader Arbi », aumônier militaire en chef du culte musulman ont été auditionné par la commission de la défense de l »Assemblée nationale.
Verbatims.

Le grand rabbin « Haïm Korsia », aumônier militaire en chef du culte israélite

« Dans la théorie d’emploi qui prévaut en France, la menace nucléaire, qui fait peur à juste titre, est une réponse à une autre menace, afin de parvenir à une sorte d’équilibre.
Or, l’équilibre est à la base du fonctionnement du monde.
La Bible, qui interdit clairement toute violence, la légitime cependant en cas de légitime défense.
On trouve à cet égard dans le Talmud une phrase emblématique :
« Si quelqu’un se lève pour te tuer, lève-toi et tue-le avant »
.

« La possibilité de légitime défense permet d’éviter la guerre, et la théorie d’emploi de l’arme nucléaire est précisément le non-emploi ».

« Je citerai deux exemples de dissuasion tirés de la Bible – l’un qui a fonctionné, l’autre pas.
Lorsque le prophète Jonas, après maintes aventures, annonce aux habitants de Ninive que, s’ils ne se repentent pas, Dieu les détruira dans quarante jours, la ville se repent.
Il y a là, schématiquement, une dissuasion : celui qui menace est crédible, car Jonas vient au nom de Dieu, et les habitants de Ninive et leur roi sont des gens intelligents.
La menace du fort – Dieu – à l’intelligent fonctionne.
En revanche, lorsque Moïse, fait devant Pharaon de nombreux miracles, transformant notamment son bâton en un serpent qui dévore celui qu’a fait Pharaon, et le prévient des plaies que subira l’Égypte, comme la transformation des eaux du Nil en sang, Pharaon n’en fait aucun cas :
Symboliquement, la dissuasion du fort au fou ne fonctionne pas.
C’est ce qui se produit lorsque la menace n’est pas adressée à des sages, mais à des États ou à des organisations qui, comme Pharaon, en font peu de cas »
.

« Il faut réfléchir en permanence, et à tous les niveaux, au concept d’emploi de la force nucléaire ».

« On voit ici à quelle difficulté sont confrontés les ingénieurs et les militaires qui, dans les combats classiques comme dans la mise en place de l’armement nucléaire, engagent une part de leur humanité et de leur responsabilité pour que nous soyons en sécurité.
Pour que nous puissions, en quelque sorte, construire ce temple 
(un parallèle avec le temple construit par Salomon, et non par son père David comme il l’aurait voulu mais dont les mains sont pleines de sang, ndlr), il faut que d’autres affrontent une situation difficile.
Il faut donc reconnaître le sacrifice de ceux qui engagent une part de leur responsabilité humaine dans cet outil qui nous permet de vivre sereinement »
.

« La finalité de la dissuasion nucléaire est évidemment de protéger la nation, mais la menace est une « capacité à » : lorsqu’une « ligne rouge » est fixée, on trouve toujours les moyens de la repousser – car, comme le disait Freud, le lion ne saute qu’une fois sur sa proie.
Tout l’enjeu de la dissuasion est d’être assez crédible pour que l’on n’ait pas besoin d’y recourir »
.

Monseigneur  »Luc Ravel », aumônier militaire en chef du culte catholique

« Le concentré de la pensée de l’Église catholique sur la dissuasion nucléaire depuis soixante ans est que rien de ce qui concerne la guerre et les armes, en particulier la dissuasion nucléaire, ne doit être une évidence, que cette question doit demeurer inconfortable et que la réflexion à ce propos doit être permanente.
Nous refusons une doctrine militaire de la dissuasion nucléaire permanente – tout est dans ce dernier mot »
.

« L’emploi de l’arme nucléaire a toujours été condamné – et pas seulement par l’Église.
Gaudium et spes (
Un texte fondateur promulgué en 1965 lors du Concile de Vatican II, ndlr)précise à ce propos que « tout acte de guerre qui tend indistinctement à la destruction de villes entières ou de vastes régions avec leurs habitants est un crime contre Dieu et contre l’homme lui-même ».
Cette formule ne s’applique pas à la seule arme nucléaire :
On peut notamment penser à certains actes de guerre de la Seconde Guerre mondiale, où la destruction de villes entières était destinée à terroriser ou à écraser la population »
.

« Une dissuasion passive de ce genre ne pose guère de problèmes, mais la dissuasion nucléaire, présentée comme un « bouclier », comme notre « assurance-vie », ne fonctionne pas comme un coffre de banque :
elle suppose la possibilité de l’emploi extérieur de l’arme nucléaire
.
Si nous parvenons à distinguer la menace de la possession dissuasive, il nous faut alors condamner l’emploi et la menace :
Nous n’avons jamais le droit d’employer une arme nucléaire ou une arme de destruction massive pour menacer.
La question se pose alors de la possession de l’arme nucléaire, liée en France à la doctrine de la dissuasion »
.

« Ce qui permet de distinguer ces armes des autres est à la fois leur puissance et leur incapacité à discriminer :
Par définition, une arme de destruction massive induit immédiatement des dommages collatéraux sur les populations civiles.
La puissance et l’indiscrimination de ces armes provoquent un basculement dans la guerre totale »
.

« Dans la voie du désarmement total, en particulier nucléaire, se manifeste un blocage psychologique que l’Église identifie comme une croyance presque dogmatique, et pas nécessairement fondée, dans la doctrine de la dissuasion nucléaire.
Ce blocage nous empêche réellement et concrètement de mettre en place non seulement le traité de non-prolifération, mais aussi, progressivement, un désarmement général, équilibré et contrôlé.
Cela a toujours été la position officielle de l’Église »
.

L’imam « Abdelkader Arbi », aumônier militaire en chef du culte musulman

« J’établis un distinguo entre la notion de dissuasion, qui consiste à posséder l’arme nucléaire et qui ne pose pas de questions religieuses car il s’agit d’une question purement politique, et l’utilisation de cette arme, qui peut quant à elle susciter des questions éthiques, morales et religieuses.
Acquérir la dissuasion nucléaire donne à la France une forme d’autonomie, de liberté et d’indépendance.
Notre pays a également des missions à remplir lorsqu’il conclut des traités internationaux de protection et doit préserver sa crédibilité dans le concert des nations, comme on l’a vu lorsqu’il a pris une position ferme lors de la deuxième guerre du Golfe face à l’intervention américaine en Irak.
La voix de la France n’aurait peut-être pas été entendue si la France n’avait pas eu de siège permanent au Conseil de sécurité des Nations unies, ni d’arme nucléaire.
D’autres diront peut-être aussi que la possession de l’arme nucléaire est une forme de prestige »
.

« La possession de l’arme nucléaire assure l’autonomie d’action, la possibilité de conclure des contrats avec les pays alliés, le prestige et la crédibilité.
Se doter de l’arme nucléaire relève donc d’une responsabilité encore plus prégnante dans le cadre de la Ve République, où le feu nucléaire repose sur un seul individu, le Président de la République »
.

« Au-delà des aspects budgétaires, je ne pense pas que la possession de l’arme nucléaire fasse question pour les députés.
La responsabilité internationale qui accompagne la possession de l’arme nucléaire est à la mesure de l’impact d’une frappe qui pourrait anéantir le monde.
Il faut donc se donner les moyens d’une telle responsabilité.
Comment la France pourrait-elle être écoutée comment viendrait-on rechercher sa protection si elle n’était pas capable de montrer le sens de sa responsabilité en la matière ?
L’utilisation de l’arme nucléaire, en revanche, soulève de toute évidence des cas de conscience.
Un va-et-vient s’impose donc certainement entre possession et utilisation »
.

Le pasteur « Stéphane Rémy », aumônier militaire en chef du culte protestant

« La question du nucléaire a toujours mobilisé, avec plus ou moins d’intensité, la famille protestante.
En 1983, tout d’abord, la Fédération protestante réunie en assemblée générale à la Rochelle a exprimé le vœu d’un gel nucléaire, même unilatéral, quelques jours après que la Conférence des évêques de France eut justifié le recours à la dissuasion par la bombe atomique pour préserver un équilibre de non- guerre »
.

Il est nécessaire « de repenser la dissuasion.
Je me référerai, à ce propos, à un livre récent d’un penseur avisé : La dissuasion nucléaire au XXIe siècle, de Thérèse Delpech, de confession protestante.
Pour elle, la notion d’un deuxième âge nucléaire est apparue à la fin des années 1990.
De fait, la fin de la guerre froide ne s’est pas traduite par la disparition des armes nucléaires.
De nouvelles puissances nucléaires apparaissent mais, si l’auteure montre que les leaders d’hier maîtrisaient bien cette dissuasion, qui impliquait une non-utilisation de l’arme, une inquiétude légitime peut naître quant aux leaders d’aujourd’hui, peut-être mal préparés à gérer des crises impliquant des armes non-conventionnelles.
D’où un appel à la réflexion ».

Michel Cabirol

http://www.latribune.fr/  du 24/02/2014

Nos Traditions Chrétiennes Bafouées !

 

touche-pas-a-mon-eglise-e1371855339324

 

Orléans : une église profanée deux fois, une autre cambriolée

Le blog « PoliticVisio » de « Louis-Benoît Greffe » a publié aujourd’hui un article très intéressant sur la double profanation de l’église « Saint-Paterne », que j’ai évoquée ici, et sur le pillage, signalé nulle part, de l’église « Notre-Dame des Miracles » également située à Orléans, une dizaine de jours auparavant.
Je laisse à l’auteur de cet article d’intérêt son commentaire final, puisque nous n’avons aucune information sur les personnes qui ont commis ces actes de vandalisme et de profanation, mais je peux y apporter un complément : j’ai interrogé l’évêché via le système de courriel interne de son site le 12 février sur l’affaire de la profanation survenue dans la nuit du 11 au 12 février :
huit jours plus tard, je n’ai toujours pas reçu de réponse…
A deux reprises, l’église « Saint-Paterne », située face à la Médiathèque, a été profanée la semaine dernière.
Dans la nuit du mardi 11 au mercredi 12 février, les trois troncs ont été pillés… celui du sud, équipé d’un dispositif empêchant de remonter les pièces avec une baguette enduite de glue a vu sa fente forcée au pied de biche pour l’élargir.
Dans la nuit du vendredi 14 au samedi 15 février, la porte du tabernacle du maître-autel a été forcée, le ciboire vidé et les hosties répandues sur le sol… les voleurs ont emporté le couvercle, peut-être parce qu’ils ont pensé le revendre plus facilement que le ciboire porté à l’inventaire diocésain.
Leur calcul s’avère en partie faux puisque, bien que c’est une œuvre des années 1930, le ciboire – et à fortiori son couvercle – ne sont qu’en métal argenté et n’ont aucune valeur à la refonte.
Il est donc possible qu’on retrouve le couvercle abandonné quelque part ou jeté aux ordures ménagères.
Des prières de réconciliation – nécessaires pour rendre son caractère sacré à un lieu de culte profané – ont eu lieu dimanche soir en présence de l’évêque Monseigneur « Blaquart ».
Cette église, ouverte à tous les vents en journée, n’est pas surveillée, il y a des heures où il n’y a jamais personne dans l’église, peut-être parce que le presbytère se trouve juste à côté.
La paroisse s’apprête à changer certaines serrures mais non à fermer l’église – les vols sont vécus comme une sorte de fatalité et bien des paroisses préfèrent que les troncs soient forcés plutôt que d’autres objets plus précieux ou plus sacrés soient dégradés.
La porte du tabernacle du maître-autel sera quant à elle restaurée.
Il y a trois semaines environ, c’est l’église « Notre-Dame des Miracles », en plein centre-ville, qui a été la victime collatérale de la vague de cambriolages qui s’abat actuellement sur les quartiers Dunois, Saint-Paul et les environs ruraux d’Orléans.
A deux reprises, des troncs ont été forcés.
Les séquelles sont discrètes :
il n’y a plus qu’un seul tronc dans lequel tout est centralisé et les troncs situés de part et d’autre de la chapelle « Notre-Dame des Miracles » formant le chœur de l’édifice sont voilés par des feuillets.
Si on les soulève, on s’aperçoit que les deux troncs ont été forcés et que celui du sud a perdu sa porte, défoncée au pied de biche.
Un papier rappelle par ailleurs les paroissiens qui s’occupent de l’église à bien vérifier que les portes sont verrouillées le soir.
L’évêché n’a pas souhaité faire connaître les événements… même aux paroisses qui sont d’autant plus concernées qu’elles peuvent être rurales ou isolées.
Le diocèse ne souhaite pas en effet que les atteintes aux deux églises jettent le soupçon sur certaines communautés ethniques de la ville et contrecarrent les efforts entrepris en matière d’œcuménisme… notamment vis-à-vis de l’islam.

Une mansuétude qui risque d’encourager les vandales à persévérer (…).

Le 20 02 2014

 

Grenoble : profanation de la chapelle du Village Olympique

Une information de ce jour parue dans « Le Dauphiné » sur une profanation survenue dans la nuit de mercredi à jeudi. Le communiqué du diocèse de Grenoble-Vienne, signalé dans l’article, est introuvable sur le site du diocèse qui a porté plainte.
Dans un communiqué envoyé ce matin [21 février], le diocèse de Grenoble s’est insurgé contre la profanation de la chapelle du village olympique.
« Lorsqu’un fidèle est arrivé pour préparer la messe de jeudi [20 février], il a constaté une effraction puis remarqué que le ciboire contenant les hosties consacrées avait été volé.
Il n’y a pas eu de revendication particulière, mais pour nous cela constitue une profanation que nous ne voulons pas banaliser.
Nous ne pensons pas qu’il s’agit d’un acte de christianophobie, mais d’un vol », explique le responsable de la communication du diocèse.

Si ce n’est pas de la christianophobie, ce n’est assurément pas non plus par “christianophilie” qu’un individu a fracturé le tabernacle…

Le 21 02 2014

 

Haute-Saône : encore une église saccagée

Il s’agit, cette fois-ci, de l’église « Saint-Martin » de Lure.
L’affaire s’est passée le 18 février.
L’église de Lure a été fracturée.
Le prêtre a décidé de fermer ce lieu habituellement ouvert afin de protester contre de tels actes.

Après « Ronchamp » et « Champagney », c’est au tour de l’église de « Lure » d’être victime à son tour de dégradations.

Les portes de la sacristie ont été fracturées.
Les voleurs cherchaient de l’argent.
Le prêtre, en colère et désabusé, a décidé de fermer son lieu de culte.

Le 20 02 2014

 

Orléans : l’église « Saint-Paterne » profanée

Voici une information parue hier après-midi sur le Salon Beige, et reprenant un courriel d’un de ses lecteurs. Aucune confirmation dans la presse locale et rien sur le site de cette paroisse (à laquelle je viens d’envoyer un courriel) ou sur celui du diocèse d’Orléans… « L’église Saint-Paterne d’Orléans, grande paroisse en plein centre ville, a été profanée dans la nuit de vendredi [14 février] : les hosties répandues sur le sol, à priori pas de vol. » Si des lecteurs de L’Obs d’Orléans en savent plus, qu’ils veuillent bien me le signaler. – See more at: http://www.christianophobie.fr/breves/orleans-leglise-saint-paterne-profanee#sthash.h4lT7vuc.dpuf

Le 17/02/2014

Dordogne : une église vandalisée à « Beaumont »

Encore un acte de vandalisme dans une église…
Samedi matin [8 février], les dames qui assurent le nettoyage de l’église « Sainte-Marie des Bastides » de Beaumont[-du-Périgord] ont eu la mauvaise surprise de trouver la statue de Jeanne d’Arc dans une position inhabituelle dans la niche qu’elle occupe sur le coté gauche de l’église.
Aussitôt prévenu, l’abbé « André Chapuzet », curé de Beaumont et des nombreuses paroisses des cantons de Beaumont et Monpazier, n’a pu que constater les dégâts.
Le socle de cette statue en plâtre de deux mètres de hauteur a été brisé et la statue a basculé, subissant d’autres dégâts dans le choc.
Depuis quelques temps, de nombreuses dégradations sont constatées ans le canton (cloche de l’église de Bannes, cimetière de Beaumont, jardinières de la Calypso, etc.).
L’abbé « Chapuzet » a fait retirer la statue de l’église pour tenter de la faire réparer.

Le 08/02/2014

Daniel Hamiche

http://www.christianophobie.fr

Que faire ?
Tendre l’autre joue et se laisser humilier, détruire, éradiquer ?
Satan règne sur le monde mais il ne peut pas gagner !
Dieu sauvera notre Patrie !

Manolo Fait Encore Des Siennes !

valls-300x232

Et maintenant, Manuel Valls contre les « cathos intégristes »

Manuel Valls a appelé la gauche, le 22 janvier, à combattre avec la même vigueur les intégristes catholiques et les revendications religieuses dans les banlieues.
Une première menace vient, selon les propos du ministre de toutes les polices (et donc de la pensée), de « l’ultra-droite catholique, rejointes par une partie de la droite » lors des débats sur l’avortement. Cet expert de la communication et de la manipulation sémantique renvoie donc dos à dos « intégristes catholiques » et « intégristes musulmans » (il ne les nomme pas mais on a bien compris que, concernant les banlieues, il n’évoque pas les agissements des adeptes ultras du culte druidique celte).
Faute de succès dans la poursuite des voyous encagoulés, notre ministre semble décidé à faire la chasse aux soutanes :
plus facile, sans doute !
En tout cas, cette analogie arbitraire relève tout simplement de la construction de fausses fenêtres.

En effet, la façade bien symétrique que notre esthète de la place Beauvau veut nous imposer correspond-elle bien à la réalité ?
A-t-on vu nulle part dans le monde de ces fameux « catholiques intégristes » s’entourer le torse d’explosifs cachés sous leur loden et aller se faire sauter dans un lieu public ?
A-t-on vu des moines fous, tout de bure vêtus, détourner un avion pour détruire un immeuble et des milliers de vies ?
Plus anecdotique, le port du foulard Hermès (pas toujours) dans une église peut-il être assimilé (oh, le vilain mot !) au port du voile intégral ?
Evidemment non.
Alors, qu’est-ce qui permet à M. Valls, adepte de la laïcité intégrale, de qualifier que tel groupe de catholiques serait intégriste ?
A-t-il une compétence particulière, outre sa fonction de ministre des Cultes, qui lui permettrait de juger du degré d’intégrisme de telle ou telle communauté catholique ?
Qu’est-ce, du reste, qu’un catholique intégriste ?
Il me semble que, selon les critères socialistes, on le devient très vite.
Être opposé à l’avortement et à sa banalisation suffit désormais pour recevoir l’infamante qualification et être mis dans le même sac que ceux qui veulent imposer la « charia » en France.
Adeptes de la génuflexion, attention, geste douteux !
Une loi, peut-être ?

C’est pourquoi je ne saurais trop recommander aux catholiques, disons « bon teint », et même, soyons charitables, aux catholiques « de progrès » de ne pas tomber dans le piège de cette diabolisation orchestrée des soi-disant catholiques intégristes.
Les socialistes appliquent le processus révolutionnaire qui consiste à pousser hors du débat tout ce qui s’oppose à son projet sociétal mortifère.
Cette évacuation s’effectue par la porte située à l’extrême droite de l’édifice.
Ce qui était modéré hier sera donc mécaniquement extrémiste demain et donc à éliminer, toujours par la même porte et ainsi de suite.
Et après ?
Si dans ce processus totalitaire, ils peuvent aller jusqu’à nous embarquer les prétendus catholiques de Golias, pourquoi pas…
À toute chose malheur est bon.

Georges Michel

http://www.bvoltaire.fr  du 26/01/2014

L’ « I.V.G. » Une Dérive Eugéniste ?

basilique-fourviere

Le cardinal « Barbarin » dénonce un risque de « dérive eugéniste ».

Le cardinal de Lyon « Philippe Barbarin » a critiqué la récente modification de la loi « Veil » par le Parlement Français.
Quelques jours après la suppression de la notion de « détresse » dans la loi « Veil » sur l’avortement, le cardinal « Barbarin était l’invité de « RTL » vendredi 24 janvier.

Je trouve que cela est un refus de la génération suivante, a réagit l’archevêque de Lyon.
Et puis pire encore :
Par derrière vous avez quelque chose qui va faire la suppression des petites filles.
Je me rappelle d’un dialogue public avec « Axel Kahn ».
Il a dit :
« Ce qui m’horrifie dans cette disposition, c’est que l’on va supprimer des petites filles rien que parce qu’elles sont des petites filles », se souvient « Philippe Barbarin ».
C’est déjà le cas en Grande-Bretagne, en Inde.
La France n’est pas au-dessus des pays voisins, a-t-il estimé.
Et cela, tout le monde le voit venir.
Alors on fait un grand silence, mais c’est quelque chose qui est véritablement une horreur, a-t-il déclaré.

Vous avez une dérive eugéniste risquée qui est grave, et que vous constatez en Inde, en Chine, en Grande-Bretagne
(« Philippe Barbarin », cardinal de Lyon)

Interrogé par « Jean-Michel Aphatie », pour savoir s’il pense que les femmes Françaises avorteront plus fréquemment lorsqu’elles attendent des filles, le cardinal a répondu :
« Vous avez une dérive eugéniste risquée qui est grave, et que vous constatez en Inde, en Chine, en Grande-Bretagne.
C’est quelque chose qui m’horrifie.
Ce qui est fondamental, c’est qu’une vie, lorsqu’elle est là, on la respecte.
D’ailleurs c’est un principe de la République française.
Dans le code civil il est écrit que la République s’engage à protéger la vie dès son commencement ».

Je dis non : on n’est pas maître de son corps
(« Philippe Barbarin », cardinal de Lyon)

Avec la récente modification de la loi « Veil » de 1975, nous disons « chacun fait ce qu’il veut, il est maître de son corps », estime Philippe Barbarin.
« Eh bien je dis non : on n’est pas maître de son corps, on na va pas dire à un enfant de se mutiler« .

La miséricorde de Dieu est plus grande que nos difficultés humaines ou que nos propres péchés.
(« Philippe Barbarin », cardinal de Lyon)

L’archevêque de Lyon a rappelé que « dépénaliser [l'avortement], faire attention aux personnes en état de détresse, ça c’est sûr, il faut vraiment le faire ».
Il est nécessaire selon lui de « toujours avoir une attention et une délicatesse » envers ces personnes, a-t-il insisté.
« D’ailleurs dans l’Église, lorsque nous étions face à cette question de l’avortement avec des gens qui l’avaient vécu, nous essayons toujours de montrer que la miséricorde de Dieu est plus grande que nos difficultés humaines ou que nos propres péchés ».

Raphaël Bosse-Platière

http://www.rtl.fr/actualites/info/  du 24/01/2014

Le Catholicisme et La Politique.

notre-dame1-e1383329371452

Rendons à Dieu ce qui est à Dieu et à César ce qui est à César !

Hélas, si les chrétiens ne s’investissent pas davantage en politique, je crois que c’est dû notamment à la religion catholique elle-même qui est un handicap pour le croyant à s’investir dans les affaires de ce monde, d’où d’ailleurs un réveil très tardif de leur part contre la loi Taubira, le deuxième seulement après la grande manifestation contre la suppression de l’enseignement libre par Mitterrand alors que les entorses des gouvernements précédents contre la civilisation franco-chrétienne qui n’ont pas suscité la résistance attendue se sont multipliées : avortement, regroupement familial, pornographie, divorce de masse, etc..

1. L’exil intérieur

En quoi le catholicisme est intrinsèquement une gêne pour l’action politique ?
Tout simplement parce que cette religion confesse un Dieu « qui n’est pas de ce monde » et que ceux qui suivent Jésus composent un troupeau distinct du reste de l’humanité puisque suivant le Vrai Dieu (Cf. le passage de la grande prière de Jésus à Dieu son Père dans l’Évangile de Saint Jean juste après la Cène).
Dans la Bible, le monde temporel est considéré comme inférieur à celui du divin.
Par conséquent, il faut « rendre à Dieu ce qui est à Dieu et à César ce qui est à César », le deuxième symbolisant le monde d’  »ici-bas » scindé du spirituel qui lui est supérieur.
Les affaires de ce monde ne deviennent plus cruciales pour le salut du fidèle selon la foi chrétienne.

De plus, l’apôtre Paul qui eut une ascendance décisive dans la formation du christianisme, a écrit dans ses épîtres que le fidèle doit se plier aux décisions politiques sans se rebeller :
« Obéissez aux magistrats et dirigeants qui détiennent leur pouvoir par Dieu ».
Cette injonction est renforcée par l’exemple du Christ qui nous demande de ne pas nous révolter en cas d’injustice :
Ainsi il se laisse persécuter alors qu’il est dans son bon droit, nous demande de tendre l’autre joue en cas d’affront et d’attendre la justice divine.
« Heureux les assoiffés de justice car ils seront rassasiés » dans le royaume des cieux, enseigne-t-il dans le sermon des Béatitudes.

Les catholiques me répondront à juste titre que le Christ a pourtant dit qu’il apporterait le glaive et le feu sur la Terre divisant jusqu’aux familles et amis, « quiconque n’est pas avec moi est contre moi » déclare-t-il.
Néanmoins, lorsqu’il exprime cela, il ne signifie pas que les fidèles doivent eux-mêmes utiliser la force mais qu’étant le seul vrai Dieu, il y aura forcément des divisions au sein même des fratries pour des questions de dogmes, ouvrant ainsi la porte à tous les fanatismes, hérésies, schismes et divisons inhérents aux trois religions du Livre toutes persuadées de détenir la « Vérité Unique ».
Résultat ?
Les catholiques ont développé ce que l’abbé « Guillaume de Tanouärn » nomme très justement le comportement de « l’exil intérieur ».
Selon lui, après la Révolution française, les catholiques pourtant majoritaires, n’ont pas tenté de reprendre durablement le pouvoir car cette reprise demande un caractère puissant susceptible d’utiliser la force qui est honnie dans les évangiles.
Et donc, selon l’abbé, ils vivent en marge de la politique depuis deux siècles.

J’ajouterai qu’il n’a pas fallu attendre la révolution française pour observer ce comportement de détachement et de soumission.
Le grand penseur politique du XVIe siècle, l’Italien « Nicolas Machiavel », ahuri devant la passivité de ses concitoyens face aux invasions françaises de François Ier conclut que c’était dû à l’influence néfaste du christianisme qui incite à la servitude du croyant au lieu – et à l’opposé des spiritualités antiques – de prôner la fierté et le dépassement de soi comme valeurs permettant la communion au divin.

2. L’accomplissement politique

À l’inverse, dans l’hindouisme, le paganisme gréco-romain, le shintoïsme japonais ou le taoïsme chinois, le monde est consubstantiel au divin qui l’a engendré, l’investissement politique de l’individu est donc primordial car c’est par l’accomplissement de sa vocation politique, économique et sociale qu’il s’unit à Dieu et non en suivant des préceptes et des commandements le séparant du monde considéré comme souillé par le péché dans l’espoir d’une rétribution dans l’au-delà.
Résultat ?
Dans ces religions, le spirituel n’étant pas séparé du temporel, n’ayant donc pas de distinction entre sacré et profane, la force ayant tout autant sa place dans le panthéon des vertus que la justice ou l’amour, la contribution de l’individu dans la vie de la cité est exceptionnellement importante.
C’est pour cette raison, par exemple, que « Confucius » exhortait le peuple à se révolter contre ses gouvernants en cas d’injustice.
Dans le « Mahabharata », poème du XIIIe siècle avant Jésus-Christ et texte angulaire de la spiritualité indienne, le héros et prince « Arjuna », né d’une vierge et d’un dieu, s’insurge contre ses cousins qui lui ont volé son domaine royal.
Une grande bataille s’engage mais à l’aube de l’affrontement, il se décourage, préférant devenir brahmane et se retirer en ermite ou dans un monastère pour sauver la paix.
Dieu lui apparaît sous la forme de « Krishna » et le presse de se battre, expliquant qu’il doit rétablir la Justice et donc l’équilibre du Cosmos pour accomplir son destin et s’unir à Lui.
Dans cette épopée hindoue, l’on peut lire :
« le Destin de Dieu est tout, mais sans son accomplissement par l’homme il n’est rien »

Cette vison spirituelle est aux antipodes de la chrétienne mais le résultat est là :
Alors que les musulmans venus du Moyen-Orient et d’Asie centrale tentent depuis des siècles de convertir parfois à grand coup de massacres les Hindous à leur foi qu’ils considèrent comme l’unique vraie, ces derniers ne se sont jamais laissés faire, allant jusqu’à utiliser la violence pour se protéger alors que, malheureusement, les chrétiens d’Orient persécutés depuis des centaines d’années disparaissent doucement mais sûrement, confessant un Dieu qui leur demande de tendre l’autre joue alors que celui d’en face oblige ses adeptes au « Jihad » pour rentrer au Paradis.

Je crois que si les catholiques veulent s’investir davantage, il faut qu’ils fassent une introspection pour voir ce qu’il ne va pas dans leur propres représentations spirituelles.
Je pense qu’ils concluraient de se débarrasser de l’aspect sémitique de soumission et de « Vérité Unique » inhérentes aux peuples du désert pour ne garder que l’immense apport païen indo-européen :
Les rites, les saints avec leurs miracles et surtout le Mystère de l’Incarnation du Dieu-Sauveur par une Vierge présent dans toutes les grandes religions préchrétiennes de l’Europe et symbolisant la sacralité de la totalité du monde émanant de Dieu et donc aussi de toutes les facettes du comportement humain dont celles de la force, de la fierté, de la grandeur, de l’ambition  et de la puissance.
Le Bien et le Mal ne consistent pas en l’obéissance d’un comportement moral mais en l’accomplissement ou non du destin que nous ressentons au plus profonde de nous-même et qui est en réalité ce que Dieu attend de chacun d’entre nous afin, pendant notre passage sur Terre, de participer à l’ordre du Cosmos.

3. La cohérence de la communauté politique

Pour donner un exemple extrême :
Selon les paganismes, celui qui s’épanouit dans la carrière des armes en sacrifiant des vies humaines et se sacrifiant pour protéger sa patrie s’unit tout autant à Dieu que le moine ou le médecin.
À l’opposé, aux yeux des païens (et sans doute de Dieu lui-même), tout catholique qui désire au plus profond de soi entrer en politique mais s’y refuse par crainte de l’ambition, de l’usage de la dissimulation, de la ruse et de la force, qualités immanentes à l’art de gouverner afin d’imposer par tout moyen un programme qu’il estime juste et dans l’intérêt de ses compatriotes commet une faute grave vis-à-vis des siens et de Dieu duquel il s’éloigne en impactant négativement sur le Cosmos.

On me dira, à juste titre, que si tout le monde veut devenir guerrier ou politicien, ce serait l’anarchie !
Justement non, car Dieu faisant bien les choses, Il donne à chacun des souhaits différents :
Devenir mère, militaire, banquier, médecin, prêtre, artiste, politique, espion, commissaire, marchand, agriculteur, etc. permettant la cohésion et la coordination parfaite d’une communauté politique.
Dans la fourmilière et dans la ruche, chaque fourmi ou abeille est assignée à une tâche particulière coopérant au bien-être collectif.
Il y a des fourmis exploratrices, agricultrices, productrices, professeurs mais aussi guerrières.

N’en déplaise à notre orgueil humain, il n’y a aucune différence de nature entre nous et les animaux mais simplement de degré, notre programmation cérébrale étant plus riche que la leur mais nous n’avons rien inventé de profondément différent.
Exemple, comme le rappelle le biologiste « Jean-Claude Ameisen », les abeilles aussi ont créé la démocratie avec « des candidats » utilisant  pendant « des campagnes présidentielles » toutes leurs forces de persuasion, de propagande, de dénigrement du concurrent et de captation des foules afin d’acquérir le plus grand nombre de votes populaires pour les décisions vitales engageant leur « cité ».

La France, l’Europe et l’Occident dégénèrent car de moins en moins de gens accomplissent leur vocation.
« La désagrégation d’un peuple apparaît lorsque chaque membre ne s’accomplit plus communautairement et individuellement , on constate qu’en France plus personne n’est à sa place :
Ainsi le militaire fait de l’humanitaire, l’espion sous-payé quitte les institutions étatiques pour devenir mercenaire d’entreprises, les politiques pratiquent leur métier comme un gagne-pain et non de manière sacrificielle, l’immigré est de moins en moins l’individu qui désire embrasser la culture du pays d’accueil mais de plus en plus celui qui vient pour recevoir des droits ou, pire, servir malgré lui d’esclave aux multinationales, les femmes sont forcées de remplacer des hommes à grand coup de lois artificielles et vice-versa, les blancs ne perpétuant plus leur lignée face à des Extra-européens qui explosent la leur, etc. à l’image des cellules d’un corps qui en se déprogrammant deviennent cancérigènes et s’autodétruisent »,  avais-je écrit sur Nouvelles de France dans mon hommage à l’historien Dominique Venner.

Jean Dutrueil

http://www.ndf.fr/poing-de-vue/  du 17/01/2014

 

 

Il y a bien des années que les vrais catholiques n’ont plus la parole !

Comment Va Notre France Catholique ?

dieudo2

Ce que notre humoriste  révèle de l’état du catholicisme.

Depuis plusieurs semaines, l’humoriste « supposé antisémite » « Dieudonné M’bala M’bala » occupe le devant de la scène médiatique et déchaine les passions, en particulier en raison du bras de fer qui l’oppose au ministre de l’intérieur Manuel Valls.
Le simple fait que les catholiques en soient réduits à devoir prendre position entre ces deux alternatives est malheureusement symptomatique de l’état dans lequel se trouve dans notre pays la religion qui l’a construit.

Du « national – catholicisme »  à l’ »occidentalo – protestantisme ».

Comme pointé par la blogueuse « Gabrielle Cluzel », le catholicisme en France est marqué depuis plusieurs décennies par une évolution vers le modèle « WASP » (« White Anglo Saxon Protestant »).
Parallèlement s’est produite une montée en puissance de la thématique du choc des civilisations, théorisée par le politologue américain « Samuel Huntington », qui définit la France comme membre d’un bloc occidental sous dominance américaine en conflit avec le monde musulman.
Ce n’est pas sans raison qu’un procès en anti-gaullisme a été fait à « Nicolas Sarkozy ».
Le gaullisme repose spirituellement sur la fierté d’être français, qui découle de la conception catholique de la souveraineté de l’État.
À cet égard, l’élection de Nicolas Sarkozy « l’Américain » en 2007 marque nettement le passage d’une fierté nationale catholique à une fierté occidentale protestante, après la dégénérescence d’un idéal gaulliste discrédité par l’ère Chirac. 
De même, l’issue del’affrontement entre le catholique François Fillon et le juif Jean-François Copé pour la présidence de l’UMP est très révélatrice.
Entre le gaullo-chiraquien guindé cachant mal son avachissement idéologique derrière un paternalisme lourdaud, et l’occidentaliste fier d’être ce qu’il est et appelant au combat, le choix des militants a été clair.

Cette mutation inavouée a été crûment mise en lumière par les réactions suscitées à l’ »UMP » par l’affaire Dieudonné.
Qu’il s’agisse d’un Jean-François Copé apportant immédiatement son soutien à l’interdiction des spectacles de Dieudonné, d’un « Franck Riester » se demandant tout haut « pourquoi Dieudonné n’est pas en taule », ou encore d’un « Arno Klarsfeld », ami personnel de Nicolas Sarkozy ayant fait son service militaire en Israël, appelant à « créer des troubles à l’ordre public » devant les lieux où se produit l’humoriste, la quasi-totalité des réactions des responsables du parti héritier du gaullisme ont été dans le même sens.
On est loin d’un Charles de Gaulle  »maurrassien » renvoyant dos à dos les « musulmans avec turbans et « djellabas » dont on voit bien que ce ne sont pas des Français » et le « peuple d’élite, arrogant, sûr de lui et dominateur ».

La mauvaise conscience des catholiques.

Popularisé par un Dieudonné enjoignant les chrétiens de « rejoindre l’islam afin de combattre le sionisme », le geste de la quenelle a été adopté par de nombreux militants de tendance catholique depuis plusieurs mois.
Ceci peut se comprendre si l’on a à l’esprit que le principe central du catholicisme est la Vérité, incarnée par le Christ.
Modèle du catholique, celui-ci a assumé jusqu’au sacrifice les conséquences de l’expression de cette Vérité, acceptant de subir injures publiques et horions jusqu’à la mort.
Il est compréhensible que les catholiques embourgeoisés d’aujourd’hui se sentent mal à l’aise en voyant les supporters immigrés deDieudonné assumer de lui apporter publiquement leur soutien.
Qui plus est en chantant un Chant des partisans écrit par le catholique conservateur « Maurice Druon » que beaucoup ont depuis longtemps perdu l’habitude de chanter.

Cette appropriation de la quenelle par de nombreux jeunes catholiques rejoint l’attitude décrite par« Eric Zemmour » dans son livre « Le Premier sexe », décrivant le « mâle blanc » fasciné par la virilité de l’immigré s’autorisant ce que lui a appris à s’interdire par son éducation.
Lorsqu’un Manuel Valls au communautarisme assumé fait interdire le spectacle « supposé » antisémite deDieudonné après avoir promu une pièce de théâtre ouvertement cathophobe, il est naturel de vouloir soutenir celui qui apparait comme le meilleur ennemi du nôtre.
Ce qui est tragique n’est pas que de nombreux catholiques aient pris parti en faveur de « Dieudonné », mais qu’ils n’aient pas eu d’autre alternative.

Le risque d’un catholicisme supplétif.

De même qu’ils avaient voté pour les occidentalistes Sarkozy et Copé faute de mieux, de nombreux catholiques soutiennent aujourd’hui « a contrario » l’antisioniste Dieudonné faute de mieux.
Le risque qui guette le catholicisme politique en France est d’être écartelé entre pro-sionistes se positionnant contre l’islam au nom de l’optimisation économique, et antisionistes se positionnant en faveur de l’islam au nom de la liberté d’expression.
Dans les deux cas, en ne jouant qu’un rôle de supplétifs de conceptions socio-politiques étrangères à celle de la France.
« Hitler a déshonoré l’antisémitisme », disait « Georges Bernanos ».
Aujourd’hui, par leur attitude brutale, Manuel Valls et ses sectateurs sont en train de déshonorer le philosémitisme.
Mais s’identifier par défaut aujourd’hui à un Dieudonné quenellier serait pour les catholiques militants faire la même erreur que s’être identifiés par défaut hier à un Copé « winner », avec une forte probabilité de nouveau changement de bord dès que le vent tournera.

« L’antisémitisme est le seul moyen de réaliser l’union des aristocrates et des ouvriers » disait par ailleurs « Maurice Barrès » il y a un siècle.
Comme noté par un « Jonathan Sturel », le discours d’un Dieudonné, passé objectivement de l’antiracisme francophobe à l’antisionisme, produit aujourd’hui peu ou prou le même résultat auprès d’individus qui sont dans leur grande majorité d’anciens électeurs de François Hollande. Cette affaire, même si elle n’a pas permis de fournir aux catholiques un modèle politico-idéologique, aura au moins eu le mérite de poser certaines problématiques qu’ils ont soigneusement esquivés depuis plusieurs décennies.

Conclusion, le Devoir d’Être Catholique !

« Aujourd’hui nous sommes amenés à être des héros et des saints, à être authentiques dans nos choix politiques », prophétisait « Maitre Frédéric Pichon ».
Comme l’ont appris à leurs dépend les catholiques pris entre deux feux dans l’affaire Dieudonné, le retour à une fierté catholique est une condition « sine qua non » pour ne pas avoir à choisir entre sionisme et antisionisme.
Ceci impliquant d’assumer l’opprobre social et la déchéance matérielle que cela peut entrainer, tout en résistant au désir de le provoquer par conformisme antisocial.

Le mouvement de contestation de la loi Taubira du printemps 2013, qualifié de « populisme chrétien » par le politologue « Patrick Buisson »aura permis aux catholiques de retrouver une fierté, donc une identité politique, sur la question des thèmes sociétaux.
Ce mouvement doit être poursuivi simultanément sur les plans humain et doctrinal, afin de définir un modèle spirituel cohérent de fierté catholique valable sur un plan public comme sur un plan privé.

Jean-Louis De Moncourt

http://www.ndf.fr/poing-de-vue  du 15/01/2014

Joyeux Noël !

 

 

 

 

Joyeux noel !

Le Monde Chrétien Célèbre La Nativité !

Il est né le Divin Enfant !

Une Mosquée Victime De La Crise Aussi !

Une Mosquée Victime De La Crise Aussi ! dans Toutes Religions musulmannMaman, Musulman va piquer mon vélo !

« Pierre-Louis Mériguet »  dépose un recours au tribunal administratif

« Pierre-Louis Mériguet », de l’association patriotique « Vox Populi », continue son action contre la future mosquée de Tours .
Ainsi, suite aux propos de « Madame Arlette Bosch » – adjointe au maire « PS » de Tours « Jean Germain », rapportés par la « Tribune de Tours«  en juin dernier, où elle déclarait sa volonté de financer la partie culturelle de la nouvelle mosquée, par l’intermédiaire de « Tours Plus » et du conseil régional, « Maître Mongis », conseil de « Pierre-Louis Mériguet », a déposé un recours auprès du tribunal administratif pour son client.

Dans un communiqué, Vox Populi indique :
« Parce qu’il est inadmissible, surtout en période de crise, de laisser des fonds publics subventionner l’islamisation,nous serons toujours en première ligne pour faire bloc et défendre notre identité ! »

Une conférence de presse aura lieu vendredi à 17 heures en présence de « Pierre-Louis Mériguet » et de ses avocats.

http://fr.novopress.info  du 26/10/2013

 

 

Le chantier de la grande mosquée de Tours est toujours à l’arrêt !

La plus grande fête islamique, » l’Aïd-el-Kébir » a été célébrée à la grande mosquée de Tours, dont le chantier est à l’arrêt. Les fidèles ont défilé toute la journée pour récupérer leur mouton.

Le parc des expos étant occupé par le Salon de l’auto du week-end prochain, c’est à la grande mosquée de Tours en construction, sur la zone industrielle du Menneton, que les musulmans de Touraine ont célébré, hier, la fête de l’Aïd-al-Adha (Aïd-el-Kébir).
Une fête de trois jours qui commence par une grande prière, laquelle a rassemblé 3.500 fidèles, hommes et femmes, dans ce qui sera le parking de la future mosquée.
« C’est la plus importante fête du calendrier islamique, la fête du partage et de la générosité, la fête du sacrifice d’Abraham »indiquait « Salah Merabti », le président de la communauté musulmane d’Indre-et-Loire.
Tout l’après-midi, des fidèles sont venus récupérer les moutons commandés par avance, des animaux de moins d’un an élevés par la coopérative Terres d’élevage à Rouziers.
Abattus le matin même, à l’abattoir de Bourgueil, selon les préceptes de la « Sunna » pour le rituel d’égorgement, les 220 moutons seront partagés en famille aujourd’hui.
Ce n’est pas la première grande prière qui se déroule dans la mosquée en construction.
Le 8 août dernier, les fidèles musulmans tourangeaux s’étaient déjà retrouvés dans ce qui s’apparente encore à un vaste chantier, pour célébrer l’Aïd-el-Fitr, la fin du ramadan.
Lancé en 2008, le chantier de la mosquée de Tours est à l’arrêt, faute de moyens.
4 millions d’euros pour poursuivre les travaux
« Nous avons 200.000 € en caisse, il nous en faudrait 700.000 pour relancer les travaux », confie « Salah Merabti ».
Cette future grande mosquée, qui occupe un site d’un hectare, se composera d’un parking de 3.000 m2 et d’un niveau équivalent, à l’étage, qui sera dédié à des salles de prières, un centre culturel et une bibliothèque.
« Nous avons déjà investi 2,3 millions d’euros, indique « Salah Merabti », il nous faut trouver encore quatre millions… »

Pascal Landré

http://www.lanouvellerepublique.fr  16/10/2013

 

1.100 moutons égorgés à Trappes en 2013 !

Le 15 octobre 2013, la Fondation Brigitte Bardot est présente à l’abattoir temporaire de Trappes pour dénoncer l’égorgement des moutons sans aucune insensibilisation préalable.

« Aïd-el-Kebir » et abattage « rituel » musulman quotidien dans les abattoirs :

la Fondation Brigitte Bardot exige que tous les animaux soient étourdis avant leur mise à mort pour leur éviter d’inutiles souffrances.

http://fr.novopress.info  du 26/10/2013

 

 

 

Les Danois En Ont Marre Des Muslis !

Les Danois En Ont Marre Des Muslis ! dans Toutes Religions marguerite_ii_danemark-e1382806417494Royaume De Danemark.

Les Danois se considèrent trop tolérants envers les Musulmans.

Les débats publics sur l’interdiction des arbres de Noël, la viande halal dans les cantines scolaires, les crèches, les hôpitaux et les caissières voilées rendent les Danois de plus en plus nerveux et réticents à accorder des concessions culturelles à leurs musulmans.
Selon un nouveau sondage réalisé par « Gallup » pour le journal « Berlingske », un Danois sur trois éprouve le sentiment que le Danemark est trop tolérant envers la minorité musulmane.

Pour « Jens Peter Frølund Thomsen », professeur de sciences politiques à « l’Université d’Aarhus », cette enquête a prouvé que la mentalité danoise, à l’encontre des immigrés, a peu évolué :

«Nous avons une culture très ethnocentrique et quand les gens parlent de l’intégration au Danemark, ils pensent assimilation. »
« Les Danois ont le droit de protéger leurs valeurs » a déclaré « Mehmet Necef », Maître de conférences à l’Institut d’études du Moyen-Orient et co-auteur du livre «Er Danskerne racister?» (« Les Danois sont-ils racistes ?)
« La décision de ne servir que de la viande « halal », pour satisfaire aux exigences d’ un groupe spécifique au détriment d’un autre groupe ne peut générer que du ressentiment et de l’irritation de la part de ce dernier, qui se sent lésé. » a déclaré « Necef » au « Berlingske ».

Vingt pour cent des gens qui votent pour le parti de gauche « Enhedlisten » pensent également que les Danois sont trop tolérants envers les Musulmans.

« On peut déceler de l’irritation même au sein des gens qui expriment une opinion positive envers les Musulmans et les immigrés » a dit « Necef ».

Certaines questions ont été âprement débattues ces derniers mois au Danemark, parmi lesquelles la place des Musulmans dans la société danoise, et ce, suite à une série d’incidents très médiatisés, relatifs à la capitulation des Autorités danoises face aux exigences religieuses des minorités musulmanes.

Les Danois de souche ont la désagréable impression de ne plus être chez eux, de devoir se soumettre aux minorités musulmanes et à leur culture.

• L’un des plus grands hôpitaux du Danemark a admis ne plus servir que de la viande « halal » à tous ses patients, musulmans ou non.

• « Ekstra Bladet » a signalé qu’au moins 30 crèches, plusieurs écoles maternelles et garderies ont interdit le plat national danois, les fricadelles ou boulettes, à base de viande de porc, car considérées comme offensantes pour les enfants musulmans.

La révélation que les Danois sont obligés de manger de la viande « halal » dans les établissements publics a déclenché un débat national très animé :
Jusqu’où doit aller le Danemark pour satisfaire les exigences de quelques 250.000 immigrés musulmans qui vivent actuellement dans le pays ?
Doit-il oublier sa propre culture, ses traditions, son identité ?

Selon le sociologue danois « Jon Fuglsang » de « l’Université Metropolitan College », l’interdiction du porc n’est pas la bonne voie à suivre :

«  »La viande de porc fait partie de notre tradition culinaire. »
Il doit être possible de servir des menus différents pour les enfants.
Il ne faut pas bannir certains aliments, juste pour respecter les exigences d’une seule communauté. »

Pour « Arne Astrup », expert en nutrition:

«Interdire la saine cuisine traditionnelle danoise à l’école juste parce qu’elle est à base de porc est inadmissible.
J’admets difficilement que mon enfant ne puisse soudainement plus manger de bons plats traditionnels danois comme les pâtés, saucisses et fricadelles, afin de ne pas choquer les enfants musulmans.»

Une loi qui interdirait toute pratique discriminatoire envers la culture danoise

Selon le « Parti populaire danois » (« DF »), qui fait pression pour limiter l’immigration et pour la promotion de l’assimilation culturelle des immigrants légaux, le gouvernement devrait intervenir dans le conflit « halal » en adoptant une loi qui interdirait les institutions publiques de toute pratique discriminatoire envers la culture danoise.

Dans une interview avec le « Jyllands-Posten », « Martin Henriksen », porte parole du « DF », avait déclaré :

«Il est déconcertant de constater que nos institutions publiques éduquent nos enfants à accorder un respect exagéré aux musulmans.
Ces pratiques sont illégales car elles discriminent sans ménagement, ceux qui apprécient la saine tradition culinaire danoise « .

Et « Henriksen » d’ajouter :

Nous pouvons imaginer que la prochaine revendication soit l’obligation pour les infirmières danoises de se déguiser en femmes musulmanes, pour faire plaisir aux patients musulmans.»

Le Parti conservateur de centre-droit est d’accord.
Son porte-parole « Tom Behnke » a déclaré :

«Pourquoi nous les Danois sommes-nous obligés de changer radicalement notre manière de vivre ?
Je ne l’accepte pas.
Respecter les croyances religieuses d’autres personnes, ok, mais nous les imposer, non.
Mes enfants et moi-même refusons de les suivre. »

Pour le Premier Ministre danois, « Helle Throning Schmidt », sociale-démocrate, si les Danois doivent être tolérants envers toutes les religions et cultures, ils ont aussi le droit de conserver leurs valeurs et leurs traditions culinaires, comme les boulettes de viande, les saucisses, les pâtés et les rôtis de porc dans les hôpitaux et les cantines.

« Notre zèle à accueillir de nouveaux citoyens ne doit pas nous faire perdre de vue notre propre culture et nos traditions »

Les Danois de souche et les immigrés mènent des vies séparées et se croisent rarement

Toujours selon le sondage, seulement 27% des Danois ont des musulmans dans leur cercle d’amis, y compris au travail, parmi les collègues et les membres de leur famille..
Les Danois de souche et les immigrés mènent des vies séparées et se croisent rarement, ce qui n’aide pas à briser les barrières et les préjugés entre les communautés.
Le multiculturalisme imposé à l’Occident, comme le modèle à suivre pour un avenir radieux, s’avère être un échec, car aucun peuple ne supporte l’idée de se voir diluer dans un « melting pot » au risque de disparaître.

Partout en Occident, là où il y a d’importantes communautés musulmanes, les problèmes, liés au communautarisme s’amplifient et le décalage entre les castes politiques médiatiques et intellectuelles téléguidées par « l’UE », et les peuples s’accroît.
Les différents sondages prouvent bien qu’il existe une indignation croissante, une prise de conscience du danger, ainsi qu’une sourde colère, envers une politique immigrationniste qui privilégie les immigrés aux citoyens de souche.
Ces politiques qui prétendent créer un monde meilleur en supprimant les racines, les identités, les âmes de nos peuples, en réécrivant notre histoire, à la lumière de l’islam, se fourvoient dangereusement et nous préparent un monde de violence et de haine.

Jamais dans l’histoire de l’immigration, les pays hôtes ne se sont ainsi inclinés devant les revendications des minorités, au point d’exiger des peuples de souche de renoncer à leur identité, leur culture, leur histoire, leurs traditions, leurs valeurs pour ne pas offenser les immigrés.

Toutes les précédentes vagues d’immigration se sont adaptées, assimilées ou intégrées à leurs pays hôtes, malgré les difficultés et les problèmes, sans rien réclamer, sans être soutenues par des associations dans la recherche d’un logement ou d’un travail, et sans aide financière de l’Etat.
Et pourtant, ces immigrés, issus de la même souche ethno-civilisationnelle se sont débrouillés, sans faire des vagues, sans rien exiger.
Et aujourd’hui, leurs enfants et petits enfants sont fiers d’appartenir à ces pays qui accueillirent leurs ancêtres.

Si une majorité des immigrés musulmans refuse de s’adapter à notre culture, et rejette nos traditions, nos valeurs, nos lois, tout en nous imposant leur idéologie rétrograde, leurs coutumes et leurs accoutrements d’un autre âge, c’est pour les raisons suivantes :

Ils se croient supérieurs à nous, selon la parole d’Allah, mais ils profitent des avantages et des bienfaits de notre civilisation, des progrès de notre technologie, de notre justice clémente, voire laxiste dans certains cas, de nos acquis sociaux, de notre démocratie, de notre bienveillance, et de notre tolérance.
Et ils veulent remplacer tout cela par la civilisation qu’ils ont quitté.

Selon la croyance islamique, la migration dans un pays non musulman est un péché majeur, toutefois, elle est permise, voire encouragée, quand les fidèles ont la possibilité de faire du prosélytisme et d’œuvrer à l’instauration de la « charia ».

Dès lors, il serait utopique de croire que ces immigrés de confession musulmane, à l’exception de certains, accepteront de respecter nos lois, de s’assimiler, de s’intégrer.
Cela va à l’encontre du principe : « un peuple, une terre ».
D’où le danger d’une confrontation violente à venir si nos élites persistent dans leur déni de la gravité de la situation :
ce n’est pas le vivre ensemble qui triomphe, mais la domination progressive d’une communauté, soumise à une idéologie intolérante, suprémaciste, liberticide, sur le peuple de souche.

Rosaly pour « Dreuz-info »

http://www.dreuz.info  du 23/10/2013

 

 

Pourquoi L’islam Crée Des Jihadistes.

Pourquoi L’islam Crée Des Jihadistes. dans Toutes Religions manipulation-mentale-1-e1382033706609

Les caractéristiques psychologiques de la culture musulmane.

Les islamophiles sont unanimes, lorsqu’ils parlent du terrorisme :
« L’islam, ce n’est pas ça » disent-ils.
Ce qu’ils ne peuvent nier, en revanche, c’est que l’islam crée des terroristes.

« Nicolaï Sennels », psychologue danois, et auteur du livre « Parmi les criminels musulmans », paru en 2009, dévoile son expérience de psychologue dans une prison pour jeunes délinquants de Copenhague, majoritairement Musulmans, et expose les différences psychologiques entre les Musulmans et les Occidentaux.

Personne ne naît meurtrier de masse ou violeur ou criminel violent.
Alors comment la culture musulmane arrive-t-elle à influencer ses enfants, au point de pousser un nombre relativement élevé de musulmans à nuire à d’autres personnes ?

Le Danemark accueille des étrangers du monde entier et, selon les statistiques officielles du “Danmarks Statistik”, explique Sennels, les groupes d’immigrés non musulmans sont moins criminels que les Danois de souche.
Par contre, tous les groupes musulmans sont plus criminels que n’importe quel autre groupe ethnique.

« Nicolaï Sennels » :
« En tant que psychologue dans une prison danoise pour jeunes délinquants, j’ai eu la chance unique de pouvoir étudier la mentalité des Musulmans, vu que soixante dix pour cent des jeunes délinquants au Danemark sont d’origine musulmane.
J’ai pu comparer leur comportement avec celui de jeunes délinquants non-Musulmans de la même tranche d’âge, issus plus ou moins du même milieu social.
Je suis arrivé à la conclusion que l’islam et la culture musulmane contiennent certain des mécanismes psychologiques qui nuisent au développement des personnes et favorisent le comportement criminel.
Dès lors, parler des caractéristiques psychologiques de la culture musulmane est très important. »

« Nicolaï Sennels » :
On pourrait distinguer deux groupes de mécanismes psychologiques, qui, à la fois individuellement et associés, augmentent les comportements violents :
• Un groupe de mécanismes est principalement lié à la religion, qui vise à inculquer les valeurs islamiques chez les enfants le plus tôt possible, par tous les moyens, y compris la violence et l’intimidation.
On peut comprendre l’inquiétude d’un parent musulman sur le choix religieux de sa progéniture, car la « charia » ordonne la peine de mort pour leurs enfants, si ces derniers devaient choisir une autre religion que celle de leurs parents.
• L’autre groupe de mécanismes est plus culturel et psychologique.
Ces mécanismes sont la conséquence naturelle de l’influence d’une religion comme l’islam, issue d’une ancienne société tribale d’il y a 1.400 ans, professant une liberté très limitée, par rapport à d’autres religions.

Méthodes classiques de  « brainwashing » dans l’éducation musulmane, de prise de contrôle de l’esprit.

Le lavage de cerveau (« brainwhashing » en « ricain », merci d’avoir mis l’expression Française-pelosse) amène les gens à croire ou à commettre des actions contraires à leur propre nature humaine, comme haïr ou tuer des innocents, et cette manipulation psychologique s’obtient traditionnellement par la combinaison de deux facteurs : la douleur et la répétition.
Le fait d’infliger consciemment des souffrances physiques et psychologiques finit par briser la résistance de la personne au message constamment répété.
Cette méthode est utilisée par les régimes totalitaires pour réformer les dissidents politiques, par les armées des pays moins civilisés pour former des soldats sans état d’âme, voire impitoyables, et par les sectes religieuses pour fanatiser leurs disciples.
Lors de mes nombreuses séances avec plus d’une centaine de « clients » musulmans, j’ai découvert que la violence et la répétition des messages religieux sont très répandues dans les familles musulmanes.

La culture musulmane n’a tout simplement pas le même degré de compréhension du développement humain que les sociétés civilisées, et la douleur physique et les menaces sont donc souvent les outils privilégiés pour élever des enfants.
C’est pourquoi tant de jeunes filles musulmanes sont éduquées à accepter la violence dans leur mariage, et les garçons musulmans à apprendre que la violence est acceptable.
Et c’est la raison principale pour laquelle sur un total de dix enfants retirés à leurs parents par les Autorités de Copenhague, neufs sont issus de familles immigrées musulmanes.
Utiliser la douleur et l’intimidation pour imposer la discipline aux enfants fait partie de la tradition musulmane, et cette méthode est largement appliquée dans les écoles musulmanes, même en Occident.
[NDT: elle explique également le blocage de l'intelligence et de la capacité créative généralisés dans les sociétés arabo-musulmanes].
Ces procédés, combinés avec des répétitions incessantes de versets coraniques dans les écoles islamiques et les familles, empêchent les enfants de se défendre contre l’endoctrinement coranique, même si ce dernier s’oppose aux lois laïques, à la logique, et à la compréhension de la compassion.

Nous avons pu l’observer sur de nombreuses études psychologiques, briser le carcan éducatif une fois adulte demande un effort considérable quand on a subi une telle influence dans son enfance.

Dès lors, il n’est pas étonnant de constater que les musulmans considérés en tant que groupe affichent une foi plus forte par rapport à celle d’autres groupes religieux.
Non seulement une éducation traditionnelle musulmane ressemble à un lavage de cerveau classique, mais la culture qu’elle génère cultive quatre caractéristiques psychologiques, qui aboutiront, par la suite, à un comportement violent.
Ces quatre caractéristiques psychologiques sont :
la colère, la confiance en soi, la responsabilité envers soi-même et l’intolérance.

La colère

Dans la culture occidentale, la colère est vue comme un signe de faiblesse, voire un enfantillage.
Des explosions de colère incontrôlées sont souvent considérées comme le meilleur moyen de perdre la face, en particulier dans les pays du Nord.
Et si les gens en colère peuvent susciter la crainte, ils ne sont jamais respectés.
Dans la culture musulmane, la colère est beaucoup mieux acceptée.
Etre capable d’intimider les gens est un signe de force et une source de respect.
Des groupes ethniques musulmans voire des pays, instituent fièrement « des jours de colère » et utilisent des expressions telles que «sainte colère», un terme qui semble contradictoire, dans les cultures pacifiques.
Un comportement agressif, accompagné de menaces, est en général bien accepté, voire même souhaité, lors de règlements de conflits.
Si un Musulman ne répond pas à une insulte d’une manière menaçante, il est considéré, comme un être faible, une personne, en qui on ne peut faire confiance, il perd dès lors la face et ne suscite que du mépris.
(une femme musulmane, par contre, doit rester humble, calme et réservée)

La confiance en soi

Dans les sociétés occidentales, la capacité de gérer la critique de manière constructive, si elle est justifiée, et avec un haussement d’épaules si elle est erronée, est considérée comme une expression de la confiance en soi et d’authenticité.
Comme nous avons tous pu le remarquer, c’est loin d’être le cas chez les Musulmans.
Dans le monde musulman, la critique, même fondée, est considéré comme une atteinte à l’honneur, et l’offensé est tenu de le restaurer par tous les moyens, quitte à réduire l’offenseur au silence.
Les Musulmans essayent rarement de contrer les critiques via des arguments logiques, ils préfèrent faire taire les critiques, sous le prétexte d’avoir été offensés, par des injures, des menaces ou le meurtre de l’offenseur.

Cette différence culturelle est extrêmement importante quand il s’agit de négocier avec des régimes ou des organisations musulmanes.
Notre façon de régler des désaccords politiques passe par le dialogue diplomatique, et par les appels aux leaders musulmans à faire preuve de compassion, de bon sens et à accepter des compromis.
Cette approche pacifique est considérée par les Musulmans comme une expression de faiblesse et un manque de courage.
Eviter de cette façon les risques d’une confrontation est synonyme de faiblesse, et dans la culture musulmane, c’est une invitation à l’exploitation et à la soumission de l’autre.

La responsabilité envers soi-même

Le troisième facteur psychologique concerne la responsabilité de l’individu envers lui-même.
Ici le phénomène du «locus of control » (lieu de contrôle) joue un rôle majeur.
Le locus de contrôle (« LC ») se rapporte à un trait de personnalité, dans lequel se manifeste la croyance fondamentale que ce qui arrive dans la vie résulte de ses propres actions ou, au contraire, d’influences extérieures.

Les personnes, qui attribuent de préférence une causalité interne aux événements pensent pouvoir exercer un certain contrôle à la fois sur les événements et le tissu contextuel de leur vie, et sur les « renforceurs » qui y sont associés, c’est-à-dire sur les résultats dont ils perçoivent qu’ils viennent récompenser leurs comportements et attitudes.
A l’inverse, les personnes penchant pour une causalité externe croient ne pas pouvoir influencer les événements et circonstances de leur vie, et attribuent les phénomènes de renforcement au hasard – ou à d’autres personnes plus puissantes.

Les personnes éduquées selon les standards occidentaux ont généralement un «lieu de contrôle intérieur » et elles décident elle-mêmes de leur vie, de la façon de gérer leurs émotions et les situations. Elles font leurs propre choix, et ont leur propre vision du monde.
A l’inverse, les musulmans sont éduqués à accepter que leurs vies sont contrôlées par des éléments extérieurs.
Ils ne sont pas maîtres de leur destin.
Les « Inch Allah » (si Allah le veut) foisonnent dans leurs conversations.
Les nombreuses lois religieuses, les innombrables interdits, les traditions, et les puissants guides spirituels, leur laissent très peu de place pour la responsabilité individuelle.
C’est la racine de cette fameuse mentalité victimaire, si caractéristique des musulmans :
le coupable est toujours l’autre, et c’est lui qui doit être blâmé et puni pour tous les problèmes.

La tolérance

Et enfin, le quatrième facteur psychologique, qui rend le musulman vulnérable au message violent du coran concerne la tolérance.
Dans les sociétés occidentales, une personne ouverte et tolérante est définie comme quelqu’un de bien.
Dans les sociétés islamiques, on enseigne aux Musulmans qu’ils sont supérieurs aux non-musulmans, qu’ils sont destinés à les dominer, et qu’ils doivent dès lors se démarquer socialement et émotionnellement de ces infidèles.
Les nombreux versets et hadiths haineux du coran visant à déshumaniser les Musulmans ressemblent fortement à la propagande psychologique utilisée par les dictateurs contre leur propre peuple, afin de le préparer mentalement au combat et au meurtre de l’ennemi.
Il est psychologiquement beaucoup plus facile de tuer une personne que vous détestez et que vous ne percevez pas comme un être humain à part entière.

Pourquoi l’islam crée des jihadistes ?

La colère, la faible estime de soi, une mentalité de victime, et la volonté de se laisser aveuglement guider par des Autorités extérieures sont les ingrédients d’un cocktail culturel et psychologique mélange de peur et de violence. Ajoutez à cela une vision agressive et discriminatoire envers les non-musulmans, imposée aux Musulmans par l’endoctrinement via la douleur, l’intimidation, et l’engourdissement de l’esprit par la répétition d’un nombre incalculable de versets du Coran qui incitent à la haine et à la violence contre les non-musulmans, et il est dès lors facile de comprendre la raison pour laquelle l’islam crée des monstres, des terroristes, des jihadistes.

Le problème psychologique au sein de l’islam

• Le problème avec l’islam et la culture musulmane, c’est l’existence d’un grand nombre de facteurs psychologiques qui incitent les adeptes à avoir des comportements violents envers les non-musulmans, si bien qu’un affrontement violent, du moins d’un point de vue psychologique, devient inévitable.
Avec l’ensemble des pressions exercées contre nous, et ces sentiments violents à notre égard, je ne vois pas comment nous pourrions éviter d’affronter la tempête qui se prépare.
Pour que les Musulmans changent, ils doivent non seulement le vouloir et en être capables, mais aussi être autorisés à le faire.
Hélas, seule une infime minorité de musulmans a cette chance.
Beaucoup trop de gens sous-estiment la puissance de la psychologie intégrée dans la religion et la culture.
Aucune armée de travailleurs sociaux, aucun Etat providence, aussi généreux soit-il, aucun politicien au discours mielleux et aux belles promesses, aucun journaliste politiquement correct, aucune démocratie ne peut arrêter ces forces islamiques déferlantes.
L’unique chose que les émigrés musulmans craignent est le renvoi au pays.

Seules des lois sensées sur l’immigration et l’islamisation de nos pays pourront limiter les dégâts et les souffrances, mais basé sur mes recherches et mon expérience professionnelle de psychologue pour musulmans, j’estime que nous ne serons pas en mesure de dévier ou d’éviter cette attaque agressive contre notre culture.

Les imams sont une quatrième branche du gouvernement.
Ils exercent une très forte influence sur les adeptes.
Pour la plupart des Musulmans, la parole de l’imam a force de loi, ils sont des guides pour la vie privée et pour les opinions politiques.
Le pouvoir qu’exerce les autorités islamiques sur les Musulmans a très souvent plus d’influence et est plus respecté que les lois et normes séculières.

Et cette vérité là, nos gouvernements refusent obstinément de la voir.

Si l’intégration consiste simplement en l’apprentissage de la langue et l’obtention d’un emploi, cela ne pose aucune difficulté.
Mais si l’intégration demande également le respect des non-musulmans, cela devient impossible pour la plupart des Musulmans :

ils se considèrent comme des êtres à part, supérieurs aux non-Musulmans.

Ils essayeront toujours de vivre en communautés fermées,

ils recréent leurs propres sociétés islamiques parallèles, des mini bandes de Gaza, et n’éprouvent aucun respect pour les non-Musulmans.

Une véritable intégration n’implique pas nécessairement une conversion religieuse.
Toutefois, pour les Musulmans, cela présuppose une conversion culturelle, et rares sont les Musulmans qui en ont la volonté, la liberté sociale, la force de caractère, pour parcourir un tel cheminement psychologique.

Si notre société démocratique et instruite pouvait se concentrer et s’organiser pour préserver nos valeurs et nos constitutions, alors nous pourrions gagner ce conflit, initié par les adeptes consanguins de la « charia ».
La question est de savoir combien cela nous coûtera en sacrifices, en larmes et en sang.

Rosaly pour « Dreuz.info »

http://www.dreuz.info  du 12/10/2013

La « Charia » Frappe Nos Chiens !

La

Les islamistes tentent d’expulser les chiens de l’Europe  !

Il y a peu, un représentant du Conseil municipal de La Haye, « Hasan Koutchouk »  s’est prononcé en faveur de l’interdiction de ces animaux dans la ville.
Dans l’Islam, le chien est considéré comme un animal  » sale « .
Une légende musulmane annonce que ce quadrupède aurait mordu le prophète Mohammed, c’est pourquoi tous les chiens sont maudits.

« L’Islam n’a rien contre les chiens, cependant, il prescrit des règles sévères de leur présence aux côtés de l’homme » , a expliqué l’imam de la mosquée synodique de Moscou.
Du point de vue de l’Islam, nous pouvons avoir des chiens.
Cependant, il faut respecter certaines conditions.
Le chien ne doit pas se trouver dans un même local avec les gens.
La salive et les poils du chien ne doivent pas se retrouver sur les vêtements et le corps de l’homme, ainsi que sur les objets d’usage courant.
Il faut bien comprendre que l’Islam n’a pas d’attitude négative envers les chiens.
Par exemple, dans certains « Hadiths », on raconte l’histoire d’une femme qui nourrissait un chien.
Pour cela,  elle a été admise au paradis.
Il est important que l’on respecte strictement les conditions de l’entretien du chien.

La proposition du politique-islamiste hollandais pourrait provoquer un sourire, si c’était un cas unique quand les musulmans européens se prononcent durement contre les chiens.
En 2011, à » Lerida » en Espagne, les musulmans qui constituent environ 20 % de la population, ont demandé aux autorités d’en interdire le séjour dans les transports en commun.
Quand la municipalité a refusé, la ville a connu une vague d’empoisonnements des chiens.
En Grande-Bretagne, les voyageurs aveugles avec les chiens-guides sont souvent obligés de sortir des autobus, parce que les conducteurs musulmans ou les voyageurs objectent contre leurs compagnons « sales ».
L’hostilité aussi ancrée envers les quadrupèdes et les nombreuses exigences agressives des musulmans européens de nettoyer les villes des chiens, suggère aux européens l’idée que les islamistes préconisent non la pureté de leur propre foi, mais tentent plutôt d’imposer aux pays de l’UE les normes de la Charia – l’ensemble des règles juridiques, morales et religieuses de l’Islam.
D’autant plus que parmi les chrétiens, l’attitude envers ces quadrupèdes amis de l’homme est depuis toujours bienveillante.

Winkelried

http://www.reduitnational.com/ du 05/10/2013

Eglise Catholique Ou Bien Cathodique ?

Eglise Catholique Ou Bien Cathodique ? dans JESUS sentier-e1380552658133

Le pape François sur « son » chemin de Canossa.

Il n’est pas très utile de discuter à l’infini comme le faitLe Figaro sur ce que le pape a vraiment voulu dire [dans l'entretien donné à une revue jésuite le 20 septembre] et jusqu’où il est prêt à aller.
Il suffit de regarder la joie et l’exploitation de son entretien exceptionnel par les tenants de l’idéologie médiatique pour comprendre qu’il a fait un pas vers l’alignement exigé sur les homosexuels et la contraception par exemple.

Le Monde titre sur l’ “Aggiornamento du pape François”.

Pour RFI “Le pape brise les tabou”.

Pour« TF1″ “L’église en fait trop sur le mariage homo”.

Pour« Bfm-tv » “La révolution culturelle du pape François”.

Et ce ne sont que quelques exemples.

On a bien compris la présentation du message du souverain pontife :
L’église aime tout le monde et ne juge pas, elle comprend et accueille dans la compassion chrétienne ceux qui ne sont plus vraiment des pécheurs.
Elle ne doit pas s’arque bouter sur des dogmes du passé mais prendre en compte la société telle qu’elle est dans sa miséricorde et notamment les plus blessés.
Que les femmes avortées soient blessées, personne ne dira le contraire mais les homosexuels ça se discute.
Enfin l’essentiel est dans l’évolution très nette de la religion catholique vers la religion cathodique. Une évolution lente mais en marche et que les traditionalistes ne pourront certes pas accepter.
Les rapprochements d’hier ont sans doute été enterrés par l’évolution d’aujourd’hui.

En fait le pape est sur son chemin de Canossa vis à vis des idéologies des tolérances modernistes. L’expression signifie :
« Céder complètement devant quelqu’un. S’humilier devant quelqu’un ».
Cet épisode resté célèbre s’inscrit dans la querelle des investitures, querelle qui opposa les empereurs germaniques (puis les rois de France) à la papauté dans la désignation des évêques.

Le 24 janvier 1076, le pape « Grégoire VII » ayant refusé que les évêques fussent nommés par des laïcs, » le roi Henri IV », futur empereur germanique, fit prononcer la déposition du souverain pontife par le concile de « Worms ».
Dès le mois de février, le pape répliqua en excommuniant le souverain germanique et en déliant ses vassaux de leur serment de fidélité.
Les princes du royaume se révoltèrent et en octobre 1076, à « Trebur », menacèrent de déposer « Henri IV ».
« Henri » devait absolument agir avant que le pape vînt à « Augsbourg ».
Il apprit que le pape était en villégiature chez la comtesse « Mathilde de Toscane » à Canossa et décida d’aller à sa rencontre.
Franchissant les Alpes en plein hiver par un chemin terriblement escarpé accompagné d’une troupe mal équipée et inexpérimentée qui subirait de nombreuses pertes au cours du périple, « Henri » arriva tout de même aux pieds de la ville de « Canossa » le 25 janvier 1077.

Apprenant l’approche du roi, le pape avait fait fermer les portes de la ville.
La légende veut qu’ »Henri IV », sa femme et ses enfants, en chemise de bure, aient dû attendre, les pieds dans la neige, que le pape changeât d’avis, ce qu’il fit le 28 janvier.
Le recevant, le pape ne pouvait faire moins que de lever l’excommunication de l’empereur.

Le pape ne sera plus excommunié par les médias s’il poursuit sur ce chemin.
Mais cette fois semble-t-il, c’est le pape qui s’incline devant l’empereur laïc du monde moderne :
le pouvoir médiatique.

Jean Bonnevey de « Metamag »

http://fr.novopress.info  du 29/09/2013

 

Et qui tient les rênes de ce « pouvoir médiatique » multicéphale  encore au dressage ?
Heureusement que les prairies de la toile sont vastes et que des étalons peuvent courir sans autres rênes que ceux de la liberté d’expression !

Le Coran Est « Master Es » Boucherie.

Le Coran Est

 Amputés vifs, énucléés, émasculés…les assassins sont musulmans.

Je viens de lire un article en anglais relatant la manière dont les preneurs d’otages de Nairobi ont traité leurs prisonniers…
Otages amputés vifs, oui, Monsieur Boubakeur, ce sont des musulmans qui ont fait ça.
Mais moi, quand je proteste simplement de leur appartenance religieuse, je suis raciste, n’est-ce pas ?

Innocents de tous pays énucléés vifs, la langue arrachée, émasculés, ventre éclaté, oui, Monsieur Chebel, ce sont de bons lecteurs du Coran, comme vous l’êtes, qui ont fait ça.
Mais moi qui trouve cela immonde, je suis islamophobe, n’est-ce pas ?

Femmes pendues à des crocs de bouchers une fois poignardées, éviscérées, oui, Monsieur Moussaoui, ce sont de purs croyants qui ont fait ça.
Mais moi qui trouve que c’est faire payer très cher la non-appartenance au génie fantoche de l’humanité, je suis mécréant-xénophobe, n’est-ce pas ?

Les enfants suppliciés sous les yeux des parents, puis jetés, piqués de lames de poignards, dans des frigos, et les parents torturés, massacrés sous les yeux des enfants, oui, Madame Bouzar, ce sont quelques uns de vos co-religionnaires qui ont fait ça, et non, que je sache, les quelques millions de salauds fascistes franchouillards qui, autour de moi, croient ou ne croient pas.
Et tout cela au nom de votre Allah, et de son Prophète, au nom de laspiritualité dont vous vous revendiquez membres à part entière, et de son Livre unique, intangible, sacré, invraisemblable imitation de textes plagiés jusqu’à l’encre sur le papier, ouvrage vieux de quatorze siècles, dont vous ne contestez pas la moindre virgule, vous et vos semblables de la « Vérité Absolue », vivant en France à égalité de foi avec ces musulmans-là.
Qui sont vos frères jusque dans le cauchemar, quoi que vous en disiez pour donner le change et tenter de dégager votre responsabilité ?

Eh bien moi, j’espère que ce cauchemar est aussi le vôtre, oui, au fil de chaque nuit que fait le Dieu d’amour, de paix et de tolérance au nom de qui, par soumission, par peur et par lâcheté, vous gardez le silence, l’intolérable, le glacial et terrifiant silence, oui, sur ces crimes sans nom.

Alain Dubos

http://ripostelaique.com  du 29/09/2013

Nous Choisirons Notre Calendrier !

Nous Choisirons Notre Calendrier !  dans Toutes Religions separation_de_leglise_et_de_letat-e1380156885197

 

La loi promulguée en décembre 1905   est-elle à sens unique  ?

Petit prologue et pour mémoire :
Article 1er :
« La République assure la liberté de conscience.
Elle garantit le libre exercice des cultes [...] ».
Le premier article crée un large consensus.
Le texte ne laisse que peu de marge pour son application, par les mots « assure » et « garantit ».
Article 2 : « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte [...] »(wikipédia)

En principe, les églises et l’état sont deux domaines séparés.
Normalement, notre état laïc devrait nous proposer AUJOURD’HUI, s’il le veut,  un calendrier NATIONAL, en éditer un ne faisant aucune référence à aucune autre fête que les fêtes LAÏQUES !
Puisque plusieurs religions se partagent de nos jours la religiosité de ceux qui résident en France, chaque « association cultuelle » (Journal Officiel) devrait éditer SON calendrier avec ses fêtes religieuses.
Tout le monde serait content, les caisses de chaque « association » également !
pelosse

Remplacer les fêtes chrétiennes par Yom Kippour et l’Aïd ?

La France est un pays de culture et de tradition catholique, sous un régime républicain et démocratique.
Je mérite sûrement la guillotine, bien affûtée, de la libre parole républicaine pour ces propos nauséabonds.
Plus besoin de guillotine, elle est désormais implantée directement dans les âmes et consciences, et ce, dès l’enfance, grâce à la « ligne Buisson » de la laïcité de « Vincent Peillon », et la pastorale républicaine qu’il met en place à l’école.
Prochaine étape : la suppression des fêtes chrétiennes.
On y vient très vite, on y est :
Une «sociologue» convertie à l’islam, membre de l’ »Observatoire de la laïcité », vient de proposer de remplacer deux fêtes chrétiennes par une fête juive et une fête musulmane…

L’ »Observatoire de la laïcité », organisme étatique dépend directement du Premier Ministre de la République.
Il a été créé en 2007, sûrement pour contrer, au moins en tant que « poudre aux yeux », la problématique du culte musulman au cœur du quotidien des citoyens.
Aujourd’hui, aux mains des socialistes, cet observatoire devient très dangereux – comme pour nombre de lois prises sous la droite, que la droite applaudissait, et qu’elle se prend aujourd’hui en pleine poire.
« Dounia Bouzar », qui a été nommée dimanche à l’ »observatoire de la laïcité » par le Premier ministre, qui est une anthropologue spécialiste du fait religieux, propose, dans un entretien à « Challenges », de remplacer deux fêtes chrétiennes (au choix) par Yom Kippour et l’Aïd…
Cette experte, donc, nous informe que « la France a montré l’exemple de la laïcité au monde en instaurant la première la liberté de conscience » [sauf pour les pharmaciens ou les maires – ajout de l’ami « Michel Janva »].
Liberté de conscience, soit dit en passant, qui existait dès la grèce antique, sinon avant, et qui trouve d’ailleurs dans la théologie médiévale des arguments étayés.
Il suffit d’ouvrir « saint Thomas d’Aquin » pour comprendre que l’homme créé à l’image de Dieu veut dire qu’il en est l’image en tant qu’il est libre, comme Lui, de ses actes et de ses pensées.
À la fin de cet entretien sur les cas posés par la problématique musulmane au travail et dans les cantines, le journaliste lui demande quand même s’il faut ajouter deux fêtes en plus  et notre experte en laïcité de répondre : « le clergé y a longtemps été opposé mais il a évolué et n’y est plus hostile car il y a beaucoup de fêtes chrétiennes ».
Il a « évolué ».
Comprenez :
Le clergé sort enfin des siècles sombres, moyenâgeux et lugubres dans lesquels il était enfermé, et il en sort sous l’impulsion du « sens de l’histoire », qui file en droite ligne vers le Grand Soir socialiste, le paradis terrestre, enfin délivré de toute croyance et de toute vérité des cieux.
Et, comme toute histoire a ses prophètes, je vous en offre deux qui avait tout prévu :
le prophète« Jacques Attali » disait déjà, en février 2003, qu’« il convient (…) d’enlever de notre société laïque les derniers restes de ses désignations d’origine religieuse. »…
Pas mieux que l’autre prophète,« Vincent Peillon », qui affirmait dans une vidéo de 2005 qu’il fallait détruire la religion catholique, pour imposer sa « religion laïque et républicaine » (l’équivalent, chez lui, de « socialiste »).
L’enjeu, dit « Peillon », est « de forger une religion qui soit non seulement, plus religieuse que le catholicisme dominant, mais qui ait davantage de force, de séduction, de persuasion et d’adhésion, que lui ».
La chose est claire ?
Il parle exclusivement du catholicisme, et non des autres religions :
la rivalité mimétique de la République et de l’Église, dès la Révolution française – qui n’est pas terminée, rappelons-le, est un combat, une guerre des religions qui est strictement polarisée par ces deux-là.
L’islam est là de surcroit, comme un allié objectif de la République dans ce combat, quoi qu’on puisse en penser.

L’objectif est donc clairement de bâtir une société anti-chrétienne.

Pourquoi autant de pessimisme et de fermeture, me direz-vous ?
L’espace social n’est-il pas le lieu de la « cohabitation des différences » et du « multiculturalisme » ?
Oui, très bien, et alors il ne resterait qu’à nous, chrétiens, de convaincre les autres – sans pouvoir trop en parler publiquement, en se cachant dans les caves, en évitant d’être trop « visible », se faisant tout petit, et en n’intervenant surtout pas dans les débats publics.
Comment voulez qu’une lampe éclaire le monde si elle est placée sous la table ?
Comment voulez-vous que l’avenir de la France se bâtisse sans son passé ?
Comment voulez-vous construire une maison sans ses fondations ?
Point n’est besoin de fondation, d’historicité et de continuité, puisque, dans leurs esprit « peilloniens », tout commence par la Révolution, et tout finira avec la Révolution achevée :
Une Révolution, selon le grand-maître « Peillon », qui est « un événement religieux », une « nouvelle genèse »  un « nouveau commencement du monde », une « nouvelle espérance », une « incarnation théologico-politique », qu’il faut porter à son terme, à savoir : « la transformation socialiste et progressiste de la société toute entière » (La révolution française n’est pas terminée, p. 195).

« c’est encore une religion, sinon une certaine forme de religiosité, qui est encore à l’œuvre dans ce médiocre spectacle dit laïque  »

Que les musulmans (et les juifs) ne se réjouissent donc pas trop vite :
Ils sont aujourd’hui les idiots utiles de la République, plus que les alliés objectifs.
Une République qui se sert de l’islamisation, à sa droite, et du « multiculturalisme », à sa gauche, pour imposer sa propre religion, mais qui veut les fendre toutes, et, au premier chef, l’Église, dont elle est depuis le début la copie mondaine et le décalque horizontal.
Elle veut et n’existe que pour s’imposer elle-même comme religiosité, et, grâce à « Vincent Peillon », dont on peut reconnaître, au moins, la franchise, cela est rendu public.
Oui il faudra répandre la bonne parole, selon le rapport de l’ »Observatoire de la laïcité » remis le 25 juin au Premier ministre :
  « favoriser la diffusion de guides de la laïcité dans les municipalités, hopitaux, maternité, entreprises privées », « inventer une charte laïque » ou encore « enseigner la morale laïque à l’école » (p. 4), tout cela en s’appuyant « sur la lutte contre toutes les discriminations économiques, sociales, urbaines ».
L’homme nouveau, républicain et socialiste, ouvert à tout sans n’être à rien, subissant toutes les cultures du monde sans avoir le droit à la sienne, étant partout « chez autrui » plutôt que « chez lui », sera lisse et livide, sans visage et sans porosité, homme relatif et relativiste, où tout se vaut, dans une angoisse permanente et suffoquante.
Rien à quoi se rattacher.
Sinon à la République laïque et socialiste qui est là, et qui tend les bras.

Oui, c’est encore une religion, sinon une certaine forme de religiosité, qui est encore à l’œuvre dans ce médiocre spectacle dit « laïque ».
Les petits rituels narcissiques, ludiques ou névrotiques de l’« homo festivus » sont désormais les grandes-messes du monde post-moderne, avec leurs prêtres, leurs thuriféraires, leurs porte-croix, leurs fêtes de Bacchus, leurs processions infâmes et leurs vêpres télévisuelles débilisantes.
Et les sermons servis au cours de ces messes profanes sont d’une violence inouïe pour toute personne attachée à la continuité, la verticalité, la transcendance et le sérieux de la vie en société.
Chrétiens, vous n’êtes pas les bienvenues : vous représentez le passé, le mur, l’échafaud sur lequel, certes – et encore ! – on a bâti la civilisation, mais qu’il faut désormais rejeter.
Place aux autres, à tout le monde, sauf à vous, déchets moyenâgeux.

- Faites donc une « croix » sur deux fêtes (au choix, mais ne rêvez pas trop pour un référundum) :

Lundi de Pâques (21 avril pour 2014)

Jeudi de l’Ascension (29 mai pour 2014)

Lundi de Pentecôte (9 juin pour 2014)

Assomption (15 août)

Toussaint (1er novembre)

Noël (25 décembre)

Puis tournez-vous vers le dieu républicain, ses valeurs « humanistes » et immanentes, cette « transcendance flottante », cette réduction anthropologique, gage de paix, de sérénité, et surtout, comme nous le voyons tous les jours dans notre société, de beau, de vrai et de bien.
Amen.

Vivien Hoch

http://www.ndf.fr  du 25/09/2013

Je dois être trop âgée ou inculte mais j’ai toujours cru que le laïcisme n’était pas une religion, aurais-je manqué une étape ?
Je ne pense pas et je suis sûre que le soleil a trop tapé ces temps derniers sur certaines têtes !
Et n’ont pas été évoqués tous les autres, les protestants de tous poils, les orthodoxes, les boudhistes, les polythéistes locaux ou du bout du monde, etc…

Délire Des Vieux Barbus Musulmans

Délire Des Vieux Barbus Musulmans dans Toutes Religions islam12-e1374877069766

Voici le témoignage poignant d’une enfant Yéménite de onze ans,  témoignage trouvé sur « Facebook ».

Je l’ai traduit pour que nos lecteurs français ne puissent pas dire  :
« Nous n’étions pas bien informés sur l’islam et ses pratiques ».
La fillette fugue et dénonce ses parents qui ont voulu la marier.
Ils le font en toute ‘légalité’, selon  la coutume et la pratique islamique, bel et bien héritée du pédophile en chef, Mahomet.

Traduction du Témoignage :

Message de la petite Yémenite Nida al-Ahdal au monde entier après qu’elle ait quitté le domicile familial.
Agée de onze ans, ses parents ont voulu la marier.

« Salut à vous, soyez tous bénis.
Je remercie Monsieur Moktar Ach-charfi et Madame la Professeur Amal
Je remercie tous les journalistes et vous remercie tous ensemble.

Il est vrai que j’ai fugué, c’est vrai !
Je ne veux plus vivre chez mes parents, je veux vivre chez mon oncle paternel.

C’est quoi l’innocence de l’enfance ?
Quelle est la faute des enfants à vouloir les marier ainsi ?
Moi j’ai réussi à trouver une solution, mais  toutes ces enfants qui ne peuvent pas ?
Elles peuvent mourir, se suicider et tout ce qui leur passe par la tête.
Des enfants qui ne savent pas, sans éducation, sans instruction. Rien !

Où est notre innocence ?
Il se peut que toutes les enfants…
Il y en a beaucoup
Certaines se sont jetées à la mer ?
C’est quoi cette innocence de l’enfance ?

Il n’y a plus d’innocence !
C’est vrai , j’ai fugué chez mon oncle, il n’était pas disponible.
J’ai contacté Abdel-Jabbar pour m’emmener.
Il m’a envoyé une accompagnatrice pour aller  à Hadidiyya.
Lorsque mon oncle l’a su, il est arrivé.
Ma mère a contacté la police pour nous dénoncer.

J’ai onze ans et elle veut me marier ! Sans pudeur !
Aucune éducation, aucune pitié dans leurs coeurs !
C’est quoi cette éducation auprès d’eux ?
La mort est plus douce, je préfère mourir que de rester !
Je préfère vivre chez mon oncle que chez eux.
Ils me tueront, ils me menacent.
« Si tu fugues chez ton oncle, nous te tuerons. », c’est quoi ces menaces ?

Menacer ainsi des enfants ?
Ca ne vous gêne pas de me marier alors que je suis une enfant ?
De toutes façons, la mort ne m’effraie pas, je ne vivrai plus chez eux !
Ils ont tué nos rêves et tout ce qu’il y a en nous, il n’y a plus rien.
Ce n’est pas une éducation, c’est un crime, un CRIME !

Ma tante, oui ma tante, avait treize ans.
Elle est restée un an avec son mari.
Elle s’est imbibée de gaz, s’est enflammée et en est morte.
Son mari vagabondait, était ivrogne, malade, souffrait…

Ca ne vous gêne pas que je me marie, ça vous convient ? !
Maman, oublie-moi, parents, oubliez-moi !
Je ne veux plus de vous, ça suffit !
Vous avez détruit mes rêves, vous les avez détruits, en entier !

Et puis il y a la répétition de la même erreur par les progressistes.
Mais voilà que beaucoup de militants des pays musulmans, sur Facebook et ailleurs, s’en prennent encore et encore aux pouvoirs successifs et au « Délire des vieux barbus », à ces muftis, gardiens de la loi islamique au lieu de s’attaquer au législateur en chef, à Mahomet et au commun de ses adeptes, tous attachés comme ils le sont encore à la vénération de cet ignoble personnage.
Mahomet a non seulement défloré Aïcha à l’âge de neuf ans, mais aussi interdit à ses neuf femmes de se remarier.
Aïcha n’avait que 18 ans à la mort de Mahomet.
Elle est restée veuve jusqu’à sa mort, à un âge avancé.

Oui, les musulmans, tous les musulmans, continuent de vénérer un tel monstre.
Voilà où se situe la monstruosité islamique et le mal endémique auquel les progressistes de tout poil et de tout horizon tardent à s’attaquer.
Il est grand temps que les progressistes, d’ici et d’ailleurs, dénoncent l’islam et les pratiques islamiques héritées de Mahomet puis consacrées par le Coran et par ceux qui vénèrent le Coran et Mahomet, noyau dur de l’islam, commun à TOUS les musulmans.

Ça pue le cadavre !
Il est grand temps de procéder à l’enterrement définitif de Mahomet et du culte qui lui est rendu.
Pour l’amour que nous devons à ces petits êtres, à ces petits anges comme « Nada al-Ahdal », je suis prêt à prononcer l’oraison funèbre.

Pascal Hilout

http://www.reduitnational.com  du 26/07/2013

 

 

 

 

IL EST ILLEGAL DE MENTIONNER DES LIENS COMMERCIAUX

LES COMMENTAIRES SONT FERMES

Quel RAMDAM Commercial !

 

Quel RAMDAM Commercial ! dans Toutes Religions auchan-1-300x180-1-e1372974328812Cela se passe en France Laïque !

Tant de vacarme seulement pour cet islam envahissant notre République Laïque ?

C’est bientôt parti pour un mois de prosélytisme islamique en Europe :
le ramadan devrait débuter le 9 juillet si les astronomes musulmans se mettent d’accord.
Cette islamisation de la sphère publique est relayée par les médias et l’industrie de la grande distribution.
Pour eux, l’audience et le business sont les seuls critères de l’un des phénomènes de l’immigration de masse sur le continent européen.
Ainsi, la chaîne britannique « Channel 4″ diffusera chaque matin l’appel à la prière pendant le jeûne du ramadan, une première au Royaume-Uni pour une chaîne grand public.

leader-ramadan-e1372975890207 dans Toutes Religions

 

En France, « Leader Price » publie une nouvelle fois un catalogue estampillé « ramadan » et souhaite un « ramadan karim » (un « bon ramadan ») en arabe.

 

rama-500x500-e1372976257987

Quant à Monoprix, l’enseigne des bobos met en avant des publicités « Spécial ramadan » où sont représentés des minarets et mosquées (photo), à destination des clients tunisiens.
Mais pour un site de «
 consommateurs musulmans » comme Al Kanz, certains industriels ne vont pas assez loin en axant leurs campagnes sur les « saveurs orientales » plutôt que sur la fête religieuse du ramadan.

 

 

nouvelles-images-humour-rigolote-bonne-nuit-img

 

Le lobbying musulman en veut toujours plus.

http://fr.novopress.info  du 04/07/2013

 

 

Il est interdit de mentionner des sites commerciaux

Par commentaire ou par ping !

Il est inutile de mentionner une messagerie privée fantaisiste

 

Touche Pas A Mon Eglise !

 

Touche Pas A Mon Eglise ! dans Toutes Religions tract

NON AUX MENACES

 

 

eglise-taguee1 dans Toutes Religions

Non Aux Profanations de Nos Eglises !

 

touche-pas-a-mon-eglise-e1371855339324

Non A La Mort De La France !

 

 

 Samedi matin, un paroissien a découvert des tags dans l’enceinte de l’église Saint-Jean-Baptiste de Bourgoin-Jallieu.

Il s’agit d’inscriptions injurieuses contre la religion catholique et contre la France, à la gloire de l’Islam et de Ben Laden.          Elles ont été réalisées au marqueur sur deux piliers, ainsi que sur une affiche située sur le panneau au fond de l’église.                 Les messages sont signés du GIA, qui pourrait faire penser au groupe islamique armé.
La police a procédé aux constatations d’usage.

L’équipe paroissiale a temporairement recouvert ces tags d’affichettes.

http://www.ledauphine.com  du 15/06/2013

 

Un immense bravo aux Identitaires du Dauphiné et à Génération identitaires Dauphiné qui ont déployé cette banderole devant l’église de Bourgoin-Jallieu taguée

Ils ont aussi distribué des tracts rappelant les insultes anti-chrétiennes et -France et proclamant l’amour de l’islam, de Ben Laden et autres joyeusetés…

Naturellement nul préfet pour condamner, nul déplacement de Valls…

C’est que, en notre pays, monsieur, seuls les violents sont écoutés.

Mais nous nous répétons et répèterons à satiété, sans nous cacher, sans abîmer les bâtiments :

« Islam, dehors ! »

 Christine Tasin

http://www.resistancerepublicaine.eu du  21/06/2013

Des Parlementaires Au Vatican.

Près de 50 parlementaires français reçus samedi au Vatican

 

 Une délégation de 45 parlementaires français sera reçue samedi matin par le pape François. Le projet d’une visite du président de la République au Vatican n’est pas à l’ordre du jour, en particulier dans le contexte tendu de l’adoption par la France du mariage gay. Mais elle n’est pas exclue en 2014.
Ils sont 45 parlementaires français, très majoritairement à droite même si parmi eux se trouvent quelques socialistes, à rencontrer samedi matin le pape François.
Contre toute attente, ce dernier leur a accordé rapidement cette audience, dont la demande a été formulée au titre du Groupe d’amitié France-Saint-Siège du Sénat et du Groupe d’études à vocation internationale (75 membres), le « GEVI-Saint-Siège » de l’Assemblée nationale (64 membres).«Nous aurions pu être le double», explique Charles Revet, sénateur de Seine-Maritime, l’un des promoteurs de ce voyage privé, aux frais donc de chacun, «tant l’intérêt pour le nouveau Pape est important, mais tout a été décidé à la dernière minute une fois reçue la bonne surprise de l’accord quasi immédiat du Pape».Est-ce à dire que le pape François aurait envie de délivrer un message particulier pour ce premier groupe de Français qu’il reçoit officiellement – aucun groupe hexagonal, même religieux, n’a été encore reçu ?
Et notamment dans le contexte très tendu entre l’Église catholique et le gouvernement à propos du mariage gay ?

«Nous n’en savons rien, confie un bon connaisseur du dossier, le nouveau pape nous habitue à une grande liberté de ton mais si cette visite s’inscrit de facto dans le contexte du débat sur le mariage pour tous, elle n’en est aucunement une conséquence.»
Le Pape devrait en tout cas parler français (même s’il affirme «mal maîtriser» cette langue) comme il l’avait fait en recevant les félicitations de Jean-Marc Ayrault, le jour de son installation.
Il devrait aussi s’exprimer brièvement car il s’agit d’une audience privée normalement prévue sans discours.

«Je ne veux pas faire de liens entre cette visite et la loi sur le mariage pour tous, insiste plus officiellement le sénateur Charles Revet, président de ce Groupe d’amitié.
D’abord parce que ce projet de rencontre a été lancé avant le départ de Benoît XVI et que son successeur l’a maintenu.
Ensuite parce que nous sommes de toutes sensibilités politiques, et loin d’être tous des croyants ou des catholiques.
L’idée de ce voyage est avant tout de faire connaissance avec le nouveau Pape dont les messages sont très forts.
Nous voulons aussi montrer que des parlementaires peuvent y être non seulement attentifs, mais réceptifs.»

Une visite présidentielle pas au programme

Une bienveillance qui ne semble pas être partagée à un étage plus élevé de la République française: l’Élysée.
Dans un excellent ouvrage récent, François Hollande, Dieu et la République (Éditions Salvator), le journaliste Samuel Pruvot, de l’hebdomadaire Famille Chrétienne, a décortiqué la distance qui sépare l’actuel président de l’Église catholique, et de la foi en général.
Il raconte plusieurs occasions ratées -dont une en septembre 2012- où une rencontre avec Benoît XVI aurait été possible mais non souhaitée par François Hollande.

Le chanoine du Latran, dont François Hollande a accepté le titre honorifique par courrier «au nom de la tradition» -depuis Henri IV, l’Église catholique l’accorde au premier des Français-, n’est donc pas prêt à fouler les marbres des palais pontificaux.
Le grand froid du mariage pour tous est passé par là.
Tout comme le mépris ironique du président français -«nous ne présentons pas de candidat»- lors l’élection du conclave.
«Une rencontre ?
Peut-être en 2014…», susurre-t-on dans les instances informées.
À moins que la dimension sociale du pape François ne décide plus tôt le président français à frapper à sa porte s’il en ressentait le besoin pour son image.

Jean-Marie Guénois

http://www.lefigaro.fr/ du 14/06/2013

Drôle De Paix !

Nombre de ses défenseurs répètent que l’Islam est une religion d’amour et de paix.

Comme il est annoncé en prologue de chaque sourate du coran, Allah n’est que miséricorde.
Ils affirment que le quiproquo entre le monde musulman et l’occident repose surtout sur une mauvaise interprétation sémantique.
Ils passent sous silence ou bien tentent de réinterpréter à leur avantage les passages litigieux ou violents du livre sacré.
Le texte, écrit en vieil arabe est d’une facture souvent maladroite et chaotique, et la transcription de certains mots prête parfois à diverses interprétations, mais le sens général du contenu est très clair.
La gêne des théologiens islamiques est manifeste lorsque le livre sacré est soumis à l’examen critique d’une lecture libre et attentive.
Les injonctions aux crimes, à la haine et à l’exclusion sont très lisibles tout au long du texte et ne peuvent prêter à confusion.
Bon nombre de ces apologistes et avec eux, d’autres intellectuels occidentaux, affirment que la bible contiendrait plus de passage de violence et de haine que le Coran.

Ils n’ont pas perçu, les différences fondamentales qui opposent les deux textes.
La bible ne prétend pas, comme le coran être d’origine divine et peut donc être sujette à caution.
Son interprétation, par là-même plus souple, est livrée au sens critique de chacun.
L’ancien testament est une compilation de textes écrits par différents auteurs, à différentes époques.
Le coran est l’œuvre testamentaire d’un chef de guerre qui se présentait à tous comme l’envoyé de Dieu.
Les approximations historiques et le télescopage chronologique dans la bible, peuvent être remis en question par un lecteur averti, sans risque de blasphème et sans menace de mort.
La bible contrairement au coran ne se récite pas.
La lecture posée permet le temps de l’analyse et offre une distance que la récitation incantatoire d’un texte appris par cœur, n’autorise pas.
Les scènes de massacres, de meurtres, de viols, de supplices et de catastrophes en tous genres, décrites dans la bible, sont très éloignées de notre époque et de nos considérations humanistes, mais elles sont l’illustration de la longue narration, parfois fastidieuse, des pérégrinations d’un peuple sous le regard de « Dieu ».
En aucun cas, comme le fait le coran dans chacune de ses sourates, le texte biblique ne place la haine de l’autre (Celui qui choisit une autre religion) comme principe de base régissant les rapports humains.
On le comprend tout au long du récit, la théologie islamique s’affirme par la destruction de l’être plutôt que par sa construction.

Le coran est le chef-d’œuvre intellectuel d’un bédouin qu’on nous présente comme inculte et analphabète.
Il a été écrit dans l’environnement aride du désert de la péninsule arabique.
Rien ne sort vraiment jamais de bon, d’un milieu hostile et stérile, et ce sentiment d’apparente quiétude de l’âme n’est qu’un leurre. Ce n’est qu’un mirage, un de plus.
L’islam en tant que complément-alimentaire-placebo des nourritures de l’esprit, ne dérange personne, certains pourrons même lui attribuer un brin de transcendance, mais la lecture du coran nous ramène à la réalité.
La spiritualité, ici, sert d’écran de fumée à un solide projet politique.

On ne peut aujourd’hui porter une critique au sujet de l’islam, sans être taxé de raciste ou d’islamophobe.
On vous jette au visage ces adjectifs, un peu comme un crachat et l’insulte est rarement soutenue par une argumentation raisonnée.
Elle relève du jugement à l’emporte-pièce et, pire encore, du préjugé.
Préjugés qui, pour paraphraser « Nietsche » « sont des ennemis de la vérité, plus dangereux que les mensonges ».
Préjugés imbéciles qui tentent d’étouffer toute critique à l’égard d’une religion pas comme les autres.
L’islam, en effet, tient plus d’une maladie de l’esprit que d’une véritable quête spirituelle.
- Si l’on s’en tenait au sens littéral du terme islamophobe, c’est-à-dire qui craint ou déteste l’islam, alors on trouverait la critique aimable et l’on accepterait d’endosser le costume.

On peut regretter, d’une manière générale, que la lutte contre l’islamisme soit la chasse gardée de l’extrême droite.
Nos brillants esprits contemporains ont déserté la place.
Seuls quelques « Houellebecq » ou « Onfray » font part de leurs inquiétudes, essuyant les fatwas délirantes d’imams autoproclamés.
Les penseurs du dix-huitième et du dix-neuvième siècle étaient moins craintifs à l’égard de la religion musulmane.
Montesquieu déclarait qu’ « elle agit sur les hommes avec l’esprit guerrier qui l’a créée ».
Shopenhauer y trouvait « la forme la plus triste du théisme » et n’en pouvait tirer « aucune idée profonde ». Flaubert rêvait même de réduire en cendres le bâtiment de La Mecque sous les canonnières de l’armée.
De nombreux philosophes ou écrivains en ont fait une critique cinglante.
Le terme islamophobe n’était pas alors en cours et l’on ne marquait pas leur front, du sceau indélébile de l’infamie.
Mais l’islam pour les européens des siècles passés, n’était qu’une vague menace exotique.

Il en est tout autrement aujourd’hui et l’on ne peut évoquer le nom du prophète sans prendre toutes les précautions d’usage.

Georges Petitjean

Source : « ripostelaïque.com » du n° 303

La spiritualité, ici, sert d’écran de fumée à un solide projet politique. !
Et nous sommes dans une République où Etat et Religions sont censés être séparés, l’Islam n’y a aucun avenir…sauf si nous ne nous appelons plus France… ! Défendez votre Patrie, Citoyens Français !

Toujours Ce Qatar !

Toujours Ce Qatar !  dans Toutes Religions emblem_of_qatar.svg_-e1374451470858

 

Les   ambitions   du   Qatar   sur   l’islam   de   France

Quelques petites phrases de « Haoues Seniguer », chercheur, à retenir (pour information dangereuse)

Cet islam est très conservateur au plan des mœurs ; il consiste en une extériorisation, assumée et entretenue, de l’appartenance identitaire des musulmans, quelle que soit leur nationalité ; il se manifeste par l’encouragement absolu du port du foulard pour les femmes, de la barbe pour les hommes, de la fréquentation assidue des lieux de culte, ainsi que de l’investissement communautaire permanent, aux fins de renforcer et d’étendre la visibilité de la religion dans l’espace public.
En soutenant matériellement des musulmans français, qui présentent plutôt le profil idéologique des Frères musulmans, le Qatar attend une reconnaissance de leur part, et, en retour, une publicité favorable à son endroit.
Cet attrait a au moins le mérite d’une clarification : les islamistes français sont bel et bien de tendance ultralibérale au plan économique et très conservateurs sur celui des mœurs.
l’UOIF, dont la direction est composée de membres franco-tunisiens très proches du mouvement islamiste Ennahda – à l’instar de « Abdellah Ben Mansour » (cofondateur de l’UOIF) ou encore de son président, « Ahmed Jaballah » -, développe une approche de l’islam inspiré des Frères musulmans que soutient pleinement le Qatar.
Ensuite, il faut savoir qu’Ennahda a bénéficié d’un soutien financier important de l’émirat (au moins pendant la campagne électorale de 2011).
L’UOIF, qui invite désormais à ses congrès annuels « Rached Ghannouchi » et « Abdelfattah Mourou », deux leaders du mouvement islamiste tunisien, joue de cette proximité pour faire du pied aux donateurs qataris.
Les Qataris ne sont pas naïfs, ils savent qu’il s’agit d’un sujet ultrasensible en France.
C’est pourquoi ils opèrent très discrètement en confiant une partie de leur plan com à un orateur de la trempe de Tariq Ramadan.

Naturellement les islamophobes qui réclament l’interdiction du voile, du kami et de tous les signes extérieurs de l’islam se font des films…

Naturellement, les islamophobes qui dénoncent l’équivalence islam-islamisme, se font des films…

Naturellement, les islamophobies qui dénoncent Qatar, Frères musulmans, Morsi et compagnie, se font des films…

Christine Tasin

Source : « resistancerepublicaine.eu » du 18/05/2013

Mais les films du Qatar doivent être regardés et surtout écoutés dans la bonne posture pour être compris, alors que les nôtres  s’inspirent de notre histoire séculaire et refusent l’implantation d’une religion au statut politique.

La France est une République Laïque  ! 

 

800 Saints A Prier !

800 Saints A Prier ! dans Toutes Religions otranto_cathedral_martyrs-500x375-300x225

Cathédrale d’Otrante

Le pape François a canonisé les 800 martyrs d’Otrante, fidèles au Christianisme.

Bien que cela soit un “héritage” de son prédécesseur Benoît XVI, la première canonisation du pape François n’en reste pas moins symbolique.
Ce dimanche 12 mai 2013, il a en effet canonisé les 800 martyrs d’Otrante, en Italie du Sud.

Le 13 août 1480, au lendemain du saccage d’Otrante par ses troupes, le commandant turc Gelik Achmet Pascia avait ordonné que tous les hommes survivants à partir de l’âge de quinze ans soient conduits à son campement et obligés de renier leur religion.
La réponse immédiate avait été donnée par le seul des 800 martyrs à être aujourd’hui connu, un modeste cordonnier du nom d’Antonio Primaldo .
Il aurait déclaré au nom de tous ses compagnons :
“Nous considérons Jésus-Christ comme notre seigneur et le vrai Dieu.
Nous préférons plutôt mille fois mourir que de le renier et devenir turcs”.

Ils furent alors tous passés au fil de l’épée et décapités.
Lors de la libération d’Otrante en 1481, leurs corps suppliciés a été découvert à l’église nommée ”A la source de la Minerve”.
Leur martyre a commencé d’être honoré à partir de 1485.
Les premières pièces du dossier en canonisation sont versées en 1539 par l’évêque local, recueillant les témoignages de survivants.
En 1771, le pape Clément XIV acceptait un décret reconnaissant la béatification de fait des martyrs.

C’est la guérison d’une religieuse en 2011 – un cancer en phase terminale qui a disparu suite à l’invocation des martyrs -, reconnue comme valide par la congrégation vaticane pour la cause des saints, qui a permis de canoniser ces 800 chrétiens fidèles.

Source : « fr.novopress.info » du 12/02/2013

Et certains veulent que la Turquie entre dans la Communauté Européenne, que les mosquées continuent à proliférer sur notre sol Chrétien quand nos régions n’ont plus d’argent pour entretenir notre patrimoine architectural de nos magnifiques églises !
Ben voyons ! Nous devons assurer nourriture, soins et logements à tous ceux qui nous demandent aide.
S’il y avait espoir de gain,ce qui n’est sans doute pas le cas, peut-être que le Qatar mettrait-il quelques billes dans ce grand continent africain au lieu de venir acheter (au rabais) les fleurons de notre civilisation.

12

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43