Archive | Yahvé Flux RSS de cette section

Abraham Engendra Isaac et Ismaël.

gaza

 

Le véritable but de l’opération menée par Israël à Gaza ?

Depuis plus de trente ans que la Guerre du Liban a pris fin, tuer des Arabes est la principale stratégie d’Israël.

La guerre épouvantable, qui se déroule en ce moment à Gaza, ne diffère en rien.

L’Opération « Bordure Protectrice » a pour but de rétablir le calme.

Tuer des Arabes, est le moyen utilisé.

Le slogan de la Mafia est devenu la politique israélienne officielle.
Israël croit sincèrement que tuer des Palestiniens par centaines dans la Bande de Gaza, instaurera le règne de la tranquillité.
Il ne sert à rien de détruire les entrepôts d’armes du Hamas, qui a déjà prouvé sa capacité de réarmement.
Faire tomber le gouvernement du Hamas est un but irréaliste (autant qu’illégitime).
Il n’est pas celui d’Israël, qui sait pertinemment que toute alternative pourrait s’avérer bien pire.
Ne reste donc qu’un unique objectif possible pour l’opération militaire :
Mort aux Arabes, sous les acclamations de la foule.

L’Armée de Défense d’Israël a déjà établi une « carte de la souffrance », invention diabolique qui remplace la non moins diabolique « banque de cibles », et le territoire couvert par cette carte s’étend à une vitesse qui donne la nausée.
Il faut regarder « Al Jazeera » en anglais, une chaine de télévision professionnelle, aux prises de position mesurées (contrairement à son homologue en arabe), pour découvrir l’ampleur de sa réussite. Vous ne la verrez pas depuis les studios « ouverts » des télés et radios israéliennes, dont l’ouverture est réservée, comme toujours, à la victime israélienne.
Mais sur « Al Jazeera », vous découvrirez toute la vérité, peut-être même vous scandalisera-t-elle.

À Gaza, les corps s’empilent, pour remplir un tableau épouvantable, mis à jour en temps réel, de cette tuerie massive, qui fait la fierté d’Israël, un tableau de chasse qui comprend d’ores et déjà des dizaines de civils, dont 24 enfants, (selon le compte établi samedi à midi), sans compter les centaines de blessés, qui viennent amplifier l’horreur, la destruction.
Les bombardements ont déjà touché une école, un hôpital.
Les frappes visent les maisons, et toutes les justifications du monde n’y peuvent rien :
il s’agit là de crimes de guerre, même si l’Armée de Défense d’Israël appelle ces maisons « centres de commandement et de contrôle », ou « salles de conférence ».
C’est vrai, certaines frappes sont bien plus brutales que celles d’Israël, sauf que dans cette guerre, qui ne consiste en rien d’autre qu’une série d’attaques réciproques contre des civils – le combat d’une mouche, contre un éléphant – on ne dénombre même pas un seul réfugié.
Contrairement à ce qui se passe en Syrie, comme en Irak, les habitants de la Bande de Gaza ne peuvent même pas s’offrir le luxe de fuir, pour sauver leurs vies.
On ne s’évade pas d’une cage.

Depuis que la Guerre du Liban a pris fin, il y a plus de trente ans, tuer des Arabes est devenu l’instrument stratégique principal d’Israël.
L’A.D.I. ne fait pas la guerre contre des armées, les populations civiles constituent ses cibles prioritaires. Comme chacun sait, les Arabes naissent pour tuer, et se faire tuer.
Ils n’ont d’autre but dans la vie, alors Israël les tue.

Bien sûr, le modus operandi du Hamas doit provoquer notre indignation :
Non seulement ses roquettes visent-elles des centres israéliens de population civile, non seulement prend-il lui-même position au milieu de centres de population – il n’a peut-être pas d’autre alternative, les conditions de surpeuplement de la Bande étant ce qu’elles sont – mais il laisse également la population civile de Gaza à la merci des attaques brutales d’Israël, sans veiller à lui fournir la moindre sirène, le moindre abri, le moindre espace protégé.
Cette attitude est criminelle.
Mais les tirs de barrage de la Force Aérienne et Spatiale d’Israël ne le sont pas moins, en raison de leur objectif, comme de leur résultat :
Tous les immeubles d’habitation de la Bande de Gaza abritent des dizaines de femmes et d’enfants.
C’est pourquoi l’A.D.I. ne saurait prétendre qu’il n’entre pas dans ses intentions d’infliger des souffrances à des civils innocents.
Si la démolition récente de la maison d’un terroriste en Cisjordanie fut encore à l’origine de manifestations peu fournies, ce sont maintenant des dizaines de maisons que l’on détruit, et leurs occupants avec elles.

Entre les généraux en retraite et les commentateurs en campagne, c’est à celui qui fera la proposition la plus monstrueuse :
Sans sourciller, le Major-Général de réserve, Oren Shachor, a expliqué :

« Tuer leurs familles, voilà qui les effraiera » !

tandis que d’autres affirmaient :
« Nous devons créer une telle situation que, lorsqu’ils ressortiront de leurs terriers, ils ne reconnaîtront plus Gaza »!.

Sans vergogne, ni remise en question – jusqu’à la prochaine Commission Goldstone.

Une guerre sans but compte parmi les guerres les plus abjectes.
La prise délibérée de civils pour cibles compte parmi les pratiques les plus atroces.
Aujourd’hui, l’horreur règne aussi sur Israël, mais il est peu probable qu’un seul Israélien puisse jamais imaginer ce que ce règne signifie pour les 1,8 millions d’habitants de Gaza dont les existences, déjà cauchemardesques, ont désormais sombré dans l’horreur absolue.
La Bande de Gaza n’est pas un « nid de frelons », c’est une province, que le désespoir humain gouverne.
Le Hamas n’est pas une armée, il s’en faut même de beaucoup, et ce en dépit de toutes ses tactiques visant à inspirer la crainte :
S’il a effectivement construit là-bas un réseau de tunnels ultrasophistiqué, ainsi qu’il le prétend, comment se fait-il qu’il ne construise pas d’ores et déjà le réseau du métro léger de Tel-Aviv ?

La barre des 1000 sorties, ainsi que celle des mille tonnes d’explosifs, sont en passe d’être atteintes.
Israël n’attend plus que « l’image de la victoire », qu’elle a déjà remportée : Mort aux Arabes.

Gideon Levy pour « echoes.over-blog.com »

Source : http://normanfinkelstein.com/2014
(traduction Hervé Le Gall)

http://www.legrandsoir.info/  du 18/07/2014

Les Pierres De La Nouvelle Intifada.

ouverture-desprit-300x187 (1)

 

L’Opération Age de Pierre d’Israël.

Pluies d’été, nuages d’automne, hiver brûlant, plomb fondu, écho fidèle, pilier de défense et, maintenant, bordures protectrices.
Les noms de code des agressions israéliennes sont de purs fantasmes, un pur exercice de propagande.
Ils ne procurent à Israël ni paix ni force de dissuasion.

Par contre ils sont très efficaces pour ce qui est d’engendrer une autre génération de Palestiniens acharnés à la destruction d’Israël.
A l’heure d’aujourd’hui et dans la situation présente, un déchaînement de frappes sur Gaza est certainement ce qui est le plus à même d’achever de convaincre les Palestiniens – quelque soit l’endroit où ils habitent – que les Israéliens ne seront jamais prêts à vivre à leurs côtés dans un état séparé.

La solution de deux états est celle que les Sionistes libéraux défendent parce qu’elle est la seule qui garantisse le maintien d’une majorité juive dans les frontières de 1948.
Et pourtant, c’est précisément ce fragile espoir que la puissance militaire israélienne est en train d’enterrer sous les bombes.
Le nom de code Opération Age de Pierre serait mieux approprié.
Je parle des pierres de la nouvelle intifada.

Il faudrait écouter ce que Khaled Meshaal, le leader du Hamas, a dit, mercredi :
A savoir que bientôt on ne trouvera plus un seul Palestinien qui osera encore parler d’un état fondé sur les frontières de 67.

Je ne lui ai pas posé la question, mais je crois que l’auteur du blog, dont je cite ci-dessous un article posté mardi dernier, serait sûrement d’accord avec moi :
Cependant la rapide dégradation de notre sécurité n’est pas la conséquence de l’ignoble meurtre de Naftali, Eyal et Gil-Ad, qu’ils reposent en paix.
(voir http://francemaghreb2.fr/gideon-levy-lhorreur-loccupation-va-bien-au-dela-colonies/)

“La dégradation est d’abord le fruit de
l’illusion que l’inaction du gouvernement, sur tous les fronts, peut geler la situation dans une sorte de statu quo,
l’illusion que le « Prix à payer » n’est qu’un slogan et non du racisme à l’état pur,
l’illusion que tout peut être résolu en faisant usage d’un peu plus de force,
l’illusion que les Palestiniens vont supporter tout ce que nous faisons en Cisjordanie et ne réagiront pas malgré leur rage, leur frustration et la détérioration de leur économie,
l’illusion que la communauté internationale ne nous imposera pas de sanctions, que les citoyens arabes d’Israël ne sortiront pas dans la rue pour se plaindre que nous ignorons leurs problèmes. »
(Traduction : Dominique Muselet)

L’auteur est « Yuval Diskin » qui a été directeur du « Shin Bet » de 2005 à 2011, et ce passage vient de sa page « Facebook ».

Diskin raison.
Cette opération n’es pas une réaction au meurtre des trois jeunes israéliens.
Le projet d’attaquer – en tous cas la tentation d’attaquer – le Hamas en Cisjordanie puis à Gaza est dans les esprits depuis des mois pour toutes sortes de raisons :
-le refus d’Israël d’accepter le gouvernement d’unité palestinien ;
-la conviction d’Israël que suite au changement de régime en Egypte et à la perte de l’aide financière iranienne, le Hamas de Gaza était affaibli ;
-le renoncement des Etats-Unis d’attaquer l’Iran qui a remis le Hamas au premier rang des ennemis mortels d’Israël.

Selon les anciens collègues de Diskin au Shin Bet, le Hamas est responsable de l’enlèvement et du meurtre des jeunes colons.
D’une certaine façon, ils ont raison :
La décision de « Meshaal » de former un gouvernement d’unité ne faisait pas l’unanimité au Hamas.
Un meeting à Doha, avant l’annonce, a fait apparaître une violente opposition à ce gouvernement d’unité, notamment de la part de membres du Hamas de Cisjordanie qui savaient que, compte tenu de l’étroite coopération d’Abbas avec Israël sur la sécurité, cela les condamnait à une répression sans faille.

« Meshaal » a été attaqué de l’intérieur du Hamas pour avoir abandonné trop de terrain à « Abbas ».
Le kidnapping et le meurtre de trois jeunes colons israéliens, en Cisjordanie, a pu être le fait de membres du Hamas de Hébron qui voulaient torpiller une décision politique avec laquelle ils n’avaient jamais été d’accord. Le kidnapping a peut-être eu aussi pour but de forcer « Netanyahou » à réenclencher le processus de libération des prisonniers qui s’était interrompu avec l’échec des pourparlers avec « Abbas ».

Mais l’idée que « Meshaal » à Doha ou qui que ce soit à Gaza ait pu planifier cette opération défie toute logique – et vous pouvez penser tout ce que vous voulez du Hamas mais ils sont logiques.
Ceux qui ont planifié ces enlèvements voulaient saboter le gouvernement d’unité.
Ca pourrait donc être une faction palestinienne rivale, ou Israël, mais cela ne peut en aucun cas être « Meshaal » lui-même, ni le Hamas de Gaza qui ont fait tout ce qu’ils pouvaient, en paroles et en actes, pour sauvegarder l’accord qu’ils n’ont toujours pas dénoncé à ce jour.

Israël n’avait pas besoin de preuves.
Le plan était prêt et il ne lui fallait qu’une excuse plausible pour passer à l’action.
Ca s’est passé de la même manière pour l’invasion du Liban en 1982.
Le 3 juin de cette année-là, « Shlomo Argov », l’ambassadeur israélien en Angleterre, a été attaqué à la mitraillette en sortant de l’hôtel Dorchester, une attaque à laquelle il a survécu.
Trois de ses agresseurs ont été arrêtés et jugés pour meurtre.
C’était des membres du Conseil Révolutionnaire du Fatah de ‘Abu Nidal’, mais c’est l’OLP de Beyrouth qui a morflé.
C’est exactement le même scénario aujourd’hui.

On peut donc se poser cette question :
Quel est exactement le but de Netanyahou ?

Si on prend comme seul critère les intérêts concrets d’Israël, beaucoup de choses dans la situation actuelle semblent être plutôt en mesure de porter préjudice à la sécurité d’Israël sur le long terme.
L’éruption de colère palestinienne provoquée par le meurtre raciste de « Mohamed Abu Khdeir » ne s’est pas produite en Cisjordanie ni à Gaza, mais dans les frontières d’Israël même – à Jérusalem, Nazareth et dans le triangle du nord.
Où, à votre avis, est-il le moins probable que démarre une troisième intifada ?
Dans un quartier de la classe moyenne de Jérusalem-Est du nom de Shuafat.
Relié au centre de la ville par un nouveau tramway, ce quartier était supposé être un modèle d’intégration, pourtant c’est là que la révolte a été la plus forte.

Ces gens-là sont des citoyens israéliens.
Et plus important encore, ils habitent à Jérusalem du côté israélien du mur de séparation.

Mais la différence entre la réaction d’Israël au meurtre des jeunes colons israéliens et sa réaction au meurtre du jeune Palestinien fait le tour du problème.
Quand des Juifs sont tués, les Arabes soupçonnés du meurtre voit leur maison détruite aux explosifs avant même d’être arrêtés, encore moins incriminés.
Mais quand un Arabe est tué, ses meurtriers juifs ont droit à un procès en bonne et due forme.
Toutes les victimes sont pourtant des citoyens du même pays.
Mais leur mort n’est pas traitée de la même manière.

La réaction palestinienne à l’agression militaire détruit des années de travail israélien sans compter les millions de dollars investis.
Elle réunit les Palestiniens de Cisjordanie, d’Israël et de Gaza, qu’Israël a essayés de diviser en les cantonnant notamment dans différents secteurs.

Les déclarations de « Meshaal » et de « Mahmoud Abbas » reflètent cette évolution.
Pour la première fois, le Hamas a posé comme première condition d’un cessez-le-feu, qu’Israël mette fin aux opérations en Cisjordanie et à Jérusalem.
Auparavant le Hamas mettait Gaza en premier.
Plus maintenant.

Le dernier accord de trêve entre le Hamas et Israël n’incluait pas la Cisjordanie et le Hamas ne considérait pas les incursions d’Israël en Cisjordanie comme une excuse pour dire que la trêve avait été rompue.
Mais, cette fois, c’est le contraire.
Israël a pris prétexte de ce qui c’est passé en Cisjordanie pour attaquer Gaza et c’est une erreur fatale car cela réunit les deux camps qu’il voulait tant séparer.

Au plan régional, les erreurs d’analyse sont pires encore.
Israël n’est plus entouré d’états tampons, amicaux ou hostiles, qui sécurisaient ses frontières.
La Syrie ne joue plus ce rôle ni d’ailleurs l’ Egypte de Sisi qui est confrontée à une violente insurrection djihadiste dans le Sinaï.

Les contre-révolutions et les guerres civiles déclenchées par les printemps arabes ont semé le chaos dans la région où des groupes comme l’Etat Islamique prospèrent désormais.
Ils ne respectent pas les frontières comme le constatent la Jordanie, l’Arabie Saoudite, la Libye et l’Egypte. En amenant la cause palestinienne sur le devant de la scène du Moyen Orient, une fois de plus, Israël attire l’attention des éléments les plus extrêmes de l’Islam radical, une attention qui pourrait se révéler très dangereuse, surtout s’il parvient à écraser le Hamas.

Israël qui bénéficie d’une supériorité militaire incontestable et qui est l’instigateur de tout ce qui se produit dans son voisinage immédiat, a encore le pouvoir de faire la paix avec les millions de Palestiniens parmi lesquels il est obligé de vivre, en paix ou en guerre.
Il peut encore faire des concessions territoriales à partir d’une position de force.
Le mot « encore » est capital.
Dans quelques années, ce ne sera peut-être plus le cas.

David Hearst

http://www.legrandsoir.info/  du 11/07/2014

C’est Bien Le Théâtre De L’ Absurde !

images

Israël  à la tête d’une commission de l’ONU sur la « décolonisation » !

Au moment précis où il est apparu que les Nations unies ne pouvaient plus se montrer capables de protéger les droits palestiniens et demander des comptes à Israël à propos des violations de ces mêmes droits, tombe la nouvelle de ce qu’Israël a été désigné à la vice-présidence de la Commission spéciale de l’ONU sur la décolonisation – qui, entre autres choses, traite de questions relatives aux réfugiés palestiniens.

Selon les procès verbaux de l’ONU, le représentant d’Israël, la dernière nation au monde à implanter des colonies, a reçu 74 voix en faveur de sa désignation au poste, malgré une véhémente opposition de la part du Groupe arabe des États membres de l’ONU.

Le Qatar, prenant la parole au nom des États arabes, a qualifié Israël d’« État qui a violé la Charte des Nations unies ainsi que les lois internationales.
Du fait que son palmarès était entaché de sang et que son occupation dure depuis plus de 66 ans, Israël n’était pas qualifié pour présider à des questions concernant les réfugiés palestiniens, le maintien de la paix et les enquêtes sur ses propres pratiques illégales ».

Les États arabes ont réclamé un vote nominatif, une démarche inhabituelle, ce qui a provoqué des objections de la part de l’ambassadeur du Royaume-Uni, qui est membre du Groupe des États d’Europe occidentale et autres qui avait sélectionné Israël.

Le Canada a profité de l’occasion pour exprimer son « soutien indéfectible à Israël » et les États-Unis ont dit qu’ils « soutenaient sans équivoque la désignation d’Israël ».

L’Arabie saoudite – dont la propre participation au Conseil des droits de l’homme de l’ONU a soulevé bien des critiques – a déclaré que l’élection d’Israël « équivalait moralement à confier au régime d’apartheid de l’Afrique du Sud la charge d’une commission censée mettre un terme au racisme ».

Le théâtre de l’absurde

Israël a remercié ses partisans, mais il est possible que ses actions aient fait plus de bruit que ses propos.
Alors que ce théâtre de l’absurde jouait sa pièce à New York, les forces d’occupation israéliennes multipliaient les démolitions de maisons palestiniennes afin de faire de la place pour l’installation de colonies.

La désignation d’Israël vient quelques semaines après qu’il a annoncé une nouvelle expansion massive de ses colonies illégales en Cisjordanie occupée.

Dans la seule journée de mercredi, les démolitions israéliennes ont jeté sept familles palestiniennes à la rue en Cisjordanie.

Et visionnez donc le reportage photo de « Silvia Boarini«  montrant l’actuel nettoyage ethnique par Israël des Bédouins palestiniens dans le sud de la région du Naqab (« Néguev ») située dans l’Israël actuel.

Ces dernières mesures d’épuration ethnique ont lieu en même temps que les attaques d’Israël contre les villes de Cisjordanie toute la semaine dernière, prétendument afin de rechercher les trois colons disparus.
Jusqu’à présent, Israël a enlevé plus de 300 Palestiniens, a effectué des raids dans 750 maisons et au sein d’organisations de bénévoles ainsi que sur le campus de l’Université de Birzeit.

S’il y avait une Commission de l’ONU sur la façon d’occuper et de coloniser, Israël serait en effet le candidat idéal pour la diriger.

Ali Abunimah
http://electronicintifada.net/blogs/ali-abunimah/israel-elected-leader… du 19/06/2014
Traduction : JM Flémal.

http://www.legrandsoir.info/  du 21/06/2014

Le « CRIF » Condamné pour Diffamation

valls-discours

§§Manuel Valls§§

Les tombereaux d’injures déversés par le lobby israélien ne restent pas toujours impunis, n’en déplaise à leur serviteur « Manuel Valls ».

Les « C.R.I.F. » et « U.P.J.F. »(les patrons juifs) sont condamnés pour diffamation.

Le « CRIF » et l’ »Union des Patrons Juifs de France » (« UPJF ») viennent ainsi d’être condamnés pour diffamation de Monique Cerisier-Benguiga, sénatrice en 2011, au moment des faits.

Monique Cerisier-Benguiga, qui n’est plus sénatrice aujourd’hui, avait été, au long de ses mandats, l’une des très rares parlementaires à dénoncer en termes très clairs la colonisation israélienne de la Palestine.

Haim/Charles Musicant, directeur du site du CRIF, et Claude Barouch, président de l’UPJF, devront payer un total de 4.000 € à leur victime.

La 17ème chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Paris a, en outre, ordonné la publication du jugement sur les sites internet des deux « officines ».
Le « CRIF » s’est exécuté (http://www.crif.org/fr/actualites/publication-judiciaire/50568), ce qui n’était pas encore le cas mardi(6 mai) de son compère de l’ »UPJF ».

L’article incriminé, le même pour les deux sites, était une reprise d’un texte publié par un troisième site sioniste, qui n’a pu être atteint par Monique Cerisier-Ben Guiga et son avocat M° Antoine Comte, du fait qu’il est basé à l’étranger (en Israël, pour ne rien vous cacher).
On passera sur son contenu, ordurier comme d’habitude.

Les condamnés ont renoncé à faire appel, ce qui rend définitif le jugement porté contre eux.

Il s’agit de la deuxième condamnation en un mois prononcée par un tribunal contre le « CRIF », qui est censé être, il faut le rappeler, la vitrine « respectable » du lobby israélien en France, l’institution à laquelle courent ventre à terre des pelletées de politiciens –Hollande en tête- lors de son fameux dîner annuel.

Le mois dernier en effet, la Cour de Cassation a confirmé la condamnation de « Marc Knobel », « chercheur » du « CRIF », et de « Musicant », pour diffamation à l’encontre du Comité de Bienfaisance et de Secours aux Palestiniens.
http://www.europalestine.com/spip.php?article9229&lang=fr

Enfin, alors qu’il attaquait « Jean-Claude Lefort » (ex-président de l’Association France-Palestine Solidarité, AFPS) pour diffamation, le « CRIF » a été débouté.
Fin 2011, lorsque « Salah Hamouri » avait été libéré au bout de 7 ans dans les geôles israéliennes, le site du « CRIF », rageur, s’était répandu en calomnies sur le compte du jeune franco-palestinien.
Après avoir enjoint le « CRIF » de supprimer ses écrits diffamatoires, « Lefort » avait publié une lettre ouverte, dénonçant en termes vifs les pratiques de « l’officine ».
Celle-ci avait alors attaqué « Jean-Claude Lefort » en justice.

Mal lui en a apparemment pris, car les juges de première instance ont prononcé la relaxe du dirigeant de l’AFPS. L’affaire est actuellement pendante devant la Cour d’appel.

CAPJPO-EuroPalestine

http://france.eternelle.over-blog.com/  du  08/06/2014

Les Américains Extorquent Le Divorce.

talmud

Des rabbins torturaient des maris pour divorcer

Quatre rabbins ultra-orthodoxes et le fils de l’un d’eux ont été inculpés près de New York, accusés d’avoir enlevé et torturé plusieurs hommes pour qu’ils accordent à leur femme un divorce religieux, a annoncé le procureur du New Jersey.

Selon l’acte d’accusation, des rabbins américains se faisaient payer des milliers de dollars pour obtenir de leurs victimes, de force, le « guett », document que le mari juif doit remettre à sa femme pour permettre le divorce selon la loi juive.
Faute de ce document, la femme reste « agounah », « prisonnière » de son mariage.

En 2009, une victime avait ainsi été attirée de Brooklyn (New York) à Lakewood, dans l’Etat voisin du New Jersey, sous prétexte d’une offre d’emploi.
Il avait été attaqué, enfermé dans un van, attaché, battu et ses agresseurs avaient utilisé un fusil à impulsion électrique, jusqu’à ce qu’il signe.

L’acte d’accusation publié jeudi soir mentionne aussi l’agression en 2010 d’un autre mari récalcitrant de Brooklyn attiré à Lakewood – où habitait l’un des rabbins – cette fois sous prétexte de recherche talmudique.
Une autre agression aurait eu également lieu à New York en 2011 à Brooklyn.

Le FBI s’en mêle

En août dernier, des agents du FBI se faisant passer pour des familles d’« agounah » avaient discuté avec l’un des accusés, Mendel Epstein, qui leur avait dit qu’obtenir le « guett » leur coûterait de 60 000 à 70 000 dollars, dont 50 000 à 60 000 pour ceux qui allaient forcer le mari et 10 000 dollars pour qu’un tribunal religieux valide l’opération.

L’enlèvement et torture du mari avaient été organisés pour le 9 octobre au soir dans un entrepôt du New Jersey, et huit hommes s’y étaient rendus dans deux vans noirs, avec des masques de ski, des sacs en plastique, des lames utilisées en chirurgie, un tournevis et de la corde, selon l’acte d’accusation.

Les quatre rabbins et le fils de l’un eux ont été inculpés de complot d’enlèvement, enlèvement ou tentative d’enlèvement, a précisé le procureur « Paul Fishman » dans un communiqué.
Quatre complices ont plaidé coupable d’extorsion de fonds.

Les cinq inculpés, Mendel Epstein, 68 ans, Martin Wolmark, 56 ans, Jay Goldstein, 60 ans, Binyamin Stimler, 38 ans, risquent la réclusion à perpétuité.

http://www.20min.ch/  du 23/05/2014

Nous Finirons Par Savoir La Vérité !

Sumère

Le Judaïsme provient de textes sumero-babyloniens copiés et falsifiés

Judaïsme et falsification
Les néo-chercheurs et les néo-scientifiques qui se sont dotés aujourd’hui d’une technologie plus adaptée, plus performante et d’un sens critique plus aigu, réécrivent petit à petit l’Histoire.
Ce sens critique fait enfin surface, celui qui avait disparu, ou qui n’avait jamais existé, afin d’empêcher les dogmes d’être remis en question pour éviter de briser les tabous et d’ensevelir les mensonges.
Les religions, les systèmes dominateurs, le darwinisme et le créationnisme vivent leur dernières heures.
Même l’astronomie doit réinterpréter ses théories et ses conclusions.
Le XXI siècle sera une révolution des esprits de par la fin de ces dogmes qui ont anéanti la conscience de l’humanité en faveur d’une élite toujours identique.
Si la politique et la finance remplacent les religions, ces dernières continuent malgré tout d’œuvrer dans l’inconscient, il est donc urgent d’instaurer une vraie démarche spirituelle.
Ainsi les nouveaux exégètes, paléologues, paléographes, paléoanthropologues, mythographes, astrophysiciens, historiens et archéologues nous invitent, dans de nombreux ouvrages, en librairie, à reconsidérer nos connaissances imposées par l’orthodoxie régnante et à balayer d’un revers de la main ces trop nombreux sophismes qui nous ont fait nous égarer, nous éloigner de la vérité et qui ont permis tant d’abus et d’injustices à l’encontre des peuples.

Un travail impossible pour certains, car nous ne pouvons concevoir une autre réalité qu’en fonction de l’élargissement de notre propre conscience.

Depuis plus de 120 ans des découvertes importantes ont été passées sous silence comme celles des Tablettes d’argile retrouvées dans l’ancienne Mésopotamie, Sumer, Ur, Ninive, Uruk, (les + anciennes écritures à ce jour) celles de Nag Hammadi en Egypte, celles du désert de Taklamakan en Chine, au Pérou et au Mexique, l’histoire incroyable des Dogons du Mali qui connaissaient déjà comme les Sumériens (3800ans) toutes les planètes et leur composition, celle des Hopis d’Arizona et, bien d’autres, sur tous les continents.

Un silence coupable s’est abattu sur nos écrans et dans nos livres de peur que tous les enseignements acquis ne s’écroulent dans la conscience collective et qu’un séisme ravageur ne vienne détruire la vie de ceux qui ont mentis, qui continuent de nous mentir et de ceux qui se sont tout bêtement trompés.

Nous apprenons que l’histoire du Livre des Hébreux, « le Tanakh », n’est que la copie falsifiée de textes retrouvés en Mésopotamie, en Akkad, en Babylonie et en Egypte.

Un scribe, enfin des scribes sans scrupule (ils seraient quatre ou cinq sur plusieurs siècles) ont pioché dans l’Enuma Elish, l’épopée de Gilgamesh, celle d’Atrahasis, dans le Code d’Hammurabi, dans les croyances et les codex de l’ancienne Egypte pour se construire une identité et pour modifier à leur convenance les récits dits, mythographiques par certains, et évhéméristes par d’autres.

Ces scribes misogynes ont en premier lieu éradiqué le culte féminin pour l’ériger en un culte monothéiste, masculin, profondément phallocrate et dominateur.
Puis ils ont viré les nombreux dieux de Sumer, d’Akkad, de Babylonie et d’Egypte, même si la Genèse reste sans équivoque quand elle parle d’Elohim, désignant un pluriel et des Néphilims.

Il faut bien reconnaître que depuis les premières versions en araméen, en hébreu, les traductions de la Septante, celle de la Vulgate, celle de l’Historiale et les divers conciles qui ont fait de très nombreuses manipulations à l’avantage du clergé, et non pour celui des croyants, avec des retraits et des ajouts successifs, il faut avouer que la Bible nous en fait perdre notre latin.

Le Christianisme reprendra à son compte plus tardivement les mêmes récits, avec tout autant d’irrespect envers les femmes dans l’écriture d’évangiles, de lettres et d’épitres comme ceux de saint Augustin, saint Paul et par d’autres écrits comme ceux de Tertullien par exemple, pour ne citer qu’eux.
Mais le livre apocryphe d’Enoch, aussi très violent, retiré du canon biblique car jugé dangereux par la théocratie, est clair.
Les princes, les rois et les puissants (Clergé compris) doivent se faire du mouron pour s’être rendus coupables d’abus sur les faibles, en déshonorant et en ensanglant la Terre et en bafouant le vrai Dieu.
La Justice sera rendue.

Saint Thomas :
Le royaume de Dieu est en toi et tout autour de toi.
Pas dans les édifices de bois et de pierre.
Fends le morceau de bois et je suis là.
Soulève la pierre et tu me trouveras.

Evangile apocryphe de la paix du disciple Jean qui honore la Mère au même titre que le Père ici

Le texte de la Création, celui du Déluge, ceux sur la Cosmogonie (Tiamat, Nibiru pour Sumer), l’Astronomie et la présence du ou des serpents évoquant une race reptilienne, de dieux venant du ciel se retrouvent dans des récits i-den-tiques sur tous les continents(dans 244 cultures)

Ils le sont sur le fond uniquement, car, sur la forme les noms sont diffèrents en fonction des civilisations et des pays.

Ces découvertes montrent également que des sociétés antédiluviennes ont permis de transmettre leurs savoirs aux homo-sapiens et que les dieux et les déesses n’étaient en fin de compte que des hommes et des femmes très évolués technologiquement et ayant des pouvoirs psychiques et cosmo-telluriques, perdus depuis.

Mais revenons à notre génie juif.
Comme la sauce n’était pas encore assez épaisse et indigeste pour le commun des mortel pour que celle-ci l’empoisonne, le clergé devait imposer une théocratie sans faille, une monarchie religieuse qui dominerait le peuple par une foi aveugle pour conquérir et s’installer dans un pays.
Le fondamentalisme, dans l’interprétation des textes, ne devait surtout pas être remis en question et, pour cela, la culpabilité et la peur devaient être les deux éléments fondamentaux, les deux piliers, les deux leviers par lesquels la domination allait s’exercer dans les esprits et par laquelle un obscurantisme allait s’abattre implacablement sur les peuples, pour y régner encore de nos jours.
Afin que le peuple ne puisse se rebeller, s’émanciper et s’interroger sur ses origines, il devait avoir peur et obéir aveuglément à un Dieu puissant, cruel à la main destructrice.
La Genèse est révélatrice sur ce sujet, elle est un texte plus qu’intéressant à étudier en tentant une lecture herméneutique des faits pour se rendre compte de la violence et de la cruauté de ce dieu, de certains de ses anges et de certains de ses fils.

Un dieu de l’Ancien Testament qui a usurpé les créations inscrites sur des tablettes d’argile antérieures de 2000 ans à Moïse, celle d’une grande déesse sumérienne en y ajoutant sa propre vision délétère de la relation au Divin qui, en fait, nous en éloigne dans les trois religions monothéistes de la réelle Source divine et de la Création.
Puis les dieux tels qu’An, Enki, Enlil et les déesses telles que la très grande Nammu (mère primordiale de la Terre et du ciel ), Innana (Isis) et Ninhursag disparaitront pour donner naissance à ce dieu unique.
Et Atrahasis sera tout simplement remplacé par Noé, le Dilmun par l’Eden.
Enki lui mange les plantes défendues par la déesse Ninhursag et sera remplacé par Eve et Adam pour la faute originelle.
Le décalogue de Moïse et le Mosaïsme, puis le Judaïsme seront inspirés, non pas par Dieu, mais par le code Hammurabi babylonien.

Difficile à admettre car nos esprits se heurtent et s’enferment dans des croyances millénaires et comment abolir une vérité, plutôt un sophisme, répété durant deux millénaires sans que sa propre dignité ne soit atteinte ?.

Pour que Galilée fasse admettre la sphéricité, l’héliocentrisme et non le géocentrisme de la Terre , beaucoup de sang a coulé , c’est vrai .
Mais aujourd’hui personne ne risque de procès pour croire à un autre début, à une autre origine.
En y introduisant un péché originel, incombant en premier à la femme, puis, à Adam, ensuite un enfer pour ceux qui ne respectaient pas la Loi, et une culpabilité de tous les instants avec une épée de Damoclès en permanence au dessus de nos têtes, pour ceux qui s’éloignaient de ce dieu, ces hébreux refoulés, ayant quand même quelques troubles de la personnalité, pour n’employer qu’un euphémisme, et leurs descendants, sont parvenus depuis presque 3000 ans pour les Juifs, 2000 ans pour les Chrétiens et 1400 ans pour les Musulmans à entretenir le mensonge pour conserver leur pouvoir sur les peuples.
Cet obscurantisme a privé les êtres humains de leur source Originelle divine et non simiesque, de leur libre-arbitre, de la quête du véritable Dieu ou Tout unifié et du chemin spirituel qui y mène.

Ces mensonges ataviques et millénaires sont encore aujourd’hui le sceau, la marque innée avec laquelle nous naissons.
La faute originelle, qui n’a jamais existée, a conduit des centaines de générations à avoir peur, à vivre dans la peur des géhennes, à expier des péchés qui n’en étaient pas, et à faire mourir de trop nombreux croyants qui pensaient avoir offensé Dieu.

Cet artéfact divin a conduit la plus grande partie de l’Humanité dans l’obscurité, à la perte de la Connaissance ou de la Lumière originelle, à la haine des autres, aux guerres sanglantes et destructrices, à la confiscation de la Vérité par quelques-uns, aux pillages et aux injustices les plus dures.

Il serait temps de rendre à César ce qui est à César.
Le génie du Judaïsme ne se résume donc qu’à un simple pillage et en une simple falsification d’anciens textes venant de Mésopotamie, et ce, pour s’approprier le pouvoir et exiger par le sang une terre qui ne leur a jamais été promise par Dieu.

Pas très glorieux ni pour eux, ni pour les Chrétiens d’ailleurs.
La Terre de Palestine appartient bien en premier aux descendants des indigènes, les vrais Sémites qu’ils soient aujourd’hui musulmans, hébreux ou chrétiens, mais en aucun cas aux juifs venant pour l’ensemble de l’Europe ou des USA qui composent leur majorité.
Ces croyants ou ces athées nommés « injustement », le Peuple élu de Dieu pour la Terre promise, est une des plus grandes hérésies qui perdure.
D’ailleurs le concept de Terre promise est bien antérieur au judaïsme puisqu’il émane de l’Inde et plus précisément de l’Himalaya et des prêtres Naacal.
Ce qui n’a rien à voir avec les Sémites.

La Terre promise appartient à tous et est partout, et aucun dieu ne peut décider de choisir une poignée de croyants, sauf si il est totalement humain et profondément injuste et calculateur, pour lui offrir le bien d’autrui.
La paix est donc possible.
Que la Vérité se fasse.

Certaines erreurs ou mensonges source : http://sites.google.com/site/

Lévitique :

11:6 « Vous ne mangerez pas le lièvre, qui rumine, mais qui n’a pas la corne fendue »
V’la que le lièvre est un ruminant !

Deutéronome :

20:16 « Mais dans les villes de ces peuples dont l’Éternel, ton Dieu, te donne le pays pour héritage, tu ne laisseras la vie à rien de ce qui respire. »
Étrange Dieu qui commande d’exterminer les hommes, les femmes et les enfants…

34:5 La mise en terre de Moïse. Sachant que c’est lui qui est censé avoir écrit ce récit, ça pose un problème sémantique…

Josué :
6:5 Les murailles de Jéricho, dont les murailles d’enceinte se seraient écroulées au son des trompettes de guerre, A l’époque citée par la Bible, Jéricho n’était pas encore fortifiée!

1 Samuel :
28 Inspiré du poème sumérien où l’on voit l’ombre d’Enkidu sortir du Kur et se jeter dans les bras de Gilgamesh.

Cantique des cantiques :
Une suite empruntée au chant sumérien du mariage sacré :
Même style, même thèmes, détails, vocabulaire, mêmes personnages, monologues, dialogues, même langage fleuri et redondant.
Voir par exemple le chant d’amour de Shu-Sin au chapitre XXI.
Shu-Sin qui ressemble fort au roi Salomon dont l’existence n’est pas certaine et, s’il a existé, son règne n’a rien à voir avec celui décrit dans la Bible.

1Rois :
1:34 Les remparts de Jérusalem sous le roi Salomon :
A cette époque là, Jérusalem, un modeste village, n’était pas fortifié.

2Rois :
3:19 « vous frapperez toutes les villes fortes et toutes les villes d’élite, vous abattrez tous les bons arbres, vous boucherez toutes les sources d’eau, et vous ruinerez avec des pierres tous les meilleurs champs. »
Quel est ce Dieu qui ordonne de semer la désolation ?

Esther :
L’Esther du livre d’Esther vient de la déesse babylonienne Ishtar.
Mardochée est le dieu assyrien Mardukéa.

Le livre de Job :
Le thème de Job découle directement des tablettes sumérienne de Nipur.
Il utilise les termes même du « poème de la Création » qui décrit le combat de Mardouk contre Kingou: Yahvé brise le crâne de Léviathan comme Mardouk celui de Tiamat.

Isaïe :
2:4 « Il sera le juge des nations, L’arbitre d’un grand nombre de peuples.
De leurs glaives ils forgeront des hoyaux, Et de leurs lances des serpes :
Une nation ne tirera plus l’épée contre une autre, Et l’on n’apprendra plus la guerre. »
Des milliers d’années plus tard, toujours des guerres (dont beaucoup sont des guerre de religions) :
encore une prédiction ratée…

7:14 Une des nombreuses falsifications de la Bible de Jérusalem :
pour augmenter le nombre de prophéties réalisées :
« la jeune femme » a été remplacée par « la vierge ».
Ce qui montre au passage que l’évangile de Matthieu a été rédigé très tardivement, par un non-juif qui n’avait pas accès aux textes hébreux.

9:11: largement inspiré du texte sumérien qui décrit la descente aux enfers du monarque Ur-Nammu qui arrive dans le Kur.

11:6-9 « Le loup habitera avec l’agneau, Et la panthère se couchera avec le chevreau.
Le veau, le lionceau, et le bétail qu’on engraisse, seront ensemble, Et un petit enfant les conduira.
La vache et l’ourse auront un même pâturage, Leurs petits un même gîte.
Et le lion, comme le bœuf, mangera de la paille.
Le nourrisson s’ébattra sur l’antre de la vipère, Et l’enfant sevré mettra sa main dans la caverne du basilic. Il ne se fera ni tort ni dommage Sur toute ma montagne sainte, car la terre sera remplie de la connaissance de l’Éternel, comme le fond de la mer par les eaux qui le couvrent. ».
A peu près 3000 ans plus tard, toujours rien…

24:1 « La face de la Terre »
ici, la Bible nous dit clairement que la Terre est plate….

Jérémie :
31:34 « Celui-ci n’enseignera plus son prochain, Ni celui-là son frère, en disant : Connaissez l’Éternel !
Car tous me connaîtront, Depuis le plus petit jusqu’au plus grand, dit l’Éternel.
Car je pardonnerai leur iniquité, Et je ne me souviendrai plus de leur péché. »
Toujours rien.

48:10: L’Éternel tend un piège à David.
Forcément, David tombe dedans et il est puni :
L’Éternel est content:
il a couillonné un mortel !

49:36 « Les quatre coins de l’horizon »
ici aussi, la Bible nous dit clairement que la Terre est plate….

Lamentations de Jérémie :
Ces lamentations sont reprises de « La lamentation sur la destruction de Nippur », récit sumérien.

4:20 « Le souffle de nos narines, l’oint du seigneur a été pris dans leurs fosses, lui dont nous disions :
A son ombre, nous vivons parmi les nations »
directement inspiré du pharaon Ramsés II :
« Toi qui est le souffle de nos narines »…  »faucon qui protège ses sujets de ses ailes et répand l’ombre sur eux ».

Ézéchiel :
Inspiré de la déesse babylonienne Ishtar.
Les sumériens l’adoraient sous le nom d’Innana, épouse de Dumuzi, le Tammouz de la Bible.

Avic pour « reseauinternational.net »

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 13/05/2014

Un Reflet Comique De Manuel Valls

valls-discours

Goys de France, sans vous,
la France n’est plus la France !

Lorsqu’il était le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls a prononcé deux discours très virulents contre l’antisémitisme :
-le 24 août 2013, à l’université d’été du Parti socialiste de La Rochelle,
-et le 19 mars 2014 au Trocadéro, à l’occasion d’un rassemblement organisé par le Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France).

On rappelle que les juifs ne représentent qu’un tout petit pourcent de la société française (1%) .
Mais leur pouvoir est tel que les hommes politiques de droite comme de gauche font preuve de la plus grande docilité à leur égard.

On sait aussi que Manuel Valls – ainsi qu’il l’a dit sur une radio communautaire, est par sa femme “lié de manière éternelle à Israël”.
Il faut l’entendre menacer ceux qui osent critiquer la puissance de la secte pour constater à quel point cet homme est un agent de l’étranger, totalement soumis au « lobby » de la banque et des médiats.

Afin de bien comprendre les ressorts psychologiques qui permettent le maintien de la tyrannie sur les esprits, nous avons inversé les mots “juif” et “antisémite” dans les deux discours de Manuel Valls, que nous avons fusionnés et synthétisés.
Vous constaterez ainsi par vous-mêmes leurs méthodes pour soumettre et terroriser les goys.
Si nous voulons nous débarrasser de l’engeance cosmopolite, notre objectif doit donc être de pouvoir adopter progressivement, à plus ou moins long terme, un discours qui soit aussi radical et intransigeant que le leur. Tant que nous resterons sur la défensive, nous serons condamnés à être leurs esclaves.

Écoutez cela (ce sont les mots de Manuel Valls) : (inversion incluse-pelosse)

Chers amis, chers camarades,

… Vous le savez, la lutte contre le judaïsme est au cœur même de notre engagement, de femmes, d’hommes, de militants.
Car le judaïsme nous est viscéralement insupportable !

Le judaïsme se nourrit de la haine de l’humanité ; et on ne peut accepter cette haine !

Nous y sentons la tromperie, la supercherie, le mensonge !
Nous sentons surtout l’offense qui est faite à notre idéal de fraternité !

Pour mieux combattre le judaïsme, il faut le combattre avec détermination.

Nous devons être intransigeants sur nos valeurs, intransigeants sur nos principes !

Alors bien sûr, il faut condamner inlassablement les discours des juifs !

Il faut combattre cette infâme rhétorique qui implique le rejet et la haine des goys !

Mais soyons lucides, le combat des mots, s’il est nécessaire, ne sera jamais suffisant !

Le judaïsme doit être combattu par tous les moyens, à commencer par la dissolution des « lobbys »,

(qui encouragent la constitution d’une dictature planétaire).

Gagner contre le judaïsme, c’est donc restaurer pleinement l’autorité de l’État :

Parce que l’État doit être impitoyable à l’égard des juifs et de tous ceux qui s’en prennent aux Français !

Il n’y a aucune faiblesse à avoir à l’égard des ennemis de l’humanité !

Je m’adresse aux goys de France, je m’adresse aux Français pour leur dire une seule chose, qui vient du fond du cœur :
Goys de France, sans vous, la France n’est plus la France !
Les goys de France sont plus que jamais à l’avant-garde des valeurs de l’humanité !

Nous devons résister, résister, résister !

Nous devons faire corps, nous devons être unis pour combattre le judaïsme !

Car le judaïsme, c’est l’ennemi !
Le judaïsme, c’est l’adversaire !

Et ce combat, il va continuer parce qu’il en va de la liberté des peuples !

 

Tonnerre d’applaudissements.

 

Hervé Ryssen sur son blog

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 10/05/2014

Ismaël & Israël Sont Bien Très Proches !

talmud

Le Talmud est le livre central du judaïsme moderne.

« Les Juifs n’ayant pu anéantir le peuple chrétien en tuant le Christ, ont voulu le bafouer par la rédaction du Talmud, un tissu d’horreurs anti-chrétiennes. »
(Martin V, Sedes Apostolica, 1425).
Le Talmud a été maintes fois condamné sévèrement par les papes

Le Talmud est le livre central du judaïsme moderne, c’est-à-dire celui qui s’est construit après la venue du Christ.
C’est probablement le livre le plus haineux et le plus raciste qui ait jamais été écrit dans l’histoire de l’humanité.
Tout y est permis à l’encontre des goyim(les non-juifs en hébreu, au singulier goy) qui sont abaissés au rang de bêtes.
Le Christ y est insulté et son nom blasphémé des façons les plus ignobles et la Très Sainte Vierge qualifiée de prostituée.
Quand on pense que ce brûlot a imprégné la mentalité juive… Bref.

Quand les sociétés chrétiennes découvrirent un jour avec effroi le contenu de ce livre (notamment grâce à des juifs convertis), au Moyen-Age, il fut interdit, brûlé (en particulier sous Saint Louis), etc.
Des versions expurgées furent alors éditées par les rabbins, pour le « grand public ».
Ce sont encore celles qu’on peut trouver derrière des vitrines de magasins.

Voici un recueil de quelques sentences de la version originale :

Talmud, Ereget Rashi Erod.22 30 :
Un goy est comme un chien.
Les Ecritures nous apprennent qu’un chien mérite plus de respect qu’un goy.

Talmud, Iebhammoth 61a :
Les juifs ont droit à être appelés “hommes”, pas les goyim.

Talmud, Iore Dea 377, 1 :
Il faut remplacer les serviteurs goyim morts, comme les vaches, ou les ânes perdus.
Il ne faut pas montrer de sympathie pour le juif qui les emploie.

Talmud, Jalkut Rubeni Gadol 12b :
Les âmes des goyim proviennent d’esprits impurs qu’on nomme porcs.

Talmud, Kerithuth 6b p. 78 :
Les juifs sont des humains, non les goyim, ce sont des animaux.

Talmud, Kethuboth 110b :
Pour l’interprétation d’un psaume un rabbin dit :
” le psalmiste compare les goyim à des bêtes impures “.

Talmud, Orach Chaiim 225, 10 :
Les goyim et les animaux sont utilisés de manière équivalente dans une comparaison.

Talmud, Schene Luchoth Haberith p. 250b :
Bien qu’un goy ait la même apparence qu’un juif, il se comportent envers les juifs de la même manière qu’un singe envers un homme.

Talmud, Tosaphot, Jebamoth 94b :
Lorsque vous mangez en présence d’un goy c’est comme ci vous mangiez avec un chien.

Talmud, Yebamoth 98a :
Tous les enfants des goyims sont des animaux

Talmud, Zohar II 64b :
Les goyim sont idolâtres, ils sont comparés aux vaches et aux ânes.

Talmud, Orach Chaiim 57, 6a :
Il ne faut pas avoir plus de compassion pour les goyim que pour les cochons, quand ils sont malades des intestins.

Talmud, Babha Bathra 54b :
La propriété d’un goy appartient au premier juif qui la réclame.

Talmud, Babha Kama 113a :
Les juifs peuvent mentir et se parjurer, si c’est pour tromper ou faire condamner un goy.

Talmud, Babha Kama 113b :
Le nom de Dieu n’est pas profané quand le mensonge a été fait à un goy.

Talmud, Baba Mezia 24a :
Si un juif trouve un objet appartenant à un goyim, il n’est pas tenu de le lui rendre.

Talmud, Choschen Ham 183, 7 :
Des juifs qui trompent un goy doivent se partager le bénéfice équitablement.

Talmud, Abhodah Zarah 54a :
L’usure peut être pratiquée sur les goyim, ou sur les apostats.

Talmud, Choschen Ham 226, 1 :
Les juifs peuvent garder sans s’en inquiéter les affaires perdues par un goy.

Talmud, Iore Dea 157, 2 hagah :
Si un juif a la possibilité de tromper un goy, il peut le faire.

Talmud – Babha Kama 113a :
Les incroyants ne bénéficient pas de la loi et Dieu à mis leur argent à la disposition d’Israël.

Talmud, Schabbouth Hag. 6d :
Les juifs peuvent jurer faussement en utilisant des phrases à double sens, ou tout autre subterfuge.

Talmud, Abhodah Zarah 4b :
Vous pouvez tuer un goy avec vos propres mains.

Talmud, Abhodah Zarah 26b T. :
Même le meilleur des goy devrait être abattu.

Talmud, Choschen Ham 425, 5 :
Il est permis de tuer indirectement un goy, par exemple, si quelqu’un qui ne croit pas en la Torah tombe dans un puits dans lequel se trouve une échelle, il faut vite retirer l’échelle.

Talmud, Bammidber Raba c 21 & Jalkut 772 :
Tout juif qui verse le sang de goyim revient à la même chose qu’une offrande à Dieu.

Talmud, Hilkkoth X, 1 :
Il ne faut pas sauver les goyim en danger de mort.

Talmud, Hilkhoth X, 2 :
Les juifs baptisés doivent être mis à mort.

Talmud, Ialkut Simoni 245c :
Répandre le sang des impies est un sacrifice agréable à Dieu.

Talmud, Makkoth 7b :
On est innocent du meurtre involontaire d’un Israélite, si l’intention était de tuer un goy.
Tout comme on est innocent du meurtre accidentel d’un homme, quand l’intention était d’abattre un animal.

Talmud, Peaschim 25a :
Il faut éviter l’aide médical des goyim.

Talmud, Pesachim 49b :
Il est permis de décapiter les goyim le jour de l’expiation des péchés, même si cela tombe également un jour de sabbat.

Rabbin Eliezer :
“Il est permis de trancher la tête d’un idiot, un membre du peuple de la Terre (Pranaitis), c’est-à-dire un animal charnel, un Chrétien, le jour de l’expiation des péchés et même si ce jour tombe un jour de sabbat “.
Ses disciples répondirent :
” Rabbi !
Vous devriez plutôt dire “de sacrifier” un goy. ”
Mais il répliqua :
” En aucune façon !
Car lors d’un sacrifice, il est nécessaire de faire une prière pour demander à Dieu de l’agréer, alors qu’il n’est pas nécessaire de prier quand tu décapites quelqu’un.”

Talmud, Sanhedrin 57a: si un juif tue un goy, il ne sera pas condamné à mort. Ce qu’un juif vole d’un goy, il peut le garder.

Talmud, Sanhedrin 58b :
Si un goy frappe un juif, il faut le tuer, car c’est comme frapper Dieu.

Talmud, Sanhedrin 59a :
Les goyim qui chercheraient à découvrir les secrets de la Loi d’Israël commettent un crime qui réclame la peine de mort.

Talmud, Sepher Ou Israël 177b :
Si un juif tue un goy, ce n’est pas un péché.

Talmud, Zohar I, 25a :
Les goyim doivent être exterminés car ce sont des idolâtres.

Talmud, Zohar I, 28b, 39a :
Les meilleures places dans les Cieux sont pour ceux qui tuent les idolâtres.

Talmud, Zohar II, 64b :
Le taux de naissance des goyim doit être diminué matériellement.

Talmud, Sepher Ikkarim III c25 :
Il est permis de prendre le corps et la vie d’un goy.

Talmud, Zohar II, 43a :
L’extermination des goyim est un sacrifice agréable à Dieu.

Talmud, Abhodah Zarah 22b :
Les goyim sont impurs parce qu’ils n’étaient pas là au Mont Sinaï.

Talmud, Abhodah Zarah 35b :
Toutes les filles des incroyants sont niddah (sales, impures) depuis leur naissance.

Talmud – Iore Dea 198, 48 :
Les femmes Juives sont contaminées par la simple rencontre de goyim.

Talmud, Schabbath 145b :
Les goyim sont impurs parce qu’ils mangent de la nourriture impure.

Talmud, Zohar I, 46b, 47a :
L’âme des goyim est d’une origine théologique impure.

Talmud, Zohar I, 131a :
Les goyim souillent le monde.
Le juif est un être supérieur.

Talmud, Hilkhoth goy X, 1 :
Ne passez aucun accord avec un goy, ne manifestez jamais de pitié envers un goy.
Il ne faut pas avoir pitié des goyim car il est dit:
“tu ne jetteras pas sur eux un regard de pitié”.

Talmud, Chagigah 15b :
Un juif est toujours considéré comme bon, en dépit des péchés qu’il peut commettre.
C’est toujours sa coquille qui se salit, jamais son fond propre.

Talmud, Choschen Ham 26, 1 :
Un juif ne doit pas être poursuivi devant un tribunal goy, par un juge goy, ou par des lois non-juives.

Talmud, Chullin 91b :
Les juifs possèdent la dignité dont même un ange ne dispose pas.

Talmud, Kallah 1b, 18 :
Le juif peut se parjurer la conscience claire.

Talmud, Sanhédrin 52b :
L’adultère n’est pas défendu avec la femme d’un goy, parce que Moïse n’a interdit que l’adultère avec “la femme de ton prochain”, et les goys ne sont pas des prochains.

Talmud, Choschen Ham 34, 19 :
Les goyim et les serviteurs ne peuvent pas témoigner lors d’un procès.

Talmud, Abhodah Zarah 20a :
Ne jamais faire la louange d’un goy, de peur qu’il ne la croit.

Talmud, Abhodah Zarah 22a :
Ne pas fréquenter les goyim, ils versent le sang.

Talmud, Abhodah Zarah 25b :
Se méfier des goyim quand on voyage avec eux à l’étranger.

Talmud, Abhodah Zarah 26a :
Ne pas recourir à une sage femme non-juive, qui une fois seule pourrait tuer le bébé.
Même si elle était surveillée, elle pourrait lui écraser la tête sans que personne ne puisse le voir.

Talmud, Abhodah Zorah 26b :
Ceux qui voudraient changer de religion doivent être jetés au fond d’un puits, et oubliés.

Talmud, Abhodah Zarah 35b :
Ne pas boire du lait tiré par un goy.

Talmud, Choschen Ham 156, 5 :
Les clients goyim possédés par un juif, ne doivent pas être démarchés par un autre juif.

Talmud, Choschen Ham 386, 10 :
Celui qui voudrait avouer les secrets d’Israël aux goyim, doit être tué avant même qu’il ne leur dise quoi que ce soit.

Talmud, Choschen Ham 388, 15 :
Il faut tuer ceux qui donneraient l’argent des Israélites à des goyim.

Talmud, Eben Haezar 44, 8 :
Sont nuls, les mariages entre les goyim et les juifs.

Talmud, Emek Haschanach 17a :
L’âme des goyim vient de la mort et de l’ombre de la mort.

Talmud, Hilkhoth Maakhaloth :
Les goyim sont des idolâtres, il ne faut pas les fréquenter.

Talmud, Hilkhoth X, 6 :
On peut aider les goyim dans le besoin, si cela nous évite des ennuis par la suite.

Talmud, Hilkhoth X, 7 :
Où les juifs sont fortement installés, il ne faut plus tolérer la présence des idolâtres.

Talmud, Iore Dea 81, 7 Ha :
Un enfant ne doit pas être allaité par une nourrice non-juive, car son lait lui donnera une nature maléfique.

Talmud, Iore Dea 120, 1 :
La vaisselle acheté à des goyim doit être jetée.

Talmud, Iore Dea 146, 15 :
Leurs idoles [c'est à dire les objets du culte] doivent être détruites, ou appelées par des noms méprisants.

Talmud, Iore Dea 147, 5 :
Il faut railler les objets du culte goy, il est interdit de souhaiter du bien à un goy.

Talmud, Iore Dea 148, 12 H :
On peut prétendre se réjouir avec les goyim pendant leurs fêtes, si cela permet de cacher notre haine.

Talmud, Iore Dea 151, 14 :
Il est interdit de concourir à la gloire d’un goy.

Talmud, Iore Dea 151, 11 :
Il est interdit de faire un présent à un goy, cela encourage l’amitié.

Talmud, Iore Dea 153, 1 :
Les nourrices non-juives conduisent les enfants à l’hérésie.

Talmud, Iore Dea 154, 2 :
Il est interdit d’enseigner un métier à un goy.

Talmud, Iore Dea 159, 1 :
Suivant la Torah, il est autorisé de prêter de l’argent à un goy avec intérêt.
Toutefois, certains des anciens n’ont pas reconnu ce droit dans des cas de vie ou de mort.
Aujourd’hui, ce droit est accordé dans n’importe quelle circonstance.

Talmud, Orach Chaiim 20, 2 :
Les goyim se déguisent pour tuer les juifs.

Talmud, Rosch Haschanach 17a :
L’âme d’un goy descend en enfer pour toutes les générations.

Talmud, Sanhedrin 57a :
Un juif n’est pas obligé de payer le salaire redevable à un goy.

Talmud, Sanhedrin 90a :
Ceux qui lisent le nouveau testament (chrétiens) n’auront pas de place dans le monde à venir.

Talmud, Shabbath 116a (p. 569) :
Les juifs doivent détruire les livres des goyim (nouveau testament).

Talmud, Zohar I, 25b :
Ceux qui font du bien à un goy, ne se relèveront pas des morts.

Talmud, Zohar I, 28b :
Les goyim sont les enfants du serpent de la Genèse.

Talmud, Zohar I, 160a :
Les juifs doivent en permanence tenter de tromper les goyim.

Talmud, Zohar I, 219b :
Les princes goyim sont des idolâtres, ils doivent mourir.

Talmud, Zohar II, 19a :
La captivité des juifs prendra fin lorsque les princes goyim seront morts.

Citations de ‘Justin Bonaventure Pranaitis’ (1861-1917), prêtre catholique lituanien, professeur d’hébreu à l’Université ecclésiastique impériale de Saint-Pétersbourg, dans le « Talmud démasqué » (1892).

Comme on peut le lire dans cet article, il fallut « attendre le XIXe siècle, même si l’étude du Talmud en Pologne conduisit à une impression de l’édition complète avec restauration du texte original réalisée à Cracovie entre 1602 et 1605 (c’est dans un même esprit que certains demandèrent un peu plus tard qu’une traduction soit réalisée et à Vienne, demande qui fut même portée devant les corps législatifs), pour qu’un prêtre, l’abbé ‘Chiarini’(1789-1832), professeur de langues orientales à l’université de Varsovie publie à Paris, en 1830, une volumineuse ‘Théorie du Judaïsme’, dans laquelle il fit figurer une traduction partielle du Talmud dans laquelle il révéla les passages qui avaient été expurgés et censurés, ‘Talmud de Babylone’ traduit en langue Française et complété par le ‘Talmud de Jérusalem’, qu’il fit d’ailleurs éditer en 1831.
Ce fut ensuit un autre ecclésiastique, l’abbé ‘August Rohling’ (1839-1931), docteur en théologie, professeur d’exégèse à l’Université de Münster, chanoine de la collégiale de Prague, s’appuyant sur les travaux de ‘Johann Andreas Eisenmenger’ (1654-1704), professeur d’hébreu à Heidelberg, qui se pencha avec attention sur le sujet en utilisant des versions non expurgées du Talmud, et fit paraître en 1871 un ouvrage en Allemagne : ‘Der Talmudjude’ (‘Le Juif talmudique’), publié en France en 1888 par les soins de l’abbé ‘Maximilien de Lamarque’, docteur en théologie, dans lequel il citait de très nombreux passages censurés et expurgés du Talmud. »

http://www.contre-info.com/  du  19/09/2012

Ces deux religions du désert ne cessent de se lamenter mais surtout de parler, CONTINUELLEMENT,  de tuer, toujours tuer.
C’est réellement un programme mortifère à l’endroit de ceux qui ne sont pas juifs  ou musulmans, mais que sera la terre sans tous SES animaux ?
Une planète vide !
Heureusement que ce Talmud allant à l’encontre des Dix Commandements fait que les adorateurs du veau d’or errent encore et qu’au XXI ème siècle ils n’ont pas fini d’errer.
« Si un goy frappe un juif, il faut le tuer, car c’est comme frapper Dieu. »
Les juifs ne manquent pas d’air, ni d’orgueil
!

Les Adorateurs Du Veau D’ Or !

veau d'or

La mafia juive et la révolution ukrainienne

Dans l’article « Mafia ebraica a Kiev, e loro animali parlanti »(« La mafia juive à Kiev et leurs animaux parlants »), « Maurizio Blondet », journaliste et écrivain catholique traditionnaliste italien, expose que l’Ukraine a elle aussi son propre milliardaire, un juif louche, à la façon de « Mikhaïl Khodorkovski » :
Un nommé « Viktor Mykhaïlovytch Pinchouk », le plus riche oligarque d’Ukraine, qui soutient l’entrée de ce pays dans l’Union européenne (UE).
Né en 1960, à Kiev, dans une famille d’ingénieurs métallurgistes ayant appartenu à la « nomenklatura » communiste de la ville industrielle de Dniepropetrovsk, « Viktor Pinchouk » suivit l’exemple de ses parents en devenant lui-même ingénieur en métallurgie.

Les privatisations frauduleuses

Juste après la chute du communisme, en 1990, « Pinchouk » fonda une entreprise privée,« Interpipe », qui produit de la tuyauterie, notamment pour le secteur pétrolier et gazier.
Cette société profita du pillage opéré lors de la première privatisation « suggérée » par les consultants libéraux de la « Chicago School of Economics ».
Commonwealth, qui importe du gaz naturel d’Asie centrale.
En 2004, 
« Interpipe » est la première société ukrainienne à participer au « World Economic Forum » de Davos. 
« Maurizio Blondet » mentionne que «  »Pinchouk », à la tête d’un petit empire métallurgique, collabore avec la blonde à la fausse natte, « Ioulia Tymochenko », d’origine juive, protégée du gouverneur et tyran de la province de Dniepropetrovsk, « Pavlo Lazarenko ».
Ce milliardaire juif, devenu Premier ministre ukrainien en 1997, acquit une villa de 60 millions de dollars, en Californie, pour blanchir ses capitaux ».

Quand  »Tymochenko »entra au gouvernement, en 2005, « Pinchouk » la délaissa pour s’associer au deuxième oligarque du pays, « Rinat Akhmetov » (un Tatare).
Pour 800 millions de dollars, ils s’adjugèrent la gigantesque aciérie 
« Kryvorizhstal », récemment privatisée et qui employait 57 000 ouvriers.
Néanmoins, « Viktor Iouchtchenko », le nouveau et troisième président (2005-2010), qui avait chassé « Tymochenko » du fauteuil de Premier ministre
, contesta cette acquisition devant les tribunaux.
Résultat : la méga-aciérie fut vendue à Arcelor Mittal pour 4,8 milliards de dollars, sa vraie valeur !
En 2006, « Pinchouk » fonda la « EastOne », une société financière avec un portefeuille spécialisé dans le métal, la sidérurgie, les tuyaux et le matériel ferroviaire, dont le siège est à Londres.

Le milliardaire possède aussi quelques médias, quatre chaînes de télévision, ainsi que « Fakty i Kommentarii », journal à scandales russophone avec un tirage d’un million d’exemplaires.
Comme « Khodorkovski » ou encore « George Soros », « Pinchouk » utilise aussi ses médias comme instruments pour ses ambitions politiques.

La Shoah au détriment des Koulaki

En 2004, il créa une organisation internationale indépendante, la « Yalta European Strategy »(YES), lobby qui œuvre pour l’adhésion de l’Ukraine à l’UE.
Chaque année, la « YES » tient un forum fastueux auquel sont conviés de grands noms de la politique comme Bill Clinton et son épouse Hillary Clinton, Tony Blair, Condoleezza Rice, Paul Krugman, Shimon Peres ou Dominique Strauss-Kahn.
En outre, « Pinchouk » est marié à Elena, la fille de « Leonid Koutchma », président ukrainien de 1994 à 2005.

Elena « Pinchouk » est également connue sous le nom d’ »Elena Franchouk » (du nom de son premier mari).
Elle préféra porter ce patronyme quand elle devint une « dame d’affaires et une philanthrope » à Londres.
Dans le district londonien de Kensington, elle acheta une résidence de 80 millions de livres sterling, où elle invita des amis comme Elton John, Miuccia Prada et Steven Spielberg.
Avec ce dernier, propagandiste de la religion holocaustique, la famille « Pinchouk » finança un documentaire sur la shoah en Ukraine, conçu pour culpabiliser le peuple chrétien ukrainien sur « l’extermination des juifs », alors que ces chrétiens avaient subi l’ »holodomor » (grande famine de 1932 et 1933 ayant causé entre 2,6 et 5 millions de victimes).
Ce documentaire de Spielberg est distribué gratuitement à toutes les écoles.
Des « volontaires », rétribués par « Pinchouk », parcourent le pays pour découvrir et ouvrir les fosses communes dans lesquelles, expliquent-ils aux écoliers, « ce ne sont pas des restes de millions de « kulaki » morts de faim, mais plutôt des juifs innocents assassinés par des nazis ».
L’un des propagandistes collaborant à cette réécriture de l’histoire est le « prêtre catholique français » « Dubois », qui fonda l’organisation « Holocaust by Bullets », subventionnée par « Pinchouk ».

L’art dégénéré et le veau dans du formol

À Londres, madame « Franchouk » et son second mari, « Pinchouk », passent pour de généreux mécènes.
Pour 10,3 millions de livres sterling, ils acquirent le « veau d’or », un véritable veau plongé dans du formol, avec un disque d’or massif entre les cornes.
Cet « Entartete Kunst »(art dégénéré) est l’œuvre du juif britannique « Damien Hirst ».

Forbes estime le patrimoine du couple Pinchouk à 3,8 milliards de dollars. Maurizio Blondet atteste que cette fortune s’est constituée grâce à la politique du père et du beau-père Koutchma, deuxième président ukrainien de 1994 à 2005. Ce vieux nomenklaturiste soviétique, qui devint tout à fait sincèrement partisan du libéralisme, entreprit les privatisations recommandées par l’Occident, avant d’être emporté par la « révolution orange ». Koutchma fut accusé, non sans raison, d’avoir fait disparaître quelques journalistes qui lui étaient hostiles, comme le goy Gueorgui Gongadzé, dont le corps fut retrouvé, en septembre 2000, des mois après son décès, dans une forêt située à soixante-dix kilomètres de Kiev. On découvrit qu’il avait été partiellement immergé dans de l’acide alors qu’il était encore vivant. Le 4 mars 2005, l’ancien ministre de l’Intérieur Iouri Kravtchenko, soupçonné d’être impliqué dans l’affaire, fut, retrouvé mort dans sa datcha de la banlieue de Kiev. La police conclut à un suicide.

« Pinchouk », le gendre de « Koutchma », soutint ensuite le successeur de « Koutchma », « Viktor Ianoukovytch », qui devint le quatrième président de l’Ukraine (2010 à 2014).
Ayant refusé l’accord avec l’UE, il fut chassé du pouvoir par la vague de « protestation populaire » de la place Maïdan.

Le Pro-européen

Au commencement des manifestations, « Pinchouk » ne se prononça pas personnellement, mais ses chaînes de télévision soutinrent les partisans de l’adhésion à l’Europe.
Ensuite, quand « Koutchma » prit parti pour les manifestants de la place Maïdan, « Pinchouk » prit aussi sagement parti pour eux, leur fournissant même des boissons chaudes, afin de montrer qu’il était résolument redevenu pro-européen.

En outre, « Pinchouk » est membre et financier de la « Brookings Institute »« think tank » américain sioniste.
Selon « Maurizio Blondet », on pourrait donc penser que, grâce à l’instrumentalisation de la place Maïdan, la mafia talmudique livrera l’Ukraine dans la gueule de l’eurocratie.
Toutefois, les choses sont plus compliquées.
Le journaliste italien avance que « la mafia ukraino-juive est divisée par des rivalités d’affaires qui sont aussi politiques :
« Pinchouk » est en conflit avec « Gennady Bogoliubov » et « Igor Kolomoisky », deux autres oligarques juifs (respectivement les deuxième et troisième hommes les plus riches du pays) ».
Pinchouk les traîna devant un tribunal de Londres, les accusant d’avoir fait disparaître l’équivalent de 143 millions de dollars.
Ces oligarques résident tous les trois dans la capitale britannique.

Il est étrange d’observer que, régulièrement, ces soi-disant mécènes et philanthropes couvrent d’or des avocats, ainsi que des artistes londoniens et américains, au détriment des Ukrainiens nécessiteux, qui n’ont droit à aucune attention.
Bien au contraire, les goyim, saignés à blanc, sont dépossédés des immenses richesses du pays de leurs ancêtres.

Les Femen et l’Open World Leadership Institute

Ce sont ces mêmes oligarques qui financent les Femen, dont l’une des fondatrices, « Anna Hutsol », suivit une formation aux États-Unis, sur invitation de l’ »Open World Leadership Institute », organisme soutenu par le Congrès américain et « George Soros ».
C’est cette même organisation qui prépara quarante représentants politiques et médiatiques pour faire de l’Ukraine une démocratie occidentale aux ordres d’une caste de francs-maçons, de pédocriminels, de banquiers et de satanistes.

Bref, un monde pas du tout chrétien, adorateur du veau d’or.

Laurent Glauzy

http://www.lelibrepenseur.org/  du 14/04/2014

Les Adorateurs Du Veau D’ Or Sont Là !

BeI7

« Les juifs de France sont à l’avant-garde de la République »

Mercredi 19 mars, aux abords du Trocadéro, un homme a été agressé par un groupe d’extrémistes juifs.
Son nom est « Jonathan Moadab ».
Reporter citoyen auprès de l’ »Agence Info Libre », il a éte violemment pris à parti d’après ses camarades s’exprimant sur Facebook.

La Ligue de défense juive, groupuscule extrémiste et ultra-sioniste, s’est réjouie de l’agression via son compte Twitter.

Cette milice communautariste et fascisante participait au rassemblement contre l’antisémitisme qui s’est tenu aujourd’hui, deux ans après la tuerie du collège-lycée juif de Toulouse.

En dépit de ses débordements, la « LDJ » a pu demeurer sur place et entonner son cri patriotique « Le peuple d’Israël vivra! » devant Manuel Valls, présent sur l’estrade en compagnie d’Anne HidalgoMeyer HabibHarlem DesirHassen ChalghoumiMarek HalterPatrick KlugmanClaude GoasguenRoger CukiermanGil Taïeb et Bernard-Henri Lévy.

Lyrique et survolté, le ministre de l’Intérieur a prononcé ces mots stupéfiants de la part d’un membre du gouvernement censé incarner la neutralité religieuse de l’État :

Les juifs de France sont des Français à l’avant-garde de la République et de nos valeurs.

Image de prévisualisation YouTube

Un sympathisant de la manifestation a capturé plusieurs extraits des interventions principales. On peut ainsi découvrir une partie de la foule huer Harlem Désir (et brocarder les noms de Jean-Luc Mélenchon et des Verts).
A l’inverse, Claude Goasguen, député-maire « UMP » du 16ème arrondissement (où s’est déroulé le rassemblement), a été ovationné.

Image de prévisualisation YouTube

À la fin de la vidéo ci-dessus, Manuel Valls fait allusion à son déplacement à Sarcelles, quelques heures auparavant, en milieu d’après-midi.

Le ministre avait tenu à participer à l’inauguration de la place Sandler-et-Monsenogo (dédiée « uniquement » aux victimes du collège-lycée juif de Toulouse) en présence du député-maire socialiste François Pupponi, ancien bras droit de Dominique Strauss-Kahn.

En juin 2013, le successeur de DSK à la mairie de Sarcelles participait à uncolloque alarmiste sur l’islam organisé par un « lobby juif » auto-proclamé.

Comme en témoigne la fin de son discours, Manuel Valls continue d’amalgamer la critique radicale de l’État d’Israël (régime d’occupation et d’apartheid) avec l’antisémitisme.

« Le peuple d’Israël, le peuple d’Israël vaincra! » :
tels ont été d’ailleurs les mots que l’on pouvait entendre, place du Trocadéro, dans les secondes qui ont suivi la fin du discours du ministre de l’Intérieur (extrait audible dans le lien affiché ci-dessous).

Valls 190314

Ses paroles relatives « aux Français juifs » qui constitueraient « l’avant-garde de la République et de nos valeurs » résonnent avec sa déclaration tenue, dès son arrivée au ministère de l’Intérieur, lors d’un dîner régional du Crif :

En mai 2012, le chantre d’une « laïcité exigeante » n’avait ainsi pas craint d’affirmer qu’il existerait une « symbiose » entre « la République » et « le judaïsme français ».

HICHAM HAMZA

http://www.panamza.com/  du 20/03/2014

Et nos Français naïfs n’y voient toujours que du feu !
Nous sommes à présent avec un gouvernement majoritairement JUIF !
Réveillez-vous donc, les victimes du racisme contre ceux qui ne sont pas sémites !
Vous êtes victimes aussi, vous musulmans qui êtes autant sémites que les juifs mais n’êtes pas le peuple « soit-disant » élu !
Les juifs se servent de vous pour semer la zizanie…ils y parviennent sans se salir et rallument les braises quand elles s’assoupissent !
Nous sommes Français, notre République est Laïque, la religion est une affaire PRIVEE !
Luftmenschen, jouez les filles de l’air !

Il Faut Appeler Un Chat « Un Chat » !

attention

Les antisémites sont contents, les juifs quittent la France

En France, en 2014, on peut lire sur la blogosphère antisémite, judéophobe et israélophobe que, je cite :
« l’affaire « Dieudonné » est le premier étage de la fusée juive censée atterrir à Paris, capitale de la France, pour prendre le pouvoir définitif et appliquer les directives israéliennes.
La république est-elle la France ?
C’est là la question fondamentale que nous devrions nous poser en notre âme et conscience
 ».
Suite de la citation :
« De même que cette soi-disant culture judéo-chrétienne dont on nous rabat les oreilles et qu’il n’est nullement véridique, bien qu’il y eut des foyers juifs ici ou là avant leur bannissement de France en 1394, avant l’avènement de cette république juive sur la France en 1790-1791.
Depuis leur retour dans notre pays les juifs n’ont eu de cesse de se venger et de conspirer pour finir par prendre le pouvoir sur le pays.
Aujourd’hui on peut dire qu’il est totalement entre leurs mains
 » (fin de citation).

Autre exemple, je cite :
« Les déclarations des candidats « FN » sont sidérantes, ils veulent supprimer le communautarisme et le clientélisme.
J’ai pensé à un moment qu’ils voulaient dissoudre le « Crif ».
Mais non pas du tout, vous vous trompez, on ne peut en aucun cas s’attaquer au vrai patron
 » (fin de citation).

Deux tiers des juifs envisagent de quitter la France et un tiers d’entre eux projettent de faire leur « Alyah », c’est à dire de devenir des citoyens israéliens.
Environ 700.000 personnes en France pourraient s’installer en Israël, en vertu de la Loi du Retour qui permet à tout individu, dont au moins un des quatre grands-parents est juif, d’obtenir la citoyenneté israélienne.

Après la forte hausse enregistrée l’an dernier, les deux premiers mois de 2014 ont été marqués par une augmentation spectaculaire du nombre de départs pour Israël, selon les statistiques de l’Agence juive. L’émigration des Juifs français vers Israël, qui avait crû de 70% en 2013, vient de connaître une nouvelle accélération spectaculaire.

Selon l’Agence juive, 854 Français ont fait leur Alyah entre début janvier et fin février 2014, contre 274 l’an dernier à la même période – ce qui représente une augmentation de 312%.
L’afflux des dernières semaines semble confirmer que la hausse enregistrée l’an dernier s’inscrit dans une tendance de fond.
Selon l’Agence juive, 3280 Français ont fait leur Alyah en 2013 contre 1917 l’année précédente.

« Plus de 1000 Français ont ouvert un dossier d’Alyah auprès de nos services durant le seul mois de janvier », confirme « Nathan Sharansky », le directeur de l’Agence juive, qui distingue plusieurs causes à cet afflux massif. « Tout d’abord, les juifs de France évoquent un certain sentiment d’insécurité, qui s’est aggravé après la tuerie de Toulouse ».
« Nathan Sharansky » ajoute qu’il y a aussi « la situation de crise économique, qui ne frappe évidemment pas que les juifs mais dont ils subissent comme tout le monde les conséquences ».

Récemment, le président de la communauté juive de Toulouse « Arié Bensemhoun » s’est alarmé d’une haine quotidienne et qui se banalise.
Il a évoqué les slogans les plus abjects entendus lors de la manifestation de « Jour de colère » le 26 janvier, ainsi que « Dieudonné ».

La communauté juive de France regroupe selon les estimations entre 350.000 et 500.000 personnes. Depuis la renaissance d’Israël en 1948, plus de 90.000 Juifs ont quitté l’Hexagone pour gagner l’Etat hébreu.
On évalue à plus de 150.000 le nombre de Franco-israéliens vivant en Israël.

Michel Garroté réd en chef « www.dreuz.info »

http://www.dreuz.info/  du 01/04/2014

Décidement, nos amis sémites de religion israëlite se croient être les seuls sémites sur terre !
Mais ils sont une poignée parmi tous les sémites de diverses religions qui ont pu et peuvent encore exister sur notre planète.
Ce terme d’anti-sémitisme, ils se le sont approprié.
les anti-sémites de France seraient vraiment contents si les sémites qui sont sur notre sol, en particulier les sémites de religion musulmane, avaient la bonne idée de rejoindre leurs « TERRES D’ISLAM ».
Entre Sémites, y aurait-il de l’anti-sémitimisme ?
Mais de quoi s’agit-il alors entre Israëliens et Palestiniens ?
La France est en Occident et l’Occident est « TERRE DE GUERRE » pour l’islam, nous n’avons pas à nous mêler des conflits entre nations érangères.
Mais pourquoi tous ces musulmans, sémites pour la plupart, viennent-ils chez nous, nous avons assez à faire avec les problèmes de notre peuple autochtone dont le sang doit bien voir circuler quelques gènes laissés par les tribus maudites des adorateurs du veau d’or…puis les sarrazins.
La communauté juive de France est la communauté RELIGIEUSE juive, qui devrait s’estimer contente de cette privauté dans une République Laïque.
C’est une tromperie de dire que l’anti-sémitisme est réservé aux juifs !

 

hassidisme

Fuyons Le Navire Qui Chavire !

israel-blason-armoiries-244x300

L’émigration des Juifs de France a atteint de nouveaux records.

Explosion de l’émigration juive de France vers Israël en janvier et février.
Selon l’agence juive, 854 Français ont émigré en Israël entre janvier et février 2014, soit trois fois plus que l’an dernier pour la même période.

Quand les manifestants hurlent dans Paris « Juif la France n’est pas à toi! » et que l’extrême gauche défile avec des croix gammées au milieu d’une étoile de David, les Juifs entendent le message.

Hervé Roubaix pour « Dreuz.info« .

§§§§§§§§§§

J’ai oublié de vous dire que j’ai quitté la France.

C’était la veille de l’élection de François Hollande, le 7 mai 2012, qui sera élu à 51,6%.
Le pays de mon enfance où je suis né ne me manque guère.
Là où je réside maintenant, la qualité de vie y est bien meilleure.
Cette décision de partir n’était pas chose facile, à cause de la langue, des différences culturelles, de la mentalité…
Mais il fallait changer d’horizon.

Ironie de l’histoire, mon père était rapatrié et me voilà expatrié, à plus de 3000 kms, comme des milliers de Français qui ont choisi l’exil pour diverses raisons :
fiscalité de plus en plus lourde, insécurité galopante, désinformation des médias et privations de liberté.

Pour pouvoir respirer et ne plus être agressé par l’atmosphère nauséabonde et opprimante, j’ai mis les voiles, ou plutôt j’ai déployé mes ailes, celles de la liberté, vers une contrée plus ensoleillée et où les gens sont plus positifs, et beaucoup moins assistés.

Un pays qui considère les chefs d’entreprise comme des pestiférés n’est pas loin d’une dictature stalinienne. Celui qui prend des risques, travaille 12 heures par jour et ne connait pas les « RTT » est stigmatisé, pris pour un voleur pendant que d’autres profitent des générosités du système social.

La France fonce droit dans le mur.
Elle attire chaque année plus de 200 000 immigrés ne sachant pour la plupart ni lire, ni écrire la langue du pays qui les accueille.

Un pays où l’effort, le mérite et la création de richesse sont devenus des délits, des vices, voire une maladie mentale, ne peut qu’aller vers le déclin.

Dans l’application de sa fiscalité et de sa dépense publique, la France ressemble à un pays communiste. Selon un récent rapport de la banque mondiale, La France occupe la 169ème position mondiale (sur 185 pays) pour la lourdeur de ses impôts. Un racket étatisé devenu un enfer fiscal pour des millions de Français qui travaillent dur.

La France excelle par son inculture économique.
Je trouve cela assez surprenant de la part d’un pays qui a inventé le cinéma, la photographie, le concorde et le TGV et à qui l’on doit quelques célèbres économistes.

Jamais « Google », « Apple », « Waze » ou « What’s up » n’auraient pu voir le jour en France à cause de cette profonde inculture et de sa frilosité vis-à-vis de la mondialisation.

La France a loupé la révolution numérique.
Elle est à la traîne des nouvelles technologies.
Avec son collectivisme, elle pratique le totalitarisme étatique, la négation même de l’individu, de ses droits les plus naturels et inaliénables.

J’ai oublié de vous dire que j’ai quitté la France, j’ai fait mes valises.

J’ai liquidé mon patrimoine et emmené avec moi ma femme et mes deux enfants vers d’autres cieux plus bleus.

Le pays des droits de l’homme où celui qui agit en légitime défense est incarcéré, pendant que son agresseur est remis en liberté, m’inspire dégoût et révolte.

La France nation noble et généreuse.
Année après année, l’invasion de la France par les mosquées s’aggrave.
Cette invasion a lieu grâce à la complicité active des élus de gauche comme de droite, qui violent la loi de 1905 pour favoriser et financer leur construction.
La France compte plus de 2.500 mosquées et lieux de prières, pour une population musulmane estimée à 10 millions de personnes, la plus importante d’Europe.

Lors des manifestations contre le mariage pour tous en mars 2013, les forces de l’ordre ont fait preuve d’une brutalité terrible.
Ils ont gazé à bout portant des enfants, alors que ces mêmes forces sont incapables de faire régner l’ordre dans les territoires perdus de la République.

La France qui ferme les yeux sur des associations pro-palestiniennes dites de charité, comme le « CBSP » pourtant classée terroriste aux Etats-unis, au Canada, en Australie et en Israël pour ses implications dans le financement du terrorisme.

La France de « France 2″, chaine du service public, engagée pour la cause palestinienne, prenant une part active dans la propagande anti israélienne dont s’inspirent des tueurs de juifs comme les « Fofana », les « Mohamed Merah » et la pourriture antisémite: « Dieudonné Mbala Mbala », « Alain Soral », « Joe le Corbeau », etc.

La France, via ses collectivités, envoie chaque année la coquette somme de 10M€ par an aux arabes palestiniens pendant que des millions de Français vivent en dessous du seuil de pauvreté, pendant que des entreprises françaises déposent le bilan et licencient.

Juin 2013, Le Musée du Jeu de Paume consacre une exposition photo à la mémoire de terroristes palestiniens.
Ce même musée qui avec le Louvre avait servi d’entrepôt des œuvres d’art volées à des juifs par les nazis.

Des mairies, Bagnolet, Bezons, Champigny sur Marne, Ivry sur Seine, Grigny, et bien d’autres villes rouges, nomment citoyens d’honneur des terroristes palestiniens.

Le bourreau devient la victime, les valeurs sont inversées.
Dénoncez-le, ils vous trainent ne justice : ce pays est gravement malade.

J’ai quitté la France je suis libre de le dire.

Lorsqu’une personne se fait tabasser dans le RER par la racaille, personne ne bouge.
Ils se mettent à plusieurs contre un seul.
Ca me met en rage.

J’ai oublié de vous dire que j’ai quitté la France pour des motifs qui n’ont rien à voir avec ma carrière, ma volonté de m’enrichir, d’obtenir de meilleures conditions de vie, ou par goût de l’aventure. J’ai quitté la France pour des raisons liées à l’insécurité, surtout celle de mes enfants.

Le niveau scolaire baisse depuis dix ans et va encore baisser.
Dans les couloirs du ministère de l’Éducation nationale, les technocrates ne parlent que de cette dégringolade annoncée.

La France est un pays muselé par le lobby des média islamo-gauchistes.

Essayer d’agir contre la racaille qui pourrit votre vie, les associations antiracistes porteront plainte – contre vous.
Vous serez poursuivis en justice pour racisme, islamophobie ou diffamation.
Je sais de quoi je parle : j’en ai fait l’expérience.

Ce pays est plombé pour les trente prochaines années.

Le discours dominant est de prendre les bourreaux pour des victimes et les victimes pour des bourreaux.

La culture de la complaisance et de l’excuse permet à la racaille de récidiver.
Le citoyen français a juste le droit qu’on lui crache au visage, à être insulté, se faire rouer de coups.

Je ne suis pas adepte du politiquement correct, ou de cette autocensure considérée comme une qualité morale par certains.

J’ai oublié de vous dire que j’ai quitté la France pour un pays porteur d’avenir, où celui qui travaille dur s’attire le respect.
Une considération de l’être humain chère à mes yeux.

L’UMP et le PS ont fait de mon pays de naissance un pays d’assistés, de parasites qui ont pillé les richesses du pays pendant que d’autres suent au travail et sont asphyxiés par les cotisations sociales.

Vous allez penser que je fais partie de l’anti-France.
A jouer les renégats, les déserteurs, les brebis galeuses ou les frustrés qui n’ont en tête que la volonté perverse de noircir ce pays où coulent le vin et le fromage, aux belles et verdoyantes régions, aux milles musées et châteaux majestueux.

Le pays où je réside a trois de ses universites classées au top 100 du rapport annuel « ARWU«  (classement académique mondial des universités) : l’université hébraïque de Jérusalem, l’institut Weizmann de Science et Technion, l’institut israélien de technologie.

Oui, je parle d’Israël, la « startup nation », source d’inspiration qui consacre 4% de son PIB à la recherche et au développement.

Seulement 1/3 des citoyens des pays membres de l’ »OCDE » ont reçu un enseignement supérieur.
Presque 50% des Israéliens ont le niveau de formation supérieur.
L’innovation ne se décrète pas, elle se vit par la force de l’engagement à tous les niveaux.

Quand je prends le bus ou le train, il n’y a pas de racaille en vue.
Mon voyage est toujours agréable.
Lorsqu’une personne se fait agresser, tout le monde intervient, c’est la solidarité.
L’agresseur est traduit en justice sur le champ.
Une jeune fille de 17 ans peut sortir le soir, seule, sans se faire traiter de salope ni se faire arracher son portable.

Les femmes et les hommes en uniforme sont respectés, les assistés ne sont pas des « VIP ».

Les derniers événements qui ont marqué la France, je les suis sur internet.
Parfois je les trouve comiques.
La France est la risée du monde, qui n’en croit pas ses yeux de la voir se laisser coloniser par ses anciens colonisés, de voir le gouvernement encourager sur son sol sa substitution ethnique.

Aujourd’hui, mon destin et mon avenir se font en Israël, et malgré mon âge, je suis retourné à l’école pour apprendre la langue.

Dans ma classe, il y avait plus de 20 nationalités.
Dans quelques années, quand je serai à la retraite, j’aurais cette joie de voir grandir mes enfants et petits-enfants dans un pays où ils sont protégés, sur la terre de leurs ancêtres.

Aucun pays n’est parfait.
Celui qui perd ses valeurs est voué à sa perte.

Shalom d’Israël

Jean Vercors pour « Dreuz.info« .

 

http://www.dreuz.info/  du 31/03/2014

 

Vous n’avez pas oublié,  vous avez pris le temps de voir si vous ne vous étiez pas trompé de  décision.
Je suis néanmoins toujours LIBRE de penser :  » un tiens vaut mieux que deux tu l’auras ! « .
La main de Dieu a voulu que mes parents soient Français, que je naisse en France, que je sois donc Française, que j’ai appris à aimer ma Patrie, ce n’est pas quand elle se trouve dans la tourmente que je vais l’abandonner !

Les Français de souche, mais non israëlites,  ne cessent de répéter tout ce que vous venez d’invoquer pour votre départ, cela ne les ferait pas courir vers Israël, ils savent que leur place est en France.

Pourquoi Ne Pas Imiter IsraëL ?

israel-blason-armoiries-244x300

Israël pratique
le nettoyage ethnique

Le rapporteur de l’ONU pour les territoires palestiniens « Richard Falk » a accusé vendredi Israël de pratiquer une politique de nettoyage ethnique à Jérusalem-Est.
«L’évolution va clairement vers une détérioration en raison de la politique de colonisation israélienne au détriment des droits des Palestiniens», a affirmé vendredi « Richard Falk », rapporteur de l’ONU pour les territoires palestiniens.

Plus de 11.000 Palestiniens ont perdu le droit de résider à Jérusalem depuis 1996, a-t-il précisé.
Arrivé au terme de son mandat de six ans comme rapporteur de l’ONU, « Richard Falk » a confié son pessimisme aux journalistes.
«Tout au long de ces six années, la situation du peuple palestinien et du droit international dans les territoires occupés n’a pas cessé de se détériorer», a déclaré le professeur juif américain.
«L’évolution va clairement vers une détérioration en raison de la politique de colonisation israélienne au détriment des droits des Palestiniens», a-t-il dit.
Le nombre de colonies de peuplement construites en Cisjordanie a doublé l’an dernier.
La construction de centaines de nouvelles maisons dans les territoires palestiniens a déjà été autorisée cette année par le gouvernement israélien, a indiqué « Richard Falk ».

Discrimination systématique

«Les expropriations de biens et les démolitions de maisons palestiniennes, la construction de nouvelles colonies à Jérusalem-Est, l’impossibilité pour les Palestiniens d’y construire équivalent à une discrimination systématique basée sur l’identité ethnique», a-t-il déclaré.
Dans son rapport au Conseil des droits de l’homme, « Richard Falk » a souhaité que la « Cour internationale de justice » (« CIJ ») se penche sur le statut légal de l’occupation israélienne prolongée de manière à mieux garantir les droits des Palestiniens.
L’expert de l’ »ONU » a aussi dénoncé la poursuite de la construction du Mur, déclaré illégal par la « CIJ » en 2004. Environ 85% du Mur de séparation ou barrière de sécurité se trouve sur territoire palestinien en Cisjordanie et plus de 60% des 708 kilomètres prévus sont achevés, a-t-il dit.

Attention détournée

« Richard Falk » a estimé qu’Israël profite des crises en Syrie et en Ukraine qui détournent l’attention de la communauté internationale et permettent à l’Etat hébreu de poursuivre sa «politique annexionniste». «Il y a actuellement très peu d’éléments qui encouragent Israël à y renoncer», a-t-il affirmé.
Le rapporteur a aussi dénoncé les «campagnes diffamatoires» de certaines « ONG » pro-israéliennes, comme « UN Watch », à son encontre.
«Elles ont eu pour effet de détourner l’attention du message vers le messager et de parler des biais supposés de l’observateur plutôt que de ses observations», a affirmé l’universitaire américain.

Le Conseil des droits de l’homme doit nommer la semaine prochaine un nouveau rapporteur pour les territoires palestiniens.

source : http://www.20min.ch

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 23/03/2014

 

Parlons de ce Paradoxe Français.

militaires

Ces Français volontaires
dans l’armée israélienne.

Une douzaine de pays dans le monde ouvrent les portes de leur armée aux ressortissants étrangers. Un seul le fait sur l’unique critère ethno-religieux, il s’agit d’Israël.
Au-delà de la raison d’être idéologique, cela pose la question du respect du droit international par des États qui laissent leurs ressortissants rejoindre, même temporairement, une armée d’occupation.

En France, la Légion étrangère a été créée en 1831 par Louis-Philippe pour rassembler les différents corps étrangers alors présents dans l’armée française.
Destinée autrefois aux conquêtes coloniales, elle est aujourd’hui un héritage de l’histoire qui ne répond plus à aucune nécessité politique ou militaire.
Ouverte à tout le monde sans distinction, elle facilite l’accession à la nationalité française, mais ne la donne qu’à ceux qui ont été blessés en opération, s’ils la demandent.

Aux États-Unis, la seule condition pour rejoindre l’armée est la détention préalable de la « green card », c’est-à-dire d’être résident légal permanent.
Près de 30 000 étrangers portent l’uniforme militaire américain et cinq mille s’engagent chaque année.
Cela leur offre l’accession beaucoup plus rapide et systématique à la citoyenneté américaine.
De son côté, l’armée américaine est ravie d’enrôler des recrues qui se montrent plus disciplinées et volontaristes que les Américains d’origine, dont l’empressement pour porter l’uniforme a tendance à faiblir.
Passons sur les critères post-coloniaux du Royaume-Uni, qui admet toujours des ressortissants du Commonwealth ; de l’Espagne qui accueille ceux de ses anciennes conquêtes sud-américaines et de la Russie au profit des ressortissants russophones des anciennes républiques soviétiques.

Cas unique, Israël offre à tout non Israélien la possibilité de servir dans ses unités combattantes dès lors qu’il est juif, ou que l’un de ses parents ou grands-parents est juif.

« DES JEUNES LEADERS POUR LES COMMUNAUTÉS JUIVES »

En Israël, différents programmes permettent à tout juif non israélien de porter l’uniforme de l’armée sans pour autant en faire des citoyens israéliens.
L’origine remonte à la fin de la Seconde guerre mondiale, quand quelques milliers de volontaires, appelés les mahalniks, issus de dizaines de pays et partisans de la cause sioniste vinrent soutenir par les armes la création de l’État d’Israël et, dès l’indépendance de 1948, aider la jeune armée israélienne en butte aux pays arabes voisins.

Le principe est resté le même aujourd’hui.

Le programme d’accueil des juifs étrangers dans les unités combattantes a gardé le nom de « Mahal ».
Il incorpore les volontaires pour dix-huit mois, y compris pour des missions dans les territoires occupés palestiniens.
À l’issue de cette période, ceux qui demandent la nationalité israélienne doivent prolonger leur séjour dans l’armée pour encore dix-huit mois pour les hommes et six mois pour les femmes célibataires, afin de se plier à la durée légale de service militaire obligatoire de tout Israélien.
D’autres possibilités de séjour dans l’armée existent pour les juifs non israéliens :
Ils vont de trois semaines maximum (programme « Sar-El », réalisable dès l’âge de 16 ans) à deux mois (programme « Marva », seul à être facturé, à hauteur de 1500 dollars).
Dans ces deux derniers cas, les volontaires gardent un statut civil même s’ils portent l’uniforme et vivent dans des casernements de l’armée régulière, cantonnés à des tâches de servitude dans des bases militaires logistiques pour « Sar-El » mais recevant un entraînement au combat militaire pour « Marva » avec, dans les deux cas des activités complémentaires « éducatives » sur Israël et le sionisme.

Contrairement à la plupart des autres pays, la motivation des volontaires n’est pas d’obtenir la nationalité par ce biais.
La loi dite « du Retour » en vigueur depuis 1950 accorde en effet de droit la nationalité israélienne à tout juif migrant en Israël.
La raison d’être de cet accueil dans l’armée est de « permettre à de jeunes Juifs de partout dans le monde de renforcer leur relation avec Israël et avec le peuple juif en se portant volontaire pour l’armée israélienne.
Les programmes des Forces de défense israéliennes visent à contribuer à la défense d’Israël, seule démocratie du Moyen-Orient, et à fournir de jeunes leaders compétents et enthousiastes aux communautés juives »
.

<a id= »nh5-1″ title= »Everything you need to know about becoming an Israeli soldier and being (…) » href= »http://orientxxi.info/magazine/ces-francais-volontaires-dans-l,0546#nb5-1″ rel= »footnote »>1</a>.

Les effectifs de volontaires pour « Mahal » semblent cependant relativement faibles.
Selon un article de 2007 du Jerusalem Post, un peu plus de mille juifs non israéliens seulement se sont portés volontaires, de 1988 à 2007, pour passer dix-huit mois dans les rangs combattants de l’armée israélienne.
Faute de statistiques disponibles sur « Mahal », celles qui concernent « Sar-El » peuvent néanmoins servir de repère : sur les 4011 participants à « Sar-El » en 2012, les principales nationalités de très loin les plus représentées étaient les États-Unis (1221) et la France (1086), parmi une soixantaine de pays d’origine répertoriés.

La raison d’être de cet accueil au sein de l’armée israélienne est la même que pour les nombreux programmes civils offerts aux juifs non israéliens :
Le renforcement des réseaux de solidarité au sionisme au sein des communautés juives dans le monde et leur entretien idéologique.
Cette stratégie est poursuivie depuis la création d’Israël.
Nombreux en effet sont les juifs non israéliens, notamment en France, à revendiquer leur appartenance morale à Israël, comme s’il s’agissait pour eux de compenser leur non-citoyenneté de l’État d’Israël, pays en permanence « menacé » auquel chaque juif se doit de donner sa contribution.
Ces programmes, qu’ils soient militaires ou civils, semblent atteindre leurs objectifs auprès des impétrants, qui en reviennent généralement encore plus défenseurs de la cause israélienne qu’ils ne l’étaient auparavant.

Cette situation alimente cependant un paradoxe :
-D’un côté un engouement pour Israël des juifs de l’extérieur, qui se manifeste entre autres en Europe par l’augmentation du flux migratoire juif et en particulier français vers Israël : 49 % de plus (de 1469 à 2185) pour les neufs premiers mois de 2013 par rapport à la même période de l’année 2012 (1907).
-De l’autre la proportion croissante d’Israéliens qui quittent Israël, essentiellement vers l’Amérique du Nord et l’Europe, en quête d’une vie socioéconomique meilleure et las de l’état de guerre permanent.
À tel point que l’immigration nette israélienne est en train de décliner :
En 2012, les Israéliens quittant Israël étaient aussi nombreux que les nouveaux immigrants (16 000).

Le discours martelé par le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou, qui amalgame à dessein antisionisme et antisémitisme cherche à accroître les vocations à l’« Aliyah » au sein des communautés juives dans le monde. (« Aliyah » = littéralement : « élévation spirituelle » : Acte d’immigration en Israël par un juif.)
Repris en écho par les défenseurs d’Israël à l’étranger, il fait accroître non sans succès la perception de l’antisémitisme régnant, en décalage par rapport à sa réalité concrète.
Il contribue à dynamiser les gestes de solidarité que constituent en particulier le séjour des juifs non israéliens dans l’armée israélienne afin de participer, ne serait-ce qu’un temps, à la défense et la cohésion de l’ « État juif ».
En août 2012, dans un discours de bienvenue d’un groupe d’Américains venus rejoindre l’armée israélienne, le premier ministre déclarait :
« Nous voyons aujourd’hui un nouvel antisémitisme virulent, et nous devons nous défendre nous-même contre cela. La tâche la plus importante est de défendre l’État juif.
C’est ce que nous faisons, c’est ce que vous allez faire et je suis fier de vous »
.

<a id= »nh5-3″ title= »Vanessa Isenson, « Israeli army welcomes North American volunteers », DW.DE, (…) » href= »http://orientxxi.info/magazine/ces-francais-volontaires-dans-l,0546#nb5-3″ rel= »footnote »>3</a>.

UN PARADOXE FRANÇAIS

Avec Israël, nous sommes donc loin du cas des autres pays.
Ce que l’on pourrait, à la rigueur, qualifier de « mercenariat » s’agissant de la Légion en France, et aux États-Unis de ticket d’accession à la citoyenneté américaine, relève uniquement en Israël du soutien à une idéologie, le sionisme, à l’adresse unique de la communauté juive.
Ce qui différencie également le Français engagé dans l’armée américaine de son compatriote volontaire pour l’armée israélienne, c’est que l’un subit, afin de vivre définitivement aux États-Unis, son éventuelle participation à des opérations militaires « hors » droit international, comme en Irak en 2003, alors que l’autre va intentionnellement participer à l’occupation de territoires, en violation du droit international.
Mais cette démarche-là ne semble interroger personne, pas plus que les éventuelles implications de Français dans des violations de la charte internationale des droits de l’Homme ou du droit de la guerre.

La question reste cependant posée.

La légitimité de la démarche mérite également attention.
Alors qu’un Français non israélien, au nom de son appartenance à la communauté juive, trouve légitime de défendre une occupation illégale de territoires, un Français non palestinien, au nom de ses racines arabes, ne peut-il pas trouver tout aussi légitime d’aller défendre sur le terrain les Palestiniens contre l’extension illégale des colonies sur leurs territoires ?
Laquelle de ces deux démarches repose sur une légitimité en accord avec le droit international et le droit français ?
Il est fait grand bruit par ailleurs des Français musulmans qui vont combattre en Syrie aux côtés de la rébellion soutenue par la France, mais qui ont le tort de rejoindre des groupes djihadistes répertoriés comme terroristes.

Mais personne ne parle de ces Français qui, depuis des années, vont participer sous uniforme israélien à une occupation officiellement dénoncée par l’ONU et par l’État français.

Il y a pour le moins un paradoxe en France et, si l’on base la légitimité sur le droit, un grand flottement.

Imaginons qu’un citoyen français, sous uniforme israélien, se trouve confronté dans les territoires occupés à un autre citoyen français engagé dans le soutien de la cause palestinienne.
Il conviendrait alors d’éclairer, vis-à-vis du droit français, le statut légal de chacun de ces deux ressortissants.

Marc Cher-Leparrain

http://orientxxi.info/  du 18/03/2014

«C’ Est Ca, Le Risque D’ Internet !»

crif_hollande

François Hollande au C.R.I.F.

Mardi soir, lors du dîner annuel de l’organisation juive, le président du « CRIF » a sommé François Hollande de « parler d’une voix plus ferme » pour lutter contre l’antisémitisme sur Internet.
Une demande entendue par le président de la République.

Il est toujours étonnant de voir comment un président de la République et de très nombreux responsables politiques de premier plan se précipitent chaque année au dîner du Conseil Représentatif des Institutions Juives de France (« CRIF »), au risque de donner raison à ceux qui dénoncent la puissance d’un « lobby juif » en France, et par l’effet redoutable des amalgames, de renforcer l’antisémitisme.

Pourtant cette année encore, alors que la montée ressentie de l’antisémitisme devrait inciter à redoubler de prudence, le président François Hollande s’est déplacé au dîner annuel du « CRIF » pour écouter les demandes de son président « Roger Cukierman« , parfois formulées comme des ordres.

« Votre gouvernement doit parler d’une voix plus ferme sur ces sujets», a ainsi intimé mardi soir Monsieur « Cukierman », en exigeant un renforcement de la régulation sur Internet.
« L’urgence d’une régulation internationale de ce fantastique outil s’impose d’autant plus qu’internet véhicule aujourd’hui, en toute impunité ou presque, la promotion de la haine, du fanatisme et de l’endoctrinement ».

Le président du « CRIF » suggère à demi-mots les pistes pour y parvenir.
Tout d’abord s’attaquer au porte-monnaie des plateformes qui n’appliqueraient pas assez doctement la censure (« c’est en France que se trouvent les internautes qui génèrent les recettes commerciales et publicitaires »).
Puis s’en remettre au filtrage, même s’il est hypocrite et contreproductif. « 
Cela est possible puisque les opérateurs d’internet sont capables de s’opposer à un autre cancer, celui de la pédophilie
 ».

François Hollande a pris bonne note de la requête, et lui a répondu quelques minutes plus tard dans son discours mardi soir :

Nous avons retranscrit le passage-clé en intégralité :

« Vous avez évoqué, Monsieur le président, les nouvelles menaces d’Internet, outil merveilleux de diffusion et d’échange, mais comme le livre avant lui, le numérique peut aussi servir de déversoir à l’intolérance, à l’injure, à l’endoctrinement.
Il y a eu des livres, hélas, qui ont eu aussi ce rôle dans l’histoire.

Donc ce n’est pas l’instrument qui est en cause, c’est la thèse qui est diffusée.
En France et à l’étranger des manipulateurs et des criminels enseignent ce que « Poliakov » appelait le « Bréviaire de la haine ».
Et nous voyons ceux qui les écoutent, ceux qui adhèrent à ces thèses, à ces mensonges, et qui s’en font les prosélytes.
C’est ça, le risque d’Internet.
C’est la multiplication, c’est le déversement, c’est la diffusion à un niveau jusque là jamais atteint de mensonges et d’insultes.

Le numérique doit donc avoir ses règles.
Les fournisseurs d’accès comme les opérateurs doivent les respecter, sans que l’extra-territorialité ne puisse constituer une excuse.

Je retiens, Monsieur le président, ce que vous nous avez proposé.
Si nous arrivons à lutter contre les images pédophiles, nous devons aussi réussir à lutter contre les messages délibérément racistes et antisémites.
J’ai donc demandé au Gouvernement de me faire rapidement des propositions pour améliorer notre réactivité et éventuellement notre appareil répressif par rapport au développement de la cybercriminalité.

Je rappelle, là aussi, par rapport à ce qui s’était produit avec Twitter l’année dernière, que le Gouvernement a négocié avec cette grande entreprise des engagements concrets – suppression des contenus illicites, gel des données d’enquête, déréférencement...
Et bien nous agirons de la même manière, en France, en Europe, et dans le monde, face aux géants mondiaux du numérique pour aboutir à ce résultat. »

François Hollande reprend ainsi à son compte les promesses de Manuel Valls de « discuter avec les opérateurs » (en réalité les éditeurs et hébergeurs de services) des mesures de censure qui pourraient être mises en place sans attendre d’ordonnance judiciaire.
Il souligne également la nécessité de lutter non plus seulement contre ceux qui diffusent des messages, mais aussi contre ceux qui « adhèrent à ces thèses et qui s’en font les prosélytes ».
C’est tout l’objet de la lutte contre les quenelles reprises par les soutiens de « Dieudonné », mais aussi toute la difficulté de qualifier pénalement un geste ou une parole qui n’est pas objectivement illicite, et le risque parfois de confondre antisémitisme et antisionisme.

Pour mettre en oeuvre ces nouvelles mesures de régulation sur Internet, François Hollande dit avoir demandé au Gouvernement de formuler des propositions.
C’est l’objet du groupe de travail interministériel relatif à la cybercriminalité, animé par le magistrat « Marc Robert », dont les conclusions sont régulièrement reportées.

Initialement, selon un courrier (.pdf) signé le 10 juillet 2013 par « Christiane Taubira », il devait rendre un rapport en novembre 2013, en associant les ministères de la Justice, de l’Intérieur, de l’Economie Numérique et du Budget.
« La mission dévolue à ce groupe de travail est plus large, mais il lui appartient bien de faire des propositions dans le cadre de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme sur Internet », écrivait la garde des sceaux.

Guillaume Champeau pour « numerama.com »

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 10/03/2014

Il est moins constipé que devant le peuple dont il est, en principe, le président, moins garnement que devant le Saint-Père François lors de sa visite à Rome, il est un bon gamin qui enregistre les ordres et, sans doute, sera obligé de tenir promesse…pour une fois!
Mais…nul ne sait, pas même le CRIF, ce que nous réserve demain !

Les Médias Sont Vraiment Sélectifs !

lapressegaveedesubventionsdetat-e1380561600232

En mars 1933, les Juifs déclarent la guerre à l’Allemagne.

Le texte ci-dessous est extrait du testament politique d’Adolf Hitler (février 1945)  :

Les Juifs ont TOUJOURS suscité l’antisémitisme.

Les peuples non juifs, au cours des siècles – et des Egyptiens jusqu’à nous – ont tous réagit de la même manière. Un moment arrive où ils sont las d’être exploités par le Juif abusif.
Alors ils s’ébrouent comme l’animal qui secoue sa vermine.
Ils réagissent brutalement, ils finissent par se révolter.
C’est là une façon de réagir instinctive.
C’est une réaction de xénophobie à l’égard de l’étranger qui refuse de s’adapter, de se fondre, qui s’incruste, qui s’impose et qui vous exploite.
Le Juif est par définition l’étranger inassimilable et qui refuse de s’assimiler.
C’est ce qui distingue le Juif des autres étrangers :
Il prétend avoir chez nous les droits d’un membre de la communauté tout en demeurant Juif.
Il considère comme un dû cette possibilité de jouer simultanément sur les deux tableaux, et il est seul dans le monde à revendiquer un aussi exorbitant privilège.

Le National-socialisme a posé le problème juif sur le plan des faits :
En dénonçant la volonté de domination mondiale des Juifs, en s’attaquant à eux systématiquement, dans tous les domaines, en les éliminant de toutes les positions usurpées par eux, en les traquant partout avec la volonté bien établie de laver le monde allemand du poison juif.
Il s’est agi pour nous d’une cure de désintoxication indispensable, entreprise à la dernière limite, sans quoi nous eussions été asphyxiés et submergés.

Réussissant cette opération en Allemagne, nous avions des chances qu’elle fit tache d’huile.
Cela était même fatal, car il est normal que la santé triomphe de la maladie.
Les Juifs furent aussitôt conscients de ce risque, et c’est la raison pour laquelle ils décidèrent de jouer leur va-tout dans la lutte à mort qu’il déclenchèrent contre nous.
Il leur fallait abattre le national-socialisme à n’importe quel prix, la planète dû t-elle être détruite.
Aucune guerre n’a été aussi typiquement que celle-ci, ni aussi exclusivement, une guerre juive.

Je les ai en tout cas obligés à jeter bas le masque.
Et même si notre entreprise se solde par un échec, cet échec ne saurait être provisoire.
J’aurai ouvert les yeux du monde sur la réalité du péril juif.

Une des conséquence de notre attitude, c’est que nous avons rendu le Juif agressif.

Or il est moins dangereux sous cette forme qu’à l’état sournois.

Mieux vaut cent fois le Juif qui avoue sa race, que le Juif honteux qui prétend ne différer de nous que par la religion.
Si je gagne cette guerre, je mets un terme à la puissance juive dans le monde, je la blesse à mort.
Si je perds cette guerre, cela n’assure pas d’avantage leur triomphe – car, eux, ils en perdraient la tête.
Ils pousseraient l’arrogance à un tel degré qu’il provoqueraient par là même le choc en retour.
Ils continueraient, bien entendu, de miser sur les deux tableaux, de revendiquer dans tous les pays les avantages des nationaux, et sans renoncer à l’orgueil de demeurer de surcroît les membres de la race élue.
Ce serait la fin du Juif honteux, remplacé par le Juif glorieux – aussi puant que l’autre, sinon plus.
En sorte que l’antisémitisme ne saurait disparaître, les Juifs eux-mêmes l’alimentant et le ranimant sans cesse. Il faudrait que la cause disparût pour que disparût la réaction de défense.

L’on peut faire confiance aux Juifs, l’antisémitisme ne disparaîtra qu’avec eux.

Louis Darquier

http://louisdarquier.tumblr.com

 

juifs

 

Quelques Associations D’idées !

Charles Martel at Battle of Tours AKA Poitiers

Les Arabes sont

des envahisseurs nés.

Ils ont repris leurs conquêtes bloquées en France par « Charles Martel » en 732 mais en beaucoup plus grand et plus efficace, car c’est « pacifiquement qu’ils envahissent » l’Europe et le monde grâce aux pétrodollars.
Ils envahissaient Israël en 638 et aujourd’hui ils veulent le reconquérir, mais là l’infiltration est bloquée (malgré les gauchistes) car le combat est armé.

Les droits du peuple juif sur sa terre sont incontestables au nom de la Tora (livre saint pour les Chrétiens) et au nom du Coran (Sourates 5-21; 7-137;…)
De plus, les Accords internationaux de San Rémo de 1920/1922 ont confirmé que la Terre d’Israël appartenait au Peuple Juif après avoir été divisée :
80% à l’Est du Jourdain pour la Palestine arabe, et 20% à l’ouest du Jourdain au peuple juif.
Et maintenant les Islamistes veulent tout, suivant leur politique d’Islamisation du monde.

Comment pourraient ils faire la paix avec Israël avec une telle politique ?

Pour détruire la gauche, il faut tenter de la persuader que le Christianisme comme le Judaïsme sont en danger face à la volonté d’islamisation des islamistes, et que juifs et chrétiens gauchistes ne seront pas épargnés, car en plus d’être juifs ou chrétiens, non seulement ils devront se convertir ou mourir, mais encore ils sont des traitres à leurs peuples et donc méprisés.

Mettre un terme à l’antisionisme/antisémitisme est une nécessité pour les Chrétiens s’ils veulent survivre.
Le but absurde de la gauche libérale qui ne veut aucune contrainte religieuse est de détruire la civilisation judéo-chrétienne au profit de l’islam, une civilisation bien plus rigoureuse, criminelle et primitive.

Ils travaillent à leur perte comme à la perte de leurs frères !

David Bentata pour  »Dreuz.info »

http://www.dreuz.info/  du 01/03/2014

 

Attention, cela ne nous ramènerait-il pas une centaine d’années en arrière ?

 

La Victoire Du Nationalisme Sur L’antisémitisme.


Dans les années 1880, l’Antisémitisme prend en France des proportions trés inquiétantes pour les Juifs.
Les Juifs tentent alors de détourner cette colère populaire contre un ennemi extérieur : l’Allemand.
Aprés la perte de l’Alsace-Lorraine en 1871, « Jacques de Biez » constate que l’idée même de REVANCHE a été lancée par la presse juive.
L’objectif est évident :
Détourner les Français de leur ennemi racial intérieur -les Juifs- vers un ennemi extérieur -nos frères de race Blanche d’outre Rhin-.

L’effacement d’ »Edouard Drumont » se fera au profit de « Maurice Barrès » :
Le nationalisme supplante l’Antisémitisme.
Le Juif jubile, la France est mûre pour la Grande Guerre.
1 600 000 Français de race Blanche sont morts durant la guerre 14-18 :
Un VÉRITABLE crime contre l’humanité !

La Grande Guerre a déshonnoré le nationalisme.

En France, la race Blanche ne s’est jamais totalement relevée de la guerre 14-18.

Le nationalisme est une idéologie fratricide.

Le RACISME, en tant que défense de la Race, lui, est honorable.

http://louisdarquier.tumblr.com/

 

§§§§§§§§§§


Attaché à sa communauté le juif est inassimilable.

Le génie du peuple juif est d’avoir présenté le problème juif sous son seul aspect religieux.
Selon le juif, il y aurait des Français de confession juive, tout comme il y a des Français de religion catholique.

De nombreux goyim (étrangers au peuple juif) sont tombés dans ce piège.
Monseigneur « Lustiger » incarne l’exemple type du juif de religion catholique.

Tout d’abord les sémites ne sont pas d’origine européenne, ils sont ethniquement proches de l’arabe, pas du gaulois.

Ensuite le juif appartient d’abord au peuple d’Israël, c’est sa communauté nationale.

Enfin le judaîsme entérine religieusement le plus vieux racisme que la terre ait jamais porté.

Seul le peuple élu appartient à l’essence même de dieu, les autres hommes sont assimilés à des animaux.

Pas de prosélytisme chez les rabbins, convertir des animaux au judaïsme est inutile.

Dommergue Pollaco de Menasce

A l’aube de l’an 2000, toutes les organisations protestataires racistes, déguisée en antiracisme, sont juives :
SOS racisme, la LICRA, le MRAP qui concoctent sous couvert d’antiracisme, un monstrueux racisme par juxtapositions d’ethnies mutuellement inassimilables et qui ne poseraient aucune problème si elles vivaient selon les normes géographiques, logiques et naturelles qui les concernent.

La mystification antiraciste infligée par le racisme juif mégalomaniaque est une mystification suprême qui repose surtout sur la stupidité des Goyim.

Dommergue Pollaco de Menasce

Ne Soyons Pas Victimes Du Chaos.

moise

 

L’Agence juive au secours de la population juive en Ukraine.

« Natan Sharansky » va faire appel au fonds d’aide financière, créé à la suite de la fusillade de Toulouse en 2012.
L’agence juive a déclaré samedi qu’elle fournirait une aide d’urgence pour les Juifs en Ukraine, au vu de l’agitation politique qui ravage le pays.

Le président de l’Agence juive, « Natan Sharansky », a déclaré que l’organisation aiderait les institutions juives à renforcer la sécurité dans le pays.
Lancer une collecte de fonds pour aider à augmenter la sécurité fait aussi partie de ses projets.

« Les événements récents ont montré que nous devons renforcer les mesures de sécurité de ces institutions. Nous avons la responsabilité morale de veiller à la sécurité des Juifs d’Ukraine », a déclaré « Sharansky ».

Plus tôt samedi, le président « Viktor Ianoukovitch » a fui Kiev après des mois de manifestations violentes, et le parlement ukrainien a annoncé de nouvelles élections présidentielles qui se dérouleront en mai.

L’Ukraine est le foyer de quelque 70 000 Juifs.

La chef de l’opposition et ancien Premier ministre,  »Ioulia Timochenko », a été libérée de prison et a annoncé après sa sortie se présenter aux élections présidentielles.

« Sharanksy » déclare que l’Agence juive suivait de près les événements en Ukraine et était en contact avec les dirigeants de la communauté juive.

« L’aide de l’Agence juive vise à accroître la sécurité dans les établissements communautaires juifs en Ukraine », a-t-il affirmé.

Un porte-parole de l’Agence Juive a déclaré ne pas savoir encore à quelle hauteur l’aide financière s’élevait pour la communauté juive ukrainienne.

L’aide financière immédiate proviendra du Fonds d’aide d’urgence de l’Agence juive pour les communautés juives, qui a été créé après la fusillade de Toulouse en 2012.

« Misha Galperin », directeur général de l’Agence juive pour le développement international, a déclaré dans un communiqué que l’organisation, « cherche maintenant à alimenter le fonds pour étendre l’aide aux communautés juives d’Ukraine, afin de renforcer leurs mesures de sécurité. »

L’Ukraine a connu une série d’attaques antisémites au cours de ces derniers mois.
Deux hommes juifs ont été attaqués devant une synagogue de Kiev le mois dernier.

Le rabbin « Pinhas Goldschmidt », président de la Conférence des rabbins européens, a déclaré en janvier que la tolérance de l’opposition et du gouvernement ukrainien aux déclarations antisémites a libre cours en Ukraine.

Il a appelé le gouvernement à protéger les Juifs ukrainiens et à résoudre le problème de l’antisémitisme.

Ilan Ben Zion pour « the times of israel »

http://france.eternelle.over-blog.com/  du 01/03/2014

 

 

Cela suffira-t-il pour les aider à partir s’ils suivent ces conseils :
« Le rabbin ukrainien Moché « Reuven Azman » a appelé les Juifs de Kiev à quitter la ville et même du pays, si possible, craignant qu’il ne soient victimes du chaos. » ?

12

Pelosse |
Viedeswagg |
Humouramourmode |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | BrookTV
| Lesdlirentoutgenrebotchok
| Fares43